Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Japon : Kon Wajirô

Les inventaires du quotidien, pratiques et logiques de collecte

Inventories. The logics and practices of a field-based research
Federica Tamarozzi
p. 71-84

Résumés

Tout semble opposer la modernologie et l’ethnologie européenne (choix des terrains, méthodologie, buts recherchés…), pourtant les deux disciplines ont partagé un même intérêt pour la culture matérielle et produit des documents qui présentent des similitudes formelles. Sans nier l’irréductible différence qui sépare les deux productions intellectuelles, cet article se propose d’observer leurs étonnantes proximités. Procédant par analogies, il questionne aussi la place de l’enquêteur et la façon dont il choisit de restituer les fruits de ses observations. Un même vertige semble s’emparer de ces entreprises savantes qui cherchent à concilier le détail et la vue d’ensemble, dans l’espoir de restituer fidèlement la réalité sociale et matérielle de leur pays.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marxentius Communus n’est pas véritablement un personnage du roman : son histoire et sa figure nou (...)

1C’est avec le regard curieux d’une conservatrice du patrimoine matériel de l’Europe que j’ai découvert pour la première fois la vie et l’œuvre de Kon Wajirô sur l’invitation de Tracés. M’est venue d’abord la réminiscence d’un personnage imaginaire de Momo ou l’étrange histoire des voleurs de temps de Michael Ende (1973), le tyran Marxentius Communus1. Cet empereur ordonne à ses sujets de lui construire un globe ayant les exactes dimensions de la Terre, sur lequel tous les détails de la planète originale devaient être reproduits fidèlement, du plus grand au plus petit (mers, montagnes, arbres, etc.). En poussant à l’extrême la logique de son œuvre, Marxentius Communus, hanté par l’exactitude et le respect du détail, perdit la raison et la mesure. À la fin de sa construction, la reproduction a remplacé l’original et la seule trace de ce travail titanesque subsiste dans les ruines de la bâtisse – un amphithéâtre – ayant servi de piédestal pour les débuts des travaux. En empruntant ce chemin de traverse – le souvenir de la folle compulsion du démiurge Marxentius Communus – j’ai pu rapprocher la recherche qui semble animer Kon Wajirô de l’obsession bien connue des ethnologues et des muséologues hantés à leur tour par le désir de rendre compte et de documenter de la manière la plus précise possible tous les détails et toutes les nuances d’une culture donnée à un instant t, « comme si un dieu les avait observés », pour reprendre les termes de Kon (p. 43, dans ce numéro).

2La lecture de son texte « Qu’est-ce que la modernologie ? », dont la traduction est publiée dans ce volume, m’a inspiré plusieurs réflexions en rapport avec l’histoire européenne de la collecte folkloriste et ethnographique que je voudrais partager. Certes, reproduire et documenter sont, en soi, des pratiques assez différentes ; pourtant l’histoire de Marxentius Communus, le programme de Kon Wajirô et la démarche de collecte qui préside à la constitution de certains ensembles muséaux européens me semblent présenter des similitudes (agrandies par le miroir déformant du personnage littéraire), notamment en ce qui concerne une quête minutieuse d’exhaustivité et de précision. Loin de toute prétention, cet article entend partager ces impressions de lecture et revenir sur les raccourcis, les détours et les apparitions que la découverte de Kon Wajirô et de son œuvre a pu susciter.

Relations et similitudes

3En lisant la description des méthodes mises au point par Kon Wajirô et Yoshida Kenkichi pour rendre compte, dans les détails, des changements et des frémissements qui agitent la société tokyoïte après les grandes secousses du séisme de 1923, j’ai été impressionnée par l’attention qu’ils portent aux objets de la vie quotidienne. Non seulement ils veulent voir, mais ils désirent faire voir ce que leurs contemporains (les passants de Ginza au début, puis les habitants des autres quartiers) portent, utilisent, achètent ou encore convoitent. Kon n’a de cesse, en multipliant les dessins et les notes manuscrites, d’essayer de capter et de restituer l’univers matériel de sa ville et de ses concitoyens. Ses planches et ses croquis, d’une rare vitalité, fourmillent de détails et fonctionnent en réseau comme une cartographie dont les plans s’emboîteraient les uns dans les autres, permettant à la fois le regard particulier et la vue d’ensemble.

  • 2 Biens et prix vus dans un magasin de Honjo-Fukagawa 1. Planche publiée dans le Recueil des mœurs d (...)
  • 3 La Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Étienne est la première société française de v (...)
  • 4 Costumes cyclistes pour hommes et pour dames. Manufacture française d’armes et cycles, 1914. Colle (...)

