Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros44ÉditorialÉtats de crise

Éditorial

États de crise

States of crisis
Jérôme Heurtaux, Rachel Renault et Federico Tarragoni
p. 9-27

Texte intégral

1Le 49.3 de trop. Il aura « suffi » à Élisabeth Borne de faire appliquer par son gouvernement, le 16 mars 2023, pour la douzième fois depuis 2017, l’alinéa 3 de l’article 49 de la Constitution, sur la réforme des retraites, pour que de nombreux commentateurs y lisent une « crise démocratique ». Pourquoi l’usage du 49.3 est-il constitué publiquement dans cette conjoncture sociopolitique comme une crise démocratique, alors même que la vie politique nationale a été jalonnée par d’autres crises politiques et institutionnelles ? Ce n’est pourtant pas la première fois que les dysfonctionnements de la représentation démocratique sont au cœur du débat public, avec leur lot de constats critiques : la faible légitimité des élus dans des contextes de forte abstention et de défiance envers la classe politique, la déconnexion sociale entre dirigeants et dirigés, l’évidement des clivages politiques traditionnels (droite/gauche, conservatisme/social-démocratie) ou encore la fragilisation des appareils partisans et syndicaux. Qu’est-ce qui rend la conjoncture politique actuelle propice à un « alignement des cadres » (Benford et Snow, 2012) entre les lectures critiques de la situation par les médias, les oppositions politiques et la rue ? Comment une crise naît-elle, vit-elle, meurt-elle ? Ce sont ces questions, entre autres, qu’entend poser ce dossier de la revue Tracés. Il s’interroge sur les « états de crise », autrement dit sur les procédures savantes et ordinaires, par lesquelles une situation donnée, dans différents mondes sociaux, est qualifiée de « critique » et objectivée comme une crise. Comment certaines réalités sociohistoriques deviennent-elles des « crises » ? Comment sont-elles expliquées et interprétées suivant ce diagnostic ? Et comment les acteurs sociaux en font-ils l’expérience, conformément à cette « définition de la situation » (Thomas et Thomas, 1928) ? De nombreux regards – philosophie, sociologie, histoire, science politique – sont ici mis à contribution pour répondre à ces questions.

2L’originalité de ce dossier au regard de la littérature centrée sur les crises politiques est double. Premièrement, si ces dernières y occupent une place prépondérante, la problématique choisie les excède à proprement parler : on traite de l’ensemble des opérations épistémiques, pratiques et normatives par lesquelles certaines configurations collectives sont qualifiées de « crises » : politiques certes, mais aussi économiques, écologiques, techniques, sanitaires, militaires, humanitaires, etc. C’est d’ailleurs cette multiplicité que pointent les discours doxologiques, si répandus dans les médias et les sciences sociales, sur l’omniprésence de la « crise » dans nos sociétés contemporaines. « Nous sommes en crise » semble être devenu le leitmotiv d’une époque déclinante qui ne cesse de constater son incapacité à en sortir. Une telle « crisologie » naïve – « crise partout, crise nulle part » – ne revient-elle pas toutefois à noyer le concept, comme l’avançait déjà il y a un demi-siècle Edgar Morin (1976, p. 149) ? Le discours décliniste dont elle émane, et qu’on retrouve par exemple dans la collapsologie contemporaine (Servigne et Stevens, 2015), n’est-il pas cyclique, comme le montre l’exemple historique des « fins de siècles » (Charle, 2016) ? Si la crise devient totale, n’est-elle pas au fond le résultat d’une mise en récit, d’un storytelling qui empêche de la situer et d’en appréhender précisément les causes et les effets ? L’anthropologue Janet Roitman a bien montré, à partir du cas des subprimes, que le diagnostic de crise « autorise certains récits et privilégie certaines questions aux dépens d’autres […], tout en excluant certaines formes de penser et d’agir » (Roitman, 2014, p. 5-6). Ainsi, en déclarant l’état de crise en 2008, défenseurs et critiques de l’économie néolibérale financiarisée ont partagé le constat d’un « chiasme entre le réel, d’un côté, et ce qui est qualifié respectivement d’écart illogique par rapport au réel, de substitut au réel ou de pure fiction, de l’autre » (p. 46). Ce récit savant de la crise met en jeu des entités abstraites (les « liquidités », les « marchés », le « capitalisme »), au plus loin des narratives des victimes qui cherchent des responsables en chair et en os.

3D’où la deuxième originalité de ce dossier, qui articule étroitement l’analyse des conjonctures critiques et l’histoire du concept de crise. Il s’agit à la fois de réfléchir aux opérations, savantes et ordinaires, par lesquelles les situations de crise sont décrites, interprétées et vécues, et de replacer le concept de crise dans son historicité : une historicité marquée par une série de discontinuités. Cette évolution historique conditionne en effet la façon dont on distingue, dans différents champs professionnels (celui des sciences sociales, du journalisme, du militantisme, de l’expertise diplomatico-militaire), le normal et l’anormal, le cours ordinaire des choses et ses moments de rupture : comme le relève Reinhart Koselleck, au xxe siècle « il n’est pratiquement aucun domaine de l’existence qui ne soit qualifié au moyen de cette expression » (Koselleck, 2006, p. 358). Cette généralisation explique l’omniprésence de la crise dans notre histoire récente, où nombreuses sont les conjonctures à avoir reçu une telle qualification : que l’on pense aux crises financières entre la bulle Internet de 2000 et les subprimes en 2008, aux accidents nucléaires de Tchernobyl en 1986 ou Fukushima en 2011, aux crises sanitaires comme celle des opioïdes aux États-Unis au milieu des années 2010 ou la récente pandémie de Covid-19, ou encore aux dérèglements climatiques mondiaux associés au « Capitalocène » (Bonneuil, 2017). Parmi de nombreuses autres, ces conjonctures ont profondément transformé notre manière de penser les écarts critiques au cours ordinaire des choses, en alimentant l’évolution du concept de crise. Tout en se penchant sur cette évolution, notre dossier souhaite restituer le travail de construction sociale de ces conjonctures en tant que crises : un travail dans lequel s’imbriquent des activités scientifiques et d’expertise, des activités professionnelles liées aux champs expérimentant les dérèglements associés à la crise, ou encore des activités de construction des problèmes publics (Gusfield, 2009). Il s’agit de montrer que l’objectivité et la généralité des crises résultent à la fois des activités ordinaires des acteurs, et sont conditionnées par les repères du normal et de l’anormal, de l’inertie et du changement que le concept de crise, dans son évolution historique, met à la disposition des acteurs.

4Afin d’étayer cette problématique, le dossier se structure autour de trois axes. Le premier a trait au concept de crise, à la manière dont il impose un rapport singulier à la temporalité, construit par différents champs de savoir (philosophie, arithmétique politique, économie, analyse politique) depuis l’Antiquité grecque. Le deuxième porte sur la façon dont le concept est réapproprié par les acteurs contemporains, par l’intermédiaire d’opérations de qualification spécifiques en lien avec l’expérience sociale. Le troisième concerne les modalités d’explication et de prévision singulières que la qualification de crise rend possibles dans différents mondes sociaux.

Axe 1. Qu’est-ce qu’une crise ?

