Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

Littérature et théorie littéraire à l’ère du singularisme

Literature and literary theory in the era of singularity
Florent Coste
p. 185-196

Résumés

On a récemment exalté les vertus de la littérature à saisir la contingence. La notion de singularité s’est imposée comme une clé théorique pour décrire ces missions nouvelles de la littérature contemporaine. S’il est vrai que la critique littéraire doit rendre compte de ces évolutions propres à l’individualisme contemporain, en revanche il est difficile de construire une théorie de la littérature qui se contenterait de reprendre la notion à son compte. La notion mène, dans le champ de la théorie littéraire, à des apories qui méritent donc une critique logique et méthodologique.

Haut de page

Texte intégral

Vivez avec votre siècle, n’en soyez pas la créature.
Friedrich Schiller

Il n’y a pas de science de la singularité.
Paul Veyne,
Comment on écrit l’histoire

1Depuis plusieurs années, la littérature bénéficie d’un climat théorique et éditorial propice à une forme salutaire de décloisonnement. On sait combien l’exténuation des paradigmes des années 1960, en plus de la lassitude qu’ils inspiraient, a pu contribuer à un retour dans les études littéraires des questions de la transitivité et de la référence au réel. La littérature s’est ainsi vu reconnaître des pouvoirs nouveaux : science casuistique, instrument de connaissance sensible, outil d’éducation éthique, vecteur de l’attention au particulier, support d’une pensée par l’exemple, le récit ou la polyphonie, épousant les soubresauts de la vie subjective et sociale (Bouveresse, 2008 ; Anheim et Lilti éd., 2010 ; Nussbaum, 2010 ; Macé, 2013), la littérature se présenterait désormais comme un organe de saisie du contingent, quand les sciences sociales et la philosophie ne pourraient que manipuler grossièrement des généralités et des abstractions.

2Il semble qu’un discours de la singularité se soit épandu dans le champ littéraire pour qualifier cette conjoncture. En en relevant quelques manifestations, cette note voudrait simplement souligner qu’il n’est pas exclu que cette tendance résulte de phénomènes plus vastes et profonds (comme les mutations actuelles de l’individualisme) et que cette quête littéraire de l’extrême granularité, à rebours de ce que le discours critique croit faire en espérant redonner de nouvelles marges de manœuvre politiques à la littérature, débouche sur des impasses idéologiques relativement redoutables.

3Loin de rendre tous les services attendus, la notion de singularité mène, dans le champ littéraire, à des apories qui méritent donc une critique logique et méthodologique.

Le singularisme et la littérature

  • 1 Fondé moins sur une enquête empirique que sur une histoire des idées constatant l’importance crois (...)

4Beaucoup d’analyses ont rendu compte, non seulement des métamorphoses de la question sociale (Castel, 1999), des transformations du capitalisme et de la crise de la modernité (Giddens, 1987), mais aussi des mutations de l’individualisme (Ehrenberg, 1995). Si l’on en croit le diagnostic de Danilo Martuccelli (2010), la société contemporaine connaîtrait une expansion de la singularité qui s’épanouirait sur les ruines du monde industriel fordiste. Dans une société qui privilégie la personnalisation des biens et la modulation des services en fonction des publics et où l’exigence d’une consommation fluide et sur mesure pousse le marketing à une complexification vertigineuse des typologies d’usagers, on ne craint rien de plus que la standardisation qui nous rendrait interchangeables. Se voient ainsi valorisés l’unicité de l’individu et l’idéal à « se voir reconnaître comme quelqu’un, différent des autres, porteur d’une forme plurielle d’unicité et d’unité » (Martuccelli, 2010, p. 51). En vertu d’un tel principe, chacun devrait accomplir sa « tâche d’être » ou son « métier de vivre » en incarnant, avec fidélité et authenticité, une combinaison singulière de styles, de formes, d’aspects captés ici ou là. De l’individu (individué) préconstitué et censé exprimer un soi enfoui, on glisse à un individu (individuant) compris comme processus en construction plus ou moins stabilisé et foncièrement fragile1. On cherche une justesse personnelle dans son rapport à soi et ces injonctions à être quelqu’un d’incomparable se doublent d’une recherche de la reconnaissance, du respect et de l’équité. Louis Dumont (1991) et Vincent Descombes (2007) désignent ce phénomène par le terme de « singularisme ». Il s’agit d’une inflexion de l’individualisme fondée sur un idéal de la différence, de l’authenticité personnelle et de la reconnaissance de soi.

