Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Corée du Sud : Yang Hyunah

Note sur la traduction du coréen

Note on the French translation from Korean
Florence Galmiche et Pierre-Emmanuel Roux
p. 189-194

Résumés

Cette note accompagne la traduction du coréen vers le français d’un article sociologique de Yang Hyunah portant sur le statut de l’avortement en Corée du Sud au regard du droit et de l’expérience des femmes. Ce bref texte vise à présenter les coulisses de cette traduction pour mieux comprendre les questions qui se sont posées et les choix qui ont été opérés, en ce qui concerne certaines caractéristiques de la langue coréenne, le positionnement de l’autrice et des enjeux de vocabulaire.

Haut de page

Texte intégral

1Les lignes qui suivent ne cherchent nullement à renouveler en profondeur le champ des études sur l’acte de traduire. Il s’agit plutôt d’un modeste complément aux différentes introductions du dossier et aux commentaires de Fabrice Cahen et d’Isabelle Konuma. L’idée est avant tout de présenter les coulisses de notre traduction pour mieux comprendre les questions qui se sont posées et les choix qui ont été opérés. Espérons que ce bref détour dans les rouages de notre travail permettra au lecteur de mieux l’apprécier et de percevoir certaines difficultés que rencontrent plus généralement les traducteurs d’une langue est-asiatique vers le français.

Des caractéristiques propres à l’écriture en coréen

2Dans cette traduction, nous avons eu la volonté de conserver autant que possible le style d’écriture de l’autrice ainsi que la forme argumentative de son propos, sans pour autant tomber dans une traduction littérale qui aurait été peu intelligible. Nous avons cependant craint à plusieurs reprises de rendre ainsi bancal ou maladroit un texte qui ne l’est pas dans sa version première.

3Personne ne conteste que l’écriture scientifique ne dispose pas d’une forme universelle : cette question, pourtant, prend une dimension nouvelle avec la traduction. De par leur visée rationnelle et universelle, les formes d’argumentation les plus fréquemment employées en France n’y sont généralement pas perçues comme des productions culturelles. Il existe des variations dans le style argumentatif des articles universitaires que l’on rencontre de manière majoritaire en France, surtout si l’on inclut les textes anglophones. Cependant, les articles en coréen (comme ceux qui sont rédigés en chinois ou en japonais) présentent des différences plus importantes qui peuvent surprendre les lecteurs français et leur donner l’impression que ces travaux sortent du champ des productions scientifiques acceptables. Or en lisant des textes universitaires coréens, à moins de les disqualifier presque systématiquement comme « non rigoureux », le lecteur ou la lectrice est amené à interroger ses critères d’évaluation habituels.

4La présence personnelle de l’autrice dans le texte, voire du lecteur supposé, fait partie des choses qui peuvent surprendre le lecteur habitué à l’écriture scientifique française. Cette présence s’affirme sur plusieurs plans. Au niveau de l’écriture tout d’abord, la langue coréenne favorise des expressions telles que « nous pouvons dire que… », « j’affirme que… », « cela me conduit à affirmer… », « on voit que… ». Le sujet de ces expressions n’est pas exprimé. Il peut renvoyer selon les cas à l’auteur, au lecteur ou encore à une personne en général. Cette forme d’expression est extrêmement courante et ces formules peuvent donc parfois prendre un sens banalisé ou affaibli. Nous avons décidé autant que possible de les traduire, mais il nous a aussi fallu y renoncer à plusieurs reprises car leur côté inhabituel leur donne en français un poids qu’elles n’ont souvent pas dans le texte original. Par ailleurs, elles risquent aussi de donner à la traduction une lourdeur qui n’est pas ressentie comme telle en coréen. La présence de l’autrice se manifeste aussi par des précautions ou des précisions exprimées de manière explicite alors qu’elles sont généralement absentes ou seulement suggérées en français. Par exemple, les précisions suivantes ne surprennent pas dans le texte original alors qu’elles peuvent retenir l’attention en français : « il a fallu se résoudre, au cours de l’écriture, […] en raison de notre faible capacité de synthèse », ou encore « les personnes interviewées ont librement exprimé leurs pensées sur leur expérience, et nous nous sommes mises à l’écoute ».

Le contexte de rédaction et l’engagement d’une autrice

  • 1 Voir à ce sujet l’introduction « Statut de l’avortement et mouvements féministes en Corée du Sud » (...)

