Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#21ArticlesDu laboratoire à la plateforme. E...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Du laboratoire à la plateforme. Enquête sur le Twitter des sociologues en France

From the lab to the platform. Investigating the Twitter of sociologists in France
Mehdi Arfaoui
p. 85-106

Résumés

Cette enquête questionne les opportunités et les effets de l’usage de Twitter pour le travail des universitaires. Nous soulignons d’abord les enjeux contemporains propres au champ académique en rappelant qu’un certain nombre d’acteurs voient dans les outils technologiques une possibilité de valoriser le travail universitaire et de susciter de nouvelles connexions. Nous prenons ensuite le cas d’étude plus précis de sociologues utilisant la plateforme Twitter. Nous exposons nos choix méthodologiques pour construire une base de données des sociologues utilisant Twitter en France et présentons les résultats issus de nos premières analyses pour conclure sur plusieurs perspectives de recherche. En résumé, nous montrons la reproduction partielle, sur la plateforme, des hiérarchies traditionnelles du champ académique, mais également une recomposition des pratiques. Ces résultats invitent à poursuivre l’enquête en se focalisant sur les agencements imaginés par les utilisateurs pour résoudre les tensions qu’amène la rencontre entre plateforme numérique et travail universitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions chaleureusement Vincent-Arnaud Chappe avec lequel nous avons de bout en bout mené (...)

1S’inscrivant dans le cadre d’un projet de recherche sur la rencontre entre travail intellectuel et plateforme numérique, cet article s’intéresse aux activités d’universitaires sur le réseau social numérique Twitter1.

2Dans un premier temps, nous soulignons les enjeux contemporains propres au champ académique en France : la néo-managérialisation des politiques de recherche et d’enseignement supérieur, qui renforce les injonctions à se considérer comme entrepreneur de soi-même, les effets de concurrence, de réputation, et le souci de la visibilité (Noûs, 2020). Nous rappelons qu’un certain nombre d’acteurs et actrices, situé-e-s tant du côté des praticien-ne-s du monde de la recherche et de l’enseignement que du côté de leurs tutelles administratives, voient dans les outils technologiques une possibilité de valoriser les produits du travail universitaire et de susciter de nouvelles connexions entre disciplines ou avec le public. Des travaux anglophones et francophones en sciences sociales, notamment en sciences de l’information et de la communication, font parfois directement le lien entre ces transformations du travail académique et la nécessité pour les universitaires d’investir tous les types de plateformes numériques. Dans la deuxième partie, nous prenons le cas d’étude plus précis des sociologues utilisant la plateforme Twitter. Après avoir rappelé les atouts et les limites de la plateforme comme source empirique, nous exposons nos choix méthodologiques pour construire une base de données des sociologues utilisant Twitter, puis le type d’analyses que ces choix rendent possibles. Enfin, dans une troisième partie, nous évoquons les résultats issus de nos premières analyses, en ouvrant sur plusieurs perspectives de recherche.

3En résumé, nos résultats montrent la reproduction partielle, sur la plateforme, des hiérarchies traditionnelles du champ académique, tant en termes d’inégalités statutaires que d’inégalités de genre. Nos données donnent néanmoins à voir une recomposition des pratiques sur la plateforme, la subversion ponctuelle des hiérarchies académiques et la valorisation de positions frontalières entre espaces académique et extra-académique. Cette part accordée à des postures plus hybrides, généralistes, militantes ou médiatiques, semble également se refléter dans un usage pluriel et la diversité du contenu produit par les utilisateurs et utilisatrices. Nous suggérons ainsi de poursuivre l’enquête en nous focalisant sur les agencements imaginés par les utilisateurs et utilisatrices, sur les modes de résolution des tensions qu’amène la rencontre entre plateforme et travail universitaire et intellectuel, ainsi que sur la coexistence de cadres interactionnels souvent contradictoires.

Présence et visibilité en ligne : un enjeu croissant pour les universitaires ?

4Depuis au moins deux décennies, la cohabitation du travail universitaire avec un ensemble de plateformes numériques engendre un lot d’activités supplémentaires dont il est difficile de saisir les contours. Ce travail « à-côté » (Weber, 2009 ; Beauvisage et al., 2018), susceptible de prendre de plus en plus de temps mais également de transformer la valeur et le produit du métier d’universitaire, n’a toutefois guère fait l’objet d’enquêtes empiriques en France. Le présent article s’inscrit dans un programme de recherche proposant précisément d’interroger cette transformation à partir de l’investissement des plateformes numériques par les universitaires, en considérant en particulier les processus de réforme des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

  • 2 À ce titre, la Déclaration de San Francisco (San Francisco Declaration on Research Assessment, DOR (...)

5En effet, les transformations du travail universitaire peuvent être étudiées au regard de l’avènement depuis quelques décennies d’une nouvelle forme de gouvernement au sein de l’administration, à savoir le « nouveau management public » (NPM – Bezès et al., 2011). Ces déplacements conceptuels et organisationnels de l’administration publique vers la « cité par projets » (Boltanski et Chiapello, 1999 ; Célérier et Arfaoui, à paraître) se traduisent au sein de l’ESR par plusieurs phénomènes, faisant des universitaires un « groupe professionnel particulièrement touché par les transformations du travail dans les sociétés contemporaines » (Musselin, 2008). Nombre des réformes néo-managériales de l’ESR récemment mises en place en France ont notamment entraîné l’apparition de nouveaux indicateurs de performance académique souvent produits et débattus par les chercheurs eux-mêmes (Gozlan, 2019). Ces indicateurs ont pour conséquence, à travers le benchmarking (Bruno, 2008), de mettre en concurrence les établissements, les revues, les laboratoires de recherche (Menger, Marchika et Hanet, 2015 ; Pontille et Torny, 2010 ; Louvel, 2011). En dernier ressort, ce sont toutefois les universitaires mêmes qui sont mis en concurrence par l’évaluation individuelle de leur travail comme support de contrôle et de gestion des ressources humaines de l’Université (Bedin, 2012), si bien qu’ils ou elles doivent développer des stratégies pour subsister (Stofer, 2001). La généralisation d’un classement à la performance produirait de fait un « marché de la recherche » ou un « capitalisme académique » (Cantwell et Kauppinen, 2014 ; Slaughter et Rhoades, 2010) érigeant en modèle le « chercheur-entrepreneur » – et a fortiori le « doctorant-entrepreneur » (Frances, 2012) – désireux de se rendre visible, d’optimiser sa productivité et d’élargir continuellement son réseau (Gallois, 2013). Au-delà du principe de « publish or perish » (« publier ou périr »), la place prise par les facteurs d’impact scientifique (comme l’indice h ou h-index) ajoute un principe de « be visible or vanish » (« être visible ou disparaître ») faisant du monde universitaire une économie de « superstars » au sein de laquelle un nombre restreint de personnes visibles récolte la majorité du bénéfice économique et symbolique des activités du champ (Rosen, 1981). L’ensemble des transformations en cours ne se déroulent bien entendu pas sans recevoir les critiques de la sphère universitaire en France et dans les pays où des changements comparables ont eu cours. Depuis plus d’une décennie un ensemble de critiques mettent notamment en cause les indicateurs de performance comme le « facteur d’impact »2.

