Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#21ArticlesÉtude comparée des usages de HAL ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Étude comparée des usages de HAL et Academia par les chercheurs en sciences humaines et sociales

Comparative study of the use of HAL and Academia by researchers in the humanities and social sciences
Émile Gayoso
p. 107-120

Résumés

Cet article se propose d’apporter un double éclairage sur la diffusion en ligne des articles scientifiques en sciences humaines et sociales (SHS). Le premier éclairage est quantitatif, et vise à mesurer l’importance de l’archive ouverte nationale HAL et du site de réseau social académique Academia dans la mise à disposition de la recherche en SHS. L’étude est menée à partir d’un corpus de 70 000 articles parus entre 2010 et 2018 dans cinq disciplines de référence : histoire, géographie, littérature, sciences de gestion et sciences de l’environnement. Le deuxième éclairage est qualitatif et s’appuie sur une enquête par entretiens auprès d’une quinzaine de chercheurs de ces différentes disciplines. Les usages de HAL et d’Academia y sont situés dans l’ensemble plus vaste des pratiques numériques des chercheurs et inscrits dans leur parcours de publiants.

Haut de page

Texte intégral

1Internet et la circulation des informations scientifiques ont partie liée depuis les origines du réseau des réseaux. Lorsque le 2 septembre 1969 a lieu le premier échange de données entre deux machines connectées, c’est au sein d’une université que cela se passe : l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Lorsque, face au problème de la gestion d’un projet scientifique de grande envergure, Tim Berners-Lee invente la navigation hypertextuelle et ce qui deviendra le World Wide Web, c’est encore une fois au sein d’une institution dédiée à la recherche scientifique : l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN). La question de la diffusion numérique des articles scientifiques s’est ensuite posée de façon explicite, avec l’essor des archives ouvertes, ces bases de données en ligne destinées à héberger les documents issus de la recherche. La décennie 1990 voit ainsi se succéder des initiatives internationales attachées à différentes disciplines : arXiv pour les mathématiques et la physique en 1991, Social Science Research Network (SSRN) en 1994 pour les sciences sociales, Research Papers in Economics (RePEC) pour l’économie en 1997, et PubMed Central pour la biologie et la médecine en 2000. En France, ce mouvement se traduit par la création d’une archive ouverte nationale, Hyper Articles en ligne (HAL), d’abord lancée par l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3) en 2000. Dès l’année suivante cette archive a été reprise par le Centre de communication scientifique directe (CCSD) du CNRS, avant de devenir officiellement, en 2006, la plateforme commune d’archivage de la recherche scientifique, et ce après la signature d’un protocole d’accord par les universités, les grandes écoles françaises et l’Académie des sciences.

  • 1 Si les textes intégraux des articles scientifiques sont bien accessibles gratuitement sur les site (...)

2Avec les années 2000 et la généralisation du haut débit et de fonctionnalités d’Internet plus interactives (consacrées par la célèbre formule « web 2.0 »), des réseaux socionumériques dédiés spécifiquement aux chercheurs font leur apparition. Parmi ceux-ci, Academia et ResearchGate, créés en 2008 (c’est-à-dire quatre ans après Facebook et six ans après LinkedIn), vont s’imposer comme les sites de référence, le premier pour les sciences humaines et sociales, le second pour les sciences naturelles. Il n’était pas écrit que des services de réseautage en ligne, fussent-ils spécialisés dans le « marché académique », en viennent à jouer un rôle dans l’autoarchivage et la mise en circulation des publications scientifiques. Cela n’a été possible que parce que des entreprises comme Academia ont adopté une politique agressive de mise en visibilité des textes scientifiques, en particulier par le biais d’un moissonnage, à l’aide de robots d’indexation et de bases de données d’éditeurs scientifiques, qui permet de répertorier les publications des chercheurs disposant d’un compte sur leur plateforme afin de pouvoir les inciter, par des notifications ciblées, à charger des publications sur leur compte. Les chercheurs se sont largement approprié cette fonctionnalité et ont commencé à utiliser Academia ou ResearchGate pour diffuser leurs publications (Arènes, 2015). Dès lors, la comparaison entre le dépôt d’articles sur les archives ouvertes et la mise en ligne sur les sites de réseaux sociaux académiques prenait tout son sens, et ce malgré les différences notables entre ces deux formes de mise en visibilité1.

  • 2 Dans cette recommandation, le principe du « libre accès » aux productions scientifiques est inscri (...)
  • 3 Cette loi s’inscrit dans le mouvement de l’open access qui réunit depuis les années 1990 des cherc (...)

