Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#22ArticlesTes problèmes seront les miens. P...

Articles

Tes problèmes seront les miens. Patience et longueur de temps dans l’engagement interdisciplinaire en études environnementales

Your problems will be mine. Patience and the passage of time in interdisciplinary engagement in environmental studies
Alix Levain
p. 75-95

Résumés

Aux chercheur.es qui se penchent sur la crise environnementale contemporaine, qu’il s’agisse d’en décrire les manifestations, d’en identifier les ressorts, d’en questionner les implications, l’interdisciplinarité se présente souvent comme un impératif axiologique et pratique : il est généralement admis que la complexité des problèmes environnementaux obligerait à faire travailler ensemble les disciplines – en particulier, celles qui relèvent du champ des sciences humaines et sociales (SHS), et celles qui relèvent du champ des sciences biologiques et physiques. Cette contribution aborde l’une des voies souterraines par lesquelles la crise environnementale constitue un opérateur de transformation des collaborations scientifiques, à partir d’une observation participante d’une dizaine d’années au sein de collectifs de recherche sur les pollutions diffuses d’origine agricole en Bretagne. J’aborderai la crise environnementale comme génératrice d’un horizon d’attente spécifique (Koselleck, 1990), qui transforme le rapport au temps des chercheur.es impliqué.es, déstabilise leur rapport à leurs objets d’étude, et suscite un supplément d’inquiétude sur la validité, la complétude, la légitimité des savoirs routiniers qu’ils et elles produisent. Dans une telle perspective, l’interdisciplinarité avec les SHS se formule davantage comme un désir (aujourd’hui largement normé), qu’elle ne dessine a priori un agir scientifique anthropocénique adéquat, tant les perspectives concrètes d’articulation entre objectivation et intersubjectivation que de telles collaborations impliquent restent difficiles à penser et à justifier dans les cadres de la recherche institutionnalisée. 

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : Ce texte a, directement ou de façon plus diffuse, grandement bénéficié des compagnonnages intellectuels et amicaux qui me lient à Françoise Vertès et Valérie Viaud, qui en ont par ailleurs relu l’esquisse, Laurent Ruiz, Chantal Gascuel, Patrick Durand, Hervé Squividant, Marine Legrand, Florence Revelin, Marianne Cerf, Quentin Toffolini, Patrick Steyaert, Sandrine Dupé, Anne-Gaëlle Beurier, Marc Barbier, Marie Roué, Élise Demeulenaere. Les recherches dont il traite ont été particulièrement soutenues par la Fondation de France, la Région Bretagne, l’Agence nationale de la recherche et le ministère de l’Environnement.

1La crise écologique contemporaine est un de ces fronts où les attentes vis-à-vis de la pratique scientifique interdisciplinaire s’expriment de la façon la plus visible (Blanc et al., 2017). Aux chercheur.es qui se penchent sur elle, qu’il s’agisse d’en décrire les manifestations, d’en identifier les ressorts, d’en questionner les implications, l’interdisciplinarité se présente souvent comme un impératif axiologique et pratique. Il est ainsi généralement admis que la complexité et le degré d’urgence des problèmes environnementaux contemporains obligeraient à faire travailler ensemble les disciplines – en particulier, celles qui relèvent du champ des sciences humaines et sociales (SHS), et celles qui relèvent du champ des sciences de la nature (Jollivet, 1992 ; Deléage, 2010 ; Arnauld de Sartre et Petit, 2016). À celles et ceux qui n’en seraient pas convaincu.es, les dispositifs de financement et d’encadrement de la recherche se chargent aujourd’hui souvent de le rappeler (Aspe et Jacqué, 2018 ; Beurier, 2022).

  • 1 Le Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement a été initié par le CNRS au début (...)

2Dans la branche de l’anthropologie qui est initialement la mienne (l’ethno-écologie), l’interdisciplinarité se présente presque comme un récit fondateur. La connaissance et les méthodes de la botanique et de la zoologie, en particulier l’inventorisation du vivant, y seraient en quelque sorte enrichies d’une perspective analytique holistique informée par la reconnaissance d’une diversité des façons d’envisager, de connaître et de décrire les éléments constitutifs des biotopes, les relations qu’ils entretiennent entre eux et, bien sûr, avec les communautés humaines qui les habitent (Bahuchet, 2000 ; Blanc et al., 2019). Les ethno-écologues disposent ainsi de ressources intellectuelles et sociales les aidant à répondre, certes confidentiellement, à cette aspiration puissante parmi les chercheur.es engagé.es dans l’exploration interdisciplinaire des « objets » environnementaux, à savoir l’émergence d’une « science environnementale diagonale » (Billaud, 2003). Les chercheur.es francophones qui se revendiquent d’une appartenance à cette communauté ont été aussi, pour la plupart, des partisan.es, voire des militant.es de la recherche interdisciplinaire. Ils ont été très actifs par exemple dans une revue comme Natures Sciences Sociétés, dans les programmes Piren1, dans l’expertise auprès des organisations internationales et dans la création, en 2008, de l’Institut écologie et environnement (INEE) au CNRS : leur communauté porte, plus que d’autres, cette empreinte (Brun et al., 2007 ; Demeunenaere, 2017 ; Roué, 2019).

3La netteté de la démarche scientifique de description qui structure ce champ la rend assez facilement appropriable pour de jeunes chercheur.es en formation, venu.es de formations de premier cycle en écologie, d’écoles d’agronomie ou des sciences sociales. Pour ces dernier.ères, dont j’ai fait partie, l’apprentissage des façons de connaître et de dire des sciences de la nature s’effectuait ainsi concomitamment de celles des groupes humains auprès desquels nous effectuions nos premières enquêtes ethnographiques. L’épistémologie des sciences de la nature devenait ainsi un étalon éventuellement critiqué pour les normativités puissantes que la confrontation avec les savoirs locaux rendait dans certains contextes d’étude (comme la mise en œuvre des politiques de conservation) particulièrement manifestes. Dans le même temps, nous tentions de l’appréhender comme une épistémè parmi d’autres, qu’il s’agissait alors d’élucider et de décrire avec les armes de l’ethnographe. Il s’agissait, enfin, d’un point de passage obligé structurant les collaborations scientifiques (voir à ce sujet, par exemple : Chua et al., 2020). Il y avait donc déjà une forme d’évidence pour une doctorante comme moi travaillant sur les proliférations d’algues vertes en Bretagne et du fait de cette socialisation, à déployer simultanément un effort d’appropriation des travaux en sciences de la nature portant sur les phénomènes d’enrichissement des eaux en nutriments issus des activités humaines (l’eutrophisation), et une ethnographie de la construction située et heurtée de ces savoirs. Cette recherche doctorale a été le point de départ d’une collaboration au long cours avec des membres d’un laboratoire spécialisé, entre autres, dans l’étude de la circulation de composés azotés dans les bassins versants (hydrologues, agronomes, écologues et géomaticiens). Ces chercheur.es étaient confronté.es au fait que l’intensité de l’effort de recherche finalisée et la robustesse des connaissances scientifiques produites avaient peu d’effets sensibles sur la prise en charge et l’atténuation des dommages sociaux et environnementaux des pollutions diffuses d’origine agricole.

