Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chine : Yu Keping

Yu Keping, un politiste en Chine

Yu Keping, a political scientist in China
Émilie Frenkiel
p. 105-120

Résumés

L’article explore les rapports complexes entre science et politique en Chine. Il offre des éléments de contextualisation pour comprendre l’article de Yu Keping, « Quelles innovations faut-il encourager et promouvoir ? » (2010) traduit dans ce numéro. Il examine le travail d’un chercheur chinois de haut niveau – universitaire reconnu, démocrate et proche du pouvoir – et le rôle des institutions dans lesquelles il a longtemps œuvré – le Bureau central des traductions et compilations et l’Institut de recherche en innovations gouvernementales. Son travail sur les innovations locales permet ainsi d’aborder la place particulière de la science politique en Chine, la posture académique de ce politiste, le mode de gouvernance chinois et de comprendre le rôle joué par les innovations institutionnelles expérimentées aux échelons locaux, qui sont parfois érigées comme modèles et étendues à une échelle plus vaste.

Haut de page

Texte intégral

1Yu Keping est un politiste chinois renommé dont le parcours et les publications en disent long sur les évolutions récentes de la science politique chinoise, et plus largement sur le rapport entre sciences sociales et gouvernement en Chine. Nous avons choisi, pour aborder ces questions, de publier la traduction inédite d’un article où il dresse le bilan de prix décernés aux gouvernements locaux pour les innovations institutionnelles qu’ils ont mises en place entre 2000 et 2010. Texte de référence sur les innovations politiques locales, il nous offre également un éclairage sur les grands enjeux et caractéristiques de la gouvernance chinoise, à savoir le rôle du Parti, le rôle du gouvernement central, celui des gouvernements locaux, leurs interactions, ce qui préoccupe le plus les cadres du Parti et du gouvernement, les grands problèmes auxquels ils font face, leur rapport au peuple, etc. Cette introduction vise à apporter un certain nombre d’éléments de contextualisation concernant l’évolution de la science politique en Chine, la posture académique de Yu Keping, du think tank dans le cadre duquel il a rédigé cet article, et l’objet de l’article, à savoir le mode de gouvernance chinois et le rôle joué par les innovations institutionnelles expérimentées aux échelons locaux.

2Yu Keping est actuellement doyen de la faculté de gouvernement à l’université de Pékin, où il dirige également le Centre de recherche de politique chinoise et l’Institut pour le développement politique à l’université Tsinghua. Avant d’occuper à plein temps ces postes académiques prestigieux, au moment de la publication de l’article traduit ci-après et jusqu’à récemment, il occupait encore des positions politiques en tant que conseiller du gouvernement chinois sur les réformes politiques. Il assurait alors les fonctions de professeur et directeur fondateur du Centre de politique et d’économie comparées du Comité central du Parti communiste chinois rattaché au Bureau central des traductions et compilations (Zhonggong zhongyang bianyiju bijiao zhengzhi yu jingji yanjiu zhongxin) et directeur de l’Institut de recherche en innovations gouvernementales de l’université de Pékin (Beijing daxue Zhongguo zhengfu chuangxin yanjiu zhongxin). En 2008, lors de l’anniversaire de la politique de « réforme et d’ouverture », il est élu comme l’une des trente figures les plus influentes des trente dernières années.

  • 1 Dont l’université de Pékin, Tsinghua, l’université du Peuple, Fudan, Nankai, les universités du Zh (...)
  • 2 Yu Keping est également membre du comité éditorial de Bijiao, de la Revue de philosophie politique (...)
  • 3 Jacobs Andrew, 2010, « A Chinese official praises a taboo : democracy » [en ligne], The New York T (...)

3Il tient alors un rang équivalent à celui de vice-ministre. Ces fonctions politiques n’ont néanmoins pas freiné ses recherches académiques. Même s’il publie également de brefs articles politiques où il respecte la ligne du Parti et le vocabulaire officiel, la plupart de ses publications sont académiques. Ses domaines de prédilection sont principalement la gouvernance et la politique chinoises, les innovations institutionnelles, la philosophie politique, la politique comparée, la mondialisation et la société civile. Il a contribué à l’introduction en Chine de concepts centraux de la science politique comme la gouvernance (zhili), la bonne gouvernance (shanzhi) (Wang et Guo, 2015), la société civile, le développement politique, etc. Auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages – dont plusieurs en anglais – et de plus d’une centaine d’articles, il est professeur honoraire dans la plupart des grandes universités chinoises1 ainsi qu’à l’université allemande de Duisbourg. Sa renommée dépasse largement les frontières chinoises, comme le suggèrent ses séjours en tant que professeur invité à Harvard, à Duke, à Nottingham et à la Freie Universität de Berlin2. Il est promoteur d’une démocratie graduelle (zengliang minzhu) et auteur de l’article et du livre éponyme, La démocratie est une bonne chose. Le New York Times a publié sa biographie3 et Foreign Affairs l’a classé en 2011 comme l’un des cent penseurs les plus influents dans le monde.

  • 4 Le concours d’entrée ayant été supprimé pendant dix ans – durant lesquels quasiment aucun cours n’ (...)
  • 5 Bandurski David, 2012, « Yu Keping : praising the will of the people » [en ligne] China Media Proj (...)
  • 6 Gérard Noiriel (2005) distingue les « intellectuels de gouvernement », des « intellectuels spécifi (...)
  • 7 Xia Yong est directeur de l’Administration des secrets d’État depuis 2005 et Wang Jisi est doyen d (...)
  • 8 Jacobs Andrew, 2010, « A Chinese official praises a taboo : democracy », The New York Times, 24 ju (...)