6Dans le même temps, les plateformes numériques publiques et privées, académiques et grand public, se présentent comme des outils incontournables pour augmenter sa visibilité et construire sa réputation. Le site de la plateforme Academia affirme ainsi que « les articles téléversés sur Academia constatent un boost de 69 % de leurs citations dans les cinq ans »3. Les tutelles de la recherche publique incitent elles-mêmes de plus en plus fortement les universitaires à assurer une visibilité et une circulation des travaux grâce aux plateformes numériques. Les universitaires sont encouragé-e-s à développer un ensemble de dispositions et de techniques pour apprendre à se saisir des informations qui transparaissent sur les différentes plateformes (nombre de vues, nombre de clics ou de partages) et aiguiser leurs stratégies de visibilisation. Ainsi, non seulement la participation des universitaires au jeu de ces plateformes implique de nouvelles compétences, mais elle suggère aussi l’avènement de métriques et critères distincts de ceux qui ordonnent traditionnellement le monde académique. Récemment, la plateforme d’archives ouvertes HAL (Hyper Articles en ligne) a intégré à ses pages des métriques « alternatives », incluant le nombre de fois où l’article a été « tweeté » ou référencé par des utilisateurs et utilisatrices (readers) de la plateforme privée de gestion bibliographique britannique Mendeley (voir Illustration 1).

Illustration 1. Capture d’écran de la plateforme HAL-shs sur la page d’un article.

Illustration 1. Capture d’écran de la plateforme HAL-shs sur la page d’un article.
  • 4 À ce titre, l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (URFIST) a ét (...)
  • 5 Nous traduisons la phrase : « Come on people, get a freaking google scholar profil or stop applyin (...)

7Conscientes du poids pris par les métriques alternatives, de nombreuses unités de recherche publique mettent en place des outils susceptibles d’aider les universitaires à faire l’usage le plus « efficace possible » des plateformes numériques4. Comme le dit Cécile Arènes (2015) : « Le travail scientifique s’est toujours articulé autour d’échanges nourris entre les chercheurs, qui ont eu recours au travail en réseau de longue date. Pour autant, au tournant des années 2010 sont apparues des logiques de présence en ligne de plus en plus individuelles » (p. 239). Ces logiques sont parfois relayées directement sur ces mêmes plateformes par des universitaires statutaires à destination de candidat-e-s en début de carrière, ce qui souligne une forte intégration de ces critères de visibilité numérique aux standards de la profession. On a ainsi pu lire, sur le compte Twitter d’un directeur de recherche au CNRS, le conseil suivant : « Aux jeunes chercheuses et chercheurs qui candidatent : je sais bien que dans certaines disciplines ça ne se fait pas, mais c’est une excellente idée d’avoir une page web avec vos papiers, slides de présentation, etc. à jour, sans paywall ni inscription, bien visible dans Google » (le 10 juin 2020) ; et, plus impérativement, sur le compte Twitter d’un professeur d’une université française, la consigne suivante : « Bon les gens, ouvrez un satané profil sur Google Scholar ou arrêtez de candidater à des postes, vraiment »5 (le 1er avril 2021). Ces messages ont par ailleurs été abondamment commentés et critiqués.

  • 6 Parmi l’ensemble des disciplines universitaires, les sciences humaines et sociales recouvrent des (...)

8Aux injonctions à la visibilité s’ajoutent des demandes de justification, de valorisation et de « décloisonnement » de la recherche publique, auxquelles les plateformes numériques, publiques comme privées, permettraient de répondre. Ces injonctions sont particulièrement pressantes pour ce qui concerne les laboratoires issus des sciences humaines et sociales, dont la capacité à démontrer une valeur qui ne soit pas strictement académique est régulièrement remise en cause6. Au sein de ces champs disciplinaires, les plateformes numériques sont alors rapidement apparues comme des instruments pertinents de transfert et de valorisation des produits de l’Université à l’extérieur du monde académique. Comme le dit précisément Patrice Bourdelais, directeur de l’Institut des sciences humaines et sociales (INSHS) jusqu’en 2018 :

  • 7 « Valorisation et innovation de la recherche en sciences humaines et sociales » [en ligne], site d (...)

Pendant des décennies, la valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales a principalement pris la forme de publications pour public averti ou d’une présence dans les différents médias. À quelques exceptions près, les collaborations entre les équipes de recherches et les entreprises ou avec les acteurs publics se limitaient à la gestion, à l’économie, au droit, à l’urbanisme. Ce paysage a été amplement renouvelé à partir du début des années 2000 par la généralisation du numérique dans la recherche en SHS et par la possibilité d’utiliser ces outils nouveaux pour transférer et valoriser la recherche.7

9Les plateformes numériques tiendraient donc un rôle de plus en plus important dans le déplacement, la production ou la reproduction des règles du jeu académique. Pourtant, les travaux en France sur l’usage des réseaux sociaux par les universitaires sont encore peu développés. La littérature francophone, issue de chercheurs et chercheuses en information et communication, se concentre sur le cas de l’open science et des plateformes publiques, critiquant ou omettant l’usage par les universitaires de plateformes privées et non spécifiquement académiques telles que Twitter (Leduc, 2017 ; Mahé et Prime-Claverie, 2017 ; Gallezot et Le Deuff, 2009). La littérature anglophone se constitue à l’inverse souvent en défense d’un usage plus étendu des réseaux sociaux numériques, privés comme publics, pour « diffuser la connaissance », « vulgariser » et « décloisonner le champ académique ». Celle-ci s’efforce de répertorier de façon systématique les modes d’engagement et l’usage de plateformes non spécifiquement académiques par les universitaires (Priem et Costello, 2010 ; Peters et al., 2018). Souvent normative, cette partie de la littérature regrette un usage trop peu répandu chez les universitaires de ces plateformes (Priem et al., 2012 ; Fenner, 2014).

10Notre recherche se propose, tout en s’inspirant de ces deux pans de la littérature, de prendre au sérieux l’usage de Twitter par les sociologues sans en faire un objectif normatif ni une critique politique, et de tester la crédibilité du lien communément établi entre la prolifération des plateformes numériques et l’entrepreneurialisation de l’Université. Nous commencerons par nous demander plus trivialement dans quelle mesure Twitter constitue un espace (de travail) universitaire en France.