  • 2 Ces expressions sont de Vincent Descombes (2007), mais retravaillent la distinction de Georg Simme (...)

5Cette affirmation d’un « individualisme de la différence » au détriment d’un « individualisme de l’égalité »2 se manifeste dans le champ de la production littéraire d’une part au cœur de la production romanesque et d’autre part dans la tendance actuelle pour le genre littéraire des « vies ».

6Il est significatif que, de la même manière qu’ont co-émergé au xixe siècle le roman réaliste et la discipline sociologique (Scarpa et Fabre, 2017), on puisse considérer le roman contemporain comme un « laboratoire » où travaillent ces mutations de l’individualisme et où s’élaborent de nouvelles manières de se figurer le social (Barrère et Martuccelli, 2009). Les romanciers semblent en effet chercher à prendre leurs distances avec les taxinomies jugées grossières des sciences sociales, à épouser davantage le grain des situations et à liquider le personnage social et les types hérités du réalisme. Le roman contemporain préfère ainsi, souvent, un profil d’individu soustrait à la pression des milieux sociaux et affiné sous la profusion de détails singularisants (ibid., chap. 3).

7La question du personnage dans le roman devient d’ailleurs si centrale qu’elle se répercute dans la vogue récente pour le genre littéraire des récits de vie et des biographies. L’émergence de la « biofiction », ainsi que l’incontestable persistance depuis plusieurs années de « cette passion biographique à la troisième personne du singulier » ont été finement analysées par Alexandre Gefen (2015). Puisant dans le modèle des vies illustres, parallèles ou hagiographiques, la littérature des vies a été la principale ressource mobilisée pour se représenter des trajectoires existentielles particulières. Pensons, parmi beaucoup d’autres, aux Vies minuscules de Pierre Michon (1984), aux Vies antérieures de Gérard Macé (1991), à la vie de Zátopek dans Courir de Jean Échenoz (2008), aux Trois femmes puissantes de Marie NDiaye (2009), à Limonov d’Emmanuel Carrère (2011). Pour conjurer la hantise de la finitude et de l’indistinction, le genre des vies serait « cette réponse imaginative à la nécessité de penser l’unique », ou encore « l’aune par laquelle les représentations enregistrent ou produisent la singularité humaine » (Gefen, 2015, p. 265).

8Ainsi le singularisme pousse-t-il la littérature dans une « quête de la singularité » et une « idéalisation de la différence » (Gefen, 2017, p. 41 et suivantes). Mais ses conséquences s’étendent aux théories susceptibles de rendre compte de cette dernière – ce qui devient autrement problématique.

La littérature au prisme théorique de la singularité

9Selon Martuccelli (2010), les mutations sociales propres au singularisme obligent, dans une perspective compréhensive, à recadrer l’échelle d’analyse sociologique en l’ajustant à l’individu singulariste. Il paraît donc logique que le singularisme littéraire se répercute également au niveau du métadiscours et de la théorie qu’on met au point pour rendre justice à son émergence.

10Bien avant de faire de la littérature une science du particulier, le relatif affaissement dans les années 1990 des « sciences du discours » (rhétorique, poétique, sémiotique) a participé à la réaffirmation de la stylistique comme science de « la parole singulière » (Jenny, 1990). À rebours de la rhétorique qui se limiterait à penser le style comme un ensemble d’écarts encadrés et répertoriables, il conviendrait de concevoir le style comme « la marque d’une singularité » ou comme « l’instrument d’une individuation » (Jenny, 1993, p. 120-121). Il y aurait en effet dans l’écriture littéraire une part inassimilable et résistante à toute codification qui opérerait une singularisation de la parole dans la langue. En ce sens, la stylistique est appelée à devenir une science phénoménologique décrivant avec sensibilité et attention les mouvements de différenciation interne qui se trament dans l’expression. Au service, sans doute, d’une volonté séparatiste de préserver une essence fondamentalement irréductible de la littérature, cette singularité du style nourrit une veine assez pasolinienne qui redoute par-dessus tout l’indifférence évoquée plus haut et la négligence dans la qualification des formes de vie :

