Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros44ArticlesL’usage inflationniste du mot « t...

Articles

L’usage inflationniste du mot « traître » comme outil d’analyse de la crise du « Nous » israélien

The inflationary use of the word “Traitor” as a tool for analyzing the crisis of the Israeli “Us”
Nitzan Perelman
p. 47-58

Résumés

La trahison suppose toujours la violation d’un « Nous » et de ses principes. En Israël, l’emploi du mot « traître » dans le débat public se transforme progressivement depuis la fondation de l’État. Avec cette transformation, le « Nous » trahi, le « Nous » israélien, est également modifié tout en se rétrécissant et davantage d’individus en sont exclus. En 2019, lorsqu’une crise politique se déclenche, ce « Nous » se trouve également en crise : il n’est plus possible de constituer qui en fait partie et surtout en quoi il consiste. Dans cet article, nous proposons de clarifier l’idée de la crise du « Nous » israélien en suivant de près l’emploi du mot « traître » dans le débat public depuis la fondation de l’État et par conséquent la définition du « Nous ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité dans : Aichner Itamar, novembre 2021, « Le président Hertzog : le mot “traître” devrait être (...)

1« Le mot “traître” devrait être éradiqué du discours politique. Les accusations de trahison mettent en danger notre démocratie »1 affirmait le président israélien Yitzhak Hertzog, lors de la journée de commémoration de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, le 4 novembre 2021. Hertzog se référait à l’accusation de trahison du Premier ministre de l’époque, Naftali Bennett, exprimée par ses opposants au parlement, mais aussi au discours caractérisant la crise politique déstabilisant le pays depuis 2019. En effet, en seulement deux ans, quatre élections législatives avaient eu lieu dans le pays sans qu’aucune n’aboutisse à la formation d’une coalition gouvernementale stable. Pendant cette période que la majorité des observateurs a donc qualifiée de « crise », le terme disqualifiant de « traître » revenait constamment dans le débat public, tous camps confondus. Il s’agissait le plus souvent de saper la crédibilité d’un adversaire politique en l’accusant de trahir les principes fondateurs de la société israélienne, autrement dit du « Nous » israélien.

2La crise politique peut ainsi être analysée comme une crise du « Nous » israélien, lui-même révélé par l’usage inflationniste du terme « traître » dans la vie politique : l’objet de cet article est de le démontrer. D’une certaine manière, le moment critique agit comme un révélateur de « ce qui était caché ou latent » (Morin, 2012, p. 152), il est ce « moment critique et décisif avec un résultat inconnu » (Gijsenbergh, 2011, p. 19) qui affecte le « Nous » israélien. Par la coupure qu’elle veut provoquer entre un « Nous » et un « Eux », la désignation d’un individu comme « traître » signifie la violation des principes sur lesquels le « Nous » se fonde et peut être ressentie comme une attaque contre la manière dont cet ensemble se pense (Schehr, 2007, p. 315). Le traître « rompt le “Nous” […] il se dissocie, sapant ainsi la forme même de la cohésion de la communauté » (Pozzi, 1999, p. 5). En mobilisant cette notion à des fins stigmatisantes, ses usagers entendent dans le même temps rappeler les éléments constitutifs du « Nous », contribuant sans doute à en modifier le contenu, les principes de cohésion et à en faire bouger les frontières. Qualifier un adversaire de « traître » présente un enjeu politique majeur : il ne s’agit pas seulement d’exclure tel ou tel mais aussi de définir ou même de redéfinir le « Nous », en fixant éventuellement une nouvelle ligne de partage entre « Nous » et « Eux ». Dans les deux cas, l’objectif est bien d’établir ou de rétablir des principes sur lesquels la cohésion de l’ensemble repose. De ce fait, la définition même de l’acte de trahison constitue « un instrument puissant de lutte politique et de contrôle social » (ibid., p. 7).

3Cet instrument puissant est présent dans le discours politique israélien depuis des dizaines d’années mais il s’est clairement intensifié à partir de 2010. Avant 2010, il était employé majoritairement par la droite radicale israélienne contre les chefs du gouvernement qui s’apprêtaient à négocier des portions du territoire. À partir de 2010, il a commencé à désigner les organisations non gouvernementales (ONG) israéliennes qui dénoncent la violation des droits de l’homme dont sont victimes les Palestiniens. En effet, en 2010 un rapport de l’Organisation des Nations unies est publié, accusant Israël de crimes de guerre tout en se basant sur les informations recueillies par ces organisations. Le mot n’est alors plus seulement mobilisé par la droite radicale : les grands partis de la droite et du centre y font à leur tour référence. En 2019, lors du déclenchement de la crise politique, le mot « traître » s’est répandu dans tout le spectre politique : les candidats de tous bords politiques l’emploient, il est entendu dans de multiples manifestations de rue et les médias sont submergés par les accusations croisées de trahison à l’encontre d’un nombre croissant d’acteurs. À mesure que la notion s’entend à droite comme à gauche, sa signification devient cependant de plus en plus vague. L’usage inflationniste et pluraliste du terme emporte une redéfinition éclatée d’un « Nous » israélien qui apparaît de plus en plus ambigu voire introuvable. Que devient la communauté politique imaginée israélienne  (Anderson, 1983) ? Si le mot « traître » est susceptible de qualifier n’importe quel acteur, que peut-il bien rester du « Nous » israélien ? Et que dévoile la crise de ce « Nous » de la nation israélienne et de son régime politique ?