5Tout d’abord, l’histoire des crises est celle des regards qui, à partir de plusieurs champs du savoir, ont façonné le concept. À suivre Reinhart Koselleck (1979), il faudra attendre une configuration sociohistorique bien particulière – le conflit entre la bourgeoisie intellectuelle et la monarchie en Europe au xviiie siècle – pour que le mot prenne sa signification moderne, et qu’il vienne désigner un régime d’historicité à part entière : une expérience du temps historique où les modèles anciens perdent leur légitimité politique (la « tradition »), alors même que les modèles dictant les conduites à venir ne se laissent pas encore entrevoir. Comme le résume Paul Ricœur (1988) en empruntant aux catégories koselleckiennes d’Erfahrungsraum et d’Erwartungshorizont, il y a crise lorsque « la tension entre horizon d’attente et espace d’expérience devient rupture, schisme ». Dans cette configuration, « l’espace d’expérience se rétrécit par un déni général de toute tradition, de tout héritage, et […] l’horizon d’attente tend à reculer dans un avenir toujours plus vague et plus indistinct, seulement peuplé d’utopies ou plutôt d’“uchronies” sans prise sur le cours effectif de l’histoire » (p. 13-14). Toute crise suppose ainsi une certaine expérience du temps, marquée par la rupture et la délégitimation de la tradition : une dynamique qui est particulièrement évidente dans les crises politiques (comme les révolutions), mais qui apparaît aussi dans d’autres événements qualifiés de « crise » par les contemporains. Prenons les crises économiques. Leur cyclicité à l’époque contemporaine laisse supposer qu’elles ne conduisent à aucune remise en question de la « tradition » capitaliste : cependant des crises plus structurelles, comme les crises du mode de régulation (Grande Dépression de 1929) ou du régime d’accumulation (l’effondrement des Tigres asiatiques dans les années 1990), entraînent, avec leur lot d’incertitudes radicales, la délégitimation de certains modes de production (Boyer, 2015, p. 80-106). Songeons aussi aux crises écologiques associées à l’Anthropocène. Elles sont provoquées précisément par le « déni général de toute tradition » (Bonneuil, 2017, p. 54) : « Enfermés dans des verrouillages du passé, plus nous avançons sur la trajectoire en cours d’émissions, plus il sera “trop tard”, plus l’avenir se trouve contraint et rétréci par le passé » (ibid.). Cependant, les dynamiques critiques qu’elles mettent au jour conduisent à la remise en question de la tradition qui les a provoquées : les mobilisations environnementales contemporaines ne visent-elles pas précisément à sortir du modèle productiviste ou extractiviste, dont la légitimité et le caractère taken for granted ne vont plus de soi ?

6Aussi, réfléchir à la crise conduit de manière indissociable à réfléchir à la tradition qu’elle met en jeu dans sa production. C’est incontestablement l’apport analytique de Koselleck, qui développe cette piste dans sa notice « crise » (1982) de la Geschichtliche Begriffsgeschichte : ce texte séminal de l’histoire conceptuelle, traduit tardivement en anglais dans le Journal of the History of Ideas (2006), restait à ce jour indisponible au lectorat français. Il est traduit pour ce dossier par Rachel Renault. En montrant l’évolution du terme de la Grèce antique à nos jours, et sa structuration comme concept au sein d’une philosophie de l’histoire, ce texte constitue un jalon incontournable pour l’analyse des crises. Il restitue le périmètre d’intelligibilité à partir duquel les qualifications contemporaines de « crise » prennent sens, en permettant de les situer historiquement et de questionner leur (dis)continuité avec la généalogie, très occidentalo-centrée (et essentiellement axée sur la France et l’Allemagne), de l’historien.

7Cette notice montre aussi tout le décalage entre le concept et son étymologie, qui nous plonge dans le grec ancien : comme l’analyse l’historien Vivien Longhi dans sa note pour le dossier, la divergence est radicale entre la façon dont les Grecs se représentaient et vivaient la « krisis » et notre manière moderne de l’appréhender. La crise relevait surtout du vocabulaire médical et militaire, avec son propre mode de « décision génératrice » (Longhi, 2019). Aussi le mot « krisis » était associé à des situations sociales spécifiques : l’interprétation du vol des oiseaux et des songes, le choix des victimes sacrificielles, un jugement (juridique) ou une décision (politique), un événement marquant le dénouement d’une pièce tragique, le changement soudain dans l’état clinique d’un malade (son état « critique ») ou encore l’issue d’une guerre. C’est ce qu’oublient les auteurs qui, en quête d’un mythe des origines, voient dans l’expérience de la crise des « Anciens » la préfiguration de celle des « Modernes » (Revault d’Allonnes, 2012).

8Cette invention moderne de la crise ne peut pas être dissociée des champs de savoir qui l’ont constituée comme un enjeu spécifique, solidaire d’un regard « discontinuiste » sur la réalité (Foucault, 1966). Les premiers savants à s’en emparer au xviiie siècle sont les arithméticiens politiques (Rusnock, 2002), qui font de la population des royaumes (et des moyens de l’accroître) un objet de savoir : c’est dans ce contexte que les épidémies, les famines et les guerres qui déciment les populations deviennent l’objet d’une inquiétude nouvelle (Le Roy Ladurie, 1976). Ils sont suivis par les économistes au xixe siècle, avec leur analyse des cycles productifs. Dans le prolongement des « crises de surproduction » que Marx considérait endémiques dans les sociétés capitalistes (comme la Grande Déflation de 1873), la théorie économique des cycles (Kondratieff, Juglar, Keynes) en viendra à désigner la crise comme la transition violente, par rapport à un étalon prévisionnel, d’une phase ascendante à une phase descendante (Nakatani et Herrera, 2013). Au xxe siècle, l’analyse politique leur emboîte le pas. Si le terme de « révolution » avait, depuis la fin du xviiie siècle, perdu sa connotation étymologique de « retour aux origines » (re-volutio) pour désigner les transformations violentes des systèmes politiques (leur « tabula rasa »), c’est au début du xxe siècle que l’objet « crise politique », qui les inclut et les dépasse, fait son entrée officielle dans le vocabulaire des analystes (théorie politique, journalisme, science politique). L’une des premières est celle qui ouvre le siècle : la Première Guerre mondiale. Crise de l’ordre européen, des États-nations et des empires, elle constitue aussi la première crise organique du capitalisme entré dans sa phase impérialiste : c’est ainsi que l’analyse « à chaud » Rosa Luxemburg dans deux textes de mai 1913 et septembre 1914, traduits pour ce dossier par Ulysse Lojkine et Alice Vincent. Cette figure de l’histoire du socialisme présente le premier conflit mondial comme « la plus grande œuvre de destruction du capitalisme depuis deux siècles ». La crise ouverte par la guerre est globale et multidimensionnelle, en remettant en cause l’organisation des sociétés impériales européennes, qu’elles sortent victorieuses ou perdantes du conflit : l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne (Charle, 2001). En insistant sur les interconnexions politiques, économiques et militaires dont la crise est faite, Luxembourg invite les travailleurs à s’en saisir pour adapter leur stratégie révolutionnaire. La Première Guerre mondiale ouvre ainsi une configuration de crises politiques à venir : « l’après-guerre tout entier est une crise », écrira un autre théoricien marxiste, Antonio Gramsci (2011, p. 249), dans un passage de ses Cahiers de prison intitulé « Passé et présent. La crise ». Le philosophe italien est connu pour sa célèbre définition de la crise maintes fois reprise : ce moment d’interrègne où « l’ancien meurt et […] le nouveau ne peut pas naître » (2011, p. 38). Ses textes de conjoncture des années 1920, entremêlant diagnostic, analyse et intervention militante, sont toutefois moins connus. L’un des plus importants, les Thèses de Lyon, était encore inédit en français. Federico Tarragoni l’a traduit pour ce dossier : il s’agit, à la fois, d’un précieux document d’archives et d’un exemple remarquable de construction d’un état sociohistorique en crise, demandant une intervention politique révolutionnaire. Dans ce texte de 1926, Gramsci diagnostique la montée du fascisme en Italie, en la replaçant dans le contexte plus général de crise de la politique italienne : une crise de l’État-nation remontant aux conditions de sa genèse au xixe siècle ; une crise de la démocratie parlementaire de l’après-guerre, avec la déconnexion sociale croissante des deux partis de système, le Parti populaire et le Parti socialiste. L’auteur en décèle les implications pour le nouveau-né Parti communiste d’Italie, dont il formalise parallèlement les missions, la stratégie et l’organisation interne : un enjeu compliqué par les luttes intestines de l’Internationale communiste, marquée par l’imposition de la ligne du « socialisme dans un seul pays » et par le déchirement international entre staliniens et trotskistes.

