Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#21ArticlesEspaces 2.0 du spatial 2.0 : prem...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Espaces 2.0 du spatial 2.0 : premiers retours d’expérience

2.0 spaces for Space 2.0: Initial feedback
Arnaud Saint-Martin
p. 121-135

Résumés

Cet article propose une exploration des réseaux sociaux et des espaces de communication numériques des communautés de l’exploration spatiale. Il se base sur des observations de premières main « dans la vie réelle » et à distance, par le truchement d’outils et dispositifs désormais structurants des modes de sociabilité de cet espace « 2.0 » du spatial. On soulignera que c’est d’autant plus heuristique de s’y immerger, dans l’anticipation réflexive des limites de ces ressources et du coût que représente la simple présence de l’observateur dans ces espaces numériques.

Haut de page

Texte intégral

1L’analyse sociologique des réseaux sociaux numériques (RSN) est devenue inévitable pour l’étude de nombreux champs et objets sociaux, non seulement parce qu’ils constituent un canal relativement commode pour accéder à un certain nombre de phénomènes (discours, représentations, etc.), mais aussi parce que les usages des RSN participent à leur tour de la production des champs sociaux. Qu’il s’agisse des « clashs » orchestrés sur Twitter dans le champ politique, des campagnes d’activistes usant de la viralité de contenus à messages « impactants », du journalisme de flux standardisant un « temps réel » de l’information, des mobilisations pétitionnaires ou encore de l’« augmentation » des identités personnelles et collectives par la dramaturgie de la représentation de soi en ligne, les terrains ne manquent pas pour explorer les usages sociaux des RSN, et ce qu’ils induisent de transformations à toutes les échelles de la vie sociale.

2Sous la forme d’un retour d’expérience en cours, je propose d’examiner ici la façon dont les RSN changent mon propre objet d’étude, à savoir l’astronautique, en transformant également la façon dont j’enquête pour en rendre raison. Cette expérience est d’abord celle d’un utilisateur ordinaire, parmi des masses d’utilisateurs domestiqués par les organisations, plateformes et infrastructures des RSN et des réseaux sociaux numériques professionnels (RSNP), comme LinkedIn. L’exploitation sociologique de ces données d’un genre particulier (des données qui transitent sur des plateformes propriétaires au service d’une économie de la captation et de la marchandisation de l’attention) m’apparaissait au départ totalement dénuée d’intérêt, et j’envisageais même avec une certaine méfiance l’engouement de nombreux collègues pour ces mannes. Mais il a fallu se raviser devant l’évidence. Lorsque j’ai commencé à enquêter sur l’industrie spatiale, au début des années 2010, le poids et la portée des RSN n’étaient pas aussi déterminants dans son fonctionnement ordinaire. Dix ans plus tard, je mesure néanmoins combien les choses ont changé à bien des égards. Cette industrie, qui n’avait guère subi de transformations substantielles dans ses modes d’organisation depuis l’avènement de l’âge spatial dans les années 1950, se pose à présent en avant-garde et levier technique de la révolution numérique et de ses « autoroutes » de l’information.

3Dans la mesure où je ne suis pas spécialiste des RSN, mais reste bien obligé d’incorporer les derniers développements de la sociologie des liens sociaux numériques afin d’y glaner les bons outils (Dagiral et Martin, 2017), je braconne et fais feu de tous ces bois à ramasser sur le terrain. En explorant le monde de l’astronautique à distance (si je me suis rendu aux États-Unis une douzaine de fois, je n’y réside pas et suis forcé d’enquêter depuis mon poste de télétravail), j’ai appris à faire un usage plus stratégique et scientifiquement orienté des matériaux issus de ces dispositifs techniques. Outre les usages documentaires et ceux de veille extrêmement précieux que permettent les RSN, on peut aussi déplacer l’observation en coprésence physique sur des scènes « en ligne », et ainsi provoquer des interactions « dans la vraie vie » avec des personnes plus ou moins consommatrices des RSN.

4Dans ces arènes de l’internet 2.0, l’un des enjeux qui se présentent à l’enquêteur ou enquêtrice est de définir et d’affirmer le script d’une identité numérique tiraillée entre différents registres de présentation de soi. Car on n’est pas sociologue à temps plein : il se peut que l’on soit rattrapé-e par des traces personnelles hors enquête ; il arrive aussi que les enquêté-e-s – tout aussi versé-e-s dans l’enquête – le fassent remarquer durant les phases plus informelles des entretiens. L’idée d’une science sociale faite par et pour ses artisans, consommée dans la confidence d’une discipline qui communique peu ou pas avec l’extérieur, est, sur certains terrains, une pure abstraction : les enquêté-e-s (en) répondent et sont parfois avides de savoir comment leurs conduites et discours sont interprétés par les enquêteurs et enquêtrices à qui elles et ils ont confié leur témoignage. C’est pourquoi il convient d’anticiper sur ce qu’il en coûte d’intervenir et de publier, dès lors que l’on assume sa présence dans les RSN.