Quel dispositif pour étudier les activités des sociologues sur Twitter ?

11Sans forcément bouleverser la nature des liens sociaux, les réseaux sociaux numériques rendent ces derniers plus tangibles, et donc plus étudiables (Grossetti, 2014). Les plateformes numériques, en produisant et stockant une quantité importante de données, constituent une opportunité pour enquêter de façon renouvelée sur un ensemble de phénomènes sociaux, qu’il s’agisse du façonnement des opinions publiques (Severo et Lamarche-Perrin, 2018 ; Flores, 2017) ou de l’avènement de crises politiques (Burns et Eltham, 2009). Dans le même temps, ces plateformes ont contribué à déplacer la façon dont les chercheurs et chercheuses en sciences sociales répondent à un ensemble de questions méthodologiques, en redéfinissant notamment la distinction entre méthode qualitative et méthode quantitative, ou approches globales et approches locales (Venturini et Latour, 2010 ; Crawford et Boyd, 2011). La grande complexité et densité des données disponibles en ligne permet de passer de la « netnographie » (Kozinets, 2006) à l’analyse de données collectées massivement (aussi appelées « big data »), mais engendre de nouvelles questions sur la manière de relier ces niveaux empiriques ou de repenser leur articulation. Des travaux ont aussi souligné le manque de représentativité des réseaux sociaux (Ribeiro et al., 2020 ; Boyadjian, 2014), suggérant de prendre beaucoup de précautions lors d’une éventuelle montée en généralité.

12Le réseau Twitter, en particulier, charrie nombre d’informations qui, concernant tant les utilisateurs et utilisatrices de la plateforme que leurs activités, peuvent être assez facilement exploitées. Alors même que l’entreprise tire la majorité de ses revenus de la possibilité de valoriser économiquement ses données et métadonnées, celles-ci sont devenues de plus en plus accessibles aux chercheuses et chercheurs, que ce soit de façon informelle à travers la collecte libre de données, ou par le biais de l’interface de programmation (API) officielle de la plateforme. Par rapport à d’autres réseaux sociaux détenus par des capitaux privés, au premier rang desquels Facebook, la plateforme Twitter apparaît ainsi plus « ouverte » et elle est devenue au fil des années une source de plus en plus mobilisée et légitime dans le champ scientifique comme en témoigne la pluralité des cas d’étude (Karami et al., 2020) et des méthodes expérimentales auxquelles celle-ci a donné lieu (Severo et Lamarche-Perrin, 2018 ; Flores, 2017 ; Boullier, 2017). Nous proposons dans cette partie de détailler le dispositif que nous avons choisi de mettre en place pour faire l’étude du Twitter des sociologues. Nous exposerons notre méthode de constitution d’une base de comptes à étudier, ainsi que les perspectives analytiques que cette base nous offre.

  • 8 L’auteur, utilisateur actif de la plateforme depuis 2009, a posté 6 654 tweets et il est suivi par (...)

13Notre premier objectif était de constituer une base de données des sociologues français sur Twitter. Un compte Twitter vierge a d’abord été créé pour nous permettre de nous abonner aux comptes desquels nous extrairons ultérieurement les données. Nous avons ensuite constitué la base des abonnés en recoupant plusieurs stratégies, puis en procédant à un nettoyage. Afin de collecter les comptes auxquels nous abonner, quatre stratégies ont été croisées : 1) nous avons d’abord procédé à une recherche ciblant tous les individus possédant les mentions « sociologue » et « sociologie » dans la biographie de leur profil ; 2) nous nous sommes ensuite appuyés sur le moteur de recommandation algorithmique de Twitter, pour élargir la base en intégrant des sociologues ne mentionnant pas directement ces termes ; 3) en tant qu’utilisateurs actifs de Twitter8, nous avons mobilisé notre propre connaissance de l’espace des sociologues sur le réseau, ce qui nous a permis d’intégrer ceux ou celles qui avaient échappé à ces premiers modes de collecte, voire d’ajouter des comptes de sociologues anonymes ; 4) enfin, nous avons recoupé cette base avec la liste des abonné-e-s aux comptes Twitter de l’Association française de sociologie (AFS, 4 122 abonné-e-s) et de l’Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur (ASES, 1 777 abonné-e-s). À ce stade, nous avions une base de 346 utilisateurs et utilisatrices.

14La constitution de la base a immédiatement imposé un ensemble de questions sur les frontières de la communauté des sociologues : entre sociologues universitaires ou rattaché-e-s à des organismes publics et sociologues exerçant dans le privé (consultant-e-s, sociologues dans les entreprises), ou entre sociologues en début de carrière, doctorant-e-s ou docteur-e-s et postdoctorant-e-s. La tâche a été rendue d’autant plus complexe que le « titre » de sociologue ne bénéficie d’aucune protection ou exclusivité institutionnelle. Afin de prendre en compte la plus grande diversité possible de cas, nous avons pris la catégorie d’« universitaire » dans cette acception large mais délimitée : l’ensemble des individus suivant ou ayant suivi une formation a minima doctorale les préparant aux métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche dans une ou plusieurs disciplines universitaires. Ainsi, pour reprendre la catégorisation de Christine Musselin (2000), nous nous intéressons tout autant aux activités numériques d’agents étant ou ayant été universitaires permanents (chargé-e-s ou directeurs et directrices de recherche, maîtres et maîtresses de conférences ou professeur-e-s des universités) et enseignants-chercheurs, enseignantes-chercheuses en tenure tracks, qu’au « vivier du marché universitaire » (attaché-e-s temporaires d’enseignement et de recherche et doctorant-e-s). Nous avons donc procédé à un affinage en nous assurant de ne pas laisser de personnes n’appartenant pas au domaine de la sociologie, sans toutefois appliquer de délimitation stricte avec les domaines frontières (incluant par exemple les « sociologues-politistes », ou les « socio-anthropologues »). Notre définition a également supposé d’exclure les étudiant-e-s en sociologie n’étant pas encore en doctorat, ainsi que toute autre personne se revendiquant sociologue sans qu’il s’agisse d’une activité professionnelle ou académique (personnes ayant fait des études courtes de sociologie mais exerçant un travail sans lien, ou utilisateurs et utilisatrices se revendiquant « sociologues à leurs heures perdues »…). Nous avons enfin exclu les sociologues n’appartenant pas à une institution française de métropole ou d’outre-mer.

