Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Exemplarité et singularité dans le champ politique. Les livres des politiques

Exemplarity and singularity in the political field: the case of politicians’ books
Christian Le Bart
p. 161-182

Résumés

La norme de singularité s’est depuis les années 1990 diffusée au sein d’un champ politique pourtant traditionnellement caractérisé par le poids exceptionnel des institutions. L’objectif de cet article est d’analyser cette diffusion à partir d’un objet spécifique : le livre politique. L’étude d’un corpus de 210 publications de la période 1958-2011 permet de repérer les évolutions du genre. Le livre politique est au début de cette période marqué par la force de l’emprise institutionnelle sur les auteurs, ministres ou leaders partisans. Le souci d’exemplarité (gouvernementale ou militante) domine. Les choses changent avec la banalisation du modèle gaullien qui établit au sommet de l’État un droit au style que revendiqueront non seulement ses successeurs mais aussi tous les présidentiables. Le livre politique actuel s’affranchit de l’exemplarité institutionnelle : les politiques marquent leur distance à l’égard de l’exigence de loyauté (valorisation du franc-parler) ; en empruntant à l’autobiographie et à l’idéologie de l’authenticité, ils bousculent l’exemplarité institutionnelle.

Haut de page

Texte intégral

1Formulée depuis quelques années avec insistance, la thèse de l’individualisation des sociétés occidentales a souvent pris pour objets les pratiques sociales présentant une forte dimension de réflexivité identitaire et d’expressivité (Bauman, 2001 ; Le Bart, 2008 ; Martuccelli et de Singly, 2009). L’individu de la « seconde modernité » post-68 se caractériserait par le souci de s’épanouir, y compris au travail, de se retrouver au travers de loisirs, et de développer d’une façon générale des pratiques qui lui correspondent. La sociologie de l’individu a ainsi été amenée à s’intéresser aux pratiques artistiques et plus largement aux loisirs dits créatifs. Leur diffusion bien au-delà des élites qui les ont longtemps monopolisés est un indicateur de la démocratisation de la réflexivité identitaire et du désir qui la sous-tend de se singulariser. Écrire, dessiner, composer… autant de façons d’être soi, d’exprimer ce que l’on a au fond de soi, ce je-ne-sais-quoi qui est supposé constituer la singularité de chacun bien au-delà des rôles que la société assigne et définit (Heinich, 1995).

2La banalisation de l’injonction à être soi et de la revendication d’authenticité personnelle fragilise toutefois les institutions. Le modèle sociologique durkheimien classique construit autour du triptyque rôle / socialisation / institution reposait sur une équation qui valait aussi bien pour la famille que pour l’entreprise, l’école, le parti politique ou l’association : les individus étaient pris en charge par les institutions, celles-ci leur assignaient des rôles contraignants mais distribuaient en échange de leur conformisme des rétributions multiples (diplômes, salaires, image de soi valorisante…). Ce modèle ici qualifié de classique n’a évidemment pas disparu, mais il est fragilisé par la revendication d’authenticité, qui joue contre le conformisme des rôles (Dubet, 2002).

3L’objectif de cet article est précisément de mesurer la tension entre ces deux modèles d’organisation à l’échelle d’un univers a priori moins exposé que d’autres aux risques d’individualisation : l’univers politique. Les institutions y sont encore solides, les rôles exigeants, les écarts peu envisageables. Journalistes, commentateurs, et électeurs (pour partie) continuent à projeter sur cet univers un certain nombre d’attentes qui participent de la rigidité des rôles, comme le démontrent par exemple les verdicts de présidentiabilité qui scandent les campagnes présidentielles et qui contribuent à la sélection des candidats. Notre hypothèse est pourtant que sur ce terrain comme sur d’autres, le changement est à l’œuvre. Singularité et authenticité trouvent place au cœur des présentations de soi des professionnels de la politique, bousculant le modèle classique d’une exemplarité forcément impersonnelle. Énarques impeccables, hommes d’État ou grands commis de l’État, notables ou militants dévoués… ces déclinaisons de l’exemplarité politique doivent composer avec une injonction à la singularité portée principalement par les médias. Au porte-parole terne, ceux-ci préfèrent le politique vrai, sans langue de bois, qui acceptera de livrer des anecdotes sur les coulisses de la vie politique, de médire des membres de son propre parti, de dire en toute sincérité ses états d’âme, et même de parler de sa vie privée (Le Bart, 2013).

4Nous mobilisons pour notre démonstration un matériau particulier : les livres publiés par les personnalités politiques (Le Bart, 2012). L’écriture occupe une place de choix dans la réflexion sociologique sur la singularité. Comme on l’a suggéré précédemment, elle fait partie de ces activités à forte dimension réflexive qui témoignent de l’individualisation du social. L’autobiographie, la tenue d’un journal constituent les exemples visibles de ce recentrage sur soi et de cette réflexivité identitaire, que ce soit en tant que genres littéraires consacrés ou en tant que pratiques sociales ordinaires (Lejeune, 1971). Certes, il existe également des écritures d’institution : un rapport administratif, un article destiné à une revue scientifique, une décision de justice ou un projet de loi sont des textes dont la légitimité est adossée au refus de toute subjectivité et de toute singularité. Le juge, le législateur, le savant ou le fonctionnaire (on retrouve ici la théorie des rôles) travaillent jusque dans l’écriture à s’effacer en tant qu’individus singuliers (Née et al., 2017). Et s’ils n’y parviennent pas, la valeur institutionnelle de leur production en sera affectée. Le monde de l’écriture est donc lui-même partagé entre un pôle qui valorise l’authenticité, la subjectivité et la singularité (c’est le pôle littéraire) et un pôle qui valorise l’impersonnalité et l’effacement de soi (c’est le pôle institutionnel). Le livre, en tant que dispositif, penche évidemment du côté du pôle littéraire par la reconnaissance d’une auctorialité qui en singularise la production. Mais que dire du livre politique ?

5Le corpus que nous avons collecté pour analyser le monde politique à l’aune de cette problématique est constitué de plus de 200 livres politiques publiés par des professionnels de ce secteur (ceux que nous appelons, faute de mieux, des personnalités politiques), et ce depuis 1958, année de naissance de la Cinquième République. Livres-programmes, livres-entretiens, Mémoires et autobiographies : le livre politique (entendu donc comme livre de politique) se déploie dans toute sa diversité, avec des fortunes éditoriales très contrastées. Sans être indifférent aux verdicts du marché, nous privilégierons une approche par les contenus afin de mesurer la place prise par la revendication de singularité. Les politiques qui publient se contentent-ils de s’adosser aux rôles que les institutions (partis politiques, gouvernements, parlements, collectivités…) leur ont confiés ? Sont-ils soucieux de d’abord démontrer leur exemplarité dans l’accomplissement de ces rôles ? Ou bien le livre est-il l’occasion de dire, sur le ton d’une confession intimiste que n’autorisent guère les institutions, des états d’âme, des sentiments, des émotions ? Est-il l’occasion de parler de soi au-delà du rôle, indépendamment de lui, voire contre lui, pour se donner à voir comme vrai ?

