Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros43EntretienNommer le travail du sexe. Entret...

Entretien

Nommer le travail du sexe. Entretien avec Sïana, Marie et Lev, de l’association PDA

Naming sex work. An interview with Sïana, Marie and Lev, from the PDA association
Thomas Angeletti, Juliette Galonnier et Manon Him-Aquilli
p. 203-221

Résumés

Au cours d’un entretien, trois locutrices travailleuses du sexe discutent avec Tracés des différentes manières de dire la prostitution. Quels mots et quelles expressions utilisent-elles pour se nommer et nommer leur activité ? Avec quels effets et dans quelles situations ? Après avoir soulevé les limites d’une stratégie de retournement du stigmate via l’autodénomination en « pute » ou « putain », elles soulèvent l’ambivalence des expressions « travail du sexe » et « TDS » qui semblent s’institutionnaliser et devenir euphémistiques. Elles abordent ensuite les enjeux liés à l’outage (révélation de leur activité) et racontent le maniement des termes utilisés dans les échanges avec leurs clients. Enfin, elles reviennent sur la catégorie d’« accompagnement sexuel » pour en souligner l’hypocrisie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kacprzak Alicja, 2016, « Travailleur(euse) du sexe : de l’oscillation pragmatique d’un euphémisme  (...)
  • 2 Merteuil Morgane et Schaffauser Thierry, 2017, « Le travail du sexe : entretien croisé avec Morgan (...)

1L’entretien croisé que nous avons mené avec Sïana, Marie et Lev, trois locutrices travailleuses du sexe, traite de l’importance que revêtent les actes de nomination dans leur vie quotidienne, aussi bien dans la pratique de leur travail que dans leurs activités militantes, notamment féministes. Marqueurs de différences entre des activités de vente de services sexuels plus ou moins risquées mais aussi plus ou moins stigmatisantes, les mots qu’elles choisissent, qu’elles commentent ou qu’elles rejettent témoignent des difficultés pour trouver des manières acceptables de s’autoqualifier selon les situations. Ces difficultés renvoient en partie aux divisions qui parcourent l’espace des débats et des positions en France sur le travail du sexe (entre abolitionnistes et syndicats de défense des travailleurs et travailleuses du sexe notamment). Elles renvoient en outre à la question de la labilité des effets pragmatiques de la nomination, du bien connu retournement du stigmate à l’œuvre dans l’autodénomination en « pute », par exemple, aux processus de dépolitisation qui touchent l’expression « travail du sexe », dont l’usage, recommandé par les ONG, est devenu « politiquement correct »1. Dans cet entretien, qui prolonge une réflexion engagée dans un précédent numéro de Tracés2, Sïana, Marie et Lev font ainsi montre de toute une réflexivité politique et langagière sur la qualification de leur activité, sur les déplacements qui s’opèrent dans leurs registres lexicaux au gré des controverses et des luttes qui traversent l’espace de la prostitution, tant au niveau local de la ville française de taille moyenne dans laquelle elles travaillent qu’au niveau national voire international. Nous avons souhaité conserver autant que possible dans la retranscription de cet entretien, réalisé à la fois sur place et en visioconférence, la dynamique des échanges et les formules typiques de l’oral qui caractérisent les discussions conviviales comme celle-ci, qui s’est tenue le 15 juin 2022. Tournés en dérision, détournés de leurs sens souvent dépréciatifs, brandis comme des fiertés ou encore jetés de manière provocatrice à des individus n’ayant pas connaissance de leur métier, les qualificatifs que ces travailleuses du sexe mobilisent, sans être complètement instables, dépendent évidemment des situations d’énonciation dans lesquelles elles s’inscrivent, mais plus largement du moment historique que traverse le travail du sexe.

2Thomas Angeletti, Juliette Galonnier et Manon Him-Aquilli

Se nommer « pute » ou « putain » : charge injurieuse, retournement du stigmate et expérience de terrain

Tracés : Pour démarrer cet entretien, est-ce que vous pourriez revenir sur la genèse de votre association militante, « Putains dans l’âme », et nous raconter comment vous en avez choisi le nom ?

Marie : Le collectif « Putains dans l’âme » a été créé en 2010 et ensuite a été transformé en association loi 1901 en prenant les mêmes initiales que « Putains dans l’âme », PDA, que l’on a renommé en « Partage, droit et autonomie », pour la couverture officielle. Récemment, après quelques mois de discussion on a finalement décidé de ne plus faire apparaître le mot « putains » et de rester sur « Association PDA ». Ça a mis un bout de temps à changer parce que beaucoup de gens connaissaient « Putains dans l’âme » et les membres n’arrivent pas forcément à retenir « Partage droit et autonomie », mais on s’est mises d’accord sur le sigle PDA.

Lev : Le but c’est aussi que ce collectif soit accessible à des usagers et des usagères qui ne maîtrisent pas forcément la langue française. Et pendant longtemps, on a fait un peu la sourde oreille quand des gens émettaient des critiques sur le nom « Putains dans l’âme ». Par exemple, une fois on était dans une perm, avec des prostituées majoritairement blanches, et une nana est arrivée et a dit : « Oh ! mais non, moi j’aime pas quand vous dites “pute”. Moi je ne suis pas une pute du tout, moi je suis une fille de joie ». Et à ce moment-là, on a eu une réponse qui était probablement naze, on lui a parlé de réappropriation, etc., mais on est restées assez sourdes à son discours à elle, qui, en fait, avait vraiment un mouvement de recul face au mot. Et nous on a répondu avec nos trucs de blanches un peu militantes. On a juste un peu défendu notre truc et on n’a pas été plus que ça à l’écoute. Mais ce type d’incident s’est reproduit et c’est à ce moment-là qu’on s’est dit qu’évidemment les réalités concrètes de terrain n’étaient pas les mêmes aussi. Nous le terme « pute » ou « putain », on ne le vit pas dans la rue comme une insulte, on ne porte pas le stigmate sur nous tout le temps dès qu’on sort. Alors que cette nana, toute la ville sait ce qu’elle fait et quelle est son activité. Elle doit le vivre au quotidien, le jour, la nuit, tout le temps. Et pour elle, c’est une insulte concrète, c’est extrêmement stigmatisant.

Tracés : Et vous lui avez expliqué pourquoi vous vouliez vous réapproprier ce mot ?

