Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Figures de la singularité dans le monde ouvrier militant en France (seconde moitié du xxe siècle)

Thinking the singularity in French worker militant area in the twentieth century
Nathalie Ponsard
p. 47-64

Résumés

L’auteur se propose de penser la singularité à travers des parcours de jeunes ouvriers et ouvrières en milieu militant cégétiste dans les années 1968. À partir d’une méthode ethnographique attentive à la parole des individus et au sens donné à leurs actions, elle démontre des processus de singularisation dans certaines situations sociales : le contexte de décloisonnement social de mai-juin 68, propice aux pratiques hors normes de très jeunes ouvriers attirés par les étudiants trotskistes ; l’invention de nouvelles formes de protestation usinières par une jeune ouvrière se démarquant des normes syndicales masculines et des normes des ouvrières ; la conversion du militantisme d’une ouvrière qui, du combat cégétiste pour la préservation des emplois, s’oriente vers le droit à la santé au travail au contact d’un scientifique. Ces processus de singularisation sont liés à la capacité des acteurs/actrices à se construire en dehors de leur milieu familial et social, en profitant autant des contextes que de rencontres physiques et/ou intellectuelles. En milieu militant ouvrier, la singularité est affirmation de soi mais reste porteuse de valeurs et de revendications collectives.

Haut de page

Texte intégral

1Penser la singularité dans le monde ouvrier militant de la seconde moitié du xxe siècle, même dans le cadre d’une histoire orale perçue d’en bas, ne va pas de soi face aux obstacles d’ordre idéologique et épistémologique. D’une part, l’ambition de capter des singularités dans le cadre d’un mouvement ouvrier favorisant les valeurs du collectif se heurte, lors des premiers entretiens, à des individus qui utilisent le nous, veulent parler au nom du groupe, refusent l’usage du je, forme de mise en valeur peu conforme aux pratiques du groupe. Cette approche contredit la construction de l’image d’une classe ouvrière unie et fer de lance de la révolution, qui gomme la diversité des origines régionales et nationales, sociales et culturelles, la pluralité des qualifications, la différence de sexe et la porosité entre mondes ouvrier et artisanal, voir paysan. Autant dire que l’ethos des militants ouvriers conscients d’une culture de classe, méfiants à l’égard de l’individualisme (en tant que valeur bourgeoise) paraît a priori éloigné de l’analyse sociologique sur l’éclosion de l’individu dans le cadre de la modernité occidentale (Elias, 1991) ou de l’individualisme, créateur de liens (de Singly, 2003).

2D’autre part, la fabrique de l’histoire sociale, et notamment de l’histoire ouvrière, s’est d’abord focalisée sur les groupes et non sur les individus (Delacroix, 2010), si l’on excepte le projet du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français initié par Jean Maitron. La série de conversions – d’une histoire du mouvement ouvrier à une histoire de communautés ouvrières sous l’effet du « tournant culturel » des années 1980, de la microstoria et des travaux sociologiques et ethnographiques (Schwartz, 1990 ; Beaud et Pialoux, 1999), à une histoire des ouvriers et ouvrières dans leur diversité (Noiriel, 1986 ; Vigna, 2012 ; Gallot, 2015) – est désormais bien établie. D’une certaine manière, la parution en 2012 de Mélancolie ouvrière de Michelle Perrot illustre la prise en compte du processus de singularisation dans l’histoire du monde militant ouvrier.

3C’est dans le cadre d’une longue enquête orale centrée sur la compréhension des jeux de rencontres en milieu militant puydômois – entre ouvriers et étudiants, ouvriers et autres catégories sociales – que la question de la singularité a surgi. En effet, celle-ci n’était pas inscrite dans le guide d’entretien semi-directif initial visant à reconstituer des parcours politico-syndicaux à la fois individuels et collectifs susceptibles de saisir le capital militant et ses éventuelles reconversions ; elle n’était pas davantage formulée par les acteurs lors des entretiens. Elle a été le fruit de l’analyse des récits de vie (retranscrits intégralement) et celui de la méthode ethnographique, proche de celle de Florence Weber (1989). Par une écoute exigeante s’apparentant à une plongée dans l’univers de l’Autre, cette méthode a donné la parole aux individus pour repérer le sens que les acteurs et les actrices donnent à leurs actions, déterminer les manières de dire et de percevoir, être à l’écoute de leurs émotions et finalement les rendre visibles. En donnant davantage de liberté et de temps de parole aux individus, nous avons mis au jour leurs identités, le déploiement de leurs capacités réflexives et de leurs changements de position et l’expression de leurs capacités de résistance.

  • 1 Dans un premier temps, la collecte de témoignages s’est faite auprès de 35 personnes – âgés de 15 (...)

4La singularité ne surgit donc pas dans n’importe quelles conditions d’enquête : le choix des sources (ici orales), du questionnement de l’historien (les situations de rencontres) et le contexte historique sont déterminants. Dans le cadre de cet article, il a fallu faire un choix parmi une cinquantaine de récits d’itinéraires militants puydômois1, autrement dit retenir des études de cas selon l’approche définie par Jean-Claude Passeron et par Jacques Revel, c’est-à-dire faire le choix, « pour fonder une description, une explication, une interprétation, une évaluation, […] de procéder par l’exploration et l’approfondissement des propriétés d’une singularité accessible à l’observation » et d’« extraire une argumentation de portée plus générale » (2005, p. 9). Ce choix a été dicté par trois critères : le croisement de la question de la rencontre et de la singularité, le désir de varier les situations usinières conflictuelles et les temporalités, et la richesse langagière des récits. Il a été aussi fondé sur un ensemble de questions : En quoi consiste la singularité ? Comment se construit-elle ? L’est-elle par rapport aux normes syndicales cégétistes dominantes et/ou aux normes des ouvriers et ouvrières des communautés puydômoises étudiées ici ? Est-elle l’affirmation de l’individu ou l’expression du collectif ?

5Enfin, le choix des parcours s’est porté sur des acteurs dont les récits de vie témoignaient d’une capacité à se construire en dehors du milieu familial et social, de rencontres improbables (physiques, intellectuelles ou artistiques) et de contextes historiques propices au décloisonnement social.

6Notre travail porte sur trois études de cas situées dans l’espace militant puydômois : en regard de la singularité de jeunes ouvriers spécialisés (OS) Michelin constituée par les rencontres avec les étudiants gauchistes dans la tourmente contestataire de mai-juin 68, nous placerons la figure singulière d’une militante ouvrière construite par de nouvelles formes de protestation dans l’usine Ducellier du Val d’Allier des années 1970 ainsi que celle d’une ouvrière cégétiste qui, à la suite d’un changement de paradigme militant, s’est engagée dans un combat pour le droit à la santé au travail.