4C’est cette dimension graphique du travail de Kon Wajirô, notamment, qui a suscité un intérêt hors du Japon, surtout en raison des nombreuses connexions possibles avec des procédés courants en Europe à la même époque. Ainsi, une planche fameuse dessinée par Kon, la « Vue d’ensemble sur les objets désirés par un homme assortis de leur prix »2, évoque les pages des catalogues3 de vente par correspondance du type de ceux qui sont édités par Manufrance4. Cette association pourrait sembler hasardeuse, si Kon n’avait pas lui-même caractérisé sa modernologie comme une « science des pratiques quotidiennes de consommation » (p. 52, dans ce numéro). Certes, il entend aussi la distinguer de la « science des articles de commerce » : « À l’opposé de cette science qui étudie simplement les objets produits pour leur valeur (valeur d’échange), la modernologie les étudie quant à elle pour leur usage » (ibid., dans ce numéro). Les différents usages auxquels on soumet les objets sont bien plus nombreux que les seuls échanges marchands, et Kon Wajirô semble vouloir mettre l’accent précisément sur la vie relationnelle des objets. Pourtant la dimension économique (au sens large) est indissociable du patrimoine matériel.

5Faute de connaître les imprimés de commercialisation du Japon du début du xxe siècle, on ne peut qu’imaginer des proximités avec les catalogues de vente par correspondance, tel le catalogue de Manufrance, tirés à 300 000 ou 450 000 exemplaires, qui débordent leur rôle d’outil commercial : feuilletés au coin du feu, comme dans le film Crésus de Jean Giono (1960), les catalogues servent à la fois de référence sur les dernières avancées techniques et d’inspiration pour fabriquer soi-même ce que l’on ne pouvait pas se permettre d’acheter. C’est pour leur aspect encyclopédique, si proche de l’esprit de la modernologie, que les catalogues de Manufrance sont désormais des archives documentaires qui permettent de suivre l’évolution des mœurs et des habitudes de consommation des foyers français, sur une période étonnamment longue.

  • 5 Biens et prix vus dans un magasin de Honjo-Fukagawa 1. Planche publiée dans le Recueil des mœurs d (...)
  • 6 Biens et prix vus dans un magasin de Honjo-Fukagawa 2. Planche publiée dans le Recueil des mœurs d (...)
  • 7 Almanach historique nommé le messager boiteux. Genève : chez J.-L. Pellet, 1778. Bibliothèque Mari (...)

6D’une autre manière, certaines planches, notamment celle que nous venons d’évoquer, créée pour décrire la panoplie d’objets désirés par un homme5, assortie de celle qui décrit les objets nécessaires à une femme6, présentent une étonnante proximité avec un type bien particulier de dessins européens que l’on appelle l’homme zodiacal ou l’homme des signes, homo signorum (Loux, 1979). L’homme des signes est une figure utilisée dès le Moyen Âge et pendant toute l’époque moderne pour représenter les correspondances entre les différentes parties du corps humain, les astres et les signes du zodiaque. Il rend explicite l’idée d’une correspondance étroite entre le microcosme et le macrocosme et véhicule une perception holistique de la vie humaine qui est essentielle pour comprendre les cultures populaires européennes7. Sans forcer la comparaison, la silhouette de l’homme et de la femme dessinés par Kon Wajirô, immobiles, au centre d’un tourbillon ordonné d’objets, rend visibles toutes les connexions, les interdépendances que les corps entretiennent avec l’univers matériel (et donc aussi les uns envers les autres). Kon Wajirô attire notre attention sur la composante culturelle du fait naturel en nous montrant comment chaque corps est façonné, dressé, paré des attributs qu’il choisit ou qui lui sont imposés.

Une recherche grandeur nature

7Au-delà de ces comparaisons relativement libres, les dessins de Kon, synthétiques et fouillés, doivent être inscrits plus directement dans le cadre d’une entreprise savante. En reliant son travail aux études folkloriques et aux débuts de l’ethnologie – dont il se fait volontiers critique, comme le souligne Damien Kunik (voir sa contribution dans ce numéro) –, il devient possible de comparer de manière plus systématique le travail modernologique de Kon et les grandes entreprises d’enquête et de collecte d’objets matériels menées en France dans la première moitié du xxe siècle. En France, les travaux initiés autour des collections hexagonales par Georges Henri Rivière au musée de l’Homme connurent un développement progressif entre les deux guerres, et se poursuivirent jusqu’à l’ouverture du Musée national des arts et traditions populaires (MNATP) en 1937. Mises en œuvre aussi pendant la guerre – l’État français de Vichy ayant préservé certains budgets à cette fin – ces enquêtes trouvent leur origine dans la conscience de la profonde transformation des territoires ruraux avec un exode qui s’accélère après 1920. C’est surtout entre la fin des années 1930 et le milieu des années 1950 qu’elles furent conduites à l’échelle nationale, avec « un souci très poussé d’unité de méthode » (Raulin, 1964, p. 96), et en étant souvent organisées sous la forme dite des Chantiers intellectuels. L’Enquête sur la maison rurale (de 1941 à 1948, nommée EAR 1425), par exemple, se fonde sur la participation de nombreux collaborateurs, qui produisent 1 634 monographies, dont 1 434 sont dotées d’une riche partie iconographie commentée. En y ajoutant l’Enquête sur le mobilier traditionnel (Chantier 909) ou encore les Monographies d’entreprises artisanales (Chantier 1810, conduit de 1942 à 1946 puis de 1952 à 1953), c’est un ensemble remarquable qui se dégage.

  • 8 Notamment des centres d’excellence tels que l’école Boulle, l’école des Arts appliqués à l’industri (...)