4Pour répondre à ces questions, nous proposerons une histoire de l’usage du mot « traître » dans le champ politique israélien et de la définition du « Nous » qu’elle permet de reconstituer. Le plan chronologique choisi nous permettra de rappeler d’abord l’histoire de la notion en Israël, avant d’envisager sa réactualisation à travers ses usages politiques à partir de 2010. Nous terminerons en examinant la centralité du mot dans le débat public dans le cadre de la crise politique qui s’est déclenchée en 2019. Les sources utilisées seront principalement des déclarations de professionnels de la politique où le mot « traître » est mentionné : dans les protocoles du parlement israélien, la Knesset, dans les médias nationaux et sur leurs comptes Twitter officiels.

Le « traître » dans le débat public israélien : définition et origine

5Tandis qu’en français il existe une différence entre « tromperie », « trahison » et « haute trahison » et en anglais entre « cheating » et « treason », en hébreu il n’y a qu’un seul mot pour désigner plusieurs réalités : « bguida ». Ce mot peut être utilisé dans le contexte conjugal comme dans celui d’un État, lorsqu’un citoyen trahit sa patrie. Ceci souligne la manière dont on se réfère en Israël à la trahison : celui qui trahit son pays commet un crime analogue à celui qui trahit son conjoint ou sa famille en violant le pacte fondateur de la cellule intime. C’est pourquoi sans doute la trahison à la patrie est considérée par la loi israélienne comme le crime le plus grave, un des deux crimes pouvant être sanctionnés par la peine de mort, avec celui de l’aide aux nazis. Qu’il s’agisse de la trahison d’une personne ou de millions de personnes constituant une nation, cet acte suppose toujours la violation d’un « Nous ».

  • 2 Le mouvement national du peuple juif soutenant la fondation d’un foyer national pour ce dernier.
  • 3 La déclaration d’indépendance d’Israël, mai 1948, traduction en français accessible : [URL : https (...)

6La situation israélienne est cependant plus complexe encore : le « Nous » est double. La déclaration d’indépendance de l’État d’Israël, signée le 14 mai 1948, définit l’État comme « juif et démocratique ». Le terme « juif » définit l’État comme destiné à réaliser le but ultime du mouvement sioniste2 – un « foyer » dédié au peuple juif – et le terme « démocratique » caractérise le régime et son fonctionnement. S’il s’agit de la dimension « juive » de l’État, alors le « Nous » correspond à tous les Juifs du monde susceptibles d’émigrer sur la terre promise et plus spécifiquement les Juifs citoyens de l’État hébreu. En revanche, s’il s’agit de la dimension « démocratique » du régime, le « Nous » n’est pas envisagé de la même façon. La déclaration indique que « [l’État] assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de race ou de sexe »3. Le principe de l’égalité mentionné dans la déclaration désigne un « Nous » démocratique, le « Nous » citoyens d’Israël qui inclut les deux millions d’Arabes musulmans et chrétiens, tous et toutes supposés être égaux devant la loi.

  • 4 D’autres Arabes musulmans et chrétiens peuvent choisir d’effectuer leur service militaire dans le (...)
  • 5 Archives nationales du parlement israélien (ANPI), séance plénière de la deuxième Knesset intitulé (...)

7Dans les premières années de l’État, la question de la trahison ne concernait que des cas spécifiques. Elle n’est mentionnée à la Knesset que dans des débats autour des propositions de loi concernant des soldats israéliens qui transmettraient des informations confidentielles à l’ennemi et mettraient ainsi en danger toute la population du pays. Pour donner suite à ces débats, deux lois sont promulguées afin de condamner ce crime : une loi militaire en 1955 et une loi étatique en 1977. Les débats parlementaires concernent uniquement des soldats juifs puisque les non-Juifs ne servent pas dans l’armée israélienne, à l’exception des Druzes4. Lors des débats à la Knesset au sujet de la loi militaire condamnant la trahison, celle-ci était décrite comme mettant en risque l’idée du « foyer » juif et du « Nous » juif. Le Premier ministre de l’époque David Ben Gourion l’affirmait clairement : « il s’agit en effet de notre existence, l’existence de l’État et l’existence du peuple [juif] »5.

8Par la suite, la définition de l’acte de trahison dans le débat public s’éloigne progressivement de son premier cadrage juridique. Au fur et à mesure que le débat public israélien évolue, glissant de plus en plus vers la droite, la trahison commence à être associée à la gauche et à ceux qui n’adhèrent pas à l’idée du Grand Israël, soit l’intégralité de la terre d’Israël dans ses frontières bibliques. Négocier les territoires et contester le contrôle du régime israélien sur ces territoires devient la trahison ultime. Le premier dirigeant accusé de cette trahison est Menahem Begin, chef des partis de droite Herut (devenu Likoud) et Premier ministre entre 1977 et 1983.