Dans le décloisonnement social de mai-juin 68 : le cas de jeunes ouvriers

7Même si la construction de la mémoire de mai 68 s’est longtemps focalisée sur le mouvement étudiant, et tout particulièrement sur les leaders parisiens, les villes universitaires en province ont été des lieux de rencontre entre étudiants et ouvriers, producteurs de singularité.

  • 2 La Montagne, 15 mai 1968.

8Dans la presse locale, on lit les traces laissées par de jeunes ouvriers manifestant auprès des étudiants trotskistes dans les rues clermontoises et participant aux affrontements avec les policiers sur la place de Jaude en mai 68. Loin d’être exceptionnels dans l’Hexagone (Vigna et Zancarini-Fournel, 2009 ; Hatzfeld et Lomba, 2008)2, les faits relatés semblent singuliers sous la plume des journalistes, mais ni reportage ni interview ne viennent expliquer le sens de ces nouvelles pratiques collectives, entre quelques jeunes ouvriers et étudiants. Le recours à leurs paroles, même rétrospectivement, est donc pertinent : que nous disent-elles de leurs aspirations et de leur vécu ? Que nous apprennent-elles des processus de singularité ?

En marge de la culture ouvrière et syndicale usinière

9À l’intérieur de la communauté ouvrière cégétiste des usines Michelin, se distingue un groupe d’individus au profil singulier du point de vue social et générationnel. Celui-ci est composé de jeunes ouvriers de 18 ans, récemment embauchés dans l’usine Michelin, provenant de milieux ruraux – Puy-de-Dôme, Allier et Cantal – ou de la proche banlieue de Clermont. Étrangers à la culture ouvrière, celle du travail comme celle de l’engagement politique et syndical, ils font la rude expérience des conditions de travail dans cette usine de production de pneus : odeur, bizutage, strict encadrement de la maîtrise.

  • 3 Pierre (né en 1950), entretien du 29 juin 2006.

10Pierre évoque les sensations des premières journées de travail dans un atelier de l’usine Cataroux (Michelin) : « C’est l’odeur, parce que moi je sortais de la campagne, l’odeur de cette ferraille, des bains d’acide, tous les traitements de l’acier font une odeur qui me gênait beaucoup. J’avais pas l’habitude de ça. »3 Jean-Paul parle du « bizutage, tous les boulots dégueulasses… ils le font exprès… pour savoir… ça forme le caractère ils disaient et [voir] si on rouspète pas ».

11Ce bizutage suscite une réaction de rébellion contre « l’ordre usinier ». Ces très jeunes ouvriers s’étaient déjà regroupés en marge des instances syndicales, pour exprimer, au nom des jeunes, des revendications particulières d’OS : l’obtention de samedis pour avoir du temps de loisirs et une reconnaissance de leurs prises de parole en réunion syndicale. Ils voulaient s’affirmer face aux anciens, comme l’explique Jean-Paul :

  • 4 Jean-Paul (né en 1947), entretien du 16 mai 2008.

Jean-Paul : Il y a les anciens délégués, la mentalité des anciens qui ont fait 36, qui ont perdu en 1958, qui voient que, nous, on veut refaire le monde, qu’on les bouscule… Les jeunes de cette classe, on est un peu différents parce qu’on n’a pas été traumatisés par les guerres. Les anciens parlent des grèves. Ils nous DISENT, mais nous, on ne voit pas les choses comme eux. En plus, ils le font pour nous protéger : « Mais non, vous allez vous faire massacrer »… Et nous, comme on n’a pas connu les guerres, on est les enfants de la libération les enfants de la liberté, l’esprit de 68 quoi ! Nous, on est pour LIBÉRER. On se heurte mentalement avec les anciens qui nous disent qu’on va trop loin, les jeunes. On CONTOURNE : on organise des matchs de foot entre nous, des trucs comme ça !
Nathalie Ponsard : Et c’est prétexte à se réunir et à discuter ?
J.-P. : Quand on fait un match de foot en dehors du temps de travail, ensuite à la buvette, on discute de l’usine, de ce qu’on voudrait faire.
N. P. : Qu’est-ce que vous vouliez faire ?
J.-P. : Nous, on voulait faire la grève générale. C’est pour ça, l’autre jour, Jean-Jacques était là et disait : « Ça n’a pas marché le tract du 13 mai ! » Mais l’appel du 13 mai ne donnait pas envie de faire la grève ! [rires]
N. P. : Vous parlez du tract de la CGT Michelin ?
J.-P. : Il appelait à une grève entre 4 et 8 heures pour soutenir les étudiants ! C’était complètement à côté de la plaque !4

L’implacable logique événementielle

12La singularité s’accentue sous l’effet de la logique événementielle. Dans un mouvement de contestation des pouvoirs de proximité, il prend la forme d’une critique de l’ordre syndical tenu par les anciens et se déploie à travers des perceptions et des actions hors norme. Ainsi, ces très jeunes ouvriers se distinguent par leur perception de l’occupation d’usine – trop encadrée, « dépassée » notamment par l’inactivité qu’elle engendrait et l’organisation de bals :

  • 5 Pierre (né en 1950), entretien du 29 juin 2006.

Pierre : ON faisait RIEN dans l’usine, à part jouer de l’accordéon, mais ça c’est des trucs de vieux ! [rires] Pour les débats politiques, « refaire le monde », on discutait entre jeunes dans les bistrots à Montferrand, Aulnat, autour de chez Michelin selon les événements !!5

13Contrairement aux directives syndicales, ils partent manifester auprès des étudiants trotskistes. Entraînés dans l’action contre les forces de l’ordre – représentant l’ordre patronal –, ils aspirent à un changement de société : ils souhaitent « aller jusqu’au bout » et « prendre la place des patrons ». Le témoignage de Paul est à cet égard intéressant :

  • 6 Paul (né en 1947), entretien du 16 juin 2006.