Le style, en cela, ne s’oppose ni au banal, ni au commun, mais à l’indifférence. C’est d’ailleurs la leçon de la littérature, dans son immanence : toute singularité compte, car elle peut être l’amorce d’un possible de la vie. (Macé, 2016, p. 20)

  • 3 Voir, à propos de l’interprétation dramaturgique comme « présence singulière », Mathieu Mével (201 (...)
  • 4 Jérôme Meizoz (2017) corrèle à raison les tendances récentes à la singularisation de l’auteur cont (...)

11Il est remarquable que ce singularisme esthétique mène une « extension du domaine du style » (Macé éd., 2010) au-delà de la seule enceinte du texte et de l’œuvre d’art, en sublimant la notion de style en question existentielle, sociale et politique (Macé, 2016)3. Ainsi, le singularisme esthétique s’incarne préférentiellement dans le héros proustien qui cherche à tresser l’art et la vie (Descombes, 2007, p. 219-226) ou dans la figure du dandy (Bourriaud, 2009)4.

Les embarras théoriques de la singularité

12Plusieurs objections limitent cependant la généralisation d’une approche de la littérature en termes de singularité, au point de compromettre la mise en œuvre de ses ambitions.

13On peut d’abord défendre l’argument selon lequel le vocable de la singularité est incompatible avec une pratique de la qualification ou une pensée des qualités qu’on peut légitimement attendre de toute approche de la littérature. Parler en termes de singularité (et de pluralité), c’est admettre qu’il y a des choses qu’on ne peut compter qu’une seule fois (le singulier) et qu’au contraire d’autres partagent des qualités et forment une pluralité d’exemplaires (le pluriel). Cela revient, en toute rigueur, à interroger le réel en extension (en termes de quantité : combien y en a-t-il ?), et non en intension (comment qualifier cette chose et avec quels prédicats ?). Sitôt ai-je qualifié une entité, qu’elle n’est plus singulière mais particulière parce qu’elle partage des traits communs avec d’autres. La qualification d’une singularité en tant que telle relève donc d’une tautologie propre à toute description idiographique absolue. Comme Wittgenstein l’a noté, dire d’une chose (d’une personne, d’une forme de vie) qu’elle est singulière nous réduit à affirmer qu’elle est le paradigme d’elle-même ou qu’on cherche à mesurer une chose à l’aune d’elle-même :

« Une chose est identique à elle-même. » – Il n’y a pas de plus bel exemple de proposition inutile, et néanmoins liée à un jeu de la représentation. Comme si nous insérions en imagination la chose même dans sa forme propre, et comme si nous constations qu’elle lui convient. (Wittgenstein, 2004, § 216)

  • 5 Comme l’admet d’ailleurs Laurent Jenny (1993, p. 117) : « Les singularités stylistiques ne sont pa (...)

14Autrement dit, on ne peut rien prédiquer d’une chose « unique en son genre », sinon un énoncé trivial du type « c’est tout elle ». C’est pourquoi toute description, tendant à être comparative, élimine la singularité. Aussi, pour étendre le jugement de Paul Veyne (1978) au-delà des seules sciences historiques qui l’intéressaient, il n’y a en toute rigueur ni de science du singulier ni de discours du singulier, fût-il poétique ou littéraire. La littérature n’échappe pas en effet à cet argument d’ordre logique5.

