Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune

That cloud, which I can’t endure to look on. Promoting, contesting and governing data centers in Plaine Commune
Clément Marquet
p. 75-98

Résumés

Tandis que les données informatiques deviennent un enjeu commercial et politique majeur, une infrastructure occupe une place croissante sur les territoires : les centres de stockage de données ou data centers. Les façades aveugles des entrepôts massifs dans lesquels s’installent leurs opérateurs nous projettent bien loin des nuages qu’évoquent le cloud ou des discours sur la dématérialisation permise par le numérique. Le nord de Paris connaît l’essor entre 1990 et 2015 de la plus importante concentration de centre de données en Europe, générant des interrogations croissantes et des controverses entre riverains, élus, agents territoriaux et employés en charge de la gestion des réseaux électriques. L’article propose d’éclairer ces tensions en montrant la pluralité des manières de rendre visibles les data centers, c’est-à-dire, en analysant les dimensions matérielles, économiques, juridiques et écologiques qui sont saisies par les acteurs du territoire pour promouvoir l’implantation de ces infrastructures, ou au contraire pour les contester. Ce faisant, l’article qualifie différentes modalités de l’invisibilité qui facilitent l’implantation des centres de données : il rend compte des conditions politiques et sociales de leur implantation. Il identifie également deux démarches initiées par les acteurs pour qualifier ce que font les infrastructures numériques au territoire. D’abord, les centres de données se développent initialement comme des projets immobiliers ordinaires, puis sont légitimés a posteriori par les acteurs qui les soutiennent afin de les rendre acceptables à moindres frais. Or ces infrastructures sont aussi ciblées par une critique écologique du numérique, portée par des contestations qui en dénoncent l’empreinte environnementale et qui s’appuient sur les centres de données pour en matérialiser les conséquences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article a bénéficié de nombreux échanges et relectures. Je remercie Sara Angeli Aguiton, Sébas (...)

1Tandis que les données informatiques deviennent un enjeu commercial et politique majeur, une infrastructure occupe une place croissante dans la circulation de l’information : leurs centres de stockage ou data centers1. Leur propagation est allée de pair avec le développement de solutions de stockages et d’applications délocalisées pour Internet (surnommées cloud), grâce auxquelles les données des particuliers, des entreprises et des administrations sont logées chez des hébergeurs. Les centres de données sont considérés comme des infrastructures cruciales pour l’essor de l’économie numérique globale. Or les façades aveugles des entrepôts massifs dans lesquels ils s’installent nous projettent bien loin des nuages qu’évoque la métaphore du cloud.

  • 2 Emmanuelle Delsol, 2015, « Projet de loi renseignement : le secteur numérique craint la perte de c (...)

2De temps en temps, les questions géopolitiques liées à l’implantation de ces centres rappellent que la matérialité de l’Internet est aussi une question de territoire. Ainsi, lorsque le projet de loi sur le renseignement en avril 2015 a été soumis au parlement, sept opérateurs de centres de données ont menacé de délocaliser leurs activités, faisant valoir que leurs clients internationaux ne pourraient accepter de confier leurs données dans des espaces où les réseaux de télécommunication sont placés sous surveillance2. Dans d’autres circonstances, des développeurs informatiques recourent à des serveurs offshore, ce qui constitue un moyen de contourner les contraintes législatives pour mener des activités frauduleuses (Vétel, 2013).

  • 3 Certains facteurs peuvent être favorisés au détriment d’autres. Ainsi, OVH a conçu le plus grand c (...)

3La territorialisation des infrastructures de données a particulièrement intéressé les géographes, qui ont montré que la disponibilité d’un foncier peu cher, la proximité d’une alimentation électrique de forte puissance, l’accès à un réseau de télécommunications de bonne qualité et proche des dorsales de l’Internet (réseaux de longue distance à très haut débit), la présence d’une desserte autoroutière et l’absence de risques majeurs (inondation, tremblement de terre, ouragan, etc.) gouvernent l’implantation des centres de données3 (Moriset, 2003 ; Bakis, 2013). Ces facteurs, recherchés par les hébergeurs, expliquent en partie pourquoi les périphéries des grandes villes sont des sites de choix à leurs yeux pour y implanter ce type d’infrastructures.

  • 4 L’Établissement public territorial de Plaine Commune comprend neuf villes : Saint-Ouen, Saint-Deni (...)
  • 5 ERDF devient Enedis en 2016.

4À la fin des années 1990, la croissance fulgurante du secteur des télécommunications s’est ainsi accompagnée d’une implantation massive d’hébergeurs de serveurs dans certaines métropoles, telles que New York, Los Angeles, Londres, Amsterdam et Francfort (Evans-Cowley et al., 2002 ; Anacker et Evans-Cowley, 2005). En France, entre le milieu des années 1990 et 2015, l’Établissement public territorial de Plaine Commune4, au nord de Paris, a été le lieu de nombreuses installations, si bien que la concentration de centres de données y est la plus importante d’Europe (Thépin et al., 2015). Une quinzaine de centres occupent 180 000 m2 (ibid.), principalement répartis entre Saint-Denis, Aubervilliers et La Courneuve. Dans ce contexte, au début des années 2010, les infrastructures de stockage de données ont fait l’objet d’interrogations croissantes de la part de riverains, d’élus, d’agents territoriaux et d’employés d’Électricité réseaux distribution France (ERDF)5 en charge de la gestion des réseaux électriques. L’implantation des bâtiments à Plaine Commune a alors occasionné des débats qui ont clivé personnel politique, administration, militants écologistes et riverains. La découverte de ces nombreux centres suscite une controverse pointant notamment du doigt l’invisibilité de ces centres de données.

5L’invisibilité est considérée comme une caractéristique classique des infrastructures, au point d’être souvent mise au cœur de leur définition. En général, les infrastructures échappent à la perception quotidienne de celles et ceux qui en bénéficient, qu’elles soient dissimulées (souterraines, comme les câbles de fibre optique) ou simplement devenues évidentes et banales, comme une autoroute. Cette invisibilité a été étudiée dans des registres variés, que ces infrastructures soient informationnelles (Bowker et al., 2010) ou physiques (Furlong, 2010). Cette notion est généralement mobilisée pour donner à voir ce qu’il se passe lorsque les infrastructures (re)deviennent visibles. Les auteurs insistent alors sur les situations de panne (Star, 1999 ; Graham éd., 2010), sur le travail de maintenance sur lequel repose leur bon fonctionnement (Graham et Thrift, 2007), ou encore sur les manières dont la conception des infrastructures incorpore une dimension politique qui structure nos comportements (McFarlane et Rutherford, 2008), nos habitudes de travail (Star et Ruhleder, 2010), voire exclut certaines populations (Star, 1991).

6Plus précisément, l’invisibilité des centres de données est généralement envisagée sous deux aspects. D’une part, comme toute infrastructure, ils sont invisibles pour l’utilisateur, celui-ci n’ayant pas besoin d’avoir conscience du système technique sous-jacent au fonctionnement d’Internet pour utiliser ses applications. D’autre part, architectes et géographes soulignent la « furtivité » des bâtiments (Varnelis, 2002 ; Graham, 2015), qualifiant ainsi les architectures anonymes et génériques des centres de données qui ne donnent généralement aucun signe sur la nature de leurs activités. Que ce soit dans d’anciens immeubles d’appartement en centre-ville, ou dans des entrepôts en banlieue industrielle, c’est l’intérieur de ces espaces qui est réaménagé pour accueillir salles de serveurs, systèmes de climatisations et groupes électrogènes. Pour le géographe Stephen Graham, ces bâtiments sont « impossibles à identifier, si ce n’est pour une poignée d’enthousiastes des infrastructures, de chercheurs en quête d’urbanisme ésotérique » (Graham, 2015, p. 35).

7Cependant, il semble que ni l’invisibilité des centres de données, ni la furtivité des architectures ne suffisent à expliquer l’intérêt qu’ils ont suscité auprès de nombreux acteurs de Plaine Commune au début des années 2010, et les conflits qui les ont tout aussi vivement opposés. Comment les infrastructures du numérique se révèlent-elles aux acteurs dans un territoire donné ? Quelles dimensions (matérielles, économiques, juridiques, écologiques et politiques) des centres de données sont mobilisées pour les promouvoir ou, au contraire, pour les contester ?

