Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La bioraffinerie : mythe structurant d’une infrastructure clé de la transition écologique

Biorefineries as performative ecological transition narratives
Julie Gobert
p. 99-116

Résumés

Parangon de l’innovation dans le domaine de la bioéconomie et de la transition énergétique, la bioraffinerie cherche à transformer la biomasse (agricole, sylvestre ou les déchets) en différents produits (énergie, nourriture humaine et animale, matériaux et molécules plateformes), en mimétisme avec la raffinerie pétrolière classique. Elle ressort d’une narration entretenue par différents acteurs, pouvoirs publics, entreprises agro-industrielles, qui considèrent tous que ces nouvelles activités de valorisation de matières renouvelables permettront de satisfaire les impératifs environnementaux et de répondre aux injonctions d’une économie plus circulaire, où les retombées économiques positives d’une infrastructure profitent au territoire d’accueil. Au demeurant, dans leur structuration technique, comme dans leur insertion socio-spatiale, ces infrastructures n’amènent pas la « révolution » annoncée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions les évaluateurs de l’article qui ont permis d’en améliorer la structuration, la SA (...)
  • 2 Trois échelles y sont à l’œuvre : les échelles micro (fonctionnement interne de l’infrastructure), (...)

1Les infrastructures se matérialisent formellement notamment par leur empreinte sur un paysage et par les processus techniques qui leur ont fait voir le jour et leur permettent de fonctionner1. Elles sont aussi révélatrices d’arrangements sociaux et territoriaux présents et/ou passés (entre des acteurs, leurs intérêts et leurs motivations), ainsi que de représentations sociales, économiques et environnementales. Elles répondent à des besoins sociétaux, situés dans le temps et dans l’espace, tout en ayant des impacts importants sur leur territoire d’implantation, que ces derniers soient intentionnels ou non, maîtrisés ou non. L’infrastructure a besoin d’espace, elle l’occupe et le structure de manière plus ou moins déterminante selon les caractéristiques et la dynamique du territoire d’accueil. Pour autant, elle ne s’inscrit pas seulement sur un territoire local, elle concrétise l’action et l’interaction d’acteurs sur différences scènes (filières, secteurs industriels) et échelles2. Elle crée une interface entre la société et l’environnement, dans la mesure où elle engendre différentes interactions entre l’espace et ses « occupants », où elle les affecte positivement et négativement.

2L’analyse des infrastructures, dans leur pluralité ou dans leur spécificité, demande donc des regards interdisciplinaires pour comprendre ce dont elles témoignent comme processus sociaux, économiques, culturels ou environnementaux. Dans cette optique, comprendre ce qu’est et ce que représente la bioraffinerie actuellement semble particulièrement intéressant, en faisant jouer deux prismes : celui de la géographie et celui de la science politique. En effet, parangon de l’innovation dans le domaine de la bioéconomie et de la transition énergétique, la bioraffinerie, selon différents processus, vise à transformer la biomasse (agricole, sylvestre ou les déchets) en différents produits (énergie, nourriture humaine et animale, matériaux et molécules plateformes), en mimétisme avec la raffinerie pétrolière classique. Il s’agit en effet de répliquer les productions obtenues par la transformation du pétrole : plastiques, carburants, etc. Le développement des bioraffineries répond à la volonté de promouvoir les énergies renouvelables et de trouver des alternatives au « tout pétrole », tandis que les ressources fossiles s’épuisent. En cela, les bioraffineries participent à la transition énergétique et écologique à l’échelle locale et globale.

3Le concept de bioraffinerie est guidé par l’idée maîtresse selon laquelle « la technique parviendra toujours à corriger les effets nocifs de la technique et qu’elle est la seule en mesure de le faire. » (Larrère, 1997, p. 109) Aujourd’hui, l’enjeu majeur pour les industriels et pour les pouvoirs publics est de trouver le(s) procédé(s) le(s) plus efficace(s) et efficient(s) (le(s) moins coûteux) pour créer les mêmes molécules socles et donc les mêmes produits (bio-plastiques, biocarburants, etc.) que la raffinerie traditionnelle. Le discours de ces acteurs tend à faire prévaloir une vision très technique des problématiques ainsi posées, et non politique, culturelle et institutionnelle. Dans ce référentiel promouvant le développement de la bioraffinerie, on privilégie une transition environnementale qui ne remette pas en cause les fondements de la société de consommation et les inégalités inhérentes au développement industriel. Les bioraffineries constituent un artefact socio-technique souvent présenté comme une rupture dans les modalités techniques déployées (Colonna et Valceschini, 2017). Pour autant, les études de sciences humaines s’étant intéressées à leur inscription spatiale, politique et/ou sociale montrent les continuités fortes dont les bioraffineries se nourrissent sur le plan des savoirs et savoir-faire (Garnier, 2012 ; Nieddu et Vivien, 2015), mais aussi des infrastructures proprement dites (Gobert et Brullot, 2013). Ainsi, la bioraffinerie induit en fait la reproduction, voire le renforcement de rapports de pouvoir au sein du monde agro-alimentaire (Allaire et al., 2017). Son étude scientifique, disciplinairement séquencée et s’inscrivant avant tout dans la recherche action (donc avant tout en soutien à la structuration de ces objets), renforce le processus de légitimation de la mythologie à l’œuvre (Gras, 2003).