Lev : Oui mais elle, ce qu’elle entend, c’est quelque chose d’extrêmement négatif. Il faut dire aussi qu’on est face à une nana qui revendique le fait d’aimer son travail et d’apporter du bien-être aussi. Clairement, tout le monde n’est pas dans cette démarche. Mais elle dit qu’elle aime son travail, et il n’y a pas de raison de ne pas la croire. Elle aime aussi la séduction qu’il y a autour, elle aime donner une prestation, des moments de détente, que les clients repartent contents. Et donc ce terme « putain » elle ne se retrouve pas dedans, et bien sûr que le terme « fille de joie » lui parle davantage parce qu’elle essaie d’apporter quelque chose d’autre. Elle, ce qu’elle dit, c’est qu’elle ne gagne pas juste sa croûte, c’est aussi peut-être pas une philosophie de vie mais en tout cas c’est un truc qui lui convient vraiment, et elle aime son taf. Et puis je pense qu’elle rejette cette dimension utilitariste, l’idée que la putain c’est celle dans laquelle on se vide et avec laquelle il n’y a aucun autre lien qui se crée. Pour elle son travail ne se réduit pas à ça.

Tracés : Si l’on revient au moment de sa création, pourquoi le collectif a-t-il été nommé « Putains dans l’âme » au départ ?

Marie : Nous, on n’y était pas à l’époque de la création et je ne pense pas qu’on aurait choisi ce nom-là. En fait à l’époque PDA était ouvert à tout le monde, et pas qu’aux personnes concernées, ce qui est pour moi un énorme souci. D’une part, j’ai un problème avec les gens qui utilisent le terme « pute » en étant non concernés. Il y a un souci dans le fait qu’il n’y a pas un consensus sur qui utilise ce terme. Et, d’autre part, il y a cette idée de « dans l’âme ». Mais ça veut dire quoi « putain dans l’âme » ? C’est comme s’il y avait une raison d’être ou une philosophie de vie derrière, ce qui n’est pas ma conception des choses.

Lev : Oui ça rejoint un petit peu le « Toutes des salopes », c’est essentialisant, comme si finalement on était toutes un peu des putes ! Donc ce nom était problématique, d’autant plus que l’association est ouverte à tous et à toutes, aux mecs cis aussi, on n’est même pas en mixité choisie, en termes de genre en tous cas, même si on est qu’entre TDS.

Marie : Et puis je ne voudrais pas dire que ce nom dessert notre cause, mais c’est quelque chose qui nous est souvent renvoyé. Souvent, en fait, quand on parle avec des gens d’autres associations, et notamment avec nos ennemis politiques, les abolitionnistes, le truc qui revient souvent, notamment de la part de femmes, c’est : « Ah ! mais le mot putain on n’aime pas » parce qu’en fait c’est aussi un mot qui insulte toutes les femmes, potentiellement. Et finalement, je trouve que ça a tendance à obstruer les sujets qui sont les nôtres – revendication des droits, lutte contre les violences  – parce qu’en fait les gens se focalisent sur : « Ah ! vous utilisez le terme “putain” ! » Et j’ai l’impression d’avoir beaucoup perdu de temps à expliquer aux gens l’enjeu de la récupération d’insultes, qui en plus est vraiment ultraminoritaire : très peu de personnes parmi nos collègues utilisent le mot « pute ». Je pense qu’il y a quelque chose aussi par rapport aux lieux où on lutte, parce que par exemple au Strass, le syndicat du travail sexuel, ils ont leur slogan : « Fières d’être putes » mais on peut moins facilement utiliser ce terme quand on est peu nombreux. C’est peut-être plus facile dans les grandes villes, qui sont peut-être toujours « en avance », entre guillemets, sur certaines choses. Mais on ne peut pas mettre : « Fière d’être pute » dans une manifestation à B. [ville où elles exercent] en fait.

Lev : Par ailleurs, plus j’y pense, à force de répéter le mot « pute », je trouve quand même qu’il y a une notion de terrain qui va avec, une expérience qui en fait se mérite. C’est pour cela que parfois, je ne me sens pas légitime à m’appeler « pute » – alors que je le suis assez quoi – mais il y a vraiment un truc qui se mérite quoi. Il faut quand même avoir été confrontée au terrain à un moment donné. Je pense que je serais assez heurtée si jamais j’entendais une personne se revendiquer « pute » alors qu’elle a fait trois ou quatre passes dans l’année avec des gens qu’elle connaissait déjà. Et en fait il y a vraiment une dimension revendicatrice qu’on aura du mal à retrouver dans d’autres termes, cette notion d’expérience du terrain, comme avec « TDS » [travailleuse du sexe] ou « prosti ». C’est vraiment cette expérience de terrain qui fait qu’on porte le stigmate dans notre chair, parce qu’on l’a vécue, parce qu’on a été traitées littéralement comme des putes et pas comme des prosti. Ce terme est quand même chargé, émotionnellement et aussi dans nos chairs.

Marie : Il y a aussi des collègues qui disent qu’elles « vendent leur corps ». Je déteste l’expression.

Lev: Ou qui disent qu’elles font « ça » [mime le signe des guillemets avec ses doigts].

Marie : Oui souvent ce n’est même pas nommé en fait.

Lev : Oui, en fait c’est presque ce qu’on entend le plus, même chez des nanas grande gueule. Je pense à une autre collègue par exemple. Souvent elle dit : « Bah ! t’es comme moi toi de toute façon, tu fais… ça aussi ». Elle ne sait pas trop comment le dire. Elle le dit des fois, mais souvent elle aime bien faire des détours. Mais oui « faire ça » c’est un truc qu’on entend souvent.

Marie : Mais par contre, quelle que soit la manière de bosser, les gens parlent de « clients », je n’ai jamais entendu autre chose. En lien avec ça, il y a aussi des personnes qui utilisent le terme « travail », mais c’est souvent au contact d’autres personnes qui l’utilisent, comme moi par exemple, qui suis très attachée au terme « travail ». En fait je pense que cela dépend du niveau d’isolement et des personnes qu’on côtoie.

Lev : En fait l’autodétermination c’est quelque chose qui est très compliqué. Souvent ce sont les autres qui nous déterminent, et c’est l’existence de groupes qui nous détermine. Moi pendant longtemps, je ne me déterminais pas comme « pute ». Comme « TDS », oui, car c’était difficile de ne pas l’admettre. Mais comme « pute », il y avait toujours cette question de la légitimité. Moi, je ne bossais pas dehors, je me sentais extrêmement privilégiée et je me serais sentie vraiment honteuse d’utiliser le terme, j’aurais eu l’impression de le voler à quelqu’un en fait. Et il faut cette existence de groupe pour s’autodéterminer. C’est quelque chose qui se fait rarement seule, c’est quelque chose qui se fait souvent en communauté ou à plusieurs.