8Cet article interroge les manières par lesquelles l’invisibilité des centres de données a été problématisée par les acteurs de Plaine Commune et montre la pluralité des manières de les rendre visibles. Ainsi, il donne à voir l’émergence de la part matérielle et territoriale du numérique et met en lumière les difficultés que son appréhension pose tant aux acteurs qui la gouvernent qu’à ceux qui la contestent. Ce faisant, j’identifie cinq modalités de l’invisibilité qui deviennent des problèmes pour les acteurs : le manque d’attention des élus, la furtivité des bâtiments, l’opacité des opérateurs, le confinement des décisions politiques et l’indifférenciation réglementaire. J’identifie également deux démarches initiées par les acteurs pour prendre en compte ce que font les infrastructures numériques au territoire. D’abord, les centres se développent initialement comme des projets immobiliers ordinaires, puis sont légitimés a posteriori par les acteurs qui les soutiennent afin de les rendre acceptables à moindres frais. Or ces infrastructures sont aussi ciblées par une critique écologique, qui s’appuie sur leur présence pour dénoncer de façon plus générale en dénonce l’empreinte environnementale de l’utilisation massive des technologies numériques.

9En prêtant attention aux conditions territoriales de promotion, de contestation et de régulation des centres de données, cet article espère contribuer aux recherches sur l’Internet qui rendent compte notamment des conséquences matérielles des choix techniques opérés dans l’architecture du web (Musiani et Schafer, 2011 ; Parks et Starosielski éd., 2015). De plus, alors que l’utilisation croissante des technologies numériques dans la ville, souvent résumée par la notion de ville intelligente, suscite de nombreuses recherches portant sur les services et les formes de gouvernement incorporés dans les logiciels (Kitchin, 2014 ; Vanolo, 2014), cet article participe à l’étude de la matérialité de ces technologies (Rutherford, 2009) et montre que leur part urbaine soulève des problèmes de concurrence dans l’occupation et l’approvisionnement électrique, donnant une prise à des contestations d’ordre écologique. Autant d’éléments qui permettent d’élargir les critiques portant sur la ville intelligente, trop souvent réduites à des questions de surveillance et de gouvernementalité (Gardin et al. éd., 2016).

10L’analyse se déploie en quatre temps : d’abord, je rends compte de la discrète implantation des centres de données en revenant sur l’organisation administrative de Plaine Commune, les processus de décision et la politique de rénovation urbaine que connaît l’agglomération depuis le milieu des années 1990. Ensuite, je présente deux crises qui ont contribué à rendre visibles ces centres sur le territoire entre 2010 et 2012 : d’une part, la menace de pénurie d’énergie, d’autre part, la réforme de la taxe professionnelle. Puis, j’analyse la constitution des mobilisations locales à leur encontre (pétitions, marche, procès) et leurs conséquences politiques. Enfin, j’interroge la fragilité des instruments de régulation des politiques face aux promesses d’une industrie globale et opaque.

11Plaine Commune constitue un terrain privilégié pour étudier de telles questions, au regard des discussions ouvertes par la controverse autour de l’implantation des centres de données, et des prises de position tranchées qui s’en sont ensuivies. Cet article s’appuie sur une quinzaine d’entretiens avec des élus, des membres de l’administration et des techniciens de la communauté d’agglomération, des riveraines mobilisées, un bureau d’étude ainsi que sur l’ethnographie d’un Toxic Tour Detox organisé autour d’une installation à La Courneuve. Il se fonde également sur l’étude de différents documents techniques et administratifs de Plaine Commune et d’ERDF, ainsi que des articles de presse. Difficilement accessibles, les hébergeurs de serveurs ont été approchés mais n’ont pas donné suite aux demandes d’entretiens. C’est aussi qu’ils s’expriment rarement hors des milieux confinés dans lesquels se prennent les décisions liées à leur implantation. Tout l’enjeu de cet article consiste justement à éclairer ces tensions entre pouvoir confiné, implantation discrète et travail de mise en visibilité de ces infrastructures.

De l’opportunisme à la promotion : une implantation discrète

  • 6 Privatisée en 2004, France Télécom est renommée Orange en 2013.
  • 7 Entretien avec le directeur du Service développement économique de Plaine Commune, 26/06/15.

12Les centres de données s’implantent à Plaine Commune à la fin des années 1990 selon une logique opportuniste. Tandis que les réseaux de l’Internet se construisent, les collectivités territoriales ne leur prêtent qu’une attention modérée (Duféal et Grasland, 2003). À Plaine Commune, Aubervilliers constitue un nœud central grâce à la présence historique de France Télécom6. Les hébergeurs de serveurs s’agglomèrent pour bénéficier de la proximité de l’opérateur et limiter les coûts de raccordement. Par ailleurs, les hébergeurs constituent une manne financière non négligeable pour Plaine Commune qui, à la fin des années 1990, met en place d’importantes politiques de rénovations urbaines à la suite de la construction du Stade de France à Saint-Denis à l’occasion de la Coupe du monde de football de 1998 (Bacqué, 1998). Selon le directeur du Service développement économique de Plaine Commune7 (en poste depuis la création de l’Établissement public territorial en 2000), ce sont ces rénovations massives qui ont attiré l’attention des promoteurs des centres. Ces centres informatiques sont ainsi d’abord envisagés comme des biens immobiliers s’implantant à la faveur de projets d’aménagements ponctuels, et non comme un réseau qui structurerait le territoire. En effet, l’implantation des bâtiments, infrastructures coûteuses, est du ressort des « sociétés traditionnelles de l’immobilier d’affaire » (Moriset, 2003) qui identifient des terrains susceptibles d’accueillir les installations et contactent les élus et agents territoriaux de Plaine Commune pour échanger autour des projets d’implantation. De plus, plusieurs élus ou anciens élus racontent ne pas avoir entendu parler de ces projets en Conseil municipal.

13Ceci peut s’expliquer par l’organisation administrative de Plaine Commune. Les élus communautaires, qui forment un conseil d’environ quatre-vingts membres, détiennent le pouvoir de décision. Or de nombreuses décisions sont prises en comité réduit, par le bureau communautaire, composé du président de l’agglomération et des seize vice-présidents. Chaque vice-président est associé à un service territorial, qui doit mettre en application les décisions des élus. Dans le cas de l’implantation des centres de données, les projets sont généralement présentés par des promoteurs immobiliers au Service développement économique. Les délibérations ont lieu en bureau communautaire restreint, après avoir réalisé des études, avec le maire de la ville concernée, les quelques vice-présidents présents et le président. Les conseils municipaux ne sont donc pas sollicités8. En effet, à la création de Plaine Commune en 2000, les collectivités ont notamment délégué à l’Établissement public territorial de nombreuses compétences liées à l’aménagement9.

  • 10 Procès-verbal du conseil communautaire de Plaine Commune, séance du 25/06/2013.
  • 11 Entretien avec le directeur du service développement économique de Plaine Commune, 26/06/15.
  • 12 Des documents indiquent une démarche de promotion du territoire pour l’implantation de centres de (...)

14Je qualifie l’implantation des centres de données à Plaine Commune de discrète pour trois raisons : d’abord, comme on l’a vu, les décisions qui les concernent sont prises dans des espaces confinés, non débattues dans les conseils municipaux. À l’image de nombreux autres projets immobiliers, ils ne sont pas perçus comme pouvant susciter des oppositions ou difficultés. Ensuite, les travaux visant à rénover la Plaine dans la même période transforment en profondeur l’espace urbain (Malézieux, 2003 ; Bertho, 2008). Souvent comparées à des entrepôts, les infrastructures du numérique se fondent tant dans l’environnement d’entrepôts d’un territoire anciennement industriel que dans l’agitation des rénovations dont il fait l’objet. Le vice-président à l’écologie urbaine de Plaine Commune (2008-2014) affirme lors d’un bureau communautaire que « les data centers ont profité d’un effet d’aubaine, non contrôlé par Plaine Commune, dans le cadre de leur installation sur le territoire de la Communauté d’agglomération »10. Enfin, ils reçoivent une attention tardive d’une partie du corps politique. C’est au fil du temps, et notamment par la multiplication des installations, qu’ils deviennent un objet de préoccupation de la part des élus11, que ce soit dans une perspective de promotion ou de contestation de l’implantation des infrastructures12. Comme nous allons le voir, un premier moment de mise en visibilité des centres de données sur le territoire advient avec une crise concernant l’approvisionnement en électricité.