9La conquête de l’intégralité de la terre biblique d’Israël, celle promise à Abraham par Dieu, est un des principes majeurs du sionisme-religieux : ce mouvement surgissant au milieu du xixe siècle articule le sionisme, le mouvement national juif et les principes et les écrits de la religion juive. Lorsque l’État d’Israël triple la superficie de son territoire en conquérant des terres qui font partie du Grand Israël, ce mouvement considère ce succès comme un miracle de Dieu (Pedahzur, 2012, p. 52). Il décide alors d’établir des colonies dans les zones concernées en collaboration avec des membres du gouvernement (Zertal et Eldar, 2007) ainsi que des parlementaires de la droite. Begin, chef du parti Herut, au gouvernement à l’époque est alors un de leurs principaux collaborateurs. Sa nomination comme Premier ministre au lendemain des élections législatives de 1977 est considérée par les nationalistes-religieux comme le début « de la réalisation politique de leur rêve » (Sprinzak, 1991, p. 71). Or, en 1979, à leur grande surprise, Begin signe des accords de Paix avec l’Égypte, ordonne le retrait du Sinaï et la destruction des colonies israéliennes dans cette zone : à leurs yeux « [l]e Premier ministre tant admiré est devenu d’un coup un traître » (ibid., p. 82). Le rabbin Kook, une figure emblématique du mouvement nationaliste religieux déclare : « les accords de paix sont une trahison du gouvernement et ils ne détiennent aucune validité » (Zertal et Eldar, 2007, p. 72).

10Quelques années plus tard, un autre dirigeant israélien est qualifié de « traître », mais l’effet de cette disqualification sera bien plus tragique. Il s’agit d’Yitzhak Rabin, chef du Parti travailliste. Rabin est nommé Premier ministre pour la seconde fois en 1992. En 1993, il signe les accords d’Oslo avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui prévoient l’établissement d’une Autorité palestinienne pour une période de transition de cinq ans durant laquelle Israël doit se retirer de la bande de Gaza et de Jéricho, puis des grandes villes de Cisjordanie. Ces accords provoquent une levée de boucliers des nationalistes-religieux et de la droite nationaliste, qui déclenchent une campagne extrêmement violente contre le Premier ministre. Le Likoud, à la tête de l’opposition, organise de grandes manifestations où des posters représentent Rabin en uniforme SS ou affublé d’un keffieh. La foule crie : « Rabin le traître ! » Le 5 novembre 1995, un militant nationaliste-religieux l’assassine à l’issue d’un grand rassemblement pacifiste, place des Rois à Tel-Aviv.

11Dans cette tragédie, le recours au mot « traître » joue un certain rôle. Le journaliste israélien Arieh Kaspi avait expliqué, deux semaines avant l’assassinat, que ce terme martelé par les critiques de Rabin, détenait un pouvoir spécial. Il avait averti ses lecteurs de manière prémonitoire : « “Rabin le traître” est une expression qui peut inciter un des militants de la droite à régler son compte au traître. Tous ceux qui l’utilisent le savent »6. Autrement dit, bien que le sens de « traître » soit ici très loin de la définition de la loi, la même condamnation est attendue : la peine de mort.

12Le discours nationaliste-religieux et ses principes pénètrent petit à petit les grands partis et le cœur du discours sioniste (Pedahzur, 2012). L’idée que la négociation des territoires est un acte de trahison s’installe durablement dans le débat public. Selon cette affirmation, le « Nous » trahi est le peuple juif, auquel Dieu a promis le Grand Israël, et la mise en question de l’intégralité de cette terre représente la violation du « Nous » et ce à quoi il aspire. De ce point de vue, le « Nous » israélien se rétrécit : les Juifs n’adhérant pas à l’idée de l’intégralité de la terre et de sa colonisation risquent d’en être exclus. Les dirigeants juifs négociant la partition de ce territoire commettent la trahison ultime.

13Le discours sur l’intégralité de la terre du Grand Israël appartient à l’idéologie du nationalisme religieux (représenté par la droite et la droite radicale). Il est peu présent dans l’imaginaire de la gauche israélienne. En effet, la gauche est plus favorable à la négociation des territoires afin d’atteindre la paix, notamment pendant les années 1990. Ce fait crée un lien direct entre le camp de la gauche et la trahison du « Nous » israélien – peuple juif aspirant à la « libération », c’est leur mot, du Grand Israël. Depuis 2010, le lien entre la gauche et la trahison se fait de manière plus fréquente dans le discours de la droite, qui vise désormais un acteur spécifique : les organisations des droits humains.

Le « traître » : celui qui critique le régime

  • 7 Ce rapport est rédigé à la demande du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. L’enquête e (...)
  • 8 Sternhell Zeev, 2016, « Contrairement à la gauche, la droite a des principes », Haaretz, [URL : ht (...)

14En 2010, est publié un rapport spécial de l’ONU sur l’opération israélienne à Gaza de 2008 : le rapport Goldstone7. Ce rapport accuse Israël d’avoir perpétré des crimes de guerre lors de l’opération tout en se basant sur des informations recueillies et publiées par des organisations des droits humains (ODH) israéliennes. Ici, il faut préciser que la défense des droits humains en Israël a une connotation spécifique dans le débat public (Golan et Orr, 2012). En effet, elle est automatiquement associée au militantisme politique en faveur de la fin de l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, au point que l’expression « droits humains » s’applique presque exclusivement aux Palestiniens. L’historien Zeev Sternhell soutient même que l’activisme « droits-de-l’hommiste » s’oppose en tant que tel à l’idéologie sioniste : « la reconnaissance des droits humains comme fondement de l’ordre politique, explique-t-il, implique que les Juifs n’ont pas plus de droits que les autres en Israël »8.