4Yu Keping est l’un des politistes les plus observés en Chine (Leonard, 2008, p. 141 ; Wang et Guo 2015, p. 986), parce qu’il est le premier politiste formé intégralement en Chine après la Révolution culturelle, titulaire d’un doctorat de science politique de la prestigieuse université de Pékin en 1988 sous la direction de Zhao Baoxu. Né en 1959 dans une famille de cultivateurs de riz dans la province du Zhejiang, Yu Keping appartient à la même génération politisée que l’équipe dirigeante actuelle (Frenkiel, 2014). Il a, comme eux, été garde rouge pendant la Révolution culturelle et il fait partie de la première promotion d’étudiants ayant réussi le concours hautement sélectif d’entrée à l’université en 19784. Comme beaucoup de chercheurs de sa génération, il a été fortement marqué par l’ouverture des années 1980, le mouvement étudiant du printemps 1989 et sa violente répression. Il se sent investi d’une mission : contribuer au développement de son pays, pousser le Parti à se réformer et parvenir à une bonne gouvernance, ce qu’il appelle également démocratie5 (Frenkiel, 2014 ; Wang et Guo, 2015). Cet « intellectuel de gouvernement » (Noiriel, 2005) a fait débat au sein de la dissidence et des intellectuels les plus libéraux car il est membre du Parti communiste et a longtemps occupé des fonctions au plus proche du pouvoir6. Avec d’autres universitaires ayant opté pour une carrière politique comme Xia Yong et Wang Jisi7, il a participé à l’élaboration de la politique intérieure et étrangère de Hu Jintao et en particulier de slogans comme la croissance « centrée sur le peuple » (yi ren wei ben), la « capacité à gouverner du PCC » (dang de zhizheng nengli) et la « montée pacifique » (heping jueqi) de la Chine. Andrew Jacobs8 citait ainsi l’avocat exilé Guo Tianguo : « Il doit son poste au président Hu Jintao et s’il va trop loin, il pourrait tout perdre. C’est un lâche. »

5Traduire Yu Keping est d’abord une invitation à examiner le travail d’un chercheur chinois de haut niveau, les institutions dans lesquelles il œuvre et à mieux comprendre le rapport entre science et politique en Chine.

Yu Keping, une figure centrale du renouveau de la science politique chinoise

6Les départements de science politique, fermés après la réforme des universités de 1952, ont progressivement rouvert dans les années 1980, à la suite des exhortations de Deng Xiaoping à rattraper rapidement le retard pris (zhuajin buke) (Yu, 2007 ; Wang, 2009 ; Deng, 2009). D’abord limitées aux études marxistes et intégralement orientées par la lutte des classes, les recherches politiques portent dans la dernière partie des années 1990 sur les conflits d’intérêts et les institutions (Yang, 2007). Des milliers de chercheurs chinois reviennent à la même période en Chine après avoir reçu une formation dans des universités étrangères. Cela participe du processus de rattrapage de la science politique chinoise, alors quasi inexistante en Chine.

7Dans un article dressant le bilan de la science politique et de l’administration publique, Yu Keping a opéré une distinction entre une conception large de la science politique, comme réflexion sur les causes des phénomènes politiques, et une compréhension plus étroite de la discipline, comme science indépendante, conception qui ne s’est développée en Chine qu’il y a un siècle environ (Yu, 2009). En 1899, le Shixue guan, centre de formation pour les cadres de l’administration, ouvre à la Jingshi daxue tang – ancêtre de l’université de Pékin – qui crée en 1903 le premier cours de science politique dispensé dans l’histoire de l’université chinoise. Entre 1901 et 1904, soixante-six œuvres classiques politiques occidentales sont traduites en chinois. En 1948, plus de quarante universités sur la centaine d’universités chinoises comprenaient un département de science politique (Zhao, 2008). À partir des années 1980, après trente ans d’interdiction, les œuvres majeures des sciences politiques étrangères sont traduites en chinois (Frenkiel, 2005) et l’impact des paradigmes occidentaux sur les recherches menées en Chine devient écrasant (Yang, 2007). Simultanément, la politique de réforme et d’ouverture lancée par Deng Xiaoping et les transformations économiques qu’elle a induites ont abouti à des problèmes politiques et institutionnels majeurs à l’origine d’une grande émulation au sein de la communauté universitaire, qui se donne pour mission de les identifier, de signaler leurs effets possibles et de proposer des moyens de les résoudre. Zhao Baoxu, qui a réorganisé la discipline et formé les premiers politistes chinois dans les années 1980, affirme que « la vraie vie avait apporté une série de problèmes qu’il était du devoir des politistes d’étudier et d’aider à résoudre […]. À présent, la raison principale de la restauration de la recherche en science politique est de résoudre ces problèmes » (Zhao, 2008, p. 40). Ainsi, les thèmes le plus souvent abordés par la science politique chinoise sont la stabilité sociale, les conflits d’intérêts et la redistribution, les droits de l’homme et la défense des droits du citoyen, la régulation et l’autorité, les institutions démocratiques, l’État de droit et le gouvernement par le droit, l’(in)efficacité de la mise en application des politiques publiques, la formation d’un gouvernement honnête, les systèmes de valeurs. Les politistes chinois portent un regard critique sur leur discipline et déplorent la priorité accordée aux projets de recherche et aux publications dans des revues classées, ainsi que certains phénomènes de mode à l’origine de la prolifération d’articles répétitifs, alors que d’autres sujets importants ne sont pas traités ou approfondis (Yu, 2007 ; Wang, 2009).

