Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros44TraductionsThèses de Lyon

Traductions

Thèses de Lyon

Lyon Theses
Antonio Gramsci
Traduction de Federico Tarragoni
p. 195-228

Résumés

Les « Thèses de Lyon » constituent un document singulier sur la crise européenne de l’entre-deux-guerres et les transformations des partis de masse hérités du xixe siècle. Le futur secrétaire du Parti communiste d’Italie y analyse les causes structurelles de la crise politique italienne, dont le fascisme constitue le paroxysme, et en déduit la mission et les modalités d’organisation interne du parti. La crise nationale est renvoyée à la formation de l’État risorgimentale, avec sa coalition spécifique de classes dirigeantes, puis à la déconnexion des principaux partis de masse des besoins sociaux des classes subalternes : le prolétariat industriel du Nord et la paysannerie du Sud. En raison du dualisme social et géographique qui les sépare, le Parti communiste se voit confier la mission historique de bâtir les conditions de leur alliance, que la bourgeoisie industrielle et la petite bourgeoisie urbaine, hégémoniques sous le fascisme, visent précisément à contrecarrer.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien et introduit par Federico Tarragoni.

Texte intégral

Introduction. Antonio Gramsci et la pluridimensionnalité de la crise italienne

  • 1 Cette traduction a été réalisée à partir de l'archive en ligne des textes journalistiques et milit (...)

1Rédigées avec Palmiro Togliatti en août 1925, et prononcées au congrès de Lyon en janvier 1926, les « Thèses de Lyon » constituent le quatrième des cinq documents préparatoires au IIIe congrès du Parti communiste d’Italie (PCd’I) qui se tient clandestinement en France1. Son intitulé complet est « Thèses politiques sur la situation italienne et les tâches du PCd’I ». Ce texte a une visée stratégique : il propose des lignes d’action et un mode d’organisation pour le nouveau PCd’I, issu de la scission de Livourne de 1921. « Le PCd’I est le parti de la classe ouvrière : sa tâche est de mobiliser et d’organiser les masses laborieuses » : l’idée est martelée à de nombreuses reprises dans le texte. À l’instar des thèses marxiennes sur Feuerbach, l’objectif des quarante-quatre thèses de ce document, aux formules parfois redondantes, typiques de l’oral et des slogans militants, est de préciser une stratégie dans une conjoncture de crise multiforme : crise des repères politiques, des certitudes idéologiques du parti, des clivages sociaux chez les travailleurs, de l’État et de la démocratie parlementaire italienne. Dans la perspective de ce numéro de Tracés consacré aux « États de crise », l’intérêt de cette traduction est de montrer comment la pensée d’Antonio Gramsci (1892-1937) articule, dans une période de grands bouleversements, une analyse des causes structurelles de la crise et un programme révolutionnaire. Ces thèses ont été publiées pour la première fois dans la revue Lo Stato Operaio (1928), puis reprises dans la première édition de 1971 des thèses de Gramsci (La costruzione del Partito comunista, 1923-1926). Seule une partie (§ 14-17, 19, 36, 39 et 39 bis, 40) avait été traduite en français (un quart environ du texte original) dans une anthologie coordonnée par André Tosel (Gramsci, 1983). Nous proposons pour la première fois une traduction intégrale, en rectifiant les imprécisions des traductions antérieures.

2Approuvées à une large majorité – 90,8 % des voix (Frétigné, 2017, p. 168) – lors du congrès de Lyon, ces thèses consacrent Gramsci comme nouveau secrétaire du parti, contre l’ancienne direction d’Amedeo Bordiga (1889-1970). L’affrontement entre les deux militants renvoie à une lecture différente de la conjoncture et de la stratégie à adopter pour y faire face. Pour Bordiga, attaché à une lecture économiciste et téléologique du Capital, la révolution découle mécaniquement des contradictions du capitalisme, et balayera les régimes autoritaires naissants (comme le fascisme italien). Pour Gramsci, attaché à une lecture anti-économiciste du Capital, la révolution ne relève d’aucune nécessité historique mais de la politisation des classes subalternes : là réside la tâche du parti. La question de la crise est centrale dans cette opposition : alors qu’elle n’est qu’une catégorie logico-formelle dans la lecture de Bordiga, elle relève chez Gramsci de la dynamique historique réelle nourrissant le processus révolutionnaire.

3Manifeste de cette position, les « Thèses de Lyon » objectivent la double crise de la société italienne – une crise structurelle remontant à la genèse de l’État-nation et une crise conjoncturelle liée à la montée du fascisme –, et celle qui guette les organisations de la gauche révolutionnaire, prises entre « déviations » idéologiques multiples. Cette crise pluridimensionnelle est parallèle à celle de l’Internationale communiste, qui s’approfondit en cette année 1926 avec l’imposition de la ligne stalinienne du « socialisme dans un seul pays ». Gramsci entrevoit dans cette directive une crise des classes dirigeantes russes, prises entre l’internationalisme des origines et la « passion violente » de leurs questions nationales (Gramsci, 2007). Il pointe cette contradiction dans les thèses à propos du PCd’I, fragilisé par son « patriotisme » et sa faible socialisation internationaliste (§ 28). Le déchirement entre staliniens et trotskistes, qui le voit se rallier pragmatiquement aux premiers, risque selon lui de menacer l’unité de l’Internationale, tout comme dans le PCd’I la cohésion est menacée par des « déviations » de droite et de gauche (§ 26-27) qui s’affrontent de manière fratricide (§ 33). C’est d’une crise de l’idéologie communiste, et des appareils qui l’incarnent, qu’il est question tout au long des thèses. En la décortiquant, Gramsci reste sur le fil du rasoir : d’un côté il propose de lutter contre ces déviations en « bolchévisant » le PCd’I ; de l’autre, il insiste sur la nécessité de promouvoir le débat idéologique interne : « La lutte contre le fractionnisme […] ne sera couronnée de succès que lorsque le PCd’I pourra à nouveau considérer la discussion de ses problèmes actuels et de ceux de l’Internationale comme un fait normal » (§ 33, mes italiques).

4Ultime facteur de crise de la gauche révolutionnaire : le diagnostic de la crise fasciste. Considérée comme une singularité italienne et un intermède passager, elle n’est pas perçue par la IIIe Internationale comme une menace de type nouveau, capable de fabriquer un consensus réactionnaire chez les masses et de détruire les conditions de l’agir politique. Selon le Ve congrès de l’Internationale de 1924 (cité à plusieurs reprises dans les thèses), la démocratie libérale et le fascisme seraient les deux faces de la même médaille : le capitalisme bourgeois. Cela fera dire à Bordiga qu’il est « indifférent que soit au pouvoir Mussolini ou Amendola [libéral anti-fasciste] » (Descendre et Zancarini, 2023, p. 241). L’amalgame des forces politiques libérales avec le fascisme s’élargit, dans le VIe congrès de l’Internationale de 1928, aux sociaux-démocrates : la nouvelle ligne « classe contre classe » (prolétariat vs bourgeoisie) assimile désormais les socialistes aux fascistes, les qualifiant de « social-fascistes ». Gramsci montre toute l’absurdité de cet amalgame en tache d’huile, lorsqu’il aborde l’assassinat du député socialiste Giacomo Matteotti (1924) comme une « crise » centrale dans la consolidation du fascisme (§ 18 bis) : une crise que Mussolini n’a pu surmonter que grâce à l’auto-élimination des oppositions lors de la sécession de l’Aventin (§ 21).

5Tout au long des années 1920, l’Internationale communiste ne cesse de surestimer la base de classe des alliances politiques (toute la bourgeoisie, en dépit de ses différences sociopolitiques internes, est alliée du fascisme) et de sous-estimer le pouvoir politique des crises (la capacité des fascistes à fabriquer une alliance antidémocratique entre différentes fractions de classes). Dans le PCd’I, qui validera bon gré mal gré la ligne « classe contre classe », on doit à Gramsci d’avoir pointé dès 1926 cette erreur d’analyse. Dans les thèses, il reprend à son compte la disqualification marxiste de la « démocratie » comme suppôt de la bourgeoisie, en la renvoyant soit à une utopie que le mouvement ouvrier doit dépasser (§ 2), soit au régime libéral stricto sensu (§ 3, 27). Mais il n’en reste pas là. Il critique le « formalisme » de surplomb (§ 27) et le « pessimisme profond » (§ 26) de ses camarades qui, dans l’attente du grand soir, discréditent les « revendications de liberté (d’organisation et politique) de la classe ouvrière » en les réduisant à des demandes de pur « caractère économique » (§ 39 bis). Il confère au PCd’I la tâche de politiser les luttes démocratiques des opprimés, que celles-ci s’accomplissent dans les syndicats de classe ou à travers des « résistances éclatées […] et sectorielles » (§ 38) : « Toutes les disposi­tions juridiques par lesquelles les fascistes suppriment en Italie jusqu’aux plus élémentaires libertés de la classe ouvrière doivent fournir au PCd’I des raisons pour mobiliser les masses et les mettre en action » (§ 39 bis). Même s’il fait de la démocratie une solution « intermédiaire » vers la révolution prolétarienne, il souligne sa centralité stratégique : « [Lors]qu’un danger réactionnaire est imminent et grave […], le PCd’I obtient les meilleurs résultats en proposant les mêmes solutions qu’envisagent les partis prétendument démocratiques, si tant est qu’ils sachent mener une véritable lutte pour la démocratie, avec tous les moyens que la situation exige » (§ 43). Sur la base de ce constat, Togliatti pourra imposer en 1935 la lutte pour la démocratie comme nouvelle stratégie d’action de l’Internationale (VIIe congrès). Enfin, alors que l’on assiste à une radicalisation de l’avant-gardisme, Gramsci insiste sur la nécessité d’une véritable « démocratie interne » dans le parti, tant pour pallier la déconnexion croissante des travailleurs (§ 31) que pour accroître la capacité d’initiative des militants face à l’incertitude (§ 34-f). Au risque de l’ostracisme, dont il finira bientôt victime, le nouveau secrétaire du PCd’I place ainsi la crise fasciste et l’utopie démocratique au cœur de sa stratégie révolutionnaire.

6Gramsci analyse cette crise fasciste au croisement de deux temporalités : la longue durée d’un État oppressif fondé sur le compromis entre classes dominantes – dont elle est le paroxysme –, et la courte durée d’une crise sociale et politique ouverte par la Première Guerre mondiale. Comme il l’écrira dans les Cahiers de prison, « l’après-guerre tout entier est une crise » (Gramsci, 2011b, p. 249). Au sein de cette séquence temporelle, la crise fasciste est une « crise dans la crise », une « crise du pouvoir continuellement ouverte » (§ 14) que Gramsci décortique, d’août 1921 à février 1922, pour L’Ordine nuovo. La première « crise » a lieu au sein du mouvement fasciste lui-même, qui passe d’une « tactique négative de la violence » à celle de la « collaboration au sein du Parlement » : elle touche tous les mouvements extraparlementaires au moment de leur « normalisation » politique (Linz, 1975), et se solde par de violentes scissions internes. Dans le cas du fascisme, la crise est d’autant plus douloureuse que le mouvement s’allie initialement au Parti socialiste (dont il était issu), ce qui fait dire à Gramsci qu’« à la crise du fascisme, correspond une crise peut-être plus grave du mouvement socialiste » (1966d, p. 545). La deuxième « crise » est celle du gouvernement « Bonomi », qu’il chronique en février 1922 (1966a ; 1966b ; 1966c) et qui débouche sur la marche sur Rome. Pour Gramsci, la crise parlementaire de février 1922 est le produit de la débâcle des deux principaux partis de masse, le Parti populaire (démocrate-chrétien) et le Parti socialiste (social-démocrate).

  • 2 Gramsci n’a sans doute pas connaissance, en 1926, des travaux sur le pluralisme causal du sociolog (...)

7C’est sur ce même constat que s’ouvrent les « Thèses de Lyon » quatre ans plus tard. La crise de la société italienne est, avant tout, celle du compromis politique instable qui l’a structurée depuis le Risorgimento (§ 7), et celle des partis de masse qui n’ont pas su exprimer la conflictualité sociale (§ 3). De façon très wébérienne2, les thèses construisent une explication pluricausale de la crise : une dimension économique, qui relève des contradictions du capitalisme national ; une dimension sociale, liée au dualisme entre le Nord moderne et le Sud traditionnel (un « colonialisme interne », § 8, 12, 16) et à l’incapacité de la bourgeoisie d’incarner le développement national ; une dimension politique, liée à la débâcle de la démocratie parlementaire et de ses partis de masse. Ce pluralisme causal marque un déplacement croissant par rapport à la théorie économiciste de l’impérialisme, consacrée comme nouveau dogme du marxisme-léninisme lors du XIVe congrès du PCUS (Parti communiste de l’Union soviétique – décembre 1925). Car ce sont bien les facteurs sociopolitiques qui priment dans les « Thèses de Lyon » : le « compromis » ou l’« entente » entre les propriétaires terriens et la bourgeoisie industrielle (§ 6-14). Toute crise est due à une désagrégation du bloc des classes dominantes.