Nathalie Ponsard : Avant 1968, étiez-vous intéressé par la vie politique ?
Paul : Non, pas particulièrement. J’avais quelques idées mais c’était pas très ancré ! J’avais des idées de gauche parce que j’étais un peu révolté par ce qui se passait, par ce que j’avais vécu, par ce que je vivais… C’était un esprit de révolte plus qu’autre chose.
N. P. : Plus précisément, quelles étaient les raisons de votre révolte ?
P. : Je ne poursuivais pas mes études : ça n’a pas toujours été gai. La fin du mois, c’était compliqué ! J’avais des frères aînés – l’un en Algérie, l’autre qui commençait sa vie de famille – qui ne pouvaient pas nous aider. […]
N. P. : Quels sont vos souvenirs de mai 68 ?
P. : … un sentiment de liberté. Avec toute la jeunesse que j’avais [rires] J’ÉTAIS SÛR QU’ON ALLAIT TOUT RENVERSER ! [rires] C’est surtout le sentiment de liberté parce que c’est vrai, il n’y avait plus personne dans les usines. C’était nous qui gérions. J’étais dans les chambres de célibataires Michelin et même le gardien était parti à la campagne. Il nous avait abandonnés, alors c’était vraiment la LIBERTÉ !!6

14Ils se singularisent ainsi par leur participation à des discussions avec des étudiants dans certains cafés de Clermont-Ferrand ou dans des chambres de jeunes travailleurs Michelin. Et, pour expliquer ces rencontres singulières, les affinités du passé récent sont décisives : l’un retrouve d’anciens camarades d’école – devenus étudiants – de leur quartier en banlieue clermontoise ; un autre se lie d’amitié avec un jeune étudiant trotskiste venant d’un milieu ouvrier militant creusois. Le processus de singularité s’explique par les mutations scolaires des années 1960, particulièrement sensibles à la faculté de lettres de Clermont, qui accueille une part non négligeable de lycéens provenant de milieux populaires de la région et qui, d’une matrice cégétiste et/ou communiste, sont fascinés par des militants trotskistes charismatiques.

15Si la singularité se construit à travers les perceptions et actions propres au groupe, elle émerge aussi de l’opposition au second groupe de notre corpus formé de jeunes ouvriers âgés de 25 ans, leurs aînés de quelques années seulement. Syndiqués depuis quatre ou cinq années à la CGT, fiers de leur identité ouvrière fondée sur les combats passés, ils sont hostiles aux étudiants et à leur mouvement, car ils portent déjà une certaine conception de l’étudiant, « bourgeois », se ralliant toujours aux élites de par son capital économique et culturel. Ils s’approprient une certaine conception de l’histoire, véhiculée à la fois par la presse cégétiste, la formation syndicale et les discours des dirigeants cégétistes, conception qui a joué un rôle « à chaud » dès l’été 68 dans l’interprétation des événements, puis dans sa construction mémorielle (Ponsard, 2013).

L’impact des rencontres

16La singularité surgit dans le conflit usinier de mai-juin 68, moment propice à des pratiques sociales communes (manifestations et meetings) dans la ville clermontoise, soulignant ainsi la logique événementielle. Mais elle tient aussi à l’origine sociale des très jeunes ouvriers et des étudiants trotskistes issus de milieux ouvriers politisés au PCF et à la CGT, contre lesquels ils s’insurgent. Cette singularité, du côté des très jeunes OS, prend corps dans la rencontre avec les étudiants entrés très récemment dans le trotskisme, à travers la Fédération des étudiants révolutionnaires (FER), particulièrement active dans le mouvement étudiant clermontois (Carboni, 2012). Elle confirme l’existence de micro-générations dans le cadre du militantisme cégétiste Michelin, car ces très jeunes ouvriers « singuliers » en 1968 ont continué à militer au sein du syndicat CGT et ils ont poursuivi dans les années 1970 leurs critiques de l’ordre syndical, en luttant pour une meilleure représentativité des OS notamment. Ils ont ainsi affirmé la singularité du groupe OS comme le montre l’emploi du nous dans les extraits des témoignages présentés.

17La singularité est ici le fruit d’un contexte et d’une génération. Dans cette communauté ouvrière, le processus de singularisation, vécu, n’est pas « mis en mots », encore moins théorisé. La singularité se perçoit à travers des perceptions et des actions qui, dans le milieu ouvrier cégétiste, ont été jugées hors-norme et atypiques. Néanmoins, l’idée de « faire et de penser autrement », signe d’acquisition d’une certaine liberté, est visible, et rejoint l’idée d’un « individualisme émancipateur » (de Singly, 2005, p. 15). Elle s’inscrit dans le processus d’émancipation des OS engagés contre la domination des militants cégétistes, ouvriers qualifiés, et dans le répertoire des idées révolutionnaires portées par des étudiants trotskistes. De ce fait, elle est le fruit d’un processus d’hybridation entre l’esprit de révolte des jeunes ouvriers et le discours révolutionnaire de l’extrême gauche.

Nouvelles formes de protestation et regard des autres : l’exemple singulier d’une jeune militante OS

18La singularité des pratiques militantes d’une jeune ouvrière spécialisée invite aussi à une réflexion comparatiste, mettant en perspectives les cadres usiniers et les temporalités, en l’occurrence celle des années 1970. Dans ce cas, la singularité se construit à la fois par rapport aux pratiques cégétistes masculines et par rapport à la communauté ouvrière de femmes.

  • 7 L’entreprise Ducellier est un équipementier pour l’industrie automobile ; Forgeal et SCAL étaient (...)
  • 8 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 1613 W144 (1961-1974) ; 1831 W 332 (1969-979) Dossiers ac (...)
  • 9 Archives de l’UL CGT d’Issoire et du syndicat CGT Ducellier Issoire ; Archives de l’inspection du (...)

19Dans les années 1970, la configuration usinière du Val d’Allier, îlot industriel puydômois, est marquée par l’intense conflictualité des métallos des usines (Ducellier, Forgeal et SCAL7) qui participent aux journées nationales d’action dans la métallurgie8 et organisent nombre de débrayages. Au regard des sources écrites, syndicales et administratives9, la scène conflictuelle du Val d’Allier apparaît masculine : aucune distinction de sexe n’est faite, alors que certains ateliers des usines Ducellier sont majoritairement constitués d’ouvrières spécialisées.

  • 10 Entretien collectif à la maison des syndicats d’Issoire en mars 2011 dans le cadre de l’exposition (...)
  • 11 Plus exactement, dans la postface de La parole ouvrière, Rancière énonce l’idée d’une parole qui e (...)

20En 1966, les images du reportage télévisé de FR3 Auvergne fournissent la vision esthétisante et surplombante d’un grand atelier où les ouvrières sont toutes rivées à leurs machines ; lors de la longue grève de 1979, les femmes sont nombreuses sans pour autant revêtir le rôle de porte-parole. Elles ne sont pas plus interviewées par les journalistes/reporters mais apparaissent plutôt noyées dans les puissants mouvements collectifs. En tant qu’individus, elles sont inaudibles : comment, dans ces cas-là, l’historien peut-il travailler sur de quelconques singularités ? Pourtant, sur une photographie, l’une d’elles est en première ligne d’une manifestation, aux côtés des leaders. Elle est interviewée dans le cadre d’un reportage FR3 en décembre 1981, au plus fort de la lutte contre les licenciements économiques. Gravée dans la mémoire ouvrière collective, cette figure féminine singulière a resurgi dans l’enquête de terrain10. Si son témoignage est riche, c’est notamment parce qu’il permet de comprendre comment cette femme développe une posture réflexive – un travail intellectuel « critique » au sens donné par Alain Faure et Jacques Rancière11 (2007) – sur sa singularité, en soulignant les jeux de regard portés sur elle dans l’espace usinier.