8L’analyse des politiques va de pair avec la formulation d’interprétations et de suggestions destinées à influencer les prises de décisions gouvernementales. Le politiste Yang Guangbin décrit cela de façon lumineuse :

Dans la culture chinoise, la relation entre le fonctionnaire et le lettré, le gouvernement et l’étude est intime. Comme le dit le proverbe, le lettré est amené à gouverner (xue er you zeshi). Cela vient de Confucius. On peut aussi inverser le proverbe, le fonctionnaire est amené à étudier (shi er you zexue). C’est un des traits constants de la tradition chinoise. Ce n’est pas seulement le cas de la politique et de l’économie, qui doivent être utiles de façon plus ou moins directe au gouvernement du pays. Lorsqu’on fait de la politique comparée, par exemple, qu’on fait des recherches sur la politique chinoise, on est forcément amenés à se demander comment la Chine doit procéder et ce qu’on doit faire pour réformer le système politique. C’est notre activité principale. Bien sûr, le reste du temps, on s’intéresse à bien d’autres problèmes concrets. Car les questions pratiques peuvent aboutir à des questions théoriques. Ceci concerne une partie des politistes. L’autre partie se concentre sur la théorie politique. […] Mais dans la science politique chinoise, ce sont les recherches pratiques qui prévalent. On s’intéresse aux questions de gouvernance et nos recherches sont censées être mises en pratique. (Entretien avec l’auteure, mai 2010)

9Cela rappelle en quelque sorte un modèle traditionnel de participation et d’engagement politique qui consiste à émettre des suggestions intellectuelles et à parler vrai au pouvoir. Ce mode de participation compromet l’indépendance et l’objectivité des recherches en science politique puisque le cadre des recherches est souvent affecté par la volonté, les inquiétudes et les intérêts des dirigeants (Xu, 2000 ; Frenkiel, 2014).

  • 9 Plusieurs dizaines d’articles y ont été exclusivement consacrés dont Jing et Wang (1999, p. 299-31 (...)

10On associe la propension des chercheurs chinois à influencer la direction des politiques publiques à l’histoire de l’intelligentsia chinoise, née de l’impératif absolu de sauver la Chine (Zhang, 2007). Au tournant du xxe siècle, la diffusion du savoir occidental en Chine ne servait qu’un objectif instrumental : sauver la Chine de la décadence intérieure et de l’invasion impérialiste. Or, depuis une dizaine d’années, au sein de la science politique chinoise, les appels à l’indigénisation (bentuhua) se sont multipliés9. Ils insistent sur la nécessité d’une indigénisation couplée avec une ouverture constante à la science politique internationale, qui prendrait en compte les caractéristiques et les conditions préalables au développement politique chinois, tout en s’inscrivant dans la connaissance universelle qui transcende pays et sociétés et sans laquelle il n’y a pas de science politique. En d’autres termes, la science politique chinoise est appelée à devenir une branche de la science politique internationale, à développer les recherches de politique comparée et à produire des catégories, méthodes et cadres d’analyses fondés sur l’expérience chinoise et par conséquent mieux adaptés à la compréhension de certains phénomènes. Zhao Baoxu résume ainsi la posture souhaitable du politiste comme celui qui « garde les pieds en Chine et les yeux rivés sur le monde » (Zhao, 2008, p. 56-57). Yu Keping semble précisément répondre à cette injonction ; pour autant, on ne peut le juger représentatif de la science politique chinoise, discipline hétérogène, au sens où sa longue proximité avec le gouvernement central le situe à une extrémité du spectre des positionnements possibles des politistes vis-à-vis du pouvoir (Frenkiel, 2014). Son insertion dans l’un des principaux think tanks du pouvoir en est la preuve.

Le Bureau central des traductions et compilations, un think tank conservateur ou réformateur ?

11Le Bureau central des traductions et compilations est la seule institution autorisée à traduire les ouvrages des dirigeants centraux, comme Mao, Zhou Enlai, Liu Shaoqi, Zhu De, Deng Xiaoping, Chen Yun et Jiang Zemin, en langues étrangères. Il est également responsable de la traduction de textes officiels émanant de l’État et du Parti. Les recherches qui y sont menées sont financées par les autorités centrales ainsi que par le biais de projets menés sous contrat avec diverses autorités et organismes universitaires ou indépendants. Certains projets ayant trait à la théorie marxiste sont manifestement conservateurs puisqu’ils sont destinés à consolider le contrôle idéologique et à limiter la percée des théories occidentales. Yu Keping a pris part à cet effort de réactualisation du marxisme, son rôle consistant par exemple à définir les quatre distinctions (sige fenqing) : distinguer quels points de vue sont des principes marxistes de base à défendre de tout temps, les perspectives théoriques à développer ou à réviser à la lumière des évolutions récentes, les interprétations dogmatiques à abandonner, et identifier quels points de vue faussement attribués au marxisme doivent être éclaircis (Bing, 2015).

  • 10 La plupart des ONG chinoises sont créées par des administrations et des organismes officiels. On l (...)
  • 11 Jacobs Andrew, 2010, « A Chinese official praises a taboo : democracy », The New York Times, 24 ju (...)