8Ces initiatives européennes, toutefois, contrastent nettement avec la modernologie telle que l’esquisse Kon – et nous prenons le parti de discuter ce lien de manière directe, sans nous référer aux travaux antérieurs de Kon sur l’habitat rural (ou vernaculaire) au Japon (voir le texte de Damien Kunik dans ce numéro). Tout d’abord, alors que Kon semble privilégier l’initiative personnelle et la participation libre et non hiérarchisée des enquêteurs, les Chantiers prescrivent une standardisation de la collecte dirigée d’en haut, sous la houlette, notamment, de Marcel Maget (Weber, 2012). Pour chacun de ces travaux ont été rédigées des instructions détaillées à l’intention des exécutants, dont on peut prendre quelques exemples. Pour l’EAR 1425, une première notice fut publiée en 1941 (Délégation générale à l’Équipement national, 1941) dans laquelle on demandait aux architectes mandatés (une quarantaine) d’observer précision et exactitude pour leurs relevés de bâti, tout en récoltant des informations dans des domaines plus étendus grâce à des notes annexes. De nouvelles instructions s’ajoutent en 1943 pour réintégrer la maison rurale et ses ensembles (les bâtiments d’habitation, les locaux de travail et d’exploitation) dans leur contexte humain (la famille, les habitants pérennes et temporaires, la communauté environnante). Les instructions destinées au Chantier intellectuel 909 (Enquête sur le mobilier traditionnel – EMT 1941-1946) datent également de 1941. Elles s’adressent à des jeunes techniciens issus des écoles d’art spécialisées et d’institutions reconnues tant au niveau national8 que régional. Elles demandent à ces jeunes professionnels de recenser avec une méthode commune et standardisée le mobilier régional et traditionnel dans tout le pays. Les enquêteurs réunis en binômes doivent suivre une formation spécifique avant de partir sur le terrain qui leur est attribué. Ainsi, chaque enquête produit des documents comparables (plans et coupes de bâtiments ou du mobilier, annotation des termes vernaculaires, annotation sur les usages, photos identitaires), mais aussi des documents plus liés à la sensibilité propre à chaque enquêteur (journaux de terrain rédigés en notes abrégées ou in extenso, croquis à main levée, aquarelles, photographies au cadrage plus personnel, etc.). En regardant de plus près, il s’avère en effet que chaque enquêteur ayant travaillé aux Chantiers a adapté les instructions en fonction de la réalité du terrain et des possibilités qui s’offraient à lui.

  • 9 Index des planches statistiques. Publié dans l’Enquête sur les mœurs des rues de Ginza à Tokyo, Kon (...)

9Par ailleurs, dans les instructions de la modernologie, on perçoit le rôle essentiel de l’observation. Celle-ci ne peut se réaliser que par la fréquentation longue et répétée du terrain. Une pratique astreignante et minutieuse qui demande à être retranscrite sur différents types de support : les notes, les dessins, les croquis. Les rendus des enquêtes se révèlent donc bien plus proches les uns des autres que ce qu’on aurait pu supposer, et rapprocheraient ces démarches des descriptions des sciences naturelles, renvoyant à la posture de botaniste que mentionne Kon. En France, c’est grâce à ces travaux que seront établies les nomenclatures servant au classement des collections du mobilier traditionnel : petit à petit se met au point un « système descriptif des objets domestiques » (édité finalement en 1978 sous la direction de M. de Virville), véritable thesaurus permettant de normaliser les descriptions, pour chaque région. Kon Wajirô, dont les enquêtés « ne parlent pas » – selon la belle expression d’Alice Doublier –, pourrait donner l’impression de négliger l’humain. Certaines de ces images, comme l’« Index » de l’Enquête sur les mœurs des rues Ginza à Tokyo9, qui esquissent à peine les visages, me rappellent ceux des paper dolls dont la silhouette ne sert qu’à supporter les habits et les accessoires. Pourtant l’accumulation des dessins finit par faire émerger des identités. Par ailleurs, Kon, observateur avant toute chose, ne fait pas du tout état d’entretiens sur le terrain, mais, s’employant à répertorier les noms des objets, il semble néanmoins accorder de l’importance à la question du lexique et du langage vernaculaire.