Méthodologie

Nous définissons le livre de politique par la matérialité de l’objet livre (ISBN, mention d’un éditeur, présence en librairie…) et par la position du signataire (professionnel de la politique). De fait, le marché du livre de politique est pour l’essentiel un marché national : des éditeurs nationaux (parisiens) publient des acteurs politiques ayant le statut de « personnalités politiques nationales », ce qui suppose un capital politique préalable et une certaine visibilité (les éditeurs sont très réticents à publier des inconnus). Nous refusons en revanche de prendre en compte le critère du genre littéraire : les politiques publient des biographies historiques, des Mémoires, des romans, et pas seulement des livres-programmes. L’hybridation des genres (entre autobiographie et programme, par exemple) étant même une des caractéristiques de la production actuelle, elle doit être interrogée.
Ainsi défini, le livre (de) politique demeure un objet difficile à saisir. Les frontières en restent poreuses (un ministre « issu de la société civile » est-il un professionnel de la politique ?), le recensement des ouvrages parus est difficile, leur consultation compliquée par d’éventuelles rééditions, tout comme est aléatoire la hiérarchie que l’on est tenté d’établir entre livres qui seraient importants (ceux qui se vendent ? ceux dont on parle ?) et livres plus ordinaires. Enfin, il est très difficile, même sur la base d’un corpus comme le nôtre (210 ouvrages publiés depuis 1958), de construire des indicateurs quantitatifs pour donner à voir sous une forme objectivée les évolutions que suggère l’analyse de contenu (Maingueneau, 1991). L’essentiel du propos repose sur l’examen attentif du péritexte (Genette, 1987), ce métadiscours par lequel l’auteur dit qui il est, quel est son projet, et à qui il s’adresse. Le péritexte constitue ici le meilleur indice de singularisation pour peu qu’il explicite un type d’auctorialité (livre signé du seul politique plutôt que livre collectif), un projet d’écriture (envie personnelle d’écrire plus souvent que commande), un mode de production du texte (écriture singulière et originale plutôt qu’entretiens ou collection de textes déjà parus), le choix d’un ton (libre, voire relâché), l’usage du je (plutôt que du nous), le type de relation avec le lecteur (confidence intimiste plutôt que parole publique), et finalement l’envie de parler de soi (anecdotes, vie privée, souvenirs d’enfance…) : autant d’indicateurs difficiles à quantifier mais qui, parce qu’ils convergent, font sens.

6Notre hypothèse est, on l’a compris, que la norme de singularité s’observe y compris en politique (et de manière croissante), et que le livre est un bon moyen d’en mesurer la force. La démonstration se fera en trois temps, au fil d’une chronologie qui vise à montrer les changements à l’œuvre. La prégnance des logiques institutionnelles a longtemps fait obstacle à l’expression de la singularité, ce qui avait pour effet d’enfermer la publication politique dans un cadre très restrictif. Le livre (de) politique était rare et formaté, les institutions ne concédant que difficilement le droit à l’auctorialité (1). Lorsqu’ils prenaient la plume, les politiques ne faisaient que prolonger et mettre en discours les formes d’exemplarité auxquelles ils étaient par ailleurs tenus : loyauté institutionnelle, désintéressement, sérieux et rigueur, sens de l’intérêt général, probité, sang-froid et retenue émotionnelle, disposition à l’effacement. Cette restriction sera bousculée depuis un lieu très particulier : la présidence de la République. Le général de Gaulle a en effet contribué à faire admettre (et à imposer) une définition du chef d’État en rupture avec l’impersonnalité antérieure. Le président doit désormais avoir un style, y compris au sens littéraire du terme. La singularité s’esquisse, et ce modèle est naturellement repris par les successeurs du président, par les candidats, puis par ceux, très nombreux, qui veulent afficher leur présidentiabilité (2). Les années 1990-2000 ont enfin vu se banaliser des revendications de singularité qui vont bien au-delà du style. Les politiques revendiquent plume en main le droit d’être soi, quitte à assumer une certaine contre-exemplarité, synonyme d’authenticité et de singularité. Le souci d’exister auprès de médias de moins en moins institutionnels les pousse à rompre avec la retenue jadis exigée, quitte à construire collectivement de nouvelles formes paradoxalement très standardisées de présentation de soi. La singularité, entendue comme droit à exister au-delà des normes associées aux rôles endossés, devient-elle à son tour norme ? L’auctorialité qui se déploie au fil des ouvrages, parce qu’elle emprunte au ton de la confession intimiste et sincère, n’exclut plus une certaine distance à la loyauté institutionnelle : les auteurs peuvent critiquer durement leur parti ou même s’exprimer contre le gouvernement auquel ils ont appartenu et se libérer des rôles institutionnels (3).

7Le tableau ci-dessous synthétise ce modèle, en distinguant deux périodes, celle de l’écriture institutionnelle ‑ impersonnelle, puis celle de l’écriture singulière ‑ contre‑exemplaire. Le début des années 1990 est à l’évidence le moment du glissement, avec la parution d’une série d’ouvrages novateurs : autobiographies intimistes (Le pouvoir et la vie de Valéry Giscard d’Estaing en 1988 et 1992 ; C’est en allant vers la mer de Laurent Fabius en 1990 ; La tentation de Venise d’Alain Juppé ou bien Vérités et tabous de Michèle Barzach en 1993), ouvrages de personnalités n’hésitant pas à s’exprimer avec franchise et en leur nom personnel (Édouard Balladur en 1992, mais surtout, au Parti socialiste en 1994, Martine Aubry, Marie‑Noëlle Lienemann, Jean‑Luc Mélenchon, Pierre Moscovici…), détour par la biographie historique comme pour renouer avec la figure du politique - homme de lettres (Louis Napoléon le Grand de Philippe Séguin en 1990 ; Henri IV de François Bayrou en 1993 ; Georges Mandel de Nicolas Sarkozy en 1994).

Tableau 1

Écriture institutionnelle ‑ impersonnelle Écriture singulière ‑ contre‑exemplaire
Période Jusqu’à la fin des années 1980 Début des années 1990
Fréquence de publication Faible Forte
Droit au style Monopole présidentiel Banalisation (présidentialisme ordinaire)
Rapport aux institutions Loyauté (gouvernementale, partisane) Distanciation (« franc-parler » du « franc-tireur »)
Type de légitimité Exemplarité Singularité
Énonciation Impersonnelle (effacement du je) Personnalisée (dimension autobiographique)
Lecture du monde social Expertise impersonnelle Vécu, terrain, anecdotes

Des publications longtemps dé-singularisées

8L’auctorialité conférée par la publication d’un livre a longtemps été incompatible avec la logique institutionnelle prévalant en politique. L’éthique du sacrifice et du désintéressement supposait une sorte de renoncement à soi qui trouvait dans l’action et le dévouement à autrui sa traduction la plus évidente. Alors même qu’ils se trouvent souvent, par leur origine sociale et leur formation, disposés à exceller sur le terrain de l’écriture, les professionnels de la politique vont progressivement apprendre à renoncer à cette pratique. Si publication il y a, celle-ci sera plus collective qu’individuelle, plus institutionnelle que personnelle, et davantage orientée vers l’exemplarité que vers la singularité.

Une pratique marginale

9Nul besoin de remonter aux exemples prestigieux de Chateaubriand, Lamartine ou Hugo pour trouver trace d’un lien étroit entre disposition littéraire et endossement d’un rôle politique. À mesure pourtant que ce secteur d’activité se professionnalise et devient de plus en plus collectif (Gaxie, 1996), le profil d’écrivain (et même d’« écrivant ») va perdre en pertinence. Au moment même où la littérature, reprenant les registres de légitimation propres au monde de l’art en général, s’assume de plus en plus comme l’univers de la subjectivité et de la singularité (Proust plutôt que Zola), la politique se structure en collectifs (les partis, les assemblées) qui imposent une discipline de plus en plus forte. Discipline de vote au sein des groupes parlementaires, solidarité gouvernementale, discipline de parole, discipline face aux décisions d’investiture… Les professionnels de la politique apprennent, d’abord à gauche mais ensuite également à droite, à se penser comme éléments d’un collectif auquel ils doivent leur position. Les notables qui auraient la faiblesse de croire que leur seul nom suffit à l’élection se rallient progressivement à la discipline partisane.