3À la suite de la recommandation de la Commission européenne « relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation », édictée en 20122, la question de l’autoarchivage des publications scientifiques a fait l’objet de mesures législatives dans plusieurs pays européens. En France, c’est l’article 30 de la loi pour une République numérique, promulguée en octobre 2016, qui traduit dans le droit national l’esprit de cette recommandation, en donnant aux chercheurs la possibilité de diffuser en ligne leurs publications – six mois après leur parution dans le champ des sciences naturelles et douze mois après celle-ci dans le cas des sciences sociales et dans tous les cas à condition que la recherche en question ait été financée au moins pour moitié par des fonds publics3. Lors des débats préparatoires à la rédaction de cette loi, auxquels ont pris part des représentants des enseignants-chercheurs, des bibliothécaires et des éditeurs de travaux scientifiques, ces derniers se sont dits prêts à l’appuyer à condition que les effets économiques sur les recettes de l’édition fassent l’objet d’une étude d’impact (Renoult, 2019, p. 10). Ainsi, un Comité de suivi de l’édition scientifique a été mis en place pour une durée de deux ans (2017-2019), sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et du ministère de la Culture. L’une de ses principales missions était de mesurer la mise en pratique des possibilités nouvelles d’autoarchivage accordées aux chercheurs et ses conséquences économiques sur le secteur de l’édition scientifique.

  • 4 À l’exception des sciences de l’environnement, qui représentent seulement quelques dizaines de rev (...)

4Les membres du Comité de suivi de l’édition scientifique (CSES) ont choisi de recruter un postdoctorant pour réaliser cette étude, et c’est dans ce cadre qu’ont été effectuées les recherches présentées ici. L’objectif premier de ce post-doctorat était de mesurer la présence en ligne des articles scientifiques pour cinq disciplines des sciences humaines et sociales (SHS), choisies par le CSES comme représentatives de la diversité des modèles éditoriaux dans ce domaine. Les disciplines retenues ont été l’histoire, la géographie, la littérature, l’économie-gestion et les sciences de l’environnement. Pour chacune de ces disciplines, la recherche a établi la proportion d’articles, parmi ceux paraissant chaque année dans les revues de référence, à se retrouver également sur HAL ou sur Academia. En complément de ces mesures statistiques réalisées sur un corpus de 368 revues représentant environ 70 000 articles parus de 2010 à 2018 (voir la partie suivante pour les détails sur la méthode), des entretiens ont été effectués avec des chercheurs des disciplines mentionnées4 afin de comprendre plus finement les enjeux des usages et des non-usages de HAL et d’Academia, et ce tout en les resituant dans l’éventail plus large des pratiques numériques des chercheurs. La deuxième partie de l’article restituera les principaux résultats de l’étude quantitative, établissant l’importance relative de HAL et d’Academia dans la diffusion des textes intégraux en dehors des sites des éditeurs, tandis que la troisième s’appuiera sur des extraits d’entretiens pour préciser les raisons exprimées par les chercheurs dans l’usage distinct de ces deux plateformes.

Méthode

Étude quantitative de la diffusion des textes intégraux de publications scientifiques sur HAL et Academia

5Il a d’abord fallu établir la liste des articles parus sur la période de travail (2010 et 2018) dans les revues des cinq domaines disciplinaires retenus. Pour ce faire, nous avons procédé de trois manières différentes, selon les outils et services qui étaient à notre disposition pour les revues principalement diffusées par Cairn et OpenEdition. Pour les revues du portail Cairn, nous avons fait une demande auprès de la société pour obtenir directement la liste des publications sur la période concernée. Nous avons alors obtenu un tableau de données au format .xlsx contenant 128 101 lignes correspondant chacune à une publication de l’une des revues diffusées par Cairn. Toutes les publications se trouvaient dans ce fichier et nous avons dû procéder à un filtrage semi-automatisé des articles pour ne conserver que ceux correspondant à la définition donnée plus haut.

  • 5 Il s’agit de deux standards de métadonnées pour la description des documents numériques, textuels (...)

6Pour les revues principalement diffusées par OpenEdition, nous avons été invités par le portail à extraire les données grâce à l’entrepôt OAI-PMH rendant accessible l’intégralité des métadonnées aux formats METS et Dublin Core5. Nous avons alors utilisé un protocole d’extraction des métadonnées avec le logiciel R, établi par un chercheur autrichien de l’Institute of Statistics and Mathematics de Vienne (Hornik, 2017), qui permet de lister l’intégralité des publications des revues choisies. Il a fallu à nouveau mettre en place un protocole semi-automatisé de nettoyage des données pour ne conserver que les « articles » au sens de notre étude. Enfin, pour les revues diffusées sur Persée, JSTOR, un site web dédié ou seulement en version papier, nous avons établi à la main les tableaux de titres d’articles correspondant à la période 2010-2018 en choisissant dès le report des données de ne conserver que les titres des articles de recherche, leur date de publication et leurs auteurs.