Énergie et fiscalité : des fissures dans les forteresses ?

La crise de l’énergie et l’exercice d’une volonté politique

15Pour comprendre la crise de l’énergie qui a mis les centres de données sur le devant de la scène, on peut retracer brièvement l’expérience d’un élu d’Aubervilliers. Sa trajectoire permet de rendre compte d’une appropriation politique et d’une promotion des infrastructures qui ont contribué à les rendre visibles.

  • 13 Entretien avec l’élu en charge de l’urbanisme d’Aubervilliers (2008-2014), 19/05/2015.
  • 14 Les arguments qui suivent sont le fait d’un consultant senior chez Critical Buildings, bureau d’ét (...)
  • 15 Après la désindustrialisation des années 1970, Aubervilliers est en effet devenu « l’une des plus (...)
  • 16 Entretien avec l’élu en charge de l’urbanisme d’Aubervilliers (2008-2014), 19/05/2015.

16En 2008, il est nommé troisième adjoint au maire PS d’Aubervilliers, en charge du développement économique, de l’urbanisme et du développement durable. Élu municipal, il ne participe donc pas aux cercles restreints de Plaine Commune prenant des décisions sur les centres. En 2009, il inaugure une installation dont le permis de construire a été signé lors du précédent mandat. Il découvre à cette occasion l’existence de cinq centres à Aubervilliers dont « personne [ne] parlait »13. Accompagné par un cabinet de conseil, l’élu construit une vision politique de l’implantation de ces infrastructures comme objet de développement urbain14 en les connectant à deux objectifs politiques a priori déconnectés. D’une part, les installations permettent selon lui de lutter contre l’implantation « des entrepôts d’import-export chinois »15 qui s’installent à Aubervilliers et de les « recycler »16 dans cette nouvelle industrie. D’autre part, il veut faire de leurs bâtiments un instrument de police urbaine. Bien souvent entourés de grillages, ces entrepôts présentent de longues façades aveugles et multiplient les caméras de sécurité. Selon l’élu, il faut bien ça pour « calmer le tissu urbain » dans un territoire où la sécurité est une préoccupation importante des électeurs. L’architecture des centres de données est ainsi présentée comme un dispositif de prévention situationnelle, c’est-à-dire comme un objet urbain qui « vise à modifier les coûts et les bénéfices du passage à l’acte criminel, afin de rendre le crime plus difficile, plus risqué et moins profitable » (Bonnet, 2012, p. 26).

  • 17 Source : « La pénurie d’énergie menace les data centers » [en ligne], Le Parisien [URL : http://ww (...)
  • 18 Charles de Laubier, 2006, « Les centres d’hébergement et “hôtels de données” sont pris d’assaut : (...)

17Sur ces considérations, en 2011, l’élu décide d’installer un centre de données supplémentaire sur la commune d’Aubervilliers. Il découvre alors par l’intermédiaire d’ERDF que les bâtiments bouleversent le système d’approvisionnement électrique du territoire. D’abord, la consommation des installations a considérablement augmenté en dix ans : la superficie des salles de serveurs à l’intérieur des bâtiments a parfois été multipliée par dix17, et l’augmentation de la puissance de calcul des équipements informatiques nécessite en retour davantage d’énergie pour les faire fonctionner18. Ensuite, et surtout, les opérateurs s’engagent à assurer une continuité de service à leur client, c’est-à-dire une connexion permanente à l’Internet. Pour cela, ils garantissent un approvisionnement continu en électricité, et s’efforcent d’anticiper sur la possible croissance de leurs clients en réservant par avance de la puissance électrique auprès d’ERDF. Cette mécanique de la réservation a une autre fonction : les hébergeurs cherchent à empêcher leurs concurrents de s’installer sur le territoire, non pas en réservant des friches pour limiter l’espace foncier (trop coûteux), mais en saturant la puissance énergétique disponible.

18Pour schématiser, un poste source (point d’arrivée de l’électricité dans une localité) peut fournir une puissance électrique X. Le centre, pour fonctionner à plein régime, a besoin d’une ligne de puissance Y. Or, par mesure de sécurité, il va réserver une seconde ligne, Z, de puissance égale à Y, auprès d’un autre poste source, en cas d’incident sur la première ligne. Z n’est pas utilisée, mais comme l’énergie est réservée, ERDF ne peut répondre à d’autres demandes. Par ailleurs, les clients ne paient que pour l’électricité consommée, et non pour la puissance électrique réservée. Dans la dynamique de concurrence, les hébergeurs tendent à surestimer leurs besoins et donc leurs réservations auprès d’ERDF. Lorsque le réseau est saturé par les réservations, un nouveau poste source est nécessaire pour recevoir des entreprises supplémentaires. Les postes sources coûtent plusieurs millions d’euros et nécessitent sept à dix ans de construction – quand celle d’un centre prend deux à trois ans. Ces réservations se multipliant, le territoire est conduit à une saturation virtuelle, et non effective, de la puissance électrique disponible.

  • 19 Source : « La pénurie d’énergie menace les data centers » [en ligne], Le Parisien [URL : http://ww (...)
  • 20 Entretien avec l’élu d’Aubervilliers en charge de l’urbanisme (2008-2014), 19/05/2015.

19C’est en 2011, alors que la question d’un nouveau poste source devient critique, qu’une volonté politique plus franche se manifeste dans la communauté d’agglomération. Face à la menace de saturation énergétique, l’élu demande à l’agglomération à ce qu’un nouveau poste source soit construit. Le jour de la réunion de la communauté d’agglomération paraît un article dans Le Parisien : « La pénurie d’énergie menace les data centers »19 auquel l’élu dit « ne pas être complètement étranger »20, espérant par là convaincre ERDF d’agir prioritairement sur la Plaine pour la construction de nouveaux postes sources. Cependant, ce projet relève d’une échelle décisionnelle qui dépasse celle de la ville ou de la communauté d’agglomération ; les élus doivent convaincre ERDF, non pas au niveau départemental mais au niveau national. Cette situation de saturation virtuelle non seulement inquiète les élus favorables aux implantations, mais suscite aussi l’attention d’autres membres du personnel politique. En effet, cette saturation n’empêcherait pas uniquement les hébergeurs de serveurs de s’installer, mais pourrait aussi menacer l’arrivée d’autres entreprises ou la construction de logements.

La chute de la fiscalité et la transition énergétique : de l’impossibilité d’une politique commune

  • 21 Entretien avec le directeur du Service développement économique de Plaine Commune, 26/06/2015.
  • 22 Ce problème se pose d’ailleurs dans des termes similaires à Val d’Europe, dont la directrice du dé (...)
  • 23 Engagement au travers de l’adoption du Plan climat énergie territorial (PCET) en 2010 par Plaine C (...)

20Parallèlement, en 2010, la réforme de la taxe professionnelle affecte considérablement les sources de revenus liées aux data centers. Jusqu’alors, elle contribuait à la discrétion de leur implantation : si des réticences se manifestaient, les montants suffisaient à les faire taire21. Dans le nouveau régime de taxation, l’installation d’un nouvel édifice est susceptible de ne rapporter qu’un dixième de ce qu’elle rapportait avant la réforme (Leicher, 2013). Face à un double problème énergétique et financier, quel serait en effet l’intérêt d’accueillir des centres de données supplémentaires ?22 Ces inquiétudes sont notamment portées par le vice-président à l’écologie urbaine, pour qui la présence des infrastructures contrevient à la transition énergétique qu’il veut mettre en œuvre sur le territoire, ayant notamment pour objectif de réduire la consommation d’énergie de vingt pour cent à l’horizon 202023.

  • 24 Entretien avec l’ingénieur en charge du rapport de l’ALEC, 28/04/2015.

21Pour informer les élus de la situation, une enquête menée conjointement par des agents de Plaine Commune et de l’Agence locale de l’énergie et du climat (ALEC) aboutit en 2013 à la production de deux rapports. L’un, interne, interroge la place des hébergeurs en matière de fiscalité et d’emplois. L’autre, public, porte sur les impacts environnementaux et énergétiques des centres de données. Les équipes espèrent susciter un débat et pousser les élus à établir une stratégie commune à l’égard des demandes d’implantation, en prenant notamment des mesures plus contraignantes vis-à-vis des dossiers à venir. Les enquêtes sont difficiles, les hébergeurs évitant généralement de répondre aux questions au nom du secret commercial24.

