Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La singularité de l’apparence : une quête esthétique paradoxale sous le joug des normes genrées de beauté

The singularity of appearance: a paradoxical search under the yoke of gendered beauty standards
Marion Braizaz
p. 83-102

Résumés

De nos jours, le corps est pensé comme « porteur du sentiment de soi » (Bromberger et al., 2005). Par le travail de l’apparence, les individus sont ainsi sommés de révéler leur singularité. Cependant, cette quête d’authenticité esthétique n’est pas aisée dans une société où les corporéités sont guidées par des normes de genre particulièrement pesantes en matière d’apparence. Comment conjuguer l’aspiration à la singularité par l’investissement esthétique du corps et la prégnance des normes de genre qui régulent cet investissement ? Dans quelles mesures le travail de l’apparence est-il support de singularité tout en étant encadré par des normes de beauté collectives particulièrement ancrées dans notre société ? Tels sont les questionnements auxquels cet article propose d’apporter des éléments de réponse. Pour ce faire, nous solliciterons les résultats d’une enquête qualitative que nous avons menée entre 2013 et 2014 auprès de 60 individus (32 femmes et 28 hommes) sur leurs expériences esthétiques. Après avoir mis en évidence les préceptes normatifs qui encadrent respectivement l’apparence idéale féminine et masculine, nous montrerons l’inclination des individus pour ces normes de beauté genrée. Nous montrerons ensuite, à partir des discours et des pratiques de nos enquêté-e-s, combien l’ampleur de l’aspiration à la singularité esthétique est prégnante sur notre terrain. Enfin, dans un dernier temps, nous proposerons de nous attarder sur un exemple d’intrication entre désir d’unicité esthétique et respect (ou irrespect) des normes de genre. Pour ce faire, nous présenterons une partie de nos résultats portant sur l’expérience esthétique des femmes confrontées à l’épreuve de l’avancée en âge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On pense notamment aux travaux de Pierre Bourdieu qui désignera l’apparence corporelle comme un si (...)

1Dénoncées, critiquées, jugées, que cela soit dans le monde social ou dans l’espace académique, les pratiques d’embellissement ont longtemps subi (et continuent de subir) les affres de nombreux détracteurs. De fait, depuis que les chercheur-e-s s’intéressent au travail des apparences (notamment des femmes), c’est souvent par le prisme de l’aliénation que les analyses sont menées (Wolf, 1991). Les individus qui s’adonneraient aux soins esthétiques seraient les victimes d’une propagande médiatique et d’une industrie de la beauté surplombante et néfaste. Cette approche critique s’inscrit dans la continuité des premières théories qui ont constitué le champ de la sociologie du corps puisque c’est le plus souvent une orientation structurelle qui a dominé les travaux (Boltanski, 1971) ; l’objet « corps » prenant « la place de lieu et d’instrument de lecture ou d’opérativité de l’ordre social » (Memmi et al. éd., 2009, p. 13)1. D’ailleurs, la thématique de l’apparence a été longtemps ignorée par les sociologues (Fassin et Memmi éd., 2004) et, jusqu’à une période récente, les chercheur‑e‑s n’ont que peu pris en compte l’intentionnalité des pratiques esthétiques. Ils et elles privilégiaient l’analyse du corps esthétisé selon l’angle des inégalités, minimisant le rapport esthétique à soi développé par les individus. Néanmoins, ces dernières années, de nouvelles approches proposent une vision renouvelée sur le travail des apparences au prisme du genre. Tout d’abord, la beauté a été envisagée à travers le concept d’un « capital esthétique » par certain‑e‑s (Hakim, 2010), c’est-à-dire comme un acte de consommation rationnel, mis en œuvre notamment par les femmes. Cette vision s’oppose radicalement à la précédente et considère que les femmes sont à mille lieues de l’aliénation esthétique, mais que, bien au contraire, leurs comportements sont réfléchis et l’objet d’un investissement raisonné dans une société valorisant la mise en scène esthétique de soi. À titre d’exemple, on peut citer les travaux d’Oumaya Hidri qui a notamment enquêté auprès d’étudiant‑e‑s capitalisant sur une esthétique soignée pour favoriser leur entrée dans le monde professionnel (Hidri, 2007). Plus nuancée, une autre approche se situe, quant à elle, à la croisée des deux précédentes. Elle propose, d’une part, d’accorder de la valeur aux relations de pouvoir qui sous-tendent certaines pratiques esthétiques, tout en n’omettant pas, d’autre part, de s’intéresser aux vécus individuels des acteurs et actrices concerné‑e‑s. Les écrits de Kathy Davis portant sur les patientes de chirurgie esthétique aux Pays-Bas relèvent de cette volonté. Cette chercheure aborde la chirurgie comme « l’une des expressions concrètes de l’oppression des femmes » (Ghigi, 2016, p. 82), tout en insistant sur la non-passivité et la « conscience critique » de ses interviewées (Davis, 1995).

2Cette posture compréhensive est celle que nous avons choisie pour appréhender l’expérience esthétique des individus. Sans nier la dimension collective des normes de beauté, nous portons notre regard sociologique sur les expériences subjectives corporelles, sur les « capacités pratiques d’agir des individus en situation » (Martuccelli, 2010) dans l’élaboration de leur apparence. Nous nous opposons aux visions défendant un déterminisme social rigide des pratiques de beauté : ces dernières, trop réductrices, ne peuvent rendre compte de la pluralité des vécus esthétiques contemporains. Nombreux sont les exemples qui illustrent par ailleurs la multiplicité des enjeux liés à l’apparence et la variété des significations qu’elle revêt pour tout un chacun ; nous pouvons citer – en vrac – le militantisme pileux de collectifs féministes, l’essor des salons de tatouage, la revalorisation des esthétiques ridées dans les médias, etc. En adoptant un point de vue compréhensif sur l’expérience esthétique des hommes et des femmes, dans la lignée d’une sociologie de l’individu, notre ambition est d’accorder une « attention [particulière] à la vie ordinaire des individus, à leurs existences, à leurs épreuves, au sens que ces individus donnent à leurs conduites » (Martuccelli et de Singly, 2012, p. 11). Notre volonté est de décrire attentivement les histoires et trajectoires esthétiques des individus, afin de souligner leurs marge de manœuvre et réflexivité. Dans une société où l’intensification du processus d’individualisation constitue une nouvelle clé interprétative du monde social, nos recherches prennent comme postulat de départ que le rapport que tout un chacun développe vis-à-vis de son visage, de son corps, de son apparence est fondamental. Nous rejoignons ainsi les auteur‑e‑s pour lesquels la corporéité s’est vu octroyer – plus intensément – dans le courant du xxe siècle le statut d’étendard de l’identité personnelle (Giddens, 2004), « signe le plus marquant d’un soi individualisé » (Vigarello, 2012, p. 192). Le vécu esthétique des individus, la quête de singularité esthétique de la part des acteurs sociaux, constituerait une composante centrale dans le cadre de leur construction identitaire. Pour précision, lorsque nous parlerons d’apparence, c’est au résultat esthétique fruit du cumul d’un certain nombre de pratiques de beauté, à la fois corporelles (alimentaires, sportives) et d’apparats (vestimentaires, cosmétiques), que nous ferons référence.

