Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Épilogue

La patience de l’Autre : Asie, sciences sociales, traduction

A slow boat to East Asia. On translation and social sciences from afar
Alain Delissen
p. 263-278

Résumés

Pourquoi s’exposer à l’embarras de traduire les humanités et les sciences sociales de l’Asie ? Comment aller au-delà du constat d’un échange inégal entre le berceau occidental des disciplines et ce que proposent les penseurs du monde d’aujourd’hui ? En posant quelques jalons à partir de la Corée et de l’Asie, on esquisse des pistes de réflexion fondées sur une expérience pratique. La traduction est abordée selon plusieurs angles : des flux de traductions à ce que pourrait être un programme d’histoire culturelle qui saisirait traduction et traducteurs dans une histoire longue, ou la contribution de l’activité traductrice aux débats qui traversent monde savant et espaces publics. On en retient deux points. Un premier souligne un surinvestissement du côté des notions. S’y néglige le trouble que produisent des manières d’argumenter éloignées des normes qui s’imposent à nous. Un second dénonce une illusion : l’espoir que, face au rendement décroissant de nos disciplines, une nouvelle batterie d’idées vienne vite les régénérer. La patience de l’Autre – la traduction réflexive – produit au ras des textes des outils d’analyse fine que les « aires culturelles », souvent tentées par le commentaire surplombant, déjouent.

Haut de page

Texte intégral

Quelques positions liminaires

1Au vu des innombrables tracas que génère l’exercice, à quoi bon proposer, traduit en français, un aperçu de ce qui se pense et s’énonce dans les sciences humaines et sociales de telle ou telle région « périphérique » – de l’Asie en particulier ? Ces textes, dès lors qu’ils se trouvent considérablement éloignés de « l’Europe aux anciens parapets », auront souvent coûté beaucoup à leurs traducteurs. Bien que l’activité de traduction soit chez eux quotidienne et étroitement chevillée aux énoncés scientifiques que produisent les aires culturelles dans les sciences humaines et sociales, elle relève fréquemment d’un bricolage artisanal, presque toujours personnel et solitaire, aussi légèrement théorisé que rarement professionnalisé. Le traducteur y sera presque toujours un enseignant-chercheur tenu de justifier son investissement dans une tâche dévoreuse de temps, notoirement ingrate et guère considérée par les instances d’évaluation (pour ne rien dire des collègues, occupés à discuter une énième traduction de Herrschaft ou de Stand chez Max Weber). Les éditeurs, commerciaux ou scientifiques, ne sont pas moins exposés à l’angoisse et au doute d’avoir à défendre en comité de rédaction telle ou telle virée exotique, jugeant qu’elle serait susceptible de faire fuir les abonnés fidèles brutalement secoués dans leurs habitudes ou qu’elle serait incapable d’attirer et de retenir les nouveaux et insaisissables lecteurs-butineurs en ligne, réputés pour leur manque d’attention. Quant à ce que la confrontation à des textes étranges – dérangeants – pourra provoquer – indifférence, ennui, agacement, rebut, titillation, déraillement, séisme ? – chez un lecteur moderne de revues savantes, on n’en sait à peu près rien. La belle histoire culturelle des pratiques de lecture n’a rejoint ni le xxie siècle, ni les sciences sociales, ni la traduction (et certainement pas les trois à la fois)…

2Moins nettement provocatrices, les réflexions ou remarques qui vont suivre resteront modestes, relevant de l’esquisse, arrimées à des expériences et à des intuitions. On n’y lira pas de nouvelles propositions ou d’anciennes banalités sur la traduction (comme dialogue ou primo-interprétation entre les langues, les cultures, les sociétés, les lectorats, etc.) et sur ce que lui ajoute la fascinante et intimidante Asie. On n’y tentera pas davantage d’explorer tous les coins et recoins du triangle que forment les mots Asie, sciences sociales et traduction ni – encore moins – de faire la synthèse de ce que produisent ensemble trois textes traduits du chinois, du coréen et du japonais. Il suffit déjà de se féliciter du courage créatif qui, grâce à ce dossier, donne naissance à un petit laboratoire expérimental : en multipliant les appareillages qui sont autant de points de vue, il est capable de rendre présents et donc de faire parler des textes dont la textualité originale demeurera absente ; textes dont les auteurs, au final, sont peut-être un peu secondaires au propos… Car, en tissant le commentaire pour se décoller peu à peu de l’original sans perdre la trace de ces médiations, voire en la préservant et la rendant visible, les différents contributeurs de ce dossier auront eu de la traduction une approche essentiellement pratique, tendue vers le résultat – le texte d’arrivée en français –, mais surtout une approche explicite et réflexive : constamment nourrie par l’attention portée au chemin pour y parvenir, préoccupée qu’au bout de la chaîne, des regards – dès lors préparés – puissent les accueillir sans avoir à fournir de trop immenses efforts ni se reposer sur leurs lauriers. Dans cette perspective – qui nous affranchit à la fois du grand auteur essentiel et du commentaire magistral et surplombant du spécialiste de l’Asie – la traduction engage, on le devine, bien d’autres compétences – notamment éthiques et politiques – que celle des langues. On doit donc se réjouir que Tracés ait eu l’audace et la persévérance de dérouter nos routines sans acculer ses lecteurs à des bizarreries exotiques ni forcer des « discours éloignés » au lit de Procuste d’une trompeuse familiarité. Tenir cette ligne de crête n’est jamais aisé.

