Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros44ArticlesAu secours des « indésirables ». ...

Articles

Au secours des « indésirables ». Consensus et dissensus dans la gestion de la « crise migratoire » à Malte

Saving the “unwanted”: Consensus and dissensus in the managment of the “migration crisis” in Malta
Lucas Puygrenier
p. 59-77

Résumés

On a souvent considéré que la mobilisation du concept de crise par les décideurs et agents publics fabriquerait du consensus autour d’une action étatique cohérente et unitaire. À rebours d’une vision unificatrice de la notion, l’article explore comment la « mise en crise » peut être le théâtre de pratiques et d’expertises concurrentes parmi les acteurs qui en font profession. Sur l’île de Malte, pays frontalier de l’Union européenne, les traversées de la Méditerranée s’interprètent depuis plus de vingt ans comme le symptôme d’une « crise migratoire ». Bien que la « crise » ait conforté la prééminence des professionnels de sécurité qui érigent la migration en menace nationale, elle a également été l’occasion pour certains acteurs étatiques de se constituer à l’inverse comme les professionnels du « bien » des exilés. Le diagnostic de la crise peut ainsi donner lieu à des éthos et des savoirs contrastés parmi les agents de l’État en charge de l’administrer. Toutefois, si ceux-ci se disputent sa signification et les réponses à lui apporter, ils partagent néanmoins une lecture des événements sous le registre de l’anormal et de l’urgence qui borne le champ de leur critique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à remercier Frédéric Salin, Ronan Jacquin et Sandrine Revet pour leurs suggestions. (...)

1Voilà déjà plus de vingt ans que les dirigeants politiques de Malte mobilisent le langage de la « crise migratoire » dans ce pays frontalier de l’Union européenne qui, depuis 2002, connaît d’importantes arrivées d’exilés qui traversent par bateau la Méditerranée centrale1. En mettant en rapport le nombre d’arrivées et la population locale, les autorités ont ainsi justifié une politique de détention longue et systématique qui s’impose aux personnes dès leur entrée sur le territoire (Bernardie-Tahir et Schmoll, 2018). En 2004, le ministère de l’Intérieur déclarait par exemple au Conseil de l’Europe :

  • 2 Ministry for Justice and Home Affairs, Responses of the Maltese Government to the Report of the Eu (...)

Afin de protéger la loi et l’ordre public […] le gouvernement a décidé de poursuivre sa politique de détention – une politique aussi soutenue par l’opposition. Les circonstances particulières de Malte ne peuvent être ignorées, il suffit de dire que les arrivées de 2002 représentent à peu près l’équivalent de 50 % du nombre de naissance moyen par an2 !

2La lecture du fait migratoire sous le registre de la « crise » a souvent été considérée comme légitimant les politiques d’exclusion (Valluy, 2009 ; Blanchard et Rodier, 2016), voire comme justifiant des régimes d’exception qui dérogent aux principes généraux du droit (Agamben, 1998). En sollicitant le registre des émotions (Fassin, 2005), en produisant de la stupeur ou en instrumentalisant les peurs (Bigo, 2008), le diagnostic de la « crise migratoire » contribuerait ainsi à produire du consensus autour de l’action étatique. En cela les études migratoires s’accordent avec d’autres champs de la littérature scientifique pour considérer que la « mise en crise » (Aguiton et al., 2019) d’un fait politique ou social quelconque participe à neutraliser la critique potentielle (Klein, 2008 ; Fassin, 2021). Dans leur étude sur la filière nucléaire française, Olivier Borraz et Elsa Gisquet écrivaient par exemple que si la « crise » pouvait naître d’une controverse, « l’organisation de la gestion de crise propose d’y faire face en développant une représentation ordonnée, pacifiée et dépolitisée du phénomène polémique » (2019, p. 45).

3Cet article s’emploie au contraire à montrer que la « mise en crise » ne se traduit pas nécessairement par le développement d’une action publique cohérente et consensuelle. Bien que la croyance en la nécessité de l’exclusion et de l’expulsion des exilés soit partagée par l’ensemble des acteurs politiques locaux, les mondes bureaucratiques qui se sont consolidés à Malte au cours des deux dernières décennies pour administrer la « crise migratoire » apparaissent, eux, bien plus clivés.

  • 3 Les enquêtés se présentent comme nous le verrons ensuite autant comme agissant pour le bien-être d (...)

4À rebours des analyses qui, soulignant la montée en puissance des considérations sécuritaires ou des indifférences bureaucratiques, ont suggéré la déliquescence des logiques d’assistance dans la gestion des migrations (Bigo, 2008 ; Tassin, 2013), notre contribution explore l’apparition tardive à Malte d’agents de l’État qui prétendent agir en faveur des mêmes individus que leurs collègues cherchent à expulser. Aux côtés des structures répressives ordinaires (armée, police, personnels des centres de détention), ces femmes et ces hommes réunis au sein d’une agence au titre programmatique d’Agency for the Welfare of Asylum Seekers (appelée ensuite simplement « l’Agence ») sont responsables de l’administration des centres d’accueil dans lesquels sont placées les personnes en exil après leur séjour en détention. S’autoproclamant comme des acteurs xénophiles dans un contexte xénophobe, les personnels de l’Agence se distinguent des professionnels de sécurité qui réalisent avec eux la gestion des migrations : loin de motiver leurs actions par la nécessité supposée de contenir une « menace » migratoire, ils se présentent au contraire comme des professionnels du « bien » des exilés, comme les seuls à agir dans l’intérêt de ceux que le reste de l’administration maltaise juge comme indésirables3. Comment donc expliquer ces coexistences, au sein de l’État, d’acteurs aux logiques et finalités si contraires ?

5L’approche par les professions permet de considérer ces divergences au sein de l’action publique non pas comme des anomalies vouées à disparaître, mais comme des oppositions à la fois productives de et produites par la « mise en crise ». La « crise », en effet, entretient une relation intime avec la production des savoirs (Roitman, 2014). Elle est toujours l’expression d’un diagnostic, le résultat d’une analyse promue par certains acteurs pour interpréter une situation donnée – c’est pourquoi nous privilégions l’usage des guillemets lorsque son caractère socialement construit n’est pas déjà évident par nos formulations. Dès lors, la question pour le chercheur n’est plus d’identifier où se situe réellement la « crise », comme s’emploient à le faire les nombreux auteurs qui contestent le caractère exogène de la « crise migratoire » pour montrer qu’elle serait en réalité le produit des politiques migratoires (par exemple Wihtol de Wenden, 2018). C’est plutôt la fabrique de la « crise » comme vérité par les acteurs eux-mêmes qui devient objet d’analyse.

6La formation d’une profession, démontrait Andrew Abbott (1988), est indissociable d’une prétention à savoir : elle repose sur l’affirmation par un groupe d’une maîtrise de connaissances théoriques et pratiques spécifiques, détenues par lui seul, et qu’il juge supérieures à celles que détiennent des groupes rivaux. Ainsi quand le diagnostic de crise perdure, et quand les rangs de ceux qui en font profession s’élargissent, émergent des savoir-faire concurrentiels entre acteurs. Les professionnels de la « crise », montre l’article, disputent de la signification à donner aux événements et de la réponse à leur apporter. En confrontant leurs expertises, ils convergent néanmoins vers une même lecture de la situation sous le registre de l’anormal, de l’exceptionnel et de l’urgence.