15La publication du rapport Goldstone « provoqua un véritable choc en Israël. Une mobilisation sans précédent fut activée pour le délégitimer » (Cohen, 2016, p. 39). Les ODH ayant contribué à sa rédaction se retrouvent au cœur de la polémique : elles sont présentées par les partis de droite et du centre comme collaborant avec des entités étrangères et trahissant leur pays. Le reproche de trahison est double : elles sont d’abord attaquées pour avoir osé critiquer l’État et le régime politique en dénonçant la violation des droits humains des Palestiniens, ce qui reviendrait à ignorer le statut privilégié qui devrait être accordé aux Juifs ; elles le sont ensuite pour avoir exprimé ces critiques en dehors d’Israël, contribuant à renforcer les contempteurs du pays à l’échelle internationale. Selon leurs accusateurs, les ODH « délégitiment » le régime et mettent en danger l’existence même de l’État. Elles mettraient en question les principes qui fondent le « Nous », en particulier les privilèges dont bénéficient les Juifs dans le pays. Ces dernières se trouvent ainsi progressivement exclues du périmètre de la parole publique légitime, comme si la stratégie de délégitimation à laquelle se prête la droite israélienne était aussi une redéfinition du « Nous » : en plus du rejet de l’adhésion au principe d’intégralité de la terre d’Israël, les critiques contre le régime au sujet de l’occupation ou bien de la violation des droits de l’homme des Palestiniens sont également considérées comme trahison.

  • 9 ANPI, une séance plénière de la dix-huitième Knesset intitulée « La transmission des informations (...)
  • 10 Ibid., p. 123.
  • 11 Ibid., p. 108-109.
  • 12 Altman, Yair, 2011, « Le parlementaire Ben-Ari : “chassons les gauchistes traîtres” », Ynet, [URL  (...)

16Quatre mois après la publication du rapport, un débat a eu lieu au Parlement autour de l’implication des ODH israéliennes dans sa rédaction. Ce débat est initié par un membre du parti nationaliste-religieux La Maison Juive, puisque, le jour-même, le secrétaire général de l’ONU présentait à l’Assemblée générale les mesures supplémentaires que l’organisation devait prendre suite aux conclusions du rapport. En une heure et quarante-cinq minutes de discussions et d’invectives, les mots « traître » ou « trahison » sont utilisées vingt-neuf fois9 : « il faut tracer la limite rouge et dire aux traîtres du peuple [juif] d’Israël : ça suffit ! » affirme une parlementaire du parti du centre Kadima10. Un élu de La Maison Juive exprime la même idée : « il s’agit d’une trahison morale très grave […] la loyauté envers le pays et la protection de sa sécurité et de son image à l’international représentent des limites à ne pas franchir »11. Les opposants à la qualification des ODH de traîtres, des parlementaires de la gauche et de la gauche radicale, attaquent ce discours, en vain : suite aux différents débats, un comité parlementaire d’enquête est constitué afin d’examiner le travail des ODH. « Chassons les gauchistes traîtres ! »12 se félicite un parlementaire de la droite radicale.

  • 13 Gideon Alon, 14 décembre 2015, « Une organisation qui sera financée par un État étranger sera défi (...)

17Depuis 2011, une série de propositions de loi à l’initiative des parlementaires et des membres du gouvernement, du centre de la droite et de la droite radicale, ont été discutées au Parlement, toutes ayant comme but de restreindre le travail des ODH, de les délégitimer et de les étiqueter. En décembre 2015, un parlementaire du Likoud collabore avec l’organisation nationaliste Im Tirzu afin de formuler « la loi des implantés », qui consiste à qualifier officiellement d’« implantées » les organisations israéliennes regroupées sous le nom « les organisations des droits de l’homme ». Elle a pour but d’interdire « les collaborations entre les organisations implantées et le gouvernement » et de fournir « aux institutions et au public des outils permettant la lutte contre la délégitimation d’Israël venant de l’intérieur du pays »13.

  • 14 ANPI, une séance plénière de la vingtième Knesset intitulée « La lutte contre la pauvreté », 16 dé (...)

18Le terme « implanté », massivement employé dans les médias et au Parlement pendant cette période, renvoie précisément à l’idée de la trahison. Une parlementaire de la gauche le dit également pendant une séance parlementaire : « le terme “implanté” est tout simplement une belle manière de dire “traîtres” »14. Les ODH israéliennes, supposées introduites dans le pays par une entité extérieure hostile à l’État, ne feraient qu’artificiellement partie de la société. Leur militantisme, dirigé contre les principes constituant le « Nous », serait une trahison initiée par un « Eux » et pour cet « Eux ».

  • 15 Idelman Ofra, 2016, « Les militants de la gauche demandent : qui est l’ennemi du peuple ? », Haare (...)
  • 16 Voir par exemple Ravid Or, 2016, « Une conférence de Breaking the Silence à Kiryat Ono : “une acti (...)