7Une fois extraites les métadonnées des dépôts de chacune des 368 revues (titre de l’article, nom de l’auteur, date de parution, date de dépôt, nom de la revue, etc.), nous avons constitué une base de données recensant pour chaque revue, année par année, le nombre de dépôts réalisés. Ces données, rapportées à celles établies au préalable quant au nombre d’articles publiés chaque année par les revues, permettent de mesurer l’importance relative prise par les dépôts, la nature de ces derniers (notices ou textes intégraux) et de suivre ces indicateurs de façon dynamique de 2010 à 2018. Pour une présentation plus complète des résultats de cette étude, on se reportera à Gayoso et Prime-Claverie (2020).

  • 6 Technique d’extraction de contenu de sites web à partir de programmes informatiques.
  • 7 Étant donné le volume important d’articles parus de 2010 à 2018 dans la totalité du corpus de revu (...)

8Le site de réseau social académique Academia.edu ne rendant pas disponibles les métadonnées de ses dépôts, nous avons opté pour une stratégie de web scrapping6 consistant à programmer un script qui automatise des requêtes dans la base d’articles d’Academia. Ainsi, à partir de notre base de données d’articles, le script est capable d’extraire chaque titre d’article et de déclencher une requête dans Academia pour vérifier sa présence éventuelle. Si l’article est présent, le script renvoie un 1 dans une colonne supplémentaire qu’il crée au sein du tableau de sortie ; si l’article est absent, il renvoie un 0. Ce script est rendu intégralement accessible dans l’annexe 6 du rapport final rédigé pour le CSES et mis en ligne en janvier 2020 (Gayoso, 2020, p. 57)7.

Enquête qualitative par entretiens

9Une quinzaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés entre 2019 et 2021 auprès de chercheurs en histoire, géographie, études littéraires et économie-gestion, avec la consigne suivante :

Cet entretien vise principalement à recueillir des informations sur les pratiques de diffusion en ligne des articles scientifiques par les chercheurs. L’hypothèse sous-jacente est que ces nouvelles pratiques de diffusion de la recherche s’insèrent dans des formes de sociabilité académique renouvelées par l’outil numérique et qu’il s’agira également de documenter. Enfin, cette enquête est réalisée pour le compte du Comité de suivi de l’édition scientifique dans le cadre de ses travaux sur les conséquences de l’article 30 de la loi pour une République numérique d’octobre 2016 sur l’évolution de l’open access dans la recherche française.

10Les entretiens, d’une durée moyenne d'une heure quinze, comportaient quatre grandes sections : la première était consacrée au parcours universitaire du chercheur, et en particulier à son expérience en termes de publication, la deuxième concernait ses usages d’Internet (dans une approche généalogique), la troisième la sociabilité académique (séminaires, colloques, congrès mais aussi pratiques de co-écriture d’articles et d’ouvrages). La dernière partie, enfin, était consacrée aux usages de HAL et d’Academia.

Mesurer la présence en ligne d’articles scientifiques sur HAL et Academia

Dépôts dans HAL et flux de publications dans les revues de SHS (de 2010 à 2018)

  • 8 Pour ce faire, nous avons procédé à un dénombrement manuel des articles de recherche parus dans le (...)

11Nous nous sommes d’abord intéressés aux dépôts effectués sur la période de travail (2010-2018), que nous avons comparés aux parutions d’articles dans les revues qui constituent en quelque sorte la source du flux de dépôts que nous mesurons sur HAL8. On peut alors calculer un taux de dépôts de publications en texte intégral sur HAL, établi par rapport à la quantité d’articles parus dans les revues de la discipline. Les résultats sont reportés dans le tableau suivant :

Tableau 1. Dépôts de textes intégraux et parutions d’articles, par revue et par discipline.

Nombre de revues pour chaque discipline Ordre de grandeur du nombre d’articles parus de 2010 à 2018 Nombre d’articles en texte intégral déposés Taux de dépôt d’articles en texte intégral sur la période 2010-2018 (en %) Nombre moyen de dépôts d’articles par an pour une revue
Environnement 13 3 500 178 5,1 ≈ 1,5
Éco-gestion 66 15 000 929 6,2 ≈ 1,6
Géographie 55 11 500 1 117 9,7 ≈ 2,2
Histoire 148 25 000 759 3 ≈ 0,5
Littérature 86 15 000 390 2,6 ≈ 0,5
TOTAL 368 70 000 3 373 4,8 ≈ 1

12Un premier constat s’impose : l’ordre de grandeur du nombre d’articles parus dans la totalité des revues du corpus et celui des dépôts effectués n’est pas le même. On constate en effet un peu moins de 3 500 textes intégraux déposés dans HAL, alors qu’environ 70 000 articles sont parus. Ce résultat donne un taux de dépôt moyen pour les cinq disciplines du corpus de 4,8 %.