3En outre, dès lors que l’on porte son attention sur les tribulations esthétiques des hommes et des femmes, il est bien une modalité sur laquelle il est impossible de faire l’impasse, c’est le caractère genré des apparences. La corporéité est l’un des vecteurs (si ce n’est le plus important) par lequel nous informons, entre autres, sur la facette genrée de notre identité. Et au cours des dernières décennies, les mutations des regards posés sur le corps ont eu un effet non négligeable sur la manière dont certains individus perçoivent et élaborent leur apparence au prisme du genre (Butler, 2006). Les « modèlements » esthétiques sont notamment devenus des étendards politiques se mettant à jouer « les premiers rôles dans les mouvements individualistes et égalitaristes de protestation contre le poids des hiérarchies […] du passé » (Courtine et al. éd., 2011, p. 8). Ils se sont vus accaparés par les individus comme des outils centraux quant au bouleversement des catégories de genre. Les travaux de Christine Bard (2010a ; 2010b) sur l’« histoire politique du pantalon » ou de la jupe témoignent de cette dimension. Dans le cadre de notre volonté d’étudier l’expérience esthétique des individus comme support d’exploration identitaire, la prise en compte de la dimension genrée de l’apparence est ainsi apparue centrale, voire incontournable. Aujourd’hui « la socialisation genrée n’est pas (ou plus) l’imposition d’habitus de genre qui façonneraient la subjectivité de tous » (Macé, 2010, p. 503). Nous avons supposé que l’apparence représentait une théâtralisation de la composante genrée de l’identité des individus, théâtralisation corrélée à un engagement de la part des acteurs sociaux (qui ne sont pas de simples réceptacles). Dans cet article, l’accent sera davantage mis sur la conception du genre comme part centrale du travail d’identification de soi par autrui et par soi ; il sera moins travaillé comme un rapport social dont les formes contemporaines pourraient être décrites à travers la question des apparences. Ce choix de déplacer le curseur analytique de la sorte est volontaire. Bien entendu, il ne s’agit aucunement d’un désir de passer sous silence combien les pratiques esthétiques et les représentations sociales liées à l’apparence sont imbriquées dans des relations de pouvoir relatives à une partition sexuée hiérarchisée (Delphy et al., 2012). Cependant, cette perspective ayant pendant longtemps été l’unique horizon des études de genre s’intéressant aux soins de l’apparence – décrits comme « engrenages d’un système de pouvoir entre les sexes » (Ghigi, 2016) –, nous souhaitons ici mettre en lumière un angle analytique complémentaire.

Méthodologie

  • 2 Nos hypothèses de recherche nous ayant conduite à travailler avec les catégories d’analyse de genr (...)
  • 3 Au cours de notre recherche, suivant une méthode inductive, la conjugalité est devenue une dimensi (...)
  • 4 Au sein de notre corpus, nous comptons 51 personnes se déclarant hétérosexuelles et 9 personnes se (...)
  • 5 Parmi les enquêté-e-s habitant en régions, 5 résident au sein de « grands pôles urbains » (INSEE) (...)
  • 6 F : femmes – H : hommes.

4Afin de clarifier l’ancrage empirique de cet article, nous souhaitons donner quelques précisions. Notre étude s’est effectuée sous la forme d’entretiens semi-directifs, lors desquels notre fil conducteur était de mettre en exergue les modalités de l’expérience esthétique genrée des individus (coûts, bénéfices, vécus, stratégies, dans le rapport à soi et à autrui). Nous avons rencontré 32 femmes et 28 hommes2, âgé‑e‑s de 21 à 52 ans, se déclarant en couple3 (hétéro ou homosexuel)4 et habitant en France : Paris (7), Île-de-France (28), province (25)5. Trois grandes catégories sociales ont été distinguées. Tout au long de cet article, nous qualifierons ainsi de CS‑A les individus de classes aisées, disposant d’un diplôme égal ou supérieur à un bac + 4 et d’un niveau de revenu net mensuel supérieur à 2 000 euros (9F, 11H6). Les enquêté‑e‑s CS‑M (classes moyennes) possèdent quant à eux ou elles un diplôme égal ou supérieur au bac + 2 et inférieur au bac + 5 et reçoivent un salaire mensuel net situé entre 1 200 et 2 000 euros (10F, 8H). Enfin, les personnes que nous nommerons CS‑P (classes populaires) sont sans diplôme ou possèdent un diplôme inférieur ou égal à un bac + 2 et perçoivent un revenu net mensuel inférieur ou égal à 1 200 euros (13F, 9H). Le recrutement des enquêté‑e‑s s’est déroulé via le bouche-à-oreille (au sein de notre réseau de connaissances interpersonnelles). Ce corpus a été construit progressivement et, à chaque entretien, nous avons essayé de faire varier au mieux les caractéristiques sociologiques des individus, notamment en termes de niveau social et culturel.

5Au cours de notre enquête, nous avons travaillé autour de deux hypothèses de recherche. L’une était dédiée à la centralité de l’apparence comme modalité identitaire pour les hommes et les femmes ; l’autre avançait que le vécu esthétique constitue une manière de « faire » le genre (West et Fenstermaker, 2006) pour des individus réflexifs. À la suite de notre terrain, découlant de l’entrecroisement de ces deux hypothèses de recherche, nous avons identifié une tension centrale pour les individus dans le rapport que ces derniers entretiennent avec leur apparence. L’expérience esthétique des hommes et des femmes s’avère prise en étau entre deux aspirations pour le moins difficiles à associer. D’une part, à une époque où le corps et l’apparence sont désormais considérés comme « porteurs du sentiment de soi » (Bromberger et al., 2005), les personnes que nous avons rencontrées insistent sur leur désir de se constituer ce que nous pouvons appeler une singularité esthétique, autrement dit, une apparence révélatrice de leur unicité individuelle. D’autre part, notre matériel empirique nous a révélé combien les normes de beauté genrée avaient une incidence forte sur les vécus esthétiques de tout un‑e chacun‑e. Or comment concilier ces deux aspects ? En nous appuyant sur l’empirique, nous tenterons d’appréhender la manière dont les individus vivent cette ambivalence contemporaine. Tout d’abord, nous mettrons en évidence quels sont les préceptes normatifs qui encadrent respectivement les apparences idéales féminine et masculine et combien ceux-ci respectent une « tradition des apparences », c’est-à-dire une dichotomie corporelle sexuée. Nous montrerons l’inclination des individus pour ces normes de beauté genrée. Puis, dans une deuxième partie, nous aborderons comment, au fil de nos entretiens, nous avons identifié que l’investissement esthétique de nos enquêté‑e‑s témoignait d’une aspiration à la singularité. Enfin, dans un dernier temps, nous proposerons de nous attarder sur un exemple d’intrication entre désir d’unicité esthétique et respect (ou irrespect) des normes esthétiques de genre. Pour ce faire, nous présenterons une partie de nos résultats portant sur l’expérience esthétique des femmes confrontées à l’épreuve de l’avancée en âge.

L’esthétique du genre : quand le corps résiste

  • 7 Linda, une de nos enquêtées, nous dira même qu’il est essentiel pour elle d’« être agréable à rega (...)