9On l’aura compris, le marxisme a fait de l’analyse des crises une préoccupation intellectuelle de premier ordre, en articulant leurs dimensions politiques, sociales et économiques. Cette centralité renvoie à la nature crisogène des sociétés modernes, sur laquelle Marx et Engels ouvrent le Manifeste du Parti communiste : des sociétés marquées par le « constant ébranlement de tout le système social », où les rapports sociaux « vieillissent avant d’avoir pu s’ossifier ». C’est à la suite du marxisme que la science politique en a fait, à partir des années 1960, un objet de recherche à part entière. Dans les années 1970, une littérature comparatiste s’empare des crises politiques (Almond et al., 1973) et, plus particulièrement, des crises démocratiques (Linz et Stepan, 1978). Cette littérature marquée par le fonctionnalisme et la théorie du choix rationnel aspire à modéliser des états de crise, en analysant les conditions auxquelles les champs politiques résistent aux secousses qui les traversent. L’époque est aux coups d’État militaires en Amérique latine, à l’effondrement des régimes autoritaires ibériques, à l’émergence d’une nouvelle vague de violence révolutionnaire en Europe (Sommier, 2008) et aux premiers drames humanitaires : la question de la crise n’est plus pensée en dialogue avec la critique sociale, comme chez les marxistes des années 1920, mais avec la stabilité des régimes et des sociétés. Avec son insistance sur les techniques de stabilisation sociale et de « gestion » des crises, le paradigme de la gouvernance pointe à l’horizon des sciences sociales, en nourrissant un processus général de dépolitisation des dynamiques critiques (Critique internationale, 2019).

10L’économie et la science politique ont longtemps bénéficié d’un statut privilégié dans l’explication et la régulation des conjonctures de crise, mais de nouveaux savoirs prétendent aujourd’hui remplir cette même fonction. C’est le cas, par exemple, des théories de l’Anthropocène, qui ont introduit la notion de « crise biologique » pour qualifier les retournements brutaux des cycles biogéochimiques imputables à l’action humaine, comme la sixième extinction de masse (Magny, 2019). Dès le xixe siècle, la géologie avec ses analyses stratigraphiques, puis la biologie de l’évolution avaient appréhendé les évolutions discontinues des systèmes organiques, entre lectures gradualistes et catastrophistes, en montrant leurs effets sur les cultures humaines, notamment au cours de la préhistoire. Cette même ambition se retrouve, dans un registre davantage tributaire des philosophies de l’histoire axées sur le déclin (Spengler, Toynbee), dans les travaux sur les effondrements socio-écologiques (Diamond, 2009) et, sur un mode plus essayiste, dans la collapsologie contemporaine. L’engouement que celle-ci suscite, mesurable par les tirages éditoriaux et la popularité de ses fondateurs, montre à quel point des états de crise joignent l’incertitude sociale au besoin de nouveaux repères subjectifs – intellectuels, spirituels ou existentiels (Morin et Viveret, 2010). Pour reprendre la définition de Jürgen Habermas dans Raison et légitimité (1988), la crise intègre toujours une composante objective et une perception subjective : le désordre du monde, mis au jour par les savoirs, va de pair avec le chaos des repères. Cela s’observe, à un niveau paroxystique, lorsque les savoirs eux-mêmes entrent en crise : un phénomène qui a été amplement exploré, entre l’ébranlement de l’idée scientifique de vérité, vecteur d’un trouble dans le rapport d’expérience au monde (Husserl, 1989), et les phénomènes d’incertitude subjective qui accompagnent les crises des paradigmes scientifiques (Kuhn, 2008). Pour le dire avec Pierre Bourdieu (2003, p. 233), dans ces moments critiques de l’ordre symbolique, « la relation d’adaptation immédiate [des agents] est suspendue ». Dans des situations encore plus radicales, que l’anthropologue italien Ernesto De Martino (2016) appelle « apocalypses culturelles », se produit une véritable « crise de la présence » : dans ces moments historiques où les sociétés humaines sont hantées par leur disparition, la présence au monde des groupes sociaux « s’écroule » et les individus développent un sentiment inédit d’absence à soi. La dynamique des crises est précisément celle de l’alignement progressif entre ces composantes objectives et subjectives, alignement qui les rend à proprement parler indiscernables (Fassin, 2023). Le cas de la crise écologique en témoigne avec force : il a fallu un long travail d’objectivation et de publicisation de la crise par les climatologues du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), pour que des expériences subjectives s’y greffent, dont l’« éco-anxiété » est devenue la manifestation la plus symptomatique. Inversement, l’expérience subjective d’une crise, si elle parvient à dégager un collectif capable d’imposer un nouveau problème public, peut induire un travail d’expertise et de construction institutionnelle, à même d’objectiver la crise. Le cas des luttes contre l’extractivisme en Amérique latine en témoigne parfaitement : l’extraction massive de métaux et de ressources naturelles des territoires indigènes a provoqué, dès les années 1990, une crise du rapport subjectif à la nature chez les peuples originaires, associée à la crainte d’une disparition de leur environnement naturel et culturel : une « apocalypse culturelle » dans les termes de De Martino (2016). Leurs mobilisations ont mis l’extractivisme à l’agenda des politiques publiques, en sollicitant un travail conséquent d’objectivation (Svampa, 2011).

11Aussi ces dimensions objectives et subjectives de la crise ne peuvent-elles être dissociées que pour les bienfaits de l’analyse ; toute crise les relie étroitement dans le réel. C’est pourquoi la distinction qu’opère Didier Fassin entre des crises « objectives » sans être subjectivées, et « subjectivées » sans être objectives, renvoie en réalité à des problèmes et des phénomènes de nature différente. L’anthropologue prend en exemple, en les opposant dos à dos, la crise migratoire européenne et la crise carcérale aux États-Unis. La première serait une crise « subjectivée » – perçue comme telle par l’opinion publique –, sans avoir aucun substrat objectif dans les savoirs, vu le démenti cinglant que lui oppose la démographie globale. La deuxième serait une crise « objective » – c’est-à-dire réelle dans ses conséquences sociales sur les populations racisées, et prouvée par des données sociologiques –, sans être construite subjectivement comme telle dans l’opinion publique. L’anthropologue joue ici sur les sens du mot « crise », en montrant que la première n’aurait pas lieu d’être dans les représentations sociales, au contraire de la deuxième, que le savoir sociologique peut construire publiquement. Cela prouve à quel point faire des sciences sociales « par temps de crise », pour reprendre le titre de sa Leçon inaugurale au Collège de France (30 mars 2023), engage l’analyste dans le découpage analytique du réel. Ce dossier ne cherche guère à neutraliser un tel engagement, mirage illusoire tant la question des crises reste enjeu de débats. Mais il propose un pas de côté, à la fois historiciste et constructiviste : en invitant à réfléchir aux modalités de construction sociale d’une crise, il ne vise pas à énoncer ce qu’elle est et ce qu’elle n’est pas, mais à interroger les dynamiques qui la produisent concrètement dans le monde social ; des dynamiques de subjectivation et d’objectivation, auxquelles participent des individus, des collectifs, des procédures et des institutions, suivant des opérations spécifiques de qualification, d’interprétation et de mise en sens du monde vécu.

