Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#21Articles2009-2021 : regards sur l’évoluti...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

2009-2021 : regards sur l’évolution des usages des médias sociaux dans la sphère scientifique et le monde de la culture scientifique en France

2009-2021: A look at the evolution of social media use in the scientific sphere and the field of scientific culture in France
Loïc Bommersbach et Marion Sabourdy
p. 153-167

Résumés

Écrit par deux professionnels de la communication scientifique, aux parcours complémentaires, l’un au sein d’institutions scientifiques et l’autre dans un organisme de culture scientifique, émaillé de témoignages, cet article propose un retour sur l’évolution des usages des réseaux sociaux dans la sphère scientifique et le monde de la culture scientifique en France ces douze dernières années. Entre l’enthousiasme des débuts et les signes d’une certaine lassitude liée à la montée de la méfiance envers les sciences et à la progression de la haine en ligne, cet article propose quelques pistes pour arriver aux prémices d’un fonctionnement hybride, entre acteurs institutionnels, auteurs et publics.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : les auteurs souhaitent remercier les coordinateurs de ce numéro de Tracés pour leur invitation à écrire cet article et leur patience, Manon Champier, Guillaume Desbrosse et Sylvain Deville pour avoir accepté de témoigner, ainsi que Kimberly Bonnel et Pascal Moutet pour leur relecture.

1Écrit par deux professionnels de la communication scientifique, aux parcours complémentaires, l’un au sein d’institutions scientifiques et l’autre dans un organisme de culture scientifique, émaillé de témoignages, cet article propose un retour sur l’évolution des usages des réseaux sociaux dans la sphère scientifique et le monde de la culture scientifique en France ces douze dernières années. Entre l’enthousiasme des débuts, puis une certaine lassitude liée à la montée de la méfiance envers les sciences et la progression de la haine en ligne, cet article propose quelques pistes afin d’arriver aux prémices d’un fonctionnement hybride, entre acteurs institutionnels, auteurs et publics.

2Décembre 2020 : au sortir du deuxième confinement lié à la crise sanitaire, l’Amcsti, le réseau professionnel des cultures scientifique, technique et industrielle (CSTI), conscient de la nécessité de faire le point avec ses membres sur les derniers mois mouvementés, proposait quelques jours de réflexion autour du thème « La nouvelle donne de la CSTI »1. À l’occasion de la table ronde intitulée « Sciences et médias – interactions, subordination, collusion ? »2, nous, auteurs de cet article, nous retrouvions en ligne, parmi d’autres intervenants, pour évoquer les liens entre institutions de recherche, de culture scientifique et les médias.

  • 3 À ce sujet, voir aussi « Réseaux sociaux : l’autre pays de la science » dans l’émission « La Métho (...)

3Sans surprise, le rôle et l’ambivalence des réseaux sociaux ont été évoqués, en lien avec l’actualité liée à la crise sanitaire3, mais aussi de manière plus profonde et générale, dans le cadre de la crise de confiance que semblent traverser les institutions scientifiques et les médias vis-à-vis d’une partie non négligeable des publics. Invités par la rédaction de la revue Tracés, nous avons souhaité, quelques mois plus tard, faire le point sur cette thématique, forts de la douzaine d’années que nous venons de vivre, plongés dans la marmite des réseaux sociaux, en tant que communicants des sciences.

4Nous évoquerons tout d’abord l’intérêt qu’ont trouvé les chercheurs, institutions scientifiques et organismes de culture scientifique – et nous-mêmes – à être présents sur les réseaux sociaux. Puis nous aborderons la méfiance et la lassitude de certains acteurs et publics vis-à-vis de ces réseaux, avant de montrer l’importance d’une bonne formation à ces outils et d’une réflexion plus collective, voire hybride. Pour compléter notre témoignage, nous avons souhaité donner la parole à trois professionnels qui nous semblaient représentatifs des acteurs de sciences sur les réseaux : Sylvain Deville, directeur de recherche au CNRS et un des premiers chercheurs français très actifs sur Twitter, Manon Champier (connue sous le pseudo « Manon Bril »), docteure en histoire et vidéaste spécialisée dans cette thématique, suivie par près de 600 000 abonnés sur YouTube, et enfin Guillaume Desbrosse, directeur du centre de sciences La Rotonde, président de l’Amcsti entre 2017 et 2021 et lui aussi très présent sur les médias sociaux.

Des blogs de sciences à YouTube : l’excitation des débuts

  • 4 Lauréat 2012 de la médaille de bronze du CNRS, alors chargé de recherche CNRS au Laboratoire de syn (...)

5Dans une tribune du Monde, Sylvain Deville4 (2014) listait les avantages que les chercheurs ont à créer leur compte Twitter : interactions à l’échelle mondiale avec d’autres scientifiques ou avec des éditeurs de journaux spécialisés, veille scientifique ou de culture scientifique, suivi de conférences, outil de communication vers le public mais aussi enjeux institutionnels pour les structures scientifiques auxquelles ces chercheurs sont rattachés.

6Contacté en mars 2021 pour cet article, Sylvain Deville confirme :

Sept ans plus tard, Twitter reste pour moi un espace d’échange intéressant qui m’a apporté des collaborations inattendues avec des collègues, des rencontres lors de conférences, ainsi qu’une ouverture vers d’autres communautés. Si un chercheur est isolé, c’est idéal. Tous mes étudiants s’y sont mis, de façon naturelle, en apprenant les uns des autres.

7Le chercheur avoue utiliser maintenant ce réseau moins pour montrer l’envers du décor de ses recherches, comme il a pu le faire par le passé, que pour interagir avec ses collègues ou bien pour faire sa revue de presse scientifique grâce notamment au compte de l’émission de radio de France Culture « La Méthode scientifique ».