4À partir de cette observation participante d’une dizaine d’années, je propose d’aborder dans cette contribution l’une des voies souterraines par lesquelles la crise environnementale constitue un opérateur de transformation des collaborations entre grands domaines de sciences. J’aborderai la crise environnementale comme génératrice d’un horizon d’attente spécifique (Koselleck, 1990), qui transforme le rapport au temps des chercheur.es impliqué.es, déstabilise leur rapport à leurs objets d’étude, et suscite un supplément d’inquiétude sur la validité, la complétude, la légitimité des savoirs routiniers qu’ils et elles produisent. À partir de cette expérience, j’essayerai de rendre intelligibles les opérations concrètes par lesquelles se construit, dans la longue durée, un savoir interdisciplinaire ancré dans l’expérience de la crise environnementale – savoir dont l’épistémologie et la performativité restent incertaines, mais auquel sont associées des formes d’action collective spécifiques.

  • 2 Dans la première partie, je m’arrogerai un peu unilatéralement le privilège du narrateur ; j’aurai (...)

5Cette réflexion s’articulera en deux temps principaux. Je montrerai d’abord, en esquissant une généalogie de notre collaboration, comment la crise environnementale « travaille » historiquement une communauté de recherche en sciences de l’environnement, de telle façon qu’elle peut transformer ses collaborations avec les SHS. Je mettrai ainsi en évidence la façon dont cette collaboration est prise dans les temporalités de cette crise. Dans un second temps, je m’attacherai à décrire l’émergence lente et progressive d’un champ d’expérience partagé de cette crise et la naissance d’une communauté épistémique hybride autour d’un projet de recherche portant sur les caractéristiques et les trajectoires de l’agriculture dans les milieux littoraux2.

Une crise environnementale au travail

Rencontre en limite de système

6Le laboratoire Sol’Eau s’est construit historiquement autour d’une triple expertise en sciences des sols, en hydrologie et en agronomie. Il travaille à l’échelle des parcelles, des exploitations, des paysages et des réseaux hydrographiques. Ses tutelles sont des institutions publiques qui revendiquent une recherche finalisée au service de l’amélioration de la performance de la production agricole. Ses équipes analysent la façon dont les composés chimiques intervenant dans la croissance des plantes circulent et se transforment dans les sols, les milieux aquatiques et, de façon plus circonscrite, dans l’atmosphère. Il y est donc question des cycles du carbone, du phosphore, et surtout de l’azote. La raison la plus souvent avancée pour expliquer cet attrait pour l’azote est scientifique : l’azote est l’un des principaux facteurs de production, végétale et animale, maîtrisables par les agricultrices et agriculteurs, en particulier via les apports d’engrais de synthèse. Il est présent dans les milieux sous de nombreuses formes, dont le nitrate, très mobile, et intervient dans des processus complexes, comme la minéralisation des sols. Les composés azotés sont ainsi à la fois scientifiquement intéressants et des descripteurs performants des systèmes étudiés. Il existe bien sûr des raisons plus contextuelles qui font que l’étude du cycle de l’azote s’est développée précisément dans ce laboratoire : la recherche agronomique dans l’ouest de la France est très développée historiquement et l’optimisation de la fertilisation dans cette région marquée par une pluviosité abondante et des mécanismes de lessivage des sols accentués, y occupe depuis longtemps une place importante. Depuis le milieu des années 1980, la gestion des flux d’azote y est donc à la fois une question agronomique et une question environnementale, du fait de l’importance des « pertes » d’azote dans les systèmes étudiés. Dit autrement, ce laboratoire est depuis cette époque une tête de pont de la recherche publique sur la question des pollutions agricoles diffuses. Les concentrations en nitrates dans les cours d’eau sont très élevées en moyenne dans cette région, occasionnent des dégradations environnementales importantes (comme les marées vertes sur le littoral) et constituent l’une des principales cibles des politiques de l’eau.

7Et c’est ainsi que nous nous rencontrons en 2010 ; je réalise alors une thèse sur l’expérience vécue des marées vertes en Bretagne. Nous partageons un terrain d’enquête sur les côtes de la Manche. Une équipe d’agronomes et hydrologues coordonne alors une expérimentation dans le cadre d’un projet financé par l’Agence nationale de la recherche. Selon les termes qu’ils et elles ont choisis dans le document de réponse à l’appel à projets, il s’agit de mettre en place « des actions pluridisciplinaires de modélisation et de recherche-action, permettant de construire, avec les acteurs de terrain, des solutions écologiquement intensives […] sur les bassins versants côtiers […] qui alimentent une baie littorale très eutrophisée ». Les chercheur.es travaillent avec un groupe de fermes dites « pilotes » sur un suivi des économies d’azote réalisées à la ferme en testant des évolutions de systèmes agricoles (plus de surface en herbe, diminution de la charge animale, optimisation des rotations, etc.). L’enjeu est classiquement pour le consortium d’objectiver les possibilités et les trajectoires de changement ; mais il s’agit tout de même pour lui d’un déplacement important. Cela implique en effet d’abord de travailler sur des transitions de systèmes « à la ferme », et non dans des sites expérimentaux contrôlés, après avoir coconstruit avec ces éleveurs des axes de changement possibles et y avoir associé des indicateurs de suivi. Cela implique également d’assumer l’idée qu’il « faut » changer en fonction de paramètres politiques et économiques extra-agricoles de leur point de vue, et en particulier qu’il faut prendre au sérieux cette question des marées vertes, c’est-à-dire non pas un phénomène qui se produit dans le système étudié, mais plutôt en sortie de celui-ci. Cela implique, enfin, de travailler non pas uniquement avec des agriculteurs ou des organisations agricoles, mais également avec un ensemble de partenaires fédérés dans les instances locales de gouvernance de la qualité de l’eau – dont certains franchement critiques vis-à-vis de la recherche agronomique publique en France, et en particulier de sa trop grande proximité avec le syndicalisme agricole d’orientation productiviste, incarné par la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), majoritaire dans la région.

Le cap de la critique

8Les chercheur.es de ce laboratoire occupent, au sein de l’Inrae, une position singulière, qu’ils et elles évoquent très peu publiquement dans le contexte conflictuel qui entoure la gestion des pollutions diffuses d’origine agricole ; c’est plutôt leur rattachement à cette institution qui est mis en avant. Certes, à l’Inrae, on ne parle pas de pollution, mais plutôt de flux d’azote. La contribution des infrastructures paysagères et des processus « naturels » d’épuration y constitue historiquement un champ de recherche important et légitime, porté par une génération de chercheur.es né.es entre 1950 et 1965, qui pour certain.es ont vécu en communauté, se souviennent avec émotion de René Dumont et ont joué un rôle moteur dans des expérimentations menées avec des collectifs d’agriculteurs porteurs de la révolution fourragère (voir, en particulier : Alard et al., 2002 ; Pochon, 2008). Malgré cela, les militant.es écologistes, sur le terrain, sont plutôt tenus à distance, parfois disqualifié.es aussi pour leur incompétence technique et leur comportement destructeur des collaborations avec les agriculteurs et leurs représentants. Les conditions dans lesquelles les recherches s’effectuent à Sol’Eau ont, de fait, bien changé dans les années 2000 : la plupart de celles et ceux qui y travaillent déplorent s’être éloigné.es du terrain pour se conformer aux standards de l’excellence académique ; le risque d’être absorbé par des expertises localisées sans portée générique ; la démultiplication des points de crispation et de conflit.