15On a généralement abordé la question de savoir ce qu’un roman peut prédiquer du monde social à travers une opposition schématique entre généralité des concepts et particularité des récits. Plus subtilement, il s’agit en fait de savoir ce qu’une description romanesque, de Balzac ou d’Annie Ernaux, échantillonne de la vie sociale ou ce qu’elle exemplifie de cette « réalité à mi-hauteur » (David, 2010, p. 289-290) située entre l’abstraction desséchée du concept et l’idiographie d’une singularité muette. Il ne s’agit plus de juger la littérature à sa capacité, réaliste et sociographique, à épouser les moindres aspérités du monde social – ce que le fameux « effet de réel » laisse croire qu’elle pourrait accomplir (Passeron, 1988 ; 1991, p. 207 et suivantes) – mais à sa force analytique pour mettre au point des procédures inédites et éclairantes d’échantillonnage, qui, au lieu d’accroître « le seul mobilier du monde » par des détails de moins en moins significatifs, offrent plutôt de nouvelles prises sur le réel (David, 2015, p. 81-82).

16On peut de même rester sceptique devant les formules pensant le style (d’un écrivain ou d’un sujet) comme une flamboyante singularisation. Ce genre de considérations frappe avant tout par la formidable occultation de toute dimension sociale et publique du langage. Loin d’être l’extrême pointe de la singularité, toute tendue depuis un espace intérieur de la création libéralement soustrait à toute idéologie, le style d’un auteur relève davantage de l’articulation de patrons formels préexistants et d’une stratification linguistique par essence collective. L’esthétique singulariste réclame une société où rien n’empêche l’individu de se faire entendre ou de se donner à voir. Mais une telle société n’est probablement qu’une vue de l’esprit ; l’effort stylistique (poétique, littéraire, etc.) travaille bien plutôt au cœur de conditions sociales de production et de publication en dehors desquelles les écrivains ne sauraient se faire entendre, ainsi qu’à même une « situation linguistique », sédimentée et traversée de tensions idéologiques, dont les écrivains héritent et qu’ils peuvent mettre en forme pour instancier aussi lucidement que possible des rapports sociaux (Hartley, 2016).

17Pour ce qui est de la tendance à l’esthétisation de l’existence, les paradoxes ne sont pas moins difficiles à dissoudre. Les figures singularistes, comme celle du dandy qui fut d’abord une réaction en contexte postrévolutionnaire à la typisation générale et frénétique du social, supposent d’imaginer une loi appliquée à soi-même et à personne d’autre ; elles relèvent probablement en ce sens de ces mythologies du langage privé dont la philosophie de Wittgenstein nous a appris à nous affranchir. Dans son livre Formes de vie, Nicolas Bourriaud joue du paradoxe sans l’affronter, ni le résoudre :

affirmant un sujet autonome et souverain, insulaire, le dandy ne dépend d’aucune règle morale communautaire et se déclare l’unique auteur des obligations qu’il se donne. Autorégulé, il édicte des lois dont il sera l’unique destinataire, se conformant à une éthique créative qui annonce ces mythologies personnelles caractéristiques de l’art du xxe siècle. Car l’artiste moderne, à l’instar des dandies, n’obéit dans son travail qu’à des règles personnelles valables dans le cadre d’une éthique provisoire : il n’y ajoute que le souci d’une production. (2009, p. 43-44)

18Mais quelle pourrait être la signification de lois qui s’appliqueraient uniquement à soi-même ? Pour saisir les « formes subtiles du genre de vie », on a beaucoup pris en exemple, à la suite de Barthes (2002, p. 37), les communautés idiorythmiques du mont Athos où, à rebours du mode de vie cénobitique, chaque moine suivait son propre rythme. On ne remarquait pourtant pas qu’au-delà du paradoxe d’un mode de vie si marginal et exceptionnel, décider de son propre code, et d’un code si singulier que personne ne le partagerait ni ne le décoderait, revient fatalement à se soustraire à toute collectivité.

  • 6 Dans le sillage de Giorgio Agamben (1990) et de la philosophie des « singularités quelconques », M (...)
  • 7 Meizoz (2017) a fort bien montré que la figure de Michel Houellebecq incarne une carrière publique (...)