  • 1 Une exception fameuse : André Malraux, ministre du général de Gaulle, à la fois écrivain et politi (...)

10Cette logique d’enrôlement institutionnel s’impose donc, y compris à ceux qui disposent de ressources individuelles et qui pourraient espérer exister par la seule force de leur personnalité. De Léon Blum à François Mitterrand s’impose la figure de l’homme de lettres contrarié, devant renoncer à l’écriture (et donc à une certaine forme de singularité) pour entrer dans le jeu politique professionnalisé. Celui-ci suppose de privilégier l’action au service des autres, bien loin donc de l’égotisme qui préside à l’expression ou à la recherche d’une quelconque singularité1. Les débuts de la Cinquième République marquent paradoxalement la victoire de cette impersonnalité politique. Certes, ils signifient l’arrivée au pouvoir d’un homme, le général de Gaulle, dont l’aura et l’autorité charismatique s’accordent mal avec ce modèle d’impersonnalité, et qui est même précisément auréolé d’une légitimité littéraire. Mais dans le même temps, la Cinquième République fait accéder au gouvernement une nouvelle génération de hauts fonctionnaires habités par une conception très administrative du service de l’État (Dulong, 1997). Ministres techniciens, grands commis de l’État ou serviteurs de l’État : les termes utilisés à l’époque disent bien la norme d’impersonnalité qui prévaudra désormais au sommet de l’État. En rupture avec les dérives politiciennes de la Quatrième République, il s’agit désormais d’agir plus que de débattre, et de mettre en avant les collectifs plutôt que d’inconciliables ego. Le général et lui seul occupe la scène médiatique ; ses ministres se contentent, selon la formule d’Olivier Guichard dans Mon général (1980), de « servir ».

11L’écriture a peu sa place dans un tel système. Le service de l’État est privilégié, conformément à un imaginaire de l’abnégation et de la discrétion qui est peu compatible avec le désir de singularisation à même de nourrir le désir d’écrire ou de publier. Ceux qui estiment avoir des dispositions sur ce terrain doivent attendre d’être en retraite (et en retrait) pour publier leurs Mémoires. Le genre est ancien et témoigne assez clairement de la tension propre au champ politique professionnalisé, qui tout à la fois recrute au sein d’élites culturelles prédisposées à valoriser l’écriture et impose des formes de discipline qui interdisent de se mettre en avant. Les Mémoires sont la solution qui permet de surmonter cette tension. Ils sont la récompense d’hommes empêchés de s’exprimer tant qu’ils étaient en fonction et qui prennent enfin le temps de le faire. Force est au demeurant de constater que lorsqu’ils le font (on pense par exemple aux Mémoires d’Olivier Guichard ou de Jacques Chaban-Delmas), ils ne s’affranchissent pas complètement de l’habitus du serviteur de l’État habitué à s’effacer. Ceux qui témoignent des années passées auprès du général de Gaulle se contentent volontiers d’une posture de témoin, loin de toute revendication de singularité.

12Le cas d’Olivier Guichard est particulièrement révélateur de cette logique. Longtemps cantonné dans la publication de rapports qui relèvent d’une auctorialité plus experte ou bureaucratique que littéraire (Aménager la France, 1965 ; Vivre ensemble, 1976), il sacrifie progressivement aux joies d’une écriture plus subjective, à mesure que s’éloigne la perspective d’occuper les fonctions politiques les plus exposées. Il est encore ministre lorsqu’il publie Un chemin tranquille (1975), mais plus libre des contraintes de rôle lorsqu’il publie chez Grasset Mon général (1980). Le premier texte emprunte au genre des Mémoires mais contient aussi une dimension programmatique. Le second, plus détaché, est un portrait du général de Gaulle à la fois très admiratif, très déférent (« le mot servir me plaît », p. 471), mais il est aussi la confirmation d’une subjectivité qui n’hésite plus à s’affirmer (c’est toute l’ambiguïté du titre : Mon général). En 1999, l’ancien ministre cette fois-ci complètement en retrait publiera Vingt ans en 40, récit autobiographique à la tonalité encore plus intimiste.

13Jacques Chaban-Delmas adopte un positionnement proche. Il ne publie guère tant qu’il est en activité. Son premier livre, L’ardeur, est une autobiographie qui date de 1975 : elle est publiée dans la foulée de sa défaite à la présidentielle de 1974. Le temps de l’écriture s’accélère au fil d’un retrait progressif du champ politique. Alternant ouvrages autobiographiques, ici encore orientés autour de la figure du général de Gaulle, et ouvrages historiques sur Montaigne ou sur Aliénor d’Aquitaine, il prend le parti d’un repli sur le passé et sur Bordeaux, qui montre clairement que le temps de l’écriture n’est plus celui de l’action politique.

  • 2 Indépendamment de notre corpus, nous recensons 54 ouvrages imputables aux 16 Premiers ministres de (...)

14Pour le reste, les politiques publient peu, en particulier s’ils occupent des positions de pouvoir : agir mobilise la personne tout entière, et le service des autres suppose de renoncer à toute démarche centrée sur soi2. Si publication il y a, celle-ci est plus institutionnelle qu’individuelle, réduisant à néant le potentiel de singularisation associé à l’auctorialité.

Une pratique institutionnelle

  • 3 Sur les 75 ouvrages de notre corpus publiés entre 1958 et 1985, 22 (soit 29 %) proposaient le port (...)

15Écriture d’État à droite, écriture partisane à gauche : le parallèle est sans doute schématique, mais il exprime finalement assez bien la convergence des contraintes qui pèsent, jusqu’aux années 1980, sur l’écriture politique. Si l’on met de côté le genre des Mémoires que l’on vient d’évoquer, on peut en effet distribuer les publications selon cette double logique. La droite au pouvoir ne tolère de publication que sous la forme d’un discours d’État auquel le politique peut certes prêter son nom (« rapport Guichard », « rapport Peyrefitte »), mais qui est nécessairement inscrit dans une logique de dé-singularisation et d’impersonnalité bureaucratique. La personnalité politique est seulement là pour orchestrer, traduire, synthétiser, monter en généralité. Elle le fait en sollicitant non pas sa propre singularité mais son exemplaire disposition à parler le langage de l’institution et de l’intérêt général, le langage d’État. Si ce travail finalement presque plus administratif que politique donne lieu à publication, celle-ci sera souvent polyphonique, le politique apparaissant le temps d’une préface, mais sans signe ostensible de singularité. Pas question par exemple de faire figurer sa photographie en couverture : ce serait personnaliser un discours que l’on souhaite au contraire impersonnel3.

16Un bon exemple de cette production d’État est fournie par le rapport dit Peyrefitte, publié en 1976 à la Documentation française et réédité en livre de poche trois ans plus tard, en 1979. Tous les indicateurs de dépersonnalisation et de désindividualisation de l’auctorialité sont présents : l’énonciation se veut collective (sur la couverture de l’édition de poche, le nom d’Alain Peyrefitte est suivi de ceux de Michel Crozier, Jean-Claude Thoenig, Octave Gélinier et Élie Sultan) ; Alain Peyrefitte ne signe que l’avant-propos et l’introduction ; les droits d’auteur, nous dit-on, sont « intégralement versés à la Fondation de France » ; est reproduite page 54 la lettre de mission signée du Premier ministre Pierre Messmer et dont ce rapport est le fruit ; et le texte lui-même adopte le ton impersonnel du rapport analytique (« Il a semblé utile », p. 5 ; « nos travaux », p. 6 ; « réflexion collective », p. 7 ; les références renvoient toutes à l’édition de 1976). L’avant-propos se termine ainsi :

Les pages que l’on va lire se trouvent avoir joué un rôle à la fois modeste et décisif : celui d’un germe. Elles ont proliféré. Leurs idées en ont engendré d’autres, souvent voisines, parfois inverses, mais qui lui doivent leur incipit. Les auteurs souhaitent qu’elles continuent demain, et qu’elles continuent à éclairer un important débat national en nourrissant la réflexion collective. (p. 9)

17En accordant aux « pages » et aux « idées » le statut d’acteur agissant, en replaçant les auteurs du rapport (au pluriel) dans une configuration large (commanditaires et public), le texte désamorce l’auctorialité traditionnellement associée à l’édition en général et au livre de poche en particulier.