12Contrairement aux think tanks des pays occidentaux qui ne sont pas soumis aux mêmes contraintes, les think tanks chinois cherchent moins à s’émanciper du gouvernement qu’à s’en rapprocher le plus possible (Li, 2008, 2017 ; Zhu, 2012). On note la même différence entre ONG chinoises et occidentales10. Les think tanks sont sollicités pour permettre une prise de décision informée et réfléchie. Nombre d’entre eux, affiliés à de grandes universités chinoises, poursuivent des recherches universitaires et cherchent en parallèle des solutions politiques à des problèmes d’intérêt général. Les chercheurs intégrés à ces think tanks peuvent interagir plus aisément avec les cadres officiels. Leur parcours et leur positionnement politiques rassurent. Ils dépendent moins d’un mentor haut placé pour s’exprimer ouvertement et connaissent mieux les rouages des prises de décisions politiques. Dans le contexte chinois, plus les intellectuels sont organiques, au sens où ils acceptent de se soumettre à la discipline d’une organisation ou d’une institution, plus ils ont de chance de s’exprimer ouvertement et plus leurs critiques et suggestions ont d’impact (Hua, 1995 ; Tang, 2005 ; Hao, 2010, p. 22-23). Comme en témoignent les chercheurs ayant côtoyé l’institution, ce bureau n’est néanmoins pas une « obscure agence dédiée à la traduction des ouvrages des dirigeants chinois et de tracts marxistes »11 , ni un « atelier orthodoxe de production idéologique du Parti » (He, 2012) mais plutôt « un think tank et un institut de recherche réformiste » prônant des idées innovantes de réformes politiques et économiques et collaborant avec de nombreuses organisations étrangères dont la Fondation Ford, la Fondation Friedrich Ebert ou le Centre Carter (Bing, 2015). Les recherches du Bureau s’étendent ainsi bien au-delà du domaine restreint de l’idéologie marxiste. Pendant les années 1990, dans le contexte d’un profond désir de modernisation du Parti, les concepts occidentaux ne sont pas seulement introduits mais analysés et utilisés dans le cadre d’une plus grande attention portée à la réalité chinoise, décryptée à coups d’études empiriques multiples et minutieuses. Le Bureau se transforme alors considérablement, passant d’un organe officiel de traduction à un think tank réformiste voué à l’introduction des recherches et idées occidentales qui prône des réformes politiques : « les recherches de Rong Jingben, Yu Keping et He Zengke visent à rendre le Parti unique plus efficace, responsable, accessible et concrètement plus démocratique sans nécessairement passer par une restructuration » (Bing, 2015, p. 572). Leur grande connaissance de la théorie marxiste, de l’idéologie et du vocabulaire officiels ainsi que des travaux de science politique étrangers contribuent à leur parfaite maîtrise de l’art de la critique oblique (Strauss, 2003, p. 25 et 37) et à leur capacité à formuler des propositions audacieuses de réforme sans jamais brusquer. Le Bureau central des traductions et compilations n’est ainsi ni une cage dorée ni un révélateur du carriérisme de Yu Keping mais plutôt une plateforme choisie pour gagner la confiance et l’écoute des dirigeants, étudier le système et le réformer de l’intérieur. C’est dans cette optique d’œuvrer par la recherche académique au progrès social et politique que Yu Keping décide de mobiliser une partie des fonds du Bureau pour lancer un programme d’envergure consacré aux innovations politiques locales.

Les expérimentations politiques locales : les raisons d’une recherche

13Yu Keping a développé une théorie de la démocratie graduelle (zengliang minzhu) selon laquelle le système politique peut être lentement poussé dans une direction démocratique. Précisons d’emblée que sa conception de la démocratie est inséparable de la notion de bonne gouvernance et qu’elle ne correspond pas à la définition minimaliste schumpétérienne de la sélection des plus hauts dirigeants par le biais d’élections compétitives. Inquiet du « désastre » que causerait l’application de la démocratie pour l’État et pour le peuple sans s’assurer que les conditions nécessaires sont remplies, il se concentre sur l’importance de la procédure, le rôle de la société civile dans la construction d’une démocratie socialiste, l’institution d’un État de droit, l’avancée de la démocratie au sein du Parti et la démocratie des masses. Cela explique son intérêt pour les expérimentations démocratiques à l’échelon local et la création de l’Institut de recherche en innovations gouvernementales, rattaché simultanément à l’université de Pékin, au Bureau central des traductions et compilations et au Centre de politique et d’économie comparées du Comité central du Parti communiste chinois, organisme particulièrement intéressant à étudier pour comprendre les contours de la liberté académique et le rapport entre science politique et pouvoir en Chine. Couplant recherche académique et expertise à visée politique, Yu Keping a mis en place un programme de recherche qui récompense par des prix l’innovation et l’excellence dans la gouvernance locale chinoise. Son objectif est d’établir des relations entre des expérimentations politiques locales et la réforme du système politique au niveau macro, ainsi qu’entre les sphères politiques et académiques (Yu, 2006, p. 164-166). Les innovations que les chercheurs du Centre identifient et récompensent sont étudiées avec minutie puis appliquées, avec l’accord du gouvernement central ou provincial, à titre expérimental dans d’autres localités dans la perspective d’être, dans le meilleur des cas, étendues à l’ensemble d’une région ou du pays si les essais sont probants.

14On ne doit pas sous-estimer l’ampleur de la recherche dont l’article que nous traduisons propose un bilan des dix dernières années. Rappelons ici la complexité de la structure des gouvernements locaux (difang renmin zhengfu), institués en cinq échelons, dont quatre sont inscrits dans la Constitution. On trouve à leur sommet les provinces (sheng), au nombre de vingt-deux, les régions autonomes, au nombre de cinq (Guangxi, Mongolie intérieure, Ningxia-Tibet, Xinjiang), les municipalités spéciales, relevant directement des autorités centrales, au nombre de quatre (Pékin, Chongqing, Shanghai, Tankin) et deux régions administratives spéciales (Macao et Hong Kong). Ces structures sont sous le contrôle direct du pouvoir central ; elles sont dirigées par des gouverneurs ou des présidents, et par des maires dans le cas des municipalités spéciales, ainsi que par leurs assemblées et comités du Parti. Il existe en pratique un niveau administratif immédiatement inférieur qui n’est pas inscrit dans la constitution : la préfecture (diqu), organe délégué (paichu jigou) des autorités provinciales. Au troisième niveau, l’unité administrative est le district (xian) ou l’arrondissement urbain (shiqu). L’unité administrative de niveau inférieur est le canton ou le bourg (xiangzhen), réapparu au début des années 1980 en remplacement des communes populaires, doté d’un gouvernement cantonal. Le canton est caractéristique du monde rural, il fait le lien entre l’agriculture et l’activité urbaine des bourgs. En ville, on trouve à ce niveau le bureau de rue (jiedao). Au niveau le plus bas, l’unité administrative est le village (cun). Sa représentation est assurée par des comités de villageois élus selon la législation de 1987. Les gouvernements locaux sont officiellement issus des assemblées populaires du même échelon, qui les élisent tous les cinq ans (trois ans dans les districts et cantons), et constituent la façade étatique des comités du Parti de leur circonscription. Le pouvoir réel des gouvernements locaux dépend des relations qu’ils entretiennent avec les comités du Parti et avec les organismes administratifs à l’échelon supérieur, ainsi que de la marge de manœuvre qui leur est réellement laissée (Cabestan, 2014, p. 242). L’équivalent urbain du village est la communauté de quartier (shequ).