5Ainsi, les questions du traitement et de la restitution de ces matériaux surabondants prend un tour nouveau à l’ère du commentaire en ligne. Quelles stratégies de publication scientifique et de publicisation adopter ? Comment se repérer dans cette sorte de littératie « augmentée » que constituent ces outils de partage des contenus ou le blogging scientifique ? Ces usages émergents, pas toujours codifiés, plus ou moins pertinents et dont la légitimité est parfois discutée dans l’industrie (notamment par les journalistes de la presse spécialisée, méfiant-e-s vis-à-vis des personnes « influenceuses » et des blogueurs ou blogueuses indépendant-e-s), me permettent d’interroger un autre élément au-delà des terrains d’étude que j’explore : l’injonction plus ou moins explicitement faite à nos disciplines de prendre le pli de ces technologies, à la mode des humanités numériques. Ce que j’observe dans le microcosme de l’astronautique se retrouve, selon des modalités à spécifier, dans les champs de production scientifique où j’interviens : même encouragement à ce digital labor qui contribue à la fortune des plateformes, même incitation à la valorisation de soi et des institutions par la présence sur les RSN, etc. L’usage des altmetrics, la banalisation d’une sorte de service après publication (chaque publication s’accompagne d’une annonce sur les RSN, c’est notamment la promesse de recueillir des messages de congratulation publique et de capter des audiences inhabituelles) ou encore les séminaires informels qui se développent sur Twitter sont autant d’hameçons.

6En revanche, s’il est tentant de souligner l’effet de nouveauté et de bouleversement des usages des RSN, tout comme il peut être stimulant de tirer parti des bases de données construites à partir des traces numériques (à des fins d’analyse et de cartographie de réseaux, par exemple), il me semble important de veiller à ne pas céder à la fascination qu’exercent ces techniques : de combiner ces sources hétérogènes et ces « traces textuelles du web », selon un « chemin d’enquête » (Cointet et Parasie, 2019) qui ne fasse pas le deuil de la vie sociale (dont les activités professionnelles) hors les RSN.

Quelques usages des RSN dans l’astronautique contemporaine

  • 1 Pour une introduction efficace aux enjeux de cette histoire, voir Pasco (2017).
  • 2 Parmi les premières publications, je me permets de renvoyer à Saint-Martin (2021).

7J’achève une enquête portant sur les transformations contemporaines de l’astronautique, dans une séquence de son histoire qu’il est désormais convenu d’appeler le « nouvel âge spatial », le « spatial 2.0 »1. À partir d’un échantillon d’entreprises et d’organisations basées aux États-Unis, et d’une campagne d’entretiens réalisés auprès de divers agent-e-s du capitalisme spatial, j’étudie le processus par lequel ces activités et technologies se trouvent privatisées sous l’emprise d’un régime néolibéral des sciences et techniques (Mirowski, 2011). Cette privatisation m’amène à mettre en évidence les reconfigurations de l’économie politique stato-centrée et du gouvernement des activités spatiales, en même temps que celles de l’État fédéral et de l’action publique états-uniens2. Ces reconfigurations s’accompagnent de luttes intenses et âpres entre agents et organisations de la marchandisation de l’espace. La chronique de plus en plus médiatisée des concurrences entre les entreprises SpaceX et Blue Origin l’atteste de façon éclatante.

8C’est par un biais que j’ai ouvert ce terrain : la Silicon Valley, où nombre de start-up du New Space ont élu résidence. Cela tombe sous le sens que l’essor des technologies du monde numérique a partie liée avec la région. Les start-up qui se revendiquent du label New Space participent des mutations de la tech. Une partie de cet « écosystème » développe les services (produits d’imagerie et données géospatiales, télécommunications, Internet des objets, data analytics) qui s’appuient substantiellement sur les infrastructures numériques, tandis qu’une autre est plus classiquement impliquée dans la conception et la construction des satellites (quoique miniaturisés). L’univers des techniques numériques n’est donc pas indifférent à cette industrie, a fortiori parce que l’inflexion dans l’économie politique qui m’intéresse plus spécifiquement s’accompagne d’une valorisation du commerce et de la marchandisation de l’espace. Des affaires spatiales entre organisations gouvernementales (agences, centres de recherche universitaires en sciences spatiales, armée) aux affaires commerciales des entreprises du New Space, le changement de ton s’illustre dans l’usage des RSN, selon les codes et les stratégies du marketing digital. Les dirigeants, fondateurs et responsables des start-up de mon échantillon américain sont nombreux à maîtriser à la fois l’ingénierie et le commerce. Pour ces entreprises, la technologie et les applications qu’elle viabilise ne valent que si elles sont formatées dans l’idiome de la vente. Ainsi, les commerçants de l’espace rivalisent d’ingéniosité pour vendre des promesses techniques à des clientèles diverses.

  • 3 Un seul exemple : une start-up californienne proposant des billets vers une station spatiale en or (...)
  • 4 L’astuce est connue de toutes les chercheuses et tous les chercheurs, dont les budgets ne sont pas (...)