8Cette perspective sera au cœur des Cahiers de prison, qui la formalisent à partir de la Grande Dépression de 1929, dans une sorte d’équation globale : la contradiction entre la tendance cosmopolitique de l’économie et la tendance nationaliste de la politique (Gramsci, 2011b, p. 250). Les crises surgissent de l’incapacité des classes dirigeantes à régler cette contradiction entre l’économique et le politique, entre les marchés et l’État, ce qui déchire les classes dominantes et accentue les conflits sociaux. Dès les « Thèses de Lyon », Gramsci pointe le corporatisme fasciste comme une tentative illusoire de régler le problème : il n’engendre qu’une « apparente stabilité », faite de « conflits économiques et politiques accumulés sans être ressentis » (§ 18 bis). Ces thèses préfigurent ainsi la réflexion sur les crises développée dans les Cahiers de prison. Tout d’abord, leur explication causale contient une stratégie politique qui doit, contrairement à l’attentisme des « prophètes » de la révolution, déployer toutes leurs possibilités critiques. En raison du dualisme social qui divise la péninsule et de l’incapacité de la bourgeoisie d’incarner le développement, le PCd’I doit réaliser l’alliance entre la classe ouvrière du Nord et la paysannerie du Sud : c’est la tactique du front unique (§ 40-42) résumée dans le mot d’ordre « Assemblée républicaine sur la base des comités ouvriers et paysans » (§ 39 bis). C’est le cas, plus généralement, des « crises organiques » (ou « d’autorité ») décrites dans les Cahiers : ces « crise[s] d’hégémonie de la classe dirigeante, qui se produi[sen]t soit parce que la classe dirigeante a essuyé un échec dans l’une de ses grandes entreprises politiques, pour laquelle elle avait demandé ou imposé par la force le consentement des grandes masses […], soit parce que les grandes masses (surtout de paysans et de petits bourgeois intellectuels) sont passées tout d’un coup de la passivité politique à une certaine activité et présentent des revendications qui, dans leur ensemble chaotique, constituent une révolution. On parle de “crise d’autorité”, et c’est cela précisément que la crise d’hégémonie ou crise de l’État dans son ensemble » (Gramsci, 2011a, p. 209). L’attention aux facteurs sociopolitiques des crises impose d’orienter le regard vers ces « conflits d’intérêts » (§ 9) ou ces « fissures » (§ 16) qui fragilisent le bloc social dominant : ces failles dans le compromis des classes dirigeantes qui ouvrent des possibilités inédites d’action. La problématique de l’hégémonie est donc déjà formulée dans les « Thèses de Lyon ». Décidément l’année 1926, avec son oraison lyonnaise, aura marqué à jamais la trajectoire intellectuelle de ce militant de 34 ans ; et l’annus mirabilis deviendra vite un annus terribilis. Le 8 novembre, emprisonné par le régime, il commencera le long périple qui le portera à la maturité théorique et à sa mort précoce.

[Federico Tarragoni]

*

Thèses de Lyon

91. La transformation des partis communistes, dans lesquels converge l’avant-garde de la classe ouvrière, en partis bolcheviques peut être considérée aujourd’hui comme la principale tâche de l’Internationale communiste. Elle doit être mise en relation avec le développement historique du mouvement ouvrier international, et en particulier avec la lutte qui s’est déroulée en son sein entre le marxisme et les courants qui déviaient des principes et de la pratique de la lutte de classe révolutionnaire. En Italie, la tâche de créer un parti bolchevique revêt toute son importance seulement si on tient compte des dynamiques du mouvement ouvrier depuis ses débuts et des fragilités qui les ont caractérisées.

  • 3 NDT : Gramsci utilise le terme elementi (« éléments »). Il est pris dans deux acceptions : une acc (...)

102. La naissance du mouvement ouvrier a eu lieu dans chaque pays sous des formes différentes. Une dynamique commune a été la rébellion spontanée du prolétariat contre le capitalisme. Celle-ci a toutefois pris dans chaque nation une forme spécifique, qui était le reflet et la conséquence des dimensions singulièrement nationales des groupes3 qui, à partir de la petite bourgeoisie et des paysans, avaient contribué à former la grande masse du prolétariat industriel. Le marxisme a constitué l’élément conscient et scientifique de ce processus, en dépassant les particularismes nationaux et en y opposant des principes tant théoriques qu’organisationnels. Tout le développement de la Ire Internationale a eu comme point cardinal cette lutte, qui s’est achevée avec l’expulsion du bakouninisme. Lorsque la Ire Internationale a cessé d’exister, le marxisme avait déjà triomphé dans le mouvement ouvrier. La IIe Internationale a en effet réuni des partis qui se référaient tous au marxisme et le prenaient comme fondement de leur tactique dans toutes leurs questions essentielles. Après la victoire du marxisme, les tendances nationales dont il avait triomphé se sont manifestées par d’autres voies, en ressurgissant à l’intérieur même du marxisme comme formes de révisionnisme. Ce processus a été favorisé par le développement de la phase impérialiste du capitalisme. Trois faits sont étroitement liés à ce phénomène : la disparition au sein du mouvement ouvrier de la critique de l’État, composante essentielle de la doctrine marxiste, remplacée par les utopies démocratiques ; la formation d’une aristocratie ouvrière ; un nouveau déplacement de masses de la petite bourgeoisie et des paysans vers le prolétariat, conduisant à la réaffirmation parmi le prolétariat d’idéologies de caractère national opposées au marxisme. Aussi, le processus de dégénérescence de la IIe Internationale a revêtu la forme d’une lutte contre le marxisme au sein du marxisme lui-même. Il a culminé dans la débâcle de la guerre. Le seul parti à se sauver de la dégénérescence a été le Parti bolchevique, qui a réussi à se maintenir à la tête du mouvement ouvrier de son pays, à expulser les tendances antimarxistes en son sein, et à élaborer, à travers les expériences de trois révolutions, le léninisme, qui est le marxisme de l’époque du capitalisme des monopoles, des guerres impérialistes et de la révolution prolétarienne. Ainsi a été historiquement déterminé le rôle du Parti bolchevique dans la fondation et la direction de la IIIInternationale, et l’avant-garde du prolétariat a été renvoyée à la doctrine et à la pratique du marxisme révolutionnaire, dépassant et liquidant tout courant antimarxiste.

113. En Italie, les origines et les dynamiques du mouvement ouvrier ont été telles que ne s’est jamais constituée, avant la guerre, une gauche marxiste solide et durable. Les origines du mouvement ouvrier italien avaient été très confuses ; y avaient conflué des tendances diverses, de l’idéalisme mazzinien à l’humanisme des ouvriers mutualistes, jusqu’au bakouninisme, qui affirmait qu’il existait en Italie, même avant le développement du capitalisme, les conditions pour passer directement au socialisme. L’origine tardive et la faiblesse de l’industrialisation ont laissé à l’arrière-plan ce facteur de taille qui était l’existence d’un prolétariat considérable, avec la conséquence que même la scission des anarchistes et des socialistes s’est produite avec une vingtaine d’années de retard (1892, congrès de Gênes). Dans le Parti socialiste (PSI) issu du congrès de Gênes, il y avait deux courants dominants. D’un côté, un groupe d’intellectuels qui ne visaient rien de plus qu’une réforme démocratique de l’État : leur marxisme n’allait pas au-delà de l’ambition d’impulser et organiser les forces du prolétariat pour les mettre au service de l’instauration de la démocratie (Turati, Bissolati, etc.). De l’autre côté, il y avait un groupe plus directement connecté avec le mouvement ouvrier, mais sans aucune base théorique (Lazzari). Jusqu’au tournant du siècle, le PSI ne s’est donné d’autres buts que de faire avancer la démocratie. Une fois conquise la liberté d’organisation et la démocratie mise en place au xxe siècle, l’incapacité de tous les groupes qui le composaient à le transformer en parti marxiste du prolétariat est devenue évidente. Au contraire, les groupes intellectuels se sont de plus en plus détachés de la classe ouvrière, tandis qu’échouaient les tentatives de certains intellectuels et petits bourgeois de constituer une gauche marxiste au sein du syndicalisme. En réaction à cette tentative, la fraction intégraliste a triomphé au sein du Parti. Dans son verbalisme conciliateur, elle a été l’expression d’une dimension fondamentale du mouvement ouvrier italien, qui s’explique elle aussi par la faiblesse de l’industrialisation et le défaut de conscience critique du prolétariat. L’exaltation révolutionnaire des années d’avant-guerre a conservé cette caractéristique, ne parvenant jamais à dépasser une démagogie générique pour aller vers la construction d’un parti de la classe ouvrière et vers une méthode de lutte de classe. Au sein de ce courant révolutionnaire est apparu, déjà avant la guerre, un groupe d’« extrême gauche » qui soutenait les thèses du marxisme révolutionnaire, mais de manière discontinue et sans réussir à exercer une influence réelle sur le développement du mouvement ouvrier. Ceci explique le caractère négatif et équivoque qu’a eu l’opposition du PSI à la guerre, et comment il s’est retrouvé, après la guerre, face à une situation révolutionnaire immédiate, sans avoir résolu ni posé aucun des problèmes fondamentaux de l’organisation politique du prolétariat : tout d’abord celui du « choix de la classe » et de la forme d’organisation qui lui convient ; ensuite celui du programme du parti, de son idéologie ; et enfin les problèmes de stratégie et de tactique qui doivent conduire à rallier autour du prolétariat ses alliés naturels dans la lutte contre l’État, en l’amenant à conquérir le pouvoir. L’accumulation d’expériences susceptibles de répondre à ces problèmes n’a commencé en Italie qu’après la guerre. C’est seulement lors du congrès de Livourne (1921) que sont posées les bases du parti de classe du prolétariat qui, pour devenir un parti bolchevique et réaliser pleinement sa fonction, doit liquider toutes les tendances antimarxistes traditionnellement propres au mouvement ouvrier.

Analyse de la structure sociale italienne

124. Le capitalisme est l’élément structurant de la société italienne et la force qui détermine son développement. De ce fait fondamental découle l’impossibilité d’une révolution en Italie autre que socialiste. Dans les pays capitalistes, la seule classe capable d’opérer une transformation sociale réelle et profonde est la classe ouvrière. Seule la classe ouvrière est capable d’opérer les bouleversements économiques et politiques nécessaires pour que les énergies de notre pays connaissent une liberté et une possibilité de développement totales. La façon dont elle accomplira sa fonction révolutionnaire est liée au degré de développement du capitalisme en Italie et à la structure sociale qui lui correspond.

135. L’industrialisation, qui est la voie d’accès incontournable au capitalisme, est très faible en Italie. Ses possibilités de développement sont limitées en raison de la situation géographique et du manque de matières premières. Elle est donc incapable d’absorber la majorité de la population (4 millions d’ouvriers industriels, contre 3,5 millions d’ouvriers agricoles et 4 millions de paysans). À cette industrialisation s’oppose une agriculture qui se présente naturellement comme la base de l’économie du pays. Les conditions très variées du sol, et les différences qui en découlent dans les cultures et les systèmes d’exploitation, engendrent toutefois une forte différenciation des classes rurales, avec une prédominance des couches pauvres, plus proches des conditions du prolétariat et plus à même de subir son influence et d’accepter sa direction. Entre les classes industrielles et agraires, il existe une petite bourgeoisie urbaine assez étendue et de grande importance. Elle se compose principalement d’artisans, de professions libérales et d’employés de l’État.

  • 4 Gramsci utilise le terme gli agrari (« les agraires »), qui est littéralement intraduisible en fra (...)

146. La faiblesse intrinsèque du capitalisme oblige la classe industrielle à adopter des expédients pour se garantir le contrôle de l’ensemble de l’économie du pays. Ces expédients se résument essentiellement à un système de compromis économiques entre une partie des industriels et une partie des classes agricoles, à savoir les grands propriétaires terriens. Ainsi, la lutte économique traditionnelle entre industriels et propriétaires fonciers4 n’a pas lieu, ni la rotation des groupes dirigeants qu’elle détermine dans d’autres pays. Les industriels, par ailleurs, n’ont pas besoin de soutenir, contre les propriétaires fonciers, une politique économique qui assure l’afflux continu de main-d’œuvre des campagnes vers les usines, car cet afflux est garanti par l’excès de population agricole pauvre qui caractérise l’Italie. L’entente industrielle-agraire est basée sur une solidarité d’intérêts entre quelques groupes privilégiés, au détriment des intérêts généraux de la production et de la majorité de ceux qui travaillent. Elle aboutit à une accumulation de richesses entre les mains des grands industriels, qui est la conséquence d’une spoliation systématique de catégories entières de la population et de régions entières du pays. Les résultats de cette politique économique sont effectivement le déficit des comptes nationaux, l’arrêt du développement économique de régions entières (Mezzogiorno, îles), l’entrave à l’émergence et au développement d’une économie plus adaptée à la structure du pays et à ses ressources, la misère croissante de la population laborieuse, l’existence d’un flux continu d’émigration et l’appauvrissement démographique qui en découle.

157. De même qu’elle ne contrôle pas l’ensemble de l’économie, la classe industrielle est incapable d’organiser à elle seule l’ensemble de la société et l’État. La construction d’un État national ne lui a été possible que par l’exploitation de facteurs de politique internationale (Risorgimento). Son renforcement et sa défense nécessitent un compromis avec les classes sur lesquelles l’industrie exerce une hégémonie limitée, notamment les propriétaires fonciers et la petite bourgeoisie. D’où une hétérogénéité et une faiblesse de toute la structure sociale et de l’État qui en est l’expression.

167 bis. Un reflet de la faiblesse de la structure sociale s’observe, de manière typique, avant la guerre, dans l’armée. Un petit cercle d’officiers, dépourvu du prestige de chefs (anciennes classes dirigeantes rurales, nouvelles classes industrielles), a sous ses ordres une caste bureaucratisée d’officiers subalternes (petite bourgeoisie), qui est incapable de servir de lien avec la masse indisciplinée des soldats abandonnés à eux-mêmes. Pendant la guerre, toute l’armée est contrainte de se réorganiser par le bas, à la suite d’une élimination des grades supérieurs et d’une transformation de la structure organisationnelle qui correspond à l’avènement d’une nouvelle catégorie d’officiers subalternes. Ce phénomène préfigure le bouleversement analogue que le fascisme opérera à l’égard de l’État à une plus grande échelle.