15Le Parti communiste constitue la clé de voûte de ce système politique hiérarchisé, puisque sa domination est inscrite dans la Constitution chinoise. Le Parti dirige les institutions de l’État et exerce encore un contrôle étroit sur la société. Il a la responsabilité des choix politiques, de la sélection et de la promotion des cadres, de la direction de l’idéologie politique et sociale ainsi que de la direction et de la gestion de l’administration. Il reste maître du jeu des mécanismes de consultation et de participation de la société et veille attentivement à étouffer toute tentative de création d’organisations politiques. Malgré les velléités de séparation entre le Parti et le gouvernement depuis les années 1980, on parle encore d’État-parti (dangguo tizhi) au sens où la fusion de ces deux institutions reste quasiment intacte. C’est au niveau central que se décident les grandes orientations et que sont édictées des directives que les échelons inférieurs sont chargés d’interpréter et d’appliquer selon leurs conditions et intérêts propres.

16Le système politique chinois tient ainsi d’un paradoxe, que décrit Jean-Pierre Cabestan avec justesse : c’est en effet « un système politique […] très centralisé, mais une administration particulièrement décentralisée ou plutôt déconcentrée, pour reprendre une distinction familière des juristes français » (Cabestan, 2014, p. 249). Zheng Yongnian le décrit comme « un État unitaire de jure mais une fédération de facto » (Zheng, 2007). Les relations entre gouvernement central et gouvernements locaux sont d’une grande richesse et d’une complexité dont peu d’études parviennent à rendre pleinement compte (Kotska et Nahm, à paraître). Depuis la politique de réforme et d’ouverture lancée en 1978, la méthode d’avancée par le tâtonnement, l’expérimentation et l’innovation localisés a fait ses preuves sur le plan économique, mais elle s’applique également dans le champ politique. Même si les freins à la réforme politique au niveau national sont encore redoutables, le recours aux innovations institutionnelles au niveau local est relativement courant, en phase avec la préférence conservatrice pour une réforme graduelle (piecemeal engineering) (Popper, 1971). Heberer et Schubert (2006) parlent de modèle de l’infiltration (percolation model) pour désigner une réforme politique qui procède par légalisation des pratiques locales réussies. L’économiste Sebastian Heilmann, quant à lui, propose de dépasser l’opposition inadéquate entre unitarisme et fédéralisme, ou entre centralisation et décentralisation, grâce au concept d’expérimentation dans un système hiérarchique (experimentation under hierarchy), qui rend avec plus de justesse l’oscillation de l’interaction entre gouvernements central et locaux. Il le décrit comme « la combinaison volatile mais productive d’expérimentations décentralisées et d’interventions centrales ponctuelles, ce qui aboutit à une intégration sélective des expériences locales dans le processus politique national. Il s’agit d’une clé essentielle de compréhension du processus politique chinois » (Heilmann, 2008, p. 29). Cette approche lui permet de saisir « la marge de manœuvre qu’ont les cadres locaux pour développer leurs propres modèles même si la décision de confirmer, de réviser, de mettre fin ou d’étendre ces expérimentations modèles est finalement prise par les dirigeants suprêmes. Ce qu’il faut en retenir, c’est que le mode d’expérimentation pratiqué en République populaire de Chine se concentre sur la recherche d’instruments politiques innovants, plutôt que sur la définition d’objectifs politiques, qui reste la prérogative de la direction du Parti » (Heilmann, 2008, p. 2-3).

  • 12 Le film de Feng Xiaogang Je ne suis pas Madame Bovary le montre assez bien.

17De formidables inégalités ont contribué à l’augmentation de l’instabilité : des cas de corruption ou d’abus de pouvoir, des expropriations injustes, des bavures policières ou judiciaires, ou encore de graves crises de pollution provoquent en permanence des protestations individuelles et collectives aux quatre coins du pays. Les plaignants et manifestants ne conçoivent pas l’État chinois de façon monolithique et leur première démarche consiste généralement à présenter leurs doléances aux échelons supérieurs12. Le gouvernement central est ainsi censé résoudre ou arbitrer leurs disputes avec les autorités locales (O’Brien, 2008) et les cadres locaux peuvent perdre toute chance d’être promus si des soulèvements éclatent dans leur juridiction. La stabilité sociale et la satisfaction des administrés sont en effet des critères d’évaluation des cadres au même titre que le développement économique. C’est une des raisons pour lesquelles certains mettent en place des innovations institutionnelles destinées à pacifier les conflits sociaux et à asseoir leur légitimité.

18Des innovations institutionnelles de divers types se sont ainsi multipliées dans les localités chinoises, comme le décrit minutieusement Yu Keping dans l’article. Elles semblent indiquer une évolution modérée du régime vers davantage de participation populaire aux prises de décisions. Comme toute réforme institutionnelle mise en place en Chine, notamment les élections des comités villageois, ces nouveaux arrangements institutionnels sont d’abord destinés à renforcer la légitimité du Parti à l’échelon local. Ils s’intègrent par ailleurs dans la démarche mise en avant par le gouvernement central pour renforcer son efficacité, sa capacité d’écoute et sa réceptivité envers les revendications populaires. Les innovations les plus spectaculaires sont celles qui ont trait aux élections. Ce sont elles qui attirent le plus l’attention de Yu Keping mais également de la communauté internationale. Ce fut le cas des élections des membres du comité du Parti au niveau des bourgs et des cantons du district de Pingchang (Sichuan) en 2006 : quatre-vingt-six équipes de chercheurs étaient alors venues pour étudier l’expérience. Ce fut également le cas des élections cantonales à Buyun (Sichuan), premier canton à tenter l’expérience en 1998, puis à la renouveler en 2001. Recenser cet ensemble de transformations administratives et politiques et les analyser donne une certaine mesure de l’importance de l’article que nous traduisons aujourd’hui.

Démocratie délibérative ou élective : que choisir ?