5Les attentes sociales portant sur les chercheurs et chercheuses diffèrent entre les deux pays. Sans revenir en détail sur l’introduction, rappelons que le statut des universitaires jouit d’un prestige particulièrement fort en Corée, en raison de la position morale et du rôle public que l’on attend d’eux. Yang Hyunah, pour sa part, s’est engagée dans la sphère publique pour plusieurs causes, en particulier au sujet des femmes dites de réconfort pendant la colonisation japonaise. Pour ce qui est de la question de l’avortement, elle a joué un rôle d’experte auprès de la Cour constitutionnelle1. Cet engagement apparaît de manière plus ou moins explicite à travers l’article que nous avons traduit. Nous avons ainsi conservé les prises de position ou le vocabulaire parfois directement critique utilisé par l’autrice. Yang ne cache pas sa désapprobation suite à la décision des juges constitutionnels ayant confirmé l’illégalité de l’avortement et dénonce à plusieurs reprises (dès l’introduction par exemple) que ceux-ci sont largement déconnectés de la réalité de cette pratique.

6Autre point qui a posé plusieurs difficultés : le lectorat de sciences humaines et sociales de notre traduction et son horizon d’attente. Originellement publié dans une revue de droit, l’article s’adresse principalement à des juristes sud-coréens. Le lectorat du texte original est parfaitement au courant du contexte juridique du recours constitutionnel évoqué dans l’article. En revanche, les juristes ne sont a priori pas familiers de la démarche sociologique qualitative et encore moins de l’ethnographie. À plusieurs reprises, l’autrice prend soin non seulement d’expliquer sa démarche, mais aussi de la justifier et d’en étayer la valeur. Ceci constitue un élément de contexte qu’il peut être utile de garder à l’esprit lors de la lecture. Le lectorat francophone, à l’inverse, pourrait associer le droit à l’avortement à des revendications féministes : ce n’est pas le cas de manière uniforme en Corée du Sud, si l’on suit l’introduction.

Questions de vocabulaire, problèmes de référence

7Toute traduction pose immanquablement des questions de vocabulaire et des problèmes de référence qu’il n’est pas évident de rendre dans la langue cible. Le choix des mots n’est jamais neutre en coréen, et il l’est sans doute encore moins lorsqu’il touche à un sujet aussi délicat que l’avortement. L’article de Yang Hyunah en fournit un bon exemple que l’on peut illustrer de plusieurs manières.

8La Corée a connu plusieurs termes pour désigner l’avortement depuis le xixe siècle. Yang Hyunah se borne à ceux qui sont actuellement utilisés, à savoir avortement (littéralement « supprimer le fœtus », nakt’ae) et l’expression interruption artificielle de grossesse (in’gong imsin chungjŏl), en précisant que le premier a un spectre plus large que le second. Force est cependant de constater que la nuance entre les deux n’est pas toujours évidente à saisir chez cette autrice qui semble les utiliser comme synonymes, vraisemblablement pour éviter de trop fréquentes répétitions. Ajoutons que nakt’ae a une connotation négative dans l’usage coréen : il tend à désigner surtout les avortements illégaux et punis dans le code pénal. De plus, il est fréquemment associé aux grossesses dites illégitimes et stigmatise les femmes concernées comme des antimodèles dans une société où toute conception hors mariage reste extrêmement mal vue.

  • 2 Le code pénal japonais de 1907 déclarait l’avortement (datai) illégal, tandis qu’une loi de 1948 – (...)

9Concept importé du Japon, l’interruption artificielle de grossesse (in’gong imsin chungjŏl) concerne en revanche l’avortement légal et donc acceptable pour des raisons médicales ou autres, dans la loi sur la santé de la mère et de l’enfant. L’équation « avortement = acte illégal ; interruption artificielle de grossesse = acte légal » rappelle d’ailleurs la teneur du droit japonais dont il s’inspire sans nécessairement le reconnaître2. Nous nous sommes cependant gardés de traduire ce dernier concept par celui qui est couramment utilisé en France, à savoir l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Cela d’autant plus que les articles 14 et 15 de la loi sur la santé de la mère et de l’enfant correspondent davantage à l’idée d’une interruption médicale de grossesse (IMG) ou d’une interruption thérapeutique de grossesse (ITG).

10Une autre difficulté concerne les termes coréens englobant plusieurs idées en français. Il nous a fallu opérer des choix ou adapter notre traduction en fonction du contexte pour restituer le terme adéquat dans la langue cible. C’est le cas de t’aea (fœtus) qui – du moins dans les travaux universitaires de sciences sociales – désigne aussi bien le fœtus que l’embryon. Un problème d’ordre similaire se retrouve dans le vocabulaire juridique, et plus particulièrement la dénomination pénale de l’avortement. En coréen, comme d’ailleurs en chinois et en japonais, on utilise le terme choe (zui en chinois, tsumi en japonais) pour désigner tout acte puni par le droit pénal. Il s’agit aussi bien d’un crime que d’un délit, et donc de concepts qui recouvrent des réalités différentes en français. Sans être pleinement satisfaits, nous avons finalement opté pour délit qui nous semblait plus cohérent avec la législation coréenne au regard des peines encourues.