3N’étant moi-même ni traducteur professionnel ni traductologue, je dois encore un peu préciser la trajectoire qui me conduit ici. Elle tient tout entière à la douzaine d’années qu’a passée ensemble une poignée d’enseignants-chercheurs qui travaillaient en sciences humaines et sociales sur la Corée, à partager et approfondir leur rapport à la traduction de textes canoniques ou savants issus du monde coréen, à trouver les moyens éditoriaux de les proposer au public cible que constituaient, en priorité, leurs étudiants. Ce travail a pris la forme d’un séminaire qui rassemblait des coréanistes issus de diverses disciplines (histoire, littérature, anthropologie, linguistique pour l’essentiel). Les séances de travail sur textes – parti ayant été pris de discuter en commun de brefs textes laissés à la liberté de chacun – alternaient avec des séances de lecture plus théoriques ou plus techniques autour d’une référence majeure ou d’un invité. Deux colloques plus ambitieux sous la houlette du Rescor (Réseau francophone des études sur la Corée) ont permis ensuite de confronter ce travail tant à celui accompli dans d’autres aires culturelles qu’à celui assurant, en miroir, le passage en (sud-)coréen des sciences humaines et sociales francophones.

4Le grand chantier qui a abouti pratiquement à la mise au point d’un site-atelier de traduction est loin d’être achevé1. Et de même, rendre compte des positions de traduction qui se sont exprimées au fil des séances réclamerait plus d’espace et de temps que je n’en ai ici. Au-delà des sensibilités personnelles face à tel ou tel choix de détail dans la traduction, il serait tentant de s’en tenir au constat (contre-intuitif ?) de ce qu’on y a constamment travaillé à front renversé. Les « Coréens » du groupe de travail défendirent plus souvent qu’à leur tour de « belles infidèles » où se conjuguaient l’obsession d’un joli français lissé, la tenue de l’exotique au strict minimum d’une poignée d’« intraduisibles » et l’effacement de l’opération de traduction. Les « Français » s’arc-boutaient sur des positions inverses, ne reculant devant aucune longue note réancrant les termes en alphabet coréen ou en sinogrammes, poussant la syntaxe française et le flux argumentatif dans des retranchements extrêmes, comme « lovés » sur l’original coréen. En seconde analyse, il apparut toutefois assez vite qu’il y avait là une manière de traduire des « littéraires » et, pour faire simple, une manière des « historiens ». Il devint de même évident que, dans chacun de ces domaines, la réflexion théorico-pratique sur la traduction relevait d’obsessions différentes (la forme et le rendu global des effets d’un côté ; le lexique notionnel et la note explicative de l’autre). En en discutant, il apparut aussi, en troisième analyse donc, que les deux publics visés étaient plus que sensiblement différents ; que la réception des traductions renvoyait à des terreaux inégalement épais, à des histoires inégalement longues, nourries de cycles et de modes et qu’il n’y avait guère, entre les deux champs, de synchronisation. En bref, loin des banalités convenues (les difficultés systémiques, linguistiques, du passage de la langue coréenne à la langue française, l’état actuel des rapports internationaux entre la France et la Corée du Sud), il s’agissait, sous couvert de traduire, d’une opération infiniment plus délicate : introduire de la littérature coréenne dans le champ littéraire français ; ou, par exemple, de l’anthropologie « (sud-)coréenne » dans « l’anthropologie française ». Opération complexe, risquée, incertaine… et pas forcément bienvenue.

5La décision prise par Tracés de se lancer dans cette aventure procède en partie, à mes yeux à tout le moins, d’une urgence. Elle renvoie à un constat préoccupant : celui de l’invisibilité étonnante des plumes « asiatiques », des travaux « asiatiques », des pensées « asiatiques », en français, dans les sciences sociales en français, en bref dans nos vies scientifiques. Comme si la moitié de l’humanité ne pensait pas, n’écrivait pas et ne lisait plus que Bourdieu, Lacan ou Foucault, réduisant à néant l’intérêt d’aller voir ailleurs si c’est pour y retrouver des succédanés… Pour illustrer ce diagnostic, dès longtemps établi, d’un échange très inégal entre les langues, il me suffira de remarquer que les plus gros ouvrages de Fernand Braudel sont disponibles en coréen (du Sud) depuis un certain temps. Civilisation matérielle, économie, capitalisme, xve-xviiie siècles est traduit en six volumes chez Kkach’i kŭlpang par Chu Kyŏngch’ŏl, docteur en histoire de l’EHESS devenu ensuite professeur à l’université nationale de Séoul. Cette traduction a été publiée entre 1995 et 1997, soit à peu près au moment où l’ouvrage était édité en France en version poche. Raccourci, le titre sud-coréen omet à la fois le mot économie et la périodisation. La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II est traduit en 2006 chez Hangilsa par Kang Chuhyŏn, spécialiste de langue française et traducteur professionnel des humanités francophones, mais pas historien. Rétro-traduit, le titre sud-coréen donne : « Mémoires de la Méditerranée ». En regard, aucune monographie, même mince, d’aucun historien (sud-)coréen ne l’est en français de France ou d’ailleurs

6Contribue à ce déficit le statut reconnu à l’activité traductrice tant dans notre vie intellectuelle – secondaire par rapport à la production de concepts et d’analyses générales – que dans notre vie scientifique – auxiliaire et renvoyé à la « production de matériaux » par les instances d’évaluation. Y contribue aussi l’étroitesse du vivier des traducteurs : une quinzaine d’enseignants-chercheurs assument en France la totalité des tâches qui définissent la coréanologie nationale ; aucun traducteur professionnel n’y œuvre à faire passer des travaux vers un marché inexistant, a fortiori sur le marché en crise de l’édition des sciences sociales où se raréfient même les traductions de l’allemand. Parce qu’il écrit directement dans cette langue, qu’il est philosophe, qu’il écrit de tout petits livres et qu’il produit du concept général à propos du monde d’aujourd’hui, Byung-Chul Han est ainsi le seul philosophe « coréen » à être disponible en français (Han, 2014, 2015).