13En ce qui concerne la variation par discipline, nous avons constaté des taux de dépôt d’un peu moins de 3 % pour la littérature et l’histoire, de près de 10 % pour la géographie et d’environ 5 % et 6 % respectivement pour l’environnement et l’économie-gestion. Pour rendre ces taux plus parlants, on peut les rapporter à ce qu’ils représentent en termes de nombre moyen de dépôts d’articles par an et par revue (dernière colonne du tableau 1). On voit que les résultats sont très faibles puisque les revues d’histoire et de littérature se caractérisent par un dépôt de texte intégral en moyenne tous les deux ans (0,5 par an), celles d’économie et de sciences de l’environnement par environ 3 dépôts tous les deux ans (1,5 par an), quand la géographie arrive en tête avec 2,2 articles déposés par revue et par an. Pour l’ensemble du corpus, nous observons en moyenne 1 dépôt par an et par revue alors que, parallèlement, 21 articles paraissent en moyenne dans les revues chaque année.

Comparaison avec la diffusion d’articles sur Academia

14Pour obtenir des résultats comparables à ceux de HAL sur Academia, cette fois-ci, nous avons dû restreindre l’analyse au sous-corpus des revues diffusées sur Cairn et OpenEdition. Cela représente 166 revues et environ 52 000 articles. Voici les résultats obtenus :

Tableau 2. Nombre de dépôts moyen par revue réalisés sur HAL et Academia (2010-2018).

Données obtenues via le sous-corpus Cairn + OpenEdition Moyenne du nombre de dépôts par an pour une revue (2010-2018)
HAL (1 682 articles en texte intégral) Academia (2 485 articles en texte intégral)
Environnement (8 revues) 1,3 2
Géographie (19 revues) 1,6 2,4
Éco-gestion (53 revues) 1,6 1,1
Histoire (80 revues) 0,8 1,8
Littérature (13 revues) 0,8 1,3

15Ainsi, Academia présente plus de textes intégraux que HAL pour quatre des cinq disciplines du corpus : environnement, géographie, histoire et littérature. Seule l’éco-gestion fait exception. C’est pour l’histoire que la différence est la plus marquée, puisque les dépôts sont deux fois plus nombreux sur Academia que sur HAL. Pour la littérature, la géographie et les sciences de l’environnement, ces taux sont plus proches de 1,5.

Les dépôts sur HAL et Academia sont-ils les mêmes ?

16En mesurant la part des doublons entre les dépôts effectués sur HAL et sur Academia, on peut déterminer si ce sont ou non les mêmes articles qui ont été déposés sur les deux plateformes. Dans la perspective d’établir un taux d’articles disponibles en accès gratuit sur Internet, cette mesure est importante. Sur les 2 485 articles en texte intégral présents sur Academia relevant de l’une des 166 revues du sous-corpus Cairn + OpenEdition, combien en trouve-t-on parmi les dépôts dans HAL ? Après un calcul dont on trouvera le détail dans le rapport établi pour le CSES (Gayoso, 2020, p. 28), on repère seulement 92 doublons, qu’il faut donc retrancher à la somme des 2 485 textes intégraux présents sur Academia et des 1 682 articles déposés sur HAL. On obtient alors un total de 4 075 textes intégraux disponibles en ligne en dehors des plateformes d’éditeurs, soit sur HAL soit sur Academia, ce qui représente environ 8 % des 52 000 articles parus de 2010 à 2018 dans les revues de Cairn et d’OpenEdition.

HAL vs Academia : cohérence dans les discours, flottements dans les pratiques

17Les chiffres collectés grâce à l’analyse des dépôts sur HAL ou des textes mis en ligne sur Academia permettent d’établir que l’un comme l’autre de ces dispositifs jouent un rôle notable dans la diffusion des textes scientifiques en SHS, mais ils ne permettent pas de formuler des hypothèses explicatives. Pour ce faire, l’enquête par entretiens apporte un précieux complément. Elle permet aussi de mettre au jour, au-delà des pratiques de mise en ligne de publications, l’esprit avec lequel les chercheurs abordent les deux services.

  • 9 Dans son étude exploratoire sur les réseaux sociaux et l’open access, le consortium Couperin montr (...)

18Il y a, parmi les chercheurs, un consensus critique au sujet d’Academia, suspecté de devenir « en partie propriétaire » des données et documents mis en ligne9 (Julia, postdoctorante en géographie), accusé de « monétisation de la recherche » (Lucia, postdoctorante en histoire), de ne servir qu’à « polluer et monnayer » la production académique (Victor, postdoctorant en histoire). À l’inverse, HAL fait figure d’outil vertueux de mise à disposition de la recherche :

Alors j’ai un compte Academia, je ne me rappelle pas quand est-ce que je l’ai ouvert, où je mets pas les textes, je mets pas les PDF, je mets les références, parce que je me suis jamais assez penchée sur les questions, j’avais entendu dire qu’il pouvait y avoir de l’appropriation de droit d’auteur, etc. J’avoue que je ne me suis pas penchée précisément sur les questions, mais donc j’utilise Academia pour montrer ma bibliographie personnelle quoi, mais je mets pas directement, c’est-à-dire que je mets juste les liens vers les autres sites quoi […]. Et donc j’ai aussi un compte HAL, et pour le coup, comme je sais que c’est un truc public, français, etc., j’ai beaucoup moins de scrupules à mettre directement les textes dessus. (Lucia, postdoctorante en géographie)