Sïana : C’est marrant parce que pour moi c’est complètement l’inverse. Depuis le début, même en étant escorte, en travaillant sur Internet, en comprenant que j’étais privilégiée, que je n’avais pas les mêmes conditions de travail et de vie que les collègues de rue (que je n’appelais pas encore « les collègues » à l’époque, ça aussi c’est venu avec le groupe), je me définissais quand même comme « pute » parce que, je n’appelais pas encore cela de la « hiérarchisation » mais, je ne voulais pas avoir ce sentiment de créer une « supériorité » en disant que je n’étais pas pute. À l’époque, quand j’ai commencé, les premiers mois je ne m’étais outée à personne mais j’avais déjà le sentiment que si je disais que je n’étais pas une pute, que j’étais autre chose, je me mentais à moi-même et je n’étais pas réelle, pas concrète dans ce que je faisais et aussi que je me mettais au-dessus des autres alors que c’est quelque chose que je n’aime pas faire. Mais je crois qu’au début je ne disais pas « pute » mais « pute 2.0 » car c’était une manière de travailler, à l’époque, pour rechercher les clients, qui était différente, vu que c’était en ligne. Finalement, ça faisait quand même une différence alors que dans le fond, ce n’est pas ce que je voulais faire. C’est contradictoire.

Tracés : À vous entendre, on perçoit une différence entre « être pute » ou « être une pute ». Depuis le début de l’entretien, vous dites « être pute », « je suis pute » mais pas « une pute ». Est-ce parce que « une pute » défait tout le travail de retournement du stigmate ?

Lev : Oui, parce qu’on n’est pas « un boulanger », on est « boulanger ». Par contre on est bien « une salope ». En fait l’article avant sert à déterminer. « Une pute » s’emploie dans le cadre de l’insulte, mais quand on professionnalise la chose… On n’est pas « un chercheur », on est « chercheur ».

Tracés : Par rapport à la charge injurieuse de « pute » ou de « putain », on a vu récemment passer des slogans dans les manifestations ou des graffitis dans la rue qui disaient : « Les flics ne sont pas nos fils. Signé : Les putes ». Donc cette dimension de retournement du stigmate est bien présente, mais la charge injurieuse reste là. Comment réagissez-vous quand quelqu’un dans une conversation va dire : « Oh ! la la ! c’te pute elle m’a fait ça » ? Et que faites-vous de l’expression « putain » qui est davantage de l’ordre du juron, comme dans : « Aïe putain ! je me suis fait mal ». Comment vous positionnez-vous par rapport à l’usage insultant des termes « pute » ou « putain » ?

Marie : Pour moi, toutes les insultes « coup de pute », « fils de pute », traiter quelqu’un de « pute », c’est niet, je réagis immédiatement. Dire « putain » dans la vie de tous les jours, ça ne me dérange pas. Mais en même temps c’est important que les personnes concernées puissent dire que ce n’est pas OK si ça les heurte.

Sïana : Oui je pense que chaque personne concernée réagit comme elle a envie de réagir. Je sais que moi j’aime bien tourner les choses à l’autodérision, pour ridiculiser la situation. Par exemple, je joue à des jeux en ligne, où les gens sont vraiment insultants, surtout les mecs, et j’ai même des potes auprès de qui je suis outée qui de temps en temps forcément m’insultent, parce qu’on s’insulte. Et ils m’insultent tout le temps de « pute ». Et je leur dis : « Mais t’es con ? » Ou quand ils vont me dire : « Sale pute », je leur dis : « Bah non ! je suis très propre ». Mais eux, je leur ai déjà fait de la pédago. Donc je leur fais simplement noter qu’ils sont cons. Ils vont dire : « Fils de pute », je vais dire : « Ah ouais ! fils de flic », « fils de boulanger ». Finalement, ça dépend du contexte. Quand on est dans un contexte sérieux, je réagis sérieusement aussi. Souvent, je fais de la pédago, peut-être une fois, deux fois, mais après ça me saoule.

« Travail du sexe », « travailleurSEs du sexe » et « TDS » : entre politisation et euphémisation

Tracés : Vous avez évoqué tout à l’heure le Strass, le syndicat qui défend les droits des travailleurs et travailleuses du sexe. Quels sont les « référents » de cette expression ? En d’autres termes, quand on dit « travailleuse du sexe », typiquement, on désigne qui ? De qui parle-t-on ? Et jusqu’où s’ouvre ce mot qui est très générique ?

Sïana : Je trouve qu’en ce moment le terme TDS crée un gros problème d’identification pour chacun et chacune, car il regroupe beaucoup de choses. D’un côté, c’est ce qui fait sa force, parce que ça donne du nombre, ça nous regroupe, ça nous permet d’être un peu plus nombreux et nombreuses aux manifestations, pour revendiquer des choses. Mais d’un autre côté, en se mettant tous et toutes sous la même bannière qui est le travail du sexe, on oublie parfois qu’on n’a pas tous et toutes les mêmes problèmes, les mêmes lois qui nous pénalisent, qui nous discriminent, on n’a pas la même vie, on n’a pas les mêmes problèmes. Et surtout pour parler de ce qui nous concerne, la prostitution, la « prosti », je trouve qu’on n’a pas de mot générique qui ne soit pas pénalisant quand on veut parler uniquement de prostitution. « Pute » est forcément négatif. « Escorte » donne tout de suite l’impression qu’on est une pute de luxe. « Prostituée » est un terme utilisé par les abolos [les abolitionnistes] donc on n’a pas envie de l’utiliser. Donc si on veut parler de façon neutre et bienveillante, on a envie de dire « travail du sexe », mais encore une fois on ne peut pas parler vraiment uniquement de notre travail parce que « travail du sexe » regroupe trop de choses.

Lev : Oui la définition de ce qu’est le travail du sexe et de ce qu’il n’est pas reste très ouverte. Par exemple, aux portes ouvertes de l’association, une nana est venue m’interroger sur le travail du sexe. Je lui ai demandé « vous êtes familière avec le terme ? » Elle me dit : « Non pas du tout ». Donc je lui explique que ça inclue « les prostituées », « oui mais encore ? », « les actrices porno », « oui mais encore ? », « les gens qui font de la cam », « oui mais encore ? » Et toi [Marie] tu es passée, et tu as dit « les stripteaseurs et les stripteaseuses ». Et finalement je lui ai dit « bref, je ne sais pas, tout ce qui fait bander ! » (rires) Donc ma définition c’est ça. Le travail du sexe c’est un peu tout ce qui fait bander, et ça peut être beaucoup de trucs !