18Le même mécanisme s’observe chez ceux qui, éloignés du pouvoir, font de la politique au sein des organisations partisanes d’opposition. La gauche, communiste ou socialiste, et dans une moindre mesure les centre-gauche et centre-droit privilégient une énonciation partisane qui utilise le livre comme média permettant de toucher l’opinion publique, et ce d’autant plus dans un contexte politique de défiance à l’égard du présidentialisme imposé par le général de Gaulle. Diluant les profits symboliques associés à l’auctorialité, le jeune Parti socialiste, comme la SFIO avant lui, se veut collégial, y compris en contexte d’élection présidentielle. La réflexion y est collective, le parti s’est doté d’une ligne idéologique, d’un programme commun de gouvernement, et s’il abrite de fortes personnalités, celles-ci sont incitées à travailler ensemble. Concrètement, cela aboutit à la production d’ouvrages marqués par des dispositifs éditoriaux visant à cantonner les personnalités sollicitées en deçà de l’auctorialité. Le mécanisme bien connu selon lequel le livre participe à faire exister son auteur est ici neutralisé : c’est le parti que le livre fait exister. Lorsque Guy Mollet publie chez Fayard Les chances du socialisme en 1968, il évoque explicitement un projet « impersonnel » (p. 12), aux antipodes de l’autobiographie (qualifiée de « monument d’autosatisfaction », p. 12). Il s’agit, en s’adossant au nous partisan, de « présenter aussi simplement que possible la pensée socialiste contemporaine » (p. 7). Le rapport à l’auctorialité est à bien des égards, à gauche, analogue au rapport à la logique de présidentialisation qui inspire la Cinquième République : l’auteur est toléré en couverture du livre comme le candidat à l’élection présidentielle est toléré puisqu’il faut bien se prêter à ce jeu imposé par le général de Gaulle. Publié en 1969, l’ouvrage Le PSU et l’avenir socialiste de la France est ainsi signé Michel Rocard (celui-ci est même photographié en couverture) mais le texte est largement polyphonique, avec la participation de Roland Cayrol, Jean‑Marie Domenach, Jacques Julliard ou encore Jean Lacouture. Les dix-sept thèses du PSU (Parti socialiste unifié) sont exposées telles quelles, ainsi qu’elles ont été votées au congrès de Dijon cette année-là. Interviewé, Michel Rocard se voit rappeler qu’il a été « désigné » pour représenter le parti à la présidentielle, façon de dire que sa qualité principale sera la loyauté institutionnelle. Même contrat de lecture avec Un socialisme du possible, signé François Mitterrand et paru en 1970 au Seuil. La Convention des institutions républicaines y est omniprésente. Le leader socialiste est interrogé, après quoi le « contrat socialiste » est présenté comme un « travail collectif » (p. 43) auquel ont aussi participé Claude Estier, Pierre Joxe et Pierre Mauroy.

19L’analyse vaut a fortiori pour le PCF, la définition du parti comme « intellectuel collectif » ayant pour conséquence une « lutte sans répit contre les “personnalités” » (Pudal, 1989, p. 210) : le nous partisan rend impersonnelles toutes les énonciations, que ce soit celle du leader Georges Marchais (qui publie sous son nom Le défi démocratique en 1973 ou Parlons franchement en 1977) ou celle des autres personnalités de l’appareil. C’est ainsi que Pierre Juquin désamorce toute possibilité d’imputation et de capitalisation sur sa personne pour l’ouvrage Le sens du réel, un communisme de notre temps qu’il signe en 1971 chez Grasset :

  • 4 Sur la place des intellectuels au sein du PCF, voir Matonti (2005).

Chaque communiste s’exprime, dans un livre, en son seul nom personnel, quand il ne s’agit pas d’un document élaboré collectivement ou en qualité de membre d’un collectif responsable […]. Mais la théorie qu’on décèlera […] ne peut être que la théorie et la politique du PCF, dont je suis responsable comme l’un des 400 000 militants […]. J’ai le parti pris de la fidélité […]. [Je veux] ne rien dire que ce sur quoi nous sommes tombés d’accord. (p. 10)4

20L’homologie forte entre auctorialité littéraire et présidentialisme à la française, dont sauront si bien jouer le général de Gaulle et ses successeurs, est encore suspecte à gauche dans les années 1960 et même 1970. Le livre est toléré comme outil de communication, mais on le dépersonnalise autant que faire se peut au profit d’une énonciation aussi collective que possible. On retrouve cette tendance y compris au sein la droite non gaulliste, par exemple dans l’ouvrage Imaginer l’avenir, publié en 1972 chez Grasset, préfacé par Valéry Giscard d’Estaing, mais présenté en couverture comme somme de « propositions libérales établies par le Club Perspectives & Réalités ». Leadership et auctorialité ne s’affichent que du bout des lèvres…

L’ambiguïté de l’écriture présidentielle : le droit au style

21La singularité a pénétré le champ politique et a touché les professionnels de ce secteur à partir d’un point très précis : la présidence de la République telle qu’elle a été construite en 1958 (et en 1962). « Clé de voûte des institutions », le chef d’État a le droit et même le devoir d’incarner la fonction (Lacroix et Lagroye éd., 1992). Cela suppose un dépassement de l’exemplarité impersonnelle.

La rupture gaullienne

22C’est le paradoxe de la Cinquième République que de superposer au mouvement précédent de marginalisation du livre politique un mouvement inverse de forte présidentialisation, auquel l’auctorialité la plus traditionnelle, celle qui emprunte à la figure classique de l’écrivain, doit beaucoup. Reléguant ses ministres dans l’ombre (y compris le premier d’entre eux), le général de Gaulle concentre sur sa personne l’attention des médias. Entre institutionnalisation du charisme et charisme d’institution, il monopolise la production symbolique au fil de rituels fameux (conférences de presse, déplacements en province et à l’étranger, etc.) qui actualisent et prolongent sa légitimité historique. La personnalisation du régime et de l’État est-elle pour autant singularisation ? Le détour, de la part de l’intéressé, par la littérature plaide en ce sens : non seulement l’homme du 18 Juin publie entre 1954 et 1959 des Mémoires de guerre, mais en plus il démontre ce faisant un tempérament d’écrivain salué au-delà de ses soutiens politiques habituels (Hourmant, 2010). Le style littéraire n’anticipe-t-il pas le style présidentiel, l’un et l’autre contribuant à singulariser la figure du futur chef d’État ?