15À la suite de ce tri, nous sommes parvenus à un total de 262 comptes répondant à nos critères. Sans garantie d’exhaustivité, ce corpus nous a néanmoins semblé satisfaisant dans sa taille et cohérent. L’interface de programmation (API) officielle de Twitter (à laquelle nous avons accès au titre de ce projet de recherche) et le logiciel Postman nous ont ensuite permis de collecter (« webscraper ») différentes informations associées à ces comptes : les informations d’identification (pseudonyme Twitter, nom affiché, identifiant unique, texte de la biographie du compte, date de création du compte, ville et pays) et les métriques d’activité du compte (nombre d’abonnés et d’abonnements, nombre de tweets). Nous avons ensuite complété ces premières informations par le biais de recherches supplémentaires sur chacun de ces 262 comptes, en nous appuyant sur les informations disponibles dans la biographie du compte, sur les pages institutionnelles des sociologues ou sur notre connaissance du champ, permettant de réunir : 1) leur position professionnelle selon une répartition en quatre catégories : les précaires de l’université (doctorant-e-s ou postdoctorant-e-s), les fonctionnaires de l’ESR au rang B (maîtres et maîtresses de conférences ou chargé-e-s de recherche), les rang A (professeur-e-s des universités ou directeurs et directrices de recherche), et les autres (incluant les utilisateurs et utilisatrices travaillant dans le privé, le champ politique ou d’autres organisations publiques) ; 2) le sexe déclaré des utilisateurs et utilisatrices (à partir de l’emploi sexué de pronoms ou de qualificatifs : « il/elle », « chercheure/chercheuse », etc.) ; 3) l’employeur : école, université, organisme public (CNRS, INSERM, etc.), autre public (collectivité ou ministère), entreprise privée ; 4) le caractère anonyme de leur compte (soit qu’ils ou elles se décrivent comme sociologues sur leur profil mais n’affichent pas leurs nom et prénom, soit qu’ils ou elles affichent ces derniers mais ne spécifient pas être sociologues) ; 5) et certaines variables dichotomiques concernant le statut de fonctionnaire, le statut de doctorant ou postdoctorant, et une localisation géographique déclarée à Paris ou non. Bien entendu, ce recodage ne s’est pas fait sans un certain nombre de complexités et d’ajustements liés à la diversité des positionnements et modes de hiérarchisation au sein de l’ESR.

16Notre base de données ouvrait alors la possibilité d’une analyse à trois entrées : une analyse par la description statistique et l’analyse géométrique de l’identité des utilisateurs et utilisatrices, nous permettant de mieux définir l’espace socioprofessionnel que constitue Twitter ; une analyse des relations entre utilisateurs et utilisatrices, à partir notamment d’une visualisation de leurs liens pour interroger la polarisation du réseau des sociologues de la plateforme et le poids de chacun-e ; enfin, une entrée par l’analyse du contenu des tweets postés permettant d’interroger la diversité des usages et modalités d’engagements sur la plateforme.

Quels résultats exploratoires pour quelles perspectives de recherche ?

17Dans cette troisième et dernière partie, nous proposons d’exposer les premiers résultats issus de cette analyse exploratoire à trois entrées. Sans tirer de conclusions trop rapides à partir de ces premières données, nous dessinerons les perspectives de recherche que celles-ci offrent.

18Une description à plat de la base de données nous permet d’abord de constater une forte proportion d’hommes (près de deux tiers), une présence importante de statutaires (plus de la moitié), près d’un quart de précaires (doctorant-e-s ou postdocs), et enfin 20 % de personnes travaillant comme sociologues en dehors du monde académique. Parmi les 80 % appartenant au monde académique, 61,2 % travaillent dans des établissements du supérieur, près d’un quart dans des organismes de recherche publics (principalement CNRS, INSERM, IRD et INRAE), et 15 % dans le privé ou dans d’autres organismes publics.

19L’inégale féminisation de la base semble refléter celle qui a cours dans l’ESR (Espínola, 2018 ; Backouche et al., 2009 ; Marry, 2008 ; Rogers et Molinier, 2016) : une minorité de femmes au sein des « rang A » (17,3 %), et un pourcentage plus élevé lorsque l’on descend les échelons vers les « rang B » (43 %) et les précaires (41,5 %).

Tableau 1. Répartition des statuts professionnels de la base d’utilisateurs et utilisatrices selon le sexe.

Femmes Hommes Total (en ligne)
Rang A 17,3 % 82,7 % 19,85 %
Rang B 43 % 57 % 32,82 %
Précaires 41,5 % 58,5 % 24,81 %
Ingénieurs 66,7 % 33,3 % 2,29 %
Autres 32,1 % 67,9 % 20,23 %

Tableau 2. Répartition des employeurs de la base d’utilisateurs et utilisatrices selon le sexe.

Femmes Hommes Total (en ligne)
Université/école 39 % 61 % 61,2 %
Organisme public 34,4 % 65,6 % 23,5 %
Privé 27,8 % 72,2 % 13,85 %
Autre public 0 % 100 % 1,54 %
Total 35,9 % 64,1 % 100 %

20Sur un mode plus dynamique, prenant en compte la date d’inscription des comptes de notre base sur Twitter, on observe une médiane des inscriptions en 2014 et un pic entre 2011 et 2015 (voir Illustration 2). Ainsi, une relative féminisation du Twitter des sociologues interviendrait dans les dernières années avec des valeurs proches de la parité pour la création de comptes sur la période 2017-2021. Cette donnée est à considérer avec précaution puisqu’il est impossible de nous assurer du nombre de comptes de femmes supprimés durant les périodes précédentes, résultant notamment de formes de harcèlement en ligne (Megarry, 2014).

Illustration 2. Date de création des comptes des utilisateurs et utilisatrices de la base.

Illustration 2. Date de création des comptes des utilisateurs et utilisatrices de la base.

21Qu’en est-il des informations apportées par les métriques, comme les nombres d’abonnés et d’abonnements ? Ceux-ci peuvent être pris comme un indicateur de l’influence d’un compte sur la plateforme. Un indicateur de réputation courant dans les analyses en gestion et marketing consiste à calculer un ratio de liens entrants/sortants (le nombre de comptes abonnés à un compte, divisé par le nombre de comptes auxquels ce compte est abonné). Ce ratio réparti en quartiles donne des résultats intéressants, confirmant un effet d’homologie entre le statut académique et la réputation d’un compte sur la plateforme (voir Illustration 3). Les « rang A » apparaissent ainsi surreprésentés dans le quartile le plus élevé, tandis que les précaires le sont dans le dernier quartile – un résultat qu’on peut sans doute aussi associer au niveau d’ancienneté sur la plateforme. De même, on trouve une forte sous-représentation des femmes dans le quartile le plus élevé et inversement.