10La seule différence notable avec ses homologues européens (si l’on peut dire ainsi) pourrait se nicher, selon moi, dans l’étape de la constitution de collections patrimoniales. À l’époque, dans les années 1920 et 1930, les musées promeuvent la reconstitution de chambres et d’espaces intérieurs qui accueillent des ensembles d’objets d’art et de mobilier d’une même période et souvent d’une même origine géographique comme moyen d’accès à la culture et à la vie locale : « Sont ainsi créés les “period rooms” ou “ensembles”, dans lesquels se développent des “atmosphères” suggestives qui, par des “coïncidences” entre les œuvres, évoquent leur destination originale et permettent de mieux les comprendre » (Montpetit, 1996, p. 58). Observons, à titre d’exemple, les « unités écologiques » du MNATP de Paris (Cuisenier et Tricornot, 1987). Si l’on retrace les étapes qui ont donné naissance à cette forme particulière de vitrine (Rolland-Villemot, 2016 ; Gorgus, 2003), on peut conclure que l’unité écologique est une forme muséographique présentant un ensemble d’objets provenant d’un même contexte et disposés dans une vitrine tels qu’ils étaient lors de leur collecte sur le terrain. Les unités écologiques sont donc des ensembles présentant tous les objets d’un lieu particulier et restituant leur contexte naturel (par exemple un intérieur de Basse-Bretagne ou une forge du Queyras). Leur reconstitution dans le musée a nécessité un rigoureux travail de repérage, démontage puis remontage. Georges Henri Rivière, proche des milieux artistiques de l’époque, reprend la piste qui avait été suggérée par les « period rooms » mais accentue le caractère philologique de l’exercice interprétatif et en fait une des bases de son programme muséographique (Bouiller et Calafat, 2017). Il poursuit donc avec acharnement, toute sa vie durant, l’idéal d’une remise en contexte de l’objet, en particulier de l’objet ethnographique, qui puisse faire sens pour le visiteur. Si ce lien avec les institutions muséales semble absent des préoccupations de la modernologie, pour laquelle Kon Wajirô préconise plutôt l’extrapolation de données quantitatives exploitables sur le plan politique, économique et social, il ne faut cependant pas sous-estimer son intérêt pour les démarches patrimoniales de son pays. Au moment de la publication du recueil Modernologio, au début des années 1930, Kon Wajirô effectue en effet un voyage d’étude en Europe et visite notamment le Skansen, l’écomusée de plein air de Stockholm (sur ce musée, voir Klein, 2008 et Svensson, 2008). Suite à ce voyage, il œuvre lui-même, aux côtés de Shibusawa Keizô et de Yanagi Sôetsu, à la création d’un écomusée du folklore japonais, qui n’ouvrira finalement ses portes qu’en 1956, sans référence explicite à ceux qui, les premiers, en avaient fait le projet (Kunik, p. 55, dans ce numéro ; voir aussi Kunik, 2016, p. 256-258).

11L’archéologie du présent développée par Kon affirme s’opposer à la recherche d’une culture originelle perdue dans le mouvement de modernisation, celle que les folkloristes et ethnologues japonais s’attellent à retrouver au tournant du xxsiècle. Les Chantiers intellectuels répondent, au contraire, au besoin de documenter un monde en voie de disparition. Cependant, le texte de Kon Wajirô insiste particulièrement sur le fait que l’évènement de la modernologie est rendu possible (et souhaitable) par la conjoncture historique particulière du séisme. Certes l’objet de l’observation est une culture urbaine en pleine mutation, mais l’observation elle-même n’est possible que dans ce contexte particulier : « Rappelons, écrit Kon, que constituer des archives concernant la métropole était une affaire tellement compliquée avant le tremblement de terre qu’elle n’avait pu être entreprise. Par contraste, on pouvait juger la tâche plus aisée dans ce Tokyo d’alors, revenu à l’état primitif » (p. 46, dans ce numéro). Les secousses ayant fait tomber (au sens propre comme au sens figuré) les couches et les oripeaux d’une société pour ainsi dire trop enveloppée, l’observation de l’essentiel devient donc possible.

12Cette affirmation nous rappelle de manière directe la dichotomie introduite dans les études sociales européennes entre sociétés simples et sociétés complexes, dichotomie qui vise à distinguer les sociétés traditionnelles – préindustrielles et rurales – des sociétés modernes, industrielles et urbaines. Dans les deux cas, on perçoit l’héritage d’une perspective qui interprète l’évolution comme une progressive augmentation de la complexité. La modernologie et les Chantiers nous paraissent très modernes dans la démarche d’évaluation de faisabilité à laquelle ils soumettent les enquêtes de terrain (un regard qui permet de délimiter son objet, la méthodologie et les conditions des observations, etc.). Mais, par ailleurs, les deux manières d’opérer montrent une certaine obsolescence : nous considérons désormais différemment le concept de tradition et nous estimons qu’il n’existe, en vérité, aucune société qui puisse être définie comme simple.

La collecte officieuse, les héritiers

  • 10 Notamment la série de volumes Le mobilier régional français coordonnée par Suzanne Tardieu-Dumont, (...)

13La diffusion à large échelle des questionnaires et des méthodes d’enquête des Chantiers intellectuels, puis la publication des grandes enquêtes nationales10 font naître des vocations particulières dans toute la France et bien au-delà. De la même manière, on peut lister les nombreuses démarches scientifiques et artistiques qui se sont approprié l’héritage de la modernologie (voir le texte de Damien Kunik dans ce numéro). Dans un cas comme dans l’autre, beaucoup de ces héritiers n’appartiendront pas au monde académique et institutionnel.

  • 11 Une publication numérique consacrée à Georges Amoudruz et à sa méthode d’enquête, Georges Amoudruz (...)

14Parmi les nombreux exemples possibles, je voudrais m’attarder ici sur celui de Georges Amoudruz (1900-1975), savant et collectionneur qui, tout au long de sa vie, questionnera le monde populaire alpin, s’inspirant des enquêtes réalisées à plus large échelle par le MNATP de Paris11. Ce parti pris tient, entre autres, au fait que le département Europe du musée d’Ethnographie de Genève (MEG) est largement constitué des collections qu’il a réunies avec acharnement.