6Contrairement à de nombreux domaines de la vie sociale qui ont largement vu évoluer leurs normes genrées associées (rôles familiaux, monde du travail, etc. – Macé, 2015), pour ce qui est de l’univers esthétique, les frontières délimitant les pratiques dites féminines de leurs homologues masculines semblent bien étanches. Que ce soit dans le rapport à soi ou à autrui, notre matériel empirique nous a permis de confirmer combien les normes esthétiques en vigueur relatives à la féminité et à la masculinité mettent en jeu le corps des femmes et des hommes de manière distinctive. À titre d’exemple, les femmes rencontrées ont plus souvent que les hommes relaté leur sentiment d’être en permanence sous le regard d’autrui dans la sphère publique (notamment dans la rue)7. Ce différentiel de vigilance par rapport à l’image que les autres perçoivent de soi renseigne sur la persistance d’asymétries genrées quant aux codes de conduite esthétique attendus des unes et des autres.

7Par ailleurs, dans le cadre de notre terrain, nous avons noté que les enquêté‑e‑s avaient vraiment à cœur de se distinguer du travail esthétique de l’« autre sexe », tel un repoussoir ; à l’image de Steven (31 ans, CS‑P) nous expliquant mettre beaucoup de crème hydratante mais « des trucs de bonhomme, du Nivea men, pas du Neutrogena [rires] », car « Neutrogena, c’est ma mère ». Chez les hommes, le stigmate de l’efféminé est on ne peut plus prégnant dans les discours ; ils ont à cœur d’endosser la simplicité comme valeur absolue de leurs soins esthétiques :

C’est marrant parce que la première phrase qui me vient à l’esprit c’est une contradiction. Ce qui me vient à l’esprit, c’est qu’un homme masculin ne serait pas trop efféminé. (Max, 32 ans, CS‑A)

8Dans leurs propos, « la masculinité [se définit] davantage par ce qu’elle n’est pas que par ce qu’elle est » (Kimmel, 1994, p. 119). Il faut invisibiliser au maximum le souci de son esthétique. Quel que soit leur milieu social, quelle que soit l’intensité de leurs pratiques esthétiques, les hommes clament leur désinvolture. Louis (32 ans, CS-M) nous raconte : « Je serais une fille, je me sentirais peut-être plus guidée par tout ça. […] Mais pour les hommes, on nous montre encore bedonnants dans les pubs. » Cette ode à la simplicité esthétique dont nous font part les hommes peut également, pour certains d’entre eux, faire écho à une volonté de dissimuler le souci de leurs corps :

C’est déjà un soin qui ne se voit pas. Il y a ce côté, les femmes assument complètement, les crèmes, le vernis qui brille, etc. […]. Quand tu prends soin de ton apparence, ça ne doit pas se voir. Et je trouve intéressant aussi d’arriver à évoluer dans ton style vestimentaire ou dans la manière de prendre soin de toi mais sans que personne ne le voit. (Stéphane, 38 ans, CS‑A)

  • 8 Pour précision, les termes « féminité » et « masculinité » renvoient dans ce texte aux « rôles (es (...)

9Quand cet enquêté – dont l’apparence est apprêtée, « vestimentairement » et « cosmétiquement » parlant – nous dit que « les femmes assument complètement », ne faut-il pas ici entendre qu’à l’inverse, « les hommes n’assument pas » ? Et cherchent à invisibiliser leurs pratiques esthétiques ? Par ailleurs, si les hommes ont à cœur de se différencier des pratiques esthétiques féminines, les femmes – dans une moindre mesure – ne sont pas en reste. Il s’agit pour elles d’expliciter la difficulté à atteindre la féminité esthétique8 « idéale » et la prégnance d’une inégalité de genre, mais également (et paradoxalement), de souligner les efforts investis dans ce travail des apparences, en comparaison des hommes, et la fierté inhérente lorsque l’on atteint ses objectifs esthétiques :

C’est vrai que je suis contente d’avoir le physique que j’ai à l’heure actuelle, oui. Mais par contre, c’est vrai que c’est du travail. (Sandrine, 35 ans, CS‑A)

10C’est là une des clés de compréhension du maintien de cet idéal féminin contraignant dans une société traversée par des logiques de bien-être et d’émancipation féminine. Paradoxalement, c’est leur caractère astreignant qui légitime les pratiques esthétiques normatives de la féminité. C’est parce que ces dernières demandent du travail, un investissement, qu’elles suscitent une valorisation pour celles qui les maîtrisent. Telle est la rhétorique de la féminité, décriée et recherchée pour des raisons somme toute équivalentes. « La force de cette injonction consiste à convertir l’effort en une jouissance permanente de surmonter les difficultés » (Le Breton, 2010, p. 149). La féminité, dans les représentations des enquêtées, est une beauté qui n’est pas donnée mais se conquiert, et c’est en cela qu’elle se distingue de l’apparence masculine :

La relation que j’ai avec ma féminité [rires]. Euh… je dirais que j’y travaille. C’est-à-dire que j’y veille toujours. […] je suis maman, et je suis aussi après tout une femme qui a des besoins, de se sentir belle, de se sentir désirée, de se sentir bien dans sa peau, émancipée. (Françoise, 30 ans, CS‑M)

  • 9 Nombre d’auteur-e-s parlent d’une inédite fluidité des esthétiques genrées (Le Breton, 2010) ; si (...)
  • 10 Qu’ils soient eux-mêmes « costauds » ou au contraire « gringalets », les hommes ont mentionné cet (...)

11Outre ce « rejet » respectif inter-genre des expériences esthétiques de chacun, notre terrain a révélé combien femmes et hommes étaient fidèles à la dichotomie corporelle sexuée, à une certaine « tradition des apparences ». En d’autres mots, alors que l’on pourrait penser que les conventions esthétiques genrées s’appuyant la corporéité sexuée ont eu tendance à s’atténuer dans nos sociétés contemporaines9, pour ce qui concerne les enquêté‑e‑s rencontré‑e‑s, nous avons constaté un attachement à ces préceptes. La différence physique sexuée représente en effet l’un des principes essentiels des cadres normatifs de la féminité et de la masculinité. Du côté des femmes, cela s’observe notamment à travers un impératif érotico-esthétique. Il s’agit ici d’un précepte normatif (opposant les corps féminins passifs, objets de désir, à des corps masculins, dominants) qui a fait l’objet de mille accusations dans le monde social et l’espace académique ; mais si les femmes en sont conscientes, elles n’en restent pas moins attachées à la mise en scène de ces attributs sexualisés. Quand Anna (36 ans, CS‑A) nous décrit son apparence féminine idéale, elle nous dira ainsi : « C’est une fille avec des formes. Faut pas qu’elle soit comme un petit garçon. Faudrait qu’elle ait des seins, des fesses. » Qhuyne (45 ans, CS‑M) insistera, quant à elle, sur son goût pour les robes « proches du corps », lui permettant d’« affirmer sa féminité ». Du côté des hommes, le corps sexué a aussi une importance primordiale dans la mise en scène esthétique de soi. Si dans leurs propos, la sobriété (apparente tout du moins) est de rigueur, le modèle de beauté dominant qui ressort néanmoins de leurs discours nécessite un investissement non négligeable en matière de pratiques pour ceux qui souhaitent s’en rapprocher. En effet, celui-ci repose sur une esthétique dont le primat est la « corpolâtrie ». L’un des critères esthétiques récurrents lors des entretiens a été ainsi celui de la carrure et les termes les plus utilisés pour parler de l’apparence idéale d’un homme ont été les mots : « costaud », « prestance », « stature »10. Fabrice (47 ans, CS‑P) nous dira : « Oui, moi, je ne me trouve pas beau, c’est pour ça que je fais du sport je t’ai dit ! [C’est parce que] je ne me trouve pas beau. » Un autre, Jean – à l’opposé sur l’échelle sociale (33 ans, CS‑A) – affirmera « l’archétype de la masculinité c’est ça, c’est un colosse ». En définitive, malgré le bouleversement des catégories dites statutaires depuis la seconde moitié du xxe siècle, on constate combien la partition sexuée de la corporéité constitue encore un point d’ancrage esthétique fort, réinvesti par les hommes et les femmes. Comme l’écrit Judith Butler, « les “personnes” ne deviennent intelligibles que si elles ont pris un genre (becoming gendered) » (2006, p. 83).