Marie : On peut penser au massage aussi. Les masseuses érotiques par exemple travaillent souvent avec la fameuse « finition », ce qui est totalement de la prostitution mais beaucoup de masseuses érotiques vont dire qu’elles ne sont pas prostituées. À partir du moment où il n’y a pas une pénétration vaginale, elles considèrent que ce n’est pas de la prostitution. Mais pour moi si tu fais une branlette à quelqu’un, c’est de la prostitution. De mon côté, j’ai essayé plusieurs trucs et maintenant je dis que « j’exerce la prostitution ». Parce que je trouve que le terme « se prostituer » ou « être prostituée » implique de la passivité tandis que « exercer la prostitution » ramène à un cadre de travail. Je ne dis jamais « escorte » parce que pour moi c’est le pire terme ! C’est un terme qui fait une hiérarchisation entre les personnes qui exercent la prostitution en racolant dans l’espace public et les personnes qui racolent sur Internet, par Whatsapp ou par le bouche-à-oreille ou des trucs comme ça.

Sïana : Comme je disais, le terme de « prosti » sera toujours lié au métier et on voudra toujours dénigrer le métier donc à chaque fois qu’on inventera un terme de toute façon, je pense qu’il sera toujours dénigré. On n’a pas un terme aujourd’hui qui parle juste du métier, sans le dénigrer. Contrairement à « cam girl » qui est quand même plus neutre et pas aussi stigmatisant que « prostituée », que « pute ». Moi je suis complètement paumée, je ne sais vraiment pas comment me définir. Pas du tout. Je crois que je dis « prosti » en ce moment, je fais de la « prosti ».

Marie : Voilà une manière de se réapproprier un peu un terme ! Les « prost » ! La « prosti » ! Moi je me dis qu’en fait avant de déstigmatiser le terme « pute », il faudrait peut-être qu’on déstigmatise le terme « prostitution », et de dire en fait « on est prostituées, on se prostitue ». Parce que les meufs qui travaillent dans la rue, elles parlent de « prostitution » et si tout le monde le dit, ça contribuera à le neutraliser.

Lev : De mon côté, quand je suis au bar, j’aime faire de la provoc’ et je dis que je suis pute évidemment, mais sinon le plus souvent je dis que je suis « travailleuse du sexe – prostituée ». J’aime bien parce que « travail du sexe » ça laisse entendre que j’ai plein de cordes à mon arc – je connais plein de moyens de faire bander des gens – et je précise juste, j’ancre cette idée de travail du sexe, avec une sous-catégorie « prosti ».

Sïana : Mais je trouve par contre qu’il y a quand même un paradoxe parce que « travail du sexe » est censé être le terme très militant. Les alliés sont censés utiliser ce terme pour ne pas nous dénigrer. Mais j’ai remarqué que quand je veux essayer de parler de TDS ou de prostitution de manière générale sur les réseaux sociaux ou sur les forums, si je dis « travail du sexe » ça ne passe pas, alors que bizarrement, quand j’utilise le mot « pute », j’ai l’impression que les gens sont plus attentifs. Finalement le mot « pute » est plus marquant. Il est un peu provocant et les gens sont plus attentionnés quand tu parles de « pute » que quand tu parles de « travail du sexe ». C’est complètement contradictoire. Au début j’essayais de parler tranquillement en disant « travail du sexe », en prenant un langage plutôt neutre, et finalement j’ai dû utiliser des mots qui sont a priori choquants comme « pute » pour que les gens nous écoutent. C’est dommage parce qu’on devrait pouvoir utiliser le mot « travail du sexe » pour nous faire entendre et j’ai l’impression que ce n’est pas encore ça.

Lev : En fait ça repose la question de la hiérarchisation, car beaucoup de personnes se revendiquent TDS, ce qui crée une pluralité de discours et de réalités. Cela repose la question de la légitimité de qui parle et sous quel prisme la personne parle. Chez les militants et les militantes TDS, toutes ne sont pas putes, toutes ne parlent pas à la même enseigne que celle de la « puterie ». Ce ne sont pas les mêmes stigmates et pas les mêmes réalités.

Sïana : Et pas les mêmes lois.

Tracés : Finalement plusieurs enjeux apparaissent autour de cette appellation. D’une part, il y a l’expression « travail du sexe », sex work. Ensuite, il y a la féminisation, « travailleurs du sexe » ou « travailleuses du sexe », ou « travailleur.ses du sexe ». Et enfin, il y a le sigle « TDS », ce qui est encore autre chose. D’une certaine manière, peut-on dire qu’utiliser les initiales TDS produit un effet d’euphémisation ou de pacification ? L’idée de « travail du sexe » a une charge politique et une connotation marxiste et permet d’insister sur le fait que c’est un travail, avec un savoir-faire, avec un échange monétaire, etc. Si le Strass a utilisé ce terme, c’était bien pour insister sur cette dimension marxiste. Cette dimension-là ne s’est-elle pas un peu diluée, à mesure que le terme est devenu plus neutre, plus institutionnel ?

Marie : Le terme n’est pas si neutre que ça. D’ailleurs les abolitionnistes ne l’emploient jamais et préfèrent parler de « personnes en situation de prostitution », ce qui pour moi est terrible.

Lev : Oui, nous avons eu des échanges sur ce point avec le Mouvement du Nid [association féministe et abolitionniste française], où nous avons été silenciées très rapidement. Nous avons discuté avec plusieurs militants du mouvement du Nid et il y avait deux mecs cis qui étaient extrêmement problématiques. L’un d’entre eux était superhostile et lorsqu’on lui a parlé de travail du sexe, il a dit « on n’utilise pas ce terme-là » [imite le militant, qui a croisé ses bras et pris un air bougon].

Marie : Ils n’avaient aucune personne concernée dans leurs rangs, nous on était trois personnes concernées, travailleuses du sexe/prostituées, et ce militant a osé nous interrompre pour nous dire que ce n’était pas le bon terme.

Lev : Ce qui veut dire que nous, en tant que concernées, on n’aurait pas le droit d’utiliser ce terme et de se définir comme bon nous semble. C’était quand même assez scandaleux, on était sur leur lieu à eux, enfin c’était leurs portes ouvertes… et voilà comment nous avons été accueillies. Ils sont supposés avoir un « parcours de sortie » et accueillir des personnes qui veulent « sortir » [mime les guillemets avec ses doigts] de la situation de « prostitution » [mime encore]. Or ils silencient directement les personnes quand elles commencent à s’autodéfinir.

Tracés : Ils vous ont proposé un autre terme ?

Lev : Aucun ! Ils ont dit « ce n’est pas un travail, c’est tout ! »

Marie : C’était la négation du travail. Je ne sais pas quelle est leur définition du travail à ces braves personnes-là.

Lev : C’est vrai que c’était un dialogue de sourds, parce qu’avec ces militants-là finalement, rien n’est passé ! Il y a plein de gens avec qui on a pu établir un dialogue superintéressant. Mais là, c’était impossible.