19Cet article est d’autant plus important aux yeux de son auteur qu’il explicite les valeurs qu’il souhaite voir défendues dans la Chine contemporaine. Dans son fameux article « La démocratie est une bonne chose » (Yu, 2006), Yu Keping se distingue par sa défense de la démocratie non pas pour des raisons utilitaristes mais en termes de valeurs. Mark Leonard a associé sa démarche à celle de Zhang Weiying, un économiste qui cite une vieille histoire chinoise pour expliquer que si les « zèbres » capitalistes permettent désormais le développement économique de la Chine, l’État chinois a d’abord été contraint de dissimuler à la population sa conversion car cette dernière ne pouvait facilement l’accepter après des années de propagande féroce contre les « zèbres » (Leonard, 2008). C’est ainsi que les dirigeants décidèrent de peindre des rayures sur la robe des « chevaux » chinois (le socialisme), en expliquant que leur différence avec les chevaux originaux était minime, puis en les remplaçant graduellement par de véritables zèbres. Il était en effet plus sage de ne vanter les avantages du zèbre qu’une fois le peuple convaincu de sa supériorité par rapport au cheval, après de nombreuses années. C’est ainsi que, d’après Zhang Weiying, les Chinois sont devenus capitalistes sans le dire. De même, Yu Keping espère que des expériences de démocratie locale deviendront les Shenzhen (ou chevaux de Troie) d’une politique démocratique et que les dirigeants chinois, même les plus conservateurs, seront finalement mis devant le fait accompli d’un processus de démocratisation amorcé depuis longtemps.

20Yu Keping et He Zengke, son collègue, sont parmi les politistes qui s’expriment le plus ouvertement en faveur d’une démocratie électorale – certes graduelle, et émanant de la base. Leurs recherches répétées et approfondies sur le terrain, leurs entretiens avec des cadres locaux leur ont donné la certitude qu’il s’agit d’une des mesures phares qui doit rendre aux dirigeants politiques toute la légitimité et la motivation dont ils ont besoin pour gouverner convenablement (He, 2007). Yu Keping et les chercheurs qui l’entourent, grâce à leur proximité avec le gouvernement, ont eu l’occasion de faire passer ce message aux dirigeants chinois, notamment à travers l’histoire de ces secrétaires du Parti qui ont souhaité spontanément se faire élire afin de gagner la même légitimité que celle des comités villageois, c’est-à-dire non plus seulement le soutien du Parti, mais également celui de la population.

21Les propositions des deux chercheurs visent le même objectif, « construire un socialisme libéral », et elles sont complémentaires. La démocratie incrémentale, telle qu’elle est théorisée par Yu Keping, se focalise sur les moyens de mettre en place une démocratie en Chine. La démocratie complexe (fuhe minzhu) préconisée par He Zengke combine démocratie électorale, démocratie délibérative et démocratie constitutionnelle. Elle correspond, à la fin, à l’aboutissement du processus de démocratisation, qui passe par ces innovations institutionnelles et dépend en définitive de la volonté du Parti.

22Le système chinois comprend une diversité de mécanismes institutionnels de représentation et de participation mis en place pour moderniser et optimiser sa gouvernance et renforcer la légitimité du régime. Coexistent ainsi des élections directes – des comités villageois, de certains comités de quartier, des assemblées populaires jusqu’au niveau du district, des associations professionnelles –, des élections indirectes – des assemblées populaires au-delà du district, d’autres comités de quartier – et des législatures non élues comme les conférences consultatives dont les membres sont nommés par le Parti (Heberer et Schubert, 2006 ; Charon, 2012 ; Fewsmith, 2013 ; Audin, 2015 ; Manion, 2015). En parallèle, les expériences de budgets participatifs se multiplient depuis l’expérience pilote de la ville-district de Wenling (Zhejiang), où participation et délibération populaires ont été introduites sous la forme d’assemblées appelées kentanhui (discussions franches). Certains bourgs organisent depuis plus de dix ans des assemblées délibératives. Ces mécanismes institutionnalisés et ces expériences locales ne sont pas vraiment conçus comme des jalons d’une transition démocratique mais plutôt comme des technologies de gouvernement, des instruments d’action publique (Lascoumes et Le Galès, 2004) destinés à faciliter, à rationaliser, à légitimer les décisions politiques et ainsi à renforcer l’assise du régime.

  • 13 Entretiens menés avec les instigateurs des assemblées délibératives à Chengdu en mai 2016.

23C’est tout à fait flagrant dans le cas des assemblées délibératives, là-bas appelées yishihui, institutionnalisées au niveau des villages et des communautés de quartier dans la capitale du Sichuan Chengdu, qui compte environ 15 millions d’habitants, à partir du modèle développé dans la ville-district de Pengzhou en 2014. On observe ainsi qu’alors que les innovations électorales n’ont pas créé beaucoup d’émules, même après la remise de prix, les innovations participatives et délibératives ont au contraire largement essaimé. Toutes ces innovations démocratiques – au sens où elles font entrer les citoyens ordinaires dans le processus de décision politique – sont confrontées à une chape de plomb et ne sont pas étendues aux échelons supérieurs. On aurait néanmoins tort de les ignorer car les dirigeants locaux et les représentants des assemblées délibératives sont en charge de discuter, selon les cas, de questions essentielles comme le budget, le planning familial, l’imposition et l’acquisition des terres. L’économiste de l’université de Pékin, Yao Yang, a montré que les élections encourageaient les comités villageois à rendre des comptes à leurs administrés, aidaient à limiter la corruption et à améliorer l’efficacité et la qualité des services publics, même si la plus grande difficulté reste le rôle important du Parti dans ces élections (Yao, 2006 ; Yan et Yao, 2008 ; Wang et Yao, 2007). Les diverses formes de consultation et délibération – deux mots malencontreusement traduits xieshang en chinois – sont officiellement promues pour les mêmes raisons : rapprocher les cadres des citoyens ordinaires (ce qui correspond à la remise au goût du jour de la « ligne de masse », qunzhong luxian), permettre aux citoyens de régler les problèmes eux-mêmes et parvenir ainsi à davantage de stabilité sociale13. Ce discours des cadres locaux correspond aux besoins du gouvernement central, qui cherche également à limiter les plaintes et soulèvements des citoyens contre les exactions de ces derniers, qui pourraient finir par compromettre la légitimité de l’ensemble du Parti et du système.