9La première question qui se pose à nous est celle de la cohabitation sur un territoire où l’équipe scientifique s’efforce de maintenir un espace de dialogue protégé de pressions considérées comme illégitimes et extérieures. Cela fait trois ans qu’elle a entamé son travail sur ce territoire, choisi soigneusement parce que les acteurs locaux semblaient se retrouver sur une orientation commune, et souhaitaient s’outiller en s’attachant, dans la durée, la collaboration d’une équipe à même de produire des connaissances sur l’ensemble des implications hydrologiques, agronomiques et économiques d’une évolution vers un système agricole à basses fuites d’azote. Pourtant rompu.es aux dynamiques complexes propres au montage des projets scientifiques et aux temporalités différenciées de la recherche et de l’action collective, les chercheur.es de Sol’Eau sont alors confronté.es à une hétéronomie accrue, déstabilisante, liée à la mise en évidence par des associations environnementalistes d’un risque sanitaire associé à la décomposition des algues. Malgré tous leurs efforts, le terrain finit par se fermer : les représentant.es du monde agricole sont en train de négocier à l’échelle régionale avec les services de l’État l’ampleur et le rythme des changements à accomplir, et incitent les agriculteurs et agricultrices locaux à ne pas prendre d’engagement qui tendrait à démontrer qu’il est possible de faire davantage. Ces dernier.ères, très sollicité.es, exposé.es à la critique de leurs pairs et à de nombreuses incertitudes, souvent aussi dans des situations financières et foncières précaires, se retirent de l’expérimentation.

10C’est l’analyse de cette rupture que je développerai, à la demande des chercheur.es de Sol’Eau, dans un chapitre conclusif à l’ouvrage collectif qui rend compte des résultats du projet (Gascuel et al., 2015). J’interprète alors la confiance qu’ils et elles me font comme un souci de rendre public ce qu’ils et elles présentent comme des perturbations externes qui ont pu peser sur l’atteinte des objectifs affichés. Il me semblera plus tard que cette confiance se nourrit aussi de la recherche encore confuse des voies d’un traitement juste de la subjectivité – qu’elle soit invoquée dans des termes dépréciatifs pour juger de la validité d’une prise de parole critique, ou qu’elle soit la leur, celle qu’ils et elles s’efforcent de maintenir à distance ou de taire, dès lors qu’ils et elles prennent la parole au nom de la science. Cette confiance ne va pas sans contrôle. Dans ce cas, il prendra la forme d’une vérification des citations mises en exergue dans mon texte, et d’une relecture par un professeur de Sol’Eau retraité, connu pour sa large culture scientifique en agronomie et en sciences du sol, qui est jugé le seul à même de porter un regard informé sur cette production écrite dont le style dépare quelque peu de l’ensemble. Car, pour mes interlocuteurs et interlocutrices, le contact avec la recherche qualitative en sciences sociales, c’est avant tout le contact avec une démarche interprétative qu’ils et elles associent à la confidentialité des échanges informels, ainsi qu’à un risque supplémentaire d’exposition à la critique des partenaires.

11C’est ainsi l’expérience de la résistance de la réalité observée à l’objectivation et à la finalisation de la recherche qui construit et fonde notre collaboration. Celle-ci se matérialise par une petite place à leurs côtés donnée à la jeune chercheuse au statut instable que je suis alors, un encouragement à la discussion informelle avec l’équipe, une invitation à présenter mes travaux dans des instances dont certain.es sont membres, et puis une proposition d’accueil dans une antenne du laboratoire. Autrement dit, se construit un espace d’interlocution qui échappe à la trame serrée des contraintes dans lesquelles l’équipe se trouve prise. C’est un espace où des choses peuvent être dites – dans un entre soi qui n’en est plus tout à fait un –, comme l’hostilité aux simplifications opérées par les militants écologistes, la méfiance vis-à-vis des élus politiques et professionnels, l’instrumentalisation des résultats d’expertise, ou encore la difficulté à représenter publiquement l’Inrae, les dissensions internes et les « loupés » qui traversent les institutions scientifiques dont ils et elles relèvent. Ou enfin, l’envie de tout laisser tomber puisque personne ne veut rien faire : c’est vrai, au fond, lorsque l’on regarde l’ampleur des crises et des dégradations auxquelles d’autres régions du monde sont confrontées, les marées vertes ont quelque chose d’insignifiant et de ridicule. Et puis, « la profession », prise comme entité politique, ne pave-t-elle pas elle-même résolument la route de l’enfer pour les agricultrices et les agriculteurs qu’elle est supposée défendre ? Alors, à quoi bon ?

D’attachements malmenés dans une culture de la recherche au service du développement agricole