4L’argumentation ci-après développée s’appuiera sur des études menées de 2012 à 2017, de manière interdisciplinaire (soit avec plusieurs disciplines de sciences humaines, soit entre sciences humaines et sociales, sciences pour l’ingénieur et sciences physiques), investiguant les ancrages territoriaux de ces sites de transformation de la biomasse et les modalités d’action collective dont elles témoignent.

5Après avoir présenté la méthodologie appliquée, il sera rappelé à quelles constructions politiques et économiques la bioraffinerie répond et dont sa terminologie même ressort. Dans un deuxième temps, l’ambition est de vérifier l’hypothèse selon laquelle ces infrastructures permettraient aux territoires d’embrasser de nouvelles perspectives (Faure et Négrier, 2013). En effet, ces unités de transformation de la biomasse ressortent rarement d’une innovation radicale mais d’une continuité économique et sociale, qui ne modifie pas structurellement les relations déjà à l’œuvre sur un territoire et les logiques des filières agro-industrielles. La troisième partie mettra en exergue les modalités de prises de décision et la capacité des différents acteurs à y participer, à intervenir à différentes échelles et à influencer les processus de valorisation de la bioraffinerie.

Lecture croisée pour comprendre les ancrages et les ressorts de la bioraffinerie : présentation méthodologique

  • 3 Picardie innovations végétales, enseignements & recherches technologiques : nous avons pu au sein (...)

6Afin de structurer cet article, nous avons souhaité mener une analyse croisée de travaux de recherches. Différents cas d’études réalisées ces cinq dernières ont été explorés et ont servi de base pour structurer cet article : l’un financé par la région Champagne-Ardenne (2012) ; l’autre mené dans le cadre du programme GENESYS de l’Institut de la transition énergétique Pivert3 (MIT1) qui rassemblaient des expertises en sciences humaines (géographie, sociologie, aménagement), en sciences du vivant (agronomie) et en sciences pour l’ingénieur (mécanique, chimie).

  • 4 Dans chacun des cas, une petite dizaine de personnes étaient interrogées. Ces dernières étaient pr (...)

7La recherche FASE (Facteurs sociopolitiques déterminants de l’écologie industrielle et territoriale) nourrissait pour objectif à la fois de mieux connaître les facteurs humains et politiques déterminants dans la réussite des projets de bioraffineries, de savoir s’ils sont le fruit de l’action collective et de mettre à jour les stratégies des acteurs. Cette recherche s’est fondée dans un premier temps sur une étude de la littérature existante sur les bioraffineries et dans un second temps sur des enquêtes de terrain qui comprenaient une phase d’analyse des territoires et des entretiens semi-directifs4. Quatre sites ont été retenus : Lestrem (France), Wanze (Belgique), Kalundborg (Danemark) et Örnsköldsvik (Suède) (Gobert et Brullot, 2013). Cette recherche réunissait des expertises en aménagement et en sciences politiques.

  • 5 Six entretiens ont été conduits et les résultats d’une enquête préalable au sein de Pivert travail (...)

8Dans le cadre du projet MIT1 « Vers un métabolisme industriel et territorial », nous avons élaboré un protocole de recherche qui retrace la socio-genèse de la bioraffinerie de Pomacle-Bazancourt (dans la Marne) et déterminerait son inscription dans une logique territoriale. Une étude de la bibliographie dédiée, ainsi que des entretiens avec les acteurs du projet5, ont ainsi été réalisés.

  • 6 Menées à bien au niveau méso-territorial, ces enquêtes permettent de comprendre un récit politique (...)