24Cela confirme qu’à l’échelle locale, toute innovation, toute démarche d’ouverture, d’inclusion, d’empowerment, de reddition de compte n’est pas contraire au régime et n’est pas perçue comme une menace mais plutôt comme une solution, un instrument de son maintien et de sa survie. Il est néanmoins manifeste que, depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, le gouvernement central a rejeté toute avancée sur le front de la réforme électorale et promu l’idée que la démocratisation de la gouvernance chinoise devait plutôt passer par la consultation et la participation citoyennes. C’est la teneur des recommandations du XVIIIe congrès du Parti en 2012 et du document no 2 sur le renforcement de la démocratie délibérative socialiste publié en février 2015.

25On peut, pour conclure, formuler l’hypothèse que c’est en partie parce qu’ils ont perdu tout espoir de parvenir à convaincre les dirigeants actuels du bien-fondé de l’extension des élections compétitives au-delà de la base (jiceng), et plus généralement de favoriser une démocratisation lente et graduelle du système, que Yu Keping et He Zengke se sont retirés de leurs fonctions politiques et ont décidé de reprendre une carrière entièrement académique au sein de l’université de Pékin.

Haut de page

Bibliographie

Audin Judith, 2015, « Gouverner par la communauté de quartier (shequ) en Chine. Ethnographie de la bureaucratisation participante des comités de résidents à Pékin », Revue française de science politique, vol. 65, no 1, p. 85-110.

Bing Ngeow Chow, 2015, « From translation house to think tank : the changing role of the Chinese Communist Party’s Central Compilation and Translation Bureau », Journal of Contemporary China, no 24, p. 554-572.

Cabestan Jean-Pierre, 2014, Le système politique chinois. Un nouvel équilibre autoritaire, Paris, Presses de Sciences Po.

Charon Paul, 2012, Le vote contre la démocratie. Construction de l’État et processus de politisation dans la Chine rurale post-maoïste, thèse de doctorat d’études politiques, EHESS.

Deng Zhenglai, 2009, « The state of the field : political science and Chinese political studies », Journal of Chinese Political Science, no 14, p. 331-334.

Fewsmith Joseph, 2013, The Logic and Limits of Political Reform in China, New York, Cambridge University Press.

Frenkiel Émilie, 2005, Perfect Freedom. A Study of the Evolution and Representation of Contemporary Anglo-American Political Philosophy in China, mémoire de master 2, ENS.

Frenkiel Émilie, 2014, Parler politique en Chine, Paris, Presses universitaires de France.

Hao Zhidong, 2010, Whither Taiwan and Mainland China. National Identity, the State, and Intellectuals,Hong Kong, Hong Kong University Press.

He Jianyu, 2013, « Comprendre les ONG chinoises » [en ligne], La Vie des idées, 23 mai 2013, [URL : http://www.laviedesidees.fr/Comprendre-les-ONG-chinoises-2302.html] consulté le 8 août 2017.

He Qinglian, 2012, « “Bianyiju yanqinglu” cuihui Beijing de “lilun zixin” (L’“histoire d’amour” du CCTB mine la “confiance théorique” de Pékin) » [en ligne] [URL : http://heqinglian.net/2012/12/14/china-sex-scandal] consulté le 8 août 2017.

He Zengke, 2007, « Zhongguo difang zhengfu chuangxin yu zhengzhi hefaxing – yixiang chubu de jingyanxing yanjiu (L’innovation des gouvernements locaux chinois et leur légitimité politique : étude empirique préliminaire) », Yunnan xingzheng xueyuan xuebao, no 2, p. 8-13.

Heberer Thomas et Schubert Gunther, 2006, « Political reform and regime legitimacy in contemporary China », Asien 99, p. 9-28.

Heilmann Sebastian, 2008, « From local experiments to national policy : the origins of China’s distinctive policy process », The China Journal, no 59, p. 1-30.

Hua Shiping, 1995, Scientism and Humanism. Two Cultures in Post-Mao China (1978-1989), Albany, State University of New York Press.

Jing Yuejin et Wang Guoqin, 1999, « Western political research approaches and the development of political science methodology in China », Journal of Chinese Political Science, no 14, p. 299-315.

Kotska Genia et Nahm Jonas, à paraître, « Central-local relations : recentralization and environmental governance », China Quarterly.

Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick, 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Leonard Mark L., 2008, What Does China Think ?, Londres, Fourth Estate.

Li Cheng, 2008, « China’s new think tanks », China Leadership Monitor, no 31.

Li Cheng, 2017, Power of Ideas. The Rising Influence of Thinkers and Think Tanks in China, Singapour, World Scientific Publishing.

Manion Melanie, 2015, Information for Autocrats. Representation in Chinese Local Congresses, Cambridge, Cambridge University Press.

Noiriel Gérard, 2005, Les fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France, Paris, Fayard.

O’Brien Kevin éd., 2008, Popular Protest in China, Cambridge, Harvard University Press.

Popper Karl, 1971, The Open Society and Its Enemies. The Spell of Plato, Princeton, Princeton University Press.

Rocca Jean-Louis, 2010, Sociologie de la Chine, Paris, La Découverte.

Strauss Leo, 2003, La persécution et l’art d’écrire, Paris-Tel Aviv, Éditions de l’Éclat.

Wang Shaoguang, 2009, « Dakai zhengzhixue yanjiu de kongjian (Ouvrir l’espace des recherches en science politique) » [en ligne], Zhongguo shehui kexueyuan bao, 13 janvier, [URL : http://www.xinfajia.net/5697.html], consulté le 8 août 2017.

Wang Qinghua et Guo Gang, 2015, « Yu Keping and Chinese intellectual discourse on good governace », The China Quarterly, no 224, p. 985-1005.