12Néanmoins, il existe une restriction quant à cet impératif esthétique. En effet, nous avons constaté que le respect des normes de beauté genrée ne permet pas toujours aux individus de se sentir valorisés ou reconnus lors de leurs interactions sociales. Pour cause, dans notre société, ceux et celles qui présentent une apparence trop conforme à ces normes sont parfois susceptibles d’être pointé‑e‑s du doigt. La femme trop séduisante dont l’apparence serait sophistiquée à l’excès (1), l’homme trop viril par excès de muscles (2) sont le plus souvent taxé‑e‑s de superficialité. La mise en scène esthétique de soi, dès qu’elle adhère trop rigoureusement aux canons en vigueur, est taxée de tromperie :

(1) Par exemple, à l’école où on est, il y a une jeune femme, […] la pauvre, j’ai envie de lui dire, mais enlève ce legging, et tes talons tous les matins, mets ton jogging [rires], on verra que t’es jolie ne t’inquiète pas mais je pense que tu t’attireras moins de foudre. (Julia, 40 ans, CS‑P)
(2) Les gros muscles où tu sais que c’est du faux, parce que la plupart du temps, c’est du traitement chimique, où ils s’injectent des trucs. C’est ridicule. (Antoine, 32 ans, CS‑A)

13Plus encore, derrière cette dénonciation de l’ostentation, se cache souvent un mépris de classe. Nous avons pu identifier combien les vécus esthétiques genrés des hommes et des femmes se trouvaient colorés par le statut social. À ce titre, si les femmes sont très attentives au contrôle de la composante érotique de leur apparence quelle que soit leur catégorie sociale, nous avons remarqué une certaine insistance de nos enquêtées appartenant à des milieux sociaux aisés à se distancer de pratiques esthétiques trop voyantes et vulgaires, qu’elles estiment être le fait des femmes en bas de l’échelle sociale. Selon elles, la féminité esthétique nécessite un apprentissage, à l’issue duquel une distinction s’opère entre celles qui savent manier ce pouvoir genré et les autres.

  • 11 Cette phrase de Clara est survenue à la suite d’une question sur sa manière de prendre soin de sa (...)

Elles sont dans l’excès, une couche de fond de teint comme ça, des boucles d’oreilles comme ça, je trouve qu’il n’y a rien de plus vulgaire. Super-décolleté alors que tu as une poitrine voluptueuse. […] Peut-être que dans leur milieu entre guillemets, c’est des choses auxquelles elles sont habituées, elles ont leurs amies qui aiment ça. (Clara, 35 ans, CS‑A)11

  • 12 Cet état de fait va dans le sens d’autres études sur la question (Clair, 2008).
  • 13 Étant donné la faiblesse de notre effectif d’enquêté-e-s, ces remarques doivent être comprises com (...)

14Du côté des hommes, la corpolâtrie traverse plus uniformément les classes sociales, elle surplombe les pratiques de tous. Néanmoins, si les hommes appartenant aux catégories sociales moyennes et aisées sont représentés dans tous les profils esthétiques rencontrés (des plus investis aux plus fatalistes), ce n’est pas le cas des hommes de classes populaires dont le spectre des possibles esthétiques semble plus restreint12. Moins enclins à explorer des chemins esthétiques tels que les soins cosmétiques ou la mode, ils sont nombreux dans notre corpus à se heurter aux normes esthétiques viriles (difficiles à mettre en œuvre) et à développer un rapport frustré à leur apparence13.

15Quoi qu’il en soit, si le respect du caractère genré des apparences est un précepte fort de nos jours, il est une autre injonction esthétique – dont l’ampleur n’est pas négligeable – auquel les individus se doivent aussi de répondre, il s’agit de l’injonction à être singulièrement « soi » par le biais de son apparence. « Se fabriquer un corps […] [est devenu] un mode de revendication identitaire du sujet incarné » (Andrieu, 2008, p. 89), et les acteurs sont ainsi sommés de rendre compte par leur apparence de leur unicité. Dans les discours des enquêté‑e‑s, cela se traduit le plus souvent par la formulation d’une aspiration récurrente : « être bien dans sa peau », autrement dit, assumer sa singularité esthétique.

  • 14 Question de l’enquêtrice : « Au quotidien, qu’avez-vous envie de communiquer avec votre apparence  (...)

Qu’est-ce que je veux dire avec mon apparence14 ? Bah je ne sais pas, que je suis en adéquation avec moi-même, par exemple… (Linda, 37 ans, CS‑P)

Le travail des apparences : vacuité ou singularité esthétique ?

16La thèse relative à « une société du spectacle » en perdition (Barus-Michel 2011), privilégiant les images et les apparences – et faisant ainsi l’impasse sur le principe d’authenticité –, a marqué les représentations (savantes et ordinaires) relatives aux pratiques esthétiques. Dans le cadre de notre terrain, ce discours autour d’une « vacuité » de l’apparence ne nous a pas été épargné. Les enquêté‑e‑s se sont ainsi attaché‑e‑s en début d’entretien à dénoncer l’artificialité du travail esthétique et à accuser une exponentielle compétition pour acquérir la corporéité la plus enviable ; à l’image de Célia parlant de « jeu de dupes », de « société extrêmement théâtrale » ou de Louis (32 ans, CS‑M) expliquant qu’« on est tous des petits moutons à faire ce que les sites Internet, les magazines de mode nous disent ». Ce discours critique sur une « société de l’image » (qui sous-entend une opposition entre le paraître – faux – et l’être – vrai) pourrait être interprété par le biais des travaux (« hypermodernes ») relatifs au concept de l’identité comme « dissémination ». Pour ces derniers, l’accroissement de l’intérêt porté à l’apparence est à appréhender comme un symptôme de l’évanescence de l’identité des individus qui jouent les nomades esthétiques (Lipovetsky et Serroy, 2013).