Se distinguer de pratiques syndicales masculines

  • 12 Destinée aux femmes, cette revue de la CGT s’ouvre aux idées féministes dans les années 1970 sous (...)
  • 13 Elle ne se souvient pas exactement de la date.

21Par rapport au modèle syndical masculin, la singularité repose sur l’invention de modalités d’action résistante face à la domination patronale. Déléguée syndicale, Nicole R. ambitionne de faire reconnaître la créativité des femmes ainsi que la valeur et la dignité de la classe ouvrière. Bien que rétrospectivement elle affirme s’être positionnée à distance des idées féministes de la revue Antoinette12, elle veut, par provocation, donner la parole aux ouvrières de son atelier et ainsi montrer les capacités artistiques de femmes confinées dans le travail monotone et harassant des chaînes (Gallot et Meuret-Campfort, 2015). Au milieu des années 197013, elle met ainsi en œuvre une action spectaculaire à la date symbolique du 8 mars, journée de la femme célébrée par la CGT. En effet, face à la section syndicale CGT, elle fait une proposition originale pour cette usine, voire, selon ses termes « ahurissante » pour nombre de militants : une exposition de créations artistiques (poèmes, objets taillés en bois et sculptures en terre, broderies, canevas) produites par des ouvrières de son atelier dans le restaurant d’entreprise. Il s’agit de montrer que « les femmes savent faire de belles choses » et ainsi de se distinguer du répertoire d’actions masculines – déambulations bruyantes dans les ateliers, débrayages fréquents, prises de parole masculines effectuées d’une passerelle surplombant les ateliers ou d’une table du réfectoire. En ce sens, il s’agit bien d’imposer d’autres normes, en jouant du registre du genre pour créer un effet de singularité performatif. Elle demande ainsi aux ouvriers des ateliers d’entretien de fabriquer de « grandes bouches » en carton qui, suspendues dans l’atelier, puissent exprimer leurs revendications. Selon son témoignage, l’événement « sidéra » la direction de l’usine :

  • 14 Entretien du 24 mai 2013. Notons le passage du je au on dans le paragraphe.

J’avais été les voir dans les ateliers d’entretien et je leur avais dit : « Vous me faites des grandes bouches, de belles bouches, bien rouges, ouvertes et dedans on écrira ce qu’on a à écrire. » Et on avait suspendu toutes ces bouches au plafond, et quand on a fait inaugurer l’expo par la direction, je me rappellerai toujours leurs visages. Lorsqu’ils sont entrés : dans l’angle, on avait mis les droits des travailleurs (se syndiquer, etc.) sur un grand panneau : ils sont passés à côté, cela ne leur a pas beaucoup plu mais… mais quand ils ont vu toutes ces bouches qui descendaient, vous voyez, c’était provocateur ! [sur un ton enflammé] alors c’était du temps pour les enfants, tout ce qu’on pouvait imaginer : des blouses neuves ; tout ce qu’on pouvait réclamer… Et on avait préparé tout ça par petits groupes, quand on se retrouvait aux pauses […]. Et je les avais faites rouges comme la bouche à Marilyne, très pulpeuse… C’était magnifique !14

  • 15 Notons que le pop art américain influençait la jeune peinture française (Durozoi, 2008).

22Cette forme d’inventivité montre la volonté d’affirmer une culture ouvrière qui n’utilise pas le seul registre protestataire masculin des ouvriers. Elle révèle une autre manière de revendiquer, inscrite dans un processus d’esthétisation qui emprunte les traits d’une des grandes figures féminines de la culture de masse américaine de la seconde moitié du xxe siècle. Sans forcément en avoir conscience, elle utilise le pop art américain par goût de la provocation et de la transgression15. Ce « geste », qu’on pourrait d’ailleurs assimiler à un « happening », apparaît singulier dans le cadre de cette usine du Val d’Allier, même s’il est porté par un collectif mixte où ouvriers et ouvrières contribuent à la fabrication de « l’installation de bouches suspendues », métaphores d’une autre prise de parole.

Être « singularisée » par la communauté ouvrière

23La singularité de cette militante est aussi déterminée par le regard critique des autres ouvrières, qu’elles soient ou non militantes. De leur point de vue, l’itinéraire de Nicole R. est atypique, alors qu’il s’inscrit dans le cadre de migrations féminines du travail entre le Puy-de-Dôme et Paris. Née en juin 1940 dans un village du Livradois, au sein d’une famille de petits paysans marquée par la mésentente, Nicole R. migre avec sa mère et sa grand-mère vers Paris grâce à un réseau familial féminin (deux grands-tantes, « employées de maison »). Elle a la possibilité de suivre des études à Paris et obtient un brevet professionnel de sténodactylographie. Dès son premier emploi, elle se syndique à la CGT et s’abonne à la revue militante Antoinette. De retour à Flat (situé dans le Livradois), elle se marie avec un jeune ouvrier cégétiste du Val d’Allier, travaillant à l’usine Cégédur (Issoire). Pour cette mère au foyer à partir de 1961, militante associative et communiste, l’entrée à l’usine en 1971 dans un atelier de travail à la chaîne majoritairement féminin constitue un choc. Bruit, cadences, immensité des ateliers, attachement physique des femmes aux machines : tout est nouveau, en rupture avec son goût pour la liberté, éclos dans son milieu familial féminin.

24En outre, Nicole R. se situe en dehors des normes de vie intériorisées par ses collègues de travail comme le montre cet extrait :

Nicole : Ce que je ne supportais pas non plus, leur soumission, incontestablement, mais je leur en voulais en même temps !
Nathalie Ponsard : Mais vous ne passiez pas pour quelqu’un d’un peu dur, justement ?
N. : « T’es pas comme nous » [disaient-elles]… Ça, c’est pas bon ! Elles ne comprenaient pas que je puisse aller à la réunion du comité national à La Ricamarie avec tous les copains. […] Alors il y avait des femmes syndiquées… que je connaissais, j’allais plus vers elles… mais j’étais la seule à aller en réunion avec le patron. J’allais au comité central à Paris, et ça dans leur tête, elles ne pouvaient pas comprendre que mon mari puisse me laisser faire ça ! Que je puisse partir comme ça ! Si vous voulez, je sentais qu’il y avait un peu d’admiration mais en même temps j’étais quelqu’un de dangereux !

