Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Corée du Sud : Yang Hyunah

Le particulier et l’universel

The particular and the universal
Fabrice Cahen
p. 247-252

Résumés

L’article de Yang Hyunah peut se lire comme un texte féministe engagé mais cherchant à concilier la critique d’une décision juridique avec le respect des normes académiques d’écriture, d’une part, et avec un certain nombre de valeurs établies qui, selon les adversaires de l’IVG, voleraient en éclat en cas d’extension de l’accès légal à l’avortement, d’autre part. Cette recherche de consensus n’est sans doute pas étrangère au choix d’une démarche sociologique aussi attentive à l’intériorité psychologique des personnes enquêtées. Si cette recherche sous contraintes ne peut prétendre embrasser l’entièreté du problème traité, elle n’en met pas moins en relief, du point de vue de l’expérience et des représentations de l’avortement, ou encore du rapport des femmes et des hommes concerné-e-s à la loi, des mécanismes dont la ressemblance avec des situations historiques plus connues est frappante.

Haut de page

Texte intégral

1Le texte traduit et publié par Tracés n’est pas une recherche à prétention théorique ou fondamentale mais une contribution engagée au débat juridico-politique que décrit Florence Galmiche en introduction à ce dossier. Sur la carte mondiale des droits à l’avortement (The World’s Abortion Laws Map) établie annuellement par le Center for Reproductive Rights, et qui classe les pays du monde en quatre catégories selon leur degré d’accessibilité légale à l’avortement, la Corée du Sud figure dans le type 2 (le plus restrictif étant le type 1)1. Prohibé par le code pénal de 1953, l’avortement n’y est en effet autorisé que pour « préserver la santé », dans le cadre d’une loi sur la santé de la mère et de l’enfant de 1973, notamment en son article 14, explicitement revendiqué comme eugénique2.

  • 3 Au début des années 2000, il n’y a qu’1,2 enfant par femme en Corée du Sud (ce qui place, en la ma (...)

2Contrairement à une vision courante mais inexacte, le statut juridique de l’avortement dans les États contemporains ne se réduit jamais à la dichotomie autorisé-interdit : en Corée comme ailleurs, les règles de droit, plurielles et diversement appliquées, forment avec les décisions jurisprudentielles, de même qu’avec les coutumes et l’économie morale, un ensemble souvent dissonant. Alors que la pénalisation de l’avortement donne lieu à plusieurs dizaines de procès annuels, l’encouragement à la planification familiale a paradoxalement entraîné une plus grande demande d’interruptions de grossesse. La Corée du Sud fait en effet partie des pays du Sud où la chute de la fécondité à la fin du xxe siècle3 s’explique largement par une politique volontariste de limitation de la natalité (en l’espèce de 1961 aux années 1980) ; or – comme le note Yang – la stigmatisation des ménages de plus de deux enfants et des femmes procréant sans certitude de pouvoir offrir un cadre de vie propice au bon développement de l’enfant, sans parler de la discrimination à l’égard des filles, a alimenté un important marché de l’avortement illicite. Les divers fronts constitués contre cette pratique ont abouti à la proclamation par la Cour constitutionnelle, en août 2012, du « droit à la vie ».

  • 4 Yang emprunte à Schütz la notion de typification, dérivée de l’idéaltype wébérien : la mise en mot (...)

3C’est dans le cadre des auditions de la Cour constitutionnelle que Yang Hyunah a préparé son article, ce qui confère à ce texte son côté working paper. L’intérêt principal de ce dernier est, pour nous, d’incarner une certaine dialectique du national et du transnational, sinon du particulier et de l’universel. Yang, qui mobilise peu de références empiriques non coréennes, s’appuie sur deux types de corpus : la théorie féministe et la socio-phénoménologie. Première femme recrutée en 2003 à la faculté de droit de l’université nationale de Séoul, avant d’y devenir professeur en 2012, Yang s’inscrit d’abord dans le sillage de la feminist jurisprudence des années 1970 à 1990, d’où ses allusions aux juristes Catharine MacKinnon, Robin West, Drucilla Cornell et Sylvia A. Law, ainsi qu’à la psychologue Carol Gilligan, connue pour ses travaux sur le care. Mais plutôt que de se situer sur le terrain exclusif du commentaire juridique pour critiquer la doctrine de la Cour constitutionnelle, elle propose de partir de l’expérience et des représentations intimes de l’avortement. Yang se réclame, à cet égard, d’un sociologue américain d’origine viennoise, Alfred Schütz (1899-1959) qui, par un alliage de l’œuvre de Max Weber et de la pensée d’Edmund Husserl, fut l’un des premiers théoriciens des sciences sociales à placer au cœur de ses réflexions la question du sens subjectif donné par l’acteur à sa propre action ou à celle d’autrui4. Ce n’est pas un hasard si Schütz constituait dans les années 1980 et 1990 une référence majeure pour les tenants de l’ethnométhodologie et les pionniers de la sociologie de l’éthique, en particulier François-André Isambert (1989) et Paul Ladrière dont, notons-le au passage, les études menées sur l’avortement furent plus tard saluées par Luc Boltanski dans La condition fœtale (2004).