15Georges Amoudruz passe son enfance dans le canton de Genève. Après des études en ingénierie, il reprend la direction de l’entreprise familiale de vidange industrielle en 1922. Il compte parmi les fondateurs de la Société suisse de spéléologie en 1939, consacrée non seulement à l’étude de la spéléologie, mais aussi de la préhistoire. Amoudruz dédiera une grande partie de son temps à énumérer, collationner, collectionner et juxtaposer, sans hiérarchie apparente, des notes d’enquêtes, des cartes postales, des coupures de presse, des gravures, des objets, des instruments et des outils usuels. Il créa ainsi une véritable machinerie à combiner tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, viendrait illustrer la vie populaire du Valais, des Savoies, du Dauphiné, de l’Isère et de la Provence, du Gard et des Cévennes, de l’Ain et du Jura, de la Haute-Saône et des pays limitrophes, en particulier la vallée d’Aoste et les Alpes italiennes. Le caractère disparate de ce travail interminable est peu compatible avec une approche ethnographique moderne. Pourtant, de son vivant Amoudruz a souvent été reconnu comme un informateur de premier ordre par les ethnographes ou les historiens locaux. Il était bien souvent le seul à avoir relevé et documenté le détail insignifiant dont ils étaient à la recherche, et cela en portant attention, pendant plus de quarante ans, aussi bien aux héritages qu’aux transformations, aux pesanteurs comme aux différentes logiques d’action collective et individuelle des habitants de ce vaste territoire alpino-rhodanien qu’il nomma affectueusement, dans quelques textes, son jardin. Son regard minutieux, sa formation d’ingénieur et une passion avérée pour la collection le conduiront à constamment reprendre et améliorer ses classements, choisissant d’abord une classification thématique, penchant ensuite pour une distribution géographique, avant d’articuler les deux logiques. Cette façon de faire doit être envisagée surtout comme une alternative au développement des systèmes de classement de plus en plus rigides et surrationalisés (notamment le développement des typologies formelles) qui, durant les années 1930, touche en particulier les musées d’ethnographie, y compris en Suisse.

  • 12 Kano Masanao (1983) et Jordan Sands (2013) – cités par Damien Kunik (p. 55, dans ce numéro) – cons (...)

16Achetés et conservés par la Ville de Genève après sa mort, en 1975, cet important fonds documentaire, ainsi que sa collection d’objets, sont à l’image de sa vie, ou plutôt de sa manière de travailler et de vivre sa passion. En lisant ses archives, on comprend mieux aussi pourquoi il n’aimait pas réduire son travail à celui d’un simple collectionneur, lui préférant le terme – qui lui semblait plus juste – de folkloriste, tant que celui-ci permet de désigner la personne qui s’occupe des traditions, des vieux objets usuels et des savoirs en désuétude, des rites et des croyances populaires, de la littérature orale, des fêtes et des cultes qui, pour certains encore, peuvent s’appréhender dans l’instant. Pour Amoudruz, le folkloriste est d’abord celui qui cherche à retrouver une certaine simplicité dans un monde qui se complexifie de plus en plus rapidement, et ce par un regard rapproché, parfois contemplatif, sur la matérialité des choses et des êtres, sur les contraintes écologiques et historiques qui pèsent parfois lourdement sur les populations et leur devenir. Cette définition toute personnelle du travail du folkloriste met l’accent sur le moment présent et s’efforce d’en saisir la richesse. Il se rapproche donc des efforts de la modernologie12 qui profite de la brèche ouverte par le séisme pour regarder hic et nunc avec les méthodes normalement réservées au passé et à l’ailleurs.

  • 13 Georges Amoudruz rêve de pouvoir sortir des limites du recueil patrimonial pour restituer l’épaiss (...)
  • 14 CH AVG, fonds Georges Amoudruz, MANU_VERC_SN_A_001, schéma de la montagne d’Orzival, s. d. Plan de (...)

17Sans doute, l’élément déclencheur de l’irrépressible curiosité d’Amoudruz et de sa décision de dresser un véritable atlas de la vie13 alpine se trouve dans sa découverte, en 1934, du village de Vercorin situé à 13 km de Sierre, dans le canton du Valais, à l’entrée du Val d’Anniviers. C’est dans ce village, berceau de sa famille par alliance, qu’il inaugure presque par hasard sa première prospection du monde populaire et de la vie rurale. C’est là, de manière fortuite, qu’il amasse les premiers items de sa future collection et qu’en compagnie de sa femme Agnès Vocat-Amoudruz, originaire du village, et de son fils Claude, il mènera des enquêtes14.

18« Il ne faut pas avoir parcouru quelques fabriques, comme c’est le cas pour la poterie, pour se faire une idée, mais visiter des centaines de maisons, allant porte à porte, village après village, causer avec les gens, boire le verre ensemble, un petit verre par-ci, par-là, une tasse de café, faire rire les mamans pour avoir la confiance de la maison : et petit renseignement après petit renseignement, on comprend quelques points qui restaient obscurs. »

  • 15 La production écrite de Georges Amoudruz reste pour l’essentiel une littérature grise. Il ne publi (...)