12Qualifier ces relations, nourries, étroites, mais le plus souvent « hors cadre », de « collaboration interdisciplinaire » pose question. De mémoire, la question ne s’est jamais posée à nous en ces termes. Pour celles et ceux qui sont devenu.es mes partenaires de recherche, le fait de « devenir visible » volontairement dans le débat public extrêmement vif autour des pollutions diffuses d’origine agricole qui caractérise le tournant des années 2010, apparaît a posteriori comme structurant dans la façon dont ils et elles vont amorcer par ce biais des relations durables avec une équipe de chercheur.es en SHS par la suite. La première dimension qui soutient cet effort est, comme les travaux récents sur l’articulation entre émotions et cadres conceptuels en sciences de l’environnement s’en font désormais l’écho (voir par exemple : Brunet, 2020), un ensemble d’émotions soutenues par la socialisation scientifique (comme les émotions esthétiques ressenties face à de beaux paysages agricoles, des cultures et des élevages « bien tenus », etc.). La carrière des agronomes, écologues et hydrologues avec lesquel.les je travaille les met en situation d’observer l’effacement progressif de ces paysages et de ces formes d’organisation, comme ceux des exploitations en polyculture-élevage, qui restent pour eux une forme d’idéal-type du système complexe qui les nourrit intellectuellement et affectivement, les exposant souvent à une nostalgie assez profonde, proche de ce que Glenn Albrecht (2020) décrit comme des émotions « psychoterratiques » (c’est-à-dire suscitées par l’observation de l’état de dégradation d’un environnement aimé), et qu’ils et elles définissent même parfois aujourd’hui en ces termes. La seconde dimension est la fragilisation de la relation avec les agriculteurs, mais aussi de l’empathie vis-à-vis de ceux-ci et, en particulier, vis-à-vis des éleveurs. La possibilité d’un éprouvé commun avec les éleveuses et les éleveurs est mise à mal par l’affaiblissement des fondements de cette relation. L’attachement à la polyculture-élevage s’exprime plutôt en creux (l’appréciation du terrain, le plaisir d’être accueilli dans une ferme laitière qui fait vivre une famille), que par un jugement sur d’autres formes de systèmes que les chercheur.es de Sol’Eau s’interdisent le plus souvent. La troisième dimension qui me semble nourrir les dispositions à se rapprocher des sciences humaines et sociales se ressent dans le rejet quasi unanime d’autres formes de normativité et la difficulté à en reconnaître la légitimité. Les réactions mêlées de curiosité et d’hostilité des membres de Sol’Eau face aux investigations journalistiques, abondamment commentées lors des conversations quotidiennes – et dont une partie d’entre eux sont les protagonistes involontaires – en témoignent. Ce rejet, chez des chercheur.es qui par ailleurs adoptent souvent des modes de vie marqués par une recherche de sobriété et d’autonomie, se manifeste par exemple avec vigueur lorsque la journaliste Inès Léraud entame son enquête de longue haleine sur les marées vertes, en prenant pour entrée le danger sanitaire et en mettant en cause individuellement certains chercheurs respectés. La quatrième et dernière dimension relève de la temporalité de la recherche et de son historicité. Sol’Eau est une unité on ne peut mieux positionnée a priori pour accomplir le projet d’une large transition agroécologique. Les compétences des équipes, ils et elles en ont conscience, les placent en théorie au cœur de la possibilité d’agir et des attentes de réorientation de la politique scientifique de l’Inrae, comme de la politique agricole française. Les positions de Stéphane Le Foll au ministère de l’Agriculture, l’arrivée de Philippe Mauguin, son directeur de cabinet, à la direction de l’Inrae, semblent ouvrir une fenêtre d’opportunité en ce sens. Pourtant, c’est un sentiment d’impuissance qui s’exprime souvent dans les échanges. Une partie de l’équipe Sol’Eau s’oriente à l’époque vers une nouvelle méthode d’évaluation environnementale multicritères plus facile à valoriser scientifiquement, qui laisse un peu orphelin.es celles et ceux qui s’inscrivaient dans une tradition de la recherche-action.

13Le trouble qui caractérise cette période se renforce avec le temps parmi ces dernier.ères : au fil de notre collaboration, j’observe une dissociation entre une expertise renforcée auprès des partenaires publics et professionnels dans laquelle une bonne partie des chercheur.es se trouvent pris, voire enserrés, et des trajectoires d’éloignement, comme celles que suivent par exemple plusieurs « seniors », qui développent à côté de leur activité professionnelle des projets coopératifs d’agriculture alternative ou autonome, d’autosuffisance alimentaire, etc., tout en participant aux instances d’expertise en appui aux politiques publiques (vis-à-vis desquelles ils et elles expriment souvent beaucoup de découragement, sans envisager vraiment de les abandonner). Ces déplacements plus individuels et plus discrets me semblent de l’ordre de la mise en retrait face à la violence perçue des échanges, y compris en interne à leurs institutions.

Une recherche de pluralisme épistémique

14Le renforcement de notre collaboration est ainsi difficilement dissociable d’une insatisfaction par rapport à la science produite, d’un doute et parfois même d’un sentiment d’échec. La recherche ne nourrit plus, ne suffit plus ou est en décalage avec la situation dont on est le témoin et dont on devrait être le protagoniste transformateur : les énoncés produits semblent avoir perdu leur pouvoir d’influence auprès d’acteurs publics et socioprofessionnels. J’analyse ce sentiment d’échec, avec le recul, comme l’expérience d’une situation limite, qui donne forme au désir d’interdisciplinarité et lui ouvre un petit espace pour s’incarner. J’écris « petit », parce qu’à ce stade, dans ce grand pôle universitaire où travaillent des chercheur.es en SHS très compétent.es dans différents domaines d’intérêt pour le laboratoire, mes collègues de Sol’Eau ne vont à ma connaissance qu’exceptionnellement à leur rencontre.

15À ce moment-là, nous engageons une réflexion sur les concepts mêmes que l’équipe mobilise pour dessiner un horizon transformatif pour l’agriculture (Levain et al., 2015) : Qu’implique le fait de se référer à l’intensification écologique de l’agriculture, plutôt qu’à l’agroécologie ? Quelle est la portée de ces évolutions conceptuelles et comment les indexer à leurs pratiques ? Qu’est-ce qui soutient le statu quo, que deviennent les discours produits par les sciences de l’environnement sur la trajectoire de l’agriculture ? Sans qu’il soit complètement question d’évoquer les limites des processus d’objectivation, la conviction d’une incomplétude des approches traditionnellement déployées par l’équipe pour outiller les acteurs sociaux en situation suscite une attente plus forte. C’est ainsi un questionnement assez profond sur les conditions de la parole publique et les asymétries d’accès à l’espace public à propos des problèmes qu’ils et elles expertisent, devant le constat partagé de transformations rapides, et de l’irruption d’acteurs nouveaux qui me semble caractériser leur engagement. Bien sûr, les marées vertes structurent le débat public environnemental dans la région depuis une vingtaine d’années. Cependant, à partir des marées vertes, mes partenaires de Sol’Eau commencent à penser, à la façon des sciences sociales, par « cas » (Passeron et Revel, 2005), et s’interrogent sur ce que les marées vertes disent de la crise environnementale contemporaine. C’est en tout cas de cette façon que je comprends le sens et l’utilité de notre collaboration à ce moment-là, pour eux comme pour moi-même ; que je comprends aussi les tensions qui la traversent sans vraiment l’atteindre.

Naissance d’une communauté épistémique hybride

L’émergence d’un champ d’expérience partagé

16La situation que j’ai essayé de décrire me paraît constitutive d’un champ d’expérience partagé inscrit dans la crise environnementale contemporaine. Cette inscription est associée à un horizon d’intelligibilité ou d’attente spécifique, au sens que Reinhart Koselleck (1990) propose de donner à ce terme : la fermeture du terrain et la reproblématisation opérée par des opérateurs externes déplacent la position des chercheur.es dans le récit de l’écologisation de l’agriculture. Elle obère leur possibilité de se projeter dans un univers où les « transitions » futures sont dites, et pourtant pas construites à partir de leur savoir et de leur pratique. Pour les chercheur.es en sciences de l’environnement avec lesquel.les je noue cette collaboration, il me semble que le chiasme entre la pensée systémique des crises (l’horizon de leur résolution ou de leur dépassement par la mobilisation de leurs savoirs, dont la centralité est vécue intensément) et les réalités observées (la persistance du problème, scientifiquement assez simple à décrire et à modéliser, la confrontation à des discours de remise en cause) les place dans une situation de trouble sur leur situation dans l’histoire et le type de récit dans lequel leur action peut trouver sens.