  • 16 Au-delà de la difficulté de traduction, le terme peut être défini comme « capacité à agir par-delà (...)

25Certaines, pourtant très proches d’elle, vont même jusqu’à lui dire : « On est d’accord avec toi Nicole mais, ou tu es trop en avance, ou nous, on est trop en retard ! » Loin d’être perçue comme un élément fort du processus d’individuation dans l’évolution des sociétés occidentales, l’assignation de la singularité est aussi une façon de considérer, sinon de rejeter, en milieu ouvrier, celui ou celle qui se distingue des normes ouvrières en vigueur. Nicole R. a conscience de ce décalage entre elle et « les autres ». Son témoignage montre la manière dont elle met en relation la domination des jeunes ouvrières spécialisées à l’usine avec celle de la sphère privée. Elle juge « la soumission dans les foyers » particulièrement détonante par rapport à son expérience personnelle, alors qu’elle a vécu dans un univers féminin de libre parole et au sein d’un couple où elle n’avait jamais eu « à rendre des comptes ». Elle analyse donc l’assujettissement des jeunes femmes aux chefs d’atelier comme le prolongement de la soumission au père et au mari dans la sphère privée. Elle se distingue également par le déploiement d’une agency16 pour braver des interdits encore maintenus par les hommes et admis, sinon consentis, par certaines femmes, telle que l’opposition aux stratégies patronales lors des comités d’établissement, la participation aux congrès de la CGT et à des sessions syndicales les éloignant du foyer conjugal.

26Cependant, l’affirmation de cette figure singulière féminine, née de ses actions revendicatrices dans un milieu usinier particulier, doit être resituée dans la conflictualité généralisée des années 1970 (Gallot, 2015) et par là même relativisée, puisque, dans d’autres conflits usiniers, des pratiques syndicales ouvrières surgissent, renouvelant ou transgressant les formes traditionnelles. Notons que la singularité construit une image de soi en léger décalage par rapport aux normes ouvrières militantes, tout en étant au service de la communauté ouvrière. En témoigne l’engagement de cette femme lors du long conflit Ducellier pour sauver les emplois entre 1979 et 1984. Licenciée économique, elle se reconvertit dans une autre forme de militantisme et devient présidente du Secours populaire tout en restant dans la mouvance communiste.

Le changement de paradigme militant

  • 17 Entretiens des 24 septembre 2010 et 27 mai 2016 à la Maison du peuple de Clermont-Ferrand.

27Portant sur le conflit Amisol, qui désigne la longue occupation de l’usine de filature d’amiante et d’isolants de 1974 à 1981 à Clermont-Ferrand, cette troisième étude de cas permet de comprendre le façonnage d’une militance singulière en milieu ouvrier. Elle est le produit de la rencontre d’un scientifique, lui-même militant en rupture avec la recherche établie et l’expertise médicale. En gestation, des années 1970 aux années 1990, cette singularité s’exprime doublement : par la conversion d’un conflit pour la sauvegarde de l’emploi en une bataille contre l’amiante, pour le droit à la santé au travail et l’aide à l’indemnisation d’une part ; par la transformation de la vision du monde de la jeune OS militante cégétiste d’autre part17.

Josette, militante ouvrière cégétiste, et Henri Pézerat, scientifique : portraits de deux singularités ?

  • 18 Nous utilisons ce terme en nous référant à la typologie établie par Bernard Lahire (2014) entre «  (...)

28Le début de la trajectoire de Josette est en concordance avec son milieu socioculturel : autrement dit, si l’on suit la typologie de Bernard Lahire (2014), la singularité y naît au fur et à mesure de l’affirmation d’une « dissonance » produite par des contacts avec des acteurs sociaux situés en dehors du milieu ouvrier cégétiste18.

  • 19 Elle a par exemple soutenu le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (ML (...)

29Fille d’un ouvrier licencié après la grande grève Michelin de 1950, Josette est imprégnée de la culture cégétiste et communiste. Rebelle à l’ordre scolaire, mue par une « envie d’acheter, de consommer » et par un désir d’autonomie, elle se fait embaucher en 1964 dans l’entreprise Amisol. En juin 1968, après avoir participé aux manifestations de mai dans les rues de Clermont, une première inflexion surgit dans son itinéraire militant : elle prend la tête d’un combat contre son patron alors que, jusqu’à cette date, dans cet atelier composé majoritairement de femmes, seuls les hommes étaient délégués syndicaux. C’est donc un acte fort et singulier pour les ouvrières spécialisées de cette usine (Gallot, 2015). Rétrospectivement, Josette voit dans cet acte l’influence des idées féministes auxquelles elle a été sensible dans les années 197019. Néanmoins, elle affirme avoir été formée au militantisme par le secrétaire de l’Union départementale CGT, Edmond Fabre, qui l’a initiée à l’écriture des cahiers de revendications et à une certaine indépendance d’esprit vis-à-vis de la ligne confédérale. C’est pour elle une expérience positive de transmission de savoirs et savoir-faire militants, nourrie par l’admiration qu’elle porte à ce militant cégétiste. Là encore, on observe, non pas une opposition, mais un compagnonnage entre militants et militantes cégétistes.

30Quelques années plus tard, forte de ce bagage militant, elle prend la tête du mouvement contre le « patron » de l’usine Amisol, qui débute le 6 décembre 1974 à l’annonce du dépôt de bilan. Elle s’engage alors dans une bataille pour la défense de l’emploi en faisant pression sur les pouvoirs publics. Or, le visionnage du reportage de FR3 Auvergne, réalisé le 24 juillet 1976, souligne le changement de nature des revendications, comme le montre la banderole « Nous voulons travailler, nous voulons vivre, solidarité Amisol ». Par l’expression « nous voulons vivre », le droit à la santé émerge. Comme nous l’explique longuement Josette, il résulte de la rencontre qui s’est produite en février 1976, entre les « filles d’Amisol » et le scientifique Henri Pézerat, l’un des fondateurs du collectif de Jussieu (Thébaud-Mony, 2014). Ce scientifique, détenteur d’une thèse en cristallographie soutenue en 1967, avait déjà une expérience militante, politique et syndicale. En rupture avec son milieu familial, au contact du mouvement étudiant au sein de l’école de chimie de Lyon, il avait adhéré au début des années 1950 au PCF. Puis, employé à l’Institut de recherche chimique appliquée de Paris, il avait pris des responsabilités syndicales avant de devenir secrétaire national du syndicat des ingénieurs au sein de la Fédération de la chimie CGT. Après avoir tenté de construire un collectif militant communiste dissident, il est exclu du PCF à la fin des années 1960. Déjà confronté en mai-juin 68 à la question des conditions de travail, il s’engage en 1971 à l’université de Jussieu dans un long travail d’information sur la dangerosité de l’amiante, diffusé aux personnels et aux sections syndicales des entreprises traitées à l’amiante par la société Isomaco. Il participe alors à la naissance du collectif Amiante Jussieu en septembre 1975. Considérant que la science doit apporter quelque chose à la société humaine (Léraud et Baldi, 2014), il modifie sa thématique de recherche et se convertit à un nouveau militantisme, hybride, associant les experts scientifiques et les populations les plus exposées, en lançant une campagne de dénonciation des experts et des médecins soumis au pouvoir patronal. Par ce mode d’action, il s’agit ainsi de faire reculer l’invisibilité des malades et des maladies liées à l’amiante.