11Par ailleurs, l’autrice n’hésite pas à user du vocabulaire scientifique anglais pour présenter certains concepts tirés de ses lectures de chercheurs occidentaux, américains pour leur majorité. Il est ainsi question de sexuality ou d’equivalent right pour ne citer que ces deux exemples. Jusque-là, rien d’exceptionnel. Le lecteur français (ou occidental) pourra même regretter, à la suite de Fabrice Cahen, que l’autrice n’ait pas davantage mobilisé de références empiriques non coréennes. C’est que Yang Hyunah n’avait pas la prétention de tenir un propos exhaustif, mais plutôt celui de rappeler ses capacités à croiser les documentations occidentale et coréenne pour appuyer son propos – ce qui est loin d’être toujours le cas au sein de la vieille école universitaire à laquelle elle s’adresse dans son texte original.

12On pourrait s’arrêter là, mais ce serait passer à côté d’un autre intérêt des termes d’origine anglo-américaine difficilement repérables au premier coup d’œil dans le texte traduit. Le lecteur a-t-il par exemple noté les occurrences – banales en français – de couple (k’ŏp’ŭl) et de partenaire (p’at’ŭnŏ) ? Ces termes sont bien loin du politiquement correct dans un article universitaire – de surcroît sur une question juridique – et dans une société qui se présente volontiers comme conservatrice. L’autrice entend montrer avec ces mots tardivement introduits dans le vocabulaire coréen qu’elle est pleinement en phase avec son époque et qu’elle a bien compris les évolutions sociales de son pays, à la différence des grands juristes et autres conservateurs dont elle tacle les positions de manière à peine détournée. Le mot couple se traduit habituellement en coréen par époux (pubu), ce qui signifie qu’un couple non marié ne saurait constituer un couple. Largement utilisé chez les jeunes adultes, k’ŏp’ŭl vient rappeler à la gent conservatrice que la Corée connaît – qu’on le veuille ou non – un nombre toujours croissant de couples plus ou moins libérés du carcan de la tradition. Le recours à p’at’ŭnŏ enfonce encore davantage le clou et nomme une réalité aussi inavouable qu’omniprésente. Cela étant, k’ŏp’ŭl et p’at’ŭnŏ ne mettent pas en avant l’idée d’un Occident dévergondé, mais plutôt la tendance d’une société coréenne à évoluer sur les plans sentimental et sexuel.

13Un mot enfin sur la traduction des différents noms d’institutions, d’organisations ou d’associations. Nous proposons ici une traduction française à partir du coréen, puis indiquons le nom original coréen entre parenthèses. Ce choix nous a semblé plus judicieux que de reproduire la traduction anglaise officielle qui n’est pas toujours fidèle au sens coréen. En revanche, les noms originellement en anglais sont rendus dans cette langue et non traduits en français. C’est le cas de l’association médicale Pro-life mentionnée au début de l’article.

14Il reste à dire que cette traduction en binôme d’un article à la croisée de l’anthropologie et du droit fut une expérience enrichissante qui a mobilisé d’importantes connaissances dans ces deux domaines. Ceci contribue toutefois à expliquer pourquoi les coréanologues français traduisent encore si peu des sciences sociales, comme le souligne si bien Alain Delissen dans la conclusion générale de ce numéro. Cette expérience nous a également rappelé qu’une traduction collective est en définitive aussi éprouvante qu’un travail mené en solitaire. Car outre l’indispensable compréhension de l’article dans la langue source, il a encore été nécessaire d’harmoniser le vocabulaire et le style d’écriture dans la langue cible. Espérons que le résultat de ce labeur satisfera nos lecteurs.

15Les traducteurs tiennent enfin à remercier Fabrice Cahen, Isabelle Konuma, Christelle Rabier et Anne de Reyniès pour leurs précieux commentaires qui ont permis d’améliorer leur traduction.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet l’introduction « Statut de l’avortement et mouvements féministes en Corée du Sud » ainsi que la note 7 dans la traduction.

2 Le code pénal japonais de 1907 déclarait l’avortement (datai) illégal, tandis qu’une loi de 1948 – équivalente à la loi coréenne de 1973 sur la santé de la mère et de l’enfant – autorisait l’interruption artificielle de grossesse (jinkô ninshin chûzetsu). Longuement développée dans les commentaires de Fabrice Cahen et d’Isabelle Konuma, la question de l’eugénisme est un autre exemple de l’influence du droit japonais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Galmiche et Pierre-Emmanuel Roux, « Note sur la traduction du coréen », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7182 ; DOI : 10.4000/traces.7182

Haut de page

Auteurs

Florence Galmiche

Maîtresse de conférences à l’université Paris Diderot, UMR 245

Articles du même auteur

Pierre-Emmanuel Roux

Maître de conférences à l’université Paris Diderot, UMR 8173

Haut de page