Flux de traductions : l’Asie comme région ?

  • 2 1) Généralités, bibliographie ; 2) Philosophie, psychologie ; 3) Religion, théologie ; 4) Droit, s (...)

7Une première piste de réflexion consistera peut-être à objectiver, en prêtant attention à quelques données quantitatives susceptibles d’apporter un éclairage sur ce qui relie Asie et traduction. On dispose pour cela d’un outil remarquable : l’Index translationum (IT). Héritier d’un projet porté dans les années 1930 par la Société des Nations, il relève aujourd’hui de l’Unesco. Il offre une base de données des traductions de monographies, ouverte au public, alimentée par les États membres de 1979 à aujourd’hui, et ce dans toutes les langues. L’outil n’est pas parfait, du fait même de son ambition à travailler, en extension, à l’échelle de toute la planète. Aussi certaines langues y sont-elles plus vite et mieux traitées que d’autres. La base n’est pas sans limites : les neuf catégories2 qui permettent de classer et trier en domaines thématiques manifestent un découpage des savoirs tout droit sorti de l’Europe du xixe siècle, sans guère s’interroger à ce sujet. Dans le détail, l’assignation des ouvrages à telle ou telle catégorie s’en trouve dès lors quelquefois surprenante. Enfin l’IT a choisi d’indexer exclusivement en alphabet latin (donc en transcription) sans jamais offrir la ressource des écritures originales. Sans les sinogrammes qui limitent la polysémie, il est parfois difficile de se faire une idée du sujet des ouvrages répertoriés. Mais peu importe au fond. Si cette énorme base de données ne permet pas d’analyses très fines, elle rend possible d’esquisser une géographie des échanges de traductions ; de tracer des circuits, des pôles ; de repérer des isolats et des empires. En bref, elle permet de questionner, par la traduction, des regroupements spatialisés, autrement dit des régions.

  • 3 Disponible en trois langues (anglais, français, espagnol), la base de l’Unesco est consultable en (...)
  • 4 L’Unesco avoue son grand retard à l’intégration des données coréennes, pourtant fournies par les d (...)

8Je ne prétendrai pas livrer ici les fruits issus d’une longue fréquentation de l’IT, mais quelques aperçus provisoires relevant d’un protocole plus modeste, en convoquant d’un côté un paquet de langues dominantes et ancrées en Europe, et de l’autre un paquet-échantillon de langues asiatiques, en réservant une approche un peu plus approfondie aux trois pays placés au centre de ce dossier, Chine, Japon et Corée3. Comme il est acquis que ces ensembles relèvent de constructions, héritées ou ad hoc, et qu’il s’agit d’en évaluer les modalités contemporaines à l’aune de la traduction, j’abandonne la prudence des guillemets censés signaler qu’on a affaire à des constructions. Dernier point : il sera ici question de langues (certes de langues standardisées) et non d’États. Le chinois de Chine et de Taiwan, le japonais du Japon, le coréen (des deux Corées) seront au rendez-vous (avec le vietnamien et l’indonésien) face à l’anglais, au français, à l’allemand, à l’espagnol, à l’italien. On mesure des flux de traduction depuis la création de la base en 1979 jusqu’au milieu des années 20004. Ce que comptent l’Unesco et son IT, c’est le nombre de titres d’ouvrages traduits, indépendamment de leur taille et de leur qualité. Et plus encore : indépendamment de leur influence et de leurs tirages !

9Le premier tableau que l’on peut construire présente les volumes de traduction entre différentes langues européennes, d’une part, et asiatiques, d’autre part.

Tableau 1. Les échanges de traduction entre langues asiatiques et langues européennes depuis 1979

Tableau 1. Les échanges de traduction entre langues asiatiques et langues européennes depuis 1979

En italique, nombre d’ouvrages traduits des langues de la colonne de titres vers les langues de la ligne de titres. En romain, dans l’autre sens, de la ligne vers la colonne.

10Pour asseoir, de façon plus claire encore, la réalité de l’échange inégal de traduction selon les langues et les blocs de langues, on peut aussi, de façon plus synthétique, concevoir un tableau des « taux de couverture » présentant le rapport entre le nombre d’ouvrages traduits dans un sens et dans l’autre, pour chaque paire de langues. Un échange équilibré se traduirait par un rapport de 1.

Tableau 2. Taux de couverture des traductions, c’est-à-dire rapport entre le nombre d’ouvrages traduits d’une langue européenne vers une langue asiatique et le nombre d’ouvrages traduits dans l’autre sens, pour chaque couple de langues

chinois japonais coréen
anglais 18,2 25,7 71,2
français 2,7 1,1 1,7
allemand 3,2 4,1 9,5
espagnol 0,8 0,8 1,8
italien 1,8 2,2 116

11Une fois posées ces premières données du rapport Orient-Occident, il est possible de tester une configuration régionale. Puisqu’il y a toutes sortes de façons de construire une région « Asie » au moyen des espaces et des échanges (de biens, d’énergie, de personnes ou d’idées), que nous apprennent les flux de traduction entre quelques langues asiatiques choisies ? En bref, la construction « Asie » en termes d’échanges internes de traduction a-t-elle quelque réalité ou bien faut-il, à cette échelle, signaler d’autres modalités de l’échange inégal que celle qu’on vient de repérer à l’échelle mondiale ?