  • 25 Marylène Lenfant, 2013, « Les data centers dans le collimateur de Plaine Commune » [en ligne], Jou (...)

22Le rapport de l’ALEC est présenté lors d’une réunion publique qui divise l’administration25. Le débat se structure autour de trois éléments du rapport : d’abord, les centres de données emploient peu, alors qu’ils occupent un foncier important. La note interne estime que les data centers fournissent en moyenne un emploi temps plein pour 10 000 m2, contre une cinquantaine d’emplois temps plein en moyenne pour la même surface occupée par d’autres secteurs activités à Saint-Denis et à Aubervilliers. Ensuite, la puissance électrique réservée auprès d’ERDF impressionne les auteurs qui la rapportent aux consommations des villes : un centre de données de 10 000 m2 exige une puissance électrique équivalente à celle nécessaire pour alimenter une ville de 50 000 habitants. Enfin, le rapport de l’ALEC propose des pistes de régulation pour les implantations à venir, notamment le raccordement au réseau de chaleur local, pour diminuer la perte de la chaleur fatale produite par la climatisation nécessaire au refroidissement des serveurs.

  • 26 Ce point, objet d’importants désaccords, reste suspendu à la réalisation d’études supplémentaires.
  • 27 Entretien avec le vice-président au développement économique de Plaine Commune, 22/05/2015.
  • 28 Ibid.

23Préférant des incitations à des mesures contraignantes (point sur lequel je reviens plus bas), les partisans des centres de données insistent sur le rôle que peuvent jouer ces infrastructures dans l’attractivité internationale du territoire, ainsi que dans la production d’emplois locaux indirects26. Les centres sont alors comparés aux gares ferroviaires, qu’ils voient comme une infrastructure essentielle au développement économique des territoires lors de l’arrivée du train. Le vice-président au développement économique de Plaine Commune affirme en entretien que « les territoires qui ont rejeté les réseaux ferrés s’en mordent encore les doigts »27. Les arguments relatifs à la consommation énergétique sont balayés, considérant que la consommation des trains n’est pas interrogée. Là où la multiplication des projets est considérée comme un problème, certains élus célèbrent l’émergence d’une industrie : « je ne leur ai pas dit comme ça, mais “vous vous réveillez mais maintenant il y a une vraie filière industrielle qui existe sur le territoire” »28. L’absence de consensus produit une crise dans l’administration : les centres de données cristallisent une tension politique qui travaille les institutions de l’intérieur, entre développement économique et engagements écologiques visant notamment à réduire la consommation énergétique du territoire.

24Les crises liées à la consommation électrique des infrastructures et aux pratiques de réservation des hébergeurs poussent les élus favorables aux centres de données à s’engager activement pour permettre leur implantation. Cet engagement actif rend visible l’importante présence des data centers sur le territoire et suscite des débats dans l’administration. Cependant, c’est uniquement lorsque les recettes fiscales liées aux installations diminuent que les acteurs politiques, inquiets de la présence des centres de données, trouvent une prise pour mener des enquêtes et faire valoir leurs préoccupations. L’opposition qui traverse l’administration crée une impasse politique qui, tout en empêchant la mise en place d’instruments de régulation, maintient aussi ouvertes les possibilités de nouvelles implantations. Non résolue, la tension ne reste pas contenue dans les couloirs de l’administration : elle attire l’attention d’habitants et de militants écologistes.

Les data centers comme problème public ? Procès et mobilisations

  • 29 Valérie Lessertisseur, 2011, « TelecityGroup sur le site de France machine outils - rue Léopold Ré (...)

25À Aubervilliers et à La Courneuve, des implantations de centres de données attirent l’attention de riveraines29. À La Courneuve, les habitantes de la rue Rateau s’étaient auparavant mobilisées, avec succès, contre une société de gestion de déchets stockant les camions à ordures de Paris sur une plate-forme de béton en face de chez elles. Le projet est ainsi abordé avec méfiance. À Aubervilliers, l’implantation d’un nouveau centre de données est programmée rue Léopold Rechossière, à proximité de deux lieux artistiques et culturels importants dans la politique albertivillarienne, notamment en matière de préoccupations liées à l’écologie : les laboratoires d’Aubervilliers et la cité de la Maladrerie. Les habitantes interpellent leurs élus respectifs pour leur poser des questions sur la consommation électrique des infrastructures, leurs possibles raccordements aux réseaux de chaleur locaux, ainsi que sur la nature des activités économiques hébergées dans les centres de données, s’inquiétant notamment de l’inadéquation entre les orientations politiques du territoire (historiquement communiste) et la nature des activités hébergées dans les serveurs (publicité, jeux en ligne, finance).

  • 30 Source : « Précieuses données », En Commun, no 79, décembre 2011/janvier 2012, p. 7.
  • 31 Le projet de centre de données située rue Léopold Réchossière, à Aubervilliers, ne verra jamais le (...)

26Les rencontres avec les élus (notamment l’adjoint à l’urbanisme d’Aubervilliers présenté précédemment, et le maire de La Courneuve depuis 1996, membre du Parti communiste français) se passent très mal. Les riveraines ont peu de marge de manœuvre face au discours du progrès employé pour légitimer les infrastructures : « soit c’est le data center, soit c’est votre téléphone ». Le centre de données est présenté comme la condition matérielle des pratiques technologiques de toute la société, et elles se voient interdites de la mettre en discussion. Par ailleurs, un journal de la communauté d’agglomération, En Commun, présente l’installation comme une aubaine pour l’emploi sur le territoire, en annonçant que le bâtiment accueillera trois à quatre cents salariés30 – estimation largement supérieure, comme on l’a vu, à celle présentée un an plus tard dans le rapport de l’ALEC. Ces relations difficiles et ces informations dissonantes font naître un trouble, une défiance à l’endroit des élus et des infrastructures. Les riveraines de La Courneuve et d’Aubervilliers en parlent autour d’elles, se rencontrent et unissent leurs forces pour faire connaître leurs inquiétudes et mobiliser autour de leur problème. Leur opposition aux centres de données se concentre essentiellement autour de l’hébergeur situé à La Courneuve31 et prend deux formes : celle d’une démarche judiciaire et celle d’une mobilisation collective.

Un procès contre l’infrastructure du progrès

27En janvier 2013 s’ouvre à La Courneuve une enquête publique concernant l’autorisation d’exploitation d’un centre de l’hébergeur Interxion. Cette démarche de concertation surprend les habitants puisque le bâtiment a été inauguré l’année précédente. Les riveraines découvrent alors que le centre est une Installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE), c’est-à-dire susceptible de présenter des dangers pour les habitants à proximité. En effet, les centres de données stockent d’importantes quantités de fuel pour garantir le fonctionnement de l’infrastructure pendant plusieurs jours en cas d’interruption de l’alimentation électrique, posant des risques d’explosion. Par ailleurs, les riveraines se plaignent de nuisances sonores liées au fonctionnement des climatisations qui refroidissent les serveurs. Elles font circuler une pétition, dénonçant le risque et l’absurdité d’une procédure arrivant après coup : que peut changer l’enquête publique si le bâtiment est déjà opérationnel ?

  • 32 Christophe Lagagne, 2015, « Le datacenter Interxion PAR7 apte à poursuivre ses activités » [en lig (...)

28Bien qu’étonnante, la démarche d’Interxion est pourtant légale. La procédure ICPE est longue, et souvent dénoncée par les hébergeurs comme étant un frein à l’investissement en France. La pratique de l’enquête publique relève d’une obligation légale : il s’agit d’une routine procédurale dont les limites en termes de concertation sont bien connues (Webler et Renn, 1995). Mais Interxion prend le parti surprenant de faire construire la première moitié du bâtiment (non soumise à procédure) avant l’enquête et de réaliser rapidement l’étude d’impact environnemental. C’est sur ce dernier point que les riveraines se mobilisent avec la création de l’association Urbaction’93 pour intenter un procès à l’opérateur. Leur action en justice s’appuie sur des failles dans le dossier ICPE présenté lors de l’enquête qui concernent à la fois les informations fournies quant aux quantités de fuel stockées et aux mesures prises pour limiter les nuisances sonores. Les riveraines obtiennent gain de cause, mais la préfecture intervient dans le jugement : l’arrêté préfectoral considère que c’est « la qualité de l’étude d’impact », et non « l’activité du centre d’hébergement », qui a été jugée par le tribunal32. Les nuisances sonores sont considérées comme prises en compte par l’architecture, les risques liés à l’activité « improbables ». L’opérateur est ainsi autorisé à poursuivre l’exploitation, tout en s’engageant à réaliser une nouvelle enquête publique, qui est conduite et validée en 2016. On voit ainsi à l’œuvre un effet d’irréversibilité de la mécanique d’implantation en deux temps : les investissements déjà engagés ne peuvent être mis en danger par une étude d’impact trop rapidement réalisée.