178. Les relations entre industrie et agriculture, qui sont essentielles pour la vie économique d’un pays et pour la détermination des superstructures politiques, ont en Italie une base territoriale. Dans le Nord, la production industrielle et la population agricole sont centralisées dans quelques grands pôles. Par conséquent, tous les conflits inhérents à la structure sociale du pays affectent l’unité de l’État et la mettent en danger. Les classes dirigeantes industrielles et rurales cherchent à résoudre ce problème par un compromis. Aucun de ces groupes ne possède naturellement un caractère unitaire et une fonction unitaire. Le compromis qui sauve l’unité de l’État est par ailleurs de nature à aggraver davantage la situation. Il confère en effet aux travailleurs du Mezzogiorno une position analogue à celle des populations coloniales. La grande industrie du Nord remplit à leur égard la fonction des métropoles capitalistes : les grands propriétaires terriens et la moyenne bourgeoisie du Sud se placent, en revanche, dans la situation des catégories qui, dans les colonies, s’allient à la métropole pour maintenir soumise la masse du peuple qui travaille. L’exploitation économique et l’oppression politique se combinent ainsi pour faire des travailleurs du Mezzogiorno une force continuellement mobilisée contre l’État.

189. En Italie, le prolétariat a une importance plus grande que dans les autres pays européens, même ceux où le capitalisme est déjà avancé, comparable seulement à celle qu’il avait en Russie avant la révolution. Cela est lié tout d’abord au fait qu’en raison de la rareté des matières premières l’industrie repose essentiellement sur la main-d’œuvre (ouvriers spécialisés), et ensuite à l’hétérogénéité et aux conflits d’intérêts qui affaiblissent les classes dirigeantes. Face à cette hétérogénéité, le prolétariat se présente comme le seul élément qui, par sa nature même, a une fonction unificatrice et coordinatrice pour l’ensemble de la société. Son programme de classe est le seul programme « unitaire », c’est-à-dire le seul dont la mise en œuvre ne conduit pas à accentuer les conflits dans la sphère économique et la société, et à briser l’unité de l’État. À côté du prolétariat industriel, il existe aussi une grande masse de prolétaires agricoles, concentrée dans la vallée du Pô, influencée par les ouvriers industriels et donc aisément mobilisable dans la lutte contre le capitalisme et l’État. L’Italie montre clairement comment les meilleures conditions pour la révolution prolétarienne ne se trouvent pas toujours nécessairement dans les pays où le capitalisme et l’industrialisation ont atteint le plus haut degré de leur développement, mais peuvent au contraire se trouver là où le système capitaliste offre moins de résistance, en raison de ses faiblesses structurelles, à une attaque de la classe révolutionnaire et de ses alliés.

La politique de la bourgeoisie italienne

1910. L’objectif que les classes dirigeantes italiennes se sont proposé d’atteindre, dès les origines de l’État unitaire, était de maintenir assujetties les grandes masses de la population laborieuse et de les empêcher de devenir, en s’organisant autour du prolétariat industriel et agricole, une force révolutionnaire capable de réaliser un bouleversement social et politique intégral et de donner vie à un État prolétarien. La faiblesse intrinsèque du capitalisme les a pourtant contraintes à fonder l’ordre économique et l’État bourgeois sur une unité obtenue par des compromis entre des groupes non homogènes. Dans une perspective historique plus large, ce système s’avère inadapté au but recherché. En effet, chaque compromis entre les différents groupes dirigeants de la société italienne se traduit par un obstacle au développement de l’une ou l’autre partie de l’économie nationale. Il en résulte de nouveaux conflits et de nouvelles réactions de la majorité de la population, la nécessité d’accroître la pression sur les masses et une incitation croissante à leur révolte contre l’État.

2011. La première période de la vie de l’État italien (1870-1890) est celle de sa plus grande faiblesse. Les deux partis dont se compose la classe dirigeante, les intellectuels bourgeois d’un côté et les capitalistes de l’autre, sont unis dans leur intention de maintenir l’unité, mais divisés sur la forme à donner à l’État unitaire. Il leur manque une homogénéité positive. Les problèmes que l’État se pose sont limités ; ils concernent davantage la forme que la substance de la domination politique bourgeoise ; le plus important d’entre eux est l’équilibre budgétaire, qui est un problème de pure conservation. La nécessité d’élargir la base des classes sociales qui dirigent l’État n’apparaît qu’au début du « transformisme ». La principale faiblesse de l’État à cette époque est due au fait qu’à l’extérieur, le Vatican rassemble un bloc réactionnaire et antiétatique composé des propriétaires fonciers et de la grande masse des paysans arriérés, contrôlé et dirigé par les propriétaires plus riches et les prêtres. Le programme du Vatican comprend deux volets : il veut lutter contre l’État bourgeois unitaire et « libéral » et, en même temps, il se propose de constituer avec les paysans une armée de réserve contre l’avancée du prolétariat socialiste, provoquée par le développement de l’industrie. L’État réagit alors au sabotage du Vatican avec toute une législation au contenu et aux objectifs anticléricaux.

  • 5 Le terme utilisé par Gramsci est compressione politica (« compression politique »). Dans son espri (...)

2112. Dans la période comprise entre 1890 et 1900, la bourgeoisie se pose résolument le problème d’organiser sa propre dictature et le résout par une série de mesures politiques et économiques qui déterminent l’histoire italienne postérieure. Tout d’abord, on règle les dissensions entre la bourgeoisie intellectuelle et les industriels : l’arrivée au pouvoir de Crispi en est la preuve. La bourgeoisie, ainsi renforcée, résout la question de ses relations avec les pays étrangers (Triple Alliance) en acquérant une sécurité qui lui permet de se positionner dans la compétition internationale pour la conquête des marchés coloniaux. Sur le plan interne, la dictature bourgeoise s’établit politiquement avec une restriction du droit de vote qui réduit le corps électoral à un peu plus d’un million d’électeurs sur 30 millions d’habitants. Dans le domaine économique, l’introduction du protectionnisme industrialo-agraire correspond à l’intention du capitalisme d’acquérir le contrôle de toutes les richesses nationales. Grâce à cette politique, se noue une alliance entre industriels et propriétaires fonciers. Cette alliance arrache au Vatican une partie des forces qu’il avait rassemblées autour de lui, notamment parmi les propriétaires terriens du Mezzogiorno, et les intègre à l’État bourgeois. Du reste, le Vatican lui-même comprend la nécessité de mettre davantage en valeur ce qui dans son programme réactionnaire s’oppose au mouvement ouvrier, et prend position contre le socialisme avec l’encyclique Rerum novarum (15 mai 1891). Face au danger que représente encore le Vatican pour l’État, les classes dirigeantes réagissent en se dotant d’une organisation unitaire avec un programme anticlérical : la franc-maçonnerie. Les premiers progrès réels du mouvement ouvrier ont lieu à cette époque. La mise en place de la dictature industrialo-agraire pose concrètement le problème de la révolution en déterminant les facteurs historiques de celle-ci. Un prolétariat industriel et agraire se constitue dans le Nord, tandis que dans le Sud la population agricole, soumise à un système d’exploitation « colonial », doit être assujettie par une oppression politique5 renforcée. Les termes de la « question méridionale » sont posés clairement à cette époque. Et spontanément, sans conscience politique, sans même que le PSI en tire tous les enjeux en termes de stratégie révolutionnaire, convergent pour la première fois les tentatives insurrectionnelles du prolétariat du Nord et des paysans du Sud (faisceaux siciliens de 1889-1894).

2213. Une fois brisées les premières tentatives de révolte du prolétariat et des paysans contre l’État, la bourgeoisie italienne désormais consolidée peut adopter une forme démocratique et corrompre la partie la plus avancée des travailleurs – l’aristocratie ouvrière – afin de la rendre complice de la dictature réactionnaire qu’elle exerce, en l’empêchant ainsi de devenir le foyer insurrectionnel populaire contre l’État (gouvernements de Giolitti, 1892-1921). Cependant, entre 1900 et 1910 se produit une nouvelle concentration industrielle et rurale. Le prolétariat agricole augmente de 50 % au détriment des salariés, des métayers et des locataires. D’où une vague de luttes agricoles qui obligent le Vatican à réagir avec la fondation de l’« Action catholique » et un mouvement « social » qui va, dans ses formes extrêmes, jusqu’à prendre l’allure d’une réforme religieuse (modernisme). À cette réaction du Vatican pour récupérer les masses fait écho l’accord des catholiques avec les forces dirigeantes pour donner à l’État une base plus stable (abolition du non-expedit, pacte Gentiloni). À la fin de cette troisième période (1914), les différents mouvements sectoriels du prolétariat et de la paysannerie culminent dans une nouvelle tentative spontanée de s’insurger contre l’État réactionnaire. À partir d’elle, se pose significativement la nécessité pour le prolétariat d’organiser, en son sein, un parti de classe qui lui permette de diriger l’insurrection.

2314. Le maximum de concentration économique dans l’industrie se produit dans l’après-guerre. Alors que le prolétariat atteint son plus haut degré d’organisation, les classes dirigeantes de l’État connaissent leur désagrégation maximale. Les contradictions inhérentes à la société italienne se manifestent dans toute leur brutalité grâce à l’éveil politique des masses, y compris les plus arriérées, provoqué par la guerre et ses conséquences immédiates. Et, comme toujours, l’avancée des ouvriers industriels et agricoles s’accompagne d’une profonde agitation des masses paysannes, tant dans le Mezzogiorno que dans les autres régions. Les grandes grèves et l’occupation des usines ont lieu simultanément avec l’occupation des terres. La résistance des forces réactionnaires va encore dans le sens de la tradition. Le Vatican autorise la formation d’un véritable parti aux côtés de l’« Action catholique », qui vise à intégrer les masses paysannes dans l’État bourgeois, en satisfaisant apparemment leurs aspirations à l’émancipation économique et à la démocratie politique. Les classes dirigeantes, à leur tour, exécutent en fanfare leur plan de corruption de l’intérieur du mouvement ouvrier, en offrant à l’aristocratie ouvrière la perspective de collaborer avec le gouvernement dans une solution « réformiste » au problème de l’État (gouvernement de gauche de Nitti). Mais dans un pays aussi pauvre et désuni que l’Italie, une telle solution « réformiste » provoque inévitablement la désagrégation de l’appareil étatique et de l’ordre social, qui ne peut résister à la collision des nombreux groupes issus de l’émiettement des classes dirigeantes et moyennes. Chaque groupe a ses propres exigences de protection économique et d’autonomie politique ; en l’absence d’un noyau de classe homogène qui puisse imposer, par sa dictature, une discipline de travail et de production à tout le pays, en éliminant par là même les exploiteurs capitalistes et agraires, aucun gouvernement n’est possible et la crise du pouvoir est continuellement ouverte. La défaite du prolétariat révolutionnaire dans cette période décisive est due aux déficiences politiques, organisationnelles, tactiques et stratégiques du parti des travailleurs. En raison de ces déficiences, le prolétariat ne parvient pas à diriger l’insurrection populaire et à la canaliser vers la création d’un État ouvrier ; bien au contraire, il est soumis à l’influence des autres classes sociales qui paralysent son action. La victoire du fascisme en 1922 doit donc être considérée non pas comme une victoire remportée sur la révolution, mais comme la conséquence de la défaite subie par les forces révolutionnaires en raison de leurs faiblesses intrinsèques.

Le fascisme et sa politique

2415. Le fascisme, en tant que mouvement de réaction armée visant à détruire et désorganiser la classe laborieuse pour la neutraliser, s’inscrit dans la politique traditionnelle des classes dirigeantes italiennes et dans la lutte du capitalisme contre la classe ouvrière. Il est donc favorisé, dans sa genèse, son organisation et son développement, par l’appui de tous les vieux groupes dirigeants sans distinction, et plus particulièrement par les propriétaires fonciers qui se sentent plus fortement menacés par la pression de la plèbe rurale. Sur le plan social, cependant, le fascisme trouve sa base dans la petite bourgeoisie urbaine et dans une nouvelle bourgeoisie agraire, issue d’une transformation de la propriété foncière dans certaines régions (apparition d’un capitalisme agraire en Émilie-Romagne, naissance d’une catégorie d’intermédiaires ruraux, « prêts fonciers », nouvelles répartitions des terrains). C’est le fait d’avoir trouvé son unité idéologique et organisationnelle dans les formations militaires perpétuant les traditions guerrières (l’arditisme), employées dans la guérilla contre les travailleurs, qui permet au fascisme de conquérir l’État contre les vieilles couches dirigeantes. Il est absurde de parler de révolution. Cependant, les nouvelles énergies qui se rassemblent autour du fascisme tirent de leur origine une homogénéité et une mentalité commune de « capitalisme conquérant ». C’est ce qui rend possible leur lutte contre les hommes politiques du passé et c’est pourquoi elles peuvent la justifier avec une construction idéologique en opposition aux théories traditionnelles de l’État et de la citoyenneté. En substance, le fascisme ne modifie le programme conservateur et réactionnaire, qui a toujours dominé la politique italienne, que dans la stricte mesure où il conçoit différemment le processus d’unification des forces réactionnaires. À la tactique des accords et des compromis, il substitue le projet de réalisation d’une unité organique de toutes les forces de la bourgeoisie dans un seul organisme politique, contrôlé par une centrale unique, qui doit diriger simultanément le parti, le gouvernement et l’État. Ce projet répond à une volonté de résistance totale à toute offensive révolutionnaire, ce qui permet au fascisme de recueillir l’adhésion de la partie la plus décidément réactionnaire de la bourgeoisie industrielle et des propriétaires fonciers.

  • 6 Le terme « propagande » n’est pas employé de manière péjorative à cette époque, et Gramsci l’utili (...)