19C’est cette posture singulière – que pourrait revendiquer tout ethnographe actuel, convaincu que des explications sur une société ne peuvent surgir qu’après s’être fortement imprégnées du milieu, des gens, de la langue, et de leurs manipulations techniques – qu’Amouduz cherche à défendre dans plusieurs de ses textes15, affirmant également haut et fort le droit de poser un regard sans complaisance sur le monde rural, y compris à partir de détails que l’on croit insignifiants mais qui se révèlent en fait infiniment plus complexes. Un point de vue finalement très proche de celui que Paul Rivet avait envisagé en 1929 dans la revue Documents, rappelant que l’ethnologue doit savoir s’intéresser à la maison du « pauvre », à l’outil humble et imparfait que ce dernier utilise quotidiennement. C’est pour cela qu’il a autant de valeur que le vase ou la poterie finement décorée.

  • 16 CH AVG, fonds Amoudruz, manuscrits.

20C’est avec quelques questions concrètes en tête qu’Amoudruz amorce son travail, les enrichissant au fur et à mesure de ses découvertes, parfois en s’ouvrant au comparatisme lointain. Pourquoi les quenouilles sculptées dans une vallée ne le sont pas dans une autre ? Pourquoi des berceaux sont polychromes là et pas ailleurs ? Ces différences relèvent-elles d’une mode locale ? D’une jalousie entre voisins ? Ou plus simplement, du refus de l’inutilité qui, selon lui, permet de définir une partie du caractère du Savoyard envers les objets de son quotidien ? Mentalité particulière qui, comme l’indique encore Amoudruz, explique pourquoi celui-ci « ne détruit pas […], ne soigne pas non plus. Il attend que les choses disparaissent par le temps ou l’incendie »16.

21C’est avant tout à ces travaux que j’ai pensé en lisant le programme établi par Kon Wajirô pour la modernologie. Si la distance géographique est grande, il me semble retrouver un ensemble de préoccupations communes : tout d’abord le dialogue fluide et incessant établi avec l’archéologie et l’histoire, disciplines proches qui se servent et se nourrissent l’une de l’autre ; ensuite, une perspective comparative et diachronique qui utilise le passé pour éclairer le présent, autant qu’elle utilise le présent pour éclairer le passé. Rupture comme perpétuation des pratiques ne pouvant s’expliquer isolément, elles doivent nécessairement être considérées conjointement.

22La réussite du travail de recherche tient tant à la rigueur méthodologique qu’à la capacité du chercheur de sélectionner et saisir le bon moment pour la réaliser : telle est la conviction exprimée par Kon. Elle est finalement très proche du sentiment de retard permanent qui nous est restitué par les carnets de bord de nos enquêteurs francophones. C’est la catastrophe naturelle qui permet à Kon d’étudier le Tokyo de son temps : c’est grâce au tremblement de terre que la société complexe de la métropole est retournée à une forme plus simple d’elle-même, levant certains voiles sur ses secrets et son intimité. En suivant le même postulat, les études démo-ethno-anthropologiques européennes se sont tournées d’abord vers les sociétés paysannes (pensées comme des isolats culturels) avant de prendre en compte l’interdépendance entre le centre et les périphéries, puis d’ouvrir le champ à l’anthropologie urbaine telle que nous la connaissons.

23La fréquentation du terrain et la longue pratique de l’observation posent, en France comme au Japon, la question de la distance optimale et de la place de l’enquêteur face à son sujet. La posture de Kon semble à nos yeux pécher par naïveté quant à la capacité de l’enquêteur de disparaître dans le décor sans exercer la moindre influence sur son objet d’observation ; mais cette attention, cette intention, est porteuse d’une réflexion salutaire (et étonnamment moderne) sur le rôle du chercheur et les implications de la recherche en sciences humaines.

Ils collectionnent !

  • 17 Rue de l’Arquebuse, Genève, 1974 ? ©musée d’Ethnographie de Genève.

24« Ils collectionnent » est le titre d’une remarquable exposition qui s’est tenue en 1974 au musée des Arts décoratifs de Paris qui, pour la première fois, interroge les fonctions sociales de la collection, ses raisons et ce qu’elle révèle de son auteur. C’est en montrant quatre-vingts collections privées, réunissant des objets d’horizons très différents, que le commissaire de l’exposition – François Mathey – avait choisi de montrer l’évolution du goût et de la société. Ce panorama révélait alors que le collectionneur est – à sa façon – un créateur, ou un démiurge (Mathey, 1974)17. Une définition qui s’accorde tant à Georges Amoudruz qu’à Kon qui établissent la cartographie d’un territoire mental autant que géographique. Kon Wajirô parle, d’ailleurs, de la pratique de l’observation comme d’une posture divine.

25La répartition thématique des champs de recherche proposée par Kon Wajirô rappelle singulièrement les départements thématiques qui organisaient autrefois le MNATP. Il nous semble évident que l’application de la recherche sur le territoire national (le Japon d’un côté, la France de l’autre) fait pencher la balance en faveur d’une telle répartition qui décrit le pays de manière organique. Cela ne veut pas dire gommer les différences régionales et les répartitions géographiques, mais penser la relation entre l’homme et son environnement comme une interdépendance lourde de conséquences, conséquences qui se dévoilent aux yeux de celui qui sait les reconnaître : dans le façonnement du paysage, dans l’ergonomie des outils, dans les gestes de tous les jours.