Le data center comme source d’injustice environnementale

  • 33 Le terme désigne à la fois le collectif et les événements qu’ils organisent.
  • 34 Observation du Toxic Tour Detox du 25/01/2015 portant sur les data centers à La Courneuve.

29L’opposition locale aux centres de données ne se limite cependant pas à un procès contre l’implantation. Les dimensions écologiques des questions soulevées par les riveraines attirent l’attention d’une habitante d’Aubervilliers, journaliste spécialisée dans les sujets d’écologie pour le journal en ligne Mediapart, dans lequel elle consacre en 2014 trois publications aux mobilisations contre les centres de données à Plaine Commune. Elle fait aussi partie d’un collectif créé par des habitants de Seine-Saint-Denis qui organise des Toxic Tour Detox33, des « visites guidées des lieux de pollution et d’émission de gaz à effet de serre »34 prenant à rebours les politiques de valorisation patrimoniale glorifiant le passé industriel de la Plaine. Ces visites portent notamment sur les conséquences climatiques et territoriales des infrastructures telles que les autoroutes (A1, A86) et les aéroports (Roissy et Le Bourget), auxquels sont ainsi associés les centres de données. Ceux-ci font l’objet de deux visites, l’une en 2014 à Aubervilliers, et l’autre en 2015 à La Courneuve (voir figure 1).

Figure 1. Data center d’Interxion, objet de la mobilisation du Toxic Tour Detox.

Figure 1. Data center d’Interxion, objet de la mobilisation du Toxic Tour Detox.

Cliché : Urbaction’93.

  • 35 Ibid.

30Les promenades mettent en scène les bâtiments et leurs problèmes : l’enjeu est, d’une part, de rendre perceptibles des infrastructures dont l’invisibilité est dénoncée par les membres du collectif : « on ne le voit pas de l’extérieur, mais c’est un data center, […], aucune affichette ne le signale, et cette invisibilité fait partie du problème des data centers »35. D’autre part, de maintenir une opposition locale qui recherche du soutien et de faire valoir un potentiel lien entre data centers et transformations climatiques (Marty, 2015). S’appuyant abondamment sur le rapport de l’ALEC, le Toxic Tour Detox fait des centres un problème de « justice environnementale » et de « justice climatique ». Il suggère tout d’abord que le progrès est vecteur de pollutions et d’inégalités dont les conséquences sont généralement payées par les populations les plus défavorisées de Plaine Commune dont une partie est en situation de précarité énergétique. Il met ainsi en avant le contraste entre l’importance de la consommation locale des infrastructures et les difficultés que peuvent rencontrer les habitants du département à payer leurs factures de chauffage et d’électricité (Lindgaard, 2015). Il utilise ensuite la présence de l’infrastructure pour poser des questions générales quant aux conséquences de l’informatique sur les émissions de gaz à effet de serre, interrogeant les promesses du numérique en termes de dommages environnementaux.

31Que retenir de ces oppositions ? D’abord, que deux types de critiques s’articulent : l’une, plus locale, met en avant les nuisances sonores, les risques et l’absence de démocratie, rencontre une autre, plus environnementale et technocritique (Jarrige, 2014). Pour le collectif Toxic Tour Detox, rendre visible l’infrastructure, c’est interroger la présence du bâtiment dans des termes articulant injustice environnementale et conséquences climatiques. Aussi riches que soient ces critiques, nous avons également vu qu’elles sont victimes d’une asymétrie de pouvoir vis-à-vis des promoteurs des centres, qui bénéficient du soutien des pouvoirs exécutifs et juridiques.

Acceptabilité et bonnes pratiques : quelles régulations envisageables vis-à-vis des data centers ?

32Néanmoins, les préoccupations qui sont mises en avant tant par les riveraines que par certains acteurs politiques réticents ne sont pas sans conséquences. Élus favorables et acteurs industriels cherchent des solutions pour rendre les data centers plus acceptables. Dans cette perspective, quatre leviers sont alors souvent mentionnés : les catégories juridiques réglementant leur fiscalité, l’intégration urbaine, l’emploi et l’écologie. Ces quatre leviers m’intéressent pour approfondir les modalités d’invisibilité et de mise en lumière des infrastructures.

  • 36 Entretien avec le consultant senior chez Critical Buildings, 29/04/2016.
  • 37 Entretien avec le directeur du Service développement économique de Plaine Commune, 26/06/15.
  • 38 Marie-George Buffet, 2013, « Question no 41093 » [en ligne], Assemblée nationale [URL : http://que (...)
  • 39 Entretien avec le directeur du service Développement économique de Plaine Commune, 26/06/2015.

33L’invisibilité des centres de données peut être envisagée comme un problème d’indifférenciation juridique. Un consultant résume la situation : « on n’existe pas, on n’a pas de case »36. Ce vide n’en est bien sûr pas un puisqu’ils sont, par exemple, soumis à la procédure ICPE. Leurs promoteurs souhaitent par conséquent les inscrire dans des réglementations plus spécifiques, considérant notamment qu’ils ne doivent pas relever du secteur tertiaire (l’hébergement étant une activité de service), mais du secteur industriel. Un tel changement de catégorie permettrait à la fois de mieux maîtriser les terrains susceptibles de recevoir des centres de données et d’augmenter les revenus liés aux impôts locaux37. Ainsi, l’administration de Plaine Commune essaie de convaincre les députés38 et les services fiscaux39 que les centres sont des entrepôts high-tech et les présentent comme une activité industrielle lucrative méritant en cela une classification particulière. Ces installations de grandes tailles, stockant du fuel et des générateurs d’urgence, ont rendu inadéquates les catégories traditionnelles de l’hébergement de service employées par les acteurs (législateurs et hébergeurs) dix ans plus tôt (Carnino et Marquet, 2018). On notera que les activités d’entrepôts sont elles aussi marquées par le brouillage des frontières entre activité de service et processus industriels (Gaboriau, 2016).

  • 40 Patrick Désavie, 2016, « Un data center trop bruyant dans le quartier de Paris » [en ligne], L’Usi (...)

34Différemment de l’approche juridique, qui vise à faire exister les centres de données comme activité singulière aux cadres réglementaires adaptés, au travers des questions d’intégration urbaine, d’emploi et d’écologie, les élus cherchent à réintégrer les infrastructures dans leur environnement pour ne plus donner prise à la contestation. Pour les acteurs politiques qui les soutiennent, il s’agit d’inciter les hébergeurs à fondre à nouveau leurs installations dans le décor en travaillant sur l’architecture et les nuisances sonores. Bien que Kazys Varnelis (2002) et Stephen Graham (2015) insistent sur la « furtivité » des centres de données, les questions soulevées autour de leur intégration urbaine montrent que l’invisibilité esthétique des installations est loin d’être acquise. En effet, au-delà de l’apparence des façades, c’est souvent en raison de problèmes de nuisances sonores que les infrastructures du numérique sont identifiées et dénoncées par les riverains. Par exemple, il aura fallu deux ans aux riverains d’un centre de données de l’hébergeur Zayo, situé dans le quartier du Sentier à Paris, pour faire aboutir une procédure de limitation du bruit généré par la climatisation40. On peut toutefois noter que de tels désagréments mènent rarement à des contestations politiques plus importantes telles que celles à Plaine Commune. En revanche, pour les instances politiques comme pour les hébergeurs, éviter de susciter un trouble vis-à-vis des riverains, c’est aussi, dans une certaine mesure, prévenir les risques de controverses politiques sur le territoire.

  • 41 Source : « Les data centers s’ouvrent aux jeunes du 93 » [en ligne], Le Parisien [URL : http://www (...)