Marie : Sur la question de la féminisation, le Strass utilise le terme « travailleurSEs » avec « SE » en majuscules pour signifier que la majorité des personnes dans ce boulot sont genrées au féminin. C’est assez cool mais c’est compliqué et ce n’est pas très intuitif, donc ils disent souvent « travailleurs, travailleuses du sexe ».

Sïana : Sur la question de l’acronymisation, le terme générique qu’on peut entendre souvent chez des personnes non concernées c’est « TDS », davantage que travailleur ou travailleuse du sexe. D’une part, ça va plus vite. Mais d’autre part, j’ai remarqué que dans des milieux qui ne sont pas militants mais qui sont assez ouverts sur la sexualité, le mouvement sex positive et les pratiques BDSM [bondage, domination, sadomasochisme], le terme TDS est assez dépolitisé. L’autre jour, je discutais avec une personne qui se réinterrogeait sur sa carrière et souhaitait faire du BDSM, en se lançant dans le travail du sexe. Sauf qu’elle a très mal tourné sa phrase et a dit « j’ai la passion du TDS » ! Et c’était vraiment très problématique. Donc j’ai essayé de lui dire que c’était un problème de dire ça parce que TDS c’est « travail du sexe », c’est un terme politique, qui revendique des choses. Donc le terme TDS commence à être entendu, mais il se dépolitise. Finalement c’est peut-être le terme pour parler de « travail du sexe » de la manière la plus neutre possible du point de vue des non-concernés. Je pense qu’ils essaient de se dire : « On est poli en disant “TDS” plutôt que “pute” », mais ça dépolitise totalement les enjeux, alors qu’initialement c’est quand même un terme qui est là parce qu’on a besoin de revendications politiques.

Marie : Le problème aussi, comme tu le soulignais tout à l’heure, c’est que pour moi il n’y a pas une communauté de travailleurs du sexe : ça recouvre des lois qui sont différentes, et un stigmate qui est différent. Donc oui, le terme se démocratise, mais en retour les gens ne comprennent pas qu’en fait il y a des lois qui touchent la prostitution et qui ne touchent pas les travailleuses du sexe virtuelles par exemple.

Sïana : C’est comme quand des travailleuses du sexe virtuelles se réapproprient le mot « pute », moi ça me rend violente, je dis : « Mais c’est pas possible, tu ne peux pas dire ça, parce que tu n’as jamais vécu le stigmate de pute ! » Bien sûr, tu as des stigmates en étant travailleuse du sexe virtuel, tu as du harcèlement, etc., mais ce n’est pas la même chose que le stigmate de pute.

Marie : Les conditions de travail et la prise de risque ne sont pas les mêmes. De toute façon, il y a des violences qui sont spécifiques à tous les types de travail du sexe. Il y a des violences dans le milieu du porno, ou dans le milieu du travail virtuel, mais ne serait-ce que sur la question de la précarité, cela n’a rien à voir. Par exemple l’accès au logement n’est pas remis en question de la même manière. Certes, on peut tomber sur des gens qui sont stigmatisants, mais d’un point de vue purement légal, on ne peut pas se faire expulser de chez soi parce qu’on vend des vidéos de sa chatte sur OnlyFans en fait. Alors que par contre nous en suçant des bites ou en branlant des bites – si on est masseuse érotique –, on peut quand même se faire expulser.

Lev : Moi j’ai fait de la cam pendant cinq ans et on avait un chat entre cam girls où les femmes, car c’était essentiellement des femmes, parlaient entre elles. Elles parlaient souvent de leur mec, c’était un sujet assez récurrent, et elles disaient des choses comme : « Mon mec il n’aime pas trop mais bon, ça va, je ne fais pas la pute non plus ». La putophobie est très forte chez les cam girls aussi. Pas chez tous, mais chez certains et certaines. Et face à la généralisation de l’appellation « TDS », il faut aussi rappeler qu’il n’y a pas forcément toujours de jonction des intérêts, et même parfois il y a conflit entre des intérêts opposés.

Marie : Pour moi, c’est surtout une question de stratégie. L’enjeu est surtout de savoir comment nommer les choses pour entrer en contact avec des collègues. Avec PDA, on fait un travail d’outreach, d’« aller vers » : on organise des tournées web pour contacter les collègues, pour leur parler de l’association, de PDA ou du Strass. On a essayé plusieurs stratégies et on s’est aperçues qu’il y a davantage de personnes qui répondent quand on n’utilise pas le terme « pute » – c’est pour ça aussi qu’on a décidé de changer le nom de l’association. Parce que si les personnes ont regardé sur la page Facebook, qui à l’époque s’appelait « Asso Putains dans l’âme », tu peux être sûre que la majorité du temps elles ne vont pas venir, car elles se sentent insultées. Or, pour pouvoir parler avec les gens et politiser les gens, et leur dire « on peut revendiquer des choses, et en fait tu travailles et en fait c’est OK » et pour pouvoir parler du terme « pute », il faut déjà que la personne soit en contact avec nous et qu’elle soit là, devant nous. Donc j’avoue que j’utilise le terme « escorte » pour les tournées web parce que dans ce que j’ai pu voir, c’est ce qui fonctionne le mieux pour ramener des gens et pour entrer en contact. Et c’est aussi un terme qui fonctionne dans toutes les langues, tout le monde connaît ce terme-là. Ensuite, dans un second temps, la personne va arriver à l’association, elle va entendre des personnes qui disent qu’elles sont « putes », des gens qui vont parler de « puterie », des gens qui vont parler de « travail du sexe » et d’« escorte » et ça lui permet de s’autodéterminer. Parce que nous on est pour l’idée que chaque personne s’autodétermine.

Lev : Pour revenir sur la question de l’acronymisation, il faut dire aussi que « TDS » permet aussi un très fort déni. Par exemple, un ami que je connais depuis cinq ans ne sait toujours pas que je suis pute aux dernières nouvelles. Je lui ai envoyé une photo de moi, prise lors de la marche des fiertés à D. [ville voisine plus grande que celle où elle exerce] : il y avait marqué « pute » sur ma joue. Mais c’était en inversé sur la photo. Et il m’a renvoyé : « Etup ? c’est quoi ça etup ? » Il sait que je suis à PDA, il connaît mes copines qui sont putes, mais il ne sait toujours pas que je le suis, malgré le fait que je lui ai envoyé une photo avec marqué « pute » en noir au marqueur sur ma joue. Il dit : « Lev, elle est TDS ». C’est complètement nébuleux. Il doit s’imaginer que je fais de la cam, mais on ne sait pas. On ne sait pas ce qu’il pense, mais en tout cas il ne sait pas. Finalement, quel que soit le mot qu’on emploie, la force du déni est très forte, pour celles et ceux qui sont déterminés à ne pas savoir.