23La singularité gaullienne connaît cependant des limites fortes. La première tient à la persistance d’une logique d’exemplarité qui encadre très strictement l’amorce de singularisation par l’écriture. Certes, le général de Gaulle est émancipé, lorsqu’il rédige ses Mémoires, de toute pesanteur institutionnelle (gouvernementale et partisane). Il écrit en homme libre et en homme seul. Mais l’absence de rôle institutionnel au sens classique du terme ne doit pas faire oublier la rigidité du rôle que l’homme du 18 Juin s’est lui-même construit : il lui faut être son personnage. Comme n’importe quel homme d’institution, il se doit d’être à la hauteur… Les Mémoires parues chez Plon portent trace de cette contrainte très forte : il lui faut, contre vents et marées, être de Gaulle :

Le fait d’incarner [la France] allait commander mon comportement et imposer à mon personnage une attitude que je ne pourrais plus changer. Ce fut pour moi, sans relâche, une forte tutelle intérieure en même temps qu’un joug bien lourd. (t. 1, 1954, p. 111)

24Prisonnier de son personnage, le général de Gaulle échappe au modèle précédent d’impersonnalité institutionnelle mais pas à celui de l’exemplarité. S’il est, y compris après 1958, plus libre que quiconque à l’endroit des institutions (il aura beau jeu en 1962 de se moquer de ceux qui lui reprochent de violer une Constitution qu’il avait lui-même fait rédiger !), il est en même temps plus contraint que quiconque par l’idée qu’il se fait de sa mission et par cette « certaine idée de la France » qui l’habite. D’où, dans les Mémoires de guerre, une paradoxale posture d’écriture qui sacrifie le de Gaulle écrivain (on ne le voit jamais écrire) au de Gaulle personnage. L’homme public exemplaire qui fait l’histoire efface l’auteur en train d’écrire comme il efface l’homme privé, conformément aux logiques d’impersonnalité déjà mentionnées. Le texte est riche d’indices en ce sens : le général de Gaulle parle de lui à la troisième personne, il ne dit rien de sa vie privée (maladie, deuils…), il passe presque sous silence les états d’âme qui l’ébranlent comme pour ne pas égratigner la figure héroïque qu’il est en train de construire. L’exceptionnalité du personnage se nourrit davantage d’exemplarité que de singularité, même si d’une certaine façon les deux se rejoignent.

25Les considérations sur le style littéraire du général suggèrent des conclusions du même ordre. Certes, on loue les talents de l’écrivain. Mais on salue surtout son classicisme, à rebours des penchants égotistes de la littérature contemporaine. On le situe dans le droit fil d’une tradition classique qui court depuis Chateaubriand au moins, et qui se caractérise par la rigueur et l’absence de fantaisie. Et c’est paradoxalement cette raideur un peu désuète qui le singularise. En matière d’écriture comme en matière politique, c’est donc au final par l’obéissance exemplaire et exceptionnelle aux normes les plus exigeantes qu’il parvient à créer un personnage à même de se prévaloir d’une double légitimité (littéraire et politique). L’équation symbolique se noue autour d’une double exemplarité : celle du de Gaulle acteur de l’histoire et celle du de Gaulle écrivain classique.

26Après 1965, on entrevoit chez le général de Gaulle des formes de singularité plus franchement contre-exemplaires, par exemple dans le choix d’expressions relâchées ou dans les réparties savoureuses qui démontrent que l’homme du 18 Juin pouvait alors, face à l’opinion publique, s’affranchir des formes les plus convenues de l’exemplarité institutionnelle. N’ayant plus grand-chose à prouver, n’étant prisonnier d’aucune des institutions qu’il a créées, il semble alors pouvoir s’affranchir des contraintes au moins formelles qui définissent son rôle. L’attitude de ses successeurs est évidemment toute différente.

La présidentiabilité

  • 5 Voir aussi, en ce sens, la fameuse « lettre à tous les Français » que François Mitterrand publiera (...)

27Les successeurs du général de Gaulle inscrivent docilement leur pratique dans la continuité du rôle tel que celui-ci l’a défini. C’est pour eux le meilleur moyen de capitaliser sur le charisme d’institution associé à une telle fonction. La question est cependant pour chaque nouveau président de savoir comment trouver le point d’équilibre entre une exemplarité impersonnelle et terne qui les placerait en deçà de la fonction et une singularité hors de propos dans une France encore très marquée par la raideur des institutions d’État. Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing tentent de moderniser et de rajeunir la fonction, mais domine chez eux la volonté d’être dans la filiation de leur glorieux prédécesseur. Cette bonne volonté s’observe sur le terrain de l’écriture. Georges Pompidou se contente de quelques textes politiques, mais sans doute son image d’agrégé de lettres et de normalien (on lui doit une Anthologie de la poésie française) a-t-elle suffi à laisser entrevoir une personnalité singulière derrière le masque de l’homme d’État. L’équation se complique avec la génération suivante ; François Mitterrand joue pleinement la carte de l’écrivain empêché, se risquant à la contre-exemplarité lorsque par exemple il affiche son admiration pour des écrivains de droite et même d’extrême droite (Jacques Chardonne, Ernst Jünger). S’il se prête à l’occasion au jeu de l’écriture collective au sein du Parti socialiste, il cherche aussi à exister individuellement en empruntant à une auctorialité quasi littéraire au fil de textes qui, sous forme de journaux et de chroniques écrits au fil des événements, marient les registres les plus divers (La paille et le grain, 1975 ; L’abeille et l’architecte, 1978). Le propos est toujours pour partie politique, mais la prétention littéraire est bien là, par laquelle celui qui n’est encore que premier secrétaire du Parti socialiste inscrit ses pas dans ceux de son glorieux prédécesseur. C’était au demeurant tout le paradoxe du Coup d’État permanent, publié en 1964, à la fois réquisitoire sévère contre le présidentialisme gaullien et hommage implicite à la stratégie de l’homme du 18 Juin : comme lui, Mitterrand emprunte à la légitimité littéraire pour forger, en établissant une relation directe avec l’opinion, une image d’homme d’État au-dessus de la mêlée et des querelles partisanes (Hourmant, 2010)5.

  • 6 On voit au passage que si les stratégies de singularisation proprement littéraires évoluent au fil (...)

28Avant lui, Valéry Giscard d’Estaing n’était pas parvenu à ainsi imposer, par le style littéraire, un style présidentiel. L’image du haut fonctionnaire brillant mais peu porté sur la chose littéraire lui colle à la peau. Démocratie française, publié depuis l’Élysée en 1976, est un ouvrage impersonnel dans lequel le nouveau président, pourtant photographié en quatrième de couverture, ne projette rien de lui-même. Tout en surplomb, l’argumentation ne descend jamais à hauteur d’homme : l’énonciation est comme effacée, on ne voit jamais le président écrire ; agglomérée en collectifs (les jeunes, les femmes, les classes moyennes…), la France est décrite et analysée sans la moindre référence à une anecdote concrète, à une rencontre authentique… Mal accueilli, l’ouvrage suscitera chez son signataire un désir de revanche : Giscard publiera des romans, des Mémoires, d’autres ouvrages politiques, comme s’il lui fallait absolument acquérir un peu de cette légitimité littéraire qui lui avait été refusée6.

29S’esquisse au fil de ces premiers septennats un mouvement qui rompt avec la configuration antérieure. Parce que le style littéraire, par le décalage qu’il exprime par rapport à la norme d’exemplarité institutionnelle, procure un profit symbolique de distinction (il participe de la présidentiabilité), la stratégie qui consiste à publier pour prendre de la hauteur et pour se distinguer au sein de la classe politique se banalise. Publier, et si possible publier en donnant à voir une vraie disposition littéraire, est une façon d’amorcer une montée en présidentiabilité qui est aussi une montée en singularité. Le propos doit être politique, mais le style aussi doit être présent. Cette stratégie connaît un tel succès qu’elle se révèle, au terme d’un jeu d’agrégation assez classique, de moins en moins efficace. Après François Mitterrand, nombreux sont ceux qui tentent de contourner les organigrammes et les pesanteurs institutionnelles pour exister auprès d’une opinion publique tout à la fois lectorat et électorat. François Léotard, Jean-François Deniau, Dominique de Villepin, Bruno Le Maire tirent leur épingle du jeu en apparaissant comme d’authentiques plumes. On loue leur liberté de ton, leur érudition, leur sens de la formule, on leur sait gré de vraiment écrire leurs livres, quand tant de leurs semblables se font aider ou même entièrement remplacer.