Axe 2. Dire et vivre la crise

12Nommer la crise est donc un enjeu central de sa construction sociale. Sanitaire, économique, diplomatique, migratoire, démocratique : la « crise » ne se singularise plus que par ses qualificatifs, et s’est disloquée en une infinité de domaines d’application – et l’on s’en tient ici aux seules crises collectives, qui font l’objet de ce numéro. Le terme à la fois sédimente des usages historiques divers et, dans le même temps, fait l’objet, de manière récurrente, de conflits de définition. Sitôt qu’une sphère de signification semble pouvoir être isolée, on trouve simultanément un usage contradictoire du terme.

13La crise semble premièrement devoir entraîner une discontinuité : l’avant et l’après-crise ne se ressemblent pas, c’est une bascule qui inaugure un changement d’état et de statut – d’un ordre politique à un autre, d’un cycle économique à un autre, d’une époque historique à une autre, etc. Pourtant, derrière l’apparence des seuils, beaucoup de crises manifestent des continuités (Angeletti et al., 2019). En témoignent les controverses historiographiques autour de la « mutation de l’an mil » – véritable bascule du monde antique au monde « féodal » qui a partie liée avec une crise socio-économique majeure, ou simple « mutation documentaire » (Barthélémy, 1997 ; Bois, 1989 ; Duby, 1971). L’analyse de la crise pose ainsi la question du changement des sociétés humaines, et du dépassement de l’alternative entre rupture et continuité. Deuxièmement, elle renvoie souvent à un état pathologique, un dysfonctionnement ou du moins une situation qui rompt avec l’ordinaire : elle ne constitue pas l’état « normal » d’un être ou d’un système. Et pourtant, la réitération de la crise peut la faire entrer dans une forme de normalité : en témoigne la régularité cyclique des crises économiques, invariant fondamental du capitalisme comme régime de « destruction créatrice » (Schumpeter, 2021). Enfin, la crise est souvent supposée brusque, intense, et se déroule dans une séquence limitée dans le temps : elle est, par essence, transitoire. Pourtant, la transition elle-même peut avoir une certaine épaisseur dans la durée (Escudier, 2020 ; Gourisse, 2012). La crise est-elle nécessairement de l’ordre de l’événement ? Relève-t-elle à l’inverse d’un état permanent ? Ou ne nous conduit-elle pas à repenser l’événement comme pouvant lui-même relever d’un temps long (Foucault, 1969 ; Benoît, 2022, p. 171-231) ?

Batailles de significations et langages de la crise

14Or, à la sédimentation des usages historiques, il faut encore ajouter la bataille des significations qui s’engage pour qualifier ce qui se produit (Aït-Oudia et Roger, 2015, p. 28). Qui nomme comme « crise » ce qui advient ou, à l’inverse, refuse le terme ? À quelles logiques la mobilisation du mot répond-elle ? Comment, au reste, nommer ce qui advient et relève de l’inédit ?

15Didier Fassin, analysant le recours à un « langage de la crise » par les autorités lors de la crise sanitaire de 2019-2021, en souligne les effets : « [ce langage] fait exister la crise par la dramatisation de la situation, en l’occurrence à travers des discours, des images, et surtout des chiffres ». Il rend possible, entre autres, l’instauration d’un « état d’exception » et « il suspend la critique : l’unité dans l’adversité doit prévaloir » ; le temps de l’analyse est repoussé et « les contestations sont dénoncées pour les divisions qu’elles entraînent ». Ce langage de la crise produit ainsi un « effet de sidération […], à la fois cause et conséquence de la peur collective » et celle-ci, pour les autorités, est tout à la fois un risque – car elle menace toujours de les déborder – et une aubaine (Fassin, 2021, p. 379-380), car elle rend possible l’adhésion sans discussion. Nommer comme  crise » ce qui advient produit ainsi des effets politiques très concrets, en particulier lorsque c’est un langage d’État, et nommer la situation comme  crise » autorise une pratique de gouvernement relevant de l’état d’exception.

16S’il arrive que des crises politiques et sociales de grande envergure constituent des moments privilégiés pour l’éclosion d’une pensée inventive, appuyée sur une redéfinition rigoureuse des mots – comme le montre l’extrême importance des crises de 1848 et 1871 dans la constitution de la pensée de Marx et Engels –, la plupart semblent plutôt produire, dans un premier temps, à la fois un vide sémantique et un trop-plein de termes inadéquats, impropres à qualifier des événements d’un type nouveau (Bantigny, 2018, p. 17). Chez ceux qu’elle vient percuter de plein fouet en les dépossédant « de leurs matériaux routiniers d’anticipation et de calcul » (Dobry, 2009, p. 13), les mots, bien souvent, manquent sous l’effet de la surprise. Si le mouvement des Gilets jaunes a été souvent qualifié de « crise », c’est non seulement pour signifier l’ébranlement massif qu’il a entraîné, mais encore parce qu’il ne pouvait se dire dans aucun des termes habituels de l’action collective protestataire, puisque, précisément, tous les codes habituels de cette dernière ou presque volaient en éclats : la « révolte », la « contestation » ou « l’émeute » ont paru surannés et inadéquats pour qualifier ce surgissement de formes et de protagonistes nouveaux (Bantigny et Hayat, 2019).

17Qui plus est, le choix des mots résulte non seulement des incertitudes, mais également des luttes pour imposer ou récuser certains termes. Si les Gilets jaunes ont été qualifiés de « jacquerie » ou rattachés au « poujadisme », c’est en raison d’un effort délibéré pour imposer une interprétation disqualifiante du mouvement (Noiriel et Truong, 2019, p. 25-26). L’enjeu de la qualification reflète et façonne à la fois des rapports de pouvoir, au demeurant souvent reconfigurés par la crise elle-même, au sein du groupe contestataire comme en dehors de lui. L’article de Nitzan Perelman dans ce numéro, en suivant la mobilisation du qualificatif de « traître » en Israël depuis 2019, en fait ainsi un symptôme de la crise politique qui secoue le pays, en même temps qu’il participe à la configurer. D’âpres luttes se font jour, dans les secteurs de la société engagés dans cette qualification ou la subissant, pour mobiliser le terme de « crise » ou, au contraire, ne pas l’employer.

18Car l’évitement du terme n’est pas moins significatif : il peut servir à euphémiser une situation – une crise économique, en parlant de « difficultés » ou de « restructuration » – ou, à l’inverse, à amplifier la portée d’un événement de manière hyperbolique – en choisissant par exemple de parler d’état de « guerre » dans une situation que, de manière écrasante, on tendait à nommer « crise sanitaire ». Dans ses manifestations paroxystiques (violences de guerre ou d’État, massacres de masse et génocides), la crise est marquée par « la non-verbalisation ou la sous-verbalisation par les acteurs », une suspension du langage à laquelle se substituent des « expressions corporelles (larmes, tremblements, frissons, raidissements) » (Ingrao, 2021, p. 154). L’ineffable serait ainsi le premier indice du paroxysme – une crise vécue de manière si violente que l’on en reste sans mots. En se banalisant dans le discours public, le mot « crise » peut aussi occulter cette violence, en la rendant irreprésentable et impensable aux yeux de celles et ceux qui y assistent.

Vivre la crise : expériences et échelles

19En articulant la crise telle qu’elle est conçue par les sciences humaines et sociales avec la manière dont les acteurs la vivent, la nomment et la perçoivent, le numéro s’efforce de varier les points de vue, les méthodes, les acteurs et les échelles. La crise s’analyse à partir des groupes aussi bien qu’à partir des individus qui la vivent, à partir d’endroits du monde social considérés comme « représentatifs » comme à partir de cas limites. Que font les crises aux vies ordinaires, aux intimités, aux relations sociales ou à la vie publique ? Que font-elles aux professionnels de la crise et qui peut-on qualifier de la sorte (Le Pape et al., 2006) ? Comment articuler ces temps extraordinaires avec les routines des temps normaux ? Comment les crises globales se répercutent-elles jusqu’aux individus ?