19Les différentes propositions de loi et le débat public qu’elles ont suscité ont renforcé l’idée que les ODH sont dangereuses pour l’État. Les militants et les salariés de ces organisations sont de plus en plus fréquemment attaqués verbalement et physiquement15. Leurs activités sont régulièrement annulées, sinon soumises à de fortes difficultés en raison de la mobilisation hostile des militants nationalistes16. Les attaques contre les ODH, qui se multiplient depuis 2015, contribuent à leur éviction de l’espace public à la fois symboliquement et réellement. Durant les années, au Parlement, ce ne sont que le parti de la gauche-sioniste, Meretz et les partis de la gauche radicale qui soutiennent constamment les ODH et leur travail – des efforts infructueux : la délégitimation constante du discours de ces organisations et leur disqualification comme « traîtres à la nation » les mettent au ban du « Nous » israélien.

20Depuis 2009, les gouvernements successifs, tous de droite et nationalistes, redéfinissent le « Nous » israélien. Si l’activité des ODH est un acte de trahison, alors la dénonciation de toute violation des droits de l’homme des Palestiniens, la protestation contre l’occupation ou tout simplement la critique contre le régime israélien représentent une violation du « Nous » et ses principes. La désignation du traître, cet outil politique efficace permettant de « resserrer les liens du groupe autour de l’idéal commun » (Schehr, 2007, p. 322), renvoie un message clair à la société israélienne : toute critique contre le régime autour de la question palestinienne est contraire au « Nous ».

21Progressivement, les ODH ne sont plus les seules visées : tous ceux qui les soutiennent ou partagent leur discours sont à leur tour mis à l’index : journalistes, universitaires, personnalités du monde culturel. Les universitaires sont par exemple visés par l’organisation nationaliste Im Tirzu (littéralement : « Si vous le voulez ») qui, à travers leur site Internet Know your professor encourage la délation à l’encontre des enseignants de gauche. Ce projet aurait comme but « de protéger la liberté dans l’académie israélienne »17 en révélant le nom des universitaires israéliens qui « promeuvent la pression internationale sur Israël » et « soutiennent des organisations diffamant les soldats de Tsahal »18. Revêtant la forme d’une chasse aux sorcières, le site dénonce les « crimes » commis par des universitaires dont ils publient les caricatures tout en publicisant leurs coordonnées. Bien que ce ne soit pas formulé explicitement, il est clair que l’organisation nationaliste présente les universitaires incriminés comme des traîtres à l’État d’Israël.

  • 19 Israel democracy institute, 2019, « sondage avant élections », [URL : https://www.idi.org.il/media (...)
  • 20 Brown John, 2017, « Que veut dire la droite par ses accusations “d’auto-antisémitisme” », Haaretz, (...)

22Être de gauche en Israël est devenu infamant. « Gauchiste », smolan en hébreu, est désormais synonyme du mot « traître » et inversement. Selon un sondage effectué en janvier 2019, 54,7 % des électeurs de la droite et 31,6 % des électeurs du centre considèrent que la gauche trahit le pays en haïssant les Juifs qui ne font pas partie de leur camp19. Tout se passe donc comme si le « Nous » israélien se rétrécissait de manière croissante. Les individus qui critiquent le régime politique ne sont pas seulement qualifiés de « traîtres » : ils reçoivent désormais l’injure d’être « auto-antisémites »20 : ne se positionnent-ils pas contre les principes nationalistes israéliens et même contre la religion juive ? Cette double accusation clarifie la caractérisation du « Nous » actuel : il est uniquement juif et nationaliste. Ce sont non seulement les citoyens non-juifs qui n’en font pas partie mais aussi ceux qui n’adoptent pas la vision nationaliste des partis au pouvoir.

23Si jusqu’en 2019 un groupe spécifique était accusé de trahison, après 2019, ce n’est plus le cas. La définition du traître s’étend au point où n’importe qui peut se retrouver étiqueté comme traître à la communauté. Les limites du « Nous » sont devenues instables mais dans le sens d’une étroitesse de plus en plus évident. Cette période de crise politique peut être perçue donc comme la crise du « Nous » israélien.

Le « traître » partout, le « Nous » nulle part

  • 21 Une coalition étroite de soixante et un membres est établie au lendemain des élections de mars 202 (...)
  • 22 Le surnom de Netanyahou.

24Entre avril 2019 et mars 2021, quatre élections législatives ont été organisées en Israël, sans qu’aucune majorité stable ne se dégage des urnes21. Les campagnes électorales se sont focalisées sur la personnalité de Benjamin Netanyahou, au pouvoir depuis 2009, alors sous la menace d’une inculpation pour corruption. Le débat politique portait principalement sur la position de chaque parti et de chaque candidat vis-à-vis de Netanyahou : pour ou contre Bibi22, au détriment des sujets majeurs comme le pouvoir d’achat ou bien la question israélo-palestinienne.

  • 23 Hakmon Alon, 2020, « Un appel au Conseil judiciaire du gouvernement : lancez une enquête contre la (...)