17Pourtant, peut-on vraiment parler d’une évanescence esthétique des individus ? Bien au contraire, au cours de notre enquête, nous avons remarqué combien le travail des apparences des enquêté‑e‑s s’avérait en lien avec des temps de réflexivité et plus particulièrement avec une mise en cohérence de leurs parcours esthétiques. Il y a ainsi un décalage fort entre le discours que les individus tiennent sur la place de l’apparence dans notre société (qu’ils qualifient d’artificielle et d’instrumentalisée lorsqu’ils parlent des « autres ») et leurs propres vécus esthétiques, pensés comme singularisants. Pour appréhender cette distorsion, nous souhaitons présenter une anecdote qui nous a été relatée par Carla. Lorsque celle-ci nous a raconté les différentes étapes de son soin de l’apparence, elle s’est remémoré une époque où elle avait tenté de se construire une apparence « immuable ». Qu’entendait-elle par là ? Face à la « pression » esthétique qu’engendrait pour elle l’obligation d’être responsable de son image, cette jeune femme âgée alors de 25 ans avait pris le parti de résoudre la situation en se créant une apparence sur mesure, identique chaque jour, et qui lui éviterait ainsi tout tracas, qui annihilerait « la contrainte d’essayer de plaire », « d’être bien perçue au boulot » (selon ses propres termes). Pendant environ six mois, cette enquêtée s’est donc vêtue de la même façon :

Ça me revient maintenant… Il y a très, très longtemps […] j’en avais marre des habits, j’en avais marre du look, et j’avais décidé de m’habiller toujours pareil, pour ne plus avoir à réfléchir le matin, je ne sais pas, ça m’insupportait à l’époque. Bon, c’était assez moche ce que j’avais choisi, avec le recul, j’avais acheté que des corsages blancs, j’avais une veste noire, un pantalon noir et j’ai fait ça, et j’ai tenu six mois en fait, parce qu’au fond c’était insupportable. Le concept me plaisait vachement, de mettre toujours les mêmes fringues. […] C’était aussi me construire une identité, qui était à moi, qui ne ressemblait à personne d’autre, qui serait toujours la même, mais ce n’est pas possible parce qu’on évolue. (Carla, 48 ans, CS‑M)

18Cette histoire atypique révèle à quel point faire le choix de son apparence peut représenter un enjeu individuel d’une teneur intense. Ici, la décision de s’élaborer une esthétique permanente et définitive peut s’interpréter de plusieurs manières. D’un côté, cette enquêtée justifie cette tentative comme un refus des impératifs esthétiques contemporains, un refus de rentrer dans le rang des normes de beauté genrée. Avant l’extrait ci-dessus, Carla nous explique que la place de l’apparence dans notre société est « super-importante », que « l’habit fait le moine aujourd’hui malheureusement », que « même [elle] juge les gens » et qu’« [elle s’]en veut d’être comme ça ». C’est ainsi qu’elle se souvient de sa propre expérience vestimentaire lorsqu’elle avait 25 ans, qui peut être par conséquent analysée comme un acte militant de résistance au primat de l’esthétique. Néanmoins, d’un autre côté, ce choix de s’habiller quotidiennement de la même façon, c’était aussi (et surtout ?) « me construire une identité, qui était à moi, qui ne ressemblait à personne d’autre », souligne Carla. Derrière les discours sur la vacuité esthétique contemporaine, ne doit-on donc pas lire – en contraste – un attachement à l’expressivité de la corporéité, une aspiration à une authenticité esthétique ?

Oui tu as toujours envie de plaire, c’est évident, […] mais je trouve ce qui est vraiment important, c’est l’honnêteté. Je ne peux plus plaire en n’étant pas qui je suis. (Stéphane, 38 ans, CS‑A)

19D’ailleurs, il est intéressant de remarquer l’attachement des enquêté‑e‑s à leurs apparences. En effet, nous avons par exemple eu pour habitude de les interroger sur ce qu’ils aimeraient changer esthétiquement chez eux s’ils le pouvaient et leurs réponses ont été quasi unanimes ; la majorité ne s’imaginait pas avec une apparence différente, aussi minime soit le changement. Si l’on pourrait être tenté de penser que ces réponses vont dans le sens d’une revendication de « naturalité » ou d’une posture militante contre la chirurgie esthétique, il nous semble que l’analyse doit être envisagée sous un autre prisme. Puisque ce qui ressort des propos des enquêté‑e‑s, c’est surtout l’idée qu’une modification d’apparence (et/ou une modification de ses pratiques esthétiques) entraînerait une sorte de trouble identitaire, à l’image de Carla qui s’exclame : « On [me] donne la grandeur, la blondeur, je serais paniquée, qu’est-ce que j’en ferais de ce truc, je n’ai pas du tout envie de changer », ou de Déborah qui – parlant du maquillage – nous répond : « C’est pas quelque chose que j’ai envie de faire, je n’ai pas envie de transformer, mes traits, mes caractéristiques. » C’est sur la durée que se joue l’appropriation de son apparence, de sa singularité esthétique. Comme nous l’expliquera Magalie : « On se fait à soi au fur et à mesure du temps. » Cette expression illustre bien la démarche des hommes et femmes que nous avons rencontré‑e‑s : « se faire à soi », c’est adopter une posture réflexive d’acceptation de sa singularité corporelle (de ses défauts et qualités), mais pas d’une façon passive, car cela s’appuie sur des pratiques devenues routinières.

Mais il y a des choses pour lesquelles je suis satisfait hein, ma taille [sourires], bravo, […] 1,75 m, donc je considère que je suis parfait en termes de taille, j’ai des yeux bleus, magnifiques. J’ai des mains superbes. Voyez je me contente de peu de choses [rires]. […] Cette notion, d’acceptation de soi, c’est un truc que je travaille et j’y arrive, ça y est je commence mais sur le tard. […] Quand on commence à accepter de ressembler à soi. (Rémy, 46 ans, CS‑A)

  • 15 Il existe bien sûr des groupes sociaux valorisant la pilosité capillaire des hommes, à l’instar de (...)

20« Accepter de ressembler à soi », ce verbatim de Rémy rend compte du parallélisme qui s’opère entre le cheminement réflexif lié à l’appropriation esthétique de soi et le cheminement réflexif plus général des individus quant à leur parcours de vie. Parcours de vie qui s’avère marqué par des étapes esthétiques spécifiques. Les propos d’Armand ou encore de Louis, dont les choix pileux dissonants par rapport aux normes de beauté genrée en vigueur (Bromberger, 2015) sont relatés comme étendard de leur personnalité, sont – à cet égard – significatifs. L’un a porté les cheveux longs pendant plusieurs années15, l’autre s’épile les jambes toutes les semaines :

Je m’étais dit, « tant que je ne reviens pas dans la région, je ne me coupe pas les cheveux ». Donc voilà, ça a duré trois ans. […] Vivre à Paris, ce n’était pas un choix et à Créteil d’autant moins, donc je ne m’y retrouvais pas. Et la blague que je faisais à chaque fois, quand on me demandait pourquoi je me laissais pousser les cheveux, je disais, je suis un peu le Robinson sur mon île et moi mon île c’est l’Île-de-France [rires]. (Armand, 42 ans, CS‑M)

Je m’épile. Ça je le fais parce que j’ai l’impression que c’est plus hygiénique. Ça c’est vraiment pour ça que je l’avais fait au départ. […] maintenant je le fais peut-être moins pour l’apparence, pour ressembler à un tel ou à un tel, je le fais vraiment pour moi. (Louis, 32 ans, CS‑M)

  • 16 Pour autant, le travail des apparences n’est pas un privilège de classe, puisque nous avons rencon (...)

21Ainsi, si le « souci de singularité » (Martuccelli, 2010, p. 28) transparaît dans les discours des individus comme une conviction, une représentation de soi en termes de je plutôt que de nous, cette quête d’unicité se manifeste aussi dans la réalité de certaines pratiques esthétiques. Marquées par l’idéal d’authenticité qui caractérise nos sociétés (Taylor, 1989), les trajectoires des individus ne sont pas condamnées au malaise esthétique. La confrontation entre normes de beauté genrée et désir esthétique de singularité ne conduit pas forcément à une tension. L’imbrication est possible en jonglant avec des attributs esthétiques où la labilité est permise socialement, à l’image des poils et cheveux masculins. À titre d’illustration, si les deux enquêtés ci-dessus s’autorisent des écarts esthétiques, ce n’est pas sans lien avec le fait que tous deux possèdent un corps « musclé » leur « autorisant » cette entorse. En outre, notre enquête nous permet également d’affirmer qu’il existe un éventail des possibles esthétiques plus restreint pour les hommes de milieux populaires. Comme l’ont montré d’autres études sur le sujet (Mardon, 2010), l’homme efféminé n’a vraiment pas bonne presse parmi les classes populaires et le brouillage des frontières de genre (esthétiques) se refuse plus aisément16.

