Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Traduire et introduire les sciences sociales d’Asie orientale

Translating and introducing the social sciences of East Asia
Christelle Rabier
p. 11-25

Résumés

L’introduction du numéro revient sur le choix, par l’équipe de coordination, de traduire trois textes singuliers écrits en japonais par l’architecte et l’ethnologue urbain Kon Wajirô en 1927 sur son entreprise modernologique ; en chinois par le politiste Yu Keping en 2010 sur les innovations gouvernementales et en coréen par la sociologue Yang Hyunah sur les pratiques d’avortement en Corée (2013). Ces traductions et les commentaires qui les accompagnent ont conduit à réfléchir aux géographies et langues de la traduction, aux régimes de scientificité mobilisés, comme à la grammaire de la comparaison, au sein de l’aire régionale, mais aussi entre Occident et Asie de l’Est.

Haut de page

Texte intégral

1Sciences sociales d’ailleurs : tel est le titre d’une publication énigmatique qui paraît au printemps 2013. Ni livre, ni prospectus disponibles en ligne ni à l’accueil des éditions de l’EHESS, ce petit ouvrage à la couverture souple noire, blanche et rouge se présente comme un ensemble de notices sur « 32 ouvrages à traduire », rassemblés et présentés par une trentaine d’enseignant-e-s, de chercheurs et chercheuses composant la cellule de veille à la traduction des éditions de l’EHESS (2013). Ce volume constitue une invitation à traduire à défaut de pouvoir lire des œuvres, majeures aux yeux de ceux et celles qui les présentent, en arabe, en anglais, en portugais, en japonais, en russe, en tchèque, en espagnol, en allemand, en polonais, en coréen, en turc – et partant, souvent inaccessibles aux lecteurs francophones. L’injonction du titre pourrait être trompeuse : faute de moyens et de traductions nouvelles, l’ouvrage en est resté à une promesse de voyage dans des contrées « peu visibles sur la carte “spontanée” de nos savoirs » (ibid., p. 1).

  • 1 Sur l’engagement par la traduction des petits éditeurs, voir Noël (2012).

2Faire découvrir les sciences sociales d’ailleurs, au-delà de notre continent de pensée européen et nord-américain, est une gageure autant linguistique que commerciale (Sapiro et Popa, 2008). Les éditeurs de Sciences sociales d’ailleurs rappellent qu’introduire une autrice ou « un auteur étranger dans le champ national – surtout s’il écrit dans une langue “à faible diffusion” – est bien sûr un pari risqué, sur le plan intellectuel autant qu’économique » (ibid., p. 1). Traduire la langue des sciences sociales demande un savoir-faire et une excellente connaissance des champs disciplinaires mais surtout de leur contexte de production et de réception. À la différence de la littérature ou de la langue technico-commerciale, il n’est pas rare que la pratique de la traduction en sciences humaines et sociales repose in fine moins sur le seul talent d’une seule personne que sur celui d’une équipe qui compose en son sein l’ensemble des compétences requises, attentives aux langues, à leurs styles et à leurs registres. Ce travail collectif, dont le seul nom du traducteur ou de la traductrice ne rend pas compte, même si on y joint ceux des personnes remerciées dans les premières notes, représente un défi. Aussi la question d’investir temps et finances dans une entreprise aussi exigeante que limitée dans sa diffusion se pose-t-elle pour l’ensemble des acteurs impliqués dans la chaîne éditoriale – de la maison d’édition aux lecteurs universitaires1. Traduire, c’est ainsi « susciter une alchimie complexe dans laquelle il faut à la fois “inventer” un contexte de réception et introduire une pensée étrangère, dont les références, si ce n’est l’articulation conceptuelle tout entière, doivent être “acclimatées” » (ibid., p. 1). En un mot, traduire, c’est aussi introduire, c’est-à-dire se donner les moyens de parcourir ces chemins moins familiers, sinon inconnus, qu’ont empruntés des chercheurs et des chercheuses aux langues non européennes pour saisir le monde et en comprendre les mutations.

3Tracés a inauguré il y a quatre ans la collection hors série « Traduire et introduire », afin d’enrichir la démarche de traduction déjà présente dans la plupart des numéros thématiques et ainsi faire découvrir des autrices et des auteurs étrangers. Chaque hors-série a articulé ainsi plusieurs dossiers consacrés chacun à un texte ou à une œuvre, dont un extrait est traduit à cette occasion, en demandant des lectures critiques à des universitaires issu-e-s de différentes disciplines, afin d’éclairer le propos, ses fondements théoriques et empiriques, mais aussi son intérêt, voire ses limites, dans le contexte de réception français. Ce travail, pour autant, a reposé sur les épaules du comité de rédaction, dont la compétence linguistique se restreint, pour l’essentiel, aux principales langues européennes. La revue a ainsi décidé de relever le défi lancé par Sciences sociales d’ailleurs et de s’intéresser à d’autres continents culturels et linguistiques, plus lointains, hors de la carte spontanée de nos connaissances. C’est ce que nous avons souhaité faire avec « Sciences sociales d’Asie orientale ».

Désoccidentaliser en pratique ?