2516. La méthode fasciste de défense de l’ordre, de la propriété et de l’État est, plus encore que le système traditionnel des compromis et de la politique de gauche, destructrice de l’ordre social et de ses superstructures politiques. Les réactions qu’elle provoque doivent être examinées en fonction de son application aux champs économique et politique. Dans le champ politique, tout d’abord, l’unité organique de la bourgeoisie sous le fascisme ne se réalise pas immédiatement après la conquête du pouvoir. En dehors du fascisme, subsistent des noyaux d’opposition bourgeoise au régime. D’une part, le groupe qui reste fidèle à la solution giolittienne du problème de l’État ne se laisse pas absorber. Ce groupe se rattache à une partie de la bourgeoisie industrielle et il exerce avec son programme réformiste d’inspiration « travailliste » une influence dans certaines couches ouvrières et petites-bourgeoises. D’autre part, le programme visant à fonder l’État sur une démocratie rurale du Mezzogiorno et sur la partie « saine » de l’industrie du Nord (Corriere della sera, libéralisme, Nitti) tend à devenir celui d’une organisation politique d’opposition au fascisme, ayant des bases de masse dans le Mezzogiorno (Union nationale). Le fascisme est obligé de mener une dure bataille contre ces groupes qui lui résistent, et une autre, plus dure encore, contre la franc-maçonnerie, qu’il considère à juste titre comme le centre organisateur de toutes les forces qui ont toujours défendu l’État. Cette lutte, qui est, qu’on le veuille ou non, l’indice d’une fissure du bloc des forces conservatrices et anti-prolétariennes, peut, dans certaines circonstances, favoriser le développement et l’affirmation du prolétariat comme troisième facteur, ayant un rôle décisif à jouer dans une situation politique. Dans le champ économique, le fascisme agit comme l’instrument d’une oligarchie industrielle et agraire pour concentrer entre les mains du capitalisme le contrôle de toutes les richesses du pays. Cela ne peut manquer de provoquer un mécontentement de la petite bourgeoisie qui, avec l’avènement du fascisme, croyait venu le temps de sa propre domination. Toute une série de mesures sont adoptées par le fascisme pour favoriser une nouvelle concentration industrielle (abolition de l’impôt sur les successions, politique financière et fiscale, durcissement du protectionnisme), et pour avantager les propriétaires fonciers contre les petits et moyens agriculteurs (impôts, taxe sur les grains, « bataille du grain »). L’accumulation qu’engendrent ces politiques n’accroît pas la richesse nationale, mais plutôt la spoliation d’une classe au profit d’une autre, à savoir celle des classes laborieuses et moyennes au profit de la ploutocratie. Le dessin de favoriser la ploutocratie apparaît effrontément dans le projet de légaliser le régime des actions privilégiées dans le nouveau code du commerce ; une poignée de financiers se trouve ainsi en mesure de disposer sans aucun contrôle d’une masse considérable d’épargne de la moyenne et petite bourgeoisie, qui se voient expropriées du droit de disposer de leur richesse. Il faut ranger dans le même programme, mais avec des conséquences politiques plus profondes, le projet d’unification des banques d’émission, qui se traduit dans les faits par la suppression des deux grandes banques méridionales. Ces deux banques ont actuellement pour fonction d’absorber l’épargne du Mezzogiorno et les dépôts des émigrants (600 millions), rôle qui revenait autrefois à l’État avec l’émission de bons du Trésor, et à la banque d’escompte, dans l’intérêt d’une partie de l’industrie lourde du Nord. Les banques méridionales ont été contrôlées jusqu’à maintenant par les classes dirigeantes du Mezzogiorno elles-mêmes, ce contrôle assurant une des bases réelles de leur domination politique. La suppression des banques méridionales comme banques d’émission transférera ce pouvoir à la grande industrie du Nord qui contrôle, à travers la Banque commerciale, la Banque d’Italie, ce qui renforcera l’exploitation économique « coloniale » et l’appauvrissement du Mezzogiorno, accélérant simultanément le lent processus par lequel la petite bourgeoisie méridionale elle-même se détache de l’État. La politique économique du fascisme est complétée par les mesures visant à renforcer le cours de la monnaie, à assainir le budget de l’État, à payer les dettes de guerre et à favoriser l’intervention du capital anglo-américain en Italie. Dans tous ces domaines, le fascisme réalise le programme de la ploutocratie (Nitti) et d’une minorité industrielle-agraire, au détriment de la grande majorité de la population dont les conditions de vie se dégradent progressivement. Le couronnement de toute la propagande idéologique6, de l’action politique et économique du fascisme, est sa tendance à « l’impérialisme ». Cette tendance est l’expression du besoin des classes dirigeantes industrielles-agraires de trouver à l’extérieur les moyens de résoudre la crise de la société italienne. Elle porte en elle les germes d’une guerre qui sera menée en apparence au nom de l’expansion italienne, mais dans laquelle, en réalité, l’Italie fasciste ne sera qu’un instrument entre les mains de l’un des groupes impérialistes qui se disputent la domination du monde.

  • 7 Guido Miglioli fut une figure centrale du mouvement paysan catholique de la vallée du Pô. Il compt (...)

2617. Par voie de conséquence, la politique du fascisme engendre une série de réactions profondes au sein des masses. Le phénomène le plus grave est le détachement de plus en plus marqué des populations rurales, du Mezzogiorno et des îles, du système des forces qui soutiennent l’État. La vieille classe dirigeante locale (Orlando, Di Cesarò, De Nicola, etc.) n’exerce plus de façon systématique son rôle d’anneau de conjonction avec l’État. La petite bourgeoisie tend ainsi à se rapprocher des paysans. Le système d’exploitation et d’oppression des masses méridionales est porté à l’extrême par le fascisme ; ce qui favorise également la radicalisation des couches intermédiaires et pose la question méridionale dans ses vrais termes, comme question qui ne trouvera sa réponse qu’avec l’insurrection des paysans alliés au prolétariat, dans la lutte contre les capitalistes et les propriétaires fonciers. Les couches paysannes moyennes et pauvres du reste de l’Italie acquièrent également, quoique plus lentement, une fonction révolutionnaire. Le Vatican – dont le rôle réactionnaire a été repris par le fascisme – n’exerce plus aussi complètement son contrôle sur les populations rurales par l’entremise des prêtres, de l’« Action catholique » et du Parti populaire. Une partie des paysans, éveillés à la lutte pour la défense de leurs intérêts par ces mêmes organisations que cautionnent et dirigent les autorités ecclésiastiques, accentue maintenant, sous la pression économique et politique du fascisme, sa propre orientation de classe ; elle commence à comprendre que son sort est indissociable de celui de la classe ouvrière. Le phénomène Miglioli7 est révélateur de cette tendance. Un autre symptôme très significatif est le fait que les organisations blanches, qui, en tant que fraction de l’« Action catholique », sont directement dirigées par le Vatican, ont dû entrer dans les comités intersyndicaux avec les Ligues rouges. Ces dernières émanaient de ce « moment prolétarien » que, dès 1870, les catholiques pressentaient comme imminent dans la société italienne. Quant au prolétariat, le processus de désagrégation de ses forces se heurte à la résistance active de l’avant-garde révolutionnaire et à une résistance passive de la grande masse, laquelle demeure fondamentalement attachée à ses positions de classe, prête à se remettre en mouvement dès que se relâche la pression physique du fascisme et que ses intérêts de classe la motivent plus fortement. La tentative de créer une division interne au moyen des syndicats fascistes peut être considérée comme un échec. Les syndicats fascistes, changeant leur programme, deviennent désormais les instruments directs de l’oppression réactionnaire au service de l’État.

2718. Aux dangereux déplacements et aux redistributions de forces que provoque sa politique, le fascisme réagit en maintenant toute la société sous la coupe d’une force militaire et d’un système d’oppression qui maintiennent la population rivée aux nécessités de la production sans possibilité de vie propre, de volonté ou d’organisation autonome. Ladite « législation » fasciste n’a d’autre but que de consolider et pérenniser ce système. La nouvelle loi électorale, les modifications de l’administration publique avec l’introduction du podestà pour les communes rurales, et ainsi de suite, entendent marquer la fin de la participation des masses à la vie politique et administrative du pays. Le contrôle des associations empêche toute forme « légale » permanente d’organisation des masses. La nouvelle politique syndicale ôte à la Confédération du travail [CGT, syndicat majoritaire d’orientation socialiste] et aux syndicats de classe la prérogative de conclure des conventions, pour les priver du contact avec les masses qui s’étaient organisées autour d’eux. La presse prolétarienne est supprimée. Le parti de classe du prolétariat, réduit à la clandestinité. Les violences physiques et les persécutions policières sont systématiquement utilisées, surtout dans les campagnes, pour instiller la terreur et entretenir une situation d’état de siège. Le résultat de cette action réactionnaire et oppressive est le déséquilibre entre le rapport réel des forces sociales et le rapport des forces organisées, de sorte que le retour apparent à la normalité et à la stabilité ne peut qu’exacerber des conflits prêts à éclater à tout moment.

2818 bis. La crise consécutive à l’assassinat du député socialiste Matteotti (1924) a montré comment l’apparente stabilité du régime fasciste pouvait être ébranlée dans ses fondements par l’irruption soudaine de conflits économiques et politiques accumulés sans être ressentis. Elle a fourni en même temps la preuve de l’incapacité de la petite bourgeoisie à mener, dans l’actuelle conjoncture historique, la lutte contre la réaction industrielle-agraire.

Forces motrices et perspectives de la révolution

2919. Les forces motrices de la révolution italienne, ainsi qu’il ressort de notre analyse, sont par ordre d’importance les suivantes :

  1. la classe ouvrière et le prolétariat agricole ;
  2. les paysans du Mezzogiorno et des îles et les paysans du reste de l’Italie.

30Le développement et la rapidité du processus révolutionnaire ne sont pas prévisibles sans une évaluation de certains facteurs subjectifs, à savoir : dans quelle mesure la classe ouvrière parviendra à acquérir une personnalité politique propre, une vraie conscience de classe, et l’indépendance vis-à-vis de toutes les autres classes ; dans quelle mesure elle parviendra à organiser ses forces, c’est-à-dire à jouer effectivement un rôle de direction à l’égard des autres agents historiques, en commençant par donner une expression politique concrète à son alliance avec les paysans. On peut affirmer d’une façon générale, mais également en fonction de l’expérience italienne, qu’on passera d’une période de préparation révolutionnaire à une période de révolution « immédiate » lorsque le prolétariat industriel et agricole du Nord aura retrouvé, par le développement de la situation objective, et à travers une série de luttes particulières et immédiates, un haut degré d’organisation et de combativité. Quant aux paysans, ceux du Mezzogiorno et des îles, ils doivent être placés au premier rang parmi les forces sur lesquelles compte l’insurrection contre la dictature industrielle-agraire, bien qu’il ne faille pas leur attribuer une importance décisive en dehors de toute alliance avec le prolétariat. Leur alliance avec les ouvriers est le résultat d’un processus historique naturel et profond, favorisé par toutes les dynamiques de l’État italien. Pour les paysans du reste de l’Italie, le processus d’orientation vers l’alliance avec le prolétariat est plus lent et devra être favorisé par une action politique attentive de la part du parti du prolétariat. Les succès déjà obtenus en Italie dans ce domaine indiquent du reste que le problème de la rupture de l’alliance des paysans avec les forces réactionnaires doit aussi être posé, en ses grandes lignes, dans d’autres pays de l’Europe occidentale, comme celui de la neutralisation de l’influence que l’organisation catholique exerce sur les masses rurales.

  • 8 Le parti réformiste et le parti maximaliste constituent deux courants scissionnaires du PSI, en lu (...)

3120. Les obstacles à la révolution, en dehors de l’oppression fasciste, tiennent à la variété des groupes entre lesquels la bourgeoisie est divisée. Chacun d’eux s’efforce d’exercer une influence sur une partie des travailleurs afin d’empêcher l’influence du prolétariat de s’étendre, ou sur le prolétariat lui-même afin de lui faire perdre sa personnalité et son autonomie en tant que classe révolutionnaire. C’est ainsi que se constitue une chaîne de forces réactionnaires qui, partant du fascisme, inclut les groupes antifascistes qui n’ont pas une base de masse (libéraux), ceux qui en ont une dans la paysannerie et la petite bourgeoisie (démocrates, combattants, populaires, républicains) et en partie dans les ouvriers (parti réformiste), et ceux qui, ayant une base prolétarienne, tendent à maintenir les masses ouvrières dans la passivité et à leur faire suivre la politique d’autres classes (parti maximaliste)8. Le groupe qui dirige la CGT doit être considéré de la même manière, c’est-à-dire comme le vecteur d’une influence déstabilisatrice des autres classes sur les travailleurs. Chacun de ces groupes retient une partie de la population laborieuse italienne. Modifier cet état de fait n’est possible qu’avec une action politique systématique et durable de l’avant-garde prolétarienne organisée dans le Parti communiste. Une attention particulière doit être accordée aux groupes et partis qui ont une base de masse, ou cherchent à en obtenir une comme partis démocratiques ou régionaux, dans la population agricole du Mezzogiorno et des îles (Union nationale, partis d’action sarde, molisien, irpinien, etc.). Ces partis n’exercent pas une influence directe sur le prolétariat, mais constituent un obstacle à l’alliance entre ouvriers et paysans. En orientant les classes agricoles du Mezzogiorno vers une démocratie rurale et vers des solutions démocratiques régionales, ils brisent le processus de libération des travailleurs, empêchent les paysans de mener à bien leur lutte contre la bourgeoisie et les propriétaires terriens, et préparent leur transformation en garde blanche de la réaction. Le succès politique de la classe ouvrière découle, là aussi, de l’action politique du parti et du prolétariat.

  • 9 La « sécession de l’Aventin » se produit le 27 juin 1924, dans la foulée de l’enlèvement du député (...)

3221. La possibilité de renverser le régime fasciste par l’action de groupes antifascistes soi-disant « démocratiques » ne saurait exister que si ces groupes parvenaient, en neutralisant l’action du prolétariat, à contrôler un mouvement de masse jusqu’à pouvoir en freiner le développement. La fonction de l’opposition bourgeoise démocratique est au contraire de collaborer avec le fascisme pour empêcher la réorganisation de la classe ouvrière et la réalisation de son programme de classe. En ce sens, un compromis entre le fascisme et l’opposition bourgeoise est en cours et inspirera la politique de toute formation du « centre » qui émergera des décombres de l’Aventin9. L’opposition pourra retrouver son rôle de protagoniste dans la défense du capitalisme, lorsque l’oppression fasciste ne parviendra plus à neutraliser les conflits de classe et lorsque le danger d’une insurrection prolétarienne et d’une guerre paysanne semblera sérieux et imminent. La possibilité que la bourgeoisie et le fascisme recourent alors à une solution réactionnaire sous les semblants d’un « gouvernement de gauche » doit être constamment présente dans notre esprit (division des fonctions entre fascisme et démocratie, thèses du Ve congrès du Komintern).