9Chacun de ces terrains a donné à voir les agencements territoriaux et extra-territoriaux d’acteurs au service de la bioéconomie et donné à voir comme la bioraffinerie se structurait ou non comme infrastructure centrale ou comme maillon d’une chaîne6. Au-delà des singularités socio-spatiales, ces études ont montré les mythes performatifs à l’œuvre (Callon, 1994), notamment celui d’une économie biocarbonée (ou décarbonnée), présentant moins d’impacts sur l’environnement, participant de la transition énergétique et donc servant le bien commun durable.

10Pourquoi considérer ces discours portés à la fois par les autorités publiques ou collectivités locales (qui financent ou accompagnent localement l’infrastructure afin qu’elle puisse être desservie, acceptée par son voisinage…) et les industriels comme un mythe ? Au-delà de promesses qu’ils contiennent, ces discours se concrétisent à la fois par des financements massifs, la réalisation de nouveaux programmes de recherche et la création de nouvelles entités de transformation. Ils s’appuient sur des termes phares, comme « innovation », « transition environnementale », sans en vérifier la réalité. Ces narrations se révèlent donc très performatives tandis que, dans les projets que nous avons menés, le concept de bioraffinerie et l’infrastructure matérielle qui en résulte sont seulement partiellement socialisés et historisés. La partie suivante montrera de quelle manière la bioraffinerie est emblématique d’une certaine vision de la durabilité et de la transition énergétique.

La bioraffinerie : infrastructure emblématique de la transition écologique

11Le terme « bioraffinerie » peut sembler oxymorique : qu’est-ce qui est « bio » dans une activité de raffinage qui repose sur un certain mimétisme industriel ? L’activité de décomposition de la matière végétale en différentes molécules pouvant permettre l’élaboration de produits comparables à ceux qui sont issus de la transformation du pétrole (biocarburants, bioplastiques…) (Laurent et al., 2011) est considérée comme « bio » et donc écologique, d’une part parce qu’elle est une voie de substitution à l’utilisation d’une ressource fossile ; d’autre part, parce qu’elle utilise des matières organiques considérées comme renouvelables (et ce, malgré les processus intensifs de production agricole dont elles sont souvent issues : usage de pesticides, de fertilisants…). En outre, les bioraffineries rurales se veulent d’autant plus durables dans leur structuration qu’elles s’approvisionneraient de ressources locales et permettraient de satisfaire la logique de circuits courts.

Les bioraffineries : des infrastructures incarnant les principes de durabilité ?

12La bioraffinerie est une infrastructure dans laquelle la biomasse est transformée en un ensemble de produits commercialisables, il peut s’agir de produits non énergétiques (alimentation humaine et animale, molécules, matériaux…) et/ou de la bioénergie (biocarburants, électricité, chaleur) (Wertz, 2011). Infrastructure, la bioraffinerie l’est à la fois par les bâtiments dans lesquels s’effectuent les processus physiques ou chimiques de destructuration de la matière végétale. Elle l’est également par son insertion dans un ensemble de réseaux matériels (approvisionnement en biomasse, nécessité de liaisons infrastructurelles pour les acheminer, puis pour faire sortir les produits) et immatériels (besoins de capitaux techniques et cognitifs pour faire fonctionner l’infrastructure et organiser la chaîne de valeur, liaisons avec d’autres acteurs ou entités du territoire comme les coopératives, les groupes agro-industriels). Lieu de transformation de la matière agricole ou forestière, elle crée une interface entre l’univers naturel (par les différentes ressources naturelles qu’elle transforme), technique et industriel (par les procédés qu’elle utilise), social et humain (en raison des coopérations qu’elle nécessite pour être opérationnelle, et les changements qu’elle induit tant dans les activités aval – agriculture, sylviculture – qu’en amont).

  • 7 Comme c’est le cas pour Pomacle-Bazancourt où plusieurs sites de production proches les uns des au (...)

13Dans certains cas, la bioraffinerie n’est pas une entité isolée, mais elle se matérialise par un réseau d’infrastructures de transformation, soit concentrées dans un même lieu et se prêtant à des synergies7, soit dispersées.