L’enquêteur : Et donc à l’avenir tu disais que tu aimerais bien mettre en ligne tes publications, mais ce ne serait pas sur Academia, plutôt sur HAL.
Héloïse : Ouais clairement.
L’enquêteur : Pour quelles raisons ?
Héloïse : Parce que, alors c’est un éditeur qui m’avait conseillé de faire ça parce que c’est l’idée qu’Academia c’est quand même un service qui est, c’est une porte d’entrée vers des services payants, et c’est purement politique en fait j’ai pas envie de participer à une espèce de monétisation, de monétarisation de la recherche. (Entretien avec Héloïse, ATER en histoire)

19On pourrait continuer à citer des verbatims d’entretiens qui opposent ainsi Academia et HAL en affirmant l’illégitimité du premier et la nécessité du second, mais il est plus intéressant de comparer ce consensus dans les discours aux pratiques effectives des chercheurs. Pour ce faire, il suffit de recenser les publications des enquêtés (au moyen par exemple de la liste de publications exposée sur le site web de leur laboratoire) et de regarder leurs profils sur HAL et Academia en dénombrant les textes intégraux déposés. C’est ce qui a été fait et consigné dans le tableau en annexe.

20Ce tableau prend en compte trois types de publications : les articles de recherche, les chapitres d’ouvrage ou actes de colloques, et les communications dans des congrès. Le premier constat qui s’impose est la très faible proportion de publications des chercheurs que l’on retrouve sur HAL et Academia. Seul le cas de Viviane, postdoctorante en littérature moderne à l’université de Namur, offre à peu près une équivalence entre les publications produites et celles diffusées en ligne en texte intégral. Pour tous les autres chercheurs, l’autodiffusion en ligne représente au mieux 20 % des publications réalisées.

21Par ailleurs, à l’exception de Julia et Lucia, toutes deux chercheuses en géographie ayant déposé quelques textes intégraux uniquement sur HAL (respectivement 3 et 2), tous les autres chercheurs ont fait davantage de dépôts sur Academia que sur HAL, et ce alors même que la plupart critiquent Academia et disent prendre garde à ne pas associer de texte intégral à leurs publications sur ce réseau. Héloïse et Victor sont les meilleurs exemples de cette dissonance entre la position affichée et la pratique effective, puisque la première n’a rien déposé sur HAL (elle ne s’en cache d’ailleurs pas dans l’entretien, en précisant qu’elle compte s’y atteler à l’avenir) tandis que son profil Academia présente le texte intégral d’un chapitre d’ouvrage, et le second, malgré ses précautions pour mettre sur cette plateforme uniquement « le lien de la revue, ou le lien du site du bouquin si les gens veulent acheter », a tout de même deux articles et un chapitre d’ouvrage en texte intégral sur Academia pour seulement un article sur HAL.

22Dans le cas de Victor, cette disparité entre les profils HAL et Academia est d’autant plus grande qu’il a, pour ce dernier, renseigné la plupart des métadonnées de ses publications, ce qui en fait une sorte de CV électronique assez complet. Nous nous sommes donc permis de lui faire remarquer que cette disparité entre la complétude de son profil Academia et l’incomplétude de son profil HAL risquait de tromper les internautes :

L’enquêteur : Mais là, tu vois, je m’intéresse juste à une comparaison de quelqu’un qui te connaît pas, qui arrive sur Internet, qui veut avoir des informations sur toi, le risque est donc qu’il aille voir sur Academia et pas sur HAL, parce que la visibilité sur HAL est pas pour l’instant…
Victor : Eh bien tu sais quoi ? Je me demande si je ne vais pas le supprimer ce profil Academia, mais ce qu’il y a c’est que je suis plein de gens, et c’est ça que j’aime bien, parce que du coup je récupère tout ce qu’ils sortent. Mais il y en a qui le disent… Oui ça me gêne fondamentalement, à refaire je ne le referais pas. Et tu vois d’ailleurs oui ce truc de l’autopromotion est vraiment dégueulasse parce qu’Academia c’est utilisé par certains comme du partage et d’autres comme de l’autopromotion et donc il y a des types qui tous les jours publient un truc, mais bon en même temps voilà… c’est qu’on est aussi poussé à faire ça. Obligé de se comporter comme ça dans une certaine mesure. (Entretien avec Victor, postdoctorant en histoire)