20Chez celles et ceux qu’elle percute de plein fouet, la crise engendre souvent une forte incertitude, fondée sur l’imprévisibilité et l’amenuisement des routines. Cette suspension peut créer le sentiment d’une « effervescence créatrice » qui fait que « l’individu “se surprend lui-même”, “se découvre”, accomplit des actes impensables en temps ordinaire, “se sent porté” par des forces extérieures, qui brisent les routines quotidiennes et “font éclater les limites de son existence” » (Dobry, 2009, p. 257-258). Pourtant, poursuit Dobry, l’effet paradoxal et plus inattendu de la crise peut être la « régression vers les habitus », relevant de ce que Bourdieu a nommé « hystérésis » : la crise ne fait pas que « libérer » des possibilités nouvelles, elle est aussi un moment durant lequel « le passé d’une société, ce qu’elle a été et les expériences qu’elle a connues, tendent à persister et à façonner jusqu’aux perceptions et comportements des acteurs dans les moments mêmes où le monde social paraît se défaire autour d’eux » (ibid.).

21La manière exacte dont cette incertitude affecte les vies dépend d’un nombre important de variables, selon que les acteurs s’impliquent activement dans le processus critique – dans le cas, par exemple, d’une participation active à un processus révolutionnaire – ou qu’ils soient percutés par lui inopinément – comme lors d’une crise économique –, et selon leur marge de manœuvre, leurs ressources et leurs positions respectives. La diversité des expériences critiques nous invite donc à renoncer à penser la crise comme un « contexte » qui serait là a priori, unifié et homogène, comme une sorte de décor sur le fond duquel se dérouleraient les expériences individuelles et collectives. À l’inverse, ne faut-il pas penser la crise à partir de la somme des manières d’en faire l’épreuve (Revel, 1996, p. 26) ?

22Cela semble d’autant plus nécessaire que la crise transforme bien souvent ceux qui y prennent part : parfois accélératrices de politisation, mais aussi de production de connaissances, les crises politiques sont par excellence le lieu du « protagonisme » identifié par Haïm Burstin, par lequel « les acteurs populaires – étudiés tout autrement que comme classe sociale réifiée –, c’est-à-dire, en l’espèce, des profanes souvent sans expérience politique préalable […] sortent de l’anonymat à la faveur de l’événement » et se mettent ainsi à façonner le cours de l’histoire (Deluermoz et Gobille, 2015, p. 14 ; Burstin, 2013).

23En venant percuter les existences, la crise façonne les trajectoires des individus jusque dans leur intimité : la Grande Guerre comme la Saint-Barthélemy peuvent ainsi être observées depuis le lien conjugal qu’elles viennent déstructurer et mettre à l’épreuve (Vidal-Naquet, 2014 ; Foa, 2021). Mais elle les frappe de manière sélective : des routines se maintiennent en temps de chaos, et il arrive que des groupes entiers échappent à ce qui est en train de se produire. En 1572, « toutes les horloges de la ville ne se figent pas sur l’heure du massacre. Au cœur de cette crise – est-ce vrai de toutes ? – demeurent des arythmies, des asynchronies qui disent qu’elle n’entraîne pas tout et tout le monde, ne détermine pas tous les gestes. Pendant que certains égorgent leurs voisins, tandis que d’autres succombent, des Parisiens travaillent, vivent normalement, se marient, s’entêtent, passent contrat, font comme s’il ne se passait rien » (Foa, 2021, p. 121). Là où Pierre Bourdieu définit la crise comme une « brutale synchronisation de temporalités différentes », l’échelle micro, démontre Jérémie Foa, implique de donner sa part à la coexistence de temporalités adjacentes mais non coalescentes (ibid., p. 121 ; Bantigny, 2018).

Axe 3. Attester, expliquer, interpréter, faire trace de la crise

24Les acteurs sociaux impliqués dans les crises ne se limitent pas, loin s’en faut, à ceux qu’elles impactent directement, victimes d’une crise économique, citoyens réprimés dans une révolution politique, réfugiés de la crise climatique, etc. D’autres acteurs individuels et collectifs participent pleinement de la fabrication des crises : partis politiques, associations, journalistes, diplomates, entrepreneurs de cause et de mémoire contribuent, selon des modalités certes distinctes, à l’énonciation des crises. L’objectivation des crises emprunte ainsi quatre registres d’énonciation courants, qui sont le plus souvent enchevêtrés : ceux de l’attestation, de l’explication, de l’interprétation et de la mémorialisation.

25Un registre d’attestation, d’abord. Les crises ne sont pas des « faits en soi » qui s’imposeraient naturellement aux acteurs ; elles n’auraient que peu d’existence sans quelques énoncés assertifs qui en établissent la réalité, de la part de certains professionnels des crises. À titre d’exemple, le travail diplomatique ne consiste pas seulement à gérer une crise qui viendrait de l’extérieur ; comme le montre l’entretien réalisé pour ce dossier par Jérôme Heurtaux avec le directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), Manuel Lafont Rapnouil, le travail diplomatique est aussi un travail de repérage et de labellisation des situations critiques. Ainsi certaines crises s’objectivent-elles par l’énonciation et l’attestation (voire, c’est le cas du CAPS, par le diagnostic et la prévision), opérations auxquelles se prêtent des types variés d’acteurs qui se rejoignent dans le fait d’être des professionnels de la parole – et l’on sait que la parole est « une force », qui, si elle relève de règles qui ne sont pas celles de l’action politique, peut agir sur elle (Marin, 1978). C’est aussi l’évaluation de la valeur médiatique (tout à la fois symbolique et marchande) d’une crise quelconque, que réalise la presse, qui va décider, par exemple, de la couverture massive de la guerre en Ukraine et, par contraste, de la relative invisibilité du conflit libyen déserté par les médias occidentaux dès 2016 : l’entretien croisé accordé à Jérôme Heurtaux par deux reportrices de guerre, Sophie Nivelle-Cardinale et Maurine Mercier, montre bien l’importance du travail journalistique dans la construction de l’attention médiatique, par laquelle un conflit peut solliciter l’intérêt du grand public. L’enjeu de l’accès des journalistes au terrain est par exemple crucial pour qu’un fait de guerre devienne un événement médiatique et renforce le récit critique.