9Dans la Silicon Valley, on parle souvent de façon ironique des PowerPoint companies dont le modèle d’affaires se résume à des présentations aguicheuses sans solution technique disponible. Ce modèle est complété par un arsenal de techniques de marketing en ligne, en particulier sur les RSN. Dans les cas extrêmes, on trouve des fondateurs de start-up ne disposant pas du début d’une matérialisation de leurs splendides vues de l’esprit, mais qui, non sans malentendus, parviennent à les faire exister par l’effet de réel que semble procurer un compte Twitter adossé à un site blog, permettant de distiller des nouvelles percutantes et des visuels séduisants3. Dans les salons professionnels et les congrès scientifiques auxquels j’assiste dans le cadre de mes enquêtes, aux États-Unis et en Europe, le profane éprouvera quelques difficultés à distinguer les exposés techniques et les arguments de vente. Les interventions des universitaires, concentrées sur la conception des instruments ou des plateformes techniques, tranchent avec le continuum technique-commerce du New Space. Les intervenant-e-s sont, dans leur grande majorité, inscrit-e-s sur les principales plateformes de RSN. Elles et ils s’y côtoient, s’y jaugent et s’y jugent, commentant, durant les panels et dans les travées entre les stands, les derniers communiqués et potins de l’industrie. Les comptes Twitter des personnes présentes dans ces espaces de sociabilité sont surtout réservés aux usages professionnels. Il est rare que les utilisatrices et utilisateurs se répandent en révélations d’informations personnelles ou intimes. On n’en discerne pas moins, dans les tweets, un répertoire relativement normé par lequel les un-e-s et les autres composent avec une identité numérique qui participe de leur identité professionnelle, dans le registre balisé du personal branding. Les comptes Twitter sont devenus aussi obligés que la carte de visite, tout comme l’obligation de posséder un compte sur le RSN professionnel LinkedIn. L’immense intérêt de ce dernier pour les enquêtes en sciences sociales a été maintes fois souligné. À l’aide de méthodes de web scraping, des masses de données peuvent être aspirées, venant enrichir une base de travail pour les besoins de l’analyse de réseaux, de leur composition et propriétés, comme de leur morphologie. La contrainte de présentation de soi qu’impose LinkedIn permet de récupérer de nombreuses informations sur les carrières, les formations et les connexions interpersonnelles. Pourvu que l’on dispose d’un abonnement « Premium »4, il est possible de lancer des requêtes ciblées avec le moteur de recherche interne, et de découvrir quantité d’autres profils d’utilisateurs et utilisatrices. En complément de l’analyse de réseaux, la prosopographie fournit des clés de compréhension sur les spécificités de la population partiellement reconstruite par ce biais. Depuis le début de mon enquête, en 2017, j’ai créé trois cents dossiers individuels, dont chacun possède un profil sur LinkedIn.

  • 5 Le scraping (extraction) des données intégrées aux profils doit composer avec l’interdiction expli (...)
  • 6 Ce site organisé par Internet Archive compile et stocke les versions antérieures des sites, depuis (...)

10Cet inventaire des agents qui comptent et influent dans le champ n’est pas suffisant et reste contraint par les termes d’utilisation de ces plateformes5. J’ai également fait un usage extensif de la presse professionnelle en ligne, des blogs et de Twitter pour reconstituer l’histoire d’un échantillon de start-up. Comme les archives n’existent pas, au sens classique du terme, et que, de plus, l’enquête doit composer avec un monde professionnel par définition très discret (y règnent ainsi le secret défense, le secret industriel, le secret des affaires commercial, fiscal), les rares données disponibles sont celles que je provoque à l’occasion des entretiens et celles, publiques, que je glane sur Internet, jusque dans la Wayback Machine6 d’Internet Archive. Les journalistes de la presse spatiale font de même, tout en bénéficiant de certains accès grâce aux services de relations publiques et communication des entreprises et des agences. Il m’est d’ailleurs arrivé d’utiliser l’étiquette de journaliste, sur le terrain, ce qui m’a permis d’obtenir un badge à des conférences de presse et d’avoir un accès plus direct aux dirigeants des entreprises, si difficiles à approcher, entre business meetings et vols intercontinentaux.

11La publicisation de nouvelles et d’informations sur les RSN et RSNP est néanmoins à peser avec les contraintes du dicible dans le champ. Parce que si les données sortent, c’est intrinsèquement douteux – ou à tout le moins, on touche à la surface, et il faudra creuser pour en savoir davantage sur telle transaction, tel positionnement, etc. Sur les RSN, les communications sont contrôlées, notamment lorsqu’elles émanent de responsables des entreprises, dont les déclarations sont scrutées par les journalistes et les milliers de space enthusiasts inscrit-e-s sur les RSNP (qu’ils soient mainstream ou de niche, réservés aux initié-e-s, tels que NewSpaceHub ou RocketReach, sans compter les RSNP éphémères mis en place lors de salons professionnels à l’aide d’applications pour smartphone).

  • 7 Parmi les récents succès, citons celui du rover Perseverance, dont l’atterrissage sur Mars a tenu (...)