25L’emploi du mot « traître » est un élément principal de ce débat entièrement centré sur la personnalité du chef du gouvernement. Chaque candidat important de la gauche, du centre et de la droite se retrouve à un moment ou un autre accusé de traîtrise. Une campagne massive contre les « gauchistes-traîtres » (Smolanim bogdim en hébreu) a d’abord lieu. Des autocollants, des banderoles et des affiches se multiplient dans tout le pays et notamment dans les endroits où se tiennent des manifestations contre Netanyahou. Des graffitis apparaissent sur les maisons des organisateurs de ces manifestations : « Ici habite un gauchiste-traître »23. Les « gauchistes » visés par la campagne ne sont pas seulement les partisans ou les sympathisants des ODH : tous ceux qui expriment leur souhait de chasser Netanyahou du pouvoir sont des cibles potentielles.

  • 24 ANPI, une séance plénière de la vingtième Knesset intitulée « Proposition de loi : la loi de l’édu (...)
  • 25 Cohen Yishai, 2021, « Le parlementaire Moshe Gafni attaque : “Bennet a trahi l’État” », Kikar Hash (...)

26L’accusation s’étend même aux hommes politiques de droite qui refusent de collaborer avec Netanyahou, même s’ils partagent avec lui sa haine des ODH. C’est le cas de Naftali Bennet, chef des partis La Maison Juive puis Yamina. En tant que ministre de l’Éducation, Bennet avait mené une attaque brutale contre les ODH : « Non seulement elles cherchent à empoisonner le monde avec leur haine contre Israël, mais aussi à empoisonner nos propres enfants »24. Quelques années plus tard, il est présenté comme « traître », après avoir formé une coalition avec Meretz, un parti de gauche, et avec Ra’am, un parti arabe-islamiste : « Il a trahi ses électeurs, il a trahi l’État d’Israël […] il a complétement détruit la droite, il a trahi l’État d’Israël »25 accuse Moshe Gafni, le chef du parti ultra-orthodoxe, le Judaïsme unifié de la Torah.

  • 26 Haleli Avraham Yifat, 2019, « Nicole a publié une story où elle a appelé Liberman “traître” », Mak (...)
  • 27 Cité dans Bar Tal Daniel, 2018, « Toutes les façons qu’a l’État de cacher des informations », Haar (...)

27Bennet n’est pas le seul à être qualifié de « traître » pour avoir composé une coalition avec la gauche, c’est le cas également d’Avigdor Liberman, le chef du parti d’extrême droite Israël Beytenou (Israël notre maison). Suite aux résultats du quatrième cycle d’élections, celui-ci avait annoncé rejoindre la coalition de Bennet contre le retour au pouvoir de Netanyahou. Il est qualifié de « traître » par des militants de droite et également par une femme d’affaires célèbre qui a longtemps été son amie : « C’est une trahison de l’État ! Avigdor, je ne l’attendais pas de toi. Tu as vendu ton âme au diable ! »26 Rappelons que Libermann qualifie à plusieurs reprises les ODH de traîtres et d’« assistants du terrorisme »27.

  • 28 N12, 2022, « l’attaque d’Amsalem sur Sa’ar : “Gideon Sa’ar ? un juif fourbe et traître” » [URL : h (...)
  • 29 Shomefelbi Atila, 2019, « Sa’ar a réagi à sa qualification de “traître” de la part de la droite : (...)

28Tous ceux qui s’opposent à une coalition avec Netanyahou (ce qui implique, entre autres, une collaboration avec des partis de gauche ou les partis arabes), sont ainsi définis comme « traîtres » par les militants de l’ancien Premier ministre et les membres de son parti. C’est également le cas de Gideon Sa’ar un ancien du Likoud qui décide, à l’occasion de la quatrième campagne électorale en mars 2021, de fonder un nouveau parti, appelé « Nouvel espoir », comme opposition à la politique de Netanyahou. « Dans le peuple d’Israël il y a toujours eu des traîtres »28, déclare le parlementaire du Likoud, David Amsalem en parlant de Sa’ar. Pendant la campagne électorale, une photo de Sa’ar portant un keffieh avec le titre « traître » est massivement partagée sur les réseaux sociaux29 non sans rappeler la campagne menée contre Rabbin en 1995.

  • 30 La chaîne Youtube officielle de Benjmain Netnayhou, 2019, « Aujourd’hui c’est officiel : Liberman (...)

29Aux yeux des sympathisants de Netanyahou et ses alliés, le « Nous » israélien est incarné dans le personnage même de Netanyahou. Les traîtres sont non seulement les « gauchistes », mais aussi ceux de la droite, notamment les parlementaires, qui critiquent Netanyahou et qui ne souhaitent pas former une coalition avec lui. Ces derniers sont d’ailleurs indifféremment qualifiés de « traîtres » ou de « gauchistes ». Liberman, qui dirige un parti qui appelle au transfert des citoyens arabes israéliens vers des pays arabes étrangers, est qualifié lui aussi de « gauchiste » – Netanyahou le dit dans une vidéo sur sa chaîne Youtube : « Je le dis avec tristesse mais aujourd’hui c’est officiel : Liberman c’est la gauche ! »30 L’absurdité de cette accusation renvoie à l’état du « Nous » israélien lors de cette période de crise : vague et indéterminé.