31Pourtant, si la figure d’Henri Pézerat est singulière sur la scène ouvrière syndicale clermontoise du conflit Amisol, elle ne l’est ni à l’échelle nationale ni à l’échelle internationale. D’une part, il fait à cette date déjà partie d’un collectif, celui de Jussieu, lié à des structures telles que le CLISACT (Comité de liaison et d’information sur la santé et les conditions de travail), aux bulletins « Action-Recherche » dirigés par Alain Lascoux, un des piliers du collectif Jussieu, ou encore au Collectif maladies et risques professionnels (CMRP). D’autre part, la lutte contre la pollution par l’amiante s’inscrit à la fois dans le cadre des luttes environnementales nombreuses dans les années 1970 et dans le mouvement « de contestation de la science et de construction d’une pratique de prévention en santé publique et santé au travail » (Pézerat, 2014).

La rencontre entre scientifiques et ouvrières : la conversion du conflit

  • 20 Le premier texte, Plus jamais ça, a été rédigé le 11 juillet 1977 à Clermont-Ferrand.

32Parmi les scientifiques venus visiter l’usine Amisol, Henri Pézerat se détache au point de devenir, aux yeux des acteurs syndicaux locaux, une figure singulière. Incarnant le collectif Jussieu, il pèse sur l’argumentation du discours syndical cégétiste et concrétise l’alliance entre ouvriers et scientifiques dans le combat contre l’amiante. Cette lutte s’incarne dans la rédaction d’une brochure Amisol-amiante. Plus jamais ça ! écrite à deux mains – l’Union départementale CGT du Puy-de-Dôme et le collectif Jussieu – et conçue comme une arme de dénonciation20.

33Le texte syndical met alors l’accent sur la lutte « émancipatrice » des ouvrières et sur l’objectif de « briser le mur du silence », « faire connaître la vérité sur l’amiante et sur Amisol ». Il démontre comment le syndicat CGT d’Amisol a mené un combat sur les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité en revendiquant des systèmes d’aspiration pour éliminer les poussières, en tentant des démarches auprès des inspecteurs du travail et de la Sécurité sociale, en rédigeant des pétitions et en organisant nombre de débrayages et de grèves. Il dénonce également le silence coupable du PDG, M. Chopin, qui bénéficiait de l’aide de la Chambre patronale de l’amiante et du professeur Champeix et qui, grâce à ses observations sur les ouvriers d’Amisol, s’était fait une renommée internationale sans alerter les salariés de la nocivité de l’amiante. Il élabore ainsi une nouvelle plate-forme revendicative reflétant la situation sanitaire désormais connue : l’obtention d’examens médicaux complets et gratuits d’une part, et des accords exceptionnels de préretraite, de reclassements et la prolongation d’indemnités d’autre part.

34Le second texte, écrit par le collectif Jussieu, révèle un intéressant processus de transfert de connaissances. D’un côté, il contribue à la diffusion de connaissances scientifiques et médicales sur les méfaits de l’amiante dans la communauté ouvrière. De l’autre, il apporte des preuves sur les conditions de travail catastrophiques et la responsabilité des différents pouvoirs en place – pouvoir patronal, pouvoir médical et pouvoirs publics – en s’appuyant sur les témoignages ouvriers ainsi que sur les procès-verbaux des séances du comité d’hygiène et de sécurité (CHS) de 1959 à 1972. Il décrypte ces sources et les complète par les résultats d’analyse des taux d’empoussièrement des ateliers. Grâce à ces données, le collectif Jussieu critique à la fois l’inertie volontaire du patron et le manque de coercition de la part de l’inspection du travail et de la Sécurité sociale du département.

35La rencontre entre les ouvrières d’Amisol et l’un des leaders du collectif Jussieu a donc produit un contre-pouvoir original, alliant expert-citoyen et citoyen-expert, qui débouche plus d’une vingtaine d’années plus tard sur la création du Collectif amiante, prévenir et réparer (CAPER) et l’interdiction de l’amiante au 1er janvier 1997.

Une transformation personnelle : la fabrication d’une singularité militante féminine dans le champ syndical

36Les aspects singuliers de la trajectoire de Josette sont rendus visibles par l’approche d’une histoire « par le bas » et le prisme analytique centré sur les rencontres entre mondes ouvrier et scientifique à l’échelle individuelle.

37Son témoignage éclaire alors le compagnonnage qui permet la transmission de connaissances en dehors d’un schéma traditionnel, qui inscrirait le scientifique dans un rapport de domination avec l’ouvrière spécialisée. Il révèle aussi un partage des savoirs façonné majoritairement à travers de longues discussions. De cet échange résulte un changement de perception de cette militante à l’égard des scientifiques. Au contact d’Henri Pézerat et du collectif de Jussieu, elle acquiert un capital de connaissances sur le monde scientifique, notamment sur la diversité du monde des experts.

38Parce que cette militante s’est mise à distance de son premier engagement à la CGT pour adopter un discours plus proche des scientifiques et des juristes, elle a changé de paradigme et a affirmé sa singularité en milieu cégétiste. Dans son témoignage, plutôt que de citer la kyrielle d’actions syndicales menées dans les années 1970, elle insiste sur le sens du combat mené au sein du CAPER qu’elle contribue à créer en 1995, sous l’effet de l’indignation provoquée par l’injustice que représente à ses yeux la mort des ex-travailleurs et travailleuses d’Amisol. Inséré dans un mouvement global, aux côtés de structures collectives, telles que l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (ANDEVA), le CAPER contribue au vote d’un arsenal législatif aboutissant à l’interdiction de l’amiante sous toutes ces formes le 1er janvier 1997 et à la loi créant le FIVA (Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante) le 23 septembre 2000 (Dewinck, 2012).