8Cette nécessité de se rendre visible, de communiquer, ce souhait de se mettre en contact avec d’autres professionnels de son secteur sont aussi les raisons pour lesquelles nous nous sommes lancés sur les réseaux sociaux. Tous deux inscrits sur Twitter en 2009, d’abord en curieux, pour comprendre comment fonctionne cet outil, nous y avons construit petit à petit notre réseau professionnel, en tant que jeunes diplômés. Pour Marion, alors journaliste scientifique indépendante, Twitter pouvait s’apparenter à une « salle de rédaction » à ciel ouvert où elle pouvait échanger avec d’autres journalistes. Pour Loïc, c’était – et cela reste – un formidable espace de veille sur les bonnes pratiques en communication scientifique et numérique.

9Les années suivantes, au gré de nos expériences professionnelles, nous avons contribué à la création ou à l’animation de différents comptes sur des réseaux sociaux (au Centre national de la recherche scientifique, au Centre européen pour la recherche nucléaire, à La Casemate, en co-créant le compte de référence ComSciComCa sur Twitter, maintenant animé par l’Amcsti…), à l’établissement des stratégies de communication numérique de nos structures, à l’animation de projets spécifiques à forte résonance sur les réseaux sociaux (comme le Forum du CNRS, le concours « Ma thèse en 180 secondes » – MT180 –, des « Facebook lives » du CNRS, différents projets numériques du programme « Inmédiats » co-porté par La Casemate…), en formant nos collègues à ces outils, etc.

  • 5 À ce sujet, lire la « Petite histoire des blogs de science en français » publiée par Antoine Blanc (...)

10À titre personnel, depuis 2009-2010, nous avons également contribué à cette grande discussion entre acteurs de culture scientifique sur Twitter, nous avons complété notre formation initiale de communication scientifique (dans les masters de communication scientifique de Grenoble pour Loïc et de Paris pour Marion) avec une auto-formation aux réseaux sur le web, nous avons contribué au mouvement des blogs de sciences francophones au sein du Café des sciences (dont certains membres sont actifs depuis le début des années 20005) et avons été témoins de la montée en puissance de différents acteurs de notre âge ou un peu plus jeunes, comme les vidéastes scientifiques.

11Depuis 2012 environ, en France, ces derniers ont d’ailleurs été les fers de lance de cette nouvelle génération de médiateurs et communicants des sciences sur les réseaux sociaux. Ils ont été rapidement repérés et approchés par les institutions qui les considéraient comme des auteurs à même de renouveler la teneur des contenus qu’elles partageaient auprès des publics, comme Marion l’indiquait en septembre 2017 :

[Les] communautés [de ces vidéastes] sont très impliquées et correspondent souvent à un segment difficile à toucher par les médias et institutions traditionnelles. […] Ces vidéastes sont donc des influenceurs convoités par les institutions culturelles. (Sabourdy et Gesta, 2017)

  • 6 Manon « Bril » Champier joue la voix off de History Catchers, une websérie historique documentaire (...)

12La chaîne YouTube C’est une autre histoire, créée et animée par la vidéaste Manon Champier fait partie de ces success stories. Après une première vidéo proposant une visite de Toulouse réalisée dans le cadre d’un concours de courts-métrages, elle imagine son pseudo « Manon Bril », crée sa chaîne et poste la première vidéo « Pouvoir et sexe – Zeus, le relooking mythologique #1 » en septembre 2015 (elle cumule 290 000 vues en juin 2021). Elle nous a raconté son parcours : « Alors en thèse, je ne voulais pas que l’université soit au courant, d’où l’usage d’un pseudo pour séparer mes deux identités. En revanche, quand j’en ai parlé à quelques collègues dans mon labo, cela a été bien reçu, sans hostilité. » C’est grâce à un prix du public à la finale régionale de MT180 que Manon Champier a ressenti la possibilité de trouver une audience pour ses sujets et qu’elle s’est lancée. Ses vidéos sont vues, elle est approchée par le magazine Mondes sociaux pour réaliser des vidéos de la série « Avides de recherche ». Elle est ensuite sollicitée par des institutions ou lieux culturels, par exemple à la Sorbonne lors de la Fête de la science, pour animer une table ronde, dans des festivals sur la thématique de l’histoire ou encore dans les médias traditionnels, comme sur Arte6 : « Mon statut de docteure a sans doute rassuré mes interlocuteurs », explique-t-elle.

  • 7 Au sujet de l’identité et du modèle économique des vidéastes scientifiques, voir l’enquête sur la (...)

13Accompagnée depuis ses débuts par un ami caméraman, Manon Champier s’est ensuite entourée d’un réseau de vidéastes et d’autres professionnels pour mieux développer sa chaîne, comme, récemment, l’illustratrice Leamlu, ce qui lui a permis de se lancer dans des épisodes animés. Ce développement lui a permis de « faire son trou » dans le milieu de la vulgarisation sur YouTube et de commencer à se payer et à rémunérer intégralement son équipe, grâce à une cagnotte de financement participatif sur la plateforme Tipeee mais aussi à des publicités et des aides publiques (CNC notamment)7. Un tel modèle est souvent choisi par les créateurs de contenus (généralistes mais aussi scientifiques) sur le web, qui n’hésitent pas, parfois, à rejoindre une société de production pour obtenir de l’aide dans la gestion de leur carrière. D’autres ont choisi d’écrire des livres, comme Benjamin Brillaud (qui anime la chaîne YouTube Nota Bene), Patrick Baud (Axolot), Florence Porcel (La Galaxie de Florence Porcel), Théo Drieu (Balade mentale), ou d’éditer des jeux de société, comme Bruce Benamran (e-penser).