S’outer et parler de son activité

Tracés : Cela pose aussi la question de comment s’outer, c’est-à-dire comment parler de son activité. Est-ce qu’il y a des moments où vous avez envie de dire votre activité, comme ça au détour d’une conversation informelle ? Par exemple, quand on vous pose la question : « Tu fais quoi dans la vie ? », qui est une question qui revient tout le temps. Comment est-ce que vous choisissez de le dire ou pas et, si vous choisissez de le dire, quel est le mot que vous allez privilégier ?

Sïana : Cela dépend de plein de facteurs, de plein de contextes. Et même si je ne m’identifie pas au terme « TDS », je vais quand même l’employer parce que tu sens que c’est le mot que tu dois employer à ce moment-là.

Lev : Moi j’aurai bien aimé continuer à ne pas avoir à le dire parce que, avant même d’être pute, je trouvais ça complètement con le fait que la première chose qu’on te demande c’est : « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » C’est vraiment l’incarnation du classisme. Tu te retrouves dans un bar avec plein de personnes qui viennent de milieux différents et là tu te tapes cette question. Mais comme en fait on ne peut pas l’esquiver, la dernière fois je me suis outée avec un mec que je ne connaissais pas, un mec de bar, qu’une amie m’avait présenté. Il est arrivé, elle nous a présentés et puis il a dit qu’il est prof. Elle a ajouté : « Non mais il est modeste parce qu’en fait il vient de passer sa thèse ». Et ça m’a saoulée ! Donc lorsqu’au bout de dix minutes, il a fini par dire : « Et vous, vous faites quoi dans la vie ? », j’ai répondu : « Pute ! » Mais en fait je préférerais ne pas avoir à le dire à chaque fois parce que je m’en fous de ce que les gens font, je préfère savoir qui ils sont : ça ne nous représente pas, ça ne nous résume pas, notamment pour les chômeurs.

Tracés : Et avec des gens avec qui tu as envie de partager et de pouvoir exprimer ce que tu fais, ça se passe comment ?

Lev : Là c’est assez simple. Moi je dis assez facilement : « Je suis pute » parce que généralement il y a déjà un cadre de confiance qui s’est instauré et je n’ai pas l’impression de prendre trop de risques.

Sïana : Ça dépend vraiment du contexte. Quand je sais que je vais arriver dans un milieu qui est militant où je sais que, même si je ne connais pas les gens, ils sont déconstruits sur ces questions, et que j’y ai déjà des amis, je ne vais avoir aucun mal à dire « moi je suis pute ». Mais si je suis à un repas de famille et s’il y a de la famille que je n’ai pas vue depuis longtemps, je ne vais pas dire ça ! Et puis c’est compliqué aussi cette histoire de classisme parce qu’il y a des personnes qui sont putes à mi-temps, pour arrondir les fins de mois.

Marie : Les « putes argent de poche » ! [Rires].

Sïana : Elles, elles ont la possibilité de présenter leur métier, puis, si elles se sentent à l’aise, elles peuvent rajouter « pute » derrière, l’air de dire : « Je me fais un peu d’argent ». Pour moi, c’est compliqué, parce que c’est mon seul métier, c’est ma seule source de revenus actuellement. Souvent, je dis que « je me débrouille ». Ma famille, je leur dis que je fais du black, que je fais des petits trucs par-ci par-là, pour justifier comment j’ai de l’argent en ce moment. Il faut justifier, il faut se justifier de toute façon. Et oui c’est vrai qu’en France c’est difficile parce qu’on se définit tout de suite par son métier. Et en même temps, c’est dommage de ne pas le dire, parce qu’en étant militante, on a plein de choses à dire sur le sujet. On pourrait raconter tellement de choses !

Marie : Oui mais il faut aussi avoir le courage de se taper quarante-cinq minutes de pédagogie après ! C’est quand même rarissime que tu dises : « Je suis pute » ou « Je travaille dans la prostitution » et que la personne dise juste : « OK » et ne te pose pas de questions. En général, tu sais que ta soirée va être foutue. Mais moi désormais je rencontre peu ce type de situations, car je n’ai rien d’autre dans ma vie que ce taf : toute ma vie militante tourne autour de ça et je n’ai plus besoin d’être entourée par des non-putes depuis que je ne suis plus isolée dans le travail du sexe et que j’ai des collègues et que j’ai « mes potes putes » ! [Rires]. Donc je n’ai plus besoin de faire de la pédagogie constamment. Mais l’été dernier je suis allée au week-end d’anniversaire de ma meilleure pote de lycée. Il y avait cent mille personnes, et j’ai dû expliquer quarante-cinq mille fois la même chose… j’aurais dû faire une conférence, ça aurait été plus rapide ! Après ce week-end-là, je me suis dit : « C’est terminé ! » Donc je ne fais plus ça. Je ne sors plus, je n’ai plus envie de rencontrer des gens – sauf des gens à qui je n’aurai pas besoin d’expliquer. Mais irrémédiablement, ça continue d’arriver. L’autre fois je suis allée chez l’ostéopathe pour me faire soigner et il m’a demandé ce que je faisais dans la vie. Je lui ai répondu, parce que je suis assez tranquille avec ça. Ensuite, vingt minutes ont été consacrées à lui qui me pose des questions. Je suis sortie en me disant : « Mais attends, je me suis mal fait soigner là ! Le mec je l’ai payé, je lui ai donné ma thune pour répondre gratuitement à ses questions ! » Plus récemment encore, j’ai pris des gens en covoiturage, un homme et une femme. Bien sûr, au bout de trente secondes, la fameuse question : « Tu fais quoi dans la vie ? » est arrivée. La fille s’intéressait beaucoup à ce que je disais, elle me posait des questions, qui n’étaient pas trop merdiques d’ailleurs, on discutait tranquillement. Mais le mec n’était pas du tout à l’aise, il était même choqué. Il avait mis ses écouteurs, ce qui prouve que c’était insupportable pour lui. Après, je me suis dit : « Je fais quoi si je tombe sur quelqu’un qui essaie de me foutre une mandale ? » Parfois, je me dis que je manque de prudence, que la putophobie ça existe et que les gens peuvent avoir la haine ou essayer de savoir où tu habites pour te voler ton argent, parce que [sur un ton ironique] c’est bien connu, les escortes se font des mois à cent millions.

Enjeux de nomination face aux clients

Tracés : On a parlé de la présentation de soi face à des inconnus ou des gens plus ou moins proches mais qui ne savent pas comment vous gagnez votre vie. Comment cela se passe-t-il avec les clients ? Comment vous présentez-vous face à eux ?