12Que ces RSNP soient si prisés parmi les professionnel-le-s du commerce spatial n’est pas pour surprendre. Que les techniques de valorisation et de marketing « digital » y soient adoptées ne l’est pas plus, puisque l’objectif marchand et le conformisme tout-Internet sont assumés. Le contraste est a priori grand avec la communication institutionnelle des grandes agences spatiales civiles. Ayant vocation à administrer des programmes gouvernementaux, ces organisations sont guidées par un intérêt politique supérieur et un minimum de sobriété protocolaire dans la représentation. Mais, et c’est pourquoi l’inclusion des RSN sur le terrain s’est avérée naturelle, la séduction du 2.0 gagne les acteurs établis de la politique spatiale. Les tweets publiés par les comptes officiels associés à la sonde Rosetta (@ESA_Rosetta, 437 700 abonné-e-s au 4 septembre 2021) et à l’atterrisseur Philae (@Philae2014, 359 700 abonné-e-s), conçus et envoyés dans l’espace par l’Agence spatiale européenne (ESA) bien avant la création de Twitter, illustrent une communication publique désormais rodée (Patarin-Jossec et Saint-Martin, 2016). L’atterrissage de Philae sur un recoin de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko le 12 novembre 2014 a suscité une immense attention publique, et les utilisateurs et utilisatrices de Twitter ont pu suivre les différentes phases de cette opération délicate à travers les courts messages de l’atterrisseur formulés à la première personne, avec en point d’orgue l’ultime rebond sur la comète : « Atterrissage! Voici ma nouvelle adresse: 67P! #CometLanding » (Philae Lander, @Philae2014, 12 novembre 2014, 17 h 7). D’autres missions usent des mêmes ficelles de façon routinière, à l’image des rovers martiens de la NASA qui persévèrent dans cette voie7.

13Pour les services de communication de la NASA et des autres agences spatiales qui ont emboîté le pas depuis plus d’une dizaine d’années (Iannotta, 2009), l’objectif de cette présence sur les RSN est de capter l’attention du maximum de publics (écolières et écoliers, étudiant-e-s, passionné-e-s de sciences en général et de l’exploration de l’espace en particulier…) en ajustant à chaque fois la communication selon les attentes perçues, de structurer et d’entretenir des « communautés » en ligne, et ainsi de susciter l’engouement pour des programmes dont l’utilité terrestre n’est pas toujours aisément appréciable du grand public. L’anthropomorphisation des engins spatiaux ayant ses limites, les agences s’appuient sur les astronautes. Elles et ils sont reconverti-e-s en ambassadrices et ambassadeurs, technicien-ne-s d’une surface médiatique excessivement contrôlée et d’un travail de représentation visant le consensus et l’enthousiasme pour les activités spatiales. L’exemple de Thomas Pesquet est le plus connu en France. Le nombre d’abonné-e-s de son compte Twitter a quasi doublé durant l’année écoulée (1,2 million d’abonné-e-s au dernier décompte, le 3 septembre 2021). Tous ses faits et gestes à bord de la Station spatiale internationale (ISS) donnent lieu à des communications sur les RSN. Comme c’est le cas pour toutes et tous les astronautes, la mission de Thomas Pesquet est mise en avant par son employeur pour susciter l’intérêt des twitteurs et twitteuses, par ailleurs contribuables. C’est l’intérêt et la pertinence des programmes de vols habités de l’ESA – et plus largement l’utilité de l’ISS, en fin de vie – que cette communication volontiers personnelle et incarnée est destinée à légitimer.

14Au départ timide, la présence des dirigeant-e-s d’agences, de responsables de programme et d’ingénieur-e-s sur les RSN s’est intensifiée depuis quelques années. Si certain-e-s n’y accordent pas plus d’attention, d’autres, en revanche, se démènent pour émerger dans les listes de personnes influenceuses. Sur cette scène, le compte @elonmusk les a pris-e-s de vitesse, et de longue date. Quarante millions d’abonné-e-s ne manqueront rien d’une vie partagée entre SpaceX, Tesla et les fantaisies d’un entrepreneur multimilliardaire et « visionnaire » (Saint-Martin, 2018), qui, à l’occasion, peut donner le change à ses followers au fil de discussions nocturnes propices aux révélations fracassantes, par exemple sur l’avancée de tel ou tel programme. Ces interminables spéculations collectives sur le devenir de la conquête de l’espace sont relayées et nourries par des vidéastes web à l’audience monétisable, souvent sous contrat avec les agences ou les industriels, pour propager les bons messages parmi les passionné-e-s d’espace. Les dirigeant-e-s emboîtent le pas, non sans une certaine retenue, car elles et ils engagent les organisations qu’elles et ils ont pour mandat de représenter. Sans surprise, un administrateur de la NASA est tenu à la sobriété et à l’expression univoque d’une loyauté à l’organisation et, plus encore, à la nation censée guider l’exploration humaine de l’espace.

15La communication s’adapte ainsi à cette nouvelle donne des RSN, non sans devoir s’acclimater à la vie sociale par moments cahoteuse de ces communautés en ligne, ce que m’ont confirmé plusieurs community managers employé-e-s par des agences, des industriels et des start-up. Si le CNES et l’ESA n’ont aucun mal à valoriser le potentiel iconique d’un Thomas Pesquet, ils sont confrontés à l’impatience des space geeks, à la science infuse des ingénieur-e-s qui cherchent la petite bête entre les lignes des communiqués de presse ou à l’esprit de contre-enquête des « sceptiques » de la conquête spatiale. Ces quelques difficultés n’entament pas les velléités de communiquer à travers ces supports. Bien au contraire, comme l’atteste l’exemple de la NASA, suivie par tant d’autres, les RSN sont un domaine d’intervention de première importance pour les relations publiques de l’agence. Centres, divisions scientifiques et techniques, programmes, missions, sujets d’expertise, mais aussi personnalités habilitées à parler au nom de la NASA : la liste des comptes est longue, toutes plateformes confondues (Twitter, Instagram, Facebook, Snapchat, Pinterest, Twitch, LinkedIn, etc.)8.