(In)adéquation aux normes esthétiques pour une adéquation esthétique à soi

  • 17 Au regard de notre terrain, nous n’avons pas relevé d’éléments significatifs liés à la classe soci (...)

22Lors de l’avancée en âge, nous avons constaté chez les femmes une forme d’indulgence esthétique corrélée à un vœu de privilégier leur « bien-être » et leur unicité. À partir de l’âge de 40 ans, ces dernières ont ainsi tendance à envisager l’avancée en âge comme un élargissement du champ des possibles esthétiques, qui peut même mener à la transgression des normes de beauté genrée. Plus précisément, nous en avons identifié deux manifestations17.

Se découvrir une apparence « érotique » : jouer avec une féminité que l’on avait rejetée

23Nous l’avons évoqué précédemment, l’un des piliers du cadre normatif de la féminité est relatif au caractère « érotico-esthétique » de l’apparence des femmes, dont l’équilibre est instable. En effet, si les femmes sont sommées de travailler leur sensualité esthétique, cette responsabilité peut parfois se transformer en culpabilité, voire en stigmate de vulgarité, si elles font l’erreur de séduire esthétiquement de manière excessive. Lors du vieillissement corporel, cet enjeu s’intensifie. Comme le rappelle Claudine Sagaert, « le corps de la femme usée, affaiblie, […] suscite d’acerbes critiques » (2015, p. 57). Plus particulièrement, dans les représentations, l’érotisme esthétique lui est socialement interdit. Jean-Claude Kaufmann (1995) l’avait observé lors de son enquête sur les seins nus : les poitrines affaissées ne sont pas légitimes à s’exposer. Néanmoins, depuis quelques années, on constate dans le secteur de la mode, des médias, ou encore du cinéma, une transformation importante des représentations ayant trait à l’esthétique des femmes « matures » de plus de 40 ans. En effet, une inflexion majeure se joue à notre époque, la beauté féminine ne serait plus l’apanage d’une seule tranche d’âge. Cet infléchissement n’est pas anodin et il peut faire l’objet de deux interprétations complémentaires : nous pouvons le penser comme un durcissement des injonctions esthétiques à l’égard des femmes (condamnées à « plaire » et à affronter le passage des années, quel que soit leur âge), ou à l’inverse comme un élargissement du champ des possibles esthétiques (l’âge n’entraînant plus un basculement obligatoire du côté de la pudeur). Au regard de nos observations empiriques, c’est plutôt cette deuxième hypothèse que nous retiendrions inscririons. En effet, nous avons noté dans notre enquête que les femmes s’accordent – passé un certain âge – une relative « liberté » esthétique (du fait notamment d’un travail réflexif d’appropriation), transgressant ainsi, d’une certaine manière, les préceptes de la féminité. Continuer à porter des attributs perçus comme « érotiquement » féminins (décolletés, jupes, talons) alors que « l’on n’est plus sur le marché », sous-entendu de la séduction, peut s’interpréter comme un délit d’ostentation assumé et revendiqué en tant que tel par nos enquêtées :

Je suis un peu entre les deux, j’essaie de prendre un peu de recul par rapport à ça, mais, en même temps je ne veux pas non plus devenir, moche très vite, j’ai vu beaucoup de copines à moi, baisser les bras rapidement, des femmes de mon entourage, très rapidement se laisser aller, se couper les cheveux, parce que passé un certain âge, on n’a plus les cheveux longs. Tu vois […] je trouve ça dommage. (Julia, 40 ans, CS‑P)

Je trouve que même au niveau vestimentaire, on se sent plus femme. […] Je fais plus de magasin, je me mets plus en robe, je me mets plus de talons, je me maquille, ce que je ne faisais pas auparavant. […] ça me fait du bien. (Pascale, 47 ans, CS‑P)

Défier l’injonction à l’effort esthétique : se distancer d’une féminité « passée »

24Si certaines femmes choisissent de renforcer leur esthétique genrée comme étendard d’un rapport apaisé à leur corporéité âgée, comme marqueur de singularité, d’autres préfèrent s’orienter, avec l’âge, vers une nouvelle décontraction, réalisant ainsi un pied de nez à leur socialisation historique dans un ascétisme esthétique féminin. Moins de maquillage, un changement de garde-robe pour tendre vers davantage de confort, leur idée est de trouver l’équilibre entre les habitus incorporés depuis l’adolescence et les aspirations à un bien-être sans astreinte. Loin de nous l’intention d’affirmer que l’avancée en âge n’est corrélée à aucune inquiétude, que le décalage entre sa propre apparence et les normes de beauté de la féminité ne provoque chez nos enquêtées aucun malaise. Néanmoins, avec l’âge, les femmes que nous avons rencontrées paraissent gagner en confiance, comme si les épreuves passées leur avaient permis de se bâtir une estime personnelle plus forte. À la suite d’années de régimes, de contrôle, d’adéquation aux normes de la féminité, il ne s’agit pas de rejeter tous les codes sociétaux de beauté, mais plutôt de se donner le droit de s’écouter plus attentivement, afin de comprendre les changements qui s’opèrent et de se les approprier. D’ailleurs, nous avons relevé un champ lexical relatif à une prise de décision plutôt qu’à un abandon de soi lors de l’avancée en âge : « je sais qui je suis » ; « je n’ai pas envie » ; « j’ai compris », etc. À titre d’illustration, nous pouvons citer Pascale, 47 ans, qui, pour répondre à la question « quelle image avez-vous envie de donner de vous aujourd’hui (versus hier) », nous parle de liberté : « Quelqu’un qui soit bien dans ses baskets, puis libre, oui libre. »

Donc voilà, je pense qu’aujourd’hui, plus qu’il y a dix ans, en même temps c’est un peu normal, je m’assume pleinement. Et je pense avoir trouvé un équilibre, entre mes aspirations, entre qui je pense être et aussi l’image que je veux donner de moi. (Célia, 36 ans, CS‑M)

Bon bah j’ai beaucoup de cheveux blancs voilà [rires], mais pour avoir fait une tentative pour les premiers, mais qui ont mis deux ans à revenir à une couleur normale, j’ai décidé que je ne ferai plus rien. J’assume. (Nathalie, 45 ans, CS‑P)

  • 18 Nous ne pouvons nier, par exemple, que l’âge avançant, les contraintes se multiplient pour suivre (...)