23Ainsi, Victor se dit prêt à supprimer son compte Academia et révèle l’intensité de la contradiction dans laquelle le plonge son usage de la plateforme. Sa position est emblématique de celle d’une partie des jeunes chercheurs qui sont sur Academia parce que « tout le monde y est ». De plus, cette présence permet de constituer facilement un CV en ligne indépendant des institutions auxquelles ils sont rattachés pour des périodes relativement courtes (le temps d’un contrat doctoral ou postdoctoral), mais qui n’approuvent pas le modèle économique de la plateforme et souhaiteraient pouvoir s’en passer. Ce discours est d’ailleurs repris par un autre chercheur en histoire, Valentin, déjà maître de conférences, qui a créé un compte Academia au moment où il cherchait un poste (dans l’idée de réaliser un CV électronique augmentant sa visibilité) mais qui se dit « par ailleurs très opposé à l’usage d’Academia ». Cet entretien est intéressant, car il met en lien cet usage « faute de mieux » d’Academia avec la réticence que les injonctions institutionnelles à s’approprier HAL peuvent susciter :

L’enquêteur : Pourquoi est-ce que tu mets en ligne sur Academia et pas sur HAL ?
Valentin : [soupir] Je pourrais mettre sur HAL, mais j’ai l’impression que sur Academia personne viendra voir, alors que sur HAL oui !
L’enquêteur : Ton but c’est que personne vienne voir ?
Valentin : Non le but c’est que les institutions viennent pas voir et que l’éditeur lui-même ne vienne pas voir et que ton réseau, et que les réseaux de tes réseaux, etc., eux y aient accès. Et que ce soit accessible par un clic simple sur Internet. Il y a un côté institutionnel qui me freine, en tout cas moi, en termes de détournement, en termes de hacking quoi ! Mais c’est vrai que, c’est vrai que je suis par ailleurs très opposé à l’usage d’Academia, qui est une entreprise privée, bien évidemment !
L’enquêteur : Oui mais moi je constate, parce que forcément avant de faire cet entretien j’ai épluché ton profil, que sur Academia tu as onze textes intégraux, alors que sur HAL tu en as zéro [rires]. Alors que tu as pas mal de notices, sur HAL, tu as onze ou douze notices, t’as les notices des articles et des chapitres d’ouvrage mais tu as pas les textes intégraux.
Valentin : Et tu sais pourquoi, hein ?! Parce que le chercheur est un éternel rétif aux injonctions institutionnelles, et quand ton institution te dit : « Allez mettre les choses sur HAL, comme ça ce sera comptabilisé sur je ne sais quoi », le premier réflexe c’est de ne pas le faire ! Mais tu as raison sur le principe, il faudrait le faire ! [rires] (Entretien avec Valentin, maître de conférences en histoire des sciences)

24Certains chercheurs se sentent ainsi pris entre le marteau d’une compromission avec des intérêts privés qu’ils ne souhaitent pas alimenter et l’enclume de l’injonction institutionnelle qui les dérange. L’un des enquêtés, lui aussi historien, résume ce dilemme cornélien dans une formule aussi crue qu’éloquente : « Le truc qui m’emmerde profondément, c’est qu’on m’oblige à faire quelque chose, mais en même temps c’est public [HAL]. Si ça peut permettre de se débarrasser de choses comme Academia, ce serait très bien, vraiment ! » (Victor, postdoctorant en histoire).

*

25Les plateformes HAL et Academia, malgré la nature très différente de l’organisation qui les supporte (un organisme public de recherche français pour l’un, une entreprise de droit privé californien pour l’autre) et des services qu’elles proposent (archivage ouvert pour l’un, réseautage en ligne pour l’autre), en sont venues à occuper des positions concurrentes dans la diffusion numérique des articles scientifiques. Devant les enjeux que cette concurrence soulève quant à l’accès ouvert aux publications, il convenait de mesurer l’importance quantitative prise par ces services de mise en ligne par rapport aux plateformes des éditeurs. Pour les SHS françaises, le travail présenté ici a montré que, pour ce qui est des années 2010 (2010-2018), les articles diffusés sur HAL et Academia représentaient, si on les cumulait, environ 8 % des parutions dans les revues. Il a montré également que globalement Academia est la plateforme où l’on retrouve davantage les textes intégraux des publications scientifiques (même si l’économie-gestion fait exception en la matière). Ainsi, aucun des deux outils ne parvient à diffuser largement le produit de la recherche française en SHS, qui reste principalement disponible sur les portails des éditeurs (Cairn, OpenEdition, Persée, etc.).

26Ces chiffres ne signifient pas pour autant que les chercheurs en SHS traitent HAL et Academia de façon équivalente : les entretiens montrent, au contraire, que la plupart valorisent l’archive ouverte nationale dans son rôle de service public et se méfient d’Academia, perçue comme une entreprise à but lucratif manquant de transparence sur l’usage des données qui lui sont confiées. Le succès relatif d’Academia semble principalement dû à la facilité avec laquelle il est possible d’en faire un CV électronique valorisant les travaux des chercheurs, ce qui leur donne une visibilité stratégique au moment des recrutements (en particulier pour les jeunes chercheurs). Il n’en demeure pas moins que les entretiens révèlent une situation récurrente de dissonance entre les déclarations des chercheurs et leurs pratiques, entre la critique virulente que la plupart d’entre eux adressent au réseau social académique et leur usage finalement non négligeable de ce même outil.