14Depuis 2012 environ, du côté des institutions de sciences et de culture scientifique, il y a eu une prise de conscience, concomitante de la montée en puissance de ces acteurs du web. Les institutions scientifiques ont compris la nécessité de communiquer sur les réseaux sociaux, de se rendre visibles, tout autant pour recevoir des financements de la part des politiques publiques que pour montrer aux citoyens où est investi cet argent. Par conséquent, ces institutions s’organisent, embauchent des professionnels formés sur ces outils, invitent des « influenceurs » dans leurs lieux (comme l’ESRF, le synchrotron de Grenoble qui invite régulièrement des instagramers – des utilisateurs de la plateforme Instagram – dans ses locaux) et mettent en place une organisation en interne afin de mettre à contribution les chercheurs eux-mêmes, qui constituent de réels ambassadeurs de leurs disciplines.

15C’est le cas au CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, qui s’appuie tout autant sur ses comptes officiels que sur ceux de plusieurs chercheurs qui y travaillent, suivis par des communautés très qualifiées. Ces ambassadeurs diffusent les informations de leur institution, en les adaptant à leur propre public. Par exemple, lors de la publication d’une découverte scientifique, ces chercheurs donnent des éléments de contexte en répondant aux questions sous les tweets du compte officiel du CERN et en créant éventuellement des fils de discussion sur leurs propres comptes ou des vidéos explicatives. Il s’agit d’une réelle complémentarité entre comptes officiels et comptes de chercheurs, ces derniers étant parfois formés en interne, recevant des kits de communication et bénéficiant de temps de rencontre avec des influenceurs de leur domaine, comme Dianna Cowern, créatrice de la chaîne YouTube anglophone Physics girl, une référence dans le domaine, suivie par près de 2 millions d’abonnés.

16Du côté de la culture scientifique, Guillaume Desbrosse, directeur de La Rotonde, centre de sciences de Saint-Étienne, et président de l’Amcsti entre 2017 et 2021, résume bien les deux principaux enjeux autour desquels travaillent ces institutions depuis lors :

À La Rotonde, nous avons deux axes : l’un traditionnel ; on occupe le terrain sur Instagram, Twitter et Facebook, pour avoir un fort rayonnement. Notre chargée de communication fait la plupart du travail mais on fait en sorte d’associer toute l’équipe. Et le deuxième axe, c’est celui de la médiation : on imagine de nouveaux formats utilisant les réseaux sociaux. Cette démarche était déjà dans les cartons avant la crise sanitaire mais il faut dire que les événements ont précipité les choses.

17Depuis début 2020, La Rotonde s’est lancée dans une démarche de test, d’incubation puis de confirmation de ces nouveaux formats de médiation, comme « Sciences à la maison »8, un service gratuit durant lequel un médiateur ou une médiatrice propose une animation/manipulation simple à faire à la maison. La structure tente également depuis plus récemment des ateliers payants et a lancé diverses expérimentations sur le réseau Twitch9.

18En effet, plus récemment, des réseaux comme Twitch ou TikTok sont apparus comme de nouveaux territoires à investir pour échanger, communiquer ou s’inspirer. La raison principale : la très forte croissance de ces réseaux, en termes de nombre d’abonnés et de nombre de vues. À titre d’exemple, la plateforme TikTok est passée de 55 millions d’utilisateurs en janvier 2018 au milliard d’utilisateurs en septembre 2021, comme l’indique un communiqué de l’entreprise10. Le 30 janvier 2021, le vice-président de Twitch Europe, Moyen-Orient et Afrique a indiqué, sur Twitter11, que la plateforme Twitch avait atteint une moyenne quotidienne de 26,5 millions de visiteurs et le chiffre de 1 billion de minutes de contenus vues en 2020. De plus, ces réseaux sont utilisés par des communautés encore plus jeunes et parfois historiquement centrées sur des thématiques bien particulières, comme le jeu vidéo sur Twitch.

19Manon Champier a par exemple créé son compte sur TikTok12 en mai 2020, à la suite d’un défi lancé par un autre créateur de contenus. Après quelques tests formels, elle poste des vidéos de vulgarisation d’une minute13 sur ses thématiques (histoire, mythologie), à partir de fin octobre 2020 :

Je me suis prise au jeu et, alors que mon public habituel indiquait qu’il ne se rendrait pas sur cette application, en trois à quatre mois, mon compte rassemblait déjà 100 000 abonnés puis 25 000 de plus les trois mois suivants, indiquant que la plateforme commençait déjà à être « saturée » [son compte totalise près de 140 000 abonnés à la mi-juin 2021].

20Manon Champier précise qu’elle a sur TikTok un public différent de celui de YouTube ou Instagram, « rafraîchissant, plus jeune, plus gentil aussi et moins au fait de mes thématiques ».

  • 14 Ce format d’image numérique, couramment utilisé sur Internet, permet notamment de stocker plusieur (...)
  • 15 Élément ou phénomène repris et décliné en masse sur Internet, par exemple une image assortie d’une (...)
  • 16 On pourra visionner l’émission intitulée « Sur Twitch, “le féminisme, c’est un peu un gros mot” », (...)

21Les possibilités d’échanges et de création de contenus sont quasi infinies sur ces « nouveaux » médias ; les créateurs à succès ont réussi pour certains d’entre eux à intégrer pleinement les codes de ces plateformes, comme le fait de se mettre en scène, de partager son quotidien, ses passions avec un ton détendu, de l’humour et des références à la culture populaire (utilisation de musiques populaires ou de courtes séquences de film en bande-son de ses vidéos sur TikTok, intégration de gifs14 dans les stories Instagram, partage de « mèmes »15 sur Twitter, etc.)… Ces réussites passent nécessairement par une (trop ?) grande proximité avec leurs communautés numériques, certains abonnés ou « fans » ne parvenant pas toujours à poser des limites dans le rapport avec les créateurs et en particulier les créatrices (nous y reviendrons plus bas)16.