39En outre, la singularité de Josette R. s’exprime par la liberté qu’elle acquiert vis-à-vis du milieu cégétiste. L’ouvrière, déléguée syndicale, sensible dès les années 1960 aux injustices et aux mauvaises conditions de travail, considère que la rencontre avec Henri Pézerat – un scientifique « qui n’est pas enfermé dans sa tour d’ivoire » – a produit une transformation personnelle : « Et moi je lui dois d’être un peu plus libre dans ma tête. » Elle s’ouvre notamment aux questions environnementales posées par les milieux écologistes et écoute aussi les critiques visant les syndicalistes qui, au nom de l’emploi, refusaient de s’engager trop largement dans la lutte contre les risques industriels. Elle s’inscrit progressivement contre la vision productiviste de la CGT et se convertit à un engagement en faveur des victimes de l’amiante, qui la conduit vers de nouvelles thématiques telles que les risques et la santé au travail, les procédures judiciaires d’indemnisation et de condamnation des patrons incriminés. Elle rejoint donc Henri Pézerat dans le combat contre les pouvoirs patronaux et les pouvoirs médicaux « qui savaient et n’avaient rien dit ».

40Au cours de cette collaboration entre scientifiques et ouvriers, Josette R. comprend que les témoignages ouvriers dénonçant les conditions de travail deviennent des armes dans les combats judiciaires. En tant que « preuves vécues », ces témoignages sont capables de briser l’invisibilité des personnes exposées à des risques industriels en intervenant dans la méthode d’investigation fondée sur la reconstitution du parcours professionnel, élaborée conjointement par Henri Pézerat et Annie Thébaud-Mony.

41Au contact des scientifiques, la singularité façonnée par un changement de paradigme est donc marquée par l’hybridité. En milieu ouvrier militant, elle n’est pas seulement synonyme d’individuation puisqu’elle s’affirme au nom d’un collectif et pour l’ensemble des ouvriers victimes de l’amiante. Autrement dit, la singularité peut être porteuse des valeurs collectives du monde ouvrier.

*

42Cette contribution souligne l’existence de trois processus de singularisation : la logique générationnelle liée au moment de mai-juin 1968 propice au décloisonnement social ; la logique de rupture avec le mode cégétiste revendicatif masculin ; le changement de paradigme militant avec Josette R. qui, avec ses collègues, choisit de construire au milieu des années 1990 une structure collective en marge du mouvement ouvrier tout en puisant dans le capital militant acquis dans les pratiques syndicales cégétistes.

43À travers ces études de cas, on peut sans doute déduire et approfondir la notion de singularité en milieu ouvrier. Premièrement, elle est le signe d’une dissonance en milieu ouvrier, soit par des idées extérieures à la sphère cégétiste, soit par de nouvelles pratiques, soit par un compagnonnage avec d’autres acteurs sociaux qui provoquent une autre identité militante subjective, en opposition au modèle syndical cégétiste dominant et avec toujours le risque de se couper de son groupe. Elle est aussi affirmation de soi en tant qu’individu et repose sur une forme d’émancipation, autrement dit, elle relève d’une liberté conquise sur le groupe ouvrier (ouvriers qualifiés plus âgés dans le premier cas, ouvrières soucieuses de respecter certaines normes de vie de couple et pratiques protestataires masculines). Enfin, et c’est aussi marquant dans les expériences d’écriture en milieu militant ouvrier, la singularité est porteuse de valeurs et de revendications collectives. Autrement dit, elle exprime du collectif, elle n’est pas prééminence de l’individu.

  • 21 Voici la définition donnée par l’auteur : « façon dont certains individus se comprennent eux-mêmes (...)

44On peut aussi se demander si ces figures singulières contribuent à dessiner une « singularité du monde ouvrier militant ». En effet, elles livrent une autre facette du monde militant ouvrier de la seconde moitié du xxe siècle – l’aspiration à la liberté et le rejet de l’ordre usinier, les combats pour l’emploi se muant en luttes pour le respect de la santé des travailleurs, l’accroissement des rencontres inter-sociales génératrices de liens. Elles conduisent le chercheur à fabriquer une histoire sensible des mouvements sociaux, qui, sans occulter l’analyse des tracts et des revendications, montre le sens que donnent les acteurs aux conflits usiniers. Elles révèlent aussi la construction d’un « soi historique » (Martuccelli, 2006, p. 236)21 particulier qui, croyant toujours au sens de l’histoire, est convaincu de la nécessité de combattre les injustices mais qui peut modifier son rapport au collectif en inventant des formes de contestations usinières nouvelles, en créant des collectifs en marge du mouvement syndical ou en utilisant un autre langage, l’écriture « poéthique ».

45Cette singularité du monde ouvrier militant s’est nourrie d’utopies et des valeurs telles que l’émancipation qui, présente dans la charte d’Amiens, a été largement réactivée au cours des années 1968 dans différents milieux (étudiants, artistiques, scientifiques…). Elle s’est construite aussi sur des rencontres qui, en marge du milieu ouvrier, ont façonné des êtres hybrides.

46Cependant, la singularité qui fait irruption dans les témoignages d’ouvriers et d’ouvrières de l’espace militant puydômois est loin d’être isolée. En ce début du xxie siècle, si on procédait, par une expérience de pensée, au regroupement de toutes les figures singulières du monde militant ouvrier restituées par des recherches ethnographiques, sociologiques ou historiques, alors une constellation surgirait, bien réelle mais invisible à la fois dans la sphère médiatique et le monde ouvrier. Ne faudrait-il pas alors développer des démarches semblables à celle de Pierre Rosanvallon dans Le parlement des invisibles (2014) ?

47Au-delà de ce projet (politique ?), il reste que l’historien peut valoriser les figures singulières rencontrées au cours de ses recherches par le choix d’une écriture polyphonique.

Haut de page

Bibliographie

Beaud Stéphane et Pialoux Michel, 1999, Retour sur la condition ouvrière, Enquêtes aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard.

Carboni Nicolas, 2012, L’agitation étudiante et lycéenne de l’après-mai 1968 à 1986, thèse de doctorat d’histoire, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

Delacroix Christian, 2010, « Histoire sociale », Historiographies, t. 1, Paris, Gallimard, p. 420-435.

Dewinck Jean-Claude, 2012, « Trente ans de luttes institutionnelles 1945-1977 », Santé au travail. Approches critiques, Annie Thébaud-Mony et al. éd., Paris, La Découverte, p. 281-312.

Durozoi Gérard, 2008, Le journal de l’art des années 1960, Paris, Hazan.

Elias Norbert, 1991, La société des individus, Paris, Fayard.

Faure Alain et Rancière Jacques éd., 2007, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique.