26Un autre registre d’attestation des crises est celui de l’explication : expliquer, c’est aussi faire exister la crise. Découper le temps en distinguant le temps de la crise d’un « avant » dans lequel on repère des dynamiques de gestation, des conditions préalables ou une genèse explicative, c’est la faire naître comme événement singulier voire irrémédiable. Courant dans le monde social, ce registre a suscité une attention particulière et des efforts importants de la part des chercheurs en sciences humaines et sociales, qui ont longtemps postulé qu’une crise était explicable et qu’ils étaient autorisés à fournir une explication. Une ambivalence majeure se situe néanmoins au niveau de ce qu’expliquer veut dire. S’agit-il d’identifier des logiques de causalité, de repérer un ensemble de facteurs déterminants, bref de restituer la crise dans sa genèse objective, registre qui a longtemps dominé la recherche ? Ou s’agit-il, dans une démarche constructiviste désormais répandue, plutôt de reconstituer des mécanismes de déclenchement et de déploiement en intégrant dans la construction de l’objet l’imprévisible, l’inattendu et l’ensemble des contingences d’un processus critique ? À titre d’exemple, la sociologie historique des révolutions s’est longtemps adossée à une visée positiviste fondée sur la toute-puissance analytique du chercheur. Dans les années 1920 et 1930, selon Jack Goldstone, les historiens et sociologues américains s’efforçaient de dégager une « théorie de la révolution », c’est-à-dire d’en expliquer méthodiquement le surgissement et le développement (Goldstone, 1982). Cette « histoire naturelle des révolutions » visait à répondre aux trois questions suivantes : Quelles sont les conditions pour qu’une situation d’oppression conduise à un soulèvement ? Dans quelles circonstances les pressions exercées sur le pouvoir conduisent-elles à une révolution ? Qu’est-ce qui permet l’enracinement des idées révolutionnaires ? Chaque révolution suivrait ainsi un cours comparable en une dizaine d’étapes, indépendamment de son contexte socioculturel ou politique. La même visée explicative, mais avec une focale différente, a nourri les approches ultérieures relevant des « théories générales des révolutions » (toujours selon Goldstone) dans les années 1950 et 1960. L’émergence de l’école de la modernisation justifiait une approche macrosociologique, consistant à comprendre pourquoi le passage des sociétés traditionnelles à des États-nations modernes prenait une forme violente. À l’instar de l’étude des révolutions, c’est bien une approche structurelle des crises qui a longtemps dominé l’historiographie (Skocpol, 1985). On retrouve la même visée explicative dans les approches psychologisantes (Gurr, 1970), dans la théorie de la mobilisation des ressources (Tilly, 1978) ou encore dans le concept de structure des opportunités politiques dans l’analyse des mouvements sociaux (Tarrow, 1998). L’idée selon laquelle des chaînes de causalité analogues pourraient être identifiées dans des processus critiques a nourri des tentatives nombreuses de modélisation, empruntant parfois aux mathématiques, comme dans l’analyse des bifurcations et la théorie des catastrophes que propose Erik Christopher Zeeman (1977) en s’inspirant des travaux de René Thom.

27La visée explicative des crises pose pourtant des problèmes majeurs, en particulier par le primat qu’elle accorde au canal institutionnel sur le canal subjectif (Tarragoni, 2018) : or toute crise suppose une forte mobilisation subjective qui participe pleinement, « par le bas », de sa dynamique sociale (Tarragoni, 2015). L’historiographie récente a semblé vouloir restaurer la dignité de l’événement (Nora, 1975) en consacrant à la contingence toute la place qu’elle mérite dans l’étude des crises. Dans le vocabulaire de William Sewell Jr., on serait ainsi passé d’une temporalité téléologique puis expérimentale à une temporalité événementielle (Sewell Jr., 2009 ; Angeletti, 2019). La critique de « l’illusion étiologique » formulée par Michel Dobry dans sa théorie des conjonctures fluides a contribué à cette ouverture du champ du questionnement. Elle a conduit à substituer au langage des causes celui des conditions de possibilité : il s’agit d’écarter tout déterminisme sans ignorer le contexte structurel dans lequel se déploient les crises. Le regard porte désormais sur les événements qui font les crises, sur les jeux d’acteurs qui s’y déroulent, sur ce qui se passe à l’intérieur même des conjonctures fluides (Gaïti, 1999 ; Banégas, 2003 ; Gobille, 2008a ; Heurtaux, 2020). Les crises ne sont plus perçues comme les conséquences nécessaires de variables indépendantes : pénurie structurelle des économies planifiées des régimes communistes conduisant à l’effondrement des démocraties populaires en Europe centrale et orientale, engorgement du marché du travail dans les pays arabes nourrissant les printemps révolutionnaires, corruption endémique des élites africaines entraînant des insurrections, etc. Les acteurs des crises sont désessentialisés (Tackett, 1997 ; Jeanpierre, 2001) et le regard s’arrête tout autant sur les acteurs de premier plan que sur les vies ordinaires ébranlées par la crise : pour prendre le cas de Varennes en juin 1791, l’historien observera tout autant le roi en fuite que les « acteurs de Varennes », ces hommes et femmes du peuple qui vont l’identifier et le dénoncer aux autorités (Burstin, 2010). D’explicative, l’approche devient descriptive, attentive à la complexité du réel, consciente de la pluralité des possibles non advenus : le « comment » des crises se substitue au « pourquoi ». Cette nouvelle analyse des processus critiques n’invalide pas tout à fait la geste modélisatrice, tant chez Dobry, dont les travaux proposent de riches développements conceptuels, que plus récemment chez Ivan Ermakoff, qui analyse la contingence à la lumière de la théorie des jeux, dans son étude des phénomènes d’abdication collective, tels les sabordages des parlements allemands (en 1933) et français (en 1940) et le vote des pleins pouvoirs à Hitler et Pétain (Ermakoff, 2008). Ermakoff pointe les logiques de coordination tacite et d’alignement entre les acteurs des crises : les individus sont incités à partager les mêmes croyances que celles qu’ils pensent être à l’œuvre chez leurs pairs. Ces travaux, avec d’autres, invitent à éclairer sous un jour nouveau ce qui se joue au cœur même des processus critiques : les ambivalences situationnelles, les possibles non advenus, les effets induits, les issues surprenantes.

28Une autre ambivalence de l’explication est sa proximité voire sa confusion avec le registre de l’interprétation, tant dans le discours profane, le récit journalistique, que dans les productions savantes : il s’agit ici de produire une signification, politique, symbolique, culturelle, historique ou autre, dans un registre souvent normatif. Dans un article publié en 1970, Philippe Bénéton et Jean Touchard avaient repéré, à partir des quelque cent vingt livres publiés sur Mai 68, huit types d’interprétation, de « l’entreprise de subversion » au « conflit de classes » en passant par la « crise de l’université » ou la « révolte spirituelle » (Bénéton et Touchard, 1970). Certaines reprenaient tels quels les récits de certains acteurs quand d’autres proposaient une analyse « à froid ». Dans un article plus récent sur le même thème, Étienne Balibar a suggéré que la multiplicité des interprétations de l’événement était liée à sa complexité même : « la série des récits et des interprétations contradictoires recouvre une question plus profonde […], qui est celle des divisions internes de l’événement : un événement “partagé” au double sens du terme, que ses acteurs ont “fait” ensemble, en particulier contre le même adversaire (le “pouvoir gaulliste”), mais non pas en commun, ou de façon communautaire. D’où l’héritage lui-même divisé : seule une fiction d’objectivité nous épargnerait de prendre parti dans la contradiction » (Balibar, 2020). Plus tard, les crises du communisme, les « printemps arabes » ou plus récemment le déclenchement de la guerre en Ukraine, ont suscité un grand nombre de commentaires enjambant allègrement les registres de l’explication et de l’interprétation. Le « travail de la signification » d’une crise ouvre des pistes de recherches passionnantes, que ce dossier invite à creuser, et qui visent à repérer les interprètes autorisés ou non d’une crise, les registres de discours dans lesquels ils puisent pour l’expliquer, et la manière dont naissent les débats publics et les controverses scientifiques sur l’explication de la survenue d’une crise. Comme le montre Lucas Puygrenier dans son étude des acteurs de l’accueil des migrants à Malte, l’analyse dominante de la « crise migratoire » sous l’angle sécuritaire se voit opposer un diagnostic différent par les professionnels du « bien » des exilés. Au cœur de ces opérations, se niche celle, cruciale, de la représentation. Dans ce dossier, Paul Bernard-Nouraud montre, à partir du drame des migrants qui meurent noyés par milliers dans la Méditerranée, comment une représentation commune, celle du naufrage avec spectateur (le naufrage vu par un observateur terrien), peut faire écran à une compréhension véritable de la crise en jeu.

  • 1 Dans certaines cultures, comme en Chine, où l’idéogramme crise (weiji) est un synthème composé des (...)