  • 9 Si les enregistrements des entretiens sont en général autorisés après négociation et signature de (...)

16En résumé, dans une certaine mesure, les RSN et les RSNP façonnent et orientent des relations sociales et professionnelles dans l’astronautique, et c’est pourquoi il serait déraisonnable de ne pas y recourir pour accroître les prises sur ce monde. Les solidarités, les échanges d’information, les appréciations, les rhétoriques de représentation et d’autorité, ainsi que les présentations de soi et des autres, sont reconditionnés sur des plateformes privées qui imposent leurs standards et leurs règles d’utilisation. Dans une certaine mesure donc, cela reconfigure les formes de sociabilités. Cependant, il y a une vie sociale et professionnelle en dehors des RSN, qu’il s’agit de documenter encore sur des sites d’observation stratégiques où les réseaux de téléphonie mobile sont indisponibles ou coupés pour des raisons de sécurité9.

Naviguer dans les eaux profondes des RSN

17Les RSN ont ceci d’intéressant qu’ils rendent visibles des configurations sociales discrètes. Si beaucoup d’informations restent confinées dans le secret des affaires spatiales, l’accès à des données publiques depuis le bureau est facilité. C’est un confort, certes, qui ne doit pas nous éloigner du travail d’enquête plus classique, « en présentiel ». Plutôt que d’opposer ces modes d’intervention sur le terrain, il est plus astucieux de les coordonner, de les faire interagir. C’est aussi vieux que l’ethnographie : l’enquête ne donne jamais autant de résultats que lorsque l’implication est poussée au maximum et consent à s’exposer aux retours des enquêté-e-s, à qui l’on doit des informations.

18Encore faut-il anticiper le coût de la présence de l’enquêteur ou enquêtrice sur les RSN. L’accès aux publications scientifiques est aujourd’hui plus aisé qu’il ne l’était au tournant des années 2000. Quand les revues ne sont pas en accès libre sur Internet, il se trouve le plus souvent un site pirate pour héberger les PDF des articles et des livres soustraits à la mise en commun des connaissances, avec le concours de militant-e-s de l’open. Un effet de cette circulation clandestine ou parallèle est que les résultats de la recherche échappent au contrôle traditionnel des communautés de sachant-e-s, et nourrissent les besoins de connaissance d’audiences diverses. S’agissant d’objets « chauds » de la recherche sur des innovations techniques de longue portée, qui suscitent souvent des disputes publiques, les recherches ne peuvent plus être menées dans le confort du laboratoire académique. La controverse autour du déploiement du réseau 5G en France en est un exemple, tout comme celui, encore confidentiel mais pas moins spectaculaire et lourd de menaces quant à la gestion du trafic sur les orbites circumterrestres, des « méga-constellations » de satellites de télécommunications d’opérateurs privés (SpaceX, OneWeb, bientôt Amazon). Cela génère des opinions et des prises de position sur les RSN, sur la base de communiqués, déclarations de responsables de ces programmes et articles en ligne partageables. Selon les plateformes, divers codes d’évaluation permettent d’apprécier les interventions : du RT (Retweet) au cœur, sur Twitter, à la palette étendue des émoticônes en passant par les gifs. Dans une telle masse de commentaires à la volée, il faut hiérarchiser. Des outils sont disponibles et facilitent le travail, notamment les logiciels d’analyse de corpus de milliers de textes ou de fragments de textes sous la forme de tweets ou de posts, mais rien ne remplacera in fine l’interprétation, c’est-à-dire ce que l’on tire de significatif du point de vue sociologique.

  • 10 Entre autres illustrations de ces errements de la « vie intellectuelle » en ligne, on renverra à c (...)

19Les stratégies d’utilisation varient selon les enquêteurs et enquêtrices. Quand certain-e-s sont présent-e-s sur les plateformes sous leur nom propre, gérant tant bien que mal les écarts entre les diverses identités résumées par leur profil, d’autres sont inscrit-e-s sous couvert de pseudonymat. Ce dernier mode est commode, car on est libre d’« aspirer » sans se signaler, d’observer sans participer. L’autre mode visible, qui n’exclut pas le premier (l’alternance entre les comptes est possible), contraint bien plus à s’engager. Les exemples sont nombreux de collègues très suivi-e-s ayant dû répondre de leurs prises de position et parfois de leurs recherches, face à des utilisatrices et utilisateurs pas convaincu-e-s, incrédules voire nettement récalcitrant-e-s. Ces mouvements d’humeur sur les RSN pourraient rester anecdotiques s’ils n’avaient pas d’effets directs dans le champ de la science. Tout circule hors les murs, sans que les conditions de la réception soient contrôlables. C’est un fait établi, qu’on le veuille ou non. Il n’est évidemment pas agréable de découvrir les insultes que l’on peut essuyer sur les RSN après la publication d’une interview dans laquelle on se risque à la défense d’un point de vue normatif à partir de ses recherches. Tant que l’insulte est isolée, ne prête pas à conséquence, n’atteint pas la réputation professionnelle ou l’intégrité physique, c’est de l’ordre du dommage collatéral que n’importe quelle personne qui twitte sait désormais « gérer ». En revanche, les campagnes de harcèlement en ligne synchronisé et concerté, la « trollisation de l’espace public » par des comptes Twitter auto-institués en gardiens de la raison scientifique (Foucart, Horel et Laurens, 2020, p. 129-164), ou, plus grave encore, les menaces de mort, sont autant de dérives avérées qu’ont dû subir des collègues un peu trop exposé-e-s du fait de leurs prises de position publiques ou de leurs recherches. Les outils de « blocage » et les plaintes sont généralement efficaces, mais ces « clashs » de la vie intellectuelle hyperconnectée (Durand, 2019), encouragés par les plateformes dont le modèle d’affaires prévoit une contribution continue et gracieuse des utilisatrices et utilisateurs, peuvent laisser un goût amer après-coup, surtout lorsqu’on y perd sa plume10.