7L’article s’appuie sur les données de plusieurs terrains de recherche effectués à Malte entre 2019 et 2021 pour une durée totale de cinq mois. Il se fonde en premier lieu sur des entretiens semi-directifs conduits avec des employés actuels ou anciens de l’Agency for the Welfare of Asylum Seekers (elle comptait, en incluant le personnel administratif qui opère depuis le siège de l’Agence, 120 employés au moment de l’enquête). D’une durée variant d’une à deux heures, ces entretiens effectués presque tous en-dehors des camps d’exilés et des locaux de l’Agence cherchaient à comprendre le travail des enquêtés et les significations qu’ils y apportent, leur rapport à l’État et à la politique migratoire, et les jugements qu’ils portent sur les autres professionnels de la « crise ». Dix-sept entretiens ont été conduits (9 femmes, 8 hommes) avec l’autorisation de la direction. Dix l’ont été avec des personnes qui, d’un niveau d’ancienneté et hiérarchique divers, étaient employées à l’Agence au moment de l’entretien. Sept entretiens ont été effectués avec d’anciens membres de l’Agence afin de mieux appréhender le développement et les transformations de l’organisation. Les prénoms cités dans l’article sont des pseudonymes. L’article se fonde de plus sur une recension des rapports du Comité de prévention de la torture (CPT) du Conseil de l’Europe qui, depuis les années 1990, effectue périodiquement des missions d’observation des structures d’enfermement sur l’île. Il est également renseigné par d’autres batteries d’entretiens bien que, sauf exception, il n’y soit pas directement fait référence ici : une dizaine d’entretiens conduits avec des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, des agents de la police de l’immigration et des hommes des Detention Services, ainsi que 9 entretiens effectués avec des dirigeants politiques.

8L’article suit une progression en trois temps. Il montre tout d’abord que la « mise en crise » de la migration à Malte au début des années 2000 a conduit à la formation d’une constellation de groupes professionnels divers. Ces derniers, tout en collaborant à l’administration des camps des exilés, servent des finalités contradictoires. L’article montre comment les professionnels du « bien » des exilés revendiquent une expertise particulière dans la compréhension des étrangers. En se décrivant comme émancipés des préjugés du reste de la société maltaise et comme distincts des professionnels de sécurité, ils se présentent comme les seuls à même d’œuvrer en contexte multiculturel. L’article souligne finalement que la critique qu’émettent les professionnels du « bien » reste néanmoins bridée par l’énoncé même du concept de crise. Tout en se faisant juges d’une action publique décrite comme ignorante et inutilement répressive, les personnels de l’Agence poussent au nom de l’urgence les exilés hors des structures de l’assistance, contribuant ainsi à produire leur précarité au sein des mondes économiques locaux.

Administrer la « crise migratoire »

Le diagnostic de crise et la politique d’encampement

  • 4 Les nationalités les plus représentées parmi les personnes arrivées de façon irrégulière à Malte e (...)

9L’entrée irrégulière et par voie maritime de 1 686 personnes au cours de l’année 2002 correspond à une augmentation importante des arrivées d’exilés à Malte, de l’ordre de quelques dizaines par an dans les années 1990. Le chiffre reste cependant modeste, en particulier si on le met au regard des effectifs des immigrations autorisées qui n’ont eu de cesse d’augmenter au cours des vingt dernières années (Puygrenier, 2021). En 2019, 3 405 personnes arrivaient à Malte de façon irrégulière alors que plus de 30 000 étrangers extracommunautaires obtenaient un permis de résidence sur l’île4.

10De fait, le diagnostic de crise n’apparaît pas comme une évidence dès les premières arrivées de 2002. Le ministre de l’Intérieur de l’époque se rappelle :

  • 5 Entretien avec le ministre de l’Intérieur de 1998 à 2008, 10 décembre 2020.

Au départ, personne ne réalisait que ce n’était pas un problème seulement pour le ministère de l’Intérieur, mais pour le gouvernement tout entier. Personne ne voulait gérer la question des migrations. Mais c’est la réaction à attendre des différentes administrations lorsque survient une crise5.

  • 6 Immigration Act du 21 septembre 1970.
  • 7 Entretien avec le ministre de l’Intérieur de 1998 à 2008, 6 mai 2021.

11Désireux d’obtenir davantage de crédits et de personnels pour mener à bien la politique d’enfermement systématique de ces primo-arrivants prévue par la législation locale6, le ministère de l’Intérieur mobilise alors la notion de crise. Plaidant que « 1 700 arrivées, c’est comme un tremblement de terre », le ministre demande la mobilisation de l’armée7.

  • 8 Malte est une ancienne colonie et place forte de l’Empire britannique en Méditerranée. L’île devie (...)

12Signe que la « mise en crise » de la migration est un succès, l’armée est finalement déployée en 2003 pour assurer la détention des exilés au sein des anciennes casernes de l’armée britannique abandonnées depuis une trentaine d’années8. L’encampement des exilés se développe alors (Agier, 2011) avec l’apparition de lieux de privation de liberté spécifiques, administrés ni par les services pénitentiaires ni par les forces de police, et donc dégagés des structures répressives ordinaires de l’État.

  • 9 Ministry for Justice and Home Affairs and Ministry for the Family and Social Solidarity, Malta: Ir (...)
  • 10 Ibid., p. 11.
  • 11 Reception of Asylum Seekers Regulations, Legal Notice 320 de 2005, S.L. 420.06, 22 novembre 2005.
  • 12 European Commission, 2014, The use of detention and alternatives to detention in the context of im (...)

13Les arrivées de personnes en exil se poursuivent et dans les années suivantes l’encampement se formalise et se dote de règles. Dans le premier document officiel de la politique migratoire maltaise, édicté en 2005, les autorités réaffirment l’urgence du « combat contre la migration irrégulière » accusée de « fragiliser la stabilité nationale et de mettre au défi le marché du travail »9. Il est ainsi justifié, au nom de « l’intérêt de la sécurité nationale et de l’ordre public »10, la détention systématique des personnes entrées sur le territoire de façon irrégulière pour une période pouvant aller jusqu’à douze mois si elles demandent l’asile, et jusqu’à dix-huit mois si elles sont déboutées. Les Detention Services sont instaurés la même année pour remplacer l’armée dans l’administration des centres de détention, manifestation de la bureaucratisation de la gestion d’une « crise » qui ne passe pas11. Au nom de la « crise migratoire » et des risques qu’elle représenterait pour le petit pays frontalier de l’Union européenne, les autorités maltaises imposent ainsi une politique d’enfermement des exilés particulièrement déterminée. Malte présentait ainsi en 2013 une durée de détention moyenne plus de trois fois supérieure à celle de tout autre État membre de l’Union européenne12.