25Après avoir enduré une socialisation forte, relative à la maîtrise de leur rôle esthétique féminin, nos enquêtées manifestent une volonté – au cours de leur parcours – de repenser leur féminité. Après des années d’astreinte, les cartes sont rebattues et les femmes s’autorisent à transgresser des préceptes esthétiques pourtant prégnants. Pour anecdote, le récent ouvrage de la romancière Sophie Fontanel sur l’acceptation de ses cheveux blancs, dans lequel elle écrit « à cinquante-trois ans, j’ai entrepris d’apparaître » (2017, p. 12), fait particulièrement écho à notre terrain. Évidemment, l’idée n’est pas de céder à une vision caricaturalement positive et homogène de la féminité esthétique, qui serait bien évidemment erronée (notamment au prisme de l’avancée en âge, puisque rappelons ici d’ailleurs qu’aucune de nos enquêtées n’a plus de 50 ans)18. Néanmoins, il nous semble que des cheminements réflexifs se décèlent dans le discours des enquêtées et qu’ils méritent que l’on y prête attention. Paradoxalement, la contrainte inégalitaire du « paraître » qui incombe aux femmes depuis leur enfance a pour conséquence que ces dernières construisent avec leur corps une relation de grande proximité. Cette connaissance de soi nous semble être en partie responsable d’une capacité des femmes à prendre du recul sur les mutations corporelles subies lors de l’expérience du vieillissement et à privilégier leur unicité corporelle. Les écarts de conduite esthétique des femmes sont révélateurs d’une mouvance, d’une réinterprétation des normes de genre à l’échelle individuelle.

Conclusion

26« La souveraineté de soi » (Martuccelli, 2002, p. 52) d’un point de vue esthétique est, tout à la fois, une aspiration et une injonction. C’est notamment ce qu’ont souligné Michela Marzano et Sylvie Giet dans l’ouvrage Soyez libres ! C’est un ordre portant sur la presse de genre qui « [fait] du corps un roi et un esclave », écrivent-elles (Giet, 2005, p. 4). Et si la relation des individus à leur esthétique s’apparente à une quête de singularité, celle-ci s’avère balisée par des normes collectives genrées pesantes. Nos résultats le soulignent, les modèles traditionnels de beauté genrée, dont l’ancrage est la dichotomie corporelle sexuée, perdurent ; ils continuent de surplomber les constructions identitaires des hommes et des femmes. Néanmoins, à travers cet article, nous avons voulu démontrer que la quête d’authenticité esthétique n’était pas seulement l’apanage des individus aux pratiques de beauté subversives. En effet, si les thématiques de la fluidité et de la performativité des apparences genrées (nous pensons aux travaux sur les corps et esthétiques trans) ont été relativement documentées et discutées (les études récentes sur la beauté genrée ont souvent eu tendance à questionner les marges), le travail des apparences des individus « ordinaires » en revanche reste encore peu exploré sous l’angle du rapport à soi. Pourtant, le respect des normes de beauté genrée n’est pas antinomique à la réflexivité esthétique. Charles Taylor écrit : « On n’est soi-même que parmi les autres. On ne peut devenir un moi sans référence à ce qui nous entoure » (1989, p. 28). Cette citation donne une résonance particulière aux propos et pratiques de nos enquêté‑e‑s. Oui, la singularité esthétique pourrait être analysée comme une fiction que se racontent les acteurs sociaux, cependant, notre terrain nous montre qu’elle ne peut se limiter à cette perspective. Elle est un moteur. Les arbitrages réalisés par les hommes et les femmes pour se positionner (en distanciation ou en incarnation) par rapport aux normes de beauté genrée qui les entourent induisent des parcours esthétiques marqués par une quête d’unicité. Il ne s’agit pas d’une recherche d’adéquation aux normes esthétiques de genre par les individus, mais d’une recherche d’adéquation esthétique à un soi genré que notre terrain nous a donné à voir. Les assemblages esthétiques révèlent des marges de manœuvre, même si celles-ci s’avèrent corrélées à certaines situations sociales (avancée en âge pour les femmes, milieux sociaux aisés pour les hommes). Notre ambition ici était de présenter une sociologie de l’apparence au prisme du genre, qui envisage cet objet « apparence » avant tout comme une expérience réflexive – quelles que soient les pratiques – à laquelle chacun‑e se trouve confronté‑e. Aujourd’hui, la théâtralisation esthétique du genre constitue un support identitaire central qui se doit d’être analysé selon cet idéal de réalisation de soi qu’est la singularité.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu Bernard, 2008, « Mon corps est remarquable ! », Informations sociales, vol. 145, no 1, p. 82-89.

Bard Christine, 2010a, Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances, Paris, Éditions Autrement.

— 2010b, Une histoire politique du pantalon, Paris, Le Seuil.

Barus-Michel Jacqueline, 2011, « Une société sur écrans », Les tyrannies de la visibilité, N. Aubert et C. Haroche éd., Toulouse, Érès, p. 23-37.

Boltanski Luc, 1971, « Les usages sociaux du corps », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 26, no 1, p. 205-233.

Bourdieu Pierre, 1977, « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 14, no 1, p. 51-54.

Bromberger Christian, 2015, Les sens du poil, une anthropologie de la pilosité, Ivry-sur-Seine, Creaphis Éditions.

Bromberger Christian, Duret Pascal, Kaufmann Jean-Claude, Le Breton David, de Singly François, Vigarello Georges, 2005, Un corps pour soi, Paris, Presses universitaires de France.

Butler Judith, 2006, Trouble dans le genre, trad. C. Kraus, préface d’Éric Fassin, Paris, La Découverte.

Clair Isabelle, 2008, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin.

Courtine Jean-Jacques, Corbin Alain, Vigarello Georges éd., 2011, Histoire du corps, t. 3, Les mutations du regard. Le xxe siècle, Paris, Points.

Davis Kathy, 1995, Reshaping the Female Body. The Dilemma of Cosmetic Surgery, New York-Londres, Routledge.

Delphy Christine, Molinier Pascale, Clair Isabelle, Rui Sandrine, 2012, « Genre à la française ? », Sociologie, vol. 3, no 3, p. 299-316.

Fassin Didier et Memmi Dominique éd., 2004, Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS.

Fontanel Sophie, 2017, Une apparition, Paris, Robert Laffont.

Ghigi Rossela, 2016, « Beauté », L’encyclopédie critique du genre, J. Rennes éd., Paris, La Découverte.

Giddens Anthony, 2004, La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, trad. J. Mouchard, Paris, Éditions du Rouergue.

Giet Sylvette, 2005, Soyez libres ! C’est un ordre : le corps dans la presse féminine et masculin, Paris, Éditions Autrement.

Hakim Catherine, 2010, « Erotic capital », European Sociological Review, vol. 26, no 5, p. 499-518.

Hidri Oumaya, 2007, « Le “chassé-croisé” des apparences sexuées : stratégie d’insertion professionnelle des cadres commerciaux », Cahiers du genre, vol. 42, no 1, p. 101-119.

Kaufmann Jean-Claude. 1995, Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des seins nus, Paris, Nathan.

Kimmel Michael, 1994, « Masculinity as homophobia : Fear, shame, and silence in the construction of gender identity », Theorizing Masculinities, H. Brod et M. Kaufman éd., Thousand Oaks (CA), SAGE Publications, p. 119-142.

Le Breton David, 2010, « Ingénieurs de soi : technique, politique et corps dans la production de l’apparence », Sociologie et sociétés, vol. 42, no 2, p. 139-151.

Lipovetsky Gilles et Serroy Jean, 2013, L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris, Gallimard.

Macé Éric, 2010, « Ce que les normes de genre font aux corps / Ce que les corps trans font aux normes de genre », Sociologie, vol. 1, no 4, p. 497-515.

— 2015, L’après-patriarcat, Paris, Le Seuil.