Illustration 3. Répartition des utilisateurs et utilisatrices selon les quartiles du ratio abonnés/abonnements

Illustration 3. Répartition des utilisateurs et utilisatrices selon les quartiles du ratio abonnés/abonnements

22À l’aide d’une analyse de correspondances multiples (ACM) et d’une classification ascendante hiérarchique (CAH) de l’ensemble de ces variables positionnelles et des métriques factorialisées de pratique et de réputation, les utilisateurs et utilisatrices peuvent selon nous être réparti-e-s en quatre groupes correspondant à des usages et rapports spécifiques sur la plateforme (voir Illustration 4) :

  1. « Les entrants » (cluster noir) forment un groupe constitué d’universitaires précaires dont la fréquence de tweets et la réputation sont faibles, relativement nouveau sur la plateforme et plutôt féminisé.
  2. « Les modérés » (cluster rouge) sont constitués de « rang A » ou « rang B », avec une surreprésentation de fonctionnaires du CNRS, détenant relativement peu de followers et exerçant une activité modérée sur la plateforme. Ils et elles entretiennent un rapport plus ordinaire à la plateforme, en l’employant soit de façon utilitaire soit sous la forme d’une sociabilité intermittente.
  3. « Les proactifs » (cluster vert) sont souvent les plus anciens sur le réseau ; ils et elles bénéficient d’une forte réputation, ont une fréquence de tweets élevée, et sont également plus souvent anonymes9, universitaires et « rang B ». Leur investissement de l’outil est donc beaucoup plus fort et parfois accompagné de la recréation d’une identité liée spécifiquement à la plateforme sous un pseudonyme.
  4. « Les privés » (cluster bleu) sont les sociologues exerçant à l’extérieur du monde académique ; leurs activité et nombre de followers se situent autour de la médiane.

Illustration 4. Analyses de correspondance multiple et classification ascendante hiérarchique

Illustration 4. Analyses de correspondance multiple et classification ascendante hiérarchique
  • 10 Avec l’aide de notre collègue Emilien Schultz que nous remercions chaleureusement pour la mise en (...)

23En plus d’un travail de profilage sur la base de différentes variables et métriques analysées, nous avons procédé à la construction graphique du réseau des 262 utilisateurs et utilisatrices de notre base (voir Illustration 5). La représentation ci-dessous a été constituée à partir des 11 278 liens entrants et sortants (following/followers) entre ces utilisateurs et utilisatrices, également collectés par l’API de Twitter10. Le logiciel Gephi a été utilisé pour générer une représentation visuelle de ces liens et du poids de chaque utilisateur et utilisatrice dans le réseau, mobilisant en particulier l’algorithme Force Atlas 2

24La représentation nous permet de mettre en évidence un pôle académique (en rouge, orange et vert, à gauche) et un pôle extra-académique (en bleu à droite), et de constater que la position institutionnelle dans le champ académique (précaire en vert, rang B en orange, ou rang A en rouge) influence les liens du réseau. La position des nœuds du pôle académique semble donc influencée par le statut académique. Les nœuds du pôle extra-académique sont pour leur part plus lâchement attachés, voire se situent pour beaucoup en dehors de l’espace principal, dénotant une plus faible intégration au pôle académique. Ces résultats concordent avec ceux d’autres enquêtes et illustrent que si les liens faibles s’hétérogénéisent avec les réseaux sociaux numériques, les liens forts ont tendance à l’inverse à s’homogénéiser (Grossetti, 2014).

Illustration 5. Réseau des liens entre les 262 utilisateurs et utilisatrices de la base

Illustration 5. Réseau des liens entre les 262 utilisateurs et utilisatrices de la base

25Un autre élément ressort de cette visualisation : l’ensemble des points les plus forts du réseau (nombre important d’abonnés, ou ratio abonnés/abonnements élevé) sont situés à la rencontre entre le pôle académique et le pôle extra-académique. Tout se passe donc comme si le réseau valorisait des positions intermédiaires, redéfinissant ainsi la position de l’universitaire en tant que professionnel-le dans des espaces ouverts au grand public, notamment lorsque les formats d’échange de certaines plateformes poussent les sociologues à prendre position politiquement, mais également les stratégies dont il ou elle va faire usage pour rendre son propos accessible et compréhensible. La rencontre des universitaires avec les plateformes numériques nous permet ainsi de repenser à nouveaux frais les effets de la valorisation des sciences sur le public ciblé, mais également sur le contenu scientifique lui-même. Un tel résultat concorde avec le fait que les contributions sur la plateforme Twitter sont tendanciellement perçues et inscrites comme une contribution au débat public (Smyrnaios et Ratinaud, 2014).

26Pour affiner notre compréhension du phénomène, il faudrait ici suivre des trajectoires individuelles et en interpréter les déterminants. Une diversité de profils ressortirait probablement : des universitaires régulièrement présent-e-s dans les médias, d’autres investi-e-s dans le champ militant, ou encore des non-universitaires fortement investi-e-s dans un travail de vulgarisation ou de promotion de travaux issus du champ académique. Quelles différences existe-t-il par exemple entre un utilisateur préalablement médiatisé comme @EricFassin (plus de 8 300 tweets) dont la position est celle d’un rang A, ayant rejoint Twitter en 2013 et affichant un ratio abonnés/abonnements très élevé (plus de 32 000 abonnés mais seulement 125 abonnements) ; et celle d’un utilisateur non académique comme @UneHeuredePeine (plus de 125 000 tweets), au nombre d’abonnés également élevé (plus de 31 000), mais suivant en retour une bien plus grande quantité de comptes (3 654) ? Si les deux auteurs interviennent régulièrement par le biais de prises de positions faisant le lien entre leurs travaux (sur les questions de genre et de race pour l’un, sur la sociologie de la pauvreté pour l’autre) et l’actualité politique et sociale de la France, il semble que, pour le premier, Twitter soit un support pour l’amplification d’une notoriété médiatique et académique établie, tandis que, pour le second, les activités propres à la plateforme (vulgarisation, fil de tweets pédagogiques et forte interactivité par mentions et questions-réponses) jouent un rôle déterminant dans la notoriété du compte.

27Ce travail d’interprétation serait possible notamment à travers le codage et la thématisation du contenu posté individuellement par les utilisateurs et utilisatrices de notre base. Dans le cadre d’un travail en cours, nous avons récolté un peu plus de 1 100 tweets correspondant à une semaine d’activité de notre base entre le 15 mars et le 22 mars 2021, puis nous les avons codés selon leur lien thématique avec la discipline ou le monde académique en général, selon leur caractère promotionnel, et selon leur propension à constituer une prise de position publique. Même si nous ne pouvons pas encore donner de résultat stable à propos de ce travail embryonnaire, il semble en ressortir une pluralité de pratiques qui ne répondrait pas spécialement à une position statutaire (par exemple, la propension à prendre publiquement position ne varierait pas selon le statut), et cette pluralité s’exprimerait à l’échelle individuelle (rares seraient les utilisateurs et utilisatrices « monothématiques » qui n’articulent pas différents régimes de publication : professionnel ou promotionnel, politique, personnel, etc.).