27Enfin, les éclairages apportés dans cet article mériteraient d’être complétés par une analyse des usages des réseaux sociaux numériques généralistes, et parmi eux spécialement Facebook et Twitter, qui ont pris ces dernières années une place grandissante dans les activités en ligne des enseignants-chercheurs. Si Facebook est maintenant un outil courant pour l’organisation d’événements académiques, et si Twitter est devenu – du moins dans certaines disciplines – une arène de délibération à part entière, les usages épistémiques de ces deux plateformes sont également en plein essor. On constate ainsi le développement de la pratique des micro-publications, dans lesquelles les chercheurs font part de résultats partiels ou intermédiaires et attendent les réactions de leurs « amis » ou « followers », parmi lesquels comptent évidemment leurs collègues de travail. Ainsi, les posts sur les réseaux sociaux numériques et leur fil de commentaires associé peuvent parfois être considérés comme un nouveau jalon de la recherche en train de se faire, jouant un rôle préparatoire à la publication scientifique. Une illustration parmi d’autres de l’intérêt de mieux documenter, par des enquêtes, les usages épistémiques des réseaux sociaux numériques.

Haut de page

Bibliographie

Arènes Cécile, 2015, « Les réseaux sociaux numériques pour chercheurs : quelles pratiques, quels enjeux ? », Ethics, Medicine and Public Health, vol. 1, no 2, p. 239‑247.

Couperin.org, 2014, Réseaux sociaux de la recherche et open access. Perception des chercheurs, Étude exploratoire.

Gayoso Émile, 2020, La diffusion sur HAL, Academia et ResearchGate des articles de recherche des revues françaises de SHS, Paris, Rapport pour le Comité de suivi de l’édition scientifique.

Gayoso Émile et Prime-Claverie Camille, 2020, « Archives ouvertes et réseaux sociaux académiques : les dépôts dans HAL-SHS » [en ligne], L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 99-109, [URL : books.openedition.org/editionsehess/28858?lang=fr].

Hornik Kurt, 2017, « Metadata Harvesting with R and OAI-PMH » [en ligne], [URL : CRAN.R-project.org/package=OAIHarvester].

Renoult Daniel, 2019, L’édition scientifique de revues : plan de soutien et évaluation des effets de la loi du 7 octobre 2016, Paris, Rapport au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et au ministère de la Culture.

Toth-Czifra Erzsébet, 2020, « One more word about ResearchGate/Academia.edu and why using these platforms will never be equal to proper self-archiving » [en ligne], DARIAH Open. Open scholarly practices in the arts and humanities, 31 mai, [URL : https://dariahopen.hypotheses.org/878].

Suber Peter, 2016, Qu’est-ce que l’accès ouvert ? Marseille, OpenEdition Press.

Haut de page

Annexe

Tableau comparant le nombre de publications produites par les chercheurs et la diffusion sur HAL ou Academia

Chiffres établis à partir de consultations en ligne réalisées entre novembre 2019 et janvier 2020.

Publications référencées sur le site web du labo ou autre site plus exhaustif Publications présentes en texte intégral sur HAL Publications présentes en texte intégral sur Academia
Art. Chap. d’ouvr. ou actes de coll. Comm. congrès Art. Chap. d’ouvr. ou actes de coll. Comm. congrès Art. Chap. d’ouvr. ou actes de coll. Comm. congrès
JEUNES CHERCHEURS
Julia [HIST] 1 6 10 0 1 2 0 0 0
Lucia [GÉO] 1 2 6 0 0 2 0 0 0
Héloïse [HIST] 3 5 17 0 0 0 0 1 0
Victor [HIST] 5 5 6 1 0 0 2 1 0
Viviane* [LITT] 8 6 12 0 0 0 8 6 11
Manuela [LITT] 9 0 15 0 0 1 3 0 1
Claire [ÉCO] 6 2 3 0 0 0 2 0 0
Fabrice [HIST] 3 3 19 0 0 0 0 0 0
CHERCHEURS TITULAIRES
Diane [HIST] 11 12 0 0 0 1 14 3 0
Lydia [HIST] 32 54 45 3 0 0 1 0 0
Carole [ÉCO] 1 3 0 0 0 0 0 0 0
Denise [ÉCO] 1 0 0 1 0 0 0 0 0
Christophe [ÉCO] 20 6 6 0 0 1 5 1 0
Séverin** [GÉO] 4 8 24 8 1 2 1 0 0
Alexis [LITT] 142 26 5 23 34 1 19 36 0
Valentin [HIST] 12 1 0 0 0 0 11 0 0
Lorena [LITT] 14 12 1 0 0 0 0 0 0

* Pour cette chercheuse, le référencement le plus exhaustif des publications se trouve sur Academia.edu, compte tenu également des notices sans textes intégraux.
** Séverin est le seul chercheur de notre échantillon à avoir une activité supérieure sur ResearchGate, avec 90 papiers référencés sur ce site, dont 38 articles, 4 chapitres d’ouvrage et 4 textes de communication.