Agressivité, fake news… la montée de la lassitude

22Les expérimentations sur des réseaux sociaux comme Instagram, TikTok ou Twitch, jugés moins hostiles – par les créateurs de contenus eux-mêmes – que Twitter ou YouTube, sont-elles le signe d’une certaine lassitude de la part des créateurs de contenus, qui souhaitent retrouver sur ces nouvelles plateformes la fraîcheur et les interactions bienveillantes de leurs débuts ? Une lassitude d’autant plus compréhensible que ces acteurs sont souvent en première ligne lorsqu’il s’agit de défendre la méthode scientifique, alors même qu’ils sont isolés (ils sont souvent indépendants) et ne bénéficient pas du soutien d’une organisation.

23Le constat semble partagé du côté des institutions de culture scientifique. Guillaume Desbrosse l’affirme :

Il y a un durcissement du discours. La structure des réseaux sociaux conforte les avis de chaque camp et on arrive vite à une zone de non-dialogue. En tant qu’institution, on essaie d’être présent sur les réseaux mais on est un tout petit nombre face à une armée agressive et parfois très bien organisée sur certains sujets comme les vaccins ou le port des masques. Certains acteurs de culture scientifique « partent en guerre » et dénoncent ces fake news, s’engagent en leur nom dans un partage d’information scientifique mais ils sont rapidement harcelés. De plus en plus de gens deviennent inactifs ou ferment carrément leur compte.

24En résumé, il affirme qu’être présent sur les réseaux, en étant dans une pratique apaisée, reste compliqué – voire inaudible – et que certains retours peuvent être difficiles à gérer pour les équipes, qui ne sont pas habituées à ce degré d’hostilité dans leurs pratiques et ne désirent pas forcément s’engager en leur nom.

25Fin 2020, Sylvain Deville a fait partie de ceux qui souhaitaient s’éloigner momentanément de l’ambiance agressive sur le réseau Twitter :

J’ai arrêté d’aller sur Twitter pendant deux mois, car je saturais complètement à cause de la crise sanitaire. Les gens parlent de tout, tout le temps, ils se sentent obligés de tout commenter et tout le monde est à fleur de peau. Il est impossible de filtrer ces commentaires.

26Cette mauvaise ambiance s’est encore détériorée par la situation tendue du milieu de la recherche, où de nombreux jeunes chercheurs n’obtiennent pas de poste et se découragent et où les directeurs de recherche croulent sous les tâches administratives (sur le déclin de la recherche en France, voir Larousserie, 2021). En effet, depuis quelques années maintenant sur Twitter, l’heure n’est plus à l’euphorie des premiers utilisateurs, la tendance est davantage aux attaques ad hominem entre pairs ou à la protestation sur la politique de la recherche en France avec des messages publics directement envoyés aux ministres.

  • 17 Tania Louis fait sur son blog le bilan personnel de 2020 et le récit de l’emballement autour de se (...)

27Cet isolement et ce sentiment d’être en première ligne ont également été ressentis, dans un autre contexte, par Tania Louis, qui a fourni lors de la crise sanitaire, en son nom et avec la co-création de l’initiative Kézacovid, un travail de vulgarisation exemplaire… mais bénévole, au beau milieu d’une crise sanitaire qui aurait pourtant nécessité un surcroît de communication de la part des politiques, des institutions de santé et de recherche médicale et d’investigation de la part des grands médias généralistes17.

28Et si les exemples récents évoquent souvent la crise sanitaire comme catalyseur de cette agressivité sur les réseaux, il ne faut pas oublier que celle-ci était déjà présente depuis leurs débuts et visait en particulier certaines créatrices ou animatrices. Dans le milieu culturel (et en particulier lorsqu’elles abordent des thématiques jugées être l’apanage des hommes, comme les sciences ou les jeux vidéo) de très nombreuses créatrices de contenus ont régulièrement à faire face à des commentaires désobligeants sur leur physique ou la qualité de leurs contenus, quand cela ne vire pas tout bonnement à des vagues de cyberharcèlement. « Les femmes sont très exposées », indique Sylvain Deville, ce que Manon Champier confirme :

  • 18 « Une Youtubeuse rétorque avec classe aux haters qui attaquent son physique », Elle, 2016, [URL : (...)
  • 19 « Épilation, sororité, poitrine  : une youtubeuse cyberharcelée après une vidéo », Les Inrockuptib (...)
  • 20 La plateforme Les Internettes, avec son moteur de recherche « Internettes explorer », permet de dé (...)

De nombreuses vidéastes scientifiques femmes ont été harcelées ces dernières années, comme Florence Porcel [sur sa chaîne éponyme qu’elle n’anime plus depuis décembre 2019]18 ou Charlie Danger [Les Revues du monde]19 entre autres. Pour ma part, j’ai été plutôt épargnée… bien qu’une de mes vidéos sur le droit de vote des femmes ait reçu une avalanche de commentaires haineux sur Twitter, alors que je ne faisais qu’énumérer les dates où différents pays ont donné le droit de vote aux femmes avant la France.20

29Face à ce constat de défiance de certains publics voire parfois de déchaînement de haine en ligne, que peuvent faire les acteurs des sciences et de la culture scientifique ? Une des pistes empruntées par nombre d’entre eux – dont les auteurs de ces lignes – est la formation aux réseaux sociaux, l’éducation aux médias et surtout à l’esprit critique. Mais une partie de la solution se trouve peut-être dans l’écoute, le dialogue ou encore l’hybridation des pratiques.