17En suivant Koselleck, on peut également analyser cette situation critique comme une crise de la formalisation des expériences par le langage : les cadres conceptuels, la parole experte dont ils et elles sont familier.ères perdent de leur puissance, de leur consistance. D’où, sans doute, cette première expérience de délégation d’une mise en récit et cette acceptation de la présence du tiers incompétent, dont mes collègues supposent cependant que des garde-fous de rigueur encadrent le traitement qu’il ou elle s’autorise à faire de cette matière expérientielle. Engager de nouvelles collaborations scientifiques en dehors des disciplines dont ils et elles relèvent, n’est, dans ce contexte, pas une démarche évidente. Le prérequis de la collaboration, c’est alors de pouvoir parler des problèmes rencontrés dans la pratique scientifique quotidienne, de sorte qu’ils soient plus légers et trouvent des perspectives, non pas seulement de résolution, mais ce que je pourrais appeler de « prise en charge ». C’est en ce sens que le champ d’expérience partagé va au-delà de l’interconnaissance ou de l’échange de terrain, voire de la cohabitation. L’expertise territoriale – celle que Gaëlle Ronsin (2018) a étudiée dans sa thèse sur les Conseils scientifiques dans les politiques de conservation de la nature – contribue à dessiner ce champ d’expérience partagé dans la longue durée, davantage qu’elle n’ouvre de champs à la recherche transformative.

  • 3 Le site Internet du projet Parchemins présente une grande partie des productions collectives issue (...)

18C’est cette expérience partagée qui rend possible la construction d’un programme de recherche financé à partir de 2016 par la Fondation de France, puis également par la Région Bretagne, intitulé Paroles et chemins de l’agriculture littorale (Parchemins), achevé en 20213. Au moment où je m’engage dans la conception et dans la coordination scientifique de ce programme, et du fait de cette expérience, je n’utilise plus qu’avec réticence et parcimonie les termes d’« interdisciplinarité » ou de « transdisciplinarité ». Mais ce sont bien ces dimensions du projet qui retiennent l’attention des bailleurs. L’objectif commun que nous visons alors est de documenter et analyser les transformations de l’agriculture dans les zones littorales bretonnes, en associant enquêtes agronomiques, constructions d’indicateurs spatialisés, enquêtes ethnographiques et ouverture d’espaces d’expression et de réflexion aux acteurs locaux. Derrière cette formalisation classique se niche une reproblématisation de six années d’échanges et un effort d’articulation avec mes propres recherches : Est-il possible de penser et de parler d’agriculture dans les territoires littoraux en Bretagne sans entrer par le sujet des pollutions agricoles ? Et si oui, à quelles conditions ?

19Le diagnostic initial et l’intérêt de la question font assez vite accord : la proximité du littoral crée des conditions spécifiques pour la réalisation de l’activité agricole et le littoral est un lieu d’émergence de nouveaux rapports entre agriculture, sciences et société. Les crises répétées qui touchent des filières animales et légumières très intégrées, les inquiétudes et critiques associées aux pollutions diffuses d’origine agricole, les tensions sur l’installation et la pression foncière, y font de l’agriculture littorale une question socialement vive. Malgré l’implication des institutions pour coconstruire des perspectives d’évolution avec les différentes parties prenantes, les contraintes qui entourent la prise de parole des agriculteurs dans le débat public sont dans ce contexte très fortes. L’idée de concevoir, expérimenter et consolider des espaces de délibération et de problématisation sur la place de l’activité agricole dans les territoires littoraux, qui soient ouverts et en même temps préservés des contraintes qui accompagnent l’opérationnalisation des politiques publiques locales, a quelque chose d’original et de stimulant pour les collègues à qui je propose de s’impliquer. S’ils et elles semblent peu ou pas sensibles à l’injonction inter- ou transdisciplinaire pour elle-même, en revanche l’opportunité de « faire quelque chose » avec la discordance des voix et avec l’asymétrie des prises de parole dans les espaces institutionnalisés et dans l’espace public répond à une double préoccupation, de réflexivité (élucider les contraintes qui pèsent sur l’expression des chercheur.es) et d’empathie (accompagner l’expression des agriculteurs).

20Mais ce dont nous discutons lors des échanges préliminaires, ce sont les conditions de possibilité de ce travail collectif : Veut-on transformer quelque chose et si oui, quoi ? Peut-on se permettre de le faire en se déconnectant des partenariats traditionnels et sans doute attendus, qui sont ceux des chercheur.es en sciences de l’environnement (les organisations agricoles majoritaires, les chambres d’agriculture et les instituts techniques, les opérateurs publics des politiques de l’eau) ? Problématiser, est-ce transformer ? À cette proposition, toutes et tous répondent oui. Mais ces « oui » n’ont pas les mêmes implications pour les chercheur.es qui les formulent. Deux chercheurs agro-hydrologues « seniors » soutiennent très fortement le projet, sans considérer possible de s’y investir personnellement : ils encouragent leurs collègues à participer, contribuent à le faire connaître et reconnaître comme un projet presque « modèle » en matière de collaboration interdisciplinaire, voire emblématique de l’engagement de leur institution dans la promotion des relations « sciences-sociétés ». Deux agroécologues (l’une, trentenaire, travaillant sur la modélisation des transferts à l’échelle des paysages ; l’autre, proche de la retraite, travaillant sur la biodiversité prairiale à l’échelle des exploitations), une ingénieure agronome spécialiste d’un outil d’évaluation des pertes d’azote, deux géomaticiens et une technicienne en information environnementale investissent cette collaboration sans réserve, alors qu’elle les éloigne de leurs sujets et cadres habituels de recherche.

Émicité et pouvoir de la parole : dispositions, rencontres, émergences

21Comment comprendre que des personnes issues de toutes ces cultures scientifiques puissent se retrouver au sein du même projet ? Parmi les hypothèses qui ont fondé l’approche de la recherche expérimentée dans le cadre du projet Parchemins, figure celle des propriétés émancipatrices de la parole, que ce soit sous la forme du discours énoncé, du témoignage ou de la parole échangée, c’est-à-dire de la possibilité par la parole de transformer les réalités vécues et observées. Si l’affirmation de cette centralité de la parole est une évidence dans le cadre de certaines traditions de recherche en SHS, elle est aussi au cœur de cultures politiques ancrées parmi les collectifs qui se sont impliqués dans Parchemins, y compris au sein de l’équipe scientifique. C’est le cas, par exemple, de l’éducation populaire, qui imprègne les approches de recherche-action privilégiées dans les démarches d’accompagnement au changement des pratiques agricoles et de conception de projets de développement territorial, telles qu’elles sont engagées à l’Inrae depuis les années 1970. Quatre des membres de l’équipe scientifique, formés initialement comme ingénieurs agronomes, ont travaillé au sein du département Sciences pour l’action et sur le développement de l’Inrae, qui a aujourd’hui changé de nom et de contours. Parmi eux, deux ont fréquenté un laboratoire d’étude sociale des sciences et sont portés par un intérêt à interroger les pratiques en prenant en compte leur contexte. C’est aussi le cas de la « culture du libre » en matière informatique que portent de façon très engagée les ingénieurs en information environnementale du projet. Par ailleurs, l’équipe d’ethnologues, pour la plupart dans une situation professionnelle précaire, est issue de cette formation en ethno-écologie que j’évoquais en introduction et est largement mue par cette sorte d’« affinité sélective» qui, comme le souligne Jean-Pierre Olivier de Sardan (1998), pousse celles et ceux qui pratiquent l’anthropologie à réhabiliter la parole des « muets sociaux ».