Lev : Nos clients ne disent pas qu’on est leur « pute », jamais ! Et d’ailleurs ils ne disent pas le mot « argent » non plus. Ils utilisent des détours.

Marie : « Les roses ».

Lev : Oui « les roses », ou « je vais te donner ta petite enveloppe » ou « ton petit cadeau ». Tout est fait pour faire oublier le sexe tarifé, y compris au sein même de nos relations avec nos clients, qui ne veulent surtout pas qu’on soit des « putes » !

Marie : Ils disent tout le temps : « J’aime pas ce mot-là ». Avant, j’aimais bien leur rappeler le terme. Mais maintenant, je ne dis plus « pute » parce que quand je leur explique que c’est de la réappropriation, ça les fait flipper car ils se disent :« OK ! cette personne est militante et politisée, donc fuyons ! » Mais j’utilise parfois le terme « prostitution ». Dans mes stratégies de travail, je fais du social time, donc je papote un peu avec le client avant – c’est comme en covoiturage, j’ai trois/quatre phrases, trois/quatre blagues. Notamment je leur demande : « Est-ce que tu as l’habitude de voir des prostituées ? » Avant je disais : « Est-ce que tu as l’habitude de voir des escortes ? » Maintenant je dis : « Est-ce que tu as l’habitude de voir des prostituées ? » Là, deux options. Soit le mec est de bonne foi et il dit oui ou non. Soit le mec est de mauvaise foi et il s’arrête en disant : « Non mais t’es pas une prostituée, t’es une escorte ». Et souvent ils dérivent vers du racisme : « Non mais moi je vais pas voir les Roumaines ! » Ou les Russes, ils disent aussi les Russes. C’est vraiment fou. Parfois, ils disent aussi : « T’es pas comme celles qui ont des proxénètes ». Après je leur donne la définition légale du proxénète et je leur dis : « Mon proxo c’est l’Urssaf » [rires]. Ça c’est si j’ai encore l’envie de faire de la pédagogie. Mais dans l’ensemble, ils se sentent coupables d’aller aux putes, et donc ils ne vont surtout pas le dire. À cela s’ajoutent de gros biais racistes et beaucoup de mépris de classe.

Lev : Surtout s’ils sont de gauche ! Les gauchistes c’est les pires ! Et ce sont eux qui vont le plus détourner les mots. Par exemple, ils utilisent beaucoup le terme « une rencontre ». Ils vont romantiser la chose en fait. Après ça finit en levrette, mais c’est « une rencontre » !

Marie : Pour eux, ils ne sont pas des « clients », ce sont des amants ! [Rires]. Ils parlent de « plaisir partagé » !

Lev : « Plaisir partagé », ça ils adorent !

Marie : Entre « bons vivants » !

Lev : « Carpe diem » !

Marie : Dans leur jargon, on entend souvent : « Je veux faire une rencontre avec du plaisir partagé ». Comme si, s’il n’y avait pas de l’argent, il y aurait une relation sexuelle… Non !

Sïana : Moi par contre mes clients n’ont aucun souci à se dire qu’ils vont voir une pute, car c’est lié à ma façon de travailler et aux services que je propose. Je crois même que c’est presque un fantasme pour eux de dire :« Je vais aller aux putes » donc ils n’ont aucun souci à m’appeler pute ou prostituée. Moi je parle d’argent, je compte devant eux. Comme je ne fais pas le rôle de la petite amie, ils savent bien que c’est du travail.

Marie : Oui, en fait c’est très lié au personnage que l’on fait. Moi par exemple je fais de la GFE, « girlfriend experience » [mime les guillemets avec ses doigts]. Je mets des gros guillemets, mais en gros c’est de la prostitution avec des rendez-vous relativement longs où je papote un peu. Et mon travail consiste à leur faire croire qu’ils n’ont pas payé.

Sïana : Moi à l’inverse quand ils me demandent s’ils peuvent m’embrasser, je leur fais :« Vous avez besoin d’embrasser une pute pour baiser ? Pas moi ! » [rires].

Tracés : Et quelles sont vos manières de nommer les clients quand vous les voyez, et quand vous ne les voyez pas ? Comment réagissent-ils selon le qualificatif utilisé ? Est-ce qu’ils se sentent agressés parce que ça remet en jeu la dimension monétaire, ou est-ce qu’il y a des manières de détourner la question en trouvant d’autres termes pour éviter de parler directement de cette question-là ?

Lev : L’autre jour je me suis surprise à dire à un de mes clients : « les mecs comme toi que je rencontre ». C’est-à-dire « dans ce cadre-là ». Ce qui les replace dans un truc de client et aussi il y a un peu de mépris dans « les mecs comme toi que je rencontre » – ça veut dire aussi : « Vous êtes tous un peu les mêmes ». Mais en même temps moi je travaille de manière encore différente des filles. Moi j’instaure un truc un peu de bourgeoise qui s’ennuie. Et je les force un peu à cavaler, à se maintenir en position d’infériorité.

Sïana : Moi de la même façon que le terme « pute » ou « prostituée » ne les dérange pas, je parle de « client » facilement. S’ils demandent : « Tu vois un client après moi ? », je réponds : « Bah ! ouais ». C’est bien parce que ça nous permet de travailler de façon totalement différente les unes des autres. Ça nous permet de toutes pouvoir travailler, c’est le principal. Il faut avoir des profils différents dans ce métier-là. Moi j’ai des clients qui s’en battent les couilles de savoir qu’il va y avoir d’autres personnes avant ou après eux. Alors que toi Marie je pense que tu as des clients que cela gênerait de savoir que tu as eu d’autres clients dans la journée.

Marie : Ou d’autres « amants », tu veux dire ?! [Rires]. Je fais beaucoup de « rencontres » [rires]. Dans mon annonce, j’ai indiqué : « Je rencontre peu mais du mieux que je peux ». Par stratégie financière, il faut que j’utilise un peu leur jargon, donc je parle de « rencontre ». Ça correspond à mon personnage de faire ça, de leur donner l’impression qu’ils sont importants.