19Une troisième objection au discours de la singularité concerne aussi bien la croyance en une authenticité littéraire acquise par la parole singulière que celle d’une vie parfaitement accomplie dans l’individuation singulière d’un moi vibrionnant. L’une de ses implications les plus fâcheuses tient à l’idée qu’une entité doit son unicité au fait de posséder des propriétés ostensibles qui lui seraient solidement attachées. Si je qualifie un être avec un certain nombre de prédicats (élégance, jovialité, antipathie, etc.), et si je juge qu’il en est un assemblage original, je le fais participer à la classe des êtres élégants, joviaux, etc. en le plaçant à l’intersection de ces différents ensembles. Demeure une question décisive d’ordre grammatical : quand on qualifie et apprécie une personne parfaitement singulière, quel est l’objet de l’appréciation ? Je ne l’apprécie pas pour elle-même, et je ne l’estime pas sans plus. Au contraire, je le fais pour des raisons qui la rendent aimable et estimable. C’est sous un certain aspect que j’aime et apprécie des personnes. En effet, ces qualités dont cette personne témoigne à un moment pourraient disparaître, tout comme je pourrais tout à fait les retrouver chez d’autres. Les qualités dont elle a fait preuve ne sont donc pas « ses » qualités en propre ; les qualités d’une personne ne peuvent être prises pour des qualités personnelles ou constitutives de sa personne : ce sont des « qualités empruntées », dirait Pascal, qui restent extérieures à l’individualité de celui qui en est porteur (Descombes, 2013, p. 160-165)6. Dit autrement, au regard de la nature publique du langage avec lequel nous qualifions les êtres qui nous entourent et leurs qualités empruntées, il s’avère impossible de réclamer un point de vue privilégié ou de revendiquer un langage singulier sur telle personne, telle œuvre ou telle forme de vie. Du reste, bien des œuvres littéraires nous l’ont déjà signalé ; Georges Pérec (1993) dans W ou le souvenir d’enfance, Sartre (1972) dans Les mots, ou plus récemment Walter Siti qui se présente en « champion de la médiocrité » à la « diversité de masse » dans Troppi paradisi (2015), ont montré que l’attention qu’un individu porte à sa propre singularité dans une démarche autobiographique ou autofictionnelle ne fait que le renvoyer à des formes de banalité ou de trivialité7. De même qu’un point dans un espace géométrique se laisse réduire à l’intersection d’au moins deux droites, une singularité n’est jamais en somme que le croisement d’au moins deux régularités.

La singularité pour tous ?

  • 8 « […] un tel idéal [de la singularité] est exaltant, mais il est très élitiste et aristocratique. (...)

20On a vu, à raison, le retour du référent comme un putsch renouvelant l’intérêt de la littérature pour le monde extérieur. Il y a en effet dans l’attention littéraire aux particularités et aux contingences de la vie le signe d’une repolitisation certaine de ses productions. Reste que la promotion, voire l’absolutisation de la singularité comme objectif littéraire est un saut qualitatif lourd d’une nouvelle innocuité politique de la littérature, dont on doit pouvoir dire combien elle paraît indésirable. C’est la dernière et principale objection que l’on peut avancer à l’encontre de l’expansion de la singularité en matière littéraire. Descombes (2007) a fort bien montré que l’individualisme de la différence (propre au singularisme) a des conséquences politiques problématiques. L’exaltation de la singularité individuelle n’est en effet pas un slogan politique universalisable ; la singularité pour tous n’a rien en effet d’un programme politique défendable en contexte démocratique, puisqu’elle conduit sinon à une exaltation de l’inégalité, du moins à un désintérêt croissant pour la question de l’égalité8.

  • 9 S’autorisant quelques recommandations aux militants américains gravitant autour d’Occupy, Mike Dav (...)

21Les capacités singularisantes de la littérature ont été vantées dans une conjoncture où celles des sciences sociales à porter un regard global et classificatoire sur les sociétés et celles de la philosophie à parler de la vie ont été contestées ou mises en doute. On peut présumer cependant que tant qu’elle fera de la singularité soit son objet, soit son procédé d’écriture, la littérature se dépolitisera sévèrement et n’offrira qu’une maigre contribution à l’entreprise consistant à résister aux effets pervers du singularisme, à l’effondrement des corps intermédiaires, à l’affaissement des leviers de mobilisations collectives et à la pulvérisation du lien politique qui en découle (Davis, 2012)9.