35Par ailleurs, les hébergeurs sont invités à signer la « Charte entreprise territoire », mise en place par Plaine Commune en 2005 et elle incite les entreprises à embaucher localement. Reconnaissant que la contribution des centres est alors très faible41, le directeur de la société d’hébergement TelecityGroup (rachetée depuis par Equinix) s’engage dans la mise en place d’une formation professionnelle en partenariat avec l’IUT de l’université de Paris-XIII Villetaneuse. L’objectif est d’y former douze jeunes diplômés par an aux métiers de la gestion d’infrastructure d’hébergement (compétences croisées en génie électrique, climatisation et réseau de fibre optique et cuivre), avec un emploi garanti à la fin de la formation.

  • 42 La réutilisation de la chaleur exploite l’énergie dégagée par les groupes de climatisation visant (...)

36Enfin, le raccordement des centres de données au réseau de chaleur urbain pour chauffer les bâtiments qui les entourent suscite attentes et espoirs. Il s’agit là d’une réduction technique assez classique des questions d’écologie politique que peuvent poser les technologies numériques (Flipo et al., 2013 ; Jarrige et Le Roux, 2017), qui tend à diviser les critiques. Le principe est le suivant : de consommateur d’électricité, le centre de données deviendrait aussi producteur de chaleur. Une telle convergence infrastructurelle contribuerait à donner une dimension vertueuse à la consommation des données, car faire tourner des ordinateurs n’équivaudrait plus à consommer de l’électricité, mais à chauffer des piscines, des logements, etc. Ainsi, à Aubervilliers, l’hébergeur TelecityGroup a réalisé un partenariat avec l’Institut national de la recherche en agronomie (INRA) pour intégrer sur le site un espace de 1 600 m2 dédié à un arboretum dans lequel faire pousser des végétaux adaptés à un climat méditerranéen. Les opérateurs pourraient ainsi commercialiser, en plus du flux de données, un flux calorifique, valorisant économiquement le recyclage de l’énergie dépensée (Velkova, 2016). Si cette pratique connaît un certain succès médiatique, sa mise en place reste anecdotique (Hampikian, 2017). À la demande des élus et des agents territoriaux, une étude est réalisée sur ces possibilités de raccordement à Saint-Denis en 2012. À La Courneuve, Interxion annonce en 2015 le raccordement d’un futur centre de 20 000 m2. Cependant, ces études et annonces n’ont pas de suite, d’une part, parce que le raccordement aux réseaux de chaleur demande une importante et difficile coordination entre les acteurs (a minima, la collectivité, le gestionnaire de réseau de chaleur et l’hébergeur), buttant notamment sur la réticence des hébergeurs à partager l’information relative à leur consommation et à leur prévision de croissance avec les acteurs publics. D’autre part, parce que la réutilisation de la chaleur va à l’encontre des indicateurs de performance énergétique utilisés par les hébergeurs pour promouvoir l’efficacité de leur installation42. Autrement dit, les hébergeurs ne disposent pas d’instruments pour valoriser la réutilisation de la chaleur (sur ces deux points, voir Hampikian, 2017, p. 180-234). Ainsi, le raccordement au réseau de chaleur fonctionne plus comme une promesse, voire comme un argument rhétorique, que comme un horizon probable de transformation des pratiques. Si elle peut générer quelques frustrations, la mise en avant d’une solution technique qui n’a que peu de chance d’être mise en œuvre permet tout au plus de faire taire les débats que suscite la consommation électrique de ces infrastructures.

37En 2015, le travail sur la législation peine à porter ses fruits et les bonnes pratiques attendues des hébergeurs semblent soit cosmétiques (au regard de l’emploi), soit en contradiction avec les pratiques (au regard de l’économie d’énergie, les gestionnaires ayant recours à d’autres méthodes que celle du raccordement aux réseaux de chaleur). En cela, la régulation nous renseigne doublement sur les modalités de confinement et de mise en visibilité des centres de données. D’une part, la singularisation industrielle (en faire une activité à l’existence juridique précise) suggère que les promoteurs de cette infrastructure veulent la rendre visible, la détacher d’un ensemble confus d’autres activités du secteur tertiaire pour mieux la promouvoir. D’autre part, quand bien même les centres de données deviendraient un objet juridique identifié, les acteurs gouvernant leur implantation ne semblent pas enclins à déconfiner les prises de décision à leur sujet. Malgré les quelques mobilisations, au nom de la diversité et de la complexité des enjeux, l’implantation des centres reste présentée comme une affaire d’experts. In fine, prendre en compte les habitants se résume à promettre une meilleure intégration esthétique des bâtiments et à garantir la prévention contre les nuisances sonores.

Conclusion

38Pour analyser les conditions politiques et sociales de l’implantation des centres de données à Plaine Commune, cet article est parti de la présentation paradoxale qu’acteurs et commentateurs font de ces infrastructures. Invisibles mais massifs, c’est toujours au travers d’un dévoilement que les centres de données sont mis en scène, comme l’ont montré les études urbaines (Furlong, 2010 ; Larkin, 2013 ; Graham et McFarlane éd., 2015). La contribution de l’article à ces débats est d’éclairer cinq manières dont ces centres se dérobent à l’attention des acteurs du territoire, et comment certaines d’entre elles sont saisies par une partie de ces acteurs pour mettre en lumière les problèmes qu’ils peuvent poser. J’ai discuté la furtivité (Varnelis, 2002 ; Graham, 2015), caractère esthétique d’une industrie censée se fondre dans une zone urbaine et industrielle dense, mise ici en défaut par les nuisances sonores que peuvent occasionner les systèmes de climatisation. J’ai souligné le faible intérêt des acteurs politiques pour le développement territorial des infrastructures numériques (Duféal et Grasland, 2003 ; Anacker et Ewans-Cowley, 2005). J’ai brièvement évoqué l’opacité des hébergeurs, refusant bien souvent au nom du secret commercial d’ouvrir leurs portes aux acteurs publics qui enquêtent à leur sujet, et ne partageant pas les informations permettant un calibrage efficace des réseaux de chaleur en cas de raccordement (Hampikian, 2017). J’ai aussi montré le confinement politique, lié aux modalités des décisions d’implantation des installations à Plaine Commune. Enfin, j’ai documenté l’indifférenciation réglementaire par laquelle ils sont associés à des activités de service et confondus avec d’autres types d’installations. L’invisibilité et la visibilité des infrastructures tiennent aux manières dont celles-ci deviennent des problèmes pour les acteurs du territoire. Ces problématisations laissent à penser que les centres de données suscitent une micro-politique des troubles (Emerson et Messinger, 2012) : les dimensions politiques inattendues de ces infrastructures troublent les acteurs, ce qui reconfigure l’ordre normatif et cognitif de leur rapport à l’environnement urbain. À partir de là naissent des actions plus directement politiques, que celles-ci soient en faveur ou à l’encontre des centres de données.

39Pour finir, je propose de retenir deux dimensions symptomatiques de la relation entre territoire et infrastructures numériques. D’abord, la concentration des centres de données témoigne des phénomènes d’agglomération caractéristiques de la dépendance des acteurs numériques aux réseaux de télécommunications, ainsi que des difficultés pour les acteurs publics d’avoir prise sur leur développement (Rutherford, 2009). Les réseaux constituent à la fois la raison de la présence des centres, l’élément qui les met en crise (la menace d’une pénurie d’électricité), et la promesse répétée de leur intégration apaisée (le raccordement au réseau de chaleur). Les propositions de régulation arrivent, d’une certaine manière, toujours trop tard. Cette mécanique de fait accompli semble caractéristique de l’histoire de l’installation des industries en zone urbaine (Jarrige et Le Roux, 2017).

40Enfin, la concentration des installations donne une prise pour penser les enjeux écologiques du numérique. La consommation de l’industrie numérique et des centres de données en particulier a fait l’objet de campagnes de dénonciation (Cook et Van Horn, 2011 ; Flipo et al., 2013) et plus récemment, d’études cherchant à en améliorer la compréhension à l’échelle nationale (Barbier et al., 2016). Au niveau des politiques locales, le développement de centres de données met en porte-à-faux les acteurs institutionnels qui s’investissent pour la transition énergétique. La compétition entre les territoires, l’idéologie du progrès et le discours des promesses légitiment a posteriori la présence des infrastructures et le refus d’adopter des mesures contraignantes. Or l’empreinte écologique du numérique est aussi une question politique pour les militants et riverains qui s’opposent à ces infrastructures. Si elles sont souvent inaudibles et parfois activement disqualifiées, retenons que ces mobilisations développent un répertoire technocritique important en interrogeant la fuite en avant technologique à l’aune du changement climatique.