  • 11 Les sources d’information certifiées par les grandes agences de presse, presse professionnelle, bl (...)

20Plus que d’autres RSN, Twitter m’apparaît, par mon expérience d’utilisateur, comme un immense terrain d’exploration : un grand bain, un océan même. Ses eaux sont par endroits très profondes, des courants y sont dominants, forts, et emportent quiconque s’y engage, jusque dans les tempêtes les plus violentes (shitstorm, selon le vocabulaire reconnu). Naviguer dans ces océans de l’information (et de la désinformation comme des fausses nouvelles, cela va sans dire), par la timeline et les divers types d’abonnements11, peut déboussoler, car le risque est grand d’être emporté-e par le fond à force de consommation. La « recherche » est sans fin, les rebonds permanents de compte à compte, de tweets en retweets. La navigation s’avère toujours plus difficile sans un entraînement avant le départ en mer, même pour qui détient un permis de naviguer. On s’en rend compte dès lors que l’on publie. Qu’il s’agisse d’annoncer une publication, de partager un contenu que l’on estime digne d’intérêt, accompagné ou non d’une évaluation personnelle (#MustRead), qu’il s’agisse encore d’exprimer une opinion, s’autorisant d’une expertise reconnue et dûment recoupée, les audiences que l’on touche sont démultipliées. Certains tweets sont libérés comme autant de bouteilles à la mer, leur impact est anecdotique et ils finissent par couler dans les abysses de la mémoire d’Internet. D’autres, néanmoins, peuvent voir leur audience augmenter de façon exponentielle, à la faveur de partages en masse et dans des directions inattendues (il suffit que l’utilisatrice ou l’utilisateur d’un compte influent partage pour que l’audience soit aussitôt décuplée). Dans le second cas, on ne contrôle plus rien, le message suit sa course sur son erre. Quitter les eaux protégées pour le grand large n’est pas de tout confort, surtout lorsque le véhicule qui finit par résumer une persona publique en vient à charrier toujours plus d’abonné-e-s. L’utilisatrice ou utilisateur parmi tant d’autres se mue dès lors en personnage public en situation d’« influer » sur les opinions, si bien que son compte peut même être suggéré parmi les abonnements pertinents par les algorithmes de la plateforme. Ce changement de statut n’est pas anecdotique, car il demande une certaine autodiscipline : le personnage que l’on est devenu-e engendre son horizon d’attente, il construit son public, lequel attend en retour un flot de contenus à la hauteur de l’attente, et en continu. On devine pourquoi diverses personnalités de tous bords, inquiètes des déferlements d’opinions sur ces océans, en appellent à une régulation des plateformes par les autorités publiques. L’impression de ne plus rien gouverner ni orienter génère une espèce de détresse et de panique morale depuis les tours de contrôle.

  • 12 Par exemple Dr. Buzz Aldrin, @TheRealBuzz, vétéran de la mission Apollo 11 toujours en activité et (...)

21Pris-e-s au jeu des RSN, les chercheuses et chercheurs s’embarquent dans un espace d’expression qui réserve bien des surprises. L’intervention dans l’espace public numérique déborde le modèle, finalement confortable, de l’intervention des intellectuel-le-s dans des tribunes et des débats publics, devant des audiences tenues à distance. Les commentaires en bas des articles d’opinion sur les sites des journaux en ligne ont frayé un espace pour ces retours directs, tout comme les forums, encore très utilisés dans le milieu spatial. Dorénavant, les academics qui choisissent d’« augmenter » leurs interventions publiques grâce aux RSN peuvent non seulement constater la circulation de leur travail et de leurs idées (par l’observation de citations, des mentions, des reprises, etc.), mais, en plus, elles et ils peuvent échanger avec leurs abonné-e-s. À ma connaissance, les RSN de niche de l’astronautique sont le théâtre d’échanges qui laissent peu prise au clash ou à la virulence. Ils n’exposent pas aux mêmes vertiges que d’autres segments de « conversation 2.0 ». Rares sont les spécialistes, passionné-e-s du commentaire spatial, qui ne sont pas inscrit-e-s sur Twitter. Ma liste personnelle en compte une centaine. Les lire me permet d’être à jour quotidiennement. Les comptes de journalistes et d’expert-e-s les plus suivis dépassent rarement le seuil des « 50 k » abonné-e-s, loin derrière les comptes d’astronautes ou des idoles de l’âge spatial12, mais sont des repères fiables dans la masse des nouvelles spatiales. Tout le monde s’emploie à faire valoir sa vision des choses, en accord avec des partis pris qui, concernant certaines questions élémentaires et clivantes (utilité du vol habité, priorité du vol vers Mars, allocation des ressources budgétaires, leadership dans le concert des puissances spatiales, croissance des marchés de l’espace, arsenalisation, etc.), sont souvent très polarisés. Si, dans mes recherches académiques, je m’efforce d’objectiver, sans laisser paraître d’opinions normatives, les positions publiques que je suis amené à prendre excèdent ce seul registre. Cette vocation normative de l’expertise est assumée par les collègues spécialistes de géopolitique, d’économie de l’innovation ou de droit des affaires spatiales que je fréquente dans les cénacles de la politique spatiale. C’est même l’un des ressorts de ces savoirs appliqués au sein des organisations spatiales. L’art du conseil et de la recommandation aux clientèles s’ajoute à ce savoir-faire professionnel, que le sociologue académique, en dehors des contrats de recherche-action, maîtrise peu ou pas.