Tableau 3. Échanges de traduction entre langues asiatiques

Tableau 3. Échanges de traduction entre langues asiatiques

En italique, nombre d’ouvrages traduits des langues de la colonne de titres vers les langues de la ligne de titres. En romain, dans l’autre sens, de la ligne vers la colonne.

12On peut enfin, pour mieux situer les trois textes proposés par Tracés et traduits du chinois, du japonais et du coréen, ainsi que pour mieux caractériser une éventuelle Asie du Nord-Est par la traduction, puiser aux neuf catégories thématiques qui, par grands champs, indexent plus finement ces données. En vue de procurer un échantillonnage contrastif et situer nos sciences humaines et sociales, je n’en ai retenu ici que cinq.

Tableau 4. Échanges de traduction entre trois langues d’Asie du Nord-Est dans cinq des catégories thématiques utilisées par l’Unesco

Tableau 4. Échanges de traduction entre trois langues d’Asie du Nord-Est dans cinq des catégories thématiques utilisées par l’Unesco

Mêmes règles de présentation des données que dans les tableaux précédents.

  • 5 La base de données, nourrie par les informations des États membres, peut évidemment être questionn (...)
  • 6 L’interrogation vaut pour l’espagnol, vieille langue impériale et d’un empire qui fut aussi asiati (...)

13Au vu de la qualité des données tirées de l’IT, à la fois extensives et catégorisées d’une façon contestable, l’interprétation court le risque d’être fragile et mal fondée. S’y ajoute la fragilité de l’enquête : ayant fait le choix de m’en tenir aux échanges entre langues en laissant de côté les données distribuées par État5, il n’est pas raisonnable ici de trop tirer leur interprétation du côté de l’histoire ou de la géopolitique. La remarque vaut tout particulièrement lorsqu’il s’agit de les relier à telle ou telle formation impériale sous-jacente. Ainsi, la domination écrasante de l’anglais comme langue traduite ne différencie pas l’Asie du reste du monde. On y repère cependant des variations internes importantes qui réclameraient une enquête plus poussée. Le chinois, porté essentiellement par la République populaire de Chine, résiste mieux que le coréen, arrimé au cinquante-et-unième État américain que constitue parfois la Corée du Sud. Il serait risqué, sur cette seule base, de rameuter l’histoire longue : empreinte de l’Empire britannique ? évangélisme protestant ? impérialisme américain ? capitalisme transnational actuel ? La remarque vaut aussi à l’échelle de l’Asie, dans le tableau 3, pour le chinois qui, dans l’ensemble, quoique de façon beaucoup moins asymétrique que pour l’anglais et par ailleurs dominé par le japonais, est davantage traduit qu’il ne traduit. Doit-on y lire une posture ancienne ? Serait-ce que le centre de l’empire et de la civilisation n’aurait guère le goût ni le besoin de traduire ses périphéries puisqu’aussi bien elles se chargent d’elles-mêmes de traduire dans l’autre sens ? Ou bien faut-il plus simplement rapporter les variations observées aux forces brutes en présence démographiques, économiques ou géopolitiques6 ? Il ne s’agit donc pas d’engager ici une réflexion superficielle sur la géopolitique des langues, mais de mieux caractériser la région où se rassemblent les mondes chinois, coréens et japonais, sous l’angle des flux de traduction.

14Eu égard à ces derniers, la situation contemporaine trahit une rupture : l’Asie se traduit peu elle-même aujourd’hui. Voilà qui contraste avec la très longue durée historique où l’on pouvait repérer la place structurante du chinois classique comme langue régionale partagée aux côtés de grands corpus idéologiques transnationaux – bouddhisme, confucianisme. À la lecture des résultats, se trouvent privilégiés l’anglais et, en seconde ligne, les langues européennes (surtout l’allemand et le français). Émerge de même de ces tableaux l’idée – commune par ailleurs mais confirmée par la traduction – d’une Asie clivée : l’Asie du Nord-Est et l’Asie du Sud-Est n’utilisent guère la traduction comme outil de communication. L’Asie du Nord-Est en ressort plus étroitement reliée que l’Asie du Sud-Est sans qu’il soit possible d’y interpréter sans risque la place centrale, notamment en sciences humaines et sociales, qu’y prend le japonais comme langue traduite (tableaux 3 et 4) : rémanence de l’impérialisme japonais du premier xxe siècle ? transferts de technologies et de procédures ? fécondité des sciences humaines et sociales japonaises ? Enfin, relativisons, par une dernière remarque, le constat effectué plus haut d’un échange très inégal de traductions, en sciences humaines et sociales, entre le français et l’Asie. Vu depuis les données générales de l’IT, l’échange apparaît plus équilibré que prévu : le français traduit un peu de l’Asie, l’Asie traduit un peu du français. Voire : en comparaison des langues voisines, le français fait mieux. La dynamique traduction littéraire n’y est sans doute pas pour rien…

15On peut tirer de ces analyses une conclusion qui pourrait surprendre : parce qu’il met ensemble, par la médiation du français, des sciences humaines et sociales d’Asie qui communiquent peu entre elles et très rarement ensemble, le dossier de Tracés est tout à fait original et unique en son genre.

Asie, traductions : chantiers d’histoire culturelle

16Une deuxième piste de réflexion relève de mon expérience plus longue, plus étroite et plus dense d’historien de la Corée moderne et, en particulier, de la Corée coloniale. Cette trajectoire m’a conduit à explorer les dispositifs de traduction et de transfert qui ont accompagné un enchevêtrement asiatique de situations coloniales et impériales, des années 1850 aux années 1950. J’ai prolongé la réflexion avec un petit groupe de collègues coréanistes – Rescor – qui s’est penché sur la traduction en français des sciences sociales coréennes, à la fois pratiquement – comment traduire ? – et socio-historiquement – la place des traducteurs et de la traduction dans la fabrique du monde coréen moderne.