L’émergence des professionnels du « bien » des exilés

14La « crise » a donc été le moyen pour les autorités d’obtenir des ressources supplémentaires, d’abord en déléguant à d’autres entités que la police (armée puis Detention Services) l’exercice de l’enfermement, ensuite en en faisant l’argument pour une sollicitation croissante des fonds européens (Mainwaring, 2012). Parallèlement cependant, l’impossibilité logistique de détenir des personnes pour des périodes indéfinies et la difficulté de les expulser du territoire en cas de rejet de la procédure d’asile ont conduit le gouvernement à ouvrir dès 2004 des centres d’accueil (appelés « centres ouverts »). Dans ces espaces, l’entrée et la sortie des personnes est permise mais surveillée. Les infrastructures sont sommaires. Le principal centre d’accueil est d’abord composé de tentes, remplacées dix ans plus tard par des containers dans lesquels sont logés les résidents. Les personnes sont nourries, hébergées et reçoivent une allocation financière de 130 euros par mois. Ces espaces reclus loin des villes constituent alors une étape supplémentaire de la trajectoire des exilés dans le monde des camps, sorte de sas de sortie entre les lieux d’enfermement et le dehors.

15C’est avec le développement de ces centres d’accueil qu’émergent au sein de l’administration publique maltaise ceux qui se décrivent comme les professionnels du « bien » des exilés. Les centres d’accueil destinés au départ aux mineurs non accompagnés et aux familles, puis rapidement à l’ensemble des demandeurs d’asile, sont d’abord administrés par l’agence nationale en charge des politiques d’assistance sociale. Ils hébergent pendant un temps les personnes qui, encore dans la procédure de demande d’asile et sans revenu suffisant, acceptent faute d’alternatives de résider dans ces lieux. Les équipes qui y travaillent se composent alors surtout d’étudiants et de jeunes diplômés en travail social, en politiques sociales, ou en psychologie. Ces derniers sont finalement réunis en 2007 dans une entité spécifique, l’Organisation for the Integration and the Welfare of Asylum Seekers, placée sous la tutelle du ministère de la Famille et de la Solidarité sociale. Deux ans plus tard, l’organisation est rattachée au ministère de l’Intérieur ; perdant officiellement sa mission d’intégration, elle est rebaptisée Agency for the Welfare of Asylum Seekers (Falzon, 2012).

16Bien qu’elle soit constituée de femmes et d’hommes formés aux métiers de l’aide sociale, l’Agence est partie prenante du système d’encampement maltais. Elle administre les centres d’accueil dans lesquels sont logées les personnes libérées de la détention. L’Agence a également depuis 2015 la responsabilité de l’Initial Reception Centre, lieu de privation de liberté dans lequel les personnes sont enregistrées à leur arrivée et attendent leur placement soit dans un centre de détention, soit parfois directement dans les « centres ouverts ». Le circuit habituel des personnes en exil dans le monde des camps, de l’Initial Reception Centre aux centres de détention puis aux « centres ouverts », implique que l’absence de places disponibles dans l’un ou l’autre de ces espaces crée des « encombrements » et qu’ainsi, par effet rétroactif, des personnes demeurent plus longtemps que prévu dans les lieux d’enfermement (voir figure 1). Selon l’intensité des arrivées de bateau à un moment t, la durée de résidence des exilés dans les structures est alors très variable. En bout de chaîne, les personnels de l’Agence qui administrent les « centres ouverts » changent donc régulièrement la durée de séjour autorisée afin de libérer des lits pour les nouveaux venus. Alors qu’en 2018 la durée maximale de résidence était d’un an, celle-ci est ensuite réduite à neuf mois puis à six mois après une augmentation du nombre de traversées en 2019 et 2020. À l’instar de ce que Carolina Kobelinsky (2008) notait à propos des personnels des centres pour demandeurs d’asile en France, la maîtrise du flux et l’incitation des personnes à quitter le camp, qui parfois vont jusqu’à leur éviction forcée, conditionnent largement le travail des personnels de l’Agence.

Figure 1 : L’Agence dans le système d’encampement maltais : une gestion de flux

Figure 1 : L’Agence dans le système d’encampement maltais : une gestion de flux

17Le travail social que réalisent concrètement les agents (aide à trouver un emploi ou un logement privé, accompagnement dans les procédures administratives, accès aux structures de soin) est donc très limité et leurs activités s’avèrent en réalité essentiellement tournées vers des finalités logistiques. Tributaires des décisions des forces de police, des Detention Services et des cadres du ministère de l’Intérieur qui constamment altèrent l’intensité du flux entrant de personnes, les agents sont presque entièrement absorbés par des enjeux tels que la distribution des lits disponibles aux nouveaux venus et la gestion des stocks. Pourtant, malgré la dépendance organique de l’Agence vis-vis des autres organisations qui administrent avec elle le monde des camps, les personnels qui la composent se pensent comme nous allons le voir à présent comme singulièrement différents de leurs collègues des forces de sécurité.

Produire une contre-expertise de la « crise migratoire »

La noblesse de ceux qui se salissent

  • 13 Entretien avec Giulia, travailleuse sociale à l’Agence depuis deux ans, 3 décembre 2021.

18Plusieurs membres de l’Agence expliquent être entrés dans l’organisation par altruisme afin d’aider les plus vulnérables. Une de nos interlocutrices raconte ainsi avoir d’abord cherché à travailler dans l’humanitaire en Afrique. Échouant à trouver un emploi, elle décide finalement de postuler à l’Agence qui apparaît ainsi à ses yeux comme le moyen de faire de l’humanitaire à domicile13. D’autres agents nient cependant toute vocation initiale pour le travail auprès des exilés. Ils affirment au contraire avoir intégré l’Agence par hasard, comme Alban qui, sans diplôme et issu d’un milieu populaire, avoue avoir rejoint l’Agence sept ans plus tôt simplement parce qu’il avait besoin d’un emploi. Selon lui, toutefois :

  • 14 Entretien avec Alban, coordinateur d’un centre ouvert, employé à l’Agence depuis sept ans, 19 nove (...)

Dès que tu viens ici tu le sens, tu sais que tu fais quelque chose pour le bien commun [the greater good]. C’est ce qui m’a retenu ici. Je ne savais pas que je resterais autant14.

  • 15 Entretien avec Joanne, animatrice médico-sociale à l’Agence de 2011 à 2014, 27 août 2020.

19Plutôt que conforter un idéalisme qui préexisterait à l’embauche, le récit que ces acteurs font d’eux-mêmes dramatise souvent un basculement : il met en scène la réalisation soudaine, par l’expérience, du sentiment d’agir pour le « bien ». La critique coutumière des « mauvais » collègues, ceux qui selon l’une de nos enquêtées veulent « juste un emploi public et non pas sincèrement aider les gens »15, témoigne donc moins d’un niveau d’engagement différentiel parmi les personnels de l’Agence qu’il dessine un idéal partagé dans la façon de se faire professionnel du « bien ». Cela commence par la prétention à un certain désintéressement. Comme pour se rapprocher de l’image du volontaire bénévole, nombreux sont les agents qui aiment ainsi souligner qu’ils auraient pu trouver un autre emploi plus rémunérateur, mais que faire le « bien » constitue déjà une rétribution en soi.