26Kon Wajirô et Marcel Maget (1953, 1954) entendent relever ces traces en appliquant une méthodologie rigoureuse. C’est seulement ainsi qu’ils pensent rendre intelligible ce qui, dans son apparente banalité, reste invisible. Le monde moderne est donc approché par le biais d’enquêtes que nous pourrions définir comme qualitatives. Kon Wajirô utilisera à leur propos le qualificatif d’honnêtes qui est, à mon sens, lourd de significations car il fait référence à une éthique de la restitution. Dans les deux cas, la relation à la collecte et à l’interprétation des données quantitatives n’intervient qu’a posteriori.

  • 18 CH AVG, fonds Georges Amoudruz, MANU_VERC_1-243-11_010, liste des objets repérés à Vercorin avec l (...)

27Sur d’autres points, la relation se fait plus intime avec les recherches non institutionnelles : Georges Amoudruz et Kon Wajirô tirent la même conclusion de leur fréquentation de l’archéologie. Le travail de décryptage des mondes anciens est certes entravé par la pénurie des informations (qu’il convient d’intégrer avec des données issues des recherches d’autres disciplines), mais il a l’avantage de concentrer le travail du chercheur sur ce qui reste et d’aiguiser sa capacité de déduction. Le temps imposant de manière arbitraire un tri salutaire. Lorsque l’on s’attaque au monde moderne le défi est, au contraire, celui de savoir choisir dans l’ensemble pléthorique des renseignements18.

28Confrontée à l’infini de l’accumulation, que ce soient les détails sur une feuille, les objets ou les données, je voudrais convoquer l’érudition foisonnante et iconoclaste d’Umberto Eco (2009). Dans le Vertige de la liste, il offre une lecture originale et passionnante de l’obsession énumérative et de ses transformations, révélant dans l’effort savant et l’entreprise énumérative une mélancolie inattendue et ouvrant de nouvelles perspectives pour interroger cette quête démesurée de la totalité par l’inventaire. Finalement, il s’agit tant d’une quête individuelle, portée par des hommes tels que Kon Wajirô ou Georges Amoudruz, que collective. De nombreux « réceptacles » de liste – les musées, les bibliothèques, les lieux de la conservation patrimoniale – témoignent de l’utopie holiste de l’effort savant qui, pour le bien collectif, succombe à la quête d’énumération sans fin.

Haut de page

Bibliographie

Archives départementales de la Loire, 2010, « De l’entreprise à l’histoire, les archives traversent le temps : l’exemple de Manufrance », catalogue de l’exposition.

Bouiller Jean-Roch et Calafat Marie-Charlotte, 2017, « Les unités écologiques ou la vie mode d’emploi », Document bilingue, catalogue de l’exposition, É. Bullot et S. Grassi éd., Marseille-Paris, Mucem-Manuella éditions, p. 36-57.

Cuisenier Jean et Tricornot Marie-Chantal (de), 1987, Guide du Musée national des arts et traditions populaires, Paris, RMN.

Délégation générale à l’Équipement national. Service des Chantiers intellectuels, 1941, Enquête sur l’architecture régionale. Instructions pour les enquêteurs du chantier 1425, Paris, Bernard Frères.

Eco Umberto, 2009, Vertige de la liste, trad. M. Bouzaher, Paris, Flammarion.

Ende Michael, 1973, Momo: oder Die seltsame Geschichte von den Zeit-Dieben und von dem Kind, das den Menschen die gestohlene Zeit zurückbrachte, Stuttgart, Thieneman Verlag.

Gorgus Nina, 2003, Le magicien des vitrines. Le muséologue Georges Henri Rivière, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Klein Barbro, 2008, « La folkloristique, une discipline mère ? », Ethnologie française, no 38, p. 223-232.

Kunik Damien, 2016, L’art et la matière : nationalisme culturel et patrimoine folklorique dans le Japon du xxe siècle, thèse de doctorat, université de Genève.

Loux Françoise, 1979, Le corps dans la société traditionnelle : pratiques et savoirs populaires, Paris, Berger-Levrault.

Maget Marcel, 1953, Ethnographie métropolitaine. Guide d’étude directe des comportements culturels, Paris, Civilisations du Sud.

1954, « Les recherches d’ethnographie en milieu rural », Économie rurale,‎ no 21, p. 19-22.

Mathey François, 1974, Ils collectionnent. Catalogue de l’exposition, Paris, Musée des arts décoratifs, Adrien Maeght éditeur.

Monpetit Raymond, 1996, « Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique », Publics et musées, n9, p. 55-103.

Raulin Henry, 1964, « L’architecture rurale française. Une enquête nationale inédite (1941-1948) », Études rurales, no 13-14, p. 96-119.

Rolland-Villemot Bénédicte, 2016, « Unités écologiques, “period rooms” : des ensembles d’objets mobiliers, de la collecte à la valorisation muséographique » [en ligne], In situ, no 29, [URL : http://insitu.revues.org/13373], consulté le 08 août 2017.