29Ces pistes ouvrent une réflexion autour des postérités des crises. L’interprétation des crises évoquée relève d’un ensemble de pratiques discursives et symboliques qui se déploient pendant le moment de crise et surtout après, si tant est qu’on puisse toujours identifier une « fin » (et un début !) à une crise. D’une certaine façon, les récits ex post font la crise tout autant que celle-ci les stimule : il arrive que des crises disparaissent des métarécits historiques et suscitent un oubli collectif, du fait de leurs conséquences jugées désastreuses sur la société concernée, à l’instar de la crise politique que connut l’Algérie entre 1988 et 1991, qui aurait été responsable de la plongée dans la violence terroriste des « années noires » (Aït-Aoudia, 2015). Les crises d’une certaine ampleur ont le plus souvent une riche vie mémorielle après leur mort, qui peut se révéler très agitée. C’est notamment le cas de celles dont on repère une vocation à faire rupture, que cette rupture s’incarne dans des pratiques concrètes ou qu’elle soit seulement de l’ordre de l’intelligibilité (Fassin et Bensa, 2002). L’un des axes de réflexion sur les effets des crises porte, d’ailleurs, sur ce qui change ou non lors d’une crise, sur ces effets de continuité ou au contraire de rupture ou bien encore sur sa dimension « instituante » (Blic et Lemieux, 2005). La sociologie pragmatique a bien montré comment, en révélant un écart entre les valeurs revendiquées et les pratiques réelles, une crise (une « épreuve » dans son vocabulaire) pouvait conduire à la réaffirmation des normes comme à l’édiction de normes nouvelles. À l’instar des scandales politico-financiers dans la France du xixe siècle, la révélation des collusions entre les mondes industriels, politiques et journalistiques a pu conduire à construire la profession de journaliste et contribué à moyen terme à l’autonomisation de l’espace journalistique (Blic, 2005) : il y a là une dimension instituante de la crise et une grille d’analyse susceptible d’être mobilisée dans des contextes très variés1. Au demeurant, les effets d’une crise peuvent être directs et prévisibles comme indirects, induits ou contre-intuitifs : l’important ici est que les traces multiples d’une crise rappellent que celle-ci a bien existé.

30Aussi commémore-t-on parfois les crises, à l’occasion le plus souvent de leur anniversaire. Ces célébrations ne sont pas que de simples remémorations : elles donnent fréquemment lieu à des réinterprétations de la crise. Il en est ainsi de la Révolution française, dont la commémoration nationale joue sur l’ambiguïté entre « deux 14 juillet » : celui de 1789 avec la prise de la Bastille (révolte populaire) et celui de 1790 avec la fête de la Fédération (unité nationale). Des ambiguïtés analogues ont guetté les commémorations récentes de la Commune de Paris comme de Mai 1968. Certains conflits mémoriels, comme pour Mai 68, se sont resserrés « sur un nombre limité de schèmes d’explication » (Gobille, 2008b), réduisant la complexité et la diversité de « 68 » à quelques traits saillants : focalisation sur les soixante-huitards les plus célèbres au détriment des moins connus, sur le mai parisien et étudiant au détriment du mai-juin ouvrier, au détriment aussi des Mai 68 en province, au détriment enfin des Mai 68 dans d’autres pays du monde (États-Unis, Belgique, Allemagne, Pologne, Italie, Japon…). Certains y verront une forme de dépolitisation et de requalification de l’événement opérée par des entrepreneurs de mémoire plus en phase avec les valeurs individualistes et néo-libérales qu’avec les slogans politiques de Mai (Ross, 2005). La mémoire collective de la Première Guerre mondiale s’est aussi trouvée profondément transformée, en particulier par la réhabilitation des fusillés de l’armée française (Offenstadt, 1999). Dans ce cas comme dans d’autres, les relectures mémorielles et les évolutions dans l’historiographie peuvent dialoguer, se renforcer mutuellement ou bien entrer en conflit (Audoin-Rouzeau et Becker, 2000), sur fond parfois d’instrumentalisation politique. Pourquoi certaines crises sont-elles effacées des récits historiques et ces derniers changent-ils parfois ? Pourquoi les crises majeures de l’histoire contemporaine donnent-elles lieu à des controverses mémorielles et à des usages politiques du passé dans le cadre des luttes de pouvoir (Heurtaux et Pellen, 2009) ? Reste que la crise ne se joue pas seulement dans le passé qui l’explique et dans le présent de son déroulement contingent, mais aussi dans les futurs qu’elle réalise en s’ouvrant à la mémoire.

Haut de page

Bibliographie

Aït-Aoudia Myriam, 2015, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Presses de Sciences Po.

Aït-Aoudia Myriam et Roger Antoine, 2015, La logique du désordre. Relire la sociologie de Michel Dobry, Paris, Presses de Sciences Po.

Almond Gabriel A., Flanagan Scott C. et Mundt Robert J. éd., 1973, Crisis, Choice, and Change: Historical Studies of Political Development, Boston, Little Brown and Co.

Angeletti Thomas, 2019, « L’époque et l’événement : les temporalités du capitalisme selon William H. Sewell Jr. », Tracés. Revue de sciences humaines, no 36, p. 159-167.

Angeletti Thomas, Deluermoz Quentin et Galonnier Juliette éd, 2019, numéro thématique « Faire époque », Tracés. Revue de sciences humaines, no 36.

Audoin-Rouzeau Stéphane et Becker Annette, 2000, Retrouver la guerre, 14-18, Paris, Gallimard.

Balibar Étienne, 2020, Histoire interminable : d’un siècle l’autre, Paris, La Découverte.

Banégas Richard, 2003, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala.

Bantigny Ludivine, 2018, 1968. De grands soirs en petits matins, Paris, Seuil.

Bantigny Ludivine et Hayat Samuel, 2019, « Les Gilets jaunes une histoire de classe ? », Mouvements, vol. 100, no 4, p. 12-23.

Barthélémy Dominique, 1997, La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des xe et xie siècles, Paris, Fayard.

Bénéton Philippe et Touchard Jean, 1970, « Les interprétations de la crise de mai-juin 1968 », Revue française de science politique, vol. 20, no 3, p. 503-544.

Benford Robert D. et Snow David A., 2012, « Processus de cadrage et mouvements sociaux : présentation et bilan », Politix, vol. 99, no 3, p. 217-255.

Benoît Audrey, 2022, Trouble dans la matière. Pour une épistémologie matérialiste du sexe, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Blic Damien (de), 2005, « Moraliser l’argent. Ce que Panama a changé dans la société française (1889-1897) », Politix, vol. 18, no 71, p. 61-82.

Blic Damien (de) et Lemieux Cyril, 2005, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, vol. 18, no 71, p. 9-38.

Bois Guy, 1989, La mutation de l’an mil. Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, Fayard.

Bonneuil Christophe, 2017, « Capitalocène. Réflexions sur l’échange écologique inégal et le crime climatique à l’âge de l’Anthropocène », EcoRev, vol. 44, no 1, p. 52-60.

Bourdieu Pierre, 2003, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Boyer Robert, 2015, Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation des crises, Paris, La Découverte.

Burstin Haim, 2010, « La biographie en mode mineur : les acteurs de Varennes, ou le “protagonisme” révolutionnaire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 57, no 1, p. 7-24.

Burstin Haim, 2013, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, Vendémiaire.

Charle Christophe, 2016, « Fin de siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, no 52, p. 103-117.

Charle Christophe, 2001, La crise des sociétés impériales. Allemagne, France, Grande-Bretagne (1900-1940). Essai d’histoire sociale comparée, Paris, Seuil.

Critique internationale, 2019, « La fabrique et le gouvernement des crises », vol. 85, no 4.

Deluermoz Quentin et Gobille Boris, 2015, « Protagonisme et crises politiques », Politix, no 112-4, p. 9-29.