4L’invitation au voyage a conduit Tracés à s’embarquer dans une nouvelle aventure de son cycle « Traduire et introduire » en se tournant vers l’est. L’heureux hasard des rencontres et le goût partagé pour la traduction nous ont fait choisir l’Asie orientale et trois langues des sciences sociales : le chinois, le coréen et le japonais.

  • 2 L’Asie de l’Est n’échappe pas complètement à l’artifice d’un découpage géographique occidental (Pe (...)
  • 3 Ces réflexes prennent de multiples formes, allant de l’ignorance pure et simple des théories élabo (...)
  • 4 Pour une discussion approfondie de l’historiographie des sciences et des techniques, voir Raj (201 (...)
  • 5 Pour découvrir les seules sciences sociales japonaises, il existe par exemple Souryi et Hiroyuki ( (...)

5Heureux hasard ? Le choix de l’Asie de l’Est – préféré à « Extrême-Orient » rapidement abandonné2 – n’est pas étranger aux débats qui traversent les sciences sociales européennes et nord-américaines cherchant, non sans difficultés, à se déprendre de réflexes impérialistes3. Parmi ces débats, familiers du comité de rédaction, on trouve celui qui a animé les historiens économistes à propos des causes d’« une grande divergence » entre Europe et empire du Milieu (Pomeranz, 2010)4. Cette perspective s’avère fort différente de celles des historiens politiques ou des historiens des sciences se revendiquant des études subalternes, de l’histoire connectée, de l’histoire-monde ou de l’histoire globale, d’abord ouvertes pour l’Asie du Sud ou l’Amérique espagnole, désormais élargies à l’Asie de l’Est (Cook, 2007, p. 339-377 ; Gruzinski, 2012 ; Roux, 2012 ; Romano, 2016). Les autres sciences sociales ne sont pas en reste, appelant à « désoccidentaliser la sociologie » au miroir de recherches chinoises (Roulleau-Berger, 2011), ou encore à inventer les sciences sociales postoccidentales (Roulleau-Berger éd., 2015). Sans avoir cette ambition – ni la prétention d’initier aux sciences sociales est-asiatiques5 – nous avons cherché à établir un dialogue hors de nos frontières linguistiques européennes.

6D’aucuns avanceront, avec justesse, que l’intérêt de Tracés pour l’Asie orientale s’explique plus sûrement par l’existence d’échanges scientifiques anciens, induits par une colonisation prosélyte et savante, alimentés désormais par les comptoirs de la diplomatie d’influence que sont les centres de recherche et les maisons de la culture. Ces échanges se trouvent aujourd’hui renouvelés par des financements abondants, par la croissance rapide du nombre d’étudiant-e-s asiatiques dans nos universités européennes. Ils sont facilités, enfin, par l’hégémonie de l’anglais, lingua franca scientifique de l’Europe et de l’Asie. L’idée initiale – rappellerons-nous – a pris forme après des discussions informelles du Centre Chine-Corée-Japon et une rencontre avec les membres du réseau Rescor (Réseau des études sur la Corée) réunissant des traducteurs et des traductrices du coréen, qui ont confirmé l’intérêt scientifique mais également épistémologique de notre démarche : rendre accessibles leurs savoirs régionaux ; échapper à l’européocentrisme. Avec eux, nous nous accordons à dire que la traduction comme exercice contribue, par la pratique, à la dénaturalisation de nos catégories de pensée.

  • 6 Nous tenons à remercier ici Isabelle Thireau, dont la lecture généreuse de la traduction de Yu fut (...)

7Portée par la curiosité, l’entreprise de Tracés dans ce numéro est modeste et circonscrite. Le choix s’est porté sur une forme scientifique brève : l’article de périodique universitaire – jugée plus accessible au travail de traduction. Nous avons ainsi convié trois chercheuses et un chercheur à se saisir de notre proposition : faire découvrir des textes de leur choix, inédits en français, à des lectrices et des lecteurs francophones, spécialistes de la langue ou de la discipline, qui ont accepté de les commenter6. Les regards croisés ont ainsi enrichi les éclairages à apporter, ce qui a conduit en retour à de nouvelles propositions : l’insertion d’un cahier d’images, d’une part, pour le dossier Japon ; pour les dossiers Corée et Japon, l’appel à des chercheuses qui se situent hors du champ des sciences sociales (dans les études psychanalytiques et la conservation muséographique).

  • 7 Reproduire à l’identique un modèle qui avait démontré son intérêt, celui d’inviter l’auteur ou l’a (...)

8Il restait un enjeu : éviter au mieux l’effet de domination induit par la glose7. Une stratégie a consisté d’emblée à faire entendre au même titre des voix d’universitaires d’Asie et d’Europe, réunis par leur souhait d’éclairer les débats de leur point de vue. Au terme de l’aventure, il nous semble nécessaire d’expliciter le travail collectif dont l’ampleur n’était pas mesurée par l’équipe de coordination. Nourri de lectures patientes et croisées, de discussions au plus près des textes et des images, de questionnements curieux, le résultat du numéro rend compte, nous l’espérons, de la « traduction dense » opérée, pour reprendre l’heureuse formule de Romain Bertrand (2011), que suppose la rencontre d’une pensée étrangère. Car, derrière l’exercice de traduction, ce sont bien trois réflexions originales sur les mutations sociales, politiques, économiques contemporaines de la région est-asiatique que le numéro donne à lire, qui sont autant de rapports singuliers avec le savoir et l’action.

Trois textes singuliers

9Le projet du numéro s’est construit sur un désir partagé de faire découvrir des propositions scientifiques du monde universitaire d’Asie de l’Est, selon une seule contrainte, pour se conformer au parti pris de Tracés : la variété disciplinaire. De fait, le numéro ne rend compte ni d’une région savante, ni même de disciplines inscrites dans des configurations nationales particulières : bien plutôt, il situe et met en lumière trois personnalités scientifiques singulières, qui s’efforcent de proposer une analyse originale de leur société contemporaine.

  • 8 Nous avons suivi, en général, la convention est-asiatique qui place le patronyme avant le prénom. (...)
  • 9 Au-delà de la centaine de milliers de morts, le séisme de 1923 représente un tournant dans l’histo (...)

10Alice Doublier nous invite à découvrir l’histoire des sciences sociales du Japon, au travers d’un essai de Kon Wajirô8, « Qu’est-ce que la modernologie ? », publié pour la première fois en 1930. Après des débuts dans le champ des études folkloristes, Kon Wajirô termine sa carrière comme professeur d’architecture à l’université Waseda : c’est ce texte, à la fois programme et synthèse, qu’il choisit pour inaugurer l’édition rétrospective de son œuvre. Dans son parcours universitaire qui a fait un détour par la Corée colonisée, le tremblement de terre de 1923 qui a réduit Tokyo en poussière et en cendres a provoqué une rupture9. Quatre ans plus tard, Kon prend la plume pour relater ce qui a représenté pour lui autant une aventure humaine qu’une expérience savante et esthétique, proche de ce qu’on pourrait qualifier d’ethnologie urbaine du quotidien. Le dossier, qui accueille les contributions du spécialiste du Japon Damien Kunik et de Federica Tamarozzi-Bert, conservatrice du patrimoine européen, restitue la démarche intellectuelle d’un homme, atterré par la catastrophe, qui retrouve, par la création, le souci d’initier une démarche scientifique et de rendre compte d’un monde en train de se reconstruire, notamment par le dessin.

  • 10 Le Prix existe encore aujourd’hui.

11Afin d’éclairer les relations entre science politique chinoise et gouvernement, la politiste Émilie Frenkiel, quant à elle, a proposé de traduire « Quelles réformes faut-il favoriser et promouvoir ? » de Yu Keping, une des personnalités les plus influentes de la science politique chinoise du début des années 2000. À la fois savant et éminence grise, haut dirigeant de l’État-parti, Yu cumule des fonctions politiques de directeur fondateur du Centre de politique et d’économie comparées du Comité central du Parti communiste chinois, rattaché au Bureau central des traductions et compilations, et universitaires de directeur de l’Institut de recherche en innovations gouvernementales de l’université de Pékin. Yu Keping s’est récemment éloigné du Parti, après l’accession de Xi Jiping au pouvoir, tout en continuant à analyser les mutations politiques de la République populaire de Chine. Le texte de Yu Keping se veut une synthèse claire et une mise en perspective des résultats d’une expérimentation à la fois savante et politique : le Prix des innovations de gouvernance locale, organisé entre 2000 et 2010, qui incite les échelons territoriaux à soumettre une initiative intéressante en vue de son éventuelle réplication10.

12Sa démarche s’apparente bien davantage à une réflexion, nourrie d’exemples, de ce qu’il analyse comme une transition du gouvernement de la domination à la bonne gouvernance. De cette liberté de savoir et d’entreprendre, et des contraintes politiques et cognitives qui en découlent, il était nécessaire de rendre compte par le dialogue entre chercheurs européens et chinois : aux analyses de Chunyu Shi, spécialiste de science politique chinoise, et d’Éric Florence, connaisseur des transformations politiques chinoises, vient s’ajouter la lecture d’Yves Sintomer, qui travaille sur les innovations politiques en Europe. En miroir de leurs études, l’article de Yu peut se lire autant comme un manifeste que comme un document : les innovations qu’il rapporte occupent, dans leur variété même, l’espace étroit de la liberté politique laissée aux différents échelons locaux d’un immense État toujours contrôlé par le Parti communiste chinois.

13Florence Galmiche et Pierre-Emmanuel Roux, de leur côté, nous ouvrent les portes de la prestigieuse faculté de droit de l’université nationale de Séoul. En traduisant « Le recours constitutionnel contre le délit d’avortement et la voix des femmes : une étude des perceptions de l’expérience de l’avortement », Yang Hyunah, première sociologue et première femme accueillie dans le corps professoral dans cette faculté, les coordinateurs nous donnent à entendre une pensée féministe originale, quelque peu détonante même. La recherche traduite porte sur un sujet au cœur des débats publics : la pratique massive de l’avortement en Corée du Sud, qui concernerait plus d’une grossesse sur trois, alors que l’avortement, toujours illégal, fait l’objet d’une dépénalisation seulement partielle. À la lumière des commentaires offerts par Florence Galmiche, anthropologue des phénomènes religieux et du genre en Corée, Pierre-Emmanuel Roux, historien des religions et du droit, Fabrice Cahen, historien de la reproduction en Europe, et Isabelle Konuma, spécialiste du droit japonais de la famille, on découvre une chercheuse engagée au service de ses concitoyennes, qui conteste avec fermeté les récentes décisions de la Cour constitutionnelle qui continuent de placer la plupart des femmes qui avortent en situation d’illégalité. Pour ce faire, elle adopte une démarche sociophénoménologique qui rend compte de l’expérience de femmes, dont les « voix » sont captées par des entretiens. Yi Mikyung, professeure franco-coréenne d’études psychanalytiques, complète ces analyses avec une réflexion sensible et originale, qui met en regard une situation occidentale où l’accès à l’avortement n’entraîne pas nécessairement une explicitation de la souffrance suscitée par les expériences d’IVG en France. Dédaignant un point de vue moralisateur, elle propose au contraire de lire les chuchotements sud-coréens à la lumière du concept de maternité posthume, expérience de grossesse interdite de représentation et d’investissement.

14On pourrait se contenter de souligner qu’au travers de leur apparente variété, se lisent autant d’engagements scientifiques singuliers et inconnus en Europe ; mais ce serait passer trop vite sous silence l’expérience éditoriale de la traduction.

Retour d’expérience

  • 11 Voir, sur ce point, Lucken (2015, p. 66-70).

15Traduire a signifié, pour nous tous, abandonner des habitudes de pensée – un certain conditionnement intellectuel même – héritées de nos structurations disciplinaires européennes. Les études récentes sur la traduction des sciences humaines et sociales, comme celles qui ont été coordonnées par Gisèle Sapiro (éd., 2012), reposent souvent sur l’étude d’un espace géographique entre Europe et Amérique, aux proximités évidentes11. Le déplacement vers l’est force à davantage de dénaturalisation intellectuelle : il nous a été en partie facilité par l’invitation de commentateurs et commentatrices issus de disciplines distinctes, voire complètement extérieurs à un champ des sciences humaines et sociales strictement délimité. Les différentes étapes du travail collectif – composition de l’équipe de coordination « Asie orientale », débats sur les textes à choisir, travail sur la langue, précisions sur les termes et le style, dispositifs interprétatifs à élaborer, invitations à débattre, corrections des textes – furent celles d’un apprentissage croisé, peut-être autant des savoirs à l’œuvre dans l’Asie de l’Est, que des sciences sociales d’Europe occidentale. Autant qu’ils nous permettent de découvrir des pensées d’ailleurs – ailleurs linguistique, ailleurs disciplinaire – les dossiers mettent en lumière l’ampleur de notre méconnaissance des savoirs, comme de leurs configurations institutionnelles. Traduire et introduire ces trois textes a suscité un travail de franchissement de frontières, qu’il nous semble nécessaire de restituer ici.

16Premier constat : la place de la conceptualisation anglophone des textes scientifiques, massive, mérite analyse. Comme le rappelle Alain Delissen, l’hégémonie chinoise a longtemps prévalu : en portent la trace les caractères hanzi en chinois qui se retrouvent en coréen (hancha) ou en japonais (kanji). Elle disparaît peu à peu à partir du xixsiècle avec l’adoption lexicale de nouveaux termes venus d’Europe ou induits par les Européens, transcrits en caractères chinois (Alleton, 2008). Aujourd’hui, l’anglais prévaut, aisément translittéré en katakana pour la langue japonaise, mais son adoption est plus récente.

17Prenons le terme de modernologie forgé par Kon Wajirô : sa traduction reflète autant l’histoire même du mot et du référentiel disciplinaire que l’accentuation signifiante spécifique privilégiée par chacun des traducteurs. Comme le montre parfaitement Damien Kunik, l’auteur japonais fait preuve d’une certaine poétique afin de désigner sa démarche scientifique innovante. Il crée un néologisme kôgengaku 考現学, sur la structure de kôkogaku 考古学 (archéologie), autre néologisme lui-même forgé à la fin du xixe siècle par l’Allemand von Siebolt pour désigner l’équivalent japonais de la démarche européenne. Ce faisant, il substitue au syntagme ancien, vieux – 古, archéos en grec – la syllabe moderne, contemporain – gen 現, ou synchronos en grec. Kôgengaku 考現学 est ainsi une référence à l’archéologie japonaise dont elle se sépare. C’est également un programme pour saisir, de manière méthodique, les mœurs citadines de ses contemporains après la tabula quasi rasa occasionnée par le séisme de 1923, appelant une extension de l’espace de scientificité à l’étude de ses compatriotes. Fallait-il, en français, préférer le moment intellectuel de construction du néologisme, à savoir le xixe siècle européen, en forgeant, je l’ai suggéré synchronologie ou – à l’instar de Damien Kunik – privilégier le lien explicite au néologisme savant japonais archéologie en optant pour archéologie du présent ? Nous avons laissé le choix aux traducteurs.

18Pour autant, Kon ne s’est pas contenté d’explorer les ruines de Tokyo et de documenter la capacité de ses contemporains à se relever de la catastrophe, il a également souhaité partager son projet scientifique au-delà des frontières du Japon, à un moment où l’Empire qui exerce déjà sa domination sur la péninsule coréenne, entend également rivaliser avec ses semblables. Pour ce faire, il utilise le nouvel outil de la République internationale des sciences, l’espéranto. Kon a ainsi traduit kogenkabu par modernolojio, puis opté pour un glissement vers un modernology anglicisé. Aussi, tout en restituant les opérations de fabrication du concept – synchronologie ou archéologie du présent – nous avons choisi d’utiliser modernologie dans le titre de l’article, en respectant la visée internationale de Kon. Ainsi, nous gardons la trace de l’histoire politique et savante du concept.

19La place de la conceptualisation anglophone est ainsi moins importante dans le texte japonais que dans les textes de nos contemporains Yu Keping et Yang Hyunah. Comme l’esquisse Alain Delissen à partir de l’étude de l’Index translationum, l’anglais représente un continent dans l’océan linguistique des langues d’Asie orientale. Alors que les autres langues européennes font l’objet d’un ratio à peine supérieur à la stricte équivalence en termes d’ouvrages traduits, la traduction de l’anglais vers le chinois est vingt fois supérieure à celle du chinois vers l’anglais ; vingt-cinq fois pour le couple japonais-anglais et soixante-dix fois pour le couple coréen-anglais, et ces rapports seraient vraisemblablement encore supérieurs si on isolait les seules sciences humaines et sociales. En Chine, nous rappelle Émilie Frenkiel, il existe des institutions centrales dont le rôle est de réaliser les traductions officielles du chinois vers l’anglais, qui procèdent également à celles des textes de sciences humaines et sociales dans les deux directions. Qui plus est, les parcours universitaires chinois et coréen présentent de plus en plus fréquemment des étapes anglo-saxonnes : c’est le cas de Yang, diplômée aux États-Unis. Yu, désormais bien connu en dehors des frontières chinoises, fait là figure d’exception, puisqu’il a été entièrement formé en Chine ; pour autant, il a su utiliser l’instrument à sa disposition – le Bureau central des traductions et des compilations – pour faire traduire et interpréter les théories étrangères sur la démocratie délibérative et sur le nouveau management public.

20Pour restituer cette influence tant dans la science politique chinoise que dans la sociologie sud-coréenne, inscrite dans la langue même, une possibilité était de traduire les concepts anglo-saxons présents dans le texte original chinois : c’est l’option choisie par les traductrices de Yu Keping. L’autre était de conserver l’anglicisme directement dans le texte, en l’habillant de guillemets : c’est celle qui est adoptée pour le coréen. Pour autant, il était nécessaire d’expliciter leurs usages.

21L’opération de traduction invitait aussi, a contrario, à réfléchir à l’influence jacobine d’autres concepts français – comme « collectivités territoriales » – et à leur privilégier le concept anglo-saxon de « gouvernement local ». Pourtant, la traduction n’a pas seulement dessiné les contours d’un impérialisme savant de l’anglais. Elle a également permis de découvrir une frontière intérieure entre Taïwan et Chine continentale : nombre de concepts-slogans de la Chine maoïste, exprimés et répliqués dans un espace politique et commercial intérieur, traduits initialement sous forme de périphrases par la traductrice originaire de Taïwan, se sont avérés disposer d’une traduction courante en français – indice négatif des réticences politiques de part et d’autre du détroit de Formose ; indice positif de la prégnance des relations entre la sinologie européenne et la République populaire de Chine.

Le savant et le politique

22Second constat : nous avions sous-estimé les effets de l’environnement politique et institutionnel spécifique dans lequel les sciences sociales se façonnent et se construisent. Expliciter le contexte de publication est devenu indispensable à mesure de la préparation du numéro.

  • 12 Les traductrices et traducteur ont proposé trois types de textes pour restituer le commentaire : a (...)

23Faire science – selon « Sciences sociales d’Asie orientale » – prend différentes formes : il n’y a pas homologie entre les trois articles scientifiques, qui vont de l’essai à la synthèse, en passant par l’article doté d’un appareil critique et d’instruments méthodologiques. De fait, il y a là autant de styles réflexifs et argumentatifs qui ne laissent pas d’interroger : c’est ce que fait Éric Florence, qui voit dans l’analyse du texte de Yu l’« exemple d’un genre politico-administratif familier aussi bien des intellectuels que des fonctionnaires et cadres du Parti » (p. XXX, dans ce numéro), construit sur un format qui établit la reconnaissance des réalisations rendues possibles par l’action et la direction de l’État-parti, avant d’en expliciter certaines limites et de suggérer une solution. On peut aussi s’étonner, comme le fait Fabrice Cahen, de l’explicitation maladroite par Yang de sa méthodologie de recherche, mise en œuvre avec l’aide d’une poignée d’étudiantes mobilisées dans le cadre universitaire, pour administrer un questionnaire à quelques femmes rencontrées par réseau d’interconnaissance : il s’agit là, suggère-t-il, de se réapproprier un discours scientifique de pur chiffrage épidémiologique, seul argument scientifique à avoir droit de cité. Unanimement, et prenant le contre-pied de certains choix éditoriaux à destination de non-spécialistes, les traducteurs et les relecteurs ont décidé de conserver l’intégrité de ces textes et de respecter leur style, leur ton, leurs maladresses et leurs prétentions, sans en perdre l’intelligibilité : c’est ce qu’explicitent clairement les notes de traduction, qui commentent autant les difficultés rencontrées, les équivalences choisies – du vocabulaire dans la ligne du Parti jusqu’aux anglicismes qu’il fallait restituer dans la langue cible –, que la spécificité de l’argumentation, du régime de références, et de la rhétorique mobilisés par Kon, Yu et Yang12. À cette aune, « Sciences sociales d’Asie orientale » constitue une ressource pour les historiens et les sociologues des sciences soucieux de comparatisme.

24Autant qu’ils sont, les textes traduits jettent la lumière sur différentes modalités individuelles et collectives d’élaboration de la recherche. Kon Wajirô publie une pièce de circonstance, qui prend l’occasion d’une exposition pour théoriser le travail, réalisé pendant les quatre années qui ont précédé, en compagnie de bénévoles unis par le souci de rendre compte de l’intelligence créative des contemporains. Republiée au début de ses œuvres choisies, la pièce de circonstance prend un nouveau statut – celui de texte théorique qui donne sens et postérité à son œuvre. À leur manière, Yang et Yu jouent différemment les rapports entre savant et politique. La sociologue sud-coréenne, qui publie dans une revue spécialisée en jurisprudence, remplit le rôle qui est attendu d’elle – éclairer la puissance publique – par une critique à peine voilée des biais induits par la composition de la commission consultative. Elle oppose à cette instance une analyse originale, à partir d’un matériau empirique qui donne accès à une réalité qui semble échapper aux juges. Yu, quant à lui, s’adresse autant aux fonctionnaires territoriaux qu’aux cadres du Parti, dans un style politico-administratif, depuis la tête du think tank qu’il a longtemps dirigé, institution capable de diligenter des centaines d’équipes pour étudier et évaluer l’ensemble des quelque 1 500 candidatures au Prix des innovations gouvernementales. Engagés, ces trois chercheurs le sont à leur manière : ils enrichissent ainsi notre compréhension de la place du savant dans les cités qu’ont constituées respectivement le Japon des années 1920, la Chine des années 2000 et la Corée d’aujourd’hui.

Oser la comparaison

25Traduire n’était pas le seul objet du numéro : il fallait rendre accessible non seulement les textes, mais aussi les savoirs et les savoir-faire qui les portent. Ayant saisi l’invitation qui leur était faite de penser par ou avec une traduction, les auteurs et autrices des dossiers nous offrent autant d’éclairages que de points de vue, selon les spécialités disciplinaires ou thématiques. D’Asie ou d’Europe, ils nous aident à parcourir la distance qui pourrait exister et à suivre ces « concepts nomades » récemment réinterrogés (Christin éd., 2010).

26Les commentateurs et commentatrices ont éclairé ces textes à l’aune d’outils classiques de l’analyse critique ou herméneutique. En analysant l’ensemble des lauréats du Prix des innovations locales, à partir de critères géographiques et institutionnels, la politiste chinoise Chunyu Shi montre comment les réformes politiques à l’échelon local se préoccupent davantage de la réforme de l’administration, moins risquée à amender. Selon elle, la science politique chinoise a su s’emparer notamment du concept de Jürgen Habermas, introduit en Chine en 2002, de « démocratie délibérative » ; les politistes chinois y ont trouvé un outil pour cliver la notion de gouvernement par le peuple, fondée communément sur le suffrage électif. En proposant une application du concept de démocratie délibérative – soit l’introduction de la participation – aux échelons locaux de l’administration, l’État-parti a ainsi trouvé, selon elle, une solution théorique et pratique à son souci de renforcer sa légitimité. Le texte établit en creux, selon Éric Florence, à quel point l’innovation administrative montre de facto la capacité d’adaptation du régime, la question des inégalités étant devenue forte dans le pays pour des communautés fragilisées par la libéralisation économique depuis l’ère de Jiang Zemin et de Zhu Rongji (1993-2003). Historiciser s’avère un outil central de l’analyse. Le recours à l’histoire constitue, en effet, un dénominateur commun dans chacun des dossiers. Chacun des textes traduits apparaît ainsi comme un jalon dans une biographie, jalon représentatif ou singulier d’une œuvre scientifique quelquefois abondante. Les commentaires restituent ainsi les dynamiques historiques à l’œuvre dans la démarche scientifique, au croisement d’une expérience personnelle – le tremblement de terre de 1923, pour Kon ; le massacre de Tian’anmen, pour Yu – et d’une histoire de plus longue durée, retraçant les effets du moment colonial sur les savoirs. Grâce aux éclairages croisés d’Alice Doublier et de Damien Kunik, Kon Wajirô retrouve ses gestes et ses atours de savant, adepte de l’observation et du dessin. Il retrouve également la position qui fut la sienne dans le Japon impérial, puisant dans son passage par la Corée une source nouvelle de curiosité pour la ville exubérante qui l’avait accueilli, dont la simplification à l’extrême par le tremblement de terre rend enfin possible, à ses yeux, l’archivage, geste savant par excellence. De la même manière, Émilie Frenkiel et Éric Florence soulignent la singularité de Yu Keping, par son parcours académique exigeant jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, parcours qu’ils analysent à l’aune de la récente reconstruction d’une science politique chinoise. « Quelles réformes faut-il favoriser et promouvoir ? » peut ainsi s’interpréter à la fois comme un souci d’allégeance et de légitimation de l’État-parti, mais aussi comme le résultat d’une démarche intellectuelle et politique visant à moderniser le régime de l’État-parti, qui trouve dans l’esprit d’initiative des serviteurs de l’État, comme le souligne Chunyu Shi, la source de la transformation du régime chinois.

27L’écart entre la pratique massive de l’avortement et son illégalité en Corée appelait également une réflexion historique, afin de mieux saisir l’engagement féministe de l’autrice – nourri, comme le rappelle Fabrice Cahen, de références à la feminist jurisprudence anglo-saxonne. Partant de l’idée que, préalablement à la colonisation japonaise, l’autoavortement des femmes n’était pas soumis à la loi, Isabelle Konuma et Florence Galmiche se sont exercées à mettre en regard les histoires nationales en ce qu’elles ont en commun depuis la colonisation japonaise, à savoir la dépénalisation partielle de l’avortement et le recours à cette pratique comme mode de contraception dès les années 1960. La comparaison Japon-Corée s’avère ici éclairante, afin de comprendre les trajectoires divergentes entre les deux pays, à la fois du point de vue législatif et pratique, qui conduisent à l’adoption de facto d’un eugénisme social, sous régime d’eugénisme d’État – que celui-ci prenne la forme de surmortalité des fœtus féminins ou d’avortement économique. Leur dialogue met en exergue la diversité des luttes militantes et spécifiquement féministes qui s’allient sur le terrain du choix réel des femmes et du refus de l’utilité économique ; celles-ci conduisent à l’abandon du régime eugéniste au Japon en 1996. En regard de ces histoires politiques complexes, la démarche de Yang, qui entend faire partager l’expérience douloureuse des femmes qui ont avorté, porte également une revendication féministe à la fois en termes de droit individuel ou subjectif des femmes et en termes d’émancipation féminine et de réelle autodétermination.

28Outre le recours à l’histoire, et faute de pouvoir être environné d’archives, le raisonnement analogique, par analyse des différences et des ressemblances, offre un autre instrument. Il conduit ainsi Federica Tamarozzi-Bert à éclairer la démarche modernologique de Kon par un ensemble d’équivalences historiques européennes, nous invitant à réfléchir aux initiatives folkloristes et ethnographiques de l’Europe de l’entre-deux-guerres. Son approche serait aussi comparable aux autres enquêtes sur les mondes urbains en devenir entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle à Paris, Londres, Edimbourg et Chicago (Harootunian, 2000 ; Topalov, 2015 ; Biase et al. éd., 2016). Yi Mikyung, quant à elle, a saisi la démarche de Yang Hyunah comme psychanalyste, lisant dans le discours des femmes coréennes une expérience de grossesse qui ne dit pas son nom. Ne faut-il pas étendre au cas sud-coréen des concepts européens, tel celui de « grammaire de l’engendrement » (Boltanski, 2004) ? En recourant à ce cadre conceptuel et en montrant ainsi comment la loi participe à la souffrance psychique des femmes, Fabrice Cahen peut mieux faire comprendre la stratégie audacieuse de l’universitaire qui exige l’actualisation de normes édictées du seul point de vue masculin.

29Les traductions représentent ainsi une autre façon de réinterroger nos évidences européennes, de mettre en regard normes académiques et démarches savantes, concepts et pratiques politiques. Ainsi, dans le dossier Yu, Yves Sintomer invite à ressaisir la notion de service public comme une idéologie qui n’est pas proprement européenne, ni chrétienne ; ou encore à réinterroger la notion de démocratie, dans ses acceptions élective et délibérative. Comparer, ainsi, nous oblige à réfléchir à nouveaux frais à nos évidences européennes.

*

30Expérience de savoir, « Sciences sociales d’Asie orientale » a représenté pour nous un moment de réflexion et de création, que ces quelques pages d’introduction ont tenté de reconstituer. Le numéro s’apparente parfois à une expérimentation savante aux résultats multiples. Plutôt que de désoccidentaliser, le numéro souligne au contraire combien traduire, c’est aussi accueillir l’altérité. La comparaison dans l’espace, le temps et entre les disciplines a conduit à structurer la pratique de traduction en une réflexion à plusieurs échelles, à la fois au plus près des textes et des langues choisies, mais aussi sur l’ensemble de la région, comme l’ébauche Alain Delissen ici. Les dossiers ont été, enfin, l’occasion de mettre à l’épreuve une pensée par trop standardisée, en autorisant la confrontation de points de vue et la dissonance de styles. Puisse ce numéro convaincre de la nécessité de continuer à traduire et introduire en francophonie les sciences sociales d’ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Alleton Viviane, 2008, L’écriture chinoise. Le défi de la modernité, Paris, Albin Michel.

Bertrand Romain, 2011, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, xvie-xviie siècle, Paris, Le Seuil.

Boltanski Luc, 2004, La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard.

Christin Olivier éd., 2010, Dictionnaire des concepts nomades en Sciences Humaines, Paris, Métailié.

Cook Harold J., 2007, Matters of Exchange. Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age, New Haven, Yale University Press.

Delissen Alain, 2005, « D’un post-scriptum tokyote à la mondialisation du macabre. Le massacre des Coréens du Kantô (septembre 1923) », Le massacre, objet d’histoire, D. El Kenz éd., Paris, Gallimard, p. 333-350.

Éditions de l’EHESS, 2013, Sciences sociales d’ailleurs. 32 ouvrages à traduire, Paris, Éditions de l’EHESS, [URL : http://editions.ehess.fr/no_cache/ouvrages/ouvrage/sciences-sociales-dailleurs/?print=1], consulté le 4 septembre 2017.

Biase Alessia (de), Levy Albert et Castrillo Romón María A. éd., 2016, numéro thématique « Patrick Geddes en héritage », Espaces et sociétés, no 167.

Gonon Anne et Galan Christian éd., 2008, Le monde comme horizon. État des sciences humaines et sociales au Japon, Arles, Philippe Picquier.

Gruzinski Serge, 2012, L’Aigle et le dragon. Démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fayard.

Harootunian Harry, 2000, History’s Disquiet. Modernity, Cultural Practice and the Question of Everyday Life, New York, Columbia University Press.

Keim Wiebke, 2010, « Analyse des invitations de chercheurs étrangers par l’EHESS. Compétences reconnues et clivages Nord-Sud », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, no 9, p. 33-52.

Lucken Mickaël, 2015, Nakai Masakazu. Naissance de la théorie critique au Japon, Dijon, Les presses du réel.

Noël Sophie, 2012, « L’engagement par la traduction. Le rôle des petits éditeurs indépendants dans l’importation des ouvrages de sciences humaines », Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles, Gisèle Sapiro éd., Paris, DEPS-Ministère de la Culture, p. 273-293.

Pelletier Philippe, 2011, L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard.

Pomeranz Kenneth, 2010, Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel.

Raj Kapil, 2013, « Beyond postcolonialism… and postpositivism : circulation and the global history of science », Isis, vol. 104, no 2, p. 337-347.

Romano Antonella, 2016, Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (xvie-xviie siècles), Paris, Fayard.

Roulleau-Berger Laurence, 2011, Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Roulleau-Berger Laurence éd., 2015, numéro thématique « Inventer les sciences sociales postoccidentales », Socio, no 5.

Roux Pierre-Emmanuel, 2012, La croix, la baleine et le canon. La France face à la Corée au milieu du xixe siècle, Paris, Les Éditions du Cerf.

Sapiro Gisèle éd., 2012, Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles, Paris, La Documentation française.

Sapiro Gisèle et Popa Ioana, 2008, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques », Translatio : le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, G. Sapiro éd., Paris, CNRS éditions, p. 107-138.

Souyri Pierre-François et Hiroyuki Ninomiya éd., 1995, « L’histoire du Japon sous le regard japonais », Annales HSS, vol. 50, no 2, p. 227-480.

Topalov Christian, 2015, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier.

Haut de page

Notes

1 Sur l’engagement par la traduction des petits éditeurs, voir Noël (2012).

2 L’Asie de l’Est n’échappe pas complètement à l’artifice d’un découpage géographique occidental (Pelletier, 2011).

3 Ces réflexes prennent de multiples formes, allant de l’ignorance pure et simple des théories élaborées ailleurs à l’extraction quasi coloniale d’une pépite savante pour alimenter l’économie scientifique métropolitaine. Sur l’assignation des chercheurs et chercheuses du Sud global au simple rôle d’informateurs régionaux, voir par exemple Keim (2010).

4 Pour une discussion approfondie de l’historiographie des sciences et des techniques, voir Raj (2013).

5 Pour découvrir les seules sciences sociales japonaises, il existe par exemple Souryi et Hiroyuki (éd., 1995) et Gonon et Galan (éd., 2008).

6 Nous tenons à remercier ici Isabelle Thireau, dont la lecture généreuse de la traduction de Yu fut déterminante et très appréciée.

7 Reproduire à l’identique un modèle qui avait démontré son intérêt, celui d’inviter l’auteur ou l’autrice du texte traduit à répondre aux commentaires qui lui avaient été faits, s’est avéré impossible. Pour des langues orientales peu pratiquées en Europe, en effet, traduire les commentaires des lecteurs pour obtenir la réponse de l’auteur ou de l’autrice non francophone aurait été impraticable dans la temporalité de la production éditoriale, faute d’une équipe dédiée.

8 Nous avons suivi, en général, la convention est-asiatique qui place le patronyme avant le prénom. Exception est faite pour les auteurs et autrices qui ont indiqué privilégier l’ordre occidental.

9 Au-delà de la centaine de milliers de morts, le séisme de 1923 représente un tournant dans l’histoire politique du pays. Il occasionne des pogroms antimigrants et la mort de plusieurs milliers de Coréens et de Chinois, accusés d’empoisonner les puits. L’état d’urgence – et la militarisation – induits par la catastrophe créent les outils institutionnels qui mèneront au militarisme japonais. Sous la couverture du désordre, l’État japonais, inquiet de la révolution soviétique alors que la société est en pleine prolétarisation industrielle, en use pour décapiter le socialisme japonais (Delissen, 2005).

10 Le Prix existe encore aujourd’hui.

11 Voir, sur ce point, Lucken (2015, p. 66-70).

12 Les traductrices et traducteur ont proposé trois types de textes pour restituer le commentaire : ajout en note (Kon) ; note introductive (Yu) ; texte complémentaire (Yang).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Rabier, « Traduire et introduire les sciences sociales d’Asie orientale », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7080

Haut de page

Auteur

Christelle Rabier

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page