  • 4 C’est-à-dire, fondé sur l’analyse des systèmes de pensée propres aux personnes enquêtées.
  • 5 Les productions radiophoniques associées au projet sont accessibles dans la sonothèque du projet P (...)

22C’est ici sans doute que les différences d’approche du sujet de l’engagement auprès des populations concernées par les dommages sociaux et écologiques de l’agriculture productiviste – et qui en sont aussi les agents récalcitrants – fondent un peu comme neige au soleil. Le travail autour de l’émicité4, l’expérience même de celle-ci, a pris au fur et à mesure de la collaboration un relief particulier, au point d’effacer presque les questions de recherche formulées de façon plus classiquement interdisciplinaire initialement. L’idée que l’attention à la parole (matérialisée, notamment, par l’usage du média radiophonique5) constitue largement la spécificité du projet Parchemins dans le paysage des programmes de recherche multiples dans le cadre desquels les membres de l’équipe scientifique ont jusqu’à présent déployé leurs activités fait consensus. Ceci est lié à l’importance de la pratique ethnographique dans le projet. Et c’est aussi une motivation régulièrement exprimée par les chercheur.es issu.es d’autres disciplines à travailler en interdisciplinarité avec les anthropologues. Ainsi, l’on aurait envie de voir émerger dans Parchemins des récits polyphoniques de la place des activités agricoles dans des territoires sur lesquels elles sont souvent marginalisées symboliquement et spatialement, pour que ceux et celles dont la parole n’est pas ou plus audible puissent retrouver des espaces de légitimation de leur expérience. En effet, le sentiment d’un discrédit et d’une forme de relégation sociale des agriculteurs et agricultrices, malgré leur diversité, leur engagement et la richesse de leur expérience, nourrit un besoin d’œuvrer à une meilleure reconnaissance de ce groupe spécifique et des épreuves qu’il traverse ; ceci en lui redonnant la parole, sous une forme ou sous une autre. La parole est aussi, au-delà du matériau même de la recherche, un moyen d’échange au sein de l’équipe car, dit l’un des chercheurs de Sol’Eau, « le fait de venir de mondes différents, on a peut-être besoin de plus de paroles que d’habitude : le fameux langage commun, comment on bouge par rapport à d’où on vient, à ses certitudes ». L’attention à la parole est pour lui un élément facilitateur du travail interdisciplinaire, voire une condition de celui-ci. Ce qui, selon les membres de l’équipe, a permis cela est aussi à rechercher dans la structuration même de l’équipe : les SHS, fait inédit pour tous ses membres, ne sont pas minoritaires dans un projet impliquant également des sciences biophysiques. « Pour une fois, on a un collectif où les SHS n’ont pas à se faire une place sous une forme réactive ou défensive », explique l’une des anthropologues de l’équipe : et « ça change tout… »

23Cette parole que Gildas, géomaticien, qualifie de « façonnée » est le produit d’une expérience nouvelle pour lui : celle du recueil de témoignage, celle d’une écoute qui passe par la retenue, le silence, puis par la réécoute pour mettre en valeur l’histoire d’une vie. Celle d’une collaboration de terrain, qui aboutit à un objet durable, accessible à tous, et qui touche, émeut, ceux et celles qui ont accepté de s’exprimer. « Tu mets beaucoup de toi en fait, dans l’échange […] on découvrait des trucs, des trucs super attachants sur le territoire, c’est très humain une émission radio, de capter cette parole… », se souvient-il, en évoquant son travail radiophonique, insistant ensuite sur le caractère ludique et la liberté qu’ouvrent les choix de réalisation. Hélène et Pauline, qui portaient chacune une enquête qualitative de terrain, ont, elles, investi non seulement la production radiophonique en réalisant des émissions documentaires, mais également la fiction en réalisant des émissions sur la place des animaux et sur l’exposition à la critique des agriculteurs dans les territoires littoraux. Cette expérience a été pour l’une d’elles « une autre forme d’émergence » : celle d’une pratique formelle assumée, qui restitue la complexité des situations observées et permet d’évoquer « des sujets minés ou violents sans passer par l’exposition des personnes ».

24Mais cette pratique un peu systématique demande beaucoup aux membres de l’équipe. Certain.es évoquent une fatigue, une usure, une inquiétude latente. Derrière l’horizontalité des échanges se nichent des inégalités de position rarement évoquées au cours du projet : la dynamique de celui-ci reposait beaucoup sur des chercheur.es dont le statut est précaire. Les membres de l’équipe qui n’étaient pas titulaires d’un poste dans la recherche et l’enseignement supérieur disposaient d’un temps très limité pour mener de front à la fois les impondérables associés à un programme de recherche et des démarches plus ouvertes, dont la temporalité se déployait sur des agendas a priori non maîtrisés, souvent au-delà de la période sur laquelle elles étaient effectivement rémunérées et bénéficiaient d’un temps de travail dédié. Ce qui pouvait être appréhendé par leurs collègues dans une situation plus stable comme un espace d’émergence, une matrice pour construire des relations et des projets de long terme, éventuellement une parenthèse ou un pas de côté dans une trajectoire professionnelle plus déterminée, pouvait devenir pour elles une injonction supplémentaire, chronophage et les engageant personnellement au-delà de ce que leur disponibilité personnelle et intellectuelle leur permettait effectivement – sans garantie de voir ces expériences aboutir ni, a fortiori, se transformer en un capital scientifique reconnu. Les témoignages recueillis auprès de l’équipe mettent ainsi en évidence à la fois l’existence d’une expérience commune (celle de l’entremêlement entre confiance dans l’émergence et attention à la parole, et celle du haut degré d’engagement individuel et collectif qu’il implique) et des dimensions singulières de cette expérience, inscrites dans des sites, des temporalités, des trajectoires individuelles, des instrumentations spécifiques.

Épistémologies suspendues ?

25Accepter d’être déplacé par la parole des autres, au risque de voir disparaître l’évidence et la portée de sa voix, est sans doute une singularité de l’expérience à laquelle les initiateurs et initiatrices de Parchemins, comme ceux et celles qui les ont accompagnés, ont accepté de se livrer. L’attention à la parole devient au final visible dans la construction patiente, coûteuse, enthousiaste de dispositifs d’écoute et de mise en résonance multiformes, dans un aller-retour avec les questions de recherche qui ont réuni et guidé l’équipe, mais également avec les pratiques diverses qui situaient et définissaient a priori les champs d’intervention de chacun. Elle a transformé « leur science », l’a parfois remise en cause, au point que les chercheur.es se sentent redevenir apprenti.es, voire ont eu l’impression de « passer de l’autre côté du miroir ». Ce moment de la collaboration mettait ainsi en mouvement des attentes, des affects, des frustrations, des remises en question, y compris pour moi-même qui, de fait, passais davantage de temps à accompagner mes collègues et partenaires dans la construction, l’apprivoisement et la verbalisation du sens de leur démarche qu’à enquêter directement auprès des populations avec lesquelles je travaille usuellement. C’est ainsi une anthropologie non fondée uniquement sur une ethnographie circonscrite, mais plus diffuse, impliquant une communauté d’apprenants qui apprennent d’eux-mêmes et sur eux-mêmes (Ingold, 2018), que je me suis mise durant cette période à pratiquer, peut-être pour un temps seulement.