22Lorsque l’on consent à intervenir dans les débats de politique spatiale en ligne, à travers la presse augmentée par les RSN ou dans les forums dédiés, on perçoit une évolution instructive : en comparaison des périodes antérieures, où les arènes médiatiques et professionnelles instauraient la prééminence des points de vue autorisés des expert-e-s des agences, des centres de recherches ou de l’industrie, on est désormais un-e expert-e parmi d’autres sur une scène élargie, les opinions des sachant-e-s valant en théorie autant que celles des communautés de space nerds, souvent très informé-e-s, sur le présent et le devenir des affaires spatiales. Il est fréquent que les positions défendues par des avocat-e-s de telle ou telle cause spatiale ou les avancées de tel programme ou entreprise soient longuement et contradictoirement débattues par des ingénieur-e-s des agences ou des entreprises, par des universitaires des départements de sciences spatiales ou des passionné-e-s sur les forums Internet (le forum du site NASAspaceflight.com, de ce point de vue, est une ressource précieuse). Les discussions sont souvent techniques, incluant des développements sur les spécifications et la conception des systèmes, les méthodes d’organisation, le management, les considérations réglementaires et économiques, la politique spatiale. Ces discussions débordent sur les RSN, et l’on peut ainsi étudier l’évolution des argumentaires et les possibles contestations de points de vue censés faire autorité.

23J’ai l’immense avantage, pour l’instant, de ne pas être complètement identifié dans ces espaces d’expression 2.0, si bien que les assertions normatives qu’il m’arrive fréquemment de publier à l’aide de mon compte Twitter sur les sujets d’intérêt de la communauté spatiale suscitent l’indifférence des passionné-e-s de l’espace, occupé-e-s qu’elles et ils sont par les influenceuses et influenceurs bien plus présent-e-s. Néanmoins, comme les barrières mobiles des publications académiques ne « protègent » plus des lectures hors des champs de spécialistes (et c’est tant mieux), il y a des chances que la diffusion de mes recherches sur l’essor du New Space (plusieurs projets de livre sont en cours) m’exposera à ces audiences variées traversées par des préoccupations spécifiques voire contradictoires (les intérêts des spécialistes et personnels de l’industrie ne recoupent pas nécessairement ceux des fans de la conquête spatiale 2.0 ou de l’astronomie spatiale). Ces contradictions, ces possibles déceptions aussi, je les attends, elles sont inévitables, car la sociologie des organisations spatiales que j’essaie de développer n’a pas vocation à glorifier les accomplissements de la communauté spatiale, mais bien plutôt à en décrire le plus précisément possible les modes de fonctionnement et de dysfonctionnement, les valeurs rectrices autant que les impensés culturels. Mettre en suspens l’évidence et replacer comme une croyance locale et contingente l’idée même de l’exploration spatiale est la promesse de retours de bâton. Ces contradictions polies, je les recevais jusqu’ici dans les réunions de politique spatiale pour initié-e-s ; elles me parviendront bientôt au-delà de ces cercles. Ce sera alors une nouvelle phase de l’enquête, conduisant à tester les critères de pertinence et la valeur de vérité d’énoncés sociologiques construits et composés en amont, et finalement à se soumettre à la sagacité critique de publics de connaisseuses et connaisseurs, en plus de celle des pairs, en parallèle des publics dont la connaissance des affaires spatiales est à construire ou à déniaiser.

24Ce sera l’occasion de tester l’intérêt d’une posture sociologique à l’intersection de la sociologie disciplinaire (pour sociologues) et de la sociologie publique ; de diffuser des énoncés dans des espaces sociaux qui pourraient bénéficier d’un regard exotérique sur les valeurs et visions qu’ils reconnaissent ; de bousculer, ne serait-ce qu’à la marge, leurs perceptions et de nombreuses évidences. Ce sera, par voie de conséquence, l’occasion d’apporter, en retour, de nouveaux matériaux pour une enquête toujours à instruire.

Haut de page

Bibliographie

Bastin Gilles et Tubaro Paola, 2018, « Le moment Big Data des sciences sociales », Revue française de sociologie, vol. 59, no 3, p. 375-394.

Browne Ed, 2021, « NASA’s Perseverance rover gains millions of Twitter followers since landing on Mars » [en ligne], Newsweek, 2 mars, [URL : newsweek.com/nasa-mars-perseverance-twitter-account-followers-who-runs-1573137].