3322. De cette analyse des facteurs de la révolution et de ses perspectives se déduisent les tâches du Parti communiste (PCd’I). Ses modes d’organisation et d’action politique doivent aussi en découler. S’ensuivent les lignes directrices de son programme.

Tâches fondamentales du Parti communiste

3423. Après avoir résisté victorieusement à la vague réactionnaire qui voulait le submerger (1923), après avoir contribué par son action à marquer un premier arrêt dans le processus de dispersion des forces du travail (élections de 1924), après avoir profité de la crise Matteotti pour réorganiser une avant-garde prolétarienne qui s’opposa avec succès à la tentative d’instaurer une domination petite-bourgeoise dans la vie politique (Aventin) et avoir jeté les bases d’une véritable « politique paysanne » du prolétariat italien, le PCd’I se trouve aujourd’hui dans la phase de préparation politique de la révolution. Sa tâche fondamentale peut être déclinée en trois points :

  1. organiser et unifier le prolétariat industriel et agricole pour la révolution ;
  2. organiser et mobiliser autour du prolétariat toutes les forces nécessaires à la victoire révolutionnaire et à la fondation de l’État ouvrier ;
  3. familiariser le prolétariat et ses alliés avec la perspective de l’insurrection contre l’État bourgeois et de la lutte pour la dictature prolétarienne, et les y guider politiquement et matériellement par une série de luttes ponctuelles.

La construction du Parti communiste en tant que parti « bolchevique »

3524. La transformation de l’avant-garde ouvrière en Parti communiste est la partie essentielle de notre activité d’organisation. Les ouvriers italiens ont appris de leur expérience (1919-1920) que sans la direction d’un Parti communiste construit comme parti de la classe ouvrière et de la révolution, il n’est pas d’issue victorieuse à la lutte pour renverser le capitalisme. La construction d’un Parti communiste qui soit effectivement le parti de la classe ouvrière et de la révolution – c’est-à-dire un parti « bolchevique » – est en relation directe avec les points suivants :

  1. l’idéologie du parti ;
  2. sa forme d’organisation et sa cohésion10 ;
  3. sa capacité à s’articuler avec les masses ;
  4. sa capacité stratégique et tactique.

36Chacun de ces points est étroitement lié aux autres et ne pourrait, en toute logique, en être séparé. En effet, chacun d’eux indique et englobe une série de problèmes dont les solutions interfèrent et se chevauchent. Leur examen séparé ne sera utile que si l’on garde à l’esprit qu’aucun d’entre eux ne peut être résolu sans que tous convergent vers une solution commune.

L’idéologie du parti

3725. Une unité idéologique complète est nécessaire pour que le Parti communiste soit en mesure de remplir sa fonction de direction de la classe ouvrière. L’unité idéologique est un élément de force du parti, garant de sa capacité politique ; elle est indispensable pour qu’il devienne un parti bolchevique. La base de cette unité idéologique est la doctrine du marxisme-léninisme, c’est-à-dire la doctrine marxiste adaptée aux problèmes de la période de l’impérialisme et du début de la révolution prolétarienne (Thèses sur la bolchevisation de l’exécutif élargi d’avril 1925, nos IV et VI). Le PCd’I a formé son idéologie dans la lutte contre la social-démocratie (réformistes) et contre le centrisme politique représenté par le Parti maximaliste. Cependant, il ne trouve pas dans l’histoire du mouvement ouvrier italien un puissant courant de pensée marxiste auquel se référer. Il manque également dans ses rangs une connaissance profonde et diffuse des théories du marxisme et du léninisme. Les déviations sont donc toujours possibles. L’élévation du niveau idéologique du parti doit être obtenue par une politique interne qui conduise tous ses membres à prendre conscience des objectifs immédiats du mouvement révolutionnaire à développer une certaine capacité d’analyse marxiste des conjonctures et une capacité correspondante d’orientation politique (école du parti). Nous devons rejeter une conception affirmant que la conscience et la maturité révolutionnaires, qui constituent l’idéologie, pourraient être atteintes dans le parti sans l’être dans un grand nombre d’individus qui le composent.

  • 11 Cofondateur du PCd’I en 1921, l’économiste Graziadei critiquait notamment la théorie économique de (...)

3826. Quand bien même il soit issu d’une lutte contre les dégénérations droitières et centristes du mouvement ouvrier, le PCd’I n’est pas immunisé face au danger de telles déviations. Sur le plan théorique, celles-ci renvoient aux tentatives du camarade Graziadei de réviser le marxisme sous couvert de clarifier « scientifiquement » certains des concepts fondamentaux de la doctrine de Marx11. Certes, les tentatives de Graziadei ne peuvent pas conduire à la création d’un véritable courant et donc d’une fraction interne qui mettrait en danger l’unité idéologique et la cohésion du parti. Elles alimentent toutefois les courants et les déviations politiques de droite. En tout cas, elles indiquent la nécessité pour le parti de faire une étude approfondie du marxisme et d’acquérir une conscience théorique plus élevée et plus assurée. La possibilité dangereuse que se crée une tendance de droite est liée à la situation générale du pays. L’oppression qu’exerce le fascisme tend à alimenter l’opinion suivant laquelle, le prolétariat étant incapable de renverser rapidement le régime, la meilleure tactique serait de viser sinon un bloc bourgeois-prolétaire qui élimine constitutionnellement le fascisme, du moins la passivité de l’avant-garde révolutionnaire, la non-intervention du Parti communiste dans la lutte politique immédiate, afin de permettre à la bourgeoisie d’utiliser le prolétariat comme masse de manœuvre électorale contre le fascisme. Ce programme fait du Parti communiste « l’aile gauche » d’une opposition de toutes les forces qui conspirent pour renverser le régime fasciste. Il est l’expression d’un pessimisme profond quant aux capacités révolutionnaires de la classe ouvrière. Le même pessimisme et les mêmes déviations conduisent à interpréter de manière erronée la nature et la fonction historique des partis sociaux-démocrates à l’heure actuelle, et à oublier que si la social-démocratie a encore sa base sociale, pour l’essentiel, dans le prolétariat, du point de vue de son idéologie et de la fonction politique qu’elle remplit, elle doit être considérée non pas comme une aile droite du mouvement ouvrier, mais comme une aile gauche de la bourgeoisie et, comme telle, doit être démasquée devant les masses. Ce danger droitier doit être combattu par la propagande idéologique, en opposant à son programme celui révolutionnaire de la classe ouvrière et de son parti, et par les sanctions disciplinaires prévues chaque fois que la nécessité l’exige.

3927. Tout aussi lié aux origines du PCd’I et à la situation générale du pays est le danger de déviations gauchistes de l’idéologie marxiste-léniniste. Il est représenté par la tendance extrémiste qui fait appel au camarade Bordiga. Cette tendance s’est formée dans la situation tout à fait singulière de délitement et d’incapacité programmatique, organisationnelle, stratégique et tactique, dans laquelle s’est trouvé le PSI de la fin de la guerre au congrès de Livourne (janvier 1921) : son origine et sa réussite sont également liées au fait que, la classe ouvrière étant minoritaire dans la population laborieuse italienne, il existe un danger constant que son parti soit corrompu par des infiltrations provenant d’autres classes, et en particulier de la petite bourgeoisie. À cette situation de la classe ouvrière et du Parti socialiste, la tendance d’extrême gauche a réagi avec une idéologie particulière, c’est-à-dire avec une conception de la nature du parti, de sa fonction et de sa tactique qui est en contradiction avec celle du marxisme et du léninisme :

  1. à l’extrême gauche, le parti est défini, en négligeant et en sous-estimant son contenu social, comme un « organe » de la classe ouvrière, qui se constitue par synthèse de groupes hétérogènes. Bien au contraire, le parti doit être défini d’abord comme une « partie » de la classe ouvrière. L’erreur de définition du parti conduit à une approche erronée des problèmes d’organisation et de tactique ;
  2. pour l’extrême gauche, la fonction du parti n’est pas de diriger la classe à chaque instant en s’efforçant de rester en contact avec elle par-delà tout changement de la situation objective, mais de former des cadres prêts à diriger les masses lorsque le cours des choses les aura amenées vers le parti, en leur faisant accepter les positions idéologiques et programmatiques fixées par celui-ci ;
  3. en ce qui concerne la tactique, l’extrême gauche prétend qu’elle ne doit pas être élaborée en rapport avec les circonstances objectives et la position des masses, de manière à toujours coller à la réalité et à assurer un contact permanent avec les couches plus larges de la population laborieuse, mais qu’elle doit être établie sur des critères purement formels. Son extrémisme se manifeste dans l’idée que, pour éviter les déviations idéologiques, le meilleur chemin n’est pas la construction de partis « bolcheviques » capables de développer, de façon cohérente, une politique à même de mobiliser les masses et de remporter la victoire révolutionnaire, mais plutôt la fixation de limites extérieures, rigides et formelles, à toute tactique (dans le domaine de l’organisation : « adhésion individuelle », c’est-à-dire rejet des « fusions », qui peuvent au contraire être, dans certaines conditions, un moyen très efficace d’étendre l’influence du parti ; dans le domaine politique : reformulation erronée du problème de la conquête de la majorité, front unique syndical et non politique, aucune modulation dans la manière de lutter contre la démocratie suivant le degré d’adhésion des masses à des formations démocratiques contrerévolutionnaires et de l’imminence/gravité d’un danger réactionnaire, rejet du mot d’ordre de gouvernement ouvrier et paysan).

40On ne recourt dès lors à l’analyse conjoncturelle des mouvements de masse que pour vérifier la ligne déduite de critères formels et idéologiques de nature sectaire : ainsi, la singularité des contextes n’est jamais prise en compte dans la détermination de la politique du parti ; la vision synthétique propre à notre méthode d’enquête politique (dialectique) est rompue ; l’activité du parti et ses mots d’ordre perdent leur efficacité et leur valeur, en devenant des actions et des discours de pure propagande. La conséquence inévitable de ces positions est la passivité politique du parti. L’« abstentionnisme » en a été un élément par le passé. Cela rapproche l’extrémisme de gauche du maximalisme et des déviations de droite. Il est aussi, comme la tendance de droite, l’expression d’un scepticisme quant à la possibilité que la masse ouvrière forme en son sein un parti de classe capable de diriger les grandes masses en s’efforçant de les maintenir toujours en contact avec elle. On doit mener la lutte idéologique contre l’extrémisme de gauche en lui opposant la conception marxiste-léniniste du parti du prolétariat comme parti de masse, et en démontrant la nécessité qu’il adapte sa tactique aux situations particulières afin de pouvoir les changer, de ne pas perdre le contact avec les masses et d’acquérir toujours de nouvelles zones d’influence. L’extrémisme de gauche a été l’idéologie officielle du parti italien dans la première période de son existence. Il est soutenu par des camarades qui ont été parmi les fondateurs du parti et ont apporté une énorme contribution à sa construction après Livourne. C’est pourquoi cette conception s’est enracinée durablement chez la majorité des camarades, sans examen critique de leur part, mais plutôt comme la conséquence d’un état d’esprit répandu. Il est donc clair que le danger extrémiste doit être considéré comme une réalité immédiate, comme un obstacle non seulement à l’unification et à l’élévation idéologique, mais aussi au développement politique du parti et à l’efficacité de son action. Il doit être combattu comme tel, non seulement par la propagande, mais par l’action politique et, si nécessaire, par des mesures d’organisation.

4128. Un des aspects de l’idéologie du parti est le degré d’internationalisme qui a pénétré ses rangs. Il est très fort parmi nous en tant qu’esprit de solidarité internationale, mais pas autant comme conscience d’appartenir à un parti mondial. Cela est lié à la tendance à présenter la conception d’extrême gauche comme une conception nationale (l’« originalité » et la valeur « historique » des positions de la « gauche italienne ») s’opposant à la conception marxiste-léniniste de l’Internationale communiste et cherchant à la remplacer. D’où une sorte de « patriotisme de parti » qui se dérobe aux organisations internationales (refus de postes, sectarisme, etc.). Cette faiblesse de l’esprit internationaliste expose le parti aux répercussions de la campagne que la bourgeoisie mène contre l’Internationale communiste en la qualifiant d’organe de l’État russe. Certaines des thèses d’extrême gauche à cet égard rejoignent celles habituelles des partis contre-révolutionnaires. Elles doivent être combattues vigoureusement, avec une propagande qui montre comment historiquement il a incombé au parti russe de bâtir et diriger une Internationale communiste, et quelle est la position de l’État ouvrier russe – la première et la seule conquête réelle du pouvoir par la classe ouvrière – par rapport au mouvement ouvrier international (Thèses sur la situation internationale).

La base de l’organisation du parti

  • 12 Observateur attentif et promoteur des conseils d’usine turinois lors du biennio rosso (1919-1920), (...)