Gallot Fanny, 2015, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La Découverte.

Gallot Fanny et Meuret-Campfort Ève, 2015, « Des ouvrières en lutte dans l’après‑68. Rapports au féminisme et subversions de genre », Politix, vol. 109, no 1, p. 21‑43.

Haicault Monique, 2012, « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre » [en ligne], Rives méditerranéennes, no 41, [URL :

http://rives.revues.org/4105

 ; DOI : 10.4000/rives.4105], consulté le 5 décembre 2017.

Hatzfeld Nicolas et Lomba Cédric, 2008, « Unité ouvriers-étudiants : quelles pratiques derrière le mot d’ordre ? », Savoir/Agir, vol. 6, no 4, p. 41-48.

Lahire Bernard, 2014, La culture des individus, Paris, La Découverte.

Léraud Inès et Baldi Guillaume, 2014, « Henri Pézerat, l’homme de l’amiante : le temps des prises de conscience (1/2) », émission Sur les docks, France Culture, 14 mai 2014.

Martuccelli Danilo, 2006, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin.

Noiriel Gérard, 1986, Les ouvriers dans la société française xixe-xxe siècle, Paris, Le Seuil.

Passeron Jean-Claude et Revel Jacques, 2005, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », Penser par cas, J.-C. Passeron et J. Revel éd., Paris, Éditions de l’EHESS, p. 9-44.

Perrot Michelle, 2012, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset.

Pézerat Henri, 2014, Risques, sciences et contre-pouvoirs. Un parcours [en ligne], Association Henri Pézerat (Vécus, Paroles, Mémoires), [URL : http://www.asso-henri-pezerat.org/wp-content/uploads/2014/04/Autobiographie-Henri-P%C3%A9zerat.pdf], consulté le 15 mars 2018.

Ponsard Nathalie, 2013, « Fabrication et appropriation de l’histoire du syndicalisme dans l’univers cégétiste », Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au xxe siècle. Enjeux et héritages, V. Flauraud et N. Ponsard éd., Nancy, Arbre bleu Éditions, p. 87-103.

Rosanvallon Pierre, 2014, Le parlement des invisibles, Paris, Le Seuil.

Schwartz Olivier, 1990, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universitaires de France.

de Singly François, 2003, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Paris, Armand Colin.

— 2005, L’individualisme est un humanisme, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Thébaud-Mony Annie, 2014, La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs, Paris, La Découverte.

Union départementale CGT Puy-de-Dôme et collectif intersyndical des universités Jussieu CFDT, CGT, FEN, 1977, Amiante-Amisol. Plus jamais ça !, Paris, Maspero.

Vigna Xavier, 2012, Histoire des ouvriers en France, Paris, Perrin.

Vigna Xavier et Zancarini-Fournel Michelle, 2009, « Les rencontres improbables dans “les années 68” », Vingtième siècle, vol. 101, no 1, p. 163-177.

Weber Florence, 1989, Le travail à côté, étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA-EHESS.

Haut de page

Notes

1 Dans un premier temps, la collecte de témoignages s’est faite auprès de 35 personnes – âgés de 15 à 25 ans en 1968, étudiants appartenant à différentes sphères politiques (Comité de liaison des étudiants révolutionnaires, Parti social unifié, maoïstes) et ouvriers cégétistes – ayant participé aux manifestations et actions à Clermont-Ferrand. Dans un second temps, le corpus s’est élargi à des militants et militantes cégétistes et cédétistes, acteurs dans des conflits usiniers des années 1970 et 1980 (Ducellier, Société centrale de plastique et de caoutchouc, Amisol). Dans ce cadre, des entretiens plus approfondis ont été menés avec des militantes cégétistes telles que Nicole et Josette dont les parcours singuliers sont analysés ici.

2 La Montagne, 15 mai 1968.

3 Pierre (né en 1950), entretien du 29 juin 2006.

4 Jean-Paul (né en 1947), entretien du 16 mai 2008.

5 Pierre (né en 1950), entretien du 29 juin 2006.

6 Paul (né en 1947), entretien du 16 juin 2006.

7 L’entreprise Ducellier est un équipementier pour l’industrie automobile ; Forgeal et SCAL étaient des entreprises métallurgiques.

8 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 1613 W144 (1961-1974) ; 1831 W 332 (1969-979) Dossiers activités des syndicats.

9 Archives de l’UL CGT d’Issoire et du syndicat CGT Ducellier Issoire ; Archives de l’inspection du travail du PDD ; Fonds d’archives Philippe Munck relatifs à l’affaire Ducellier, IHS CGT Montreuil.

10 Entretien collectif à la maison des syndicats d’Issoire en mars 2011 dans le cadre de l’exposition sur le syndicalisme à Issoire ; entretien de Nicole R. du 24 mai 2013.

11 Plus exactement, dans la postface de La parole ouvrière, Rancière énonce l’idée d’une parole qui est « l’expression d’un travail de la pensée » (Faure et Rancière éd., 2007, p. 341).

12 Destinée aux femmes, cette revue de la CGT s’ouvre aux idées féministes dans les années 1970 sous l’impulsion de sa directrice Christiane Gilles (1975-1981) et de sa rédactrice en chef Chantal Rogerat (1969-1981).

13 Elle ne se souvient pas exactement de la date.

14 Entretien du 24 mai 2013. Notons le passage du je au on dans le paragraphe.

15 Notons que le pop art américain influençait la jeune peinture française (Durozoi, 2008).

16 Au-delà de la difficulté de traduction, le terme peut être défini comme « capacité à agir par-delà les déterminismes », « capacité à se conformer certes, mais également celle de résister, de jouer et déjouer, de transformer », selon Monique Haicault (2012).

17 Entretiens des 24 septembre 2010 et 27 mai 2016 à la Maison du peuple de Clermont-Ferrand.

18 Nous utilisons ce terme en nous référant à la typologie établie par Bernard Lahire (2014) entre « profils culturels consonants » et « profils culturels dissonants ».

19 Elle a par exemple soutenu le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) de Clermont-Ferrand.

20 Le premier texte, Plus jamais ça, a été rédigé le 11 juillet 1977 à Clermont-Ferrand.

21 Voici la définition donnée par l’auteur : « façon dont certains individus se comprennent eux-mêmes comme un produit de l’histoire et en même temps comprennent le sens liminaire de l’histoire à l’échelle de leurs vies ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ponsard, « Figures de la singularité dans le monde ouvrier militant en France (seconde moitié du xxe siècle) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7379 ; DOI : 10.4000/traces.7379

Haut de page

Auteur

Nathalie Ponsard

maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Clermont Auvergne (CHEC)

Haut de page