La formation : une étape indispensable

30Dans sa tribune parue dans Le Monde, Sylvain Deville l’affirmait : « Communiquer s’apprend. » Nous en sommes aussi convaincus et contribuons activement à la formation des chercheurs des institutions dans lesquelles nous travaillons ou avec lesquelles nous sommes partenaires, ainsi qu’à celle de nos collègues et de nos étudiants.

31Ainsi, les masters professionnels de communication généraliste et de communication scientifique ont bien compris l’importance de former leurs étudiants à la stratégie de communication sur ces outils et proposent très souvent au moins une unité d’enseignement sur cette thématique. Chaque année, de jeunes professionnels sortent de ces formations en ayant acquis les fondamentaux pour animer les réseaux sociaux de structures scientifiques ou de culture scientifique.

32L’expertise de ces professionnels de la communication devient indispensable lorsque l’on veut réaliser des campagnes ou des opérations de communication numériques. En effet, ils sont formés pour savoir se repérer dans des domaines très mouvants, dans lesquels il faut en permanence être à jour sur la littérature et les bonnes pratiques en communication numérique en consultant des blogs, en piochant sur Twitter et sur des groupes Facebook spécialisés ou en étant abonné à des lettres d’information.

33Un autre moyen pour rester innovant et s’inspirer des autres, notamment des professionnels du marketing digital, est de participer à des événements comme le Social Media Strategy Summit à San Francisco. En février 2020, Loïc a pu y présenter la stratégie de communication numérique du CERN, échanger avec d’autres professionnels du secteur et ainsi nourrir sa propre réflexion sur les bonnes pratiques en communication. Il a ainsi pu constater que la quasi-totalité des participants, qu’ils soient issus du secteur privé ou public, ont des enjeux communs en matière de stratégie numérique : toucher plus de personnes, avoir plus d’interactions sur leurs publications ou encore développer des partenariats avec des influenceurs. C’est aussi valable pour la recherche académique mais avec des budgets quasi inexistants en matière de campagne sur les médias sociaux.

34Ces temps de formation permettent aux professionnels de la communication d’aborder la gestion quotidienne des réseaux sociaux de leurs structures ainsi que les campagnes de communication de manière plus stratégique et de savoir prendre leur temps pour concevoir les messages les plus attractifs. Ils bénéficient également de l’expérience de leurs prédécesseurs, qui ont défriché en partie ces territoires, avec des bonnes – et moins bonnes – expériences.

35Au CNRS et puis au CERN, le rôle de Loïc s’apparente aussi à celui de « consultant » interne, puisqu’il prodigue conseils et bonnes pratiques sur la meilleure stratégie numérique à adopter pour un laboratoire ou une expérience en fonction de ses ressources et de ses besoins. Il organise également des formations en interne afin de faire monter en compétences ses collègues dans le domaine de la communication numérique.

  • 21 Près de 300 offres d’emplois sont disponibles en France dans la fonction publique avec le mot-clé (...)

36Même si des disparités persistent, presque toutes les institutions de science ou de culture scientifique possèdent des comptes sur les médias sociaux, les petites structures disposant néanmoins de ressources humaines et financières limitées pour s’en occuper correctement. Il y a toujours un peu de « bricolage », mais la tendance est à la professionnalisation avec de plus en plus d’offres d’emploi de communicants numériques sur Place de l’emploi public (PEP), ex-Bourse interministérielle de l’emploi public (BIEP) par exemple21.

37Du côté des universités et institutions scientifiques, ces dernières années ont été marquées par une prise de conscience de la nécessité de former leurs chercheurs à mieux expliquer les travaux, et ce à des publics plus variés que le seul monde scientifique. En effet, les financements par l’Agence nationale de la recherche (ANR) ou par des fonds européens mettent aujourd’hui de plus en plus l’accent sur l’importance de savoir communiquer les résultats de ses recherches22. Aussi, cette formation aux réseaux sociaux est parfois dispensée par les communicants de ces structures avec l’aide ou non de professionnels extérieurs. L’université Grenoble Alpes anime par exemple les « Ateliers de la CST », des temps de formation qui « permettent d’échanger et de pratiquer en petit groupe autour d’outils et de méthodes de médiation scientifique »23 et qui proposent souvent des contenus liés aux réseaux sociaux (écrire un article de blog, créer une vidéo avec son smartphone, réussir ses visioconférences, raconter la recherche sur Twitter…)24.

  • 25 Voir notamment le catalogue de formation de La Casemate à destination des professionnels, [URL : l (...)

38Ces formations peuvent aussi être externalisées auprès d’entreprises spécialisées ou d’acteurs de culture scientifique. À La Casemate, à Grenoble, par exemple, des formations sont mises en place à destination d’acteurs des sciences et de la CSTI pour apprendre à créer du contenu de communication ou de vulgarisation sous format vidéo ou audio afin de le disséminer sur les réseaux sociaux25. En mars 2021, l’Amcsti a également lancé « Intermed », « une nouvelle série d’ateliers pratiques, afin de permettre aux médiatrices et médiateurs de son réseau de se rencontrer et de tester collectivement de nouveaux outils », souligne Guillaume Desbrosse. La première session était justement consacrée au test de nouveaux formats de médiation sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter, Instagram, Twitch, TikTok et Clubhouse. Ces formations ont pour but de donner des clés à un plus grand nombre d’acteurs des sciences pour se lancer sur les réseaux sociaux : comment dialoguer et avoir une communication moins verticale, comment vulgariser un sujet en un nombre de signes limité, comment acquérir une meilleure connaissance de ses publics, etc.