17Assez loin de ce que recouvre d’ordinaire le vocable de traductologie – domaine spécialisé qui demeure majoritairement consacré au fait littéraire, aux questions de langue, à la formation professionnelle –, les études sur la traduction comme objet des sciences sociales s’annoncent comme un chantier prometteur à de multiples égards. Du coréen au français – mais aussi bien depuis le chinois ou le japonais –, ces promesses sont à la mesure des lacunes importantes de nos connaissances.

  • 7 Pratique de sous-titrage amateur, souvent illégale, en ligne, et quasi immédiate (d’où l’appellati (...)
  • 8 Sur la base de compétences variées mais souvent incertaines, les traducteurs improvisés de l’angla (...)

18Une fois quitté le champ littéraire, il y a en effet peu de travaux qui situent les pratiques de la traduction par rapport aux domaines de savoir. Plus largement, fait défaut une réflexion sur les régimes discursifs, les genres éditoriaux et les publics visés (ou réellement consommateurs), le marché et l’économie de la production écrite (papier et désormais digitale). Dans l’ensemble, les ouvrages consacrés à la traduction se révèlent obnubilés soit par des détails d’ordre technique (comment rendre la forme x ou la notion y) soit par de grandes idées sublimes (le dialogue des civilisations, la tâche du traducteur). Ils se consacrent plus rarement à des idées générales plus finement situées et articulées, comme la question que pose la « visibilité du traducteur » (Venuti, 2011) ou ce qu’apporte la notion de « langue moins traduite » (Branchadell et Lovell éd., 2005). Dans l’ensemble, ils privilégient ainsi la partie émergée et noble de l’iceberg de la traduction, se concentrant sur les ouvrages savants et littéraires quand bien même l’IT nous révèle une masse plus considérable d’ouvrages qui n’en relèvent pas. S’en trouve laissé largement de côté tout ce qui n’est pas un livre : les mondes interlopes du commerce, de la communication académique internationale, des sabirs technologiques, du fan-subbing7 ne manquent pourtant pas d’intérêt pour qui souhaite engager une réflexion sur la place de la traduction dans telle ou telle société8. Par exemple, une revue sud-coréenne de traductologie, comme Pŏnyŏkhak yŏn’gu, publiée depuis 2000, témoigne d’un élargissement du domaine des discours dont l’étude de la traduction est « légitime » (le sous-titrage du cinéma, la BD, la K-Pop et autres produits culturels, participant de la promotion de la Corée du Sud) sans fondamentalement y altérer les questionnements naguère consacrés à la littérature. Le traitement automatique des langues – toujours les mêmes langues en réalité – y a simplement remplacé la stylistique.

19Par ailleurs, alors que les informations à leur sujet semblent faciles à recueillir et à mettre en série, les traducteurs sont très mal connus. Formation initiale, compétences mobilisées, organisations socioprofessionnelles, place de la traduction dans les carrières et les types de carrière (rarement académiques), organisation du travail (solitaire ou collectif, en binômes bilingues), spécialisation, biographies et positions dans le champ culturel… autant de questions qui réclament des travaux plus nombreux d’histoire sociale. L’expérience du terrain me procure l’impression que le genre du traducteur est, en Corée, une variable pertinente à l’analyse des rapports de force puisque les partages sciences-humanités, position universitaire-traducteur indépendant, allemand-français, par exemple, semblent se caler, aujourd’hui encore, sur la domination homme-femme. Le pli est ancien. Dominée, l’activité de traduction – temps partiel, mal ou pas rémunérée, confinable à l’espace domestique et sans perspective professionnelle – fut cependant, ainsi que nous le rappelle Theresa Hyun (2004), l’une des voies d’accès au monde de l’écriture et de l’édition pour les femmes éduquées de la Corée coloniale.

20Enfin, si les revues coréennes spécialisées dans la traduction offrent, sur ces derniers points, de nombreux aperçus, elles nous laissent sans tableau général des questions techniques qui agitent un monde professionnel plus étoffé : une histoire des techniques de traduction, des écoles, des débats théoriques, des normes et des principes éthiques réclame d’être reconnue. Relève-t-elle de cycles récurrents qui voient le curseur osciller, entre « ciblisme » – posture de traduction qui accentue la capacité d’accueil dans la langue cible par effacement de l’original – et « sourcisme » – posture inverse qui tient à restituer en partie l’étrangeté de la langue source – en renouvelant périodiquement la réception des œuvres ? ou bien, au contraire, de l’accumulation, en terreau enrichi, que procure une longue histoire croisée, toujours approfondie, entre les langues-cultures ?

  • 9 Je renvoie dans cette veine à Institut Chŏm P’ilchae (université nationale de Pusan, 2013) et à In (...)