Haut de page

Bibliographie

Anacker Katrin B. et Evans-Cowley Jennifer S., 2005, « Planning for telecommunications in Germany: telecom hotels », Journal of Urban Technology, vol. 12, no 3, p. 39-58.

Bacqué Marie-Hélène, 1998, « Le Stade de France à Saint-Denis : grands équipements et développement urbain », Les Annales de la recherche urbaine, no 79, p. 126-133.

Bakis Henri, 2013, « Les facteurs de localisation d’un nouveau type d’établissements tertiaires : les datacentres », Netcom [en ligne], vol. 27, nos 3-4 [URL : http://netcom.revues.org/1473], consulté le 1er mai 2018.

Barbier Anthony, Thoraval Gaëtan et Arnould Florence, 2016, L’efficacité énergétique dans les data centers, étude gisement du parc français, Paris, Rapport de l’ENR’CERT.

Bertho Alain, 2008, « La Plaine-Saint-Denis dans l’entre-deux », Revue Projet, vol. 2, no 303, p. 23-30.

Bonnet François, 2012, « Contrôler des populations par l’espace ? Prévention situationnelle et vidéosurveillance dans les gares et les centres commerciaux », Politix, vol. 97, no 1, p. 25-46.

Bowker Geoffrey C., Baker Karen, Millerand Florence et Ribes David, 2010, « Toward information infrastructure studies: ways of knowing in a networked environment », International Handbook of Internet Research, J. Husinger, L. Klastrup et M. Allen éd., Dordrecht, Springer, p. 97-117.

Carnino Guillaume et Marquet Clément, 2018, « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 1, no 3, p. 19-62.

Cook Gary et Van Horn Jodie, 2011, How Dirty is your Data? A Look at the Energy Choices that Power Cloud Computing, Amsterdam, Greenpeace International.

Duféal Marina et Grasland Loïc, 2003, « La planification des réseaux à l’épreuve de la matérialité des TIC et de l’hétérogénéité des territoires », Flux, vol. 4, no 54, p. 49-69.

Emerson Robert M. et Messinger Sheldon L., 2012 [1977], « Micro-politique du trouble : du trouble personnel au problème public », L’expérience des problèmes publics, D. Cefaï et C. Terzi trad. et éd., Paris, Éditions de l’EHESS, p. 57-80.

Evans-Cowley Jennifer S., Malecki Edward J. et McIntee Angela, 2002, « Planning responses to telecom hotels: what accounts for increased regulation of co-location facilities? », Journal of Urban Technology, vol. 9, no 3, p. 1-18.

Flipo Fabrice, Dobré Michelle et Michot Marion, 2013, La face cachée du numérique. L’impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, Éditions L’Échappée.

Furlong Kathryn, 2010, « Small technologies, big change: Rethinking infrastructure through STS and geography », Progress in Human Geography, vol. 5, no 35, p. 460-482.

Gaborieau David, 2016, Des usines à colis. Trajectoire ouvrière des entrepôts de la grande distribution, thèse de doctorat de sociologie, université Paris-I Panthéon Sorbonne.

Gardin Jean, Didier Sophie et Quentin Aurélie, 2016, numéro thématique « Liberté, Égalité, Computer », Justice Spatiale, Spatial Justice, no 10 [URL : http://www.jssj.org/issue/juillet-2016-dossier-thematique/], consulté le 1er mai 2018.

Graham Stephen éd., 2010, Disrupted Cities: When Infrastructure Fails, New York, Routledge.

— 2015, « Stealth architectures and the geographies of backup », Geographies of Information, A. Fard et T. Mesh éd., Cambridge, Harvard University Press, p. 29-36.

Graham Stephen et McFarlane Colin éd., 2015, Infrastructural Lives: Urban Infrastructure in Context, New York, Routledge.

Graham Stephen et Thrift Nigel, 2007, « Out of order: Understanding repair and maintenance », Theory, Culture and Society, vol. 24, no 3, p. 1-25.

Hampikian Zélia, 2017, De la distribution aux synergies ? Circulations locales d’énergie et transformations des processus de mise en réseau de la ville, thèse de doctorat d’urbanisme, université Paris-Est Marne-La-Vallée.

Jarrige François, 2014, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte.

Jarrige François et Le Roux Thomas, 2017, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Le Seuil.

Kitchin Rob, 2014, « The real-time city? Big data and smart urbanism », Geojournal, vol. 79, no 1, p. 1-14.

Larkin Brian, 2013, « The politics and poetics of infrastructure », Annual Review of Anthropology, no 42, p. 327-343.

Leicher David, 2013, Les data centers sur Plaine Commune, Saint-Denis, rapport pour l’Agence locale de l’énergie et du climat de Plaine Commune.

Lindgaard Jade, 2015, Je crise climatique : la planète, ma chaudière et moi, Paris, La Découverte.

Malézieux Jacques, 2003, « Landy-France : un pôle d’activités dans la Plaine Saint-Denis. Nouvelles dynamiques de l’immobilier de bureaux en Ile de France au début des années 2000 », Géocarrefour, vol. 78, no 4 [URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/374], consulté le 1er mai 2018.

Marty Laurence, 2015, Des tours dans la cité. Mobiliser (contre) les inégalités environnementales et climatiques en Seine-Saint-Denis, mémoire de sociologie, EHESS-ENS.

McFarlane Colin et Rutherford Jonathan, 2008, « Political infrastructures: Governing and experiencing the fabric of the city », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 32, no 2, p. 363-374.

Moriset Bruno, 2003, « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour, vol. 78, no 4 [URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/451], consulté le 1er mai 2018.

Musiani Francesca et Schafer Valérie, 2011, « Le modèle Internet en question (années 1970-2010) », Flux, vol. 85-86, no 3, p. 62-71.

Parks Lisa et Starosielski Nicole éd., 2015, Signal Traffic: Critical Studies of Media Infrastructures, Chicago, University of Illinois Press.

Rustenholz Alain, 2015, De la banlieue rouge au Grand Paris. D’Ivry à Clichy et de Saint-Ouen à Charenton, Paris, La Fabrique.

Rutherford Jonathan, 2009, « Le déploiement des réseaux de télécommunications dans les métropoles européennes : l’emprise des territorialités multiscalaires », Flux, vol. 75, no 1, p. 6-15.

Star Susan L., 1991, « Power, technologies and the phenomenology of conventions: on being allergic to onions », A Sociology of Monsters: Essays on Power, Technology and Domination, J. Law éd., New York, Routledge, p. 26-56.

— 1999, « The ethnography of infrastructure », American Behavioral Scientist, vol. 43, no 3, p. 377-391.

Star Susan L. et Ruhleder Karen, 2010 [1996], « Vers une écologie de l’infrastructure », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 4, no 1, p. 114-161.

Thépin Daniel, Vinette Thomas et Paugam Olivier, 2015, « Les data centers franciliens, un essor sous contrainte ? », Note rapide de l’IAU, no 680.

Vanolo Alberto, 2014, « Smartmentality: the smart city as disciplinary strategy », Urban Studies, vol. 51, no 4, p. 883-898.

Varnelis Kazys, 2002, « Towers of concentration, lines of growth », conférence donnée au Center for land use interpretation, Los Angeles, 29 août 2002 [URL : http://index.varnelis.net/articles/towers_of_concentration], consulté le 1er mai 2018.

Velkova Julia, 2016, « Data that warms: Waste heat, infrastructural convergence and the computation traffic commodity », Big Data & Society, vol. 3, no 2, p. 1-10.

Vétel Bruno, 2013, « Déviance en ligne. Enquête sur les serveurs illégaux de jeux vidéo », Terrains & travaux, vol. 22, no 1, p. 115-134.

Webler Thomas et Renn Ortwin, 1995, « A brief primer on participation: Philosophy and practice », Fairness and Competence in Citizen Participation, O. Renn, T. Webler et P. Wiedemann éd., Dortrecht-Boston, Kluwer Academic Publishers, p. 17-33.

Haut de page

Notes

1 Cet article a bénéficié de nombreux échanges et relectures. Je remercie Sara Angeli Aguiton, Sébastien Broca, Guillaume Carnino, Antoine Courmont, Jérôme Denis, Baptiste Kotras, les coordinateur.rice.s du numéro, ainsi que les relecteur.rice.s anonymes de la revue. Toutes et tous ont apporté, à des moments différents de cette lente élaboration, de précieux conseils.