30La montée en présidentiabilité et donc en singularité n’est pourtant pas seulement affaire de style littéraire. Elle peut se déployer dans deux autres directions, dont on trouve trace, mais de façon ténue, chez le général de Gaulle. La première tient en une démonstration d’autonomie par rapport aux institutions : c’est le franc-parler. La seconde tient dans la capacité à se présenter comme individu pluriel, au-delà donc des seuls rôles institutionnels endossés, sans craindre une certaine contre-exemplarité. Parler contre son camp ou parler de soi au-delà de la politique sont deux modalités complémentaires de singularisation politique ; elles constituent deux postures en voie de banalisation à partir des années 1990. Et toutes deux trouvent dans le livre un support privilégié.

  • 7 L’ouvrage met en valeur la personnalité politique de Michel Rocard mais apparaît presque plus comm (...)

31Parler vrai, de Michel Rocard (1979), annonce la première de ces postures. Preuve que le profil de l’auteur est une variable essentielle, ce livre singularise et présidentialise son auteur au titre d’une contre-exemplarité institutionnelle (distance vis-à-vis du Parti socialiste) qui ne se double d’aucune ambition littéraire ni d’aucune disposition à l’épanchement autobiographique : le rigorisme protestant de l’énarque Michel Rocard ne le prédisposait sans doute à aucune de ces deux formes de singularisation7.

32Au carrefour de ces trois formes de singularité (talent littéraire, liberté par rapport aux institutions, capacité à parler de soi), le livre s’impose comme figure obligée de toute ambition présidentielle. Jacques Chirac avait peu publié avant d’être candidat en 1995 : il dut sacrifier à l’exercice (Une nouvelle France) ; Nicolas Sarkozy doit corriger son profil d’« enfant de la télé » en publiant, après une biographie de Georges Mandel (1994), une série d’ouvrages qui mélangent autobiographie et livre-programme (Libre, 2001 ; Témoignage, 2006 ; Ensemble, 2007 ; La France pour la vie, 2016). Même démarche chez François Hollande (Le rêve français, 2011 ; Un destin pour la France, 2012 ; Changer de destin, 2012) puis chez Emmanuel Macron (Révolution, 2016) : tous ces ouvrages de campagne mettent en valeur une personnalité, un candidat, le singularisent par sa trajectoire, son tempérament, ses propositions. Tous participent d’une individualisation de l’offre politique que la procédure des primaires, notons-le au passage, a exacerbée : en amont de celles-ci, à droite comme à gauche, le livre-programme s’impose comme façon de se distinguer, ce qui a évidemment pour effet de marginaliser le travail programmatique accompli à l’échelle du parti.

  • 8 Un recensement à partir de Livre-Hebdo permet d’avancer les chiffres suivants, qui montrent l’augm (...)
  • 9 Le clivage droite-gauche s’estompe : dans notre corpus (1958-2011), on compte 94 ouvrages de droit (...)

33En s’élargissant des présidents aux présidentiables, catégorie qui se généralise elle-même du fait des primaires, le livre (de) politique se banalise. On retiendra un indicateur simple : le nombre d’ouvrages publiés par les politiques8. La production était auparavant modeste, et cantonnée aux années électorales. L’introduction du quinquennat et le mécanisme des primaires ont dilaté le temps de l’élection présidentielle jusqu’à faire quasi disparaître la notion de parenthèse électorale. La compétition est permanente, le temps de l’action publique et le temps de la campagne se télescopent et se superposent, les professionnels de la politique publient en toute occasion ; au pouvoir, en vue de l’exercer ou après l’avoir exercé, dans l’opposition ou dans la majorité, pour exprimer une ambition ou bien pour faire le bilan d’un parcours9. Quelle place alors pour la singularité ?

La revendication de singularité comme nouvelle norme de marketing politique ?

34Le point d’équilibre entre exemplarité et singularité s’est déplacé au cours des années 1990 sous l’effet de plusieurs facteurs. Le mécanisme précédemment décrit de surenchère dans l’accès à la présidentiabilité a joué, chaque personnalité politique un peu connue pouvant être tentée de chercher à exister comme personnalité singulière dotée d’un style particulier. On pourrait ici parler de présidentialisme ordinaire pour désigner cette évolution. Mais celle-ci est à replacer dans un contexte plus large de remise en cause des institutions et donc de l’exemplarité institutionnelle.

La valorisation de la contre-exemplarité institutionnelle

35Si elle n’a évidemment pas disparu en tant que contrainte s’imposant aux professionnels de la politique, l’exemplarité institutionnelle doit désormais composer avec la valorisation médiatique de la singularité, les deux forces jouant en sens contraire et obligeant en permanence les intéressés à des arbitrages difficiles. Rappelons qu’aux débuts de la Cinquième République, le champ politique se composait d’institutions très contraignantes, les médias ne faisant que prolonger et renforcer les normes et les rôles institutionnels. La télévision de l’ORTF était proche du pouvoir, comme chacun sait, mais elle était surtout dépositaire d’une exemplarité institutionnelle qui participait de la légitimation du nouvel ordre politique. Le démantèlement de l’ORTF et l’avènement progressif du pluralisme politique à la télévision n’ont dans un premier temps pas bouleversé ce schéma : ce que d’aucuns ont pu qualifier d’âge d’or de la télévision politique, avec le succès des grands débats politiques des décennies 1970 et 1980, n’a en rien entamé la norme de l’exemplarité institutionnelle. Les journalistes politiques, certes moins aux ordres de l’exécutif, se voulaient porteurs d’un idéal de pluralisme, qui trouvait à s’exprimer dans les grands face-à-face entre représentants du pouvoir en place et membres de l’opposition. Cette télévision-là ne s’émancipait en aucune façon des normes d’exemplarité portées par les institutions. Elle personnalisait la vie politique, permettait à certaines personnalités télégéniques d’acquérir par leur style personnel une popularité inédite (Georges Marchais par exemple), mais restait sur le terrain du style personnel défini comme façon d’endosser un rôle en l’imprégnant de sa personne tout en demeurant soucieux d’exemplarité.

36C’est ici que le changement est profond à partir des années 1990-2000. Le développement des chaînes privées, le succès des chaînes d’information continue, la banalisation d’Internet et des réseaux sociaux, tout cela contribue à bousculer le rapport de force entre institutions politiques classiques et médias. Ces derniers développent des formes spécifiques de valorisation et de légitimation, ils s’émancipent des grandeurs institutionnelles. La concurrence entre médias et la course à l’audience ont pour effet de systématiser un cadrage de l’actualité qui dévalorise le monde des institutions dans sa dimension de prévisibilité et de rigidité. La langue de bois des porte-parole devient inaudible, alors que l’écart, la gaffe, le lapsus, ou la petite phrase assassine attirent l’attention en cela même qu’ils grippent la mécanique institutionnelle.

37On retrouve cette logique s’agissant des livres politiques. Ceux-ci intéressent éditeurs et lecteurs à partir du moment où ils donnent accès à une réalité de coulisse qui se situe au-delà d’une exemplarité désormais perçue comme forcément de façade. Quand le livre politique des années 1970 visait à démontrer l’exemplarité institutionnelle, celui des années 2000 vise à l’inverse à exhiber une singularité qui déborde, bouscule, et parfois même contrevient à cette exemplarité.

  • 10 La procédure des primaires, on l’a dit, exacerbe cette logique centrifuge d’individualisation. Qua (...)