4229. Tous les problèmes d’organisation sont des problèmes politiques. Leur solution doit permettre au parti d’accomplir sa tâche fondamentale : faire accéder le prolétariat à une complète indépendance politique ; lui donner une physionomie, une personnalité, une conscience révolutionnaire précise ; empêcher toute infiltration et influence perturbatrice de classes et de groupes qui, bien qu’ayant des intérêts opposés au capitalisme, ne veulent pas mener la lutte contre lui jusqu’à ses ultimes conséquences. Il y a tout d’abord un problème politique : celui de la base de l’organisation. L’organisation du parti doit être construite sur la base de la production et donc du lieu de travail (cellules12). Ce principe est essentiel pour la création d’un parti « bolchevique ». Il tient au fait que le parti doit être équipé pour diriger le mouvement de masse de la classe ouvrière, qui est naturellement unifiée par le développement du capitalisme suivant le processus de production. En plaçant sa base organisationnelle sur le lieu de production, le parti choisit la classe sur laquelle il s’appuie. Il se proclame comme un parti de classe et le parti d’une seule classe, la classe ouvrière. Toutes les objections au principe qui fait reposer l’organisation du parti sur la base de la production partent de conceptions liées à des classes étrangères au prolétariat, même si elles sont formulées par des camarades et des groupes qui se disent « d’extrême gauche ». Elles se fondent sur une appréciation pessimiste des capacités révolutionnaires de l’ouvrier communiste, et expriment l’esprit anti-prolétaire de l’intellectuel petit-bourgeois, qui se croit le sel de la terre et voit dans l’ouvrier le simple exécutant du bouleversement social et non le protagoniste conscient et intelligent de la révolution. Ce débat interne au parti sur les cellules reproduit la discussion et le conflit qui ont conduit, en Russie, à la scission entre bolcheviks et mencheviks sur le même problème du choix de la classe, de la nature de classe du parti et du mode d’adhésion des groupes non prolétaires. Ce problème revêt d’ailleurs, dans le contexte italien, une importance toute particulière. C’est la structure sociale elle-même, ainsi que les conditions et les traditions de la lutte politique, qui aggravent, en Italie plus qu’ailleurs, le risque de construire le parti sur la base d’une « synthèse » de groupes hétérogènes, en l’ouvrant à l’influence paralysante d’autres classes. Ce danger sera d’ailleurs aggravé par la politique même du fascisme, qui poussera des couches entières de la petite bourgeoisie sur le terrain révolutionnaire. Il est certain que le Parti communiste ne peut pas être seulement un parti d’ouvriers. La classe ouvrière et son parti ne peuvent pas se passer d’intellectuels, pas plus qu’ils ne peuvent ignorer le problème de rassembler autour d’eux et de diriger tous les groupes qui, par une voie ou une autre, sont poussés à la révolte contre le capitalisme. De même, le Parti communiste ne peut pas fermer ses portes à la paysannerie : au contraire, il doit avoir des paysans dans ses rangs et les utiliser pour tisser le lien politique entre le prolétariat et les classes rurales. Mais il faut rejeter vigoureusement comme contre-révolutionnaire toute compromission qui ferait du parti une « synthèse » de groupes hétérogènes, au lieu de soutenir sans concessions qu’il est une partie du prolétariat, que le prolétariat doit lui imprimer l’organisation qui lui est propre, et qu’il faut garantir au prolétariat une fonction dirigeante dans le parti lui-même.

  • 13 Le mot funzionarismo (fonctionnarisme) est employé au début du xxe siècle par l’historien, économi (...)

4330. Il faut également réfuter les objections pratiques à l’organisation sur la base de la production (cellules), selon lesquelles cette structure organisationnelle ne permettrait pas de surmonter la concurrence entre les différentes catégories de travailleurs et livrerait le parti au bureaucratisme13. La pratique des conseils d’usine (1919-1920) a montré que seule une organisation ancrée dans le lieu et le système de production permet d’établir une relation entre les couches supérieures et inférieures de la masse ouvrière (ouvriers qualifiés, non qualifiés et simples exécutants) et de créer des liens de solidarité qui éradiquent toute possibilité d’une « aristocratie ouvrière ». L’organisation par cellules conduit à la formation dans le parti d’une couche très large de membres dirigeants (secrétaires de cellules, membres des comités de cellules, etc.), qui font partie de la masse et restent en son sein même en exerçant des fonctions dirigeantes, contrairement aux secrétaires des sections territoriales qui étaient par nécessité détachés de la masse ouvrière. Le parti doit accorder un soin particulier à l’éducation de ces camarades qui forment le tissu relationnel de l’organisation et sont l’instrument de liaison avec les masses. De quelque point de vue qu’on l’envisage, la transformation de la structure organisationnelle sur la base de la production reste une tâche fondamentale du parti à l’heure actuelle et un moyen de résoudre ses problèmes les plus pressants. Il faut y insister et intensifier tout le travail idéologique et pratique qui s’y rapporte.

Cohésion de l’organisation du parti. Fractionnisme

  • 14 Gramsci fait une analogie entre le principe électif, aboutissant souvent au choix d’une élite sur (...)

4431. L’organisation d’un parti bolchevique doit être, à tout moment, une organisation centralisée, dirigée par le comité central non seulement en paroles, mais en actes. Une discipline prolétarienne de fer doit régner dans ses rangs. Cela ne signifie pas que le parti doive être dirigé d’en haut de manière autocratique. Le comité central aussi bien que les organes inférieurs de direction sont formés sur la base d’une élection et d’un choix des plus compétents à l’épreuve du travail et de l’expérience militante. Ce deuxième élément garantit que les critères de formation des groupes dirigeants aux niveaux local et central ne sont pas mécaniques, exogènes et « parlementaires »14, mais correspondent à un processus de formation d’une avant-garde prolétarienne homogène et connectée aux masses. Le principe de l’élection des organes dirigeants – la démocratie interne – n’est pas absolu, mais relatif aux conditions de la lutte politique. Les organes centraux et périphériques doivent toujours considérer leur pouvoir – y compris s’il venait à être limité – non pas comme hiérarchisé, mais en tant qu’il découle de la volonté du parti, en s’efforçant ainsi d’accentuer leur caractère prolétarien et de multiplier leurs liens avec la masse des camarades et la classe ouvrière. Cette nécessité est particulièrement prégnante en Italie, où les forces réactionnaires ont restreint et restreignent encore fortement la démocratie interne. Celle-ci est également liée au niveau de capacité politique des organes périphériques et des camarades qui y travaillent. La contribution des organes centraux à l’amélioration de cette capacité politique locale permet d’élargir les systèmes « démocratiques » et de réduire le système de la « cooptation » et sa verticalité intrinsèque au moment de régler les questions locales.

4532. La centralisation et la cohésion du parti requièrent l’absence de groupes organisés en son sein qui s’apparentent à des fractions. C’est la grande différence entre un parti bolchevique et les partis sociaux-démocrates, qui comprennent une grande variété de groupes et dans lesquels la lutte entre fractions est la forme normale d’élaboration des lignes politiques et de sélection des groupes dirigeants. Les partis et l’Internationale communistes sont nés de la lutte de fractions qui a eu lieu au sein de la IIe Internationale. En se constituant comme partis et comme organisation mondiale du prolétariat, ils se sont donné comme règle de fonctionnement non plus la lutte des fractions, mais la collaboration organique de toutes les tendances à travers leur participation aux organes dirigeants. L’affrontement de fractions est en effet impensable dans un parti du prolétariat, car il en brise l’unité en l’ouvrant à l’influence d’autres classes. Cela ne signifie pas que des tendances ne puissent pas naître dans le parti et que celles-ci ne cherchent pas parfois à s’organiser en fractions, mais il faut lutter énergiquement contre cette éventualité pour ramener les conflits de tendances, la réflexion stratégique et le choix des dirigeants à la forme qui est propre aux partis communistes : un déploiement réel et unitaire de la conscience dialectique, et non une dispute de caractère « parlementaire ».

  • 15 Il s’agit d’un document publié en 1925 sur L’Unità (journal officiel du PCd’I, fondé par Gramsci) (...)
  • 16 Les « tiers-internationalistes » constituent l’aile gauche des socialistes maximalistes qui, entre (...)

4633. L’expérience du mouvement ouvrier, qui échoua à cause de la lutte des fractions au sein du PSI et du fait que chaque fraction menait sa propre politique, paralysant toutes les autres et condamnant à l’impuissance le parti dans son ensemble, est un cas d’école. Il montre la nécessité de créer et maintenir la cohésion et la centralisation qui doivent caractériser un parti bolchevique. Parmi les nombreux groupes dont est issu le PCd’I, il y a encore certaines différences, qui doivent disparaître grâce à un approfondissement de notre idéologie commune, le marxisme-léninisme. Seuls les adeptes de l’idéologie antimarxiste d’extrême gauche continuent d’avoir un fonctionnement de type fractionnel. Ils ont même tenté de passer du fractionnisme larvé à une lutte ouverte de fractions, en créant le soi-disant « Comité d’entente »15. La réaction forte du parti à cette tentative insensée de diviser ses forces laisse penser que toute tentative de revenir aux coutumes de la social-démocratie dans ce domaine est vouée à l’échec. Le danger du fractionnisme existe, dans une certaine mesure, aussi pour la fusion avec les tiers-internationalistes du Parti socialiste16. Les tiers-internationalistes n’ont pas d’idéologie propre, mais il existe entre eux des liens essentiellement corporatistes, créés au cours de leurs deux années de vie en tant que fraction du PSI ; ces liens se sont de plus en plus relâchés et il ne sera pas difficile de les éliminer complètement. La lutte contre le fractionnisme doit passer avant tout par la promotion de principes d’organisation justes, mais elle ne sera couronnée de succès que lorsque le PCd’I pourra à nouveau considérer la discussion de ses problèmes actuels et de ceux de l’Internationale comme un fait normal, et orienter ses tendances en fonction de ces problèmes.

L’organisation du parti

4734. Un parti bolchevique doit être organisé de manière à pouvoir toujours fonctionner en contact avec les masses. Ce principe revêt la plus grande importance pour nous, en raison de l’oppression qu’exerce le fascisme afin d’empêcher que les rapports des forces réelles ne se traduisent en rapports des forces organisées. Ce n’est que par un effort maximal de concentration et d’intensité de l’activité du parti que nous parviendrons à neutraliser, au moins en partie, cette oppression et à faire en sorte qu’elle n’entrave pas le processus révolutionnaire. Il convient donc de prendre en considération les éléments suivants :

  1. le nombre des adhérents et leur capacité politique ; ils doivent être suffisamment nombreux pour permettre une extension continue de notre influence. La tendance à réduire artificiellement le nombre des cadres doit être combattue : elle conduit à la passivité, à l’atrophie. Or, chaque adhérent doit être un élément politiquement actif, capable d’étendre l’influence du parti et de traduire ses directives dans l’action quotidienne, à la tête d’une partie des travailleurs ;
  2. tous les camarades doivent participer à des tâches d’ordre pratique ;
  3. la coordination des différentes activités au moyen de comités dans lesquels s’assemble le parti tout entier en tant qu’organe de travail parmi les masses ;
  4. le fonctionnement collégial des organes centraux du parti, considéré comme condition pour constituer un groupe dirigeant « bolchevique » homogène et compact ;
  5. la capacité des camarades à travailler parmi les masses, à être constamment présents parmi elles, à être en première ligne de toutes les luttes, à savoir assumer et tenir en toute occasion la position propre à l’avant-garde du prolétariat ; on insiste sur ce point, car la progression du travail souterrain et les déviations idéologiques d’« extrême gauche » ont réduit notre capacité de travailler parmi et avec les masses ;
  6. la capacité des organes périphériques et des camarades à faire face à des situations imprévues et à agir efficacement avant même de recevoir des instructions des organes supérieurs. Il faut combattre cette passivité, elle aussi issue des conceptions organisationnelles erronées de l’extrémisme, qui consistent uniquement à savoir « attendre les ordres d’en haut ». Le parti doit avoir sa propre « initiative » à la base, c’est-à-dire que les organes de base doivent savoir réagir immédiatement à toute situation imprévue et soudaine ;
  7. la capacité de travailler dans l’économie « souterraine » (illégale) et de défendre le parti contre toute sorte de réaction, sans perdre le contact avec les masses, et en faisant en sorte qu’il puisse être utilisé comme moyen de légitimation. Dans la situation actuelle, une défense du parti et de son appareil qui se réduise au déploiement d’une simple « organisation interne », sans contact avec les travailleurs, doit être considérée comme un abandon de la cause révolutionnaire.

48Chacun de ces points doit être considéré avec attention, car ils signalent à la fois un défaut du parti et un progrès à réaliser. Ils sont d’autant plus importants qu’il faut s’attendre à ce que les coups réactionnaires affaiblissent encore davantage les liens organisationnels entre centre et périphérie, aussi importants soient les efforts pour les préserver.

Stratégie et tactique du parti

4935. La capacité tactique du parti est la capacité d’organiser et d’unifier autour de l’avant-garde prolétarienne et de la classe ouvrière toutes les forces nécessaires à la victoire révolutionnaire, et de les y conduire en profitant des situations objectives et des déplacements de forces qu’elles provoquent tant au sein de la classe ouvrière que parmi ses ennemis. Avec sa stratégie et sa tactique, le parti « dirige la classe ouvrière » dans les grands mouvements historiques et dans ses luttes quotidiennes. Ces deux directions sont liées mutuellement et se conditionnent réciproquement.

5036. Le principe selon lequel le parti dirige la classe ouvrière ne doit pas être interprété de façon mécanique. Il ne faut pas croire que le parti puisse diriger la classe ouvrière en s’imposant à elle de l’extérieur et de façon autoritaire : cela n’est pas plus vrai pour la période qui précède la prise du pouvoir que pour celle qui lui succède. L’erreur que représente l’interprétation mécaniste de ce principe doit être combattue dans le PCd’I comme une conséquence possible des déviations idéologiques d’extrême gauche ; ces déviations conduisent en effet à une surévaluation arbitraire et formelle du rôle dirigeant du parti. Nous affirmons que la capacité de diriger la classe ne tient pas au fait que le parti se « proclame » son organe révolutionnaire, mais au fait qu’il parvient « effectivement », en tant que partie de la classe ouvrière, à rester en contact avec toutes les couches de cette même classe, à impulser les masses dans la direction souhaitée et la plus favorable, compte tenu des conditions objectives. Ce n’est que comme conséquence de son action parmi les masses que le parti pourra obtenir d’elles d’être reconnu comme « leur » parti (conquête de la majorité), et c’est à cette condition seulement que le parti peut se prévaloir d’être suivi par la classe ouvrière. Cette action dans les masses est un impératif qui l’emporte sur tout « patriotisme » de parti.