  • 5 Parmi les publications marquantes de ces dernières années, sur le terrain français, on citera ici  (...)
  • 6 La passation des questionnaires a été effectuée par des étudiant-e-s.
  • 7 Sur le contexte démographique, voir Attané et Barbieri (2009).

4Détour par la sociologie, donc, et dans une optique nettement subjectiviste : si Yang évite le débat d’idées frontal, elle prend aussi le contre-pied de la démarche de pur chiffrage qui gouverne les quelques travaux d’obédience criminologique, épidémiologique ou sociodémographique auxquels elle fait référence ; son propos diffère également d’une sociologie critique qui viserait les structures de la domination masculine, déconstruirait les normes procréatrices et contraceptives ou analyserait les conditions matérielles ou microsociologiques d’accès au service d’avortement et de prise en charge des avortantes5. Dans un style policé qui semble s’interdire tout marqueur de radicalité, Yang suggère la nécessité d’une dépénalisation – et non d’une libéralisation – de l’avortement, pratique qui doit, selon elle, être « contrôl[é]e » de façon « appropriée et rationnelle ». Stratégie des petits pas ? Il est à cet égard intéressant de mettre ce texte en perspective. Yang écrit dans une configuration d’ensemble qui n’est pas identique à celle des féministes auxquelles elle se réfère. La réapparition d’une anxiété démographique en Corée, l’absence de tradition militante en faveur du droit à disposer de son corps, un rapport de force qui bénéficie à des organisations « pro-vie » très actives : tout cela peut expliquer le choix d’un discours plus réformiste que radical. L’auteure cherche manifestement à ménager la sensibilité de l’adversaire, d’où son insistance sur le fait que l’interruption de grossesse ne signifie pas « vie sexuelle dissolue », ni « mépris du droit à la vie du fœtus ». Pragmatique, elle préfère déplacer l’attention sur un double hiatus, d’une part, entre l’idée que les législateurs se font de l’avortement et sa réalité, d’autre part, entre la loi et la manière dont elle est perçue (objet d’un champ de recherches qui s’est autonomisé sous la dénomination de legal consciousness studies [études sur la conscience du droit]). Pour « écouter la voix des femmes », une enquête par questionnaire est réalisée – en deux semaines – auprès d’un échantillon de trente-quatre femmes sélectionnées par interconnaissance (échantillon qu’elle ne présente pas comme statistiquement représentatif, mais dont les différentes variables descriptives suggèrent le caractère diversifié), comprenant un volet qualitatif à questions ouvertes6. L’article accorde aux tableaux et graphiques – somme toute assez maladroits – une importance probablement excessive, car les extraits de réponses aux questions ouvertes constituent, dans la perspective de l’auteure, des matériaux infiniment plus riches. Les propos non édulcorés des enquêtées montrent bien comment se confrontent la libération des mœurs (Yang parle d’« ouverture sexuelle »), reconnue y compris par la Cour constitutionnelle, et une restriction des droits reproductifs qui aboutit à peu près aux mêmes situations que dans n’importe quelle autre société : une vie sexuelle hantée par le(s) risque(s), des relations affectives et conjugales détériorées, des drames humains. Yang insiste sur un point particulier : l’avortement n’est pas vécu comme l’exercice d’un droit à l’autodécision ou comme la manifestation d’une capacité d’action (agency) ; il s’accompagne d’une culpabilité fréquente et durable, même si les femmes interrogées ne font pas état de regrets ou de remords (elles recommenceraient sans hésitation si les circonstances l’exigeaient). Cette volonté de ne pas occulter l’existence de phénomènes psychiques tels que des « cauchemars du bébé » et autres états de mélancolie ne peut avoir de sens qu’à condition de mobiliser des outils explicatifs appropriés. Il n’est pas évident que le refoulement psychanalytique ou le lien relationnel mère-fœtus soient d’un aussi grand secours explicatif que le suggère Yang. En revanche, en identifiant les normes divergentes qui pèsent sur la vie intime, l’auteure fait émerger une tension qui rejoint ce que Luc Boltanski qualifiait dans La condition fœtale de « contraintes structurales » (divergentes) ou de « grammaire de l’engendrement » : respecter les préceptes moraux et métaphysiques issus du confucianisme, du bouddhisme et du christianisme ; satisfaire aux exigences quantitatives (le natalisme revenu en force depuis les années 1980) et qualitatives (offrir un bon cadre à la progéniture) des politiques publiques ; et mener une vie conjugale fondée sur l’harmonie, le bonheur et le bien-être, y compris sexuel7. C’est lorsqu’il se concentre sur les effets de la législation elle-même que l’article touche au plus près sa cible : la prohibition, sans empêcher les avortements illicites, façonne les conditions physiques, sanitaires et psychologiques dans lesquels ils ont lieu. L’une des finalités principales de la loi en vigueur est précisément d’exercer un effet sur la manière dont est vécu l’avortement – mais aussi sur la sexualité des femmes.