38On en trouvera un exemple dans la banalisation de l’entreprise éditoriale visant à marquer une prise de distance par rapport à une institution à laquelle en principe on est tenu de demeurer loyal. Le vieux schéma hirschmanien (exit vs. voice) semble inspirer des politiques jouant librement des stratégies de prise de parole et de publication (voice) ou de dissidence (exit). Le Parti socialiste vit ainsi fleurir, entre autocritiques et règlements de comptes internes, des ouvrages empruntant, contre les attendus de la langue de bois institutionnelle, à la légitimité désormais prêtée aux positionnements singuliers (voir, pour le seul PS, des ouvrages comme : Pour en finir avec le vieux socialisme… et être enfin de gauche, de Manuel Valls en 2008 ; Rocard, le rendez-vous manqué, de Jean-Luc Mélenchon en 1994 ; Les éléphants se trompent énormément, de Georges Frêche en 2003). Dans un contexte où la dissidence attire davantage l’attention des médias que la loyauté pour la simple raison qu’elle brise les routines institutionnelles, se singulariser devient une façon d’exister10. Le raisonnement vaut aussi pour le collectif gouvernemental (par exemple Insoumise, de Delphine Batho, ou De l’intérieur : voyage au pays de la désillusion, de Cécile Duflot, tous deux en 2014) ou pour les équipes de campagne (À feu et à sang : carnets secrets d’une présidentielle de tous les dangers, de Roselyne Bachelot, en 2012), avec une nuance quand même : on a vu des ministres publier très peu de temps après avoir claqué la porte du gouvernement, mais le tabou qui interdit de publier contre le collectif gouvernemental alors qu’on en fait encore partie demeure.

  • 11 Cette individualisation comporte une dimension de personnalisation, adossée à la visibilité médiat (...)

39Une telle valorisation de l’écart distinctif participe de l’individualisation du champ politique11. Celui-ci tend à éclater en une multitude d’entreprises politiques individuelles (un leader avec autour de lui des cercles de fidèles ou followers), quand jadis prévalaient quelques grandes enseignes politiques nationales (RPR, PS, PC, UDF, etc.). La capacité à lancer sa propre microentreprise politique suppose un capital de visibilité médiatique qui n’est pas mécaniquement, et de moins en moins, corrélé aux positions institutionnelles. La visibilité médiatique suppose (en même temps qu’elle accentue) la singularité : singularité d’un programme, d’un tempérament, d’une expérience politique, d’un ancrage territorial, mais aussi singularité d’une personnalité, bien au-delà du style au sens précédemment donné à ce terme. Monde du livre et monde politique se superposent désormais parfaitement : les personnalités politiques publient régulièrement, chaque ouvrage met en valeur une personnalité-auteur (le portrait en couverture est désormais la norme) et le face-à-face auteur/lecteur court-circuite les collectifs et les institutions. L’énonciation est devenue individuelle et nourrit un discours où la singularité occupe une place de choix.

Les stratégies de singularisation

40Les politiques qui publient savent qu’il leur faut désormais se singulariser bien au-delà du style qui faisait le politique lettré de jadis. La singularité relève désormais plus du fond que de la forme. L’objectif est d’apparaître comme un individu au sens plein du terme, c’est-à-dire au-delà d’une exemplarité qui, tributaire d’un appareil institutionnel, ne peut être que de surface ou de façade. L’individu derrière le rôle ou au-delà de lui est un individu pluriel qui trouve désormais intérêt à se dévoiler, du moins dans certains contextes. Le métier politique consiste plus que jamais à alterner des présentations de soi fondées sur l’exemplarité en contexte institutionnel et des présentations de soi fondées sur la singularité en contexte médiatique. Le livre joue alors un rôle décisif. Le politique y est souverain, libre de puiser dans les éléments de son parcours biographique qu’il juge pertinents, libre de laisser entrevoir de lui-même ce qui lui semble politiquement rentable (Neveu, 1992).

41Ce glissement de l’exemplarité vers la singularité s’observe par exemple sur le terrain des émotions. L’exemplarité institutionnelle imposait une norme de retenue et de sang-froid : les politiques pouvaient être à l’écoute des émotions populaires (peur, indignation, colère…), ils devaient être capables de susciter des émotions (espérance, admiration…), mais eux-mêmes devaient offrir une façade lisse. Les personnalités politiques d’aujourd’hui n’hésitent plus à mettre en scène leurs émotions. L’analyse du discours politique a clairement montré la banalisation de la rhétorique de l’appel aux émotions (Ballet, 2014). Les livres (de) politiques abondent en émotions de papier que sont l’indignation, la colère, la peur, la pitié, la compassion, l’espoir, l’enthousiasme ou le regret. On y voit se dessiner, en particulier dans les ouvrages à dimension autobiographique (les plus fréquents désormais), des destins marqués par des chocs émotionnels : souvenirs d’enfance et choc de la première rencontre avec la politique, ivresse d’une campagne électorale, compassion face aux détresses touchées du doigt, joie ou tristesse des soirs d’élection, fierté de voir un projet aboutir, rage face au sentiment d’impuissance, tristesse à l’évocation d’une amitié brisée au gré des combats politiques… On est loin d’une professionnalisation politique qui signifierait le refroidissement des affects et l’usage impersonnel de la raison. Toute personnalité politique est un assemblage d’affects, d’expériences chargées sur le plan émotionnel, et c’est cet assemblage complexe, au principe de la singularité des politiques comme de chacun d’entre nous, qui est désormais mis en avant. Les stratégies de présentation de soi des politiques ne sont pas moins teintées d’arrière-pensées que jadis. Mais c’est désormais la singularité qui est pourvoyeuse de légitimité, davantage à certains égards que l’exemplarité. Il faut apparaître vrai, authentique, il faut offrir un profil dense, il faut emprunter au modèle contemporain de l’individu pluriel capable d’alterner raideur institutionnelle et expressivité médiatique. Marielle de Sarnez (Féminin singulier, 2008) raconte la crise de larmes qui s’empare d’elle à la pensée de sa petite-fille alors qu’elle est en visite à Jérusalem ; Alain Juppé évoque ses joies et ses peines de Premier ministre dans le très intimiste Entre nous (paru aux Éditions Nil, en 1996). Il est pourtant ce Premier ministre « droit dans ses bottes » qui prétendait, l’année précédente, demeurer insensible aux appels de la rue. Et le voilà qui raconte la blessure ressentie pour avoir essuyé un « mort aux cons ! » de la part d’une « jolie passante » (p. 14) :

J’ai besoin de reconnaissance, de considération, et même d’affection […]. Je suis moins sec et moins blindé qu’on ne le laisse entendre. Je ne suis pas un monstre d’indifférence. (p. 15-16)

42Soucieux de son image, Juppé déclare d’entrée de jeu « battre tous les records d’impopularité » (p. 15) et envisage de dire « ce qui [le] fait le plus souffrir » (p. 29). Il s’épanche (« j’en prends plein la gueule », p. 43 ; « je prends la mesure de ma solitude », p. 114). De telles postures sont clairement contre-exemplaires : un Premier ministre doit agir sans prêter attention à sa popularité, et il ne doit surtout pas, selon l’expression consacrée, en faire une affaire personnelle. Or c’est le contraire que l’on constate : Juppé fend l’armure, montre une humaine faiblesse en espérant non seulement attirer la sympathie mais même plus largement se re-légitimer. Tout se passe comme si le contre-exemplaire, ici, était perçu comme source possible de re-légitimation.

43La singularisation est ici le résultat d’un recentrage sur soi qui est désormais systématique dans le livre politique. Le livre-programme tourné vers la société n’a certes pas disparu, mais il a perdu sa raideur originelle. Le programme est de plus en plus individualisé et rapporté à une série d’expériences, de rencontres, de déplacements sur le terrain, tout ceci au fil d’un parcours qui singularise la personnalité politique autour d’un tempérament, d’une sensibilité, loin donc de l’idéologie qui nourrissait les programmes des partis politiques.