  • 16 Entretien avec David, coordinateur d’un centre ouvert depuis seize mois, 12 décembre 2021.

20Ce discours convenu ressemble largement à celui qui prévaut dans le travail humanitaire (Dauvin et Siméant, 2002). Toutefois, alors que Pascal Dauvin et Johanna Siméant montraient que les membres des ONG se voyaient socialement valorisés par leur action (2002, p. 150-167), le travail des agents des centres d’accueil de Malte est au contraire méprisé par leur environnement social. David qui a rejoint l’Agence deux ans plus tôt, juste après avoir obtenu son master en politiques sociales, souligne la déception de ses parents face à son choix professionnel. « Le secteur de la migration est présenté à Malte comme un champ professionnel sale [a dirty field] » dit-il, tout en arguant, comme pour prendre le contre-pied de ce discours ambiant, que « travailler ici [dans les camps], ce n’est pas juste une opportunité, c’est un luxe »16.

21Everett Hughes a tenu l’argument selon lequel la « bonne société » (« the good people ») tend à déléguer à d’autres le « sale boulot », l’ensemble des tâches réputées sales ou indignes qui lui sont pourtant nécessaires. L’incarcération constituait pour Hughes l’un des cas les plus évidents de délégation du « sale boulot » (Hughes, 1962, p. 7). L’encampement des exilés peut à son tour être conceptualisé comme un « sale boulot » ou plutôt comme un « sale secteur » dans les termes de David. À la saleté, littérale et figurée communément associée à ces espaces de confinement, les personnels de l’Agence opposent cependant un « luxe » d’une portée plus morale. Anna, qui autrefois travaillait dans le traitement de la toxicomanie et cumule plus de dix ans d’ancienneté, expose dans ces termes le sens de son travail :

  • 17 Entretien avec Anna, travailleuse sociale puis cadre au siège, employée à l’Agence depuis quatorze (...)

Ils [les exilés] ne sont pas souhaités, pas voulus, et largement perçus comme une nuisance. Donc je voulais faire une différence [en rejoignant l’Agence]. Je pense qu’on peut participer à changer la culture, pas seulement de l’organisation, mais de l’île, de la nation et de l’Europe17.

22Si la gestion de la migration est considérée comme un secteur de second rang, distant des tâches plus « nobles » qu’aurait pu réserver le service de l’État (Spire, 2009), les personnels de l’Agence tirent une fierté paradoxale à y contribuer. Bousculant la division entre la « bonne société » et le « sale boulot », ils se définissent comme des agents du « bien », comme les véritables « good people », ceux qui ont eu la noblesse de faire ce que les autres répugnent. Réunis par un choix de métier impopulaire, les professionnels du « bien » font ainsi œuvre de distinction. Ils se présentent comme un groupe doté de normes et de valeurs distinctes, tirant sa vertu de son exposition quotidienne à un fait social jugé indésirable.

Le multiculturalisme ou l’expertise sur les étrangers

23Cette distinction se fonde sur une prétention à aimer et aider les étrangers, à apprécier les enjeux du travail dans le contexte multiculturel des camps pour exilés. Alban, cité plus haut, affirme ainsi avec emphase : « Beaucoup de personnes s’opposent à la diversité, moi je suis à fond pour ! » L’empathie avec les étrangers suppose, pour David, de prendre ses distances avec sa société d’appartenance car « si vous restez dans votre culture [you stick with your own culture], alors vous faites partie du problème en quelque sorte ». S’émanciper de sa propre culture, perçue comme réactionnaire et nocive, est cependant un effort continu, toujours à réactualiser :

À la fin de la journée, une fois que vous avez fini le boulot, vous faites partie de la société. Donc quand vous allez au supermarché, quand vous prenez le bus, vous entendez certaines choses. Dans une certaine mesure, cela vous influence. C’est pourquoi vous devez rester fidèle à vos valeurs et à vos principes [stick to your values and stand your ground].

  • 18 Entretien avec Martin, travailleur social à l’Agence de 2003 à 2010, 11 septembre 2020.
  • 19 Entretien avec Maria, coordinatrice d’un centre ouvert, employée à l’Agence depuis 2012, 30 novemb (...)

24Si l’aide aux étrangers suppose donc pour les agents de se dégager de la société de laquelle ils sont issus, elle requiert également de se différencier des personnes qu’ils assistent. L’éloge de la diversité qu’ils expriment n’est pas en effet destiné à relativiser les différences et à retirer aux étrangers leur étrangeté. Ils professent au contraire une « cultural awarness » qui passe par la connaissance, souvent stéréotypée, des spécificités de telle ou telle nationalité. « Petit à petit », disait Martin, un ancien travailleur social de l’Agence, « on apprend les ficelles [learn the ropes] de comment travailler avec des gens qui viennent de différentes cultures »18. Ces savoirs pratiques sont souvent formulés dans le discours des enquêtés à travers des anecdotes qui soulignent le quiproquo de situations dans lesquelles le geste de l’étranger, qui par exemple évite de soutenir le regard en signe de respect, aurait pu être mal compris s’il avait été lu selon des critères occidentaux19. Comprendre les étrangers, autrement dit, passerait par la reconnaissance de leur caractère a priori incompréhensible, par l’anticipation et ainsi par l’apprivoisement de leur différence posée comme fondamentale. Les professionnels du « bien » ne nient pas en somme l’étrangeté de celles et ceux qu’ils assistent. Ils s’en font au contraire les sachants et les experts, les seuls capables de la comprendre et de la déchiffrer.

25Cette expertise sur les étrangers est décrite comme aux antipodes de celle des professionnels de sécurité qui participent à la gestion de la « crise migratoire ». John, qui intervenait fréquemment dans les centres de détention pour identifier les mineurs non accompagnés, disait ainsi de ces espaces :

  • 20 Entretien avec John, animateur médico-social à l’Agence entre 2010 et 2015, 21 novembre 2019.

Ce sont des lieux horribles, horribles. C’est moche, ce n’est pas… pour moi ce n’est pas humain honnêtement. Il y a une absence d’intimité, c’est sale, il y a trop de monde. Je crois que le personnel n’est pas vraiment formé pour ce boulot. Il n’y a pas de travailleurs sociaux, d’animateurs médico-sociaux qui puissent essayer de parler avec eux [les exilés], de comprendre leur situation20.

  • 21 Entretien avec le président de l’Agence, 28 novembre 2019.

26Les autres professionnels qui tombent avec eux sous la tutelle du ministère de l’Intérieur sont ainsi accusés d’être dépourvus du savoir-faire dont se targuent les professionnels du « bien », quand bien même les personnels des Detention Services administrent des camps dont l’aspect et l’organisation ne diffèrent pas si fondamentalement de ceux des centres d’accueil (Lemaire, 2021). « Ce n’est pas parce que la police leur parle [aux exilés] », disait encore Martin, « qu’ils vont changer et devenir de nouvelles personnes ». Aussi, alors que la tendance des institutions publiques est à Malte à la sous-traitance des missions de sécurité à des entreprises externes, l’Agence a entrepris depuis 2018 un mouvement inverse en recrutant directement ses propres agents de sécurité qu’elle nomme les Reception Facilities Officers. Pour le dirigeant de l’Agence, le maintien de l’ordre ne peut en effet être assuré dans les camps pour exilés comme il l’est ailleurs. Il est nécessaire que les personnes soient formées au travail avec les étrangers et développent une exposition quotidienne et durable à un contexte multiculturel21.