14Cette activité de transformation de la biomasse en produits énergétiques, en matériaux de construction, en d’autres produits alimentaires, etc. n’est pas nouvelle, mais elle se structure aujourd’hui différemment et se voit investie de nouvelles fonctions. Les bioraffineries de première génération se concentrent souvent sur un type de biomasse et un type de production (biodiesel ou bioéthanol), consommant la partie alimentaire de la plante. Elles ont de ce fait été l’un des symboles de la transition énergétique. Elles sont donc très sensibles aux variations de prix des ressources agricoles (maïs, blé, canne à sucre…), ainsi qu’à celui des biocarburants et du pétrole. Par ailleurs, elles sont accusées de participer à l’enchérissement du prix des céréales et de concurrencer les cultures vivrières (Giampietro et Mayumi, 2009). En outre, contrairement aux promesses sur l’impact moindre des bioraffineries par rapport aux raffineries pétrolières, beaucoup de chercheurs soulignent que les premiers résultats de la comparaison ont été obérés par la non-prise en compte de certains facteurs : acidification des sols, eutrophication des eaux, changement direct et indirect de l’usage des sols (Fritsche et al., 2010).

  • 8 Rotation des cultures sur une même parcelle.

15Aussi la deuxième génération d’infrastructures de bioraffinage et de biocarburants s’est-elle forgée sur de nouvelles bases : l’usage d’une matière première n’entrant pas en compétition avec la production alimentaire, une production diversifiée ne se limitant pas aux biocarburants (afin de rendre moins sensibles aux fluctuations de prix les investissements), et donc de nouveaux procédés de conversion, plus propres et moins énergétivores (Cherubini et al., 2009). Ces bioraffineries doivent accompagner une décarbonation de l’économie c’est-à-dire une utilisation du carbone ne provenant pas des ressources fossiles mais des plantes. À cette dynamique s’ajoute la volonté de territorialiser le cycle de production et de transformation de biomasse pour que les retombées économiques et sociales bénéficient au territoire et que les filières se structurent en amont. Dans sa version la plus aboutie, la bioraffinerie du futur est donc censée diversifier ses flux d’entrée, afin d’être moins dépendante d’une ressource, de s’adapter aux exigences saisonnières et climatiques et d’avoir une gestion des assolements8 respectueuse de l’environnement. Les nouvelles générations de bioraffineries, quelle que soit leur forme, ont également pour objet de diminuer les déchets du cycle de transformation de la plante et de réutiliser les sous-produits aux différentes étapes du processus industriel. Pour autant, les scientifiques considèrent que plusieurs verrous technico-économiques n’ont pas encore sauté : procédés énergétivores, trop coûteux, trop dépendants de ressources extérieures (enzymes, levures…).

Un objet symbolique de la transition écologique

16« La bioraffinerie peut être vue comme un concept et un objet intermédiaire […] : un objet possédant une dimension abstraite et conceptuelle qui en fait un outil de coordination, destiné à penser la transition de nos sociétés vers l’usage des ressources renouvelables. » (Nieddu et Vivien, 2015). Les bioraffineries constituent une infrastructure socio-technique, particulièrement promue car les instances européennes dont témoignent les directives européennes, les projets de recherche et développement soutenus sur le concept de bioraffinerie et les gouvernements nationaux y voient la concrétisation de plusieurs potentialités. Elles offrent de nouveaux débouchés à l’agriculture ou à la sylviculture, constituant ainsi une opportunité de développement économique, ou plus simplement de maintien d’une activité industrielle traditionnelle par sa diversification.

17Selon les travaux sur la transition qui ont émergé en Suède (Geels, 2004 ; Berkhout et al., 2004), les différents prototypes et unités de démonstration de bioraffinerie peuvent être considérés comme autant de niches d’innovation sur le plan de la technique, des procédés chimiques ou physiques, qui passent un certain nombre d’étapes validant ou non leur viabilité – rentabilité économique, acceptabilité sociale – avant d’être potentiellement intégrés au régime agro-industriel dominant. Ces projets se retrouvent parfois en compétition, l’enjeu étant d’atteindre un processus de transformation performant économiquement, techniquement, en fonction de la ressource et du procédé utilisé (Karlström et al., 2004). En effet, beaucoup de projets ont aujourd’hui pour ambition de transformer la plante entière et particulièrement la lignocellulose, mais ils n’empruntent pas tous les mêmes protocoles de transformation (Hoogma et al., 2002 ; Hansen et al., 2016 ; Hellsmark et Söderholm, 2016 ; Fevolden et al., 2017). Peu réussissent à passer l’étape industrielle en raison de facteurs endogènes comme des coûts de production trop importants, mais aussi exogènes. Par exemple, si le prix du pétrole est bas, cela dissuade de passer par d’autres matières premières et des processus qui seront plus chers que le coût d’extraction et de transformation du pétrole.