2 Emmanuelle Delsol, 2015, « Projet de loi renseignement : le secteur numérique craint la perte de confiance » [en ligne], L’usine digitale [URL : https://www.usine-digitale.fr/editorial/projet-de-loi-renseignement-le-secteur-numerique-craint-la-perte-de-confiance.N324629], consulté le 04/05/2018.

3 Certains facteurs peuvent être favorisés au détriment d’autres. Ainsi, OVH a conçu le plus grand centre de données d’Europe (20 000 m2) à Gravelines, à proximité de la plus grande centrale nucléaire d’Europe et d’une quinzaine de sites classés Seveso. L’hébergeur se situe en revanche à proximité d’un nœud réseau de l’un de ses fournisseurs en fibre optique et bénéficie d’un apport en électricité direct depuis la centrale (Bakis, 2013).

4 L’Établissement public territorial de Plaine Commune comprend neuf villes : Saint-Ouen, Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve, Stains, Pierrefitte-sur-Seine, Villetaneuse, Épinay-sur-Seine et l’Île-Saint-Denis.

5 ERDF devient Enedis en 2016.

6 Privatisée en 2004, France Télécom est renommée Orange en 2013.

7 Entretien avec le directeur du Service développement économique de Plaine Commune, 26/06/15.

8 Entretien avec un élu Europe Écologie Les Verts de Saint-Denis, 28/06/2015.

9 Source Plaine Commune [en ligne], [URL : http://www.plainecommune.fr/plaine-commu-ne/linstitution/competences/], consulté le 04/05/2018.

10 Procès-verbal du conseil communautaire de Plaine Commune, séance du 25/06/2013.

11 Entretien avec le directeur du service développement économique de Plaine Commune, 26/06/15.

12 Des documents indiquent une démarche de promotion du territoire pour l’implantation de centres de données à partir de 2009. Alors, le vice-président au développement économique de Plaine Commune déclare l’EPT « capitale française des data centers », au regard de la concentration d’installations (plaquette du SIMI, 2009/2010).

13 Entretien avec l’élu en charge de l’urbanisme d’Aubervilliers (2008-2014), 19/05/2015.

14 Les arguments qui suivent sont le fait d’un consultant senior chez Critical Buildings, bureau d’étude spécialisé en data centers qui conseille l’élu. Entretien avec le consultant senior, 29/04/2016.

15 Après la désindustrialisation des années 1970, Aubervilliers est en effet devenu « l’une des plus importantes places d’importation de produits asiatiques d’Europe », si bien que l’on parle à son égard de « nouveau Sentier chinois » (Rustenholz, 2015, p. 251-252).

16 Entretien avec l’élu en charge de l’urbanisme d’Aubervilliers (2008-2014), 19/05/2015.

17 Source : « La pénurie d’énergie menace les data centers » [en ligne], Le Parisien [URL : http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/la-penurie-d-energie-menace-les-data-centers-14-04-2011-1406697.php], consulté le 04/05/2018.

18 Charles de Laubier, 2006, « Les centres d’hébergement et “hôtels de données” sont pris d’assaut : surchauffe ! », La Lettre des télécommunications, no 187.

19 Source : « La pénurie d’énergie menace les data centers » [en ligne], Le Parisien [URL : http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/la-penurie-d-energie-menace-les-data-centers-14-04-2011-1406697.php], consulté le 04/05/2018.

20 Entretien avec l’élu d’Aubervilliers en charge de l’urbanisme (2008-2014), 19/05/2015.

21 Entretien avec le directeur du Service développement économique de Plaine Commune, 26/06/2015.

22 Ce problème se pose d’ailleurs dans des termes similaires à Val d’Europe, dont la directrice du développement économique pointe le faible intérêt d’avoir d’autres projets de centres de données à la suite de la réforme (Hampikian, 2017, p. 196).

23 Engagement au travers de l’adoption du Plan climat énergie territorial (PCET) en 2010 par Plaine Commune, entretien avec l’agent territorial en charge du PCET, 08/04/2015.

24 Entretien avec l’ingénieur en charge du rapport de l’ALEC, 28/04/2015.

25 Marylène Lenfant, 2013, « Les data centers dans le collimateur de Plaine Commune » [en ligne], Journal de Saint-Denis [URL : http://www.lejsd.com/content/les-data-centers-dans-le-collimateur-de-plaine-commune-actualisé], consulté le 04/05/2018.

26 Ce point, objet d’importants désaccords, reste suspendu à la réalisation d’études supplémentaires.

27 Entretien avec le vice-président au développement économique de Plaine Commune, 22/05/2015.

28 Ibid.

29 Valérie Lessertisseur, 2011, « TelecityGroup sur le site de France machine outils - rue Léopold Réchossière » [en ligne], Les data centers de Plaine Commune [URL : http://lesdatacentersdeplainecommune.blogspot.fr/2011/09/telecitygroup-sur-le-site-de-france.html], consulté le 04/05/2018 ; un habitant de La Courneuve, 2011, « Parlons un peu de développement durable » [en ligne], La Courneuve 4 Routes [URL : http://lacourneuve4routes.free.fr/?p=155], consulté le 04/05/2018.

30 Source : « Précieuses données », En Commun, no 79, décembre 2011/janvier 2012, p. 7.

31 Le projet de centre de données située rue Léopold Réchossière, à Aubervilliers, ne verra jamais le jour. Le délai d’attente pour obtenir l’électricité étant trop long, l’investisseur, Colony Capital, et l’hébergeur, Data4 ont changé leurs projets. Sandrine Cassini, 2015, « Data4 armé pour investir massivement » [en ligne], Les Échos [URL : https://www.lesechos.fr/22/05/2015/lesechos.fr/02186371386_data4-arme-pour-investir-250-millions-d-euros.htm], consulté le 04/05/2018.

32 Christophe Lagagne, 2015, « Le datacenter Interxion PAR7 apte à poursuivre ses activités » [en ligne], Silicon [URL : https://www.silicon.fr/datacenter-interxion-par7-poursuivre-activites-a-courneuve-130454.html], consulté le 04/05/2018.

33 Le terme désigne à la fois le collectif et les événements qu’ils organisent.

34 Observation du Toxic Tour Detox du 25/01/2015 portant sur les data centers à La Courneuve.

35 Ibid.

36 Entretien avec le consultant senior chez Critical Buildings, 29/04/2016.

37 Entretien avec le directeur du Service développement économique de Plaine Commune, 26/06/15.

38 Marie-George Buffet, 2013, « Question no 41093 » [en ligne], Assemblée nationale [URL : http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-41093QE.htm], consulté le 04/05/2018.

39 Entretien avec le directeur du service Développement économique de Plaine Commune, 26/06/2015.

40 Patrick Désavie, 2016, « Un data center trop bruyant dans le quartier de Paris » [en ligne], L’Usine Nouvelle [URL : https://www.usinenouvelle.com/article/un-data-center-trop-bruyant-dans-le-quartier-du-sentier-a-paris.N372404], consulté le 04/05/2018.

41 Source : « Les data centers s’ouvrent aux jeunes du 93 » [en ligne], Le Parisien [URL : http://www.leparisien.fr/aubervilliers-93300/les-data-centers-s-ouvrent-aux-jeunes-du-93-13-09-2012-2162574.php], consulté le 04/05/2018.

42 La réutilisation de la chaleur exploite l’énergie dégagée par les groupes de climatisation visant à refroidir les serveurs, et non celle des serveurs eux-mêmes. Or l’indicateur d’efficacité énergétique utilisé par les hébergeurs calcule le ratio entre l’énergie totale utilisée par l’installation (pour les équipements informatiques, les installations électriques, la climatisation) et l’énergie utilisée uniquement par les équipements informatiques. Les hébergeurs ont donc intérêt à trouver des techniques permettant de réduire l’énergie dégagée par la climatisation, et non à la partager grâce à un réseau de chaleur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Data center d’Interxion, objet de la mobilisation du Toxic Tour Detox.
Crédits Cliché : Urbaction’93.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Marquet, « Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8235 ; DOI : 10.4000/traces.8235

Haut de page

Auteur

Clément Marquet

Telecom ParisTech, Département sciences économiques et sociales

Haut de page