5137. Le parti dirige la classe en pénétrant dans toutes les organisations où se rassemblent les travailleurs et en mobilisant en leur sein, et à travers elles, toutes les énergies sociales nécessaires pour mener la lutte des classes et gagner la majorité aux directives communistes. Les organisations (syndicales) dans lesquelles travaille le parti et qui tendent par leur nature à incorporer toute la masse ouvrière ne peuvent jamais remplacer le Parti communiste, qui est l’organisation politique des révolutionnaires, c’est-à-dire l’avant-garde du prolétariat. Un rapport de subordination et d’« égalité » entre les organisations de masse et le parti est donc à exclure (pacte syndical de Stuttgart, pacte d’alliance entre le PSI et la CGT). La relation entre parti et syndicats est une relation spécifique de direction, qui se concrétise dans les activités que les communistes déploient dans les organisations syndicales. Les communistes s’organisent en fractions dans les syndicats et dans toutes les organisations de masse, et participent en première ligne à leur vie et à leurs luttes, en soutenant le programme et les mots d’ordre du parti. Toute tendance à s’éloigner de la vie des organisations – quelles qu’elles soient – où il est possible d’entrer en contact avec les travailleurs, doit être combattue comme une déviation dangereuse, un indice de pessimisme et une source de passivité.

  • 17 Lors du congrès de Lyon, en plus des « Thèses politiques sur la situation italienne » ici traduite (...)

5238. Dans les pays capitalistes, les syndicats sont les organes spécifiques de ralliement des masses laborieuses. L’action dans les syndicats doit être considérée comme essentielle pour la réalisation des objectifs du parti. Le parti qui renonce à la lutte pour exercer son influence dans les syndicats et pour en conquérir la direction renonce de fait à la conquête des masses ouvrières et à la lutte révolutionnaire pour le pouvoir. En Italie, l’action dans les syndicats revêt une importance particulière, car elle permet d’œuvrer plus intensément et efficacement à cette réorganisation du prolétariat industriel et agricole qui doit rétablir sa prédominance par rapport aux autres classes sociales. L’oppression fasciste et surtout la nouvelle politique syndicale du fascisme créent toutefois un état de fait très particulier. La CGT et les syndicats de classe se voient privés de la possibilité d’exercer, dans leurs formes traditionnelles, une activité d’organisation et de défense économique. Ils tendent à être réduits à de simples agences de propagande. Mais en même temps, la classe ouvrière, sous l’impulsion de la situation objective, est poussée à recomposer ses forces suivant de nouvelles logiques d’organisation. Le parti doit donc défendre le syndicalisme de classe et revendiquer sa liberté, tout en stimulant la création de nouveaux organes représentatifs des masses à partir du système de production. Une fois paralysée l’activité du syndicalisme de classe, la défense des intérêts immédiats des travailleurs tend à se faire par des résistances éclatées et des luttes locales et sectorielles, dans les usines, les catégories de métiers, les différents services, etc. Le PCd’I doit pouvoir suivre et diriger toutes ces luttes, en évitant que le caractère unitaire et révolutionnaire des conflits de classe ne s’y perde, en les exploitant, au contraire, pour favoriser la mobilisation de tout le prolétariat et son organisation sur un front de combat (Thèses syndicales17).

5339. Le parti dirige et unifie la classe ouvrière en participant à toutes les luttes de caractère partiel, en formulant et en avançant un programme de revendications immédiates pour la classe laborieuse. Il lui faut considérer les actions partielles et limitées comme des étapes nécessaires pour parvenir à la mobilisation progressive et à l’unification de toutes les forces de la classe laborieuse. Le parti combat la thèse selon laquelle il faut s’abstenir de soutenir les actions partielles et d’y prendre part, sous prétexte que les problèmes intéressant la classe laborieuse ne peuvent être résolus que par la destruction du régime capitaliste et une offensive générale de toutes les forces anticapitalistes. Il sait bien qu’il est impossible d’améliorer sérieusement et durablement les conditions des travailleurs dans la période de l’impérialisme, et aussi longtemps que le régime capitaliste n’aura pas été abattu. Mais la mise en avant d’un programme de revendications immédiates et le soutien aux luttes partielles constituent la seule façon de gagner les grandes masses et de les mobiliser contre le capital. D’autre part, toute agitation ou victoire des catégories de la classe ouvrière dans le domaine des revendications immédiates rend la crise du capitalisme plus aiguë, et en précipite la chute aussi sur le plan subjectif, dans la mesure où elle déplace, sur le plan économique, l’équilibre instable sur lequel il fonde aujourd’hui son pouvoir. Le PCd’I relie chaque revendication immédiate à un objectif révolutionnaire ; il se sert de chaque lutte partielle pour enseigner aux masses la nécessité de l’action générale, de l’insurrection contre la domination réactionnaire du capital ; il s’efforce de préparer et de diriger chaque lutte à caractère limité de telle sorte qu’elle puisse mener à la mobilisation et à l’unification des forces prolétariennes, non à leur dispersion. Il défend ses thèses à l’intérieur des organisations de masse auxquelles incombe la direction des mouvements partiels ou à l’adresse des partis politiques qui en prennent l’initiative, ou encore il les fait valoir en prenant lui-même l’initiative de proposer des actions partielles aussi bien au sein des organisations de masse que des autres partis (tactique du front unique). En toutes circonstances, il se sert de l’expérience du mouvement et des résultats obtenus grâce à ses propositions pour accroître son influence, en montrant dans les faits que seul son programme d’action répond aux intérêts des masses et à la situation objective, et pour amener sur des positions plus avancées les fractions les plus arriérées de la classe laborieuse. L’initiative directe du PCd’I pour une action partielle peut être prise soit lorsqu’elle concerne à travers les organismes de masse une partie importante de la classe laborieuse, ou lorsqu’il est certain qu’un de ses mots d’ordre sera aussi suivi par une grande partie de cette dernière. Mais le parti ne prendra cette initiative que lorsqu’elle provoquera, en fonction de la situation objective, un déplacement en sa faveur des rapports de force, et représentera un pas en avant dans l’unification et la mobilisation de la classe sur le terrain révolutionnaire. Il est exclu qu’une action violente de la part d’individus ou de groupes puisse permettre de tirer les masses ouvrières de leur passivité si le parti n’est pas solidement implanté en elles. En ce qui concerne, notamment, l’activité des groupes armés, même comme riposte à la violence physique des fascistes, elle ne se justifie que dans la mesure où elle renvoie à une réaction des masses ou parvient à la déclencher et à la préparer, acquérant ainsi, sur le plan de la mobilisation des forces matérielles, une valeur comparable à celle des grèves et des revendications économiques partielles dans la mobilisation générale des énergies des travailleurs pour défendre leurs intérêts de classe.

5439 bis. C’est une erreur de croire que les revendications immédiates et les actions partielles n’ont d’autre caractère qu’économique. Du fait qu’avec l’approfondissement de la crise du capitalisme les classes dirigeantes capitalistes et agraires sont obligées, pour maintenir leur pouvoir, de limiter et de supprimer les libertés d’organisation et les libertés politiques du prolétariat, la revendication de ces libertés offre un excellent terrain pour l’agitation et les luttes partielles, lesquelles peuvent conduire à la mobilisation de vastes couches de la population laborieuse. Toutes les dispositions juridiques par lesquelles les fascistes suppriment en Italie jusqu’aux plus élémentaires libertés de la classe ouvrière doivent donc fournir au PCd’I des raisons pour mobiliser les masses et les mettre en action. Le PCd’I aura pour tâche de rapporter chacun des mots d’ordre qu’il lancera dans ce domaine aux directives générales de son action, notamment en démontrant par les faits que le régime instauré par le fascisme ne pourra connaître des limitations radicales et des transformations dans un sens « libéral » et « démocratique » qu’en déchaînant contre lui une lutte de masse qui devra inévitablement conduire à la guerre civile. Cette conviction devra se diffuser parmi les masses à mesure que nous parviendrons, en reliant les revendications partielles à caractère politique aux revendications à caractère économique, à transformer les mouvements « révolutionnaires démocratiques » en mouvements révolutionnaires ouvriers et socialistes. Il faudra notamment en arriver là en ce qui concerne l’agitation antimonarchiste. La monarchie est l’un des piliers du régime fasciste ; elle est la forme étatique du fascisme italien. La mobilisation antimonarchiste des masses de la population italienne est l’un des objectifs que le PCd’I doit proposer. Elle permettra de démasquer efficacement certains des groupes soi-disant antifascistes qui se sont retirés sur l’Aventin. Mais elle doit toujours être menée parallèlement à l’agitation et à la lutte contre les autres principaux piliers du régime fasciste, à savoir la ploutocratie industrielle et les propriétaires terriens. Dans l’agitation antimonarchiste, le problème de la forme de l’État sera, en outre, articulé par le PCd’I à celui du contenu de classe que les communistes entendent donner à l’État. Il y a encore peu de temps (juin 1925), le parti a réussi à connecter ces différents problèmes en fondant son action politique sur les mots d’ordre suivants : « Assemblée républicaine sur la base des comités ouvriers et paysans ; contrôle ouvrier sur l’industrie ; la terre aux paysans. »

5540. La tâche d’unification des forces du prolétariat et de toute la classe laborieuse sur un terrain de lutte est la partie « positive » de la tactique du front unique, et constitue, dans les circonstances actuelles, la tâche fondamentale du parti en Italie. Les communistes doivent se proposer pour objectif concret et réel l’unité de la classe laborieuse, afin d’empêcher le capitalisme d’appliquer son plan de désagrégation permanente du prolétariat visant à rendre impossible toute lutte révolutionnaire. Ils doivent savoir tout mettre en œuvre pour atteindre ce but, et surtout se montrer capables d’atteindre des ouvriers d’autres partis ou sans parti, en venant à bout d’hostilités et d’incompréhensions déplacées, en se présentant en toute circonstance comme les artisans de l’unité de la classe dans la lutte pour sa défense et sa libération. Le « front unique » de lutte antifasciste et anticapitaliste que les communistes s’efforcent de constituer doit tendre vers un front unique organisé, en se fondant ainsi sur les organismes autour desquels la masse dans son ensemble prend forme et se rassemble. Tels sont bien les organes représentatifs dont les masses elles-mêmes ont, aujourd’hui, tendance à se doter, en partant des usines, et à l’occasion de chaque agitation sociale, dès lors que les possibilités de fonctionnement normal des syndicats se voient limitées. Les communistes doivent prendre conscience de cette tendance dans les masses, savoir l’encourager, et développer ses aspects positifs, en luttant contre les déviations à caractère particulariste auxquelles elle peut donner lieu. Il faut considérer la question sans privilégier de façon fétichiste une forme déterminée d’organisation, en se rappelant que notre objectif fondamental est de parvenir à une plus vaste mobilisation et unité organique des forces sociales. Pour atteindre ce but, il faut savoir s’adapter à tous les terrains que nous offre la réalité, exploiter tous les motifs d’agitation, mettre l’accent sur telle ou telle forme d’organisation selon les nécessités et les possibilités de développement de chacune d’elles (Thèses syndicales : chapitres relatifs aux commissions internes, aux comités d’agitation, aux conférences d’usine).

5641. Le mot d’ordre des comités ouvriers et paysans est la formule synthétique de l’action du parti en ce qu’elle vise à créer un front unique organisé de la classe laborieuse. Les comités ouvriers et paysans sont des organes d’unité de la classe laborieuse mobilisée à la fois pour leurs luttes immédiates et pour des actions politiques plus larges. Le mot d’ordre de la création de comités ouvriers et paysans est donc d’application immédiate pour tous ces cas où le parti réussit à mobiliser une partie assez large de la classe travailleuse (plus d’une seule usine, plus d’une seule catégorie d’habitants), et en même temps une solution politique et un slogan mobilisateur adapté à la conjoncture présente du parti. Il montre concrètement la nécessité pour les ouvriers d’organiser leurs forces et de les opposer à celles des groupes d’origine et de nature bourgeoises, afin de parvenir à orienter de manière déterminante l’actuelle situation politique.

  • 18 Comme l’indique la parenthèse suivante, Gramsci parle de « formations politiques intermédiaires » (...)

5742. La tactique du front unique est une action (manœuvre) politique visant à démasquer les partis et groupes prétendument prolétariens et révolutionnaires dotés d’une base de masse ; elle est étroitement liée au problème de la direction des masses par le PCd’I et à celui de la conquête de la majorité. Sous la forme définie par les congrès du Komintern, elle est applicable dans tous les cas où, en raison de l’adhésion des masses aux groupes que nous combattons, la lutte frontale contre eux ne suffit pas à nous donner des résultats rapides et profonds. Le succès de cette tactique est à la mesure du travail d’unification et de mobilisation des masses qui la précède ou l’accompagne, et que le parti accomplit avec une action d’en bas. En Italie, la tactique du front unique doit rester centrale dans le parti dans la mesure où il est encore loin d’avoir acquis une influence décisive sur la majorité de la classe ouvrière et de la population laborieuse. Les conditions particulières de l’Italie ont fait la fortune des formations de gauche modérée18 basées sur l’équivoque et favorisées par la passivité d’une partie des masses (maximalistes, républicains, unitaires). Le groupe centriste qui surgira vraisemblablement des décombres de l’Aventin sera une formation de ce type. Il n’est possible de combattre pleinement le danger que représentent ces formations qu’avec la tactique du front unique. Mais son succès sera proportionnel au travail qui aura été fait simultanément pour arracher les masses à la passivité.

5842 bis. Le problème du Parti maximaliste doit être considéré de la même manière que celui de toutes les autres formations modérées que le PCd’I combat comme des obstacles à la préparation révolutionnaire du prolétariat et envers lesquelles il adopte, selon les circonstances, la tactique du front unique. Il est certain que dans certaines régions, le problème de la conquête de la majorité est spécifiquement lié pour nous à la destruction préalable de l’influence du PSI et de son journal (Avanti !). Par ailleurs, les dirigeants du PSI se classent de plus en plus ouvertement parmi les forces contrerévolutionnaires et conservatrices de l’ordre capitaliste (campagne pour l’intervention du capital américain ; solidarité de fait avec les dirigeants syndicaux réformistes). Rien ne permet d’exclure totalement la possibilité de leur rapprochement avec les réformistes et de leur fusion ultérieure. Le PCd’I doit tenir compte de cette possibilité et envisager dès maintenant que, lorsqu’elle se réalisera, les masses encore contrôlées par les maximalistes, mais conservant un esprit de classe, s’en détachent et s’articulent avec les masses que rassemble l’avant-garde communiste. Les bons résultats obtenus par la fusion avec la fraction tiers-internationaliste décidée par le Ve congrès du Komintern ont appris au parti italien comment, dans certaines conditions, on peut obtenir par une action politique avisée des résultats qu’on ne pourrait pas obtenir avec une activité normale de propagande et d’organisation.