Tableau 3. Exemple de codage appliqué sur 1 143 tweets postés par notre base entre le 15 et le 22 mars 2021.

Variables non exclusives  Exemple
Relatif à la discipline* Y : oui ; A : relatif au monde académique en général ; U : incertain ; N : non Y : « Après avoir retranscrit une 30aine d’entretiens voici un petit nuage de mots des termes qui en ressortent. » A : « la bonne nouvelle du jour : mon administration a réagi rapidement et avec efficacité et vient de me proposer une solution qui va me simplifier la vie »
Auto-promotion Y : oui ; N : non Y : « Dans deux heures sur @cavousf5 pour parler de la crise sanitaire et de la sortie de mon livre demain ! #confiance »
Promotion d’autrui Y : oui ; N : non Y : « Article fondamental d’Abderrahim El Janati | Charisme d’action, charisme mystique, néo-Umma à la source du djihadisme européen : l’exemple de Toulouse et sa région - via @hypothesesorg »
Prise de position Y : oui ; N : non Y : « Je soutiens la grève entamée aujourd’hui par mes collègues et camarades doctorant·e·s (grad workers) à l’université de @Columbia. »

* Cette typologie s’inspire du travail de George Veletsianos (2012).

28Les résultats égrainés au fil de cette partie constituent une invitation à poursuivre l’enquête et à mutualiser les travaux sur la question. Il nous semble en effet qu’un ensemble de constats et de questions posées pour le cas précis des sociologues sur Twitter sont susceptibles d’émerger si une enquête est menée sur d’autres plateformes et d’autres disciplines du champ académique. Le premier constat est celui de la pertinence des catégories institutionnelles et de genre dans la description de l’espace social des sociologues sur Twitter à mesure que l’on retrouve sur la plateforme une répartition des individus et de leurs liens en rapport avec leur position au sein (ou en dehors) du monde académique. La littérature en sciences sociales a relevé les multiples facteurs menant à un usage différencié des outils numériques – notamment selon l’appartenance à une classe sociale ou l’âge des populations concernées (Pasquier, 2018 ; Mercklé et Octobre, 2012) – et donc la tendance des inégalités sociales à se traduire en inégalités numériques, voire à se matérialiser dans une « fracture numérique » (Granjon, 2004). Sans nécessairement reprendre cette terminologie pour décrire le travail numérique des universitaires, il est possible d’appréhender les enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses comme un groupe hétérogène face aux outils numériques. Nous confirmons dans une certaine mesure la reproduction sur Twitter, ou en tout cas une certaine stabilité, des rapports sociaux préexistants, et notamment la construction mutuelle des rapports sociaux de genre et de la technologie (Jouët, 2003). Ce constat entre immédiatement en tension avec un second, qui est celui de la recomposition partielle des pratiques sur la plateforme, donnant de la place à la subversion ponctuelle des hiérarchies académiques et à la valorisation de positions frontalières entre espaces académique et extra-académique. Lorsqu’ils et elles s’emparent d’un réseau comme Twitter, les sociologues semblent loin d’en faire un usage strictement professionnel (Veletsianos, 2012). Le contenu scientifique et les interactions professionnelles nécessitent d’être transformés pour convenir au fonctionnement, aux formats et aux publics des plateformes numériques. Celle de Twitter doit plutôt être considérée selon l’hybridité des usages qu’elle engendre : entre usages professionnel, public ou personnel, entre usages institutionnel ou critique. L’ensemble des situations mentionnées plus haut illustrent les nombreuses opérations de recombinaison et d’adaptation de compétences réalisées par les universitaires. Twitter apparaît ainsi loin de constituer seulement un espace de participation au jeu institutionnel et entrepreneurial de l’Université, c’est aussi un espace d’expression personnelle peu régulé, ou un espace de remise en question du fonctionnement orthodoxe de l’Université.

29L'un des enjeux de ce travail était de collecter une quantité importante de données afin d’en tirer une analyse aussi systématique que possible. Ces premiers résultats nous encouragent à maintenir le refus de deux approches déterministes : une approche disruptive qui voudrait que la plateforme révolutionne les usages et suscite un ordre orthogonal à celui qui a cours au sein du champ académique, et une autre strictement continuiste, inscrivant la plateforme comme le prolongement numérique et homologue de ce champ. La poursuite de notre étude nécessite désormais d’enquêter au plus près des acteurs, de reconnecter ces données à un terrain plus incarné. Ce terrain ouvre également la possibilité d’effectuer une multitude de comparaisons interdisciplinaires (en réalisant le même travail pour d’autres disciplines académiques), inter-plateformes (en comparant les appropriations faites par les universitaires sur Facebook ou LinkedIn par exemple), voire interprofessionnelles (en creusant la comparaison avec d’autres champs professionnels). Dans la suite de notre recherche, nous nous efforcerons de prêter attention aux agencements imaginés par les utilisateurs et utilisatrices, aux modes de résolution des tensions qu’amène la rencontre entre plateforme et travail intellectuel, aux formes spécifiques d’interaction sur Twitter et à la coexistence de cadres interactionnels souvent contradictoires.

Haut de page

Bibliographie

Akermann Grégori, 2018, « La difficile émergence du marché de la prestation de services sociologiques », Sociologies pratiques, vol. 36, no 1, p. 27-36.

Arènes Cécile, 2015, « Les réseaux sociaux numériques pour chercheurs : quelles pratiques, quels enjeux ? », Ethics, Medicine and Public Health, vol. 1, no 2, p. 239‑247.

Backouche Isabelle, Godechot Olivier et Naudier Delphine, 2009, « Un plafond à caissons : les femmes à l’EHESS », Sociologie du travail, vol. 51, no 2, p. 253‑274.

Beauvisage Thomas, Beuscart Jean-Samuel et Mellet Kevin, 2018, « Numérique et travail à-côté. Enquête exploratoire sur les travailleurs de l’économie collaborative » [en ligne], Sociologie du travail, vol. 60, no 2, [URL : journals.openedition.org/sdt/1984].

Bedin Véronique, 2012, « L’évaluation des enseignants-chercheurs en France. Évolutions récentes et enjeux », Spirale, vol. 49, no 1, p. 157‑172.