26L’horizon d’attente que j’évoquais contribue ainsi à la consolidation, lente et progressive, d’une communauté épistémique hybride, dont l’hétérogénéité disciplinaire gouverne moins la trajectoire que les dispositions de ses membres à mobiliser un savoir en situation pour résoudre des difficultés d’ordre pratique et épistémologique rencontrées par les autres membres de la communauté, plutôt que les leurs propres. La pratique interdisciplinaire ne porte bien souvent, in fine, ni sur les objets ni sur les questions initialement construites comme sa raison d’être et sa justification. Au point qu’il a assez vite été évident en cours de route que l’agriculture littorale n’était finalement pour la plupart des membres du consortium, qu’un objet d’intérêt secondaire, alors qu’ils et elles y avaient passé beaucoup plus de temps que prévu et que malgré tout, ils et elles avaient le sentiment d’avoir transformé quelque chose…

27C’est peut-être le choix en creux de la centralité d’une interdisciplinarité fondée sur une épistémologie compréhensive qui constitue il me semble l’originalité de l’expérience que je viens d’évoquer et qui font qu’il m’est difficile aujourd’hui de ne pas considérer qu’en matière d’interdisciplinarité entre sciences de l’environnement et sciences sociales, la communauté précède l’élaboration scientifique, et que l’élaboration scientifique collective ex post est forcément réflexive et épistémologique, dans le sens où la puissance de la critique des sources, des instruments et des pratiques s’en trouve considérablement renforcée. Le bilan collectif de cette expérience fait cependant apparaître qu’il nous semble être resté.es au seuil de quelque chose, et que nous n’avons réussi à investir que ce qui nous déplaçait toutes et tous dans les mêmes proportions (la production radiophonique par exemple, ou le fait de construire des partenariats à partir de l’interlocution de terrain – c’est-à-dire en fait ce qu’on pourrait appeler la médiation et l’intermédiation). L’horizon d’attente que j’évoquais est en fait un horizon de « permission » et d’émancipation des professionnel.les et des cadres institutionnalisés de la production de sens. Mais pour être fort, il reste subordonné et presque construit dans la clandestinité.

28Que reste-t-il de cela ? Il est aujourd’hui beaucoup plus fréquent de parler d’agriculture littorale que lorsque le programme Parchemins a été lancé : les appels à projets qui s’y intéressent émergent ça et là, de nouveaux projets collaboratifs qui y font référence trouvent des financements. Non qu’il faille attribuer la paternité de l’accolement de ces deux termes à l’équipe scientifique du projet, mais la facilité avec laquelle l’idée a fait son chemin et la ressource qu’elle constitue désormais pour de nombreux opérateurs publics et associatifs locaux fait que je suis plus souvent amenée à tempérer les usages un peu rapides de cette catégorie descriptive, qu’à en assurer la promotion. L’effort de reproblématisation a donc donné quelques fruits. C’est également le cas de l’investissement, sans précédent pour les collègues engagés dans ce projet, dans la conception de formes d’interaction avec le monde non académique qui soient plus vivantes, plus accessibles, et qui sont aujourd’hui en plein développement. Ce qui est finalement très frappant pour l’équipe est l’écart entre sa conscience de la vulnérabilité de cet édifice, et l’enthousiasme que cette expérience a pu susciter (auprès des tutelles, des partenaires, surtout auprès des jeunes chercheur.es).

 

29Cette collaboration présente la plupart des signes visibles d’une interdisciplinarité « réussie » : des questions de recherche et des publications communes, une intensité d’interactions et une qualité de relations dans la longue durée, à l’origine de la production d’un savoir qui n’aurait pu être produit seul par l’une ou l’autre des disciplines impliquées. Le cas que je me suis efforcée de présenter éclaire cependant la problématique des collaborations entre sciences humaines et sociales et sciences de la nature – ici des sciences de l’environnement – sous un angle à mon sens différent. L’histoire comme l’épistémologie dominante dans ces domaines de recherche offrent des prises singulières à la collaboration dont cet article rend compte, en particulier leur très forte exposition aux changements induits par la montée en puissance de la crise écologique, comme à la mise en question de leur position et de leur utilité dans le cadre de démarches situées de résolutions de problèmes.

30Dans cette configuration, l’interdisciplinarité a été davantage pour moi une expérience d’interlocution génératrice d’une transformation réciproque et d’un effort intellectuel pour lui donner sens qu’elle n’a ouvert des champs de recherche nouveaux, jusqu’à récemment. La construction d’une collaboration interdisciplinaire de long terme avec une équipe en sciences de l’environnement, qui soit déconnectée des stricts programmes, et qui fait que nous « pensons » ensemble nos positions publiques, a plutôt dessiné des horizons de compréhension commune des transformations qui « travaillent » les crises environnementales. Dans cette compréhension partagée, l’inquiétude environnementale, le constat des dégradations ou les politiques publiques qui orientent leur prise en charge ne sont plus des éléments de contexte, mais la matière commune même que nous travaillons.

31Cette collaboration a peut-être ouvert une possibilité à chacun.e de « parler pour » les autres. Certain.es de mes partenaires de Sol’Eau protestent désormais avec véhémence contre une vision indifférenciée des sciences sociales (stéréotypes de science qu’évoquent Paul Lhoste et Yann-Philippe Tastevin dans leur contribution à ce numéro, et qui sont très actifs dans les sphères de la science réglementaire dans lesquels nous évoluons souvent) qui les cantonnerait à l’identification des freins « psychologiques » au changement, à l’étude des « représentations et perceptions », ou pire désormais à leurs yeux, à celle de l’« acceptabilité sociale » des mesures envisagées. Malgré tout, l’ésotérisme auquel Anthony Pecqueux, Perrine Poupin et Jean-Baptiste Vuillerod font référence dans leur introduction demeure sans doute pour celles et ceux qui ne sont pas intégré.es en permanence dans ces sociabilités « de crise » qui accompagnent la prise en charge des pollutions diffuses – et se matérialise par exemple par une difficulté à identifier les disciplines, les champs de savoirs ou les cadres conceptuels qui pourraient convenir, en recherchant plutôt des interlocuteurs et interlocutrices bienveillantes qui pourraient à la fois faire et aiguiller. Dans une telle perspective, l’interdisciplinarité avec les SHS se formule encore davantage comme un désir (aujourd’hui largement normé) qu’elle ne dessine un agir scientifique anthropocénique adéquat, tant les perspectives concrètes d’articulation entre objectivation et intersubjectivation que de telles collaborations impliquent restent difficiles à penser, à formuler et à justifier dans la temporalité et dans les cadres de la recherche institutionnalisée. 

Haut de page

Bibliographie

Alard Valérie, Béranger Claude et Journet Michel éd., 2002, À la recherche d’une agriculture durable. Étude de systèmes herbagers économes en Bretagne, Paris, INRA Éditions.