27Les professions « créent leur métier autant qu’elles ont été créées par lui » disait Andrew Abbott (1988, p. 316) : elles prétendent détenir un domaine d’expertise (jurisdiction) qu’elles défendent face à des professions concurrentes. Alors que d’autres corps de l’État, policiers, militaires, Detention Services, revendiquent une expertise de la « crise » fondée sur la maîtrise des risques et des techniques de l’enfermement, les professionnels du « bien » des exilés prétendent à un savoir d’un autre ordre : la capacité à interpréter les comportements et les besoins des exilés, et donc, à surmonter la confrontation supposément inédite de l’île à la diversité qu’apporte la migration.

La « crise » des migrants : faire le « bien » des exilés malgré eux

28Alors que d’autres agents étatiques s’efforcent d’éloigner les exilés par leur réclusion dans les centres fermés ou par leur expulsion du territoire (Otto et al., 2019), les membres de l’Agence s’emploient au contraire à les insérer au sein de la communauté locale. Les demandeurs d’asile ont à Malte le droit de contracter un emploi sans condition de durée de séjour, même si c’est le plus souvent comme journaliers non déclarés du bâtiment qu’ils trouvent un revenu (Puygrenier, 2021). Déclaré ou pas, le travail est dès lors pour les agents le premier pas vers le « bien » des exilés, défini comme l’état de ceux qui, indépendants, parviennent à vivre sans le secours de l’État.

  • 22 En comptant tous les personnels de l’Agence, personnels de sécurité compris, le ratio est de l’ord (...)

29Les centres d’accueil ne sauraient cependant être considérés comme des « institutions totales » destinées à transformer les individus par un contrôle étroit et permanent (Goffman, 1968) : la concentration de personnes dans un lieu où exerce un nombre relativement réduit de professionnels conduit, au contraire, ces derniers à renoncer d’avance à administrer entièrement la vie des résidents22. Les agents ont néanmoins reçu sur les bancs de l’université une formation spécialisée pour les institutions de soin ou de rééducation, dont ils s’inspirent explicitement pour administrer les camps. « Notre boulot », résume Anna après avoir énuméré les différentes fonctions qu’elle a occupées au cours de sa carrière à l’Agence, « c’est que les usagers que nous servons ne deviennent pas dépendants de nous » :

Que ce soit le travail social, que ce soit l’accompagnement psychologique, que ce soit au sujet du logement, on doit toujours se concentrer sur l’autonomie [to be empowering], rappeler constamment : « Vous êtes ici pour une certaine période, ensuite vous ne pourrez compter que sur vous [you’re on your own], ok ? »

30Chaque exilé qui rejoint un centre ouvert doit ainsi signer un document qui imite le contrat de soin, usuel dans la pratique addictologique et psychiatrique : il détermine les obligations des exilés au sein du camp et surtout fixe la durée maximale de son séjour dans le centre. Pourtant, les durées de séjour autorisées sont, comme nous l’avons signalé, moins subordonnées aux besoins particuliers des résidents qu’aux impératifs de la gestion des flux. John avouait ainsi augmenter selon ses termes « la pression sur les gens » à l’approche de l’été, saison où les traversées de la Méditerranée s’accélèrent. Dans les interactions ordinaires entre professionnels du « bien » et résidents, des considérations logistiques générales se convertissent donc en injonctions qui, sur un ton moralisateur, enjoignent les résidents à sortir de l’assistance indépendamment de leur état d’avancement dans la procédure d’asile afin de libérer des places pour les nouveaux arrivants.

31Ce que les agents considèrent comme bon pour les résidents des centres et ce que ces derniers souhaitent réellement s’opposent donc souvent ; pour les professionnels de l’Agence, le « bien » des exilés doit parfois se faire malgré eux. Ces invitations à l’autonomie, auxquelles les agents font souvent référence par le langage positif de l’« empowerment », sont assurément à comprendre à l’aune des transformations des logiques de l’assistance dans les sociétés capitalistes avancées et l’apparition des nouvelles logiques de « l’activation », dans un contexte global où le chômage est de plus en plus compris comme une faute individuelle destinée à être corrigée par l’action de l’État (Morel, 2000 ; Duvoux, 2010). Certes, dans l’approche d’inspiration médicale qui est celle des agents les exilés sont moins vus comme des paresseux à contraindre que comme des patients à orienter. Le problème de la pauvreté et du mal-être se situe cependant à leurs yeux également à l’échelle de l’individu. La « crise migratoire » est finalement interprétée par ces acteurs moins comme une crise qui viendrait mettre au défi la nation que comme une crise individuelle : elle apparaît comme une épreuve que les exilés doivent surmonter en sortant des structures d’urgence qui leur sont dédiées.

32Les agents n’hésitent donc pas à se faire juges des actes et ambitions de ceux qu’ils aident, et au besoin, à les corriger ou les réprimander. Douceur et violence se rejoignent, l’encouragement se mêle à la menace lorsque l’incitation à « se prendre en main » et à « s’intégrer », c’est-à-dire à sortir des camps et à travailler, s’associe à l’échéance de l’expulsion annoncée du camp. Un ancien travailleur social disait ainsi :

  • 23 Entretien avec Tonio, travailleur social et employé à l’Agence de 2006 à 2012, 24 août 2020.

Les résidents ne peuvent pas rester pour toujours, ils ont une période pendant laquelle ils peuvent rester et parfois des gens doivent être expulsés. Ce n’est pas toujours la chose la plus sympa à faire. Mais on leur dit : Écoute, tu as x mois, six mois, un an. Utilise-les au mieux. Remets-toi sur pieds et va de l’avant [get on your feet and move on], afin que d’autres puissent venir et bénéficier des services23.

33Les femmes et les hommes de l’Agence ne manquent pas de métaphores qui mobilisent l’image de la mobilité retrouvée pour justifier leur action. Elles traduisent la volonté de sortir les exilés de la torpeur des camps, si différente de la « vraie vie » comme beaucoup de professionnels aiment à le souligner. L’expression « move on », la plus fréquente, exprime bien cette injonction à une mise en mouvement de soi au sens propre comme figuré. Il s’agit de provoquer ce double déplacement, cette double sortie à la fois spatiale – quitter le camp – et celle plus profonde de celui qui quitte l’état de dépendance et accède, enfin, à l’autonomie du travailleur.

  • 24 Entretiens avec Tonio, Martin et Anna.