18Derrière les terminologies d’innovation de rupture, de transition énergétique, la réalité observable est différente. La partie suivante doit montrer que le territoire joue un rôle bien plus fondamental que les seuls maîtres d’ouvrage et d’œuvre de la bioraffinerie le laissent apparaître. La partie finale traite quant à elle des limites qui sont données à la transition énergétique qui ne peut se construire indépendamment de changements concomitants sur les usages et sur les modes de décision.

Au nom du renouvelable : le territoire comme gisement matériel et immatériel

Territoire et dépendance du sentier : des « innovations » guidées par le passé

19Nos recherches ont mis en exergue que les bioraffineries rurales ne sont pas des créations ad hoc, mais se nourrissent d’activités passées, de trajectoires technologiques qui préexistaient (Rakotovao et al., 2017). Aussi le territoire d’Örnsköldsvik est-il profondément imprégné par l’économie du bois et de sa transformation, laquelle a connu de nombreux aléas et obligé à des adaptations continuelles, notamment pour l’industrie de la pulpe et du papier, cette dernière ayant subi une forte déprise dans les années 1990-2000. Des innovations partagées entre plusieurs acteurs industriels ont pu émerger en termes de processus et de produits (carburants, plastiques, molécules agro-sourcées), mais l’usage du terme bioraffinerie apparaît davantage comme l’expression de l’opportunité saisie que comme une transformation de l’essence même du projet initial pour promouvoir les énergies renouvelables. Les unités de transformation de la biomasse ont ainsi souvent été estampillées du nom de « bioraffineries » afin de bénéficier de l’effet de marque et de greenwashing que cette terminologie confère à l’infrastructure et à son activité, mais sans changement radical de ces dernières.

20Plus généralement, nous avons pu identifier des processus de « dépendance du sentier » (Palier et Giuliano, 1999 ; Pierson, 2000), bien plus marqués que ne veulent le reconnaître les acteurs de la bioraffinerie, ce qui vient remettre en cause l’idée d’innovations « radicales » qui seraient en rupture avec les processus techniques, sociaux et politiques qui ont précédé. Les trajectoires industrielles sont donc dépendantes du passé industriel local, du territoire et de ses ressources, même si les entreprises selon leur taille et leurs capacités financières peuvent tenter de s’en abstraire au moins partiellement – les grands groupes pouvant délocaliser, fermer des sites, etc. (Lindstedt, 2010 ; Arbuthnott et al., 2010). L’infrastructure peut concrètement être le témoin de cet héritage, car son existence ainsi que les liens institutionnels et organisationnels sont bien plus anciens que l’émergence des bioraffineries. Plusieurs recherches ont souligné cette continuité qu’elle soit technique et économique ou sociale et institutionnelle. Béfort et Nieddu (2017) parlent par exemple de patrimoines productifs constitués de ressources immatérielles et matérielles. Gobert et Brullot (2017) montrent comment la mobilisation des capitaux territoriaux (techniques, infrastructurels, sociaux…) par des acteurs du ou hors du territoire créent des arrangements territoriaux spécifiques permettant de comprendre la structuration d’un projet agro-industriel et ses filiations. Par exemple, Biowanze (à Wanze en Belgique) est une infrastructure de transformation du blé et de la betterave qui a vu le jour en 2008. Elle est le résultat d’une déprise économique (celle des sucreries) et de la nécessité d’élaborer de « nouvelles » solutions.

21D’autre part, même sur les innovations concernant les produits biosourcés, la nouveauté est parfois relative. Sur le site d’Örnsköldsvik, le processus de production de certains produits désormais au cœur du système d’entreprises et d’infrastructures de transformation de la biomasse ligneuse (cellulose et ses dérivés, liqueur noire), dénommé bioraffinerie, était déjà connu depuis la Seconde Guerre mondiale, mais ne s’était finalement pas développé car il n’avait pas encore rencontré ses marchés potentiels.