De Martino Ernesto, 2016 [1977], La fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles, Paris, Éditions de l’EHESS.

Diamond Jared, 2009, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard.

Dobry Michel, 2009 [1986], Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po.

Duby Georges, 1971 [1953], La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, Paris, Gallimard.

Ermakoff Ivan, 2008, Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, Durham, Duke University Press.

Escudier Alexandre, 2020, « La crise sans fin de la modernité. Naissance et avatars d’un thème chez Reinhart Koselleck », Revista de historiografia, no 34, p. 53-72.

Fassin Didier, 2021, Les mondes de la santé publique. Excursions anthropologiques. Cours au Collège de France, 2020-2021, Paris, Seuil.

Fassin Didier, à paraître, Sciences sociales par temps de crise, Paris, Éditions du Collège de France.

Fassin Éric et Bensa Alban, 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrains, no 38, p. 5-20.

Foa Jérémie, 2021, Tous ceux qui tombent. Visages du massacre de la Saint-Barthélémy, Paris, La Découverte.

Foucault Michel, 1966, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 1969, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Gaïti Brigitte, 1999, « Les incertitudes des origines. Mai 1958 et la Ve République », Politix, no 47, p. 27-62.

Gobille Boris, 2008a, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales HSS, vol. 63, no 2, p. 321-349.

Gobille Boris, 2008b, Mai 68, Paris, La Découverte.

Goldstone, Jack A., 1982, « The comparative and historical study of revolutions », Annual Review of Sociology, no 8, p. 187-207.

Gourisse Benjamin, 2012, « Participation électorale, pénétration de l’État et violence armée dans la crise politique turque de la seconde moitié des années 1970. Contribution à l’analyse des crises politiques longues », Politix, vol. 98, no 2, p. 171-193.

Gramsci Antonio, 2011, Guerre de mouvement et guerre de position, Paris, La Fabrique.

Gurr Ted R., 1970, Why Men Rebel?, Princeton, Princeton University Press.

Gusfield Joseph, 2009 [1981], La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica.

Habermas Jurgen, 1988 [1973], Raison et légitimité. Problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé, Paris, Payot.

Heurtaux Jérôme, 2020, Pologne 1989. Comment le communisme s’est effondré, Ploemeur, Codex éditions.

Heurtaux Jérôme et Pellen Cédric éd, 2009, 1989 à l’Est de l’Europe. Une mémoire controversée, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Husserl Edmund, 1989 [1954], La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendentale, Paris, Gallimard.

Ingrao Christian, 2021, Le soleil noir du paroxysme. Nazisme, violence de guerre, temps présent, Paris, Odile Jacob.

Jeanpierre Laurent, 2001, « Points d’inflexion des révoltes arabes », Les temps modernes, vol. 664, no 3, p. 63-84.

Jullien François, 2020, « Entretien », Chaire sur l’altérité, [URL : https://francoisjullien.hypotheses.org/].

Koselleck Reinhart, 2006 [1982], « Crisis », Journal of the History of Ideas, vol.  67, no 2, p. 357-400.

Koselleck Reinhart, 1979 [1959], Le règne de la critique, Paris, Minuit.

Kuhn Thomas S., 2008 [1962], La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Le Pape Marc, Siméant-Germanos Johanna et Vidal Claudine éd, 2006, Crises extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte.

Le Roy Ladurie Emmanuel, 1976, « La crise et l’historien », Communications, no 25, p. 19-33.

Linz Juan J. et Stepan Alfred éd., 1978, The Breakdown of Democratic Regimes: Crisis, Breakdown, and Reequilibration, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Longhi Vivian, 2019, « La crise, une notion politique héritée des Grecs ? », Anabases, no 29, p. 21-35.

Magny Michel, 2019, Aux racines de l’anthropocène. Une crise écologique reflet d’une crise de l’homme, Paris, Le Bord de l’Eau.

Marin Louis, 1978, Le récit est un piège, Paris, Minuit.

Morin Edgar, 1976, « Pour une crisologie », Communications, no 25, p. 149-163.

Morin Edgar et Viveret Patrick, 2010, Comment vivre en temps de crise ?, Montrouge, Bayard.

Nakatani Paul et Herrera Rémy, 2013, « Keynes et la crise. Hier et aujourd’hui », Actuel Marx, vol. 53, no 1, p. 153-168.

Noiriel Gérard et Truong Nicolas, 2019, Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire, Paris, L’Aube.

Nora Pierre, 1975, « Le retour de l’événement », Faire de l’histoire, t. 1, P. Nora et J. Le Goff éd., Paris, Gallimard.

Offenstadt Nicolas, 1999, Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile Jacob.

Revault d’Allones Myriam, 2012, La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Seuil.

Revel Jacques, 1996, « Micro-analyse et construction du social », Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Seuil, p. 15-36.

Ricœur Paul, 1988, « La crise, un phénomène spécifiquement moderne ? », Revue de théologie et de philosophie, no 120, p. 1-19.

Roitman Janet L., 2014, Anti-crisis, Durham, Duke University Press.

Ross Kristin, 2005, Mai 68 et ses vies ultérieures, Paris, Éditions complexe – Le Monde diplomatique.

Rusnock Andrea, 2002, Vital Accounts: Quantifying Health and Population in eighteenth-century England and France, Cambridge, Cambridge University Press.

Schumpeter Joseph, 2021 [1911], Théorie de la destruction créatrice, Paris, Payot & Rivages.

Servigne Pablo et Stevens Raphaël, 2015, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil.

Sewell Jr. William H., 2009 [1996], « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti éd., Paris, La Découverte, p. 109-146.

Skocpol Theda, 1985, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard.

Sommier Isabelle, 2008, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po.

Svampa Maristella, 2011, « Néo-“développementisme” extractiviste, gouvernements et mouvements sociaux en Amérique latine », Problèmes d’Amérique latine, vol. 81, no 3, p. 101-127.

Tackett Timothy, 1997, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel.

Tarragoni Federico, 2015, L’énigme révolutionnaire, Paris, Les Prairies ordinaires.

Tarragoni Federico, 2018, « Les cendres et le brasier : ce que l’historien apprend au sociologue des révolutions », Écrire l’histoire, no 18, p. 69-79.

Tarrow Sidney, 1998, Power in Movement: Collective Action, Social Movements and Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Thomas William I. et Thomas Dorothy S., 1928, The Child in America: Behavioral Problems and Programs, New York, A. A. Knopf.

Tilly Charles, 1978, From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley.

Vidal-Naquet Clémentine, 2014, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres.

Zeeman Erik C., 1977, Catastrophe Theory: Selected Papers, 1972-1977, Reading, Addison-Wesley Publishing Company.

Haut de page

Notes

1 Dans certaines cultures, comme en Chine, où l’idéogramme crise (weiji) est un synthème composé des idéogrammes « menace » (wei) et « opportunité », renvoyant originairement au ressort des arbalètes (ji), la crise désigne ainsi à la fois une épreuve et une chance (Jullien, 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Heurtaux, Rachel Renault et Federico Tarragoni, « États de crise »Tracés. Revue de Sciences humaines, 44 | 2023, 9-27.

Référence électronique

Jérôme Heurtaux, Rachel Renault et Federico Tarragoni, « États de crise »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/15059 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.15059

Haut de page

Auteurs

Jérôme Heurtaux

Maître de conférences en science politique, université Paris Dauphine-PSL, IRISSO

Articles du même auteur

Rachel Renault

Maîtresse de conférences en histoire (Le Mans Université, TEMOS), membre junior de l’IUF

Articles du même auteur

Federico Tarragoni

Professeur de sociologie (université de Caen Normandie, CERREV), membre junior de l’IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search