34Ce travail d’éviction suppose donc de se montrer souvent insensible aux plaintes des résidents. Des formations internes ont régulièrement lieu au sein de l’Agence pour appeler les personnels à discipliner leurs émotions et pour disqualifier l’attitude de ceux qui céderaient trop facilement au pathos suscité par les personnes dont ils ont la charge (Fassin, 2005). Le besoin de conserver une distance avec les exilés (« keeping boundaries ») est décrit comme le seul comportement professionnel valable. Les agents adhèrent largement à cet attendu de leur hiérarchie. Ceux qui ont le plus d’ancienneté regrettent cependant « l’amateurisme » des débuts, jugé rétrospectivement moins efficace mais plus « authentique » (« genuine »), moins professionnel en somme mais octroyant davantage de légitimité aux émotions et aux relations interpersonnelles entre agents et exilés24.

35Il arrive cependant que des doutes bousculent les certitudes des agents. C’est notamment le cas parmi certains jeunes diplômés qui trouvent à l’Agence leur premier emploi et qui sont parfois contraints de mesurer l’écart entre leur idéal du travail social et la réalité concrète de l’administration des camps. Joanne, par exemple, relate avec amertume la pression effectuée par ses supérieurs afin qu’elle expulse du camp une femme positive au VIH dont le séjour s’éternisait. Venant à se considérer comme « faisant partie du problème », selon ses termes, Joanne décide plus tard de quitter le secteur public et de travailler pour des organisations non gouvernementales. Ces démissions révèlent que la conviction de faire le bien, bien qu’entretenue par l’organisation, ne résiste pas toujours à l’expérience concrète des camps.

Croyance et incrédulité des professionnels du « bien » face à la « crise »

Juger et participer à l’action de l’État

36Les professionnels du « bien » formulent donc leur propre définition de la « crise migratoire », tout comme ils font la promotion de leurs propres solutions. Dans un champ étatique où la lutte contre la migration irrégulière est affichée comme une priorité de gouvernement, et où les divers professionnels de sécurité exercent quotidiennement une politique au contenu répressif et tournée vers l’expulsion (Debono, 2013), cette expertise de la « crise » a quelque chose d’hétérodoxe. Les personnels de l’Agence aiment ainsi rappeler que les exilés, bien qu’ayant franchi les frontières de façon irrégulière, n’ont commis aucun crime. Quelques-uns, reprenant la critique no border, vont même jusqu’à remettre en question la nécessité des frontières et plaider la liberté de mouvement.

  • 25 Entretien avec le dirigeant des centres ouverts puis de l’Agence de 2005 à 2015, 11 septembre 2020

37Les agents expriment donc une critique discrète des décideurs politiques, presque systématiquement décrits comme populistes et ignorants des enjeux. Pour le fondateur de l’Agence il faut ainsi faire la distinction entre un champ politique hostile aux exilés et ceux qu’il nomme les « techniciens » qui, en coulisse, loin du tapage médiatique, bâtissent un système bienveillant25. Faisant de leur position de contact avec les exilés la source de leur légitimité, les agents défendent une expertise de terrain, au cœur de la « crise ». Ils cultivent une identité de « street-level bureaucrats », pour employer dans un sens un peu différent le concept de Michael Lipsky (2010), qui les distinguerait des bureaucrates des ministères et a fortiori des responsables politiques. La critique de « ceux d’en haut » selon une vision verticale de l’État est évidente dans l’extrait d’entretien suivant :

  • 26 Entretien avec Angelina, psychologue à l’Agence depuis trois ans, 16 novembre 2021.

Les gens d’en haut, vous savez… travailler auprès des gens [in the community] et travailler dans l’administration, ce sont deux choses différentes. Quand tu travailles sur le terrain, auprès des gens, tu es davantage exposé et tu comprends mieux, tu ressens mieux, tu entends davantage. Quand tu es dans l’administration tu entends seulement ce que tu veux entendre26.

38Les professionnels du « bien » ne formulent pas toutefois de contestation ouverte de l’action gouvernementale, dont ils sont partie prenante. Ils procèdent plutôt à un évitement du politique qui non seulement sert à préserver le consensus au sein du groupe, comme le notait Camille Hamidi (2006) au sujet des militants associatifs, mais également à défendre une éthique professionnelle technique et désintéressée qu’ils jugent comme nécessairement contraire à l’engagement politique décrit lui comme égoïste et démagogue. Nos enquêtés ne parlent pas ainsi un langage militant et antagoniste. À l’instar de ce que Laure Bereni (2009) écrivait au sujet du discours sur la diversité dans l’entreprise, la critique des professionnels du « bien » des exilés se veut positive, sans ennemis ni cibles, destinée à encourager un travail sur soi – endosser les savoirs sur les étrangers et se différencier de son environnement social – plutôt qu’un travail contre l’autre. Débarrassée de toute logique de confrontation, la promotion de la diversité à laquelle se livrent les agents est ainsi très différente d’une position antiraciste ou d’une dénonciation de la répression d’État qui insisterait sur les rapports de domination. Les professionnels de l’Agence disent connaître le « bien » des exilés ; rarement cherchent-ils à évaluer, à l’inverse, les causes politiques et institutionnelles du mal-être des femmes et des hommes qu’ils assistent.

La « crise » comme conviction : les bornes de la critique

39Malgré leur scepticisme vis-à-vis des décideurs locaux, et malgré leur critique plus ouverte des pratiques des groupes professionnels issus de la sécurisation des politiques migratoires, les agents ne mettent pas en cause le diagnostic de la crise. Au fondement de la légitimité de leur métier, celui-ci est au contraire souvent réaffirmé. Anna, parmi d’autres, reprenait à son compte les éléments rhétoriques de la « mise en crise » de la façon suivante :

Quand vous comparez la taille de l’île et le nombre d’arrivées [d’exilés]… c’est un nombre exorbitant, c’est un nombre très large, et donc on est tous piégés, mais on fait du mieux qu’on peut, dans l’urgence.

40Si le concept abstrait de la crise plane continuellement sur le discours de nos enquêtés, c’est d’abord parce qu’il leur permet de donner sens à l’expérience concrète de la surpopulation des camps et de la gestion des flux. Devant constamment libérer des places pour accueillir les nouveaux venus, les agents sont pourrait-on dire « le nez dans le flux » : occupés à optimiser un système d’encampement à taille limitée, ils tendent à naturaliser la contrainte et à oublier que celle-ci est tributaire de choix politiques sur la destination des investissements publics.

41La « crise » est toutefois davantage qu’une notion disponible pour des agents qui cherchent à expliquer une réalité complexe et à justifier les décisions souvent inconfortables qu’ils sont amenés à prendre. Elle constitue aussi un concept autour duquel se nouent les conflits entre groupes professionnels rivaux. L’extrait d’entretien suivant avec le fondateur de l’Agence, devenu depuis responsable au ministère de l’Égalité des politiques en faveur de l’intégration des migrants, est à cet égard révélateur :

Interlocuteur : Je pense que l’une des choses qui seraient intéressantes pour votre recherche future, pour nous et pour les gens comme vous, serait de savoir combien de personnes peuvent réussir à s’intégrer à Malte. Quelle est la capacité, en termes de nombre.
Auteur : Vous pensez que la capacité est limitée ?
Interlocuteur : Elle l’est forcément. Elle est limitée par les chiffres.