  • 26 Voir par exemple la conférence « Data & IA : le vrai, le faux, le flou » qui s’est tenue le 21 avr (...)

39À ces notions s’ajoute une question de taille, celle de l’éducation aux médias et à l’esprit critique. Ébranlées par la baisse de confiance en elles, certaines institutions, comme – entre autres – les acteurs des sciences, de la culture mais aussi de l’éducation et de la lecture publique (bibliothèques notamment), souhaitent être plus inclusives dans leur manière d’aborder les publics et savoir quand et comment débattre en ligne (ou ne pas le faire). Il ne suffit plus de connaître quelques « trucs et astuces » pour bien publier : il faut savoir aussi comment son message pourra être interprété, comment réagir en cas d’hostilité voire quoi mettre en place pour amener ses publics à non seulement accéder à un contenu, mais aussi savoir en évaluer la pertinence. Des acteurs aussi divers que l’Éducation nationale, via le réseau Canopé, par exemple, le Dôme à Caen via son format « le vrai, le faux, le flou »26, ainsi que plusieurs vidéastes connus sous le nom de « Hygiène mentale » ou « Defakator », œuvrent dans ce sens. Une meilleure maîtrise de ces codes et usages ne pourra être que bénéfique à l’apparition de nouveaux formats et à un dialogue peut-être un peu plus apaisé au sujet des sciences, sur les réseaux sociaux.

  • 27 Les principaux réseaux offrent un accès gratuit mais une grande partie d’entre eux fonctionne sur (...)

40Cette question de la formation et des métiers ou compétences liés aux réseaux sociaux en implique une autre, celle de la complémentarité entre l’ensemble des formats de communication, de vulgarisation et de médiation. En effet, les réseaux sociaux, même s’ils bénéficient d’une certaine aura et ont souvent l’avantage de proposer un accès gratuit27, ne doivent pas être considérés comme l’alpha et l’oméga d’une communication / vulgarisation / médiation réussie. Ils en participent, sans nul doute, mais ne sauraient remplacer une campagne de communication bien pensée dans sa globalité (site web, programmes, affichage, relais presse…), et bien sûr, une rencontre dans nos lieux (laboratoires de recherche, musées, centres de sciences…), à la faveur d’une visite, d’une exposition ou d’un échange lors d’un atelier.

L’incarnation et le collectif : vers un second souffle ?

  • 28 La curation de contenus est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les conte (...)

41Sur les réseaux sociaux scientifiques s’entremêlent des informations pratiques, des retours d’expérience, de la communication institutionnelle, des liens vers des vidéos de vulgarisation, etc. Les professionnels et amateurs aguerris de ces réseaux ont appris à naviguer parmi ces messages et à en extraire la « substantifique moëlle », qu’ils s’échinent à rendre lisible et digeste pour leurs publics par un processus de « curation de contenus »28.

42Cette pratique souligne un des ressorts principaux de ces réseaux sociaux, l’incarnation du message, comme le souligne Manon Champier :

La sympathie qu’on a pour un animateur ou une animatrice est ce qui fait le succès d’une chaîne. C’est le cas par exemple pour la chaîne YouTube du CNRS Zeste de science29, animée pendant un temps par Léa Bello [plus récemment par Marie Treibert et Jennifer Kerner], qui a su apporter une fraîcheur dans l’animation, avec son écriture, son ton, ses mimiques et ses jeux de mots. C’est le même fonctionnement qu’à la télévision avec ce qu’on appelle les « talents » ou les « incarnants ».

43Cette personnalisation des contenus n’est pas forcément la stratégie adoptée par certaines institutions, comme l’indique Guillaume Desbrosse :

Une personne qui anime un compte a souvent envie d’être vue, ce qui n’est pas forcément le cas d’un médiateur, car ce n’est pas dans notre culture. De plus, la structure doit faire attention de ne pas trop personnaliser le message qu’elle est censée porter.

44Une des solutions ne serait-elle pas, alors, de travailler ensemble, entre acteurs traditionnels des sciences, de la culture scientifique, les créateurs du web et pourquoi pas des comédiens, afin d’arriver à construire le meilleur message et le faire porter par des personnes les plus à même d’intéresser des publics ? Manon Champier l’affirme :

En tant qu’acteur de culture scientifique, on n’est pas obligé d’incarner notre contenu. La comédienne et metteuse en scène Aude Gogny-Goubert (Aude GG) a écrit et présenté la série « Virago »30 sur des femmes remarquables, l’actrice et réalisatrice Marion Séclin a interprété des femmes scientifiques dans la série « Scienceuses »31. Le vidéaste Benjamin Brillaud (Nota Bene) n’est pas historien mais est un très bon conteur… Faisons équipe !

45Parmi les autres exemples récents que nous pouvons citer figurent les expériences d’Arte, avec les vidéastes scientifiques, comme la chaîne Le Vortex (plus de 260 000 abonnés)32, qui met en scène une colocation de vidéastes, qui se questionnent sur des thématiques transversales à leurs chaînes personnelles, ou encore la couverture en direct de la sortie extravéhiculaire de l’astronaute Thomas Pesquet, le 16 juin 2021, animée par Patrick Baud, Alice Thomas et Sébastien Carassou, en compagnie de scientifiques, et cumulant plus de 136 000 vues33.