21S’il ne fallait faire l’effort de les intégrer à la culture générale française autant qu’à la conscience des sciences sociales francophones, on pourrait juger que, par contraste avec cet inventaire trop rapide de vastes lacunes, d’autres sujets et certaines périodes sont un peu surinvestis, notamment par la recherche historique. Certes, cette dernière décennie, la mode des études transnationales et le mantra des circulations ont considérablement contribué à faire progresser notre connaissance de l’histoire des traductions. Cela vaut dans l’historiographie sud-coréenne – on peut douter que ce soit le cas au Nord – qui se fait l’écho de ces tendances ; il est malheureusement impossible d’entrer dans les détails, tant les travaux sont nombreux et de qualité. Les plus neufs me semblent être ceux qui sont capables de s’affranchir de cadres narratifs nationaux exclusifs, en construisant l’Asie orientale moins sur un socle de traits culturels immuables ou relevant de la très longue durée que, plus fondamentalement, comme une communauté d’expérience et de destin qui s’est reconstituée face à la puissance agressive de l’impérialisme occidental. De tels travaux sont capables de restituer à la fois la dynamique « moderne » d’ensemble où s’est constituée une région – l’Extrême-Orient d’autrefois – et les trajectoires nationales où se sont trouvées mobilisées pour l’action des ressources culturelles communes et anciennes, mais de façon différenciée au gré des enjeux et des positions9. Par exemple, le bouddhisme « éternel » se réinvente moderne en traduisant l’Occident, mais il le fait, tout en jetant des passerelles entre les trois pays, de façon distincte selon les contextes institutionnels du Japon, de la Chine et de la Corée (Kim, 2013). Autre exemple révélateur : la façon qu’a eue chacun de ces trois pays de s’approprier, au tournant du xxsiècle, le best-seller d’Ernest Lavisse, Tu seras soldat (Paris, 1887), que trahissent des traductions sensiblement différentes (Son, 2017).

  • 10 Je renvoie aux travaux d’Emmanuel Lozerand : Lozerand (2005), Lozerand et Galan (2011), Lozerand ( (...)
  • 11 Sur les variations historiques et les enjeux des différentes dénominations et découpages de l’Asie (...)
  • 12 Voir Jong (1986).

22La trajectoire heurtée d’insertion de la péninsule coréenne dans le flux de l’histoire globale conduit une histoire culturelle de la traduction au fil d’une série de configurations ou de moments de traduction, eux-mêmes liés à telle ou telle formation impériale ou coloniale. Pour faire simple dans cette histoire touffue, mais bien couverte par l’historiographie, un premier moment correspond au long voisinage de l’hégémonie chinoise. Les historiens y travaillent sur la diffusion hors de Chine du chinois classique, sur ses variétés locales, avec pour corrélat une attention soutenue aux formes que revêt dès lors une diglossie institutionnelle (langue de l’État, langue de la société, traductions et transferts à l’interface). Un deuxième moment, souvent associé à la période dite prémoderne fait la part belle aux connexions lointaines ainsi qu’aux lieux et modalités d’un premier contact avec l’Occident. L’histoire des sciences y occupe le premier plan. Enfin, un troisième moment renvoie au monde impérialiste du xixe siècle lorsque l’Asie se voit, littéralement, bombardée de notions et de mots européens nouveaux, pénétrant le lexique, remaniant les langues, métamorphosant puissamment les visions du monde. Les travaux portant sur cet épisode sont surabondants. Ils nous enseignent combien des mots qui informent aujourd’hui l’appréhension coréenne – chinoise, japonaise – de la réalité ordinaire, en étaient absents en 1840 : société (sahoe, shehui, shakai), religion (chonggyo, zongjiao, shûkyô), famille (kajok, jiazu, kazoku), individu (kaein, geren, kojin), démocratie (minju, minzhu, minshu), littérature (munhak, wenxue, bungaku), art (misul, meishu, bijutsu), esprit (chŏngsin, jingshen, seishin) sont les mieux connus et les plus étudiés10. Bien qu’on ne dispose pas d’un outil tel que l’IT pour le prouver via la traduction, on peut tenir cette période, qui enjambe deux siècles par-dessus 1900, comme celle d’une reformulation de l’Asie orientale, en bref de réinvention d’un vocabulaire commun11 : moment d’intense circulation de toute chose et de tout mot entre Chine, Corée et Japon. Mais à la différence des siècles qui précèdent, c’est bien le Japon, à l’époque, qui s’impose désormais au centre du jeu. Deux facteurs semblent constitutifs de cette imposition. Le Japon fut central comme moteur de la néologie moderne, par sa capacité à créer des mots nouveaux à partir des caractères chinois millénaires. Il a alimenté tout le répertoire sémantique de la modernité asiatique jusqu’aux années 1950, lorsque d’autres logiques – décolonisation, nationalisation, guerre froide, néologie communiste – viendront défaire cet édifice. Mais il fut aussi moteur d’en avoir assuré la lexicalisation, entendue comme inscription dans un usage effectif, par les agents sociaux ordinaires, des mots inventés. Ce processus socioculturel de diffusion d’un monde par les mots doit assez peu, on le sait, à la paisible concorde qu’a prétendu porter le panasiatisme. Des forces plus puissantes y furent à l’œuvre : impérialisme – et colonialisme – japonais en actes ; migrations guerrières ; puissance commerciale et industries culturelles ; circulation des livres (des revues) et des étudiants et, on le devine, flux de traduction. Le Japon fut dans ce domaine encore un puissant médiateur, capable d’offrir à ses voisins – presque toujours en version abrégée et bien souvent à partir de l’anglais – une toute première traduction de la littérature, des sciences exactes et des humanités, en bref des ouvrages et des idées issus de l’Occident. C’est donc souvent à partir d’une première traduction japonaise que seront conçues, en accord ou en réaction, les versions coréennes ou chinoises12. Ce faisant, tel tout traducteur, le Japon fit office d’écran.

23Quoiqu’abondants, ces travaux récents sont loin d’avoir épuisé les questions qui se posent. J’en mentionne brièvement quelques-unes. Tout ce qui se passe en dehors du japonais (entre le chinois et le coréen par exemple, y compris dans les usages tardifs du chinois classique) est moins bien connu. L’étude des échecs (néologie sans lexicalisation), des malentendus, des contresens, des effets d’écran, etc., mérite autant d’attention que les succès éclatants. Par quels processus précis, par exemple, le mot que la langue chinoise avait d’abord inventé pour rendre en caractères chinois le concept occidental de société – qunzhong, associant le groupe et la foule – s’est-il vu finalement chassé du lexique chinois par celui, très distinct, du fait de ses connotations religieuses – associant l’autel et la rencontre –, de shakai-shehui qu’avait inventé le Japon ?