Albrecht Glenn A., 2020 [2019], Les émotions de la Terre. Des nouveaux mots pour un nouveau monde, Paris, Les Liens qui libèrent.

Arnauld de Sartre Xavier et Petit Olivier, 2016, « L’interdisciplinarité comme méthode de compréhension des interactions entre natures et sociétés », Interdisciplinarités entre natures et sociétés, B. Hubert et N. Mathieu éd., Bruxelles, Peter Lang, p. 367-386.

Aspe Chantal et Jacqué Marie, 2018, « D’une démarche interdisciplinaire porteuse de critique à l’intégration de la critique par l’interdisciplinarité ? », Revista Ideaçao, vol. 20, no 1, p. 64-75.

Bahuchet Serge, 2000, « Jacques Barrau, un terrien des îles », Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 42, no 1, p. 5-6.

Beurier Anne-Gaëlle, 2022, « La “recherche collaborative” en environnement : des pratiques innovantes aux dynamiques normatives » [en ligne], Émulations, [URL : https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/beurier].

Billaud Jean-Paul, 2003, « De l’objet de l’interdisciplinarité à l’interdisciplinarité autour des objets », Natures sciences sociétés, vol. 11, no 1, p. 29-36.

Blanc Guillaume, Demeulenaere Élise et Feuerhahn Wolf éd., 2017, Humanités environnementales : enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Blanc Julien, Lizet Bernadette et Juhé-Beaulaton Dominique, 2019, « Un nouvel élan pour l’ethnobotanique au Muséum national d’Histoire naturelle », C’est quoi l’ethnobotanique ?, Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon, 2017, Mane, Publications de Salagon.

Brun Évelyne, Betsch Jean-Marie, Blandin Patrick, Humbert Geneviève, Lefeuvre Jean-Claude et Marinval Marie-Christine, 2007, « Postures des scientifiques et interdisciplinarité dans le champ de l’environnement », Natures sciences sociétés, no 15, p. 177-185.

Brunet Lucas, 2020, « Face à l’angoisse écologique : stratégies émotionnelles et engagements épistémiques en sciences de l’environnement », Tracés, no 38, p. 103-122.

Chua Liana, Harrison Mark E., Faire Hannah, Milne Sol, Palmer Alexandra, Rubis June, Thung Paul, Wich Serge, Büscher Bram, Cheyne Susan M., Puri Rajindra K., Schreer Viola, Stepien Anna et Meijard Erik, 2020, « Conservation and the social sciences: Beyond critique and co-optation. A case study from orangutan conservation», People and Nature, vol. 11, no 2, p. 42-60.

Deléage Jean-Paul, 2010, Histoire de l’écologie : une science de l’homme et de la nature, Paris, La Découverte.

Demeulenaere Élise, 2017, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, G. Blanc, É. Demeulenaere, W. Feuerhahn éd., Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 43-73.

Gascuel Chantal, Ruiz Laurent et Vertès Françoise, 2015, Comment réconcilier agriculture et littoral ? Vers une agroécologie des territoires, Paris, Quae.

Ingold Tim, 2018, L’anthropologie comme éducation, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Jollivet Marcel éd., [1992], Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions, nouvelle édition en ligne, [URL : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.4154].

Jollivet Marcel, 2001, « Un exemple d’interdisciplinarité au CNRS : le PIREN (1979-1989) » [en ligne], La revue pour l’histoire du CNRS, no 4, [URL : https://doi-org.inee.bib.cnrs.fr/10.4000/histoire-cnrs.3092].

Koselleck Reinhart, 1990 [1979], Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS.

Levain Alix, Dupé Sandrine, Viaud Valérie, Revelin Florence, Legrand Marine, Toffolini Quentin, Squividant Hervé, Parnaudeau Virginie, Cerf Marianne et Béra Rodéric, 2021, Paroles et chemins de l’agriculture littorale. Rapport final, Plouzané, Rapport à la Fondation de France et à la Région Bretagne.

Levain Alix, Vertès Françoise, Ruiz Laurent, Delaby Luc, Gascuel Chantal et Barbier Marc, 2015, « “I am an intensive guy”: the possibility and conditions of reconciliation through the ecological intensification framework», Environmental Management, vol. 56, no 5, p. 1184-1198.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1998, « Émique », L’homme, no 147, p. 151-166.

Passeron Jean-Claude et Revel Jacques, 2005, Penser par cas, Paris, EHESS.

Pochon André, 2008, Agronomes et paysans : un dialogue fructueux, Versailles, Quae.

Ronsin Gaëlle, 2018, Composer des relations entre « science » et « gestion de la nature » : ethnographie des frontières, casquettes et controverses dans les conseils scientifiques, thèse de doctorat de sociologie, Université Grenoble Alpes.

Roué Marie, 2019, « Un hommage à Claudine Friedberg : ethnoscience, taxonomies et interdisciplinarité », Natures sciences sociétés, vol 27, no 4, p. 445-451.

Haut de page

Notes

1 Le Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement a été initié par le CNRS au début des années 1980, dans le double but d’appuyer l’émergence de communautés de recherche interdisciplinaires fédérées autour d’un territoire confronté à une problématique environnementale spécifique, et de soutenir le renforcement des liens avec les opérateurs des politiques publiques œuvrant dans le domaine de la conservation de la nature, de l’aménagement du territoire et de la gestion de l’eau. Les Piren ont eu des développements et des longévités hétérogènes, mais ont joué un rôle important dans la structuration de la recherche en environnement en France (voir à ce sujet : Jollivet, 2001).

2 Dans la première partie, je m’arrogerai un peu unilatéralement le privilège du narrateur ; j’aurais aimé pouvoir en produire un récit plus symétrique. Dans la seconde, je m’appuierai sur des éléments d’autoethnographie collective, réunis par l’équipe scientifique dans le cadre d’une collaboration avec une jeune sociologue, Anne-Gaëlle Beurier, lors d’un stage de master 2. Voir : Levain et al., 2021.

3 Le site Internet du projet Parchemins présente une grande partie des productions collectives issues du projet, parfois classiques (publications scientifiques, système d’information géographique, actualités…), parfois plus originales dans leur mode d’élaboration ou leur forme ; voir [URL : http://www.parchemins.bzh/].

4 C’est-à-dire, fondé sur l’analyse des systèmes de pensée propres aux personnes enquêtées.

5 Les productions radiophoniques associées au projet sont accessibles dans la sonothèque du projet Parchemins [URL : http://www.parchemins.bzh/index.php/outils/sonotheque/].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alix Levain, « Tes problèmes seront les miens. Patience et longueur de temps dans l’engagement interdisciplinaire en études environnementales »Tracés. Revue de Sciences humaines, #22 | 2022, 75-95.

Référence électronique

Alix Levain, « Tes problèmes seront les miens. Patience et longueur de temps dans l’engagement interdisciplinaire en études environnementales »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #22 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/14771 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.14771

Haut de page

Auteur

Alix Levain

CNRS, UMR 6308 Aménagement des usages des ressources et des espaces marins et littoraux

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search