La question de « l’accompagnement sexuel »

Marie : En parlant de qui est client et de qui ne l’est pas, se pose aussi la question de l’accompagnement sexuel, sur laquelle j’ai beaucoup de choses à dire car j’ai fait une formation à l’Appas (sans mauvais jeu de mots, « la passe »…), qui est l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel, basée à Strasbourg. Ils font payer une formation à l’accompagnement sexuel, qui de mon point de vue est en fait une formation à la prostitution, très clairement. Mais ils ne peuvent pas le dire comme ça, car c’est interdit du point de vue légal, donc je comprends qu’ils soient un peu obligés de noyer le poisson en disant que « ce n’est pas de la prostitution ». J’ai fait quatre jours de formation chez eux. En fait tu paies la formation pour pouvoir être dans leur annuaire. Et après ils te mettent en contact avec des personnes. Ils ne les appellent pas des « clients », mais des « accompagnés » ou des « bénéficiaires ». Ce sont des clients de putes, de mon point de vue, au sens où ils sont soumis à la même loi que les clients « valides » entre guillemets. En fait, si tu demandes aux gens : « Qu’est-ce que vous pensez de la prostitution ? », ils vont dire : « C’est pas bien, c’est de l’exploitation ». Par contre, si tu leur dis : « Qu’est-ce que vous pensez de l’accompagnement sexuel pour les personnes en situation de handicap ? », alors là ils vont dire : « Oh ! c’est un geste humaniste ! » Et on oublie complètement la question de la thune. Et pendant la formation, j’étais un peu énervée parce qu’ils parlaient de l’aspect humaniste mais à aucun moment ils n’expliquaient aux personnes qui font la formation des choses de base pour survivre dans ce métier, comme le fait de demander l’argent au début du rendez-vous, et non à la fin. J’étais très en colère. À la fois, je comprends la démarche et je pense que s’il y a un truc qui bouge au niveau de la loi en France et de la lutte contre la putophobie, ce sera en passant par cette entrée de « l’accompagnement sexuel », parce que je ne vois pas d’autre solution, vu le niveau moral où on en est en France.

Tracés : Cela renvoie au travail social finalement ? Au domaine de la santé, du care, du soin ?

Marie : Oui mais je déteste ça aussi parce que ça sous-entend qu’il y a un besoin sexuel, que le sexe serait un besoin vital. Moi je ne suis pas d’accord avec cette idée et avec le fait que ça devrait être remboursé par la Sécu. Cela pose aussi des enjeux de définition : Qu’est-ce que le handicap ? À partir de quel moment décide-t-on qu’une personne peut bénéficier d’accompagnement sexuel ? C’est un raisonnement validiste parce que ça sous-entend que les personnes handicapées auraient davantage besoin de sexe. Bien sûr, il y a la question de l’isolement, mais elle existe aussi chez les mecs valides, de même que la question de la médiocrité et la difficulté à entrer en relation et à obtenir des relations sexuelles gratuites.

Lev : Je ne sais pas si la solution peut passer par l’accompagnement sexuel. Cet angle des besoins et des pulsions est une idée très capitaliste et patriarcale, dans la mesure où les clients sont quand même majoritairement des mecs cis qui recherchent des femmes cis… Cela repose toute la question de : Est-ce que vraiment les hommes cis ont de telles pulsions à assouvir ?

Marie : C’est une question complexe. Les personnes handis avec qui j’ai pu en parler me disaient que souvent ce sont les auxiliaires de vie qui se chargent de cela en fait et les mecs cis handicapés ne sont pas forcément plus gentils que les autres. Mais je me suis tout de même un peu disputée avec des gens de l’association parce qu’elle accueille plusieurs « accompagnants sexuels » [mime les guillemets avec ses doigts] ainsi que des « accompagnés » qui sont des mecs avec des handicaps assez lourds, tétraplégiques. Or, eux revendiquaient d’être des « clients de prostituées » et surtout ils voulaient pouvoir choisir les prostituées, ou les « accompagnantes ». Mais l’Appas met en lien les personnes en fonction de leur proximité géographique, ce qui implique que les accompagnés ne peuvent pas vraiment choisir leurs accompagnantes. Et la plupart du temps, elles ne sont pas des meuf cis jeunes qui entrent dans les canons de beauté. Donc les accompagnants protestent, ils disent : « Non, nous on veut pas d’un travesti », ou « On ne veut pas de Nathalie, cinquante ans ». C’est intéressant parce qu’ils disent : « Non mais l’accompagnement sexuel, ce n’est pas comme la prostitution », mais en fait 99 % des gens qui demandent une prestation sont des mec cis et 98 % des personnes demandées sont des meufs cis, évidemment rentrant dans certaines normes de beauté. C’est complètement hypocrite. En fait les gens s’inscrivent, ils remplissent un formulaire sur le site pour dire :« Je veux telle personne », « Je veux telle pratique sexuelle ». L’Appas dit que c’est une démarche humaniste mais les mecs veulent se faire sucer la pine ! Je veux dire… ils veulent des prestations sexuelles. Je n’ai jamais fait un client handicapé en gardant mes fringues. Et donc du coup qu’est-ce que l’accompagnement sexuel si ce n’est de la prostitution et qu’est-ce que la prostitution si ce n’est de l’accompagnement sexuel ? Par ailleurs, l’Appas dit « non, ce n’est pas de la prostitution » mais pendant la formation, un juriste vient expliquer pendant quatre heures qu’en fait les clients ou les « accompagnés » [mime les guillemets avec ses doigts] sont exactement sous le joug de la même loi, qui est la loi de pénalisation des clients de 2016. Moi je me suis fait engueuler par une meuf parce que j’avais utilisé le terme « client ». Je lui ai dit :« Tu les appelles comme tu veux toi, mais moi j’appelle ça des clients ». Quelqu’un qui me paie, qui me donne de l’argent pour une prestation sexuelle tarifée, ça s’appelle « un client » en fait. Parce que je fais de la prestation de service. Donc ils sont un peu « money blind », ils ne parlent jamais de l’aspect financier. Ils insistent sur la dimension humaniste de l’acte mais en même temps personne ne le ferait bénévolement !

Haut de page

Notes

1 Kacprzak Alicja, 2016, « Travailleur(euse) du sexe : de l’oscillation pragmatique d’un euphémisme », La linguistique, vol. 52, no 2, p. 257-270.

2 Merteuil Morgane et Schaffauser Thierry, 2017, « Le travail du sexe : entretien croisé avec Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser » [en ligne], Tracés. Revue de Sciences humaines, no 32, [URL : http://journals.openedition.org/traces/6921].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Angeletti, Juliette Galonnier et Manon Him-Aquilli, « Nommer le travail du sexe. Entretien avec Sïana, Marie et Lev, de l’association PDA »Tracés. Revue de Sciences humaines, 43 | 2022, 203-221.

Référence électronique

Thomas Angeletti, Juliette Galonnier et Manon Him-Aquilli, « Nommer le travail du sexe. Entretien avec Sïana, Marie et Lev, de l’association PDA »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/14516 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.14516

Haut de page

Auteurs

Thomas Angeletti

IRISSO, CNRS-Université Paris Dauphine-PSL

Articles du même auteur

Juliette Galonnier

CERI, Sciences Po, IC Migrations

Articles du même auteur

Manon Him-Aquilli

Université de Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search