Bezès Philippe, Demazière Didier, Bianic Thomas Le, Paradeise Catherine, Normand Romuald, Benamouzig Daniel, Pierru Frédéric et Evetts Julia, 2011, « New Public Management et professions dans l’État : au-delà des oppositions, quelles recompositions ? », Sociologie du travail, vol. 53, no 3, p. 293‑348.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boullier Dominique, 2017, « Distribution du pouvoir d’agir des entités sociales dans les études informatiques sur Twitter », Sociologie et sociétés, vol. 49, no 2, p. 113‑136.

Boyadjian Julien, 2014, « Twitter, un nouveau “baromètre de l’opinion publique” ? », Participations, vol. 8, no 1, p. 55-74.

Bruno Isabelle, 2008, À vos marques, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant (Savoir/Agir).

Burns Alex et Eltham Ben, 2009, « Twitter free Iran : An evaluation of Twitter’s role in public diplomacy and information operations in Iran’s 2009 election crisis », Communications Policy & Research Forum 2009, 19-20 novembre, University of Technology, Sydney.

Calmand Julien et Giret Jean-François, 2020, « Trouver sa place dans le secteur académique, un projet de moins en moins attractif pour les doctorants ? » [en ligne], Éducation et socialisation, no 58, [URL : journals.openedition.org/edso/13502].

Cantwell Brendan et Kauppinen Ilkka éd., 2014, Academic Capitalism in the Age of Globalization, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Célérier Laure et Arfaoui Mehdi, à paraître, « La startupisation de l’action publique », Gouvernement et action publique.

Crawford Kate et Boyd Danah, 2011, « Six provocations for big data » [en ligne], A Decade in Internet Time : Symposium on the Dynamics of the Internet and Society. 21 septembre, [DOI : 10.2139/ssrn.1926431].

Espínola Artemisa Flores, 2018, « Déchiffrer les inégalités dans le recrutement par concours des enseignant.e.s-chercheur.e.s (MCF) en sociologie en France » [en ligne], Socio-logos, no 13, [URL : journals.openedition.org/socio-logos/3196].

Fenner Martin, 2014, « Altmetrics and other novel measures for scientific impact », Opening Science, S. Bartling et S. Friesike éd., Cham, Springer, p. 179‑189.

Flores René, 2017, « Do anti-immigrant laws shape public sentiment ? A study of Arizona’s SB 1070 using Twitter data », American Journal of Sociology, vol. 123, no 2, p. 333‑384.

Frances Jean, 2012, « Portrait du doctorant en entrepreneur », Mouvements, vol. 71, no 3, p. 54‑65.

Gallezot Gabriel et Le Deuff Olivier, 2009, « Chercheurs 2.0 ? », Les Cahiers du numérique, vol. 8, no 2, p. 15‑32.

Gallois Nicolas, 2013, « Les conséquences des nouveaux critères d’évaluation des chercheurs en science économique », L’Économie politique, vol. 59, no 3, p. 98‑112.

Gozlan Clémentine, 2019, « Ce qu’évaluer veut dire : les réformes de l’évaluation scientifique entre logiques universitaires et logiques néo-managériales (2007-2011) », Revue française d’administration publique, vol. 169, no 1, p. 121‑136.

Granjon Fabien, 2004, « Les sociologies de la fracture numérique. Jalons critiques pour une revue de la littérature », Questions de communication, vol. 6, no 2, p. 217‑232.

Grossetti Michel, 2014, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? », Réseaux, vol. 184-185, no 2-3, p. 187‑209.

Jouët Josiane, 2003, « Technologies de communication et genre », Réseaux, vol. 120, no 4, p. 53‑86.

Karami Amir, Lundy Morgan, Webb Frank et Dwivedi Yogesh K., 2020, « Twitter and research : A systematic literature review through text mining », IEEE Access, vol. 8, p. 67698-67717.

Kozinets Robert V., 2006, « Netnography 2.0 », Handbook of Qualitative Research Methods in Marketing, R. W. Belk éd., Northampton, Edward Elgar, p. 129-142.

Leduc Michèle, 2017, « Évaluation et contrôle des publications à l’heure du numérique et des réseaux sociaux », Reflets de la physique, no 53, p. 28‑30.

Louvel Séverine, 2011, Des patrons aux managers, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 164 p.

Mahé Annaïg et Prime-Claverie Camille, 2017, « Science ouverte et présence numérique des chercheurs en sciences humaines et sociales », Document numérique, vol. 20, no 2, p. 79‑96.

Marry Catherine, 2008, « Le plafond de verre dans le monde académique : l’exemple de la biologie », Idées économiques et sociales, vol. 153, no 3, p. 36‑47.

Megarry Jessica, 2014, « Online incivility or sexual harassment ? Conceptualising women’s experiences in the digital age », Women’s Studies International Forum, vol. 47, p. 46‑55.

Menger Pierre-Michel, Marchika Colin et Hanet Danièle, 2015, « La concurrence positionnelle dans l’enseignement supérieur », Revue économique, vol. 66, no 1, p. 237‑288.

Mercklé Pierre et Octobre Sylvie, 2012, « La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents » [en ligne], RESET, no 1, [URL ; journals.openedition.org/reset/129].

Musselin Christine, 2008, Les universitaires, Paris, La Découverte, 128 p.

Musselin Christine, 2000, « Perspectives pour une analyse sociologique des marchés du travail universitaires », L’Année sociologique, vol. 50, no 2, p. 521‑541.

Noûs Camille, 2020, « Injonction comptable et révolution culturelle à l’université », Sociétés contemporaines, vol. 118, no 2, p. 167-184.

Pasquier Dominique, 2018, L’Internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale, Paris, Presses des Mines, 224 p.

Peters Adrienne, Costello Jane et Crane Daph, 2018, « Deviating from the traditional instructional tools: Integrating Twitter in a sociology of deviance course » [en ligne], Canadian Journal of Learning and Technology / La Revue canadienne de l’apprentissage et de la technologie, vol. 44, no 3, [DOI : 10.21432/cjlt27792].

Pontille David et Torny Didier, 2010, « Revues qui comptent, revues qu’on compte : produire des classements en économie et gestion » [en ligne], Revue de la régulation, no 8, [URL : journals.openedition.org/regulation/8881].

Priem Jason et Costello Kaitlin Light, 2010, « How and why scholars cite on Twitter », Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, vol. 47, no 1, p. 1‑4.

Priem Jason, Piwowar Heather et Hemminger B., 2012, « Altmetrics in the wild : An exploratory study of impact metrics based on social media » [en ligne], Digital Libraries, [URL : arxiv.org/html/1203.4745].

Ribeiro Filipe N., Benevenuto Fabricio et Zagheni Emilio, 2020, « How biased is the population of Facebook users ? Comparing the demographics of Facebook users with census data to generate correction factors », 12th ACM Conference on Web Science (WebSci’20). New York, Association for Computing Machinery, p. 325-334. [DOI: https://doi.org/10.1145/3394231.3397923].