42Notre interlocuteur n’en doute pas, il existerait un chiffre à déterminer scientifiquement, un seuil critique quantifiable à partir duquel le pays quitterait le domaine du soutenable pour entrer dans celui de la « crise ». En tentant d’enrôler une recherche dans l’identification de cette bascule, notre enquêté souligne autant sa croyance dans le caractère « crisogène » des arrivées d’exilés qu’il révèle les conflits d’appréciation entre acteurs. Pour lui qui défend des politiques destinées à l’intégration des exilés, ce seuil est plus haut que celui que supputent ses collègues du ministère de l’Intérieur ; trop bas, toutefois, pour inclure l’ensemble des exilés présents sur l’île que le fonctionnaire juge décidément trop nombreux pour la communauté locale.

43La critique par les professionnels du « bien » atteint ici ses limites. Les professions doivent être pensées en système écrivait Abbott (1988), puisque lorsque l’une cherche à promouvoir son expertise c’est toujours au détriment d’une autre. Pour les différents groupes qui, au sein de l’État, professent autant qu’ils font profession de la « crise migratoire », c’est la « crise » elle-même qui fait système et borne un champ d’expertises concurrentiel. Le dissensus modéré qu’expriment les femmes et les hommes de l’Agence vis-à-vis des autres acteurs de la gestion des migrations dissimule ainsi son consensus, son socle de croyances commun. Tout en proposant en effet une expertise et des remèdes différents de ceux des professionnels de sécurité pour faire face à la « crise », les professionnels du « bien » adhèrent malgré tout au diagnostic d’une situation extraordinaire et périlleuse. Avec les agents des forces de sécurité ils contribuent alors, malgré les différences qui les séparent, à assurer la pérennité du concept de crise comme unique principe de compréhension du fait migratoire en Méditerranée centrale.

*

44Constater la « crise », c’est faire le diagnostic d’une bascule de la normalité à une situation angoissante, préoccupante et dangereuse (Roitman, 2014, p. 4). Si les acteurs et décideurs politiques sont prompts à décréter l’état de crise, ils se montrent cependant moins assurés lorsqu’il s’agit d’identifier un quelconque « retour à la normale ». La « crise migratoire », décrétée faire irruption à Malte en 2002, s’enlise et s’étire dans le temps. En dépit de la symbolique du mouvement et de la vitesse si souvent employée par les responsables politiques pour mettre en scène leur détermination, le cas maltais montre que l’action de l’État dans la « crise » n’échappe pas aux logiques de bureaucratisation. Incapables de prévenir l’entrée sur le territoire et de contraindre au départ une population jugée indésirable, les autorités locales ont fait le choix de sa mise à l’écart dans des lieux reclus sur le territoire. Progressivement émerge alors un système d’encampement formalisé, avec son organisation, ses règles, ses professionnels.

45Les professionnels du « bien » des exilés sont l’un des produits de cette lenteur de « crise », une excroissance inattendue du système d’encampement. Alors que les professionnels de sécurité dévouent leurs efforts au retrait des exilés de la société maltaise, par l’enfermement et l’expulsion, les personnels de l’Agence défendent eux une expertise de la « crise » originale pour deux raisons : d’abord, parce qu’elle est dirigée vers l’insertion des exilés dans la communauté locale, ensuite, parce qu’elle prend comme finalité le « bien » des mêmes personnes que d’autres agents étatiques érigent en menace.

46En étudiant les représentations d’acteurs qui se sont constitués comme un groupe différencié au sein de l’État, doté de valeurs et de principes distincts et doué d’une certaine capacité critique, cet article s’est intéressé à la « crise » comme affirmation de savoirs professionnels multiples et potentiellement contradictoires. Il espérait ainsi montrer que le diagnostic de la crise n’est pas nécessairement instigateur d’une compréhension univoque de l’événement ou du fait social en question, ni ne réalise obligatoirement la communion de l’ensemble des acteurs autour des dirigeants politiques. L’art de gérer la « crise », au contraire, peut non seulement être l’objet de pratiques concurrentes d’agents qui disputent de ce qu’il conviendrait de faire, mais aussi se traduire par la consolidation de différents ethos, de différentes façons de chercher à faire autorité face à une situation jugée inédite.

47La critique de l’État par les agents de l’État est donc possible, même en temps de « crise ». Elle s’avère bridée cependant par l’énoncé d’une situation hors norme. Si la signification de la « crise » et ses contours exacts sont disputés par des acteurs qui cherchent à identifier le seuil critique, le point de bascule, la croyance dans la nature « crisogène » de la migration sort elle intacte et même renforcée de ces controverses. Convaincus d’être les bons experts pour faire face à la « crise migratoire », les agents étudiés résistent à voir dans les arrivées des exilés un fait social normal et ainsi à reconnaître la banalité de la migration aux frontières de l’Europe. Faisant peser sur les exilés l’échéance de leur éviction des centres, ils les soumettent alors à la logique des flux et à la mise au travail qu’elle implique. La gestion de la « crise migratoire » par les professionnels du « bien » des exilés prend certes des traits plus « doux » que celle qui a cours dans les lieux de détention. Elle concourt néanmoins avec les institutions sécuritaires à repousser les exilés dans une situation de marginalité sociale, hors des structures de l’assistance, sans d’autres alternatives que de travailler dans les segments subalternes du système productif local.

Haut de page

Bibliographie

Abbott Andrew, 1988, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press.

Agamben Giorgio, 1998, Homo Sacer: Soverign Power and Bare Life, Stanford, Stanford University Press.

Agier Michel, 2011, « L’encampement du monde », Plein droit, vol. 90, no 3, p. 21-24.

Aguiton Sara Angeli, Cabane Lydie et Cornilleau Lise, 2019, « Politiques de la “mise en crise” », Critique internationale, vol. 85, no 4, p. 9-21.

Blanchard Emmanuel et Rodier Claire, 2016, « “Crise migratoire” : ce que cachent les mots », Plein droit, vol. 111, no 4, p. 3-6.

Bereni Laure, 2009, « Faire de la diversité une richesse pour l’entreprise », Raisons politiques, vol. 35, no 3, p. 87-105.

Bernardie-Tahir Nathalie et Schmoll Camille, 2018, Méditerranée. Des frontières à la dérive, Lyon, Le Passager Clandestin.

Bigo Didier, 2008, « Le “phagocytage” des questions de migration et de libre circulation en Europe par les enjeux de sécurité ? », Migrations société, vol. 116, no 2, p. 73-84.

Borraz Olivier et Gisquet Elsa, 2019, « L’extension du domaine de la crise ? Les exercices de gestion de crise dans la gouvernance de la filière nucléaire française », Critique internationale, vol. 85, no 4, p. 43-61.

Dauvin Pascal et Simeant Johanna, 2002, Le travail humanitaires. Les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de Sciences Po.

Debono Daniela, 2013, « “Less than human”: The detention of irregular immigration in Malta », Race & Class, vol. 55, no 2, p. 60-81.