46L’Amcsti, avec le soutien de la Fondation Groupe EDF, a également porté l’initiative « Les Connecteurs », un projet qui combine « l’expertise et l’expérience des acteurs “institutionnels” de culture scientifique (centres de sciences, musées, associations, universités…) avec la créativité des vidéastes de sciences ». Ainsi, les vidéastes « Qu’est-ce que tu GEEKes ? », « Melvak », « Caméléon curieux » et « Professeur Chêne », sélectionnés à la suite d’un appel à participation, ont passé une semaine en résidence respectivement au Quai des savoirs, à Océanopolis, à La Turbine et à Gulliver, avec pour objectif la réalisation d’une vidéo34. À noter que le Quai des savoirs porte régulièrement des résidences de vidéastes, au même titre que des artistes.

47Dans un billet sur son blog35, Tania Louis abonde dans ce sens et propose un mode de fonctionnement :

Pour créer des ponts, il faut commencer par identifier trois piliers sur lesquels construire des actions robustes : un projet (avec des objectifs précis), des envies/compétences (de chaque partie) et un budget […]. Pour lancer des projets collaboratifs aujourd’hui, il faut être réaliste : cela a plus de chances de déboucher sur quelque chose de concret si le projet en question émane d’une institution. Que ce soit parce que celle-ci a des reliquats budgétaires directement mobilisables ou parce qu’elle a de meilleures chances de succès si elle demande des subventions.

48Guillaume Desbrosse, dont la structure a l’habitude de ce type de collaborations (La Rotonde a notamment hébergé la chaîne Balade mentale36 à ses débuts), complète en relativisant la possible course aux chiffres :

Cela ne m’intéresse pas de faire le plus grand nombre de vues possible. En tant qu’acteurs de culture scientifique, notre objectif est l’inclusion de nos publics. Ainsi, nous devons trouver un terrain d’entente pour collaborer avec ces nouveaux acteurs. La stratégie de l’opposition ne sera jamais la bonne et on sait à quel point il peut vite exister un entre-soi sur les réseaux et parfois une forme de mépris ou d’impression d’illégitimité. Il faut que nous jouions la complémentarité, pour toucher de nouveaux publics et les amener aux contenus, que cela soit en ligne ou dans nos lieux.

49Se former et travailler ensemble pour retrouver la fraîcheur des débuts. Gageons que la tant espérée sortie de crise permette à ces différents acteurs de se retrouver, de dialoguer, afin d’imaginer et de mettre en œuvre de nouveaux formats numériques. Avec en ligne de mire : le plaisir de partager les sciences avec un large public.

Haut de page

Bibliographie

Debove Stéphane, Füchslin Tobias, Louis Tania et Masselot Pierre, 2021, « French science communication on YouTube : A survey of individual and institutional communicators and their channel characteristics » [en ligne], Frontiers in Communication, 8 avril, [URL : frontiersin.org/articles/10.3389/fcomm.2021.612667/full].

Deville Sylvain, 2014, « Twitter et les chercheurs, l’exception française ? » [en ligne], Le Monde, 5 février, [URL : lemonde.fr/sciences/article/2014/02/05/twitter-et-les-chercheurs-l-exception-francaise_4360491_1650684.html].

Larousserie David, 2021, « Les raisons du déclin de la recherche en France » [en ligne], Le Monde, 28 septembre, [URL : lemonde.fr/sciences/article/2021/09/28/recherche-les-raisons-du-declin-francais_6096227_1650684.html].

Sabourdy Marion et Gesta Mathieu, 2017, « Vidéastes, institutions et publics. Explorer les transitions », Le bulletin de l’Amcsti, 1er septembre, [URL : amcsti.fr/fr/bulletin/videastes-institutions-publics/].

Haut de page

Notes

1 Sur cet événement, voir le site de l’Amcsti, [URL : amcsti.fr/fr/annonces/nouvelle-donne-csti-1-4-decembre-2020/].

2 Vidéo disponible sur la chaîne YouTube de l’Amcsti, [URL : youtube.com/watch?v=zrwnRS76y1s].

3 À ce sujet, voir aussi « Réseaux sociaux : l’autre pays de la science » dans l’émission « La Méthode scientifique » du 28 octobre 2020, à laquelle a participé Marion Sabourdy, [URL : franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/reseaux-sociaux-lautre-pays-de-la-science].

4 Lauréat 2012 de la médaille de bronze du CNRS, alors chargé de recherche CNRS au Laboratoire de synthèse et fonctionnalisation des céramiques (unité mixte CNRS - Saint-Gobain), actuellement directeur de recherches CNRS à l’Institut lumière matière à Lyon.

5 À ce sujet, lire la « Petite histoire des blogs de science en français » publiée par Antoine Blanchard sur son blog La science, la cité le 8 septembre 2014, [URL : enroweb.com/blogsciences/index.php?post/2014/09/08/Petite-histoire-des-blogs-de-science].

6 Manon « Bril » Champier joue la voix off de History Catchers, une websérie historique documentaire produite par Arte et l’INA.

7 Au sujet de l’identité et du modèle économique des vidéastes scientifiques, voir l’enquête sur la situation des vidéastes culturels menée par Tania Louis en 2018, [URL : drive.google.com/file/d/1_yJ6N10GYinuqmjjzEdDjh5q8BKdGRV6/view], ainsi que Debove et al. (2021).

8 Voir [URL : larotonde-sciences.com/cest-au-programme/sciences-a-la-maison_en-direct/].

9 Voir [URL : twitch.tv/larotondesciences].

10 « Thanks a billion ! », communiqué de l’entreprise TikTok daté du 27 septembre 2021, [URL : newsroom.tiktok.com/en-us/1-billion-people-on-tiktok].