Mardon Aurélia, 2010, « Sociabilités et travail de l’apparence au collège », Ethnologie française, vol. 40, no 1, p. 39-48.

Martuccelli Danilo, 2002, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

— 2010, « Philosophie de l’existence et sociologie de l’individu : notes pour une confrontation critique » [en ligne], SociologieS, [URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3184], consulté le 23 février 2018.

Martuccelli Danilo et de Singly François, 2012, Les sociologies de l’individu : domaines et approches, Paris, Armand Colin.

Memmi Dominique, Martin Olivier, Guillo Dominique éd., 2009, La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS.

Rocamora Agnès, 2007, « La femme des foules : la passante, la mode et la ville », Sociétés, vol. 95, no 1, p. 109-119.

Sagaert Claudine, 2015, Histoire de la laideur féminine, Paris, Imago.

de Singly François, 2001, « Charges et charmes de la vie privée », Masculin-féminin: questions pour les sciences de l’homme, J. Laufer, M. Maruani et C. Marry éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 149-167.

Taylor Charles, 1989, Sources of the Self, Cambridge, Cambridge University Press.

Vigarello Georges, 2012, « Le défi actuel de l’apparence », Communications, vol. 91, no 2, p. 191-200.

West Candace et Fenstermaker Sarah, 2006, « “Faire” la différence », trad. L. de Verdalle et A. Revillard, Terrains & travaux, vol. 10, no 1, p. 103-136.

Wolf Naomi, 1991, Quand la beauté fait mal, Paris, First.

Haut de page

Notes

1 On pense notamment aux travaux de Pierre Bourdieu qui désignera l’apparence corporelle comme un simple « produit social » dont les propriétés sont distribuées inégalement entre les classes (1977, p. 51).

2 Nos hypothèses de recherche nous ayant conduite à travailler avec les catégories d’analyse de genre, d’orientation sexuelle et de classe, nous n’avons pas souhaité pour cette enquête intégrer l’apparence corporelle « raciale » des individus dans notre démarche. Pour information, la majorité de nos enquêté-e-s sont ainsi perçu-e-s comme « blanc-he-s » et le faible effectif de personnes rencontrées « racisées » ne nous a pas donné la possibilité d’établir de pistes de réflexion sur cette composante analytique.

3 Au cours de notre recherche, suivant une méthode inductive, la conjugalité est devenue une dimension clé. Comme, d’une part, les individus n’ont de cesse d’évoquer leur partenaire et que, d’autre part, notre volonté était de mettre en perspective les expériences des hommes et des femmes, le choix d’intégrer la variable « couple » nous a semblé particulièrement légitime. D’autant que la socialisation conjugale détient une place clé dans la reconnaissance de la composante genrée de l’identité (Singly, 2001).

4 Au sein de notre corpus, nous comptons 51 personnes se déclarant hétérosexuelles et 9 personnes se déclarant homosexuelles (6 femmes et 2 hommes).

5 Parmi les enquêté-e-s habitant en régions, 5 résident au sein de « grands pôles urbains » (INSEE) comme Lyon ou Toulouse et 20 personnes vivent dans des milieux davantage ruraux (communes entre 5 000 et 20 000 habitants), à l’instar de la commune d’Oyonnax dans l’Ain. Pour information, les enquêté‑e‑s demeurant en Île-de-France habitaient tous et toutes à moins de 30 minutes d’une station de métro et/ou RER.

6 F : femmes – H : hommes.

7 Linda, une de nos enquêtées, nous dira même qu’il est essentiel pour elle d’« être agréable à regarder ». On pense à la citation du poète John Berger : « Les femmes se voient observées » (Rocamora, 2007).

8 Pour précision, les termes « féminité » et « masculinité » renvoient dans ce texte aux « rôles (esthétiques) de genre » en écho à la définition de ce concept par Danilo Martuccelli : « Le rôle établit un lien entre les structures sociales et l’acteur, rattachant des modèles de conduites aux divers statuts ou aux positions sociales, garantissant ainsi la stabilité et la prévisibilité des interactions, puisqu’il signale le comportement attendu de quelqu’un d’autre en fonction de la place [ici donc le genre] qu’il occupe dans un système social donné » (2002, p. 141). Cette conceptualisation permet d’appréhender les pratiques et vécus esthétiques comme participant à l’expression (et à la construction) de l’identité de genre. Elle permet de ne pas sous-estimer l’importance du cadre normatif « genré » de la beauté, tout en ouvrant une voie analytique à l’étude des différentes « manières » de vivre son « rôle esthétique de genre », et par là même des différentes « manières » de « faire le genre » (West et Fenstermaker, 2006).

9 Nombre d’auteur-e-s parlent d’une inédite fluidité des esthétiques genrées (Le Breton, 2010) ; si nous ne remettons pas en question l’existence de pratiques de beauté subversives, révélatrices d’une époque, nous souhaitons néanmoins nuancer ces affirmations, car il existe aussi de multiples expériences esthétiques genrées radicalement opposées.

10 Qu’ils soient eux-mêmes « costauds » ou au contraire « gringalets », les hommes ont mentionné cet impératif esthétique.

11 Cette phrase de Clara est survenue à la suite d’une question sur sa manière de prendre soin de sa propre apparence. C’est ainsi qu’elle a abordé des pratiques esthétiques qu’elle n’aime pas, pratiques « d’autres femmes » qui, selon elle, « s’enlaidissent plus qu’autre chose ».

12 Cet état de fait va dans le sens d’autres études sur la question (Clair, 2008).

13 Étant donné la faiblesse de notre effectif d’enquêté-e-s, ces remarques doivent être comprises comme des hypothèses de travail, à étayer dans le futur par de nouvelles études empiriques.

14 Question de l’enquêtrice : « Au quotidien, qu’avez-vous envie de communiquer avec votre apparence ? »

15 Il existe bien sûr des groupes sociaux valorisant la pilosité capillaire des hommes, à l’instar des communautés musicales où reggae et dreadlocks vont de pair. Néanmoins, un survol des magazines masculins rend compte d’un primat fort des cheveux courts quant à l’imaginaire social de l’esthétique masculine idéale.

16 Pour autant, le travail des apparences n’est pas un privilège de classe, puisque nous avons rencontré des hommes situés en haut de l’échelle sociale développant une relation à leur corps marquée par le fatalisme.

17 Au regard de notre terrain, nous n’avons pas relevé d’éléments significatifs liés à la classe sociale quant à ces deux manifestations. Il conviendra de mener une nouvelle enquête (avec un effectif plus large) pour intégrer cette variable à l’analyse.

18 Nous ne pouvons nier, par exemple, que l’âge avançant, les contraintes se multiplient pour suivre les codes de la féminité et qu’il est difficile de respecter les canons de la jeunesse et du dynamisme des chairs lorsque les rides s’accumulent. Cela pourrait expliquer le désengagement esthétique de certaines. Qui plus est, cette prise de distance concorde aussi avec une image reconnue comme « légitime » d’une femme, qui à partir d’un certain âge se doit d’être moins « séductrice » et donc moins « apprêtée ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Braizaz, « La singularité de l’apparence : une quête esthétique paradoxale sous le joug des normes genrées de beauté », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7574 ; DOI : 10.4000/traces.7574

Haut de page

Auteur

Marion Braizaz

Chercheuse en sociologie associée à l’Université de Genève (IRS)

Haut de page