22Ce cadre explicatif mettant en exergue des causalités historiques, sociales et économiques ne nie pas la possibilité du changement selon différentes impulsions qu’il s’agisse d’événements soudains, d’une nouvelle structuration des acteurs, d’une intervention extérieure… ou de « fenêtres d’opportunité » (Kingdon, 1984), telles que de nouvelles législations ou incitations économiques. Elle oblige cependant non seulement à considérer que, derrière le discours de l’innovation, l’histoire compte (Greener, 2005), mais aussi à identifier les inerties possibles dans la dynamique des systèmes territoriaux et industriels. Un héritage est ainsi tant un actif (une base pour construire) qu’un passif (possibilité de blocage pour des évolutions futures qui se voudraient radicalement différentes des modalités de développement passées et ce, même si l’agro-industrie part et ne laisse que de murs qui peuvent devenir une friche). Or cette historicité est souvent évacuée ou réinterprétée pour servir le mythe de la bioraffinerie comme infrastructure-clef de la bioéconomie, née sous l’impulsion de pionniers visionnaires. On retrouve par exemple ce processus à Pomacle-Bazancourt : y sont célébrés dans les discours promotionnels de la bioraffinerie ceux qui ont structuré le mouvement coopératif dans la première moitié du xxe siècle. La structuration d’une bioraffinerie en serait la suite logique.

Approvisionner la bioraffinerie : vers un nouvel encastrement socio-spatial de l’infrastructure ?

23Malgré la présence d’un ou de bâtiment(s), l’infrastructure n’est pas toujours le reflet d’un ancrage territorial, car elle peut faire fi des caractéristiques de ce dernier, avoir des impacts négatifs sans chercher à les éviter ou à les atténuer et ne pas mobiliser les ressources matérielles (ressources naturelles, infrastructures telles que des voies d’accès…) et immatérielles du territoire (savoir-faire, expertise, réseaux d’acteurs…) (Granovetter, 1973 ; Boons et Howard-Grenville, 2009). Or en raison d’une pression publique au regard des subventions accordées, de la pression socio-professionnelle exercée par les réseaux d’acteurs agricoles, il est demandé à la bioraffinerie, en tant que système technique, d’avoir des externalités positives sur le territoire d’implantation.

24La logique des bioraffineries territorialisées est donc de revendiquer la structuration ou le renforcement de réseaux territoriaux à une échelle « locale » afin de pallier la problématique du découplage entre systèmes de production et usage des ressources locales (Madelrieux et al., 2017) et l’absence de bouclage des cycles des matières (Nesme et Withers, 2016). L’agencement technique qui crée la bioraffinerie repose sur deux piliers : celui de l’amont – production de biomasse, acheminement vers des lieux de stockage puis de transformation – et celui de l’aval – vente vers des clients, logistique vers d’autres lieux de transformation pour subir potentiellement une seconde transformation. Chacun est structuré par un réseau d’acteurs ayant entre eux un certain nombre de relations contractuelles et sur lesquels les acteurs de la bioraffinerie ont une influence plus ou moins forte.

  • 9 Règlement (CE) no 1830/2003 du Parlement européen et du Conseil du 22 septembre 2003 concernant la (...)

25Nous avons avant tout étudié les relations entre l’amont agricole et la bioraffinerie dans les différentes recherches qui ont étayé cet article. Les filières d’approvisionnement sont particulières à chaque ressource (blé, maïs, colza…). Pour les gestionnaires de la bioraffinerie, il est très important de parvenir à les maîtriser, dans une logique économique de court terme certes, mais aussi de moyen terme pour pérenniser le développement de la bioraffinerie et son approvisionnement. Cependant, lesdites filières ne sont pas toujours structurées à un niveau strictement local, sauf quand il s’agit d’une production agricole de niche (comme le colza érucique). Ainsi, les céréales utilisées par Roquette à Lestrem proviennent de l’ensemble du marché européen sans préférence pour le bassin d’implantation, le principe qui sous-tend leur culture étant de ne pas accepter les organismes génétiquement modifiés car leur processus de transformation ne répond pas aux exigences européennes de traçabilité des lots9. À Örnsköldsvik, la création d’une entité en charge des approvisionnements (Domsjö Fiber) a répondu à une logique de rationalisation de l’approvisionnement en bois afin de moins dépendre des fournisseurs, de devenir « un acheteur compétent sur les marchés et de trouver la meilleure matière première disponible » (selon les dires du représentant de l’entreprise). D’où une re-concentration des achats vers le marché domestique pour réduire les incertitudes en termes de qualité des approvisionnements extérieurs. La matière première utilisée par Biowanze est réputée venir de la production wallonne pour les betteraves et cultivée dans un rayon de 300 kilomètres autour du site de transformation pour ce qui concerne le blé