Duvoux Nicolas, 2010, « Le travail vu par les assistés : éléments pour une sociologie des politiques d’insertion », Sociologie du travail, vol. 52, no 3, p. 389-408.

Falzon Mark-Anthony, 2012, « Immigration, rituals and transitoriness in the Mediterranean island of Malta », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 38, no 10, p. 1661-1680.

Fassin Didier, 2005, « Compassion and repression: The moral economy of immigration policies in France », Cultural anthropology, vol. 20, no 3, p. 362-387.

Fassin Didier, 2021, « Lectures de la pandémie », cours au Collège de France du 16 juin 2021.

Goffman Erving, 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit.

Hamidi Camille, 2006, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation », Revue française de science politique, vol. 56, no 1, p. 5-25.

Hughes Everett, 1962, « Good people and dirty work », Social problems, vol. 10, no 1, p. 3-11.

Klein Naomi, 2008, The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism, Londres, Penguin.

Kobelinsky Carolina, 2008, « “Faire sortir les déboutés”. Gestion, contrôle et expulsion dans les centres pour demandeurs d’asile en France », Cultures & Conflits, no 71, p. 113-130.

Lemaire Léa, 2021, « La frontiérisation de Malte : des centres fermés aux “citoyens-détectives” », Champ pénal, no 23, [URL : http://journals.openedition.org/champpenal/12604].

Lipsky Michael, 2010 [1980], Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, Russell Sage Foundation.

Mainwaring Cetta, 2012, « Constructing a crisis: The role of immigration detention in Malta », Population, Space and Place, vol. 18, no 6, p. 687-700.

Morel Sylvie, 2000, Les logiques de la réciprocité. Les transformations de la relation d’assistance aux États-Unis et en France, Paris, Presses universitaires de France.

Otto Laura, Nimführ Sarah et Bieler Patrick, 2019, « Preserving Maltese identity in refugee management: On the emergence and absence of a prison spatiality », Shima, vol. 13, no 2, p. 135-154.

Puygrenier Lucas, 2021, « Du “fardeau migratoire” au fardeau des migrants : L’exil à Malte ou la condition d’entre-emplois », Revue européenne des migrations internationales, vol. 37-1, no 1-2, p. 43-66.

Roitman Janet, 2014, Anti-crisis, Durham, Duke University Press.

Spire Alexis, 2009, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir.

Tassin Louise, 2013, « D’une frontière à l’autre : Production et usages des catégories de l’altérité dans un centre de rétention », Hommes & Migrations, no 1304, p. 51-57.

Valluy Jérôme, 2009, Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Wihtol de Wenden Catherine, 2018, « Crise des migrations ou crise des politiques d’asile et ses effets sur les territoires d’accueil », Hommes & Migrations, no 1323, p. 23-29

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier Frédéric Salin, Ronan Jacquin et Sandrine Revet pour leurs suggestions. Il remercie également les participants de la section thématique « Faire le bien en temps de crise » du congrès de l’AFSP 2022, auprès desquels une première version de cet article a été présentée.

2 Ministry for Justice and Home Affairs, Responses of the Maltese Government to the Report of the European Committee for the Prevention of Torture and Inhuman or Degrading Treatment or Punishment (CPT) on its Visit to Malta, 7 décembre 2004, p. 6.

3 Les enquêtés se présentent comme nous le verrons ensuite autant comme agissant pour le bien-être des exilés (« welfare ») qu’au service d’un « bien » plus abstrait (« the greater good »). C’est pour signaler le caractère équivoque de la finalité de leur action et de la présentation qu’ils en font que nous préférons l’expression de professionnels du « bien » plutôt que professionnels du « bien-être ».

4 Les nationalités les plus représentées parmi les personnes arrivées de façon irrégulière à Malte entre 2011 et 2021 sont les Somaliens (23 %), les Soudanais (18 %) et les Erythréens (15 %), auxquels s’ajoutent de nombreux ressortissants d’Afrique de l’Ouest (données National Statistics Office).

5 Entretien avec le ministre de l’Intérieur de 1998 à 2008, 10 décembre 2020.

6 Immigration Act du 21 septembre 1970.

7 Entretien avec le ministre de l’Intérieur de 1998 à 2008, 6 mai 2021.

8 Malte est une ancienne colonie et place forte de l’Empire britannique en Méditerranée. L’île devient indépendante en 1964 et les derniers soldats britanniques quittent Malte en 1979.

9 Ministry for Justice and Home Affairs and Ministry for the Family and Social Solidarity, Malta: Irregular Immigrants, Refugees and Integration Policy Document, 2005, La Valette, p. 7.

10 Ibid., p. 11.

11 Reception of Asylum Seekers Regulations, Legal Notice 320 de 2005, S.L. 420.06, 22 novembre 2005.

12 European Commission, 2014, The use of detention and alternatives to detention in the context of immigration policies, Synthesis Report for the EMN Focused Study, p. 5.

13 Entretien avec Giulia, travailleuse sociale à l’Agence depuis deux ans, 3 décembre 2021.

14 Entretien avec Alban, coordinateur d’un centre ouvert, employé à l’Agence depuis sept ans, 19 novembre 2021.

15 Entretien avec Joanne, animatrice médico-sociale à l’Agence de 2011 à 2014, 27 août 2020.

16 Entretien avec David, coordinateur d’un centre ouvert depuis seize mois, 12 décembre 2021.

17 Entretien avec Anna, travailleuse sociale puis cadre au siège, employée à l’Agence depuis quatorze ans, 24 novembre 2021.

18 Entretien avec Martin, travailleur social à l’Agence de 2003 à 2010, 11 septembre 2020.

19 Entretien avec Maria, coordinatrice d’un centre ouvert, employée à l’Agence depuis 2012, 30 novembre 2021.

20 Entretien avec John, animateur médico-social à l’Agence entre 2010 et 2015, 21 novembre 2019.

21 Entretien avec le président de l’Agence, 28 novembre 2019.

22 En comptant tous les personnels de l’Agence, personnels de sécurité compris, le ratio est de l’ordre de 1 agent pour 30 résidents.

23 Entretien avec Tonio, travailleur social et employé à l’Agence de 2006 à 2012, 24 août 2020.

24 Entretiens avec Tonio, Martin et Anna.

25 Entretien avec le dirigeant des centres ouverts puis de l’Agence de 2005 à 2015, 11 septembre 2020.

26 Entretien avec Angelina, psychologue à l’Agence depuis trois ans, 16 novembre 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’Agence dans le système d’encampement maltais : une gestion de flux
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/15189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucas Puygrenier, « Au secours des « indésirables ». Consensus et dissensus dans la gestion de la « crise migratoire » à Malte »Tracés. Revue de Sciences humaines, 44 | 2023, 59-77.

Référence électronique

Lucas Puygrenier, « Au secours des « indésirables ». Consensus et dissensus dans la gestion de la « crise migratoire » à Malte »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/15189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.15189

Haut de page

Auteur

Lucas Puygrenier

Doctorant au Centre de recherches internationales (CERI-Sciences Po)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search