5943. Tout en brandissant son programme de revendications classistes immédiates et en concentrant son activité dans la mobilisation et l’unification des forces ouvrières et des travailleurs, le parti peut présenter, afin de faciliter son action, des solutions intermédiaires aux problèmes politiques généraux, et promouvoir ces solutions parmi les masses qui adhèrent encore aux partis et formations contre-révolutionnaires. Ces solutions intermédiaires – aussi éloignées des mots d’ordre du parti que du programme d’inertie et de passivité des groupes que nous voulons combattre – permettent de rassembler des forces plus larges derrière le parti, de confronter les propos des partis de masse contre-révolutionnaires à leurs intentions réelles, de pousser les masses vers des solutions révolutionnaires et d’étendre notre influence (exemple : stratégie antiparlementaire). Ces solutions intermédiaires ne peuvent pas toutes être préétablies, car elles doivent de toute façon coller à la réalité. Elles doivent cependant pouvoir constituer un pont vers les mots d’ordre du parti, et il doit toujours être évident pour les masses que leur réalisation éventuelle entraînerait une accélération du processus révolutionnaire et le début de luttes plus profondes. Proposer ces solutions intermédiaires est la manière la plus pertinente de lutter contre les partis prétendument démocratiques, qui sont en réalité l’un des soutiens les plus puissants de l’ordre capitaliste chancelant et, à ce titre, alternent au pouvoir avec les groupes réactionnaires. Elle l’est d’autant plus lorsque ces partis pseudo-démocratiques sont liés à des couches importantes et décisives de la population laborieuse (comme en Italie dans les premiers mois de la crise Matteotti) et qu’un danger réactionnaire est imminent et grave (tactique adoptée par les bolcheviks à l’égard de Kerenski lors du coup d’État de Kornilov). Dans ces cas, le PCd’I obtient les meilleurs résultats en proposant les mêmes solutions qu’envisagent les partis prétendument démocratiques, si tant est qu’ils sachent mener une véritable lutte pour la démocratie, avec tous les moyens que la situation exige. Ces partis, ainsi mis à l’épreuve des faits, se démasquent devant les masses et perdent leur influence sur elles.

6044. Toutes les luttes sectorielles que mène le parti et les activités qu’il déploie partout pour mobiliser et unifier les forces de la classe laborieuse doivent converger et se résumer en une formule politique facile à comprendre pour les masses et ayant pour elles la plus grande efficacité mobilisatrice. Cette formule est celle du « gouvernement ouvrier et paysan ». Elle indique aussi aux masses les plus arriérées la nécessité de la conquête du pouvoir pour résoudre les problèmes vitaux qui les concernent, et les conduit sur le terrain qui est propre à l’avant-garde ouvrière la plus évoluée (lutte pour la dictature du prolétariat). En ce sens, il s’agit d’une formule de mobilisation, mais elle ne correspond pas à une phase réelle du développement historique, si ce n’est de la même manière que les solutions intermédiaires mentionnées dans le paragraphe 43. Sa réalisation ne peut en effet être conçue par le parti que comme le début d’une lutte révolutionnaire directe, c’est-à-dire de la guerre civile menée par le prolétariat, en alliance avec la paysannerie, pour la conquête du pouvoir. Le parti dévierait gravement de sa tâche de guide de la révolution s’il interprétait le gouvernement ouvrier et paysan comme une phase réelle de la lutte pour le pouvoir, c’est-à-dire s’il considérait que ce mot d’ordre indique la possibilité que le problème de l’État soit résolu dans l’intérêt de la classe ouvrière sous une autre forme que celle de la dictature du prolétariat.

Haut de page

Bibliographie

Descendre Romain et Zancarini Jean-Claude, 2023, L’œuvre-vie d’Antonio Gramsci, Paris, La Découverte.

Frétigné Jean-Yves, 2017, Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister, Paris, Armand Colin.

Gramsci Antonio, 2011a [1932-1934], « Remarques sur certains aspects de la structure des partis politiques dans les périodes de crise organique », Guerre de mouvement et guerre de position, R. Keucheyan éd., Paris, La Fabrique, p. 208-220.

Gramsci Antonio, 2011b [1933], « Passé et présent. La crise », Guerre de mouvement et guerre de position, R. Keucheyan éd., Paris, La Fabrique, p. 249-252.

Gramsci Antonio, 2007 [1926], « Ufficio politico del PCd’I al Comitato centrale del Partito comunista russo », Nel mondo grande e terribile. Antologia degli scritti 1914-1935, G. Vacca éd., Turin, Einaudi, p. 143-150.

Gramsci Antonio, 1983, Textes (1917-34), A. Tosel éd., Paris, Éditions sociales.

Gramsci Antonio, 1966a [1922], « La sostanza della crisi », Opere di Antonio Gramsci, vol. 11, Socialismo e fascismo, Turin, Einaudi, p. 453-455.

Gramsci Antonio, 1966b [1922], « Il processo della crisi », Opere di Antonio Gramsci, vol. 11, Socialismo e fascismo, Turin, Einaudi, p. 457-459.

Gramsci Antonio, 1966c [1922], « Una crisi nella crisi », Opere di Antonio Gramsci, vol. 11, Socialismo e fascismo, Turin, Einaudi, p. 461-462.

Gramsci Antonio, 1966d [1921], « La crisi del fascismo », Opere di Antonio Gramsci, vol. 11, Socialismo e fascismo, Turin, Einaudi, p. 544-546.

Linz Juan J., 1975, « La caduta dei regimi democratici », Rivista Italiana di Scienza Politica, vol. 5, no 1, p. 7-43.

Weber Max, 1992 [1904], « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », Essais sur la théorie de la science, J. Freund éd., Paris, Presses Pocket, p. 117-201.

Haut de page

Notes

1 Cette traduction a été réalisée à partir de l'archive en ligne des textes journalistiques et militants de Gramsci ([URL : https://www.marxists.org/italiano/gramsci/26/01-lione.htm] ; [URL : http://www.nuovopci.it/classic/gramsci/lionetpo.htm]), la version intégrale imprimée des Thèses, accueillie dans l'anthologie La costruzione del Partito comunista, 1923-1926 (Turin, Einaudi, 1974 [1971]) étant épuisée depuis longtemps. Je tiens à remercier Jean-Claude Zancarini et Mathieu Aguilera pour leur relecture de l’introduction et de la traduction.

2 Gramsci n’a sans doute pas connaissance, en 1926, des travaux sur le pluralisme causal du sociologue allemand : il lira la traduction italienne de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905) en prison, et n’aura pas accès à « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (1904). Sur le pluralisme causal dans ce texte, voir Weber (1992, p. 142-147).

3 NDT : Gramsci utilise le terme elementi (« éléments »). Il est pris dans deux acceptions : une acception individuelle, proche du français (les « éléments les plus capables » d’une organisation, le deuxième élément d’une liste, etc.), et une acception collective comme dans ce passage (des éléments sociaux hétérogènes). Le mot désigne ici des groupes sociaux dénués, contrairement aux « classes », d’une conscience collective. Cette note comme les suivantes sont du traducteur.

4 Gramsci utilise le terme gli agrari (« les agraires »), qui est littéralement intraduisible en français. Sa grille théorique opposant bourgeoisie et prolétariat d’un côté, et ville et campagne de l’autre, laisse présupposer que les « agraires » renvoient à la propriété de la terre et les industriels à la propriété du capital (comme dans cet extrait qui met en parallèle gli industriali et gli agrari). Le terme désigne ainsi, en tout état de cause, les propriétaires fonciers comme une classe dotée d’une conscience unitaire, d’une vision du monde singulière (réactionnaire) et d’une capacité d’influence politique au sein de l’État, à l’image des Junkers prussiens ou de la gentry britannique. Dans la suite du texte, Gramsci utilise aussi le terme « grands » ou « riches propriétaires terriens », en l’entendant parfois comme une élite des « agraires » (§ 11). Il utilise également le terme « bourgeoisie agraire » (§ 15), mais pour qualifier un nouveau groupe social ayant émergé, au début du xxe siècle, avec la pénétration progressive du capitalisme dans les campagnes, et devenu par la suite une des bases sociales du fascisme.

5 Le terme utilisé par Gramsci est compressione politica (« compression politique »). Dans son esprit, il renvoie à l’exercice d’une violence de la part de l’État à même de « comprimer » les désirs et la volonté collective des groupes sociaux pour les maintenir à leur place dans la hiérarchie économico-productive. Le terme revient à plusieurs reprises dans le texte, notamment pour qualifier la politique répressive du fascisme. Nous avons choisi de le traduire par « oppression », terme générique qui se prête à la description des différents types d’États présentés dans le texte (l’État bourgeois, l’État réactionnaire et l’État fasciste).

6 Le terme « propagande » n’est pas employé de manière péjorative à cette époque, et Gramsci l’utilise indifféremment pour qualifier la « stratégie de communication » – dirait-on aujourd’hui – du fascisme et du Parti communiste.

7 Guido Miglioli fut une figure centrale du mouvement paysan catholique de la vallée du Pô. Il compta parmi les fondateurs du Parti populaire de Luigi Sturzo, qu’il souhaitait appeler plutôt « Parti du prolétariat chrétien » afin de le soustraire à l’emprise du catholicisme conservateur et l’orienter vers les luttes ouvrières.

8 Le parti réformiste et le parti maximaliste constituent deux courants scissionnaires du PSI, en lutte pour l’hégémonie du parti, l’un autour de Bissolati défendant un programme social-démocrate modéré, l’autre autour de Serrati défendant un programme social-démocrate « maximal ».

9 La « sécession de l’Aventin » se produit le 27 juin 1924, dans la foulée de l’enlèvement du député socialiste Matteotti, lorsque les députés d’opposition décident d’abandonner les travaux parlementaires en protestation contre les méthodes illégales des fascistes. Le PCd’I de Gramsci soutient, seul, l’option d’une riposte révolutionnaire au fascisme et d’un appel aux masses. Le boycott de l’opposition facilitera le processus d’instauration d’un État autoritaire, en permettant à Mussolini de dépasser la crise Matteotti sans devoir se confronter à une opposition parlementaire.

10 Le terme utilisé par Gramsci est compattezza (« compacité »), qui renvoie à la solidité obtenue par la cohésion interne. « Solidité » ou « consistance » restant trop vagues, nous avons opté pour « cohésion ».

11 Cofondateur du PCd’I en 1921, l’économiste Graziadei critiquait notamment la théorie économique de la valeur travail de Marx, et il sera exclu du parti en 1928 en raison de son « révisionnisme » marxiste.

12 Observateur attentif et promoteur des conseils d’usine turinois lors du biennio rosso (1919-1920), Gramsci entend par « cellules » un modèle hétérodoxe de sections du parti qui doit épouser les formes d’organisation locale de la production au sein des usines (voir § 30).

13 Le mot funzionarismo (fonctionnarisme) est employé au début du xxe siècle par l’historien, économiste et homme politique « méridionaliste » Giustino Fortunato, qui influence la formation de Gramsci (il en fera dans les Cahiers de prison l’un des exemples d’« intellectuel traditionnel »). Le terme désigne la montée du pouvoir bureaucratique et de sa weltanschauung « fonctionnariale » au sein des sociétés modernes.

14 Gramsci fait une analogie entre le principe électif, aboutissant souvent au choix d’une élite sur des critères formels et extérieurs à la dynamique du groupe, et le parlementarisme bourgeois.

15 Il s’agit d’un document publié en 1925 sur L’Unità (journal officiel du PCd’I, fondé par Gramsci) par trois députés communistes, O. Damen, B. Fortichiari et L. Repossi, pour s’opposer à la ligne du Parti sur le fascisme.

16 Les « tiers-internationalistes » constituent l’aile gauche des socialistes maximalistes qui, entre le XIXe congrès du PSI (1922) et la dissolution du Parti socialiste unitaire par le fascisme (1925), migrent dans le PCd’I. Leur principal représentant est G. M. Serrati.

17 Lors du congrès de Lyon, en plus des « Thèses politiques sur la situation italienne » ici traduites, ont été approuvés quatre autres documents préparatoires, synthétisant la mission du PCd’I sur des enjeux spécifiques : les « Thèses sur la situation internationale », les « Thèses sur le travail national et colonial », les « Thèses agraires » et les « Thèses syndicales ». C’est à ces dernières que Gramsci se réfère dans ce passage. Elles portaient sur la division du travail et l’articulation entre le Parti communiste et les syndicats des travailleurs, de manière à dépasser les modèles du trade-unionisme anglais (dépourvu de radicalité révolutionnaire) et du syndicalisme partisan (l’inféodation des syndicats au parti défendue par les extrémistes).

18 Comme l’indique la parenthèse suivante, Gramsci parle de « formations politiques intermédiaires » en faisant référence aux forces centristes de la gauche socialiste, d’où le choix de traduction de « gauche modérée ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Gramsci, « Thèses de Lyon »Tracés. Revue de Sciences humaines, 44 | 2023, 195-228.

Référence électronique

Antonio Gramsci, « Thèses de Lyon »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/15479 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.15479

Haut de page

Auteur

Antonio Gramsci

Philosophe, journaliste et militant italien, fondateur du Parti communiste d’Italie et du journal L’Unità, auteur des Cahiers de prison

Haut de page

Traducteur

Federico Tarragoni

Professeur de sociologie (université de Caen Normandie, CERREV), membre junior de l’IUF

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search