11 Tweet de @damianburns daté du 30 janvier 2021, [URL : twitter.com/damianburns/status/1355446285554372608].

12 Voir [URL : tiktok.com/@manonbrilcuah?lang=fr].

13 La durée des vidéos sur TikTok était alors d’une minute, avant de tripler à l’été 2021.

14 Ce format d’image numérique, couramment utilisé sur Internet, permet notamment de stocker plusieurs images dans un seul fichier et de les afficher en succession comme une courte animation (source : Wikipédia, [URL : wikipedia.org/wiki/Graphics_Interchange_Format]).

15 Élément ou phénomène repris et décliné en masse sur Internet, par exemple une image assortie d’une citation faisant référence à un film et pouvant être interprétée au regard de l’actualité.

16 On pourra visionner l’émission intitulée « Sur Twitch, “le féminisme, c’est un peu un gros mot” », publiée sur le site Arrêt sur images le 30 avril 2021, [URL : arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/sur-twitch-le-feminisme-cest-un-peu-un-gros-mot].

17 Tania Louis fait sur son blog le bilan personnel de 2020 et le récit de l’emballement autour de ses contenus de vulgarisation concernant le coronavirus, dans un article daté du 2 février 2021, [URL : tanialouis.fr/2021/02/02/bilan-personnel-de-2020/].

18 « Une Youtubeuse rétorque avec classe aux haters qui attaquent son physique », Elle, 2016, [URL : elle.fr/Societe/News/Une-Youtubeuse-retorque-avec-classe-aux-haters-qui-attaquent-son-physique-3145624].

19 « Épilation, sororité, poitrine  : une youtubeuse cyberharcelée après une vidéo », Les Inrockuptibles, 27 décembre 2019, [URL : lesinrocks.com/actu/epilation-sororite-poitrine-une-youtubeuse-cyberharcelee-apres-une-video-301044-27-12-2019/].

20 La plateforme Les Internettes, avec son moteur de recherche « Internettes explorer », permet de découvrir des chaînes YouTube animées par des femmes, [URL : lesinternettes.com/internettes-explorer].

21 Près de 300 offres d’emplois sont disponibles en France dans la fonction publique avec le mot-clé « numérique » dans les domaines de la communication et de la culture et du patrimoine, au 25 juin 2021, [URL : place-emploi-public.gouv.fr/].

22 À ce sujet, voir notamment le point 5 de l’infographie sur cette page du site de l’ANR (« Valoriser, promouvoir les impacts sociétaux sur la santé, l’environnement, l’économie, la culture, la science… »), [URL : anr.fr/fr/projets-finances-et-impact/lanalyse-dimpact-a-lanr/].

23 Consulter la page de présentation des Ateliers de la CST, [URL : culture.univ-grenoble-alpes.fr/menu-principal/culture-scientifique/formations/ateliers-de-la-culture-scientifique/ateliers-de-la-culture-scientifique-693402.kjsp].

24 Consulter le dossier « Echosciences Grenoble » à ce sujet, [URL : echosciences-grenoble.fr/dossiers/les-ateliers-de-la-culture-scientifique].

25 Voir notamment le catalogue de formation de La Casemate à destination des professionnels, [URL : lacasemate.fr/vous-etes/espace-entreprises/formations-pour-les-pros/].

26 Voir par exemple la conférence « Data & IA : le vrai, le faux, le flou » qui s’est tenue le 21 avril 2021 au Dôme, à Caen, [URL : ledome.info/index.php?page=page&id_manifestation=2425].

27 Les principaux réseaux offrent un accès gratuit mais une grande partie d’entre eux fonctionne sur un format dit « freemium » (mot composé de free qui signifie « gratuit » et de premium), qui consiste en une offre « premium » haut de gamme et payante (ou accessible à partir d’un grand nombre d’abonnés) associée à une offre basique en libre accès.

28 La curation de contenus est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du web pour une requête ou un sujet donné (source : Wikipédia, [URL : fr.wikipedia.org/wiki/Curation_de_contenu]).

29 À découvrir sur [URL : youtube.com/channel/UCAxljKT0ujiJZhGC8Ood7mw].

30 Consulter la playlist des vidéos sur la chaîne YouTube d’Aude GG, [URL : youtube.com/watch?v=gmF3swYdHoY&list=PLlVA7AZDgPeTlF9EvF7cwQjxPJ-U0HalP].

31 Consulter la playlist des vidéos sur la chaîne YouTube String Theory, [URL : youtube.com/watch?v=x-m4TuTE3E0&list=PLuJkqpwiyEt-eSKJ7BVwvhZ8Tx2eWpGx0].

32 Voir [URL : youtube.com/channel/UCZxLew-WXWm5dhRZBgEFl-Q].

33 « Mission Alpha, Blob & Sortie Extravéhiculaire Thomas Pesquet », diffusée en direct le 16 juin 2021, [URL : youtube.com/watch?v=JBCrb6FNUT8].

34 Voir [URL : lesconnecteurs.org/].

35 « Construire des ponts », blog de Tania Louis, novembre 2020, [URL : tanialouis.fr/2020/11/09/construire-des-ponts/].

36 Consulter la chaîne YouTube, aux plus de 575 000 abonnés, [URL : youtube.com/c/BaladeMentaleChaine].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Bommersbach et Marion Sabourdy, « 2009-2021 : regards sur l’évolution des usages des médias sociaux dans la sphère scientifique et le monde de la culture scientifique en France », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #21 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traces/13458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.13458

Haut de page

Auteurs

Loïc Bommersbach

responsable communication de Dolphin Design, social media manager au CNRS (2014-2018) et au CERN (2018-2021), enseignant social media au master Communication des entreprises et médias sociaux à l’université Gustave Eiffel

Marion Sabourdy

chargée des nouveaux médias à La Casemate (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle de Grenoble)

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search