22Il paraît souhaitable et possible que la littérature interpose, dans ce grand laminage, des organes de représentation (politique), en élaborant de nouveaux modes d’exemplification des rapports sociaux, à la manière de G. de John Berger (2015), ou en détraquant les langages environnants et les idéologies ambiantes qui vantent la centration sur la singularité, ainsi que le font Un ABC de la barbarie de Jacques-Henri Michot (1998), les récits ethnographiques d’Éric Chauvier (2016) – dont la finesse des descriptions et la lucidité catégorielle servent une critique corrosive des fractures et des contractions savamment organisées de l’espace public –, ou les enquêtes logico-discursives de Nathalie Quintane (2016) sur les contradictions déchirantes de la « classe moyenne ».

Prendre en charge les traits de notre époque ?

23La singularité est peut-être devenue une « fiction théorique » (Chauvier, 2014) résultant d’une exaltation excessive de la littérature dans sa tâche à saisir le contingent et le particulier. Avec l’intention louable de la magnifier, on lui a probablement confié la mission exorbitante de capter le singulier, qu’elle ne peut décemment pas remplir sans se raconter des histoires.

24La question est en définitive la suivante : la littérature doit-elle prendre en charge les traits de notre époque ? Il ne fait guère de doute qu’elle puisse s’en faire la caisse d’écho, au risque parfois d’en endosser la mauvaise part, et il serait bien sûr décourageant qu’elle ne puisse rien opposer à la fatalité de notre temps. Si on peut admettre sans mal qu’il serait problématique que la description de la société singulariste s’altère en une description singulariste de la société, alors il n’est pas moins redoutable que la critique et la théorie littéraires s’imprègnent, par quelque mimétisme, du vocable et de l’idéologie véhiculés par la littérature qu’elle cherche à décrire ou à promouvoir. Nous n’avons pas besoin d’une théorie littéraire congruente à notre époque, qui se contenterait de rendre compte de ce qu’elle produit, apporterait sa contribution à la conception idéologique que nous donne de nous-mêmes le singularisme, ou se laisserait berner par les représentations illusoires que la littérature se fait parfois d’elle-même. Nous avons plus probablement besoin d’une théorie littéraire à la fois capable de reconnaître ce que notre époque ne montre pas (dépendance, domination et aliénation), d’en révéler les points de blocage (et particulièrement les mythologies individualistes qui travaillent le champ littéraire) et de programmer ce dont elle n’est pas (encore ou toujours) capable – des formes de littérature plus émancipatrices.

25Ce serait là imaginer une théorie critique de la littérature. La tâche n’a rien d’insurmontable.

Haut de page

Bibliographie

Agamben Giorgio, 1990, La communauté qui vient, Paris, Le Seuil.

Anheim Étienne et Lilti Antoine éd., 2010, numéro thématique « Savoirs de la littérature », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 65, no 2.

Barrère Anne et Martuccelli Danilo, 2009, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Barthes Roland, 2002, Comment vivre ensemble. Cours et séminaires au Collège de France (1976-1977), C. Coste éd., Paris, Le Seuil (Traces écrites).

Berger John, 2002 [1972], G., trad. É. Motsch, Paris, L’Olivier.

Bourriaud Nicolas, 2009 [1999], Formes de vie. L’art moderne et l’invention de soi, Paris, Denoël.

Bouveresse Jacques, 2008, La connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie, Marseille, Agone (Banc d’essais).

Carrère Emmanuel, 2011, Limonov, Paris, P.O.L.

Castel Robert, 1999, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard.

Chauvier Éric, 2014, Les mots sans les choses, Paris, Allia.

— 2016, Les nouvelles métropoles du désir, Paris, Allia.

David Jérôme, 2010, « Une “réalité à mi-hauteur”. Exemplarités littéraires et généralisations savantes au xixe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 65, no 2, p. 263-290.

— 2015, « L’engagement ontologique », Fragments d’un discours théorique. Nouveaux éléments de lexique littéraire, E. Bouju éd., Nantes, Éditions Cécile Defaut, p. 63-87.

Davis Mike, 2012, Soyez réalistes, demandez l’impossible, trad. A. Meyer, Paris, Les Prairies ordinaires (Penser/Croiser).