Rogers Rebecca et Molinier Pascale éd., 2016, Les femmes dans le monde académique : perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Rosen Sherwin, 1981, « The economics of superstars », American Economic Review, vol. 73, no 3, p. 845‑858.

Severo Marta et Lamarche-Perrin Robin, 2018, « L’analyse des opinions politiques sur Twitter », Revue française de sociologie, vol. 59, no 3, p. 507‑532.

Slaughter Sheila et Rhoades Gary, 2010, Academic Capitalism and the New Economy : Markets, State, and Higher Education, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 370 p.

Smyrnaios Nikos et Ratinaud Pierre, 2014, « Comment articuler analyse des réseaux et des discours sur Twitter. L’exemple du débat autour du pacte budgétaire européen » [en ligne], Tic&société, vol. 7, no 2, [DOI : 10.4000/ticetsociete.1578].

Stofer Rafaël, 2001, Gestion de la concurrence dans un système d’échange semi-collégial : les réseaux de conseils, de copublication et de citation au sein de l’élite des chercheurs français en cancérologie de 1996 à 1998, thèse de doctorat, Lille 1.

Veletsianos George, 2012, « Higher education scholars’ participation and practices on Twitter », Journal of Computer Assisted Learning, vol. 28, no 4, p. 336‑349.

Venturini Tommaso et Latour Bruno, 2010, « The social fabric : Digital traces and quali-quantitative methods », Proceedings of Future En Seine 2009, Paris, Éditions Future en Seine, p. 87‑101.

Weber Florence, 2009, Le travail à-côté : une ethnographie des perceptions, Paris, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions chaleureusement Vincent-Arnaud Chappe avec lequel nous avons de bout en bout mené la collecte et l’analyse des données présentées dans cet article.

2 À ce titre, la Déclaration de San Francisco (San Francisco Declaration on Research Assessment, DORA) publiée en 2013 a pour objectif de mettre fin à la pratique consistant à établir un lien entre le facteur d’impact d’une revue scientifique, d’une part, et le fond ou la qualité de la contribution d’un scientifique, d’autre part. Un grand nombre d’institutions françaises comme le CNRS ou l’Agence nationale de la recherche (ANR) ont signé cette déclaration, mettant en évidence le caractère mouvant du rapport de ces institutions aux indicateurs et à l’évaluation en général. L’ensemble des sections du CNRS (jusqu’à l’économie et la gestion) ont ainsi choisi de renoncer à toute forme de classement de revues. Paradoxalement, la remise en cause d’indicateurs comme le facteur d’impact ne conduit pas forcément à la remise en cause de l’évaluation de l’impact en général. Dans le texte accompagnant sa signature de la DORA, l’ANR indique ainsi qu’elle incite à aller « vers une utilisation raisonnée et raisonnable des indicateurs à l’ANR » et « à explorer de nouveaux indicateurs qualitatifs de l’impact des travaux de recherche ». Voir [URL : anr.fr/fr/lanr-et-la-recherche/engagements-et-valeurs/la-declaration-de-san-francisco/].

3 Page d’accueil du site Academia, [URL : academia.edu/].

4 À ce titre, l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (URFIST) a été créée en 2005 en vue de couvrir, pour un ensemble d’académies, le besoin en formation des universitaires concernant l’usage professionnel de différentes plateformes (Twitter, Academia, LinkedIn, etc.). « Missions et statuts » [en ligne], URFIST, [URL : urfist.chartes.psl.eu/qui-sommes-nous/missions-et-statuts].

5 Nous traduisons la phrase : « Come on people, get a freaking google scholar profil or stop applying to stuff, seriously. »

6 Parmi l’ensemble des disciplines universitaires, les sciences humaines et sociales recouvrent des disciplines moins intégrées à la sphère productive conventionnelle. Aussi, les carrières de docteur-e-s en sciences humaines et sociales sont moins souvent poursuivies dans les départements de recherche et développement de firmes privées – en comparaison, par exemple, des sciences physiques ou de l’ingénieur (Calmand et Giret, 2020 ; Livre blanc du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 2017). Ces diplomé-e-s trouvent également des difficultés à se faire une place sur le marché de la prestation de services (Akermann, 2018).

7 « Valorisation et innovation de la recherche en sciences humaines et sociales » [en ligne], site de l’INSHS, 2017, [URL : inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/pdf/innoshs2017.pdf].

8 L’auteur, utilisateur actif de la plateforme depuis 2009, a posté 6 654 tweets et il est suivi par 6 987 abonnés au moment où cet article est écrit. Le partenaire de l’auteur dans la collecte et l’analyse des données est également un utilisateur actif de Twitter, qui a posté plus de 11 000 tweets et qui est suivi par 2 586 abonnés au moment où cet article est écrit. L’un et l’autre ont un usage de la plateforme sensiblement différent : principalement professionnel pour le premier (promotion de travaux, veille bibliographique, etc.) et mixte pour le second (mêlant usage professionnel et non professionnel).

9 Le plus souvent l’anonymat semble avoir moins pour effet de dissimuler l’identité de l’utilisateur ou utilisatrice que de permettre un espace de recréation d’une identité propre à la plateforme, avec une ligne éditoriale, voire une ligne graphique, associée. On pense par exemple au compte Émile, on bande ? (@sociobd) : si son identité peut être retrouvée en quelques recherches, la présence d’un pseudonyme est surtout à mettre en lien avec la cohérence du compte, des sujets évoqués (sociologie de la bande dessinée et bande dessinée sur la sociologie) et des types de contenus fréquemment postés (des fils pédagogiques et des échantillons de planches de dessin).

10 Avec l’aide de notre collègue Emilien Schultz que nous remercions chaleureusement pour la mise en ligne du code de collecte pour cette opération, [URL : github.com/emilienschultz/researchnotebooks/blob/master/Cr%C3%A9ation%20d'un%20r%C3%A9seau%20de%20followers%20et%20friends%20%C3%A0%20partir%20d'une%20liste%20de%20comptes.ipynb].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Capture d’écran de la plateforme HAL-shs sur la page d’un article.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Illustration 2. Date de création des comptes des utilisateurs et utilisatrices de la base.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Illustration 3. Répartition des utilisateurs et utilisatrices selon les quartiles du ratio abonnés/abonnements
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Illustration 4. Analyses de correspondance multiple et classification ascendante hiérarchique
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Illustration 5. Réseau des liens entre les 262 utilisateurs et utilisatrices de la base
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/13263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mehdi Arfaoui, « Du laboratoire à la plateforme. Enquête sur le Twitter des sociologues en France », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #21 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traces/13263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.13263

Haut de page

Auteur

Mehdi Arfaoui

Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS), EHESS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search