Chine, Corée, Japon, sciences sociales, traduction : à quoi bon ?

24Les trois textes présentés dans ce numéro de Tracés n’ont pas vocation à illustrer ni à lancer le chantier programmatique que je viens trop rapidement d’esquisser et je serais bien en peine, tant ils sont différents – dates, genres, styles –, d’avoir à en assurer la mise en perspective synthétique.

25Ou plutôt : je retiens de ces trois textes leur intrigante dissonance. Elle pose des limites. Ni le socle millénaire des caractères chinois ni le vocabulaire de la modernité, reformulé en commun, ne suffisent à installer cet air de famille qui permettrait, comme sans y penser, d’engager un dialogue. La traduction de chaque texte dans chacune des deux autres langues asiatiques exigerait autant d’efforts linguistiques, d’explications, de notes, de commentaires qu’en a réclamés leur passage en français. Le travail de traduction en sciences sociales a cependant quelques avantages au regard des règles qui sont imposées – par les éditeurs – à la traduction littéraire : le traducteur y a toute latitude pour se justifier, s’expliquer et flanquer ses propositions des apparats de notes, abondantes et érudites, qui en font d’ordinaire… un produit difficile à vendre. A fortiori lorsqu’entre la langue française et les langues d’Asie orientale, pas plus qu’entre la culture « française » et les cultures de ces pays, ne s’est tissée toute une épaisseur de liens nombreux, de références, de résonances partagées, en bref toute la légèreté – et les malentendus – que permet l’implicite – faute de la longue familiarité induite par une histoire croisée. Dans la traduction vers le français, il faudra donc, longtemps encore, demeurer dans la lourdeur et l’explicite, parfois dans le laborieux, pénalisant l’accueil, ou la bonne réception, de ces discours lointains.

  • 13 On relira sur ce point l’introduction (et les aveux !) de Pierre-François Souyri et Ninomiya Hiroy (...)

26Évoquons, pour conclure, une ultime difficulté pratique, touchant à l’argument même du texte scientifique, qu’on trouve peu thématisée dans la littérature traductologique. On se trouve souvent dans l’embarras devant un texte de sciences humaines et sociales bien traduit du chinois ou du coréen. En général, la précision et une certaine pesanteur réclamées par ces traductions savantes conduisent invariablement les traducteurs, lorsqu’ils ou elles se penchent sur leurs pratiques, soit à fétichiser le mot, la notion, le concept, soit à normaliser des glossaires (toujours traduire telle ou telle institution par le même mot). Loin de moi évidemment de juger illégitime une telle obsession. Elle tend cependant à passer presque entièrement sous silence une difficulté plus grande, que ne résoudra jamais aucune note infrapaginale et qui est souvent assez vive dans les discours venus d’Asie. Traduire scrupuleusement un texte argumentatif du chinois, du coréen ou du japonais – indépendamment des difficultés linguistiques et de la tolérance, inégale, de chaque culture à l’incorrection grammaticale – peut produire des effets dérangeants au regard des normes actuelles d’un texte argumentatif en français. Répétition, ampliation, ellipse, parataxe sont par exemple autant d’habitudes qui demeurent vivaces dans l’écriture des sciences sociales en Asie orientale, alors qu’elles ont été peu à peu chassées des nôtres dans la normalisation marquée de l’écriture académique. Le fait est parfois si perturbant qu’il génère coupes franches et recomposition intégrale du propos13. Sans qu’il y ait à y redire, pour autant qu’on s’explique sur ce que l’on fait en traduisant, la pratique des « belles infidèles » pourra se justifier en sciences humaines et sociales, au nom d’une urgence à diffuser d’autres idées et travaux… quand bien même elle n’a plus ni actualité ni légitimité dans le domaine littéraire, au nom de l’exigence première, imposée à la traduction, de transmettre une altérité. Cela doit aller sans dire : on ne traduit pas des textes entre les langues, on traduit des discours à destination d’un public imaginé.

27Je viens donc subrepticement, en faisant l’hypothèse d’une culture argumentative, de reconstruire une « Asie » ou une « Asie orientale » que le reste de mon propos s’était attaché à déconstruire, à remiser à un passé révolu, à feindre ne pas savoir localiser dans les trois textes du dossier. Il ne s’agit pourtant au fond ni de préserver intellectuellement les vieux découpages du monde issus du xixe siècle ni de leur substituer un constructivisme à géométrie variable. Car l’Asie maintenue et défendue ici par Tracés vaut comme un étendard pour le Reste-du-monde qui pense mais qu’on ne lit pas, qu’on ne traduit pas.

28Ni increvable catégorie d’analyse pour qui aime se rassurer dans l’immuable, ni source de jouvence exotique où espérer revivifier nos savoirs fatigués : l’Asie qui pense – et que l’on peut traduire – nous invite et nous engage à la patience de l’Autre.

29Qui peut savoir ce qu’il en adviendra ?

Haut de page

Bibliographie

Branchadell Albert et Lovell Margaret W. éd., 2005, Less Translated Languages, Amsterdam, John Benjamins.

Han Byung-Chul, 2014, La société de la fatigue, Belval, Circé.

Han Byung-Chul, 2015, Le désir ou l’enfer de l’identique, Paris, Autrement.