Descombes Vincent, 2007, « Y a-t-il une politique de l’expressivisme ? », Le raisonnement de l’ours, et autres essais de philosophie pratique, Paris, Le Seuil (La Couleur des idées), p. 196-226.

— 2013, Les embarras de l’identité, Paris, Gallimard (NRF Essais).

— 2016, « Entretien avec Alexandre Gefen et Dominique Rabaté » [en ligne], numéro thématique « Fictions de l’intériorité », Fixxion, no 13, A. Gefen et D. Rabaté éd., [URL : http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx13.12/1093], consulté le 26 février 2018.

Dumont Louis, 1991, L’idéologie allemande, France-Allemagne et retour. Homo aequalis II, Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines).

Échenoz Jean, 2008, Courir, Paris, Minuit.

Ehrenberg Alain, 1995, L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy.

Gefen Alexandre, 2015, Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, préface Pierre Michon, Bruxelles, Les Impressions nouvelles (Réflexions faites).

— 2017, Réparer le monde, La littérature française face au xxie siècle, Paris, José Corti.

Giddens Anthony, 1987, La constitution de la société, Paris, Presses universitaires de France, 1987.

Hartley Daniel, 2016, The Politics of Style : Towards a Marxist Poetics, Leyde, Brill (Historical Materialism).

Jenny Laurent, 1990, La parole singulière, Paris, Belin.

— 1993, « L’objet singulier de la stylistique », Littérature, vol. 89, no 1, p. 113-124.

Macé Gérard, 1991, Vies antérieures, Paris, Gallimard (Le chemin).

Macé Marielle, 2013, « Formes littéraires, formes de vie », Les Temps modernes, vol. 672, no 1, p. 222-231.

— 2016, Styles. Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard (NRF Essais).

— 2017, « Formes de vie. Un secret de Polichinelle », numéro thématique « Giorgio Agamben », Critique, no 836-837, p. 31-42.

Macé Marielle éd., 2010, numéro thématique « Du style ! », Critique, no 752-753.

Martuccelli Danilo, 2010, La société singulariste, Paris, Armand Colin (Individu et société).

Meizoz Jérôme, 2017, La littérature « en personne ». Scène médiatique et formes d’incarnation, Genève, Slatkine Érudition.

Mével Matthieu, 2015, L’acteur singulier, Arles, Actes Sud (Apprendre).

Michon Pierre, 1984, Vies minuscules, Paris, Gallimard.

Michot Jacques-Henri, 2014 [1998], Un ABC de la barbarie, Paris, Al Dante.

NDiaye Marie, 2009, Trois femmes puissantes, Paris, Gallimard.

Nussbaum Martha C., 2010, La connaissance de l’amour. Essais sur la philosophie et la littérature, Paris, Le Cerf (Passages).

Passeron Jean-Claude, 1988, « L’illusion de représentativité » [en ligne], Enquête, no 4, [URL : http://enquete.revues.org/68], consulté le 28 novembre 2017.

— 1991, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan (Essais & recherches).

Pérec Georges, 1993 [1975], W ou le souvenir d’enfance, Paris, Gallimard (L’Imaginaire).

Quintane Nathalie, 2016, Que faire des classes moyennes ? Paris, P.O.L.

Sartre Jean-Paul, 1972 [1964], Les mots, Paris, Gallimard (Folio).

Scarpa Marie et Fabre Daniel éd., 2017, Le moment réaliste, Nancy, Presses universitaires de Nancy (EthnocritiqueS).

Simmel Georg, 1981, Sociologie et épistémologie, Paris, Presses universitaires de France.

Siti Walter, 2015, Troppi paradisi, Milan, BUR (Contemporanea).

Veyne Paul, 1978, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil (Points).

Wittgenstein Ludwig, 2004, Recherches philosophiques, trad. F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gautero, D. Janicaud et É. Rigal, Paris, Gallimard (Bibliothèque de philosophie).

Haut de page

Notes

1 Fondé moins sur une enquête empirique que sur une histoire des idées constatant l’importance croissante du style à partir du xixe siècle, l’existentialisme stylistique de Marielle Macé fait le diagnostic politique d’une société exposée au risque de la confiscation des formes et voit dans l’individuation une notion secourable pour y échapper (Macé, 2016, chap. 4).