Haut de page

Notes

1 Si les textes intégraux des articles scientifiques sont bien accessibles gratuitement sur les sites de réseaux sociaux académiques (moyennant l’ouverture d’un compte sur la plateforme), rien ne garantit leur pérennité. Il ne s’agit pas à proprement parler de dépôts, donc, comme c’est le cas sur les archives ouvertes. Dans ces dernières, la mise en ligne d’un document est horodatée, comme le sera ensuite chaque modification qui pourra lui être apportée, et les métadonnées proposées pour la description du document sont très riches. Il convient donc de distinguer l’accès ouvert du simple accès gratuit, le premier se définissant comme « un accès sans barrières aux œuvres (et autres ressources) disponibles en ligne », c’est-à-dire en particulier « sans restrictions inutiles en termes de droit d’auteur et de licence d’utilisation (accès ouvert libre) » (Suber, 2016, p. 155). Academia, en imposant l’ouverture d’un compte pour accéder aux documents mis en ligne, place une barrière technico-légale entre l’utilisateur et le document : on n’est donc pas dans une situation d’accès ouvert, mais simplement d’accès gratuit.

2 Dans cette recommandation, le principe du « libre accès » aux productions scientifiques est inscrit comme un des piliers de la stratégie européenne en matière de recherche et d’innovation pour 2020. La promotion de l’open access s’insère simultanément dans diverses initiatives de la Commission (« Une stratégie numérique pour l’Europe » et « Une Union de l’innovation ») et vise explicitement à développer « la connaissance et la compétitivité en Europe » (voir le communiqué de presse de la Commission du 17 juillet 2012), tout en obtenant « un meilleur retour sur son investissement de 87 milliards d’euros par an dans la R&D ».

3 Cette loi s’inscrit dans le mouvement de l’open access qui réunit depuis les années 1990 des chercheurs et des professionnels de l’information scientifique et technique défendant un accès large aux publications scientifiques. Le terme lui-même a été institué lors de la signature de l’Initiative de Budapest pour l’accès ouvert (Budapest Open Access Initiative), en février 2002. Le contexte particulier de tension entre des possibilités techniques démultipliées (Internet, archives ouvertes en ligne, revues en ligne) et des réalités économiques de plus en plus contraintes dans l’édition scientifique (pensons notamment à la position oligopolistique des cinq principales entreprises commerciales que sont Elsevier, Springer, Wiley, Taylor & Francis ou Sage) a conduit à la formalisation de ce mouvement quasi trentenaire désormais couramment désigné par le vocable open science. Ce mouvement s’est d’abord focalisé sur l’accès ouvert aux publications scientifiques mais a peu à peu étendu ses préoccupations à d’autres domaines : les données de la recherche, l’évaluation par les pairs ou encore les méthodes et outils de la science.

4 À l’exception des sciences de l’environnement, qui représentent seulement quelques dizaines de revues et qui ne constituent pas encore un champ disciplinaire à proprement parler.

5 Il s’agit de deux standards de métadonnées pour la description des documents numériques, textuels ou graphiques.

6 Technique d’extraction de contenu de sites web à partir de programmes informatiques.

7 Étant donné le volume important d’articles parus de 2010 à 2018 dans la totalité du corpus de revues, l’obtention de résultats revue par revue et article par article est longue et fastidieuse, car elle demande de lancer le script pour chacun des articles parus dans chaque revue. Une autre méthode consiste à procéder par échantillonnage. C’est ce que nous avons fait pour chaque discipline. Nous avons ainsi réalisé, à partir des bases de données d’articles parus dans la période de référence, des échantillons aléatoires représentatifs de la totalité des textes concernés. En choisissant une marge d’erreur de 5 % et un intervalle de confiance de 95 %, on obtient n = 384,16, soit une taille d’échantillon arrondie à l’entier supérieur de 385 articles.

8 Pour ce faire, nous avons procédé à un dénombrement manuel des articles de recherche parus dans les revues du corpus, lequel nous a permis d’estimer pour chaque discipline le nombre total d’articles publiés sur la période 2010-2018.

9 Dans son étude exploratoire sur les réseaux sociaux et l’open access, le consortium Couperin montrait que 86,5 % des chercheurs (sur un panel de 1 698 répondants provenant de toutes les disciplines) ignorent quelle est la politique d’utilisation des données des services de réseaux sociaux académiques qu’ils utilisent (Couperin, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émile Gayoso, « Étude comparée des usages de HAL et Academia par les chercheurs en sciences humaines et sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #21 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traces/13303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.13303

Haut de page

Auteur

Émile Gayoso

CNAM-MESRI, Comité de suivi de l’édition scientifique

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search