  • 8 Yang se réfère aux droits reproductifs tels qu’ils sont définis par la Conférence internationale s (...)
  • 9 Ce mouvement fondé sur l’entraide et la démédicalisation est notamment à l’origine du livre emblém (...)

5On devine derrière l’exercice d’équilibriste auquel se livre l’auteure tous les efforts et les ajustements nécessaires à la recevabilité de revendications féministes par le champ académique, dont l’effet de censure est ici palpable, de même que par les juristes conservateurs. Le recours à la sociologie du sujet constituerait alors, plus qu’une option théorique en tant que telle, une stratégie visant à faire accepter des idées encore subversives dans l’espace de la légitimité savante, en réhumanisant les acteurs et les actrices par l’évocation concrète de leurs souffrances et de leurs affres (occultées par l’universalisme abstrait des juristes hommes)8. La question qui vient immanquablement à l’esprit est celle de l’efficacité d’une stratégie d’expertise scientifique jouant la carte légaliste et acceptant, en quelque sorte, de discuter de la moralité de l’avortement plutôt que de poser comme principes l’égalité ou l’autodétermination. En France, dans les années 1950-1980, si la modération politique avait pu fonctionner pour obtenir l’accès des femmes au planning familial et à la contraception chimique, seul un cadrage féministe de l’avortement, au style plus contestataire, a pu préparer le terrain à la légalisation de l’IVG (Pavard, 2012). Rappelons au passage que la loi Veil était encore très modérée, non seulement par ses dispositions restreignant l’accès à l’acte et le plaçant exclusivement dans le giron médical, mais aussi par son esprit général : loi de tolérance et non de pleine reconnaissance d’un droit, elle reposait notamment sur la notion de détresse qui, malgré les évolutions législatives ultérieures, subsistait dans la loi jusqu’en 2014… et reste encore présente dans l’horizon d’attente des médecins et des conseillères conjugales (Mathieu et Ruault, 2014). Si bien que les combats n’avaient pas cessé brutalement en 1975 et que certaines sections du Mouvement de libération de l’avortement et de la contraception (créé en 1973 sous l’influence des féministes américaines se réclamant du self-help9) avaient même continué à effectuer des avortements non médicalisés après le vote de la loi Veil. Mais il faut probablement une certaine audace pour s’autoriser, comme le fait Yang, à remettre en cohérence des normes devenues trop désajustées. Soulignant que la Cour constitutionnelle sud-coréenne a admis la liberté sexuelle en passant sous silence l’augmentation des grossesses non désirées qui en découle, Yang montre bien qu’elle n’a envisagé cette liberté que d’un seul point de vue – celui des hommes.

Haut de page

Bibliographie

Attané Isabelle et Barbieri Magali, 2009, « La démographie de l’Asie de l’Est et du Sud-Est des années 1950 aux années 2000. Synthèse des changements et bilan statistique », Population, vol. 64, no 1, p. 7-154.