2 Ces expressions sont de Vincent Descombes (2007), mais retravaillent la distinction de Georg Simmel (1981, p. 148 et suiv.) entre individualisme quantitatif (de type français) et individualisme qualitatif (de type allemand).

3 Voir, à propos de l’interprétation dramaturgique comme « présence singulière », Mathieu Mével (2015, p. 17) : « La singularité ne s’apprend pas, elle est un devenir singulier. La présence est comme l’or. Elle est rare parce qu’elle est précieuse, et elle est précieuse pour la même raison qu’elle est rare. Le style est un écart en dehors du conformisme des apprentissages. […] Comment devenir singulier ? C’est la question des écrivains et des peintres, des luthiers et des viticulteurs, c’est le pari de ce livre, la question de chacun d’entre nous dans sa vie. »

4 Jérôme Meizoz (2017) corrèle à raison les tendances récentes à la singularisation de l’auteur contemporain à la structuration publique du champ littéraire rémunérant la médiatisation des personnes.

5 Comme l’admet d’ailleurs Laurent Jenny (1993, p. 117) : « Les singularités stylistiques ne sont pas seulement originales et singulières, elles sont aussi typiques, sans quoi elles seraient littéralement non repérables. […] La singularité du singulier n’a d’égal que son inexprimabilité. Ainsi, dans le champ du discours, on peut dire que toute parole est absolument unique, mais on ne saurait dire en quoi. Lorsqu’on croit nommer les formes de sa singularité, par cette nomination même on dégage au contraire ce que cette parole a de typique. Pris au pied de la lettre, ces principes sont évidemment dévastateurs pour une théorie du style. […] Cette difficulté n’est pas toujours ignorée des stylisticiens. Elle est surmontée par le postulat que la parole est une réalité impure : les singularités ne s’y présentent jamais absolument. Les faits de style qu’on y observe émergent sans doute d’un fonds de singularité mais, du fait même qu’ils puissent être observés, ils sont toujours déjà sur la voie d’une généralisation […]. »

6 Dans le sillage de Giorgio Agamben (1990) et de la philosophie des « singularités quelconques », Marielle Macé (2016, 2017) se défend d’une telle mythologie en proposant de penser des singularités « impossédées », « expropriées », « traversées » de « manières impropres ». Ces dernières seraient-elles synonymes des « qualités empruntées », qu’il n’en faudrait pas moins renoncer au terme de singularité – certes utile à pointer un « être-là » – et se résoudre à la conclusion pascalienne du dépouillement du moi.

7 Meizoz (2017) a fort bien montré que la figure de Michel Houellebecq incarne une carrière publique de l’écrivain vécue comme une performance et poussant la quête de la singularité jusqu’à son exténuation dans la dépression anxieuse qu’on sait.

8 « […] un tel idéal [de la singularité] est exaltant, mais il est très élitiste et aristocratique. Tout le monde n’y arrivera pas, et surtout tout le monde ne doit pas y arriver, parce que si tout le monde se singularise, où sont les singularités ? Ça devient anonyme et indifférent » (Descombes, 2016) ; « La référence à l’art est utile, parce qu’elle nous rappelle que l’individualité pour tous signifie en fait l’inégalité, non l’égalité. […] L’individualisme expressiviste, c’est en fait la possibilité donnée à quelques-uns seulement de montrer leurs œuvres à tout le monde » (Descombes, 2007, p. 219). Le désintérêt croissant pour l’égalité et la tolérance pour les inégalités sont deux des plus fâcheuses conséquences du singularisme, selon Martuccelli (2010, p. 61).

9 S’autorisant quelques recommandations aux militants américains gravitant autour d’Occupy, Mike Davis ajoute que « l’urgence morale du changement s’impose d’autant mieux qu’elle s’exprime dans la langue commune » (2012, p. 68). Je souligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Coste, « Littérature et théorie littéraire à l’ère du singularisme », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7815 ; DOI : 10.4000/traces.7815

Haut de page

Auteur

Florent Coste

Post-doctorant en littérature à l’École française de Rome

Articles du même auteur

Haut de page