  • 31 Kan, 2019, « Shelly Yachimovitch : une coalition avec Netanyahou : trahison », Kan, ֵ[URL : https: (...)
  • 32 Azolay Moran, 2020, « Lapid et Ya’alon contre le nom “Kakhol-Lavan” : une trahison des valeurs », (...)
  • 33 Doron Yaron, 2020, « Des appels violents contre Gantz dans une manifestation : “traître” », Israël (...)

30De l’autre côté, quelques opposants à Netanyahou, issus de la gauche, du centre et de la droite considèrent que son parti, le Likoud, et ses alliés trahissent aussi le « Nous » israélien. Il s’agit d’un « Nous » sans contours précis : pour ces acteurs, le « Nous » regroupe tous ceux qui ne rejoignent pas le camp du Premier ministre. Ceux qui forment une coalition avec Netanyahou sont coupables de trahison. Shelly Yachimovitch, une ancienne parlementaire du parti travailliste, annonce que si son parti rejoint une coalition avec Netanyahou cela sera considéré comme « une trahison et un acte grave »31. Benny Gantz, ayant fondé un parti à l’occasion de la première campagne électorale dans le but de remplacer Netanyahou, est accusé d’être un « traître » après avoir composé avec ce dernier un gouvernement d’union nationale, en mai 2020 au lendemain du troisième cycle d’élection. Les actions de Gantz sont « une trahison des valeurs »32, affirment ses anciens alliés Yair Lapid et Moshe Ya’alon ; « Gantz tu es un traître ! »33 clament les militants anti-Netanyahou.

*

31Les luttes pour la définition de l’acte de trahison, sur lesquelles portait cet article, illustrent la rétraction progressive du « Nous » israélien et indiquent l’actualité d’une crise du « Nous », dont le contenu et la perception apparaissent plus brouillés que jamais. Dans la déclaration d’indépendance de l’État, deux « Nous » étaient mentionnés : le « Nous » juifs et le « Nous » citoyens d’Israël. Dans les faits, les actes de trahison se réfèrent quasi uniquement au « Nous » juif, le « Nous » démocratique étant subordonné à ce dernier et souvent inexistant. Au début il s’agit des juifs citoyens d’Israël, puis des juifs adhérant à l’idée du Grand Israël et depuis 2009 des Juifs ne contestant pas l’occupation, la violation des droits de l’homme des Palestiniens et la politique d’État. À partir de 2019, nous constatons une crise du « Nous » israélien – un moment critique de l’ensemble de la communauté imaginaire, où aucune définition des limites du « Nous » ni de ses principes ne peut être constituée. Chacun est traître et chacun ne l’est pas. Nous ne savons plus qui est « le traître » ; tout le monde est potentiellement traître. Nous ne savons plus qui fait partie du « Nous » ; nous ne savons plus ce qu’est le « Nous ». Ces usages multiples et inflationnistes du terme ont en quelque sorte démonétisé l’opprobre. L’étiquette arrive dès lors à son niveau d’épuisement : il n’y a plus ni « Nous » ni « Eux ». Le « traître » est partout. Le « Nous » est nulle part.

Haut de page

Bibliographie

Anderson Benedict R. O’G, 1983, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso.

Cohen Samy, 2016, Israël et ses colombes. Enquête sur le camp de la paix, Paris, Gallimard.

Gijsenbergh Joris, 2011, Creative Crises of Democracy, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang.

Golan Daphna et Orr Zvika, 2012, « Translating human rights of the “enemy”: The case of Israeli NGOs defending Palestinian rights », Law & Society Review, vol. 46, no 4, p. 781-814.

Morin Edgar, 2012, « Pour une crisologie », Communications, vol. 91, no 2, p. 135-152.

Pedahzur Ami, 2012, The Triumph of Israel’s Radical Right, New York, Oxford University Press.

Pozzi Enrico, 1999, De la trahison, Paris, Presses universitaires de France.

Schehr Sébastien, 2007, « Sociologie de la trahison », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 123, no 2, p. 313-323.

Sprinzak Ehud, 1991, The Ascendance of Israel’s Radical Right, New York, Oxford University Press.

Zertal Idith et Eldar Akiva, 2007, Lords of the Land: The War Over Israel’s Settlements in the Occupied Territories: 1967-2007, New York, Nation Books.

Haut de page

Notes

1 Cité dans : Aichner Itamar, novembre 2021, « Le président Hertzog : le mot “traître” devrait être éradiqué du discours », Ynet, [URL : https://www.ynet.co.il/news/article/bykzzkwwy].

2 Le mouvement national du peuple juif soutenant la fondation d’un foyer national pour ce dernier.

3 La déclaration d’indépendance d’Israël, mai 1948, traduction en français accessible : [URL : https://mjp.univ-perp.fr/constit/il1948.htm].

4 D’autres Arabes musulmans et chrétiens peuvent choisir d’effectuer leur service militaire dans le cadre d’un volontariat. Quelques centaines le font chaque année.

5 Archives nationales du parlement israélien (ANPI), séance plénière de la deuxième Knesset intitulée « La loi sur la juridiction militaire », 21 juin 1955 (p. 12).

6 Kaspi Arieh, 1995, « Qui est la cible », Haaretz, [URL : https://www.haaretz.co.il/2017-11-01/ty-article-magazine].

7 Ce rapport est rédigé à la demande du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. L’enquête est effectuée pendant un mois et demi par une mission d’information de l’ONU dirigée par le juge Richard Goldstone.