Cointet Jean-Philippe et Parasie Sylvain, 2019, « Enquêter à partir des traces textuelles du web », Réseaux, vol. 214-215, no 2-3, p. 9-24.

Dagiral Éric et Martin Olivier, 2017, « Liens sociaux numériques », Sociologie, vol. 8, no 1, p. 3-22.

Durand Jean-Marie, 2019, « Noms d’oiseaux et vacheries entre intellos. L’intelligentsia à l’heure du clash », Revue du crieur, vol. 12, no 1, p. 48-63.

Foucart Stéphane, Horel Stéphane et Laurens Sylvain, 2020, Les gardiens de la raison. Enquête sur la désinformation scientifique, Paris, La Découverte.

Iannotta Becky, 2009, « NASA leverages social networking to generate public enthusiasm » [en ligne], Space News, 26 février, [URL : spacenews.com/nasa-leverages-social-networking-generate-public-enthusiasm/].

Lamy Jérôme et Saint-Martin Arnaud, 2019, « Rideau » [en ligne], Carnet Zilsel, 23 février, [URL : zilsel.hypotheses.org/3612].

Mirowski Philip, 2011, Science-Mart : Privatizing American Science, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Pasco Xavier, 2017, Le nouvel âge spatial. De la Guerre froide au New Space, Paris, CNRS Éditions.

Patarin-Jossec Julie et Saint-Martin Arnaud, 2016, « Les leçons de Rosetta », Ciel & Espace, no 549, p. 24-25.

Saint-Martin Arnaud, 2018, « Elon Musk, flambeur du capitalisme technologique » [en ligne], La Vie des idées, 26 octobre, [URL : laviedesidees.fr/Elon-Musk-flambeur-du-capitalisme-technologique.html].

Saint-Martin Arnaud, 2019, « L’histoire longue des promesses du New Space » [en ligne], blog Humanités spatiales, 19 novembre, [URL : humanites-spatiales.fr/lhistoire-longue-des-promesses-du-new-space/].

Saint-Martin Arnaud, 2021, « Le nouvel esprit du capital-risque spatial ? Sur quelques tendances récentes du financement de l’industrie spatiale américaine », Entreprises & Histoire, vol. 102, no 1, p. 120-139.

Haut de page

Notes

1 Pour une introduction efficace aux enjeux de cette histoire, voir Pasco (2017).

2 Parmi les premières publications, je me permets de renvoyer à Saint-Martin (2021).

3 Un seul exemple : une start-up californienne proposant des billets vers une station spatiale en orbite basse, son concept a suscité l’enthousiasme des rédactions de presse nationale, y compris les plus lues, sur la base d’images de synthèse, d’un modèle d’affaires et de plans techniques complètement spéculatifs. Son fondateur avait insisté en entretien sur la nécessité d’être présent sur les RSN. La création d’un compte sur Twitter ou sur LinkedIn est, après l’enregistrement des sociétés dans l’État du Delaware, un passage obligé qui participe de la mise en visibilité d’une identité de marque. Sur ce cas, voir Saint-Martin (2019).

4 L’astuce est connue de toutes les chercheuses et tous les chercheurs, dont les budgets ne sont pas extensibles à l’envi : il suffit d’attendre une offre d’essai d’un mois pour l’activer le temps de l’enquête, et de repasser en abonnement standard à la fin de la période.

5 Le scraping (extraction) des données intégrées aux profils doit composer avec l’interdiction explicite de cette pratique par LinkedIn (Bastin et Tubaro, 2018, p. 386). Pour l’heure, il semblerait que l’entreprise basée à San Francisco laisse faire ces usages à des fins de recherche non commerciales.

6 Ce site organisé par Internet Archive compile et stocke les versions antérieures des sites, depuis des dates plus ou moins reculées. C’est une formidable archive pour l’ethnographie numérique.

7 Parmi les récents succès, citons celui du rover Perseverance, dont l’atterrissage sur Mars a tenu en haleine des millions de personnes (Browne, 2021).

8 Voir [URL : nasa.gov/socialmedia].

9 Si les enregistrements des entretiens sont en général autorisés après négociation et signature de clauses de confidentialité, les photographies d’artefacts balistiques ne le sont pas. Aux États-Unis, les technologies spatiales entrent dans la catégorie des armes, leur production comme leur commercialisation sont rigoureusement encadrées.

10 Entre autres illustrations de ces errements de la « vie intellectuelle » en ligne, on renverra à cet ultime billet du Carnet Zilsel, fermé après un clash de trop sur les RSN (Lamy et Saint-Martin, 2019).

11 Les sources d’information certifiées par les grandes agences de presse, presse professionnelle, blogs d’expert-e-s plus ou moins reconnu-e-s et suivi-e-s, comptes professionnels, de passionné-e-s d’espace, etc.

12 Par exemple Dr. Buzz Aldrin, @TheRealBuzz, vétéran de la mission Apollo 11 toujours en activité et très prolixe sur Twitter, « engage » ses 1,5 million de fidèles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Saint-Martin, « Espaces 2.0 du spatial 2.0 : premiers retours d’expérience », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #21 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traces/13353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.13353

Haut de page

Auteur

Arnaud Saint-Martin

sociologue, chargé de recherche CNRS, laboratoire CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique)

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search