Wang Shuna et Yao Yang, 2007, « Grassroots democracy and local governance : evidence from rural China », World Development, vol. 29, no 10, p. 1635-1649.

Xu Xianglin, 2000, « Mianxiang 21 shiji de Zhongguo zhengce kexue (La science politique chinoise à l’épreuve du xxie siècle) », Beijing daxue xuebao, vol. 37, no 4, p. 108-120.

Yan Shen et Yao Yang, 2008, « Does grassroots democracy reduce income inequalities in China ? », Journal of Public Economics, no 92, p. 2182-2198.

Yang Guangbin, 2007, Zhengzhixue daolun (Introduction à la science politique), Pékin, Beijing daxue chubanshe.

Yao Yang, 2006, « Village elections, accountability and income distribution in rural China », China & World Economy, vol. 14, no 6, p. 20-38.

Yu Jianxin, 2005, « Zhengzhixue fazhan de ziwo fansi yu Zhongguo zhengzhixue jiangou (Réflexion sur le développement de la science politique et sa constitution en Chine) », Jiaoxue yu yanjiu, no 5, p. 16-23.

Yu Keping, 2006, Minzhu shige hao dongxi : Yu Keping fangtan lu (La démocratie est une bonne chose : dialogue avec Yu Keping), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

Yu Keping, 2007, « Zhongguo zhengzhixue bainian huimou (Retour sur cent ans de science politique chinoise) » [en ligne], Zhongyang bianyiju, [URL : http://www.aisixiang.com/data/12880.html], consulté le 11 août 2017.

Yu Keping, 2009, « The study of political science and public administration : an overview », Democracy is a good thing, K. Yu éd., Washington, Brookings Institution Press, p. 6-26.

Zhang Yongjin, 2007, « Politics, culture and scholarly responsibility in China : toward a culturally sensitive analytical approach », Asian perspective, vol. 31, no 3, p. 103-124.

Zhao Baoxu, 2008, In Pursuit of Harmony. An Academic Anthology, Pékin, Foreign Languages Press.

Zheng Yongnian, 2007, De Facto Federalism in China. Reforms and Dynamics of Central-Local Relations, Singapore-London, World Scientific Publishing.

Zhu Xufeng, 2012, The Rise of Think Tanks in China, New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Dont l’université de Pékin, Tsinghua, l’université du Peuple, Fudan, Nankai, les universités du Zhejiang, du Sichuan, de Xiamen, de Shenzhen.

2 Yu Keping est également membre du comité éditorial de Bijiao, de la Revue de philosophie politique de Fudan, de la revue américaine New Political Science et de la revue britannique Global Studies. Il a aussi été membre en France du conseil de surveillance de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) pendant quatre ans.

3 Jacobs Andrew, 2010, « A Chinese official praises a taboo : democracy » [en ligne], The New York Times, 24 juillet, [URL : http://www.nytimes.com/2010/07/24/world/asia/24beijing.html], consulté le 18 octobre 2017.

4 Le concours d’entrée ayant été supprimé pendant dix ans – durant lesquels quasiment aucun cours n’a été dispensé – le recrutement des étudiants de la première promotion est considéré comme le plus sélectif de l’histoire des universités chinoises. Le nombre de candidats par admis était 29 – contre 2 à l’heure actuelle. Étant donné l’arrêt de ce concours pendant dix ans et l’extension exceptionnelle de la limite d’âge des candidats à trente ans, 5,7 millions de candidats – dont 2,8 millions de jeunes envoyés à la campagne – se présentèrent pour 270 000 reçus. On estime à 17 millions le nombre de jeunes urbains envoyés par Mao, pendant la Révolution culturelle, dans des communes ou brigades de production rurales, dans des fermes de production et dans l’armée.

5 Bandurski David, 2012, « Yu Keping : praising the will of the people » [en ligne] China Media Project, 16 avril 2012, [URL : http://cmp.hku.hk/2012/04/16/yu-keping-prizing-the-will-of-the-people/], consulté le 8 août 2017.

6 Gérard Noiriel (2005) distingue les « intellectuels de gouvernement », des « intellectuels spécifiques » et des « intellectuels révolutionnaires ». L’intellectuel de gouvernement fait le pont entre le savant et le politique, d’une part, en acceptant la façon dont les problèmes d’actualité sont posés par les politiques et en mobilisant son savoir pour tenter de les résoudre. Il crée, d’autre part, des réseaux pour réunir les élites – experts, cadres officiels, universitaires, journalistes, patrons, etc. – initialement séparées afin de résoudre ces problèmes. Noiriel évoque la nature ambiguë de sa position, en contradiction avec l’image de l’intellectuel porte-parole des opprimés.

7 Xia Yong est directeur de l’Administration des secrets d’État depuis 2005 et Wang Jisi est doyen du département d’études internationales de l’université de Pékin et directeur de l’Institut d’études stratégiques internationales de l’École centrale du Parti.

8 Jacobs Andrew, 2010, « A Chinese official praises a taboo : democracy », The New York Times, 24 juillet.

9 Plusieurs dizaines d’articles y ont été exclusivement consacrés dont Jing et Wang (1999, p. 299-315), Yu (2005, p. 21), Yu (2007).

10 La plupart des ONG chinoises sont créées par des administrations et des organismes officiels. On les appelle Gongo en anglais : government-organized non-governmental organizations. Les associations réellement indépendantes ont moins d’influence (Rocca, 2010 ; He, 2013).

11 Jacobs Andrew, 2010, « A Chinese official praises a taboo : democracy », The New York Times, 24 juillet.

12 Le film de Feng Xiaogang Je ne suis pas Madame Bovary le montre assez bien.

13 Entretiens menés avec les instigateurs des assemblées délibératives à Chengdu en mai 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Frenkiel, « Yu Keping, un politiste en Chine », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7131 ; DOI : 10.4000/traces.7131

Haut de page

Auteur

Émilie Frenkiel

Université Paris-Est Créteil

Haut de page