8 Sternhell Zeev, 2016, « Contrairement à la gauche, la droite a des principes », Haaretz, [URL : https://www.haaretz.co.il/opinions/2016-03-18/ty-article-opinion].

9 ANPI, une séance plénière de la dix-huitième Knesset intitulée « La transmission des informations du NFI et les mouvements de gauche au rapport Goldstone », 3 février 2010.

10 Ibid., p. 123.

11 Ibid., p. 108-109.

12 Altman, Yair, 2011, « Le parlementaire Ben-Ari : “chassons les gauchistes traîtres” », Ynet, [URL : https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4009523,00.html].

13 Gideon Alon, 14 décembre 2015, « Une organisation qui sera financée par un État étranger sera définie comme implantée », Israel Hayom, p. 3.

14 ANPI, une séance plénière de la vingtième Knesset intitulée « La lutte contre la pauvreté », 16 décembre 2015, p. 139.

15 Idelman Ofra, 2016, « Les militants de la gauche demandent : qui est l’ennemi du peuple ? », Haaretz, [URL : https://www.haaretz.co.il/news/education/2016-07-27/ty-article/.premium/0000017f-efab-da6f-a77f-ffafc0320000].

16 Voir par exemple Ravid Or, 2016, « Une conférence de Breaking the Silence à Kiryat Ono : “une activité politique interdite” », Walla, [URL : https://news.walla.co.il/item/3051793], ainsi que Gotliv Yehonatan, 2022, « Suite à la publication sur Arotz 7 : une pièce de théâtre sur “l’occupation” a été annulée », [URL : https://www.inn.co.il/news/568665].

17 Know your professor, site officiel d’Im Tirzu, [URL : https://political-campus.co.il/].

18 Ibid.

19 Israel democracy institute, 2019, « sondage avant élections », [URL : https://www.idi.org.il/media/12149/election-survey_1-2019_data_heb.pdf].

20 Brown John, 2017, « Que veut dire la droite par ses accusations “d’auto-antisémitisme” », Haaretz, [URL : https://www.haaretz.co.il/blogs/johnbrown/2017-08-31].

21 Une coalition étroite de soixante et un membres est établie au lendemain des élections de mars 2021 mais le parlement est dissout quatorze mois plus tard.

22 Le surnom de Netanyahou.

23 Hakmon Alon, 2020, « Un appel au Conseil judiciaire du gouvernement : lancez une enquête contre la campagne “gauchistes-traîtres” », Maariv, [URL : https://www.maariv.co.il/news/law/Article-808411].

24 ANPI, une séance plénière de la vingtième Knesset intitulée « Proposition de loi : la loi de l’éducation étatique (amendement : l’interdiction d’activité des organisations travaillant contre les buts de l’éducation étatique et contre Tsahal) », 2017, p. 48.

25 Cohen Yishai, 2021, « Le parlementaire Moshe Gafni attaque : “Bennet a trahi l’État” », Kikar Hashabat, [URL : https://www.kikar.co.il/589/404515].

26 Haleli Avraham Yifat, 2019, « Nicole a publié une story où elle a appelé Liberman “traître” », Mako, ֵ[URL : https://www.mako.co.il/entertainment-celebs/local-2018/Article-cbced65b2ee7e61026.htm].

27 Cité dans Bar Tal Daniel, 2018, « Toutes les façons qu’a l’État de cacher des informations », Haaretz, [URL : https://www.haaretz.co.il/magazine/the-edge/1.3168518].

28 N12, 2022, « l’attaque d’Amsalem sur Sa’ar : “Gideon Sa’ar ? un juif fourbe et traître” » [URL : https://www.mako.co.il/news-politics/2022_q1/Article-2b79da7a3659e71027.htm].

29 Shomefelbi Atila, 2019, « Sa’ar a réagi à sa qualification de “traître” de la part de la droite : “L’intimidation et les menaces ne fonctionneront pas” », Ynet, [URL : https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-5511539,00.html].

30 La chaîne Youtube officielle de Benjmain Netnayhou, 2019, « Aujourd’hui c’est officiel : Liberman c’est la gauche », Youtube, [URL : https://www.youtube.com/watch?v=7sc-zCAnBQw].

31 Kan, 2019, « Shelly Yachimovitch : une coalition avec Netanyahou : trahison », Kan, ֵ[URL : https://www.kan.org.il/item/?itemid=53004].

32 Azolay Moran, 2020, « Lapid et Ya’alon contre le nom “Kakhol-Lavan” : une trahison des valeurs », Ynet, [URL : https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-5719038,00.html].

33 Doron Yaron, 2020, « Des appels violents contre Gantz dans une manifestation : “traître” », Israël Hayom, [URL : https://www.israelhayom.co.il/article/816925].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nitzan Perelman, « L’usage inflationniste du mot « traître » comme outil d’analyse de la crise du « Nous » israélien »Tracés. Revue de Sciences humaines, 44 | 2023, 47-58.

Référence électronique

Nitzan Perelman, « L’usage inflationniste du mot « traître » comme outil d’analyse de la crise du « Nous » israélien »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/15144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.15144

Haut de page

Auteur

Nitzan Perelman

LCSP/Université Paris Cité, CENS/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search