Hyun Theresa, 2004, Writing Women in Korea. Translation and Feminism in the Colonial Period, Honolulu, Hawaii University Press.

Institut Chŏm P’ilchae (université nationale de Pusan), 2013, Tong Asia, kŭndae-rŭl pŏnyŏkhada – Munmyŏng-ŭi chŏnhwan-gwa kojŏn-ŭi palgyŏn (Asie orientale : traduire la modernité. Tournant civilisationnel et invention des Classiques), Pusan, Chŏm P’ilchae.

Institut d’Asie orientale (université Tongŭi), 2015, Kŭndae pŏnyŏk-kwa Tong Asia (Traduction moderne et Asie orientale), Séoul, Pangmunsa.

Jong Ki-sou, 1986, La Corée et l’Occident. Diffusion de la culture française en Corée, Paris, Minard.

Kim Hwansoo Ilmee, 2013, Empire of the Dharma. Korean and Japanese Buddhism, 1877-1912, Cambridge, Harvard University Press.

Kwŏn Hŭiyŏng, 2017, Pŏnyŏk-kwa Tong Asia kŭndae (La traduction et la modernité de l’Asie orientale), Sŏngnam, Academy of Korean Studies.

Lozerand Emmanuel, 2005, Littérature et génie national. Naissance d’une histoire littéraire dans le Japon du xixsiècle, Paris, Les Belles Lettres.

Lozerand Emmanuel éd., 2014, Drôles d’individus. De l’individualité dans le Reste-du-monde, Paris, Klincksieck.

Lozerand Emmanuel et Galan Christian éd., 2011, La famille japonaise moderne, 1868-1928. Discours et débats, Paris, Piquier.

Pelletier Philippe, 2011, L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard.

Son SungJun, 2017, « Translation of a tale of the 19th century French history and the double-style strategy during the late period of Joseon » [en ligne], 28e Congrès de l’AKSE, Prague, [URL: https://www.conference-service.com/akse2017/documents/agenda/data/abstracts/abstract_446.html], consulté le 1er octobre 2017.

Souyri Pierre-François et Hiroyuki Ninomiya, 1995, « L’histoire du Japon sous le regard japonais », Annales HSS, vol. 50, no 2, p. 227-233.

Venuti Lawrence, 2011, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Abingdon, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Site [en ligne], [URL : http://www.reseau-etudes-coree.univ-paris-diderot.fr/liste-traductions], consulté le 3 octobre 2017.

2 1) Généralités, bibliographie ; 2) Philosophie, psychologie ; 3) Religion, théologie ; 4) Droit, sciences sociales, éducation ; 5) Sciences naturelles et exactes ; 6) Sciences appliquées ; 7) Arts, jeux, sports ; 8) Littérature ; 9) Histoire, géographie, biographie.

3 Disponible en trois langues (anglais, français, espagnol), la base de l’Unesco est consultable en ligne : [URL : http://www.unesco.org/xtrans/], consulté le 3 octobre 2017.

4 L’Unesco avoue son grand retard à l’intégration des données coréennes, pourtant fournies par les deux États membres concernés.

5 La base de données, nourrie par les informations des États membres, peut évidemment être questionnée à partir des unités politiques et de ce que l’on sait de leur histoire.

6 L’interrogation vaut pour l’espagnol, vieille langue impériale et d’un empire qui fut aussi asiatique : l’espagnol traduit peu de l’Asie, l’Asie traduit peu de l’espagnol.

7 Pratique de sous-titrage amateur, souvent illégale, en ligne, et quasi immédiate (d’où l’appellation concurrente de fast-subbing) des séries télévisées populaires, notamment asiatiques.

8 Sur la base de compétences variées mais souvent incertaines, les traducteurs improvisés de l’anglais, par exemple à la télévision ou à la radio, ont remplacé les traducteurs professionnels qui y œuvraient autrefois. Cela n’est pas sans effets.

9 Je renvoie dans cette veine à Institut Chŏm P’ilchae (université nationale de Pusan, 2013) et à Institut d’Asie orientale (université Tongŭi, 2015) et à Kwon (2017).

10 Je renvoie aux travaux d’Emmanuel Lozerand : Lozerand (2005), Lozerand et Galan (2011), Lozerand (éd., 2014).

11 Sur les variations historiques et les enjeux des différentes dénominations et découpages de l’Asie, voir Pelletier (2011).

12 Voir Jong (1986).

13 On relira sur ce point l’introduction (et les aveux !) de Pierre-François Souyri et Ninomiya Hiroyuki (1995) au premier dossier des Annales rassemblant des traductions d’historiens japonais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les échanges de traduction entre langues asiatiques et langues européennes depuis 1979
Légende En italique, nombre d’ouvrages traduits des langues de la colonne de titres vers les langues de la ligne de titres. En romain, dans l’autre sens, de la ligne vers la colonne.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/7221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 3. Échanges de traduction entre langues asiatiques
Légende En italique, nombre d’ouvrages traduits des langues de la colonne de titres vers les langues de la ligne de titres. En romain, dans l’autre sens, de la ligne vers la colonne.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/7221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 4. Échanges de traduction entre trois langues d’Asie du Nord-Est dans cinq des catégories thématiques utilisées par l’Unesco
Légende Mêmes règles de présentation des données que dans les tableaux précédents.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/7221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Delissen, « La patience de l’Autre : Asie, sciences sociales, traduction », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7221 ; DOI : 10.4000/traces.7221

Haut de page

Auteur

Alain Delissen

Centre de recherches sur la Corée, EHESS ; UMR Chine, Corée, Japon, CNRS ; université Paris, Sciences et Lettres

Haut de page