Boltanski Luc, 2004, La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard.

Boston Women’s Health Book Collective, 2011, Our Bodies, Ourselves. A Book By and For Women, New York, Simon & Schuster.

Cavalin Catherine et Rosenberg Mark L., 2016, « Violences au sein du couple et santé publique : un mariage réussi, vingt ans après la Conférence de Pékin ? », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, no 22-23, p. 382-384.

Divay Sophie, 2003, « L’IVG : un droit concédé encore à conquérir », Travail, genre et sociétés, no 9, p. 197-222.

Ferrand Michèle et Bajos Nathalie éd., 2002, De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues, Paris, Inserm.

Isambert François-André, 1989, « Alfred Schütz entre Weber et Husserl », Revue française de sociologie, vol. 30, n° 2, p. 299-319.

Mathieu Marie et Ruault Lucile, 2014, « Prise en charge et stigmatisation des avortantes dans l’institution médicale : la classe des femmes sous surveillance », Politix, no 107, p. 33-59.

Pavard Bibia, 2012, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Pheterson Gail, 2010, Femmes en flagrant délit d’indépendance, Paris, Tahin Party.

Haut de page

Notes

1 J’ai ici considéré l’année 2013 : voir le site [URL : http://www.indexmundi.com/blog/wp-content/uploads/2013/07/world-abortion-laws-2013.png], consulté le 1er juillet 2017.

2 Le texte de loi, cité par Yang dans son article, mentionne handicaps mentaux et maladies génétiques des parents, de même que certaines maladies contagieuses. La décision revient au médecin, avec le « consentement » de la femme et de son conjoint légitime. Il n’y a pas, dans les dispositions citées, de référence à un « intérêt supérieur » (État, société ou race) justifiant des IVG systématiques, dans les cas évoqués, au nom d’une menace sur la « qualité » de la population. Le caractère eugéniste à proprement parler de ces IVG ne peut donc être déduit de la simple lecture du texte. En revanche, incluant également le cas de viol ou d’inceste, la loi illustre parfaitement la tendance à protéger la femme victime au détriment de celle « prise en flagrant délit d’indépendance » (Pheterson, 2010).

3 Au début des années 2000, il n’y a qu’1,2 enfant par femme en Corée du Sud (ce qui place, en la matière, ce pays à un rang inférieur à celui du Japon, de la Russie ou encore de l’Espagne).

4 Yang emprunte à Schütz la notion de typification, dérivée de l’idéaltype wébérien : la mise en mots de l’expérience vécue n’est pas tant le fait de l’individu singulier que la résultante d’une intersubjectivité liant la personne enquêtrice et la personne enquêtée, sur fond d’expériences communes car dotées d’une part d’universalité.

5 Parmi les publications marquantes de ces dernières années, sur le terrain français, on citera ici : Ferrand et Bajos (éd., 2002), Divay (2003), Mathieu et Ruault (2014).

6 La passation des questionnaires a été effectuée par des étudiant-e-s.

7 Sur le contexte démographique, voir Attané et Barbieri (2009).

8 Yang se réfère aux droits reproductifs tels qu’ils sont définis par la Conférence internationale sur la population et le développement organisée au Caire en 1994 et aux travaux de l’Organisation mondiale de la santé sur la mortalité maternelle (elle aurait pu mentionner l’Institut Guttmacher). Cela indique une forme de gender mainstreaming (stratégie de dilution des revendications féministes dans des domaines d’action publique qui ne concernent pas spécifiquement des relations entre les sexes) faisant du sanitaire (incluant le psychosomatique) un argument nécessaire, comme dans le cas des violences intraconjugales (Cavalin et Rosenberg, 2016).

9 Ce mouvement fondé sur l’entraide et la démédicalisation est notamment à l’origine du livre emblématique Our bodies, Ourselves (Boston Women’s Health Book Collective, 2011, publié pour la première fois en 1970) et de la promotion de la méthode Karman d’avortement par aspiration, outil phare de l’avortement clandestin dans les réseaux militants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Cahen, « Le particulier et l’universel », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7204 ; DOI : 10.4000/traces.7204

Haut de page

Auteur

Fabrice Cahen

Ined, UR11 Histoire et populations, UR04 Démographie, genre et sociétés ; EHESS Esopp-CRH

Haut de page