  • 12 De ce point de vue, les personnalités politiques dont nous parlons ne sont jamais que les agents d (...)

44La limite de l’exercice tient bien sûr aux effets d’agrégation que suscitent, ici encore, de telles stratégies. L’accumulation de livres politiques en forme d’autoportraits invariablement annoncés comme « authentiques », d’autobiographies forcément « sincères », et de coulisses « enfin dévoilées », finit par interroger. A-t-on gagné en authenticité ? Ou bien n’a-t-on fait que glisser d’une norme à l’autre12 ? L’exemplarité médiatique, adossée à l’idéologie de l’authenticité et de la singularité, concurrence désormais l’exemplarité institutionnelle, adossée à l’idéologie du renoncement à soi et de l’effacement. Au point d’obliger les politiques, plus que jamais, à faire le grand écart ?

45Les évolutions ici observées ne sont pas propres au champ politique. Mais il est frappant de constater que, même dans celui-ci, marqué plus que tout autre par la force et le poids des institutions, des rôles et des normes d’exemplarité institutionnelle, on observe la montée en puissance d’un modèle de singularité qui trouve dans le livre un moyen d’expression privilégié : si la singularité « artiste », qui renoue avec le modèle ancien du politique-écrivain, demeure anecdotique, la singularité politique, qui s’analyse comme contre-exemplarité au regard des normes institutionnelles classiques (loyauté et renoncement à soi), constitue désormais une posture banale pour les politiques détenteurs d’une visibilité médiatique. Les voilà sommés d’être « eux-mêmes ».

Haut de page

Bibliographie

Ballet Marion, 2014, Émotions et élections, Paris, INA Éditions.

Bauman Zygmunt, 2001, The Individualized Society, Cambridge, Polity Press.

Delorme-Montini Bénédicte, 2002, « La campagne présidentielle à travers les livres », Le Débat, no 121, p. 19-36.

Dubet François, 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Le Seuil.

Dulong Delphine, 1997, Moderniser la politique : aux origines de la Cinquième République, Paris, L’Harmattan.

Gaxie Daniel, 1996, La démocratie représentative, Paris, Montchrestien.

Genette Gérard, 1987, Seuils, Paris, Le Seuil.

Heinich Nathalie, 1995, « Façons d’“être” écrivain : l’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie, vol. 36, no 3, p. 499-524.

Hourmant François, 2010, François Mitterrand, le pouvoir et la plume : portrait d’un président en écrivain, Paris, Presses universitaires de France.

Lacroix Bernard et Lagroye Jacques éd., 1992, Le président de la République : usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de Sciences Po.

Le Bart Christian, 2008, L’individualisation, Paris, Presses de Sciences Po.

— 2012, La politique en librairie : les stratégies de publication des professionnels de la politique, Paris, Armand Colin.

— 2013, L’ego-politique, essai sur l’individualisation du champ politique, Paris, Armand Colin.

Lehingue Patrick et Pudal Bernard, 1991, « Retour(s) à l’expéditeur », La communication politique, Paris, CURAPP-ESS Éditions-Presses universitaires de France, p. 163-182.

Lejeune Philippe, 1971, L’autobiographie en France, Paris, Armand Colin.

Maingueneau Dominique, 1991, L’analyse de discours, Paris, Hachette.

Matonti Frédérique, 2005, Intellectuels communistes, Paris, La Découverte.

Martuccelli Danilo et de Singly François, 2009, Les sociologies de l’individu : domaines et approches, Paris, Armand Colin.

Née Émilie, Oger Claire et Sitri Frédérique, 2017, « Le rapport, opérativité d’un genre hétérogène », Mots, no 114, p. 9-24.

Neveu Érik, 1992, « Le sceptre, les masques et la plume », Mots, no 32, p. 7-27.

Pudal Bernard, 1989, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Haut de page

Notes

1 Une exception fameuse : André Malraux, ministre du général de Gaulle, à la fois écrivain et politique.

2 Indépendamment de notre corpus, nous recensons 54 ouvrages imputables aux 16 Premiers ministres de la période 1945-1958, pour 162 ouvrages imputables aux 18 Premiers ministres de la période 1958-2011. On passe d’une moyenne de 3,4 ouvrages par Premier ministre à une moyenne de 9 ouvrages.

3 Sur les 75 ouvrages de notre corpus publiés entre 1958 et 1985, 22 (soit 29 %) proposaient le portrait de l’auteur en couverture. Sur la période 2001-2011, cette proportion est passée à 67 % (51/76). Entre 1985 et 2001, le pourcentage est intermédiaire (36 %).

4 Sur la place des intellectuels au sein du PCF, voir Matonti (2005).

5 Voir aussi, en ce sens, la fameuse « lettre à tous les Français » que François Mitterrand publiera en 1988, et qui confortera son image de président-écrivain (Lehingue et Pudal, 1991).

6 On voit au passage que si les stratégies de singularisation proprement littéraires évoluent au fil de changements qui affectent le champ politique dans son ensemble, elles sont aussi affaire de profils et de dispositions individuelles : François Mitterrand est évidemment plus « disposé » que Valéry Giscard d’Estaing à endosser la posture du président-écrivain.

7 L’ouvrage met en valeur la personnalité politique de Michel Rocard mais apparaît presque plus comme un livre sur Rocard que comme un livre de Rocard (préface de Jacques Julliard, entretien avec le même Julliard, reprise de textes déjà publiés…). L’ambition politique (devenir le leader de la gauche) ne se double ici d’aucune intentionnalité éditoriale apparente.

8 Un recensement à partir de Livre-Hebdo permet d’avancer les chiffres suivants, qui montrent l’augmentation très nette du nombre de publications : 25 ouvrages de politiques sur la période 1987-1988, 26 ouvrages en seulement huit mois sur 1994-1995, 59 sur huit mois en 2001-2002 (Delorme-Montini, 2002), auxquels nous ajoutons 44 ouvrages pour la seule année 2010 (qui n’est pourtant pas une année électorale).

9 Le clivage droite-gauche s’estompe : dans notre corpus (1958-2011), on compte 94 ouvrages de droite et 116 à gauche. Un grand absent : le Front national. Pour deux raisons : d’une part la monopolisation du droit de publier par le seul leader ; d’autre part, sans doute, la réticence des éditeurs nationaux qui se partagent le marché du livre politique.

10 La procédure des primaires, on l’a dit, exacerbe cette logique centrifuge d’individualisation. Quand jadis le candidat portait le projet du parti (projet dont la fabrication était mise en scène comme collective), le livre-programme d’aujourd’hui suggère un bricolage programmatique établi à hauteur de candidat, sur la base de ses convictions, ses expériences, ses compétences, l’inachèvement étant désormais assumé.

11 Cette individualisation comporte une dimension de personnalisation, adossée à la visibilité médiatique, mais ne s’y réduit pas. Comme l’a bien montré Daniel Gaxie (1996), le système politique institutionnel classique n’excluait pas, bien au contraire, la personnalisation. Parler d’individualisation du champ politique (Le Bart, 2013), c’est aller plus loin et suggérer que l’échelle pertinente pour l’analyse du champ politique tend à devenir l’individu (une personnalité politique et ses followers), au détriment de l’institution et du collectif.

12 De ce point de vue, les personnalités politiques dont nous parlons ne sont jamais que les agents d’un champ qui leur impose de se donner à voir comme personnalités médiatiques, loin donc de toute imputation charismatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Le Bart, « Exemplarité et singularité dans le champ politique. Les livres des politiques », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7770 ; DOI : 10.4000/traces.7770

Haut de page

Auteur

Christian Le Bart

Professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Rennes (Arènes)

Haut de page