Svensson Birgitta, 2008, « Les musées face à leur histoire culturelle », Ethnologie française, vol. 38, no 2, p. 233-241.

Tardieu-Dumont Suzanne, 1985, « L’enquête sur le mobilier traditionnel (EMT) du chantier 909 », Ethnologie française, vol. 15, no 3, p. 211-214.

Weber Florence, 2012, « De l’ethnologie de la France à l’ethnographie réflexive», Genèses, vol. 89, no 4, p. 44-60.

Haut de page

Notes

1 Marxentius Communus n’est pas véritablement un personnage du roman : son histoire et sa figure nous parviennent par l’intermédiaire de Gigi, un guide touristique pas comme les autres, qui réinvente sans cesse le passé des lieux qu’il fait découvrir à ses clients (Ende, 1973).

2 Biens et prix vus dans un magasin de Honjo-Fukagawa 1. Planche publiée dans le Recueil des mœurs dans les environs des bas-quartiers de Honjo-Fukagawa, Kon Wajirô, 1925 (©Kôgakuin University Library). Au centre du dessin on peut lire : « Vue d’ensemble sur les objets désirés par un homme assortis de leur prix ».

3 La Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Étienne est la première société française de vente par correspondance. Pour se rendre compte de l’étendue de ses activités commerciales et de son impact sur la société française, il est possible de consulter le catalogue de l’exposition « De l’entreprise à l’histoire, les archives traversent le temps : l’exemple de Manufrance » (Archives départementales de la Loire, 2010).

4 Costumes cyclistes pour hommes et pour dames. Manufacture française d’armes et cycles, 1914. Collection particulière. Photo A. M.

5 Biens et prix vus dans un magasin de Honjo-Fukagawa 1. Planche publiée dans le Recueil des mœurs dans les environs des bas-quartiers de Honjo-Fukagawa, Kon Wajirô, 1925 (©Kôgakuin University Library). Au centre du dessin on peut lire : « Vue d’ensemble sur les objets désirés par un homme assortis de leur prix ».

6 Biens et prix vus dans un magasin de Honjo-Fukagawa 2. Planche publiée dans le Recueil des mœurs dans les environs des bas-quartiers de Honjo-Fukagawa, Kon Wajirô, 1925 (©Kôgakuin University Library). Au centre du dessin on peut lire : « Objets nécessaires à une femme (prix compris) ».

7 Almanach historique nommé le messager boiteux. Genève : chez J.-L. Pellet, 1778. Bibliothèque Marie Madeleine Lancoux. Photo Jonathan Watts (©musée d’Ethnographie de Genève).

8 Notamment des centres d’excellence tels que l’école Boulle, l’école des Arts appliqués à l’industrie, l’école des Métiers d’art ou l’École des arts décoratifs.

9 Index des planches statistiques. Publié dans l’Enquête sur les mœurs des rues de Ginza à Tokyo, Kon Wajirô, 1925 (©Kôgakuin University Library).

10 Notamment la série de volumes Le mobilier régional français coordonnée par Suzanne Tardieu-Dumont, en collaboration avec Solange Cuisenier et Annie Watiez.

11 Une publication numérique consacrée à Georges Amoudruz et à sa méthode d’enquête, Georges Amoudruz à Vercorin. Un folkloriste conséquent, sera disponible à partir de décembre 2017 sur le site du MEG.

12 Kano Masanao (1983) et Jordan Sands (2013) – cités par Damien Kunik (p. 55, dans ce numéro) – considèrent que l’œuvre modernologique de Kon Wajirô tout en s’opposant aux dérives normatives des ethno-folkloristes japonais, révèle une filiation directe avec le folklore dans sa dimension de patrimoine et culture populaire.

13 Georges Amoudruz rêve de pouvoir sortir des limites du recueil patrimonial pour restituer l’épaisseur de la vie sociale dans son entier.

14 CH AVG, fonds Georges Amoudruz, MANU_VERC_SN_A_001, schéma de la montagne d’Orzival, s. d. Plan des déplacements d’alpage. ©musée d’Ethnographie de Genève.

15 La production écrite de Georges Amoudruz reste pour l’essentiel une littérature grise. Il ne publie de son vivant que très peu de textes, préférant entretenir avec l’Académie genevoise des conversations et des échanges informels. Sa réputation d’expert naît de sa connaissance profonde du territoire et de son activité de collectionneur.

16 CH AVG, fonds Amoudruz, manuscrits.

17 Rue de l’Arquebuse, Genève, 1974 ? ©musée d’Ethnographie de Genève.

18 CH AVG, fonds Georges Amoudruz, MANU_VERC_1-243-11_010, liste des objets repérés à Vercorin avec leurs appellations vernaculaires, s. d. ©musée d’Ethnographie de Genève – CH AVG, fonds Georges Amoudruz, SIERRE_VERC_1-251-11_030, plan et coupe du tracuit d’haut, s. d. ©musée d’Ethnographie de Genève.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federica Tamarozzi, « Les inventaires du quotidien, pratiques et logiques de collecte », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7120 ; DOI : 10.4000/traces.7120

Haut de page

Auteur

Federica Tamarozzi

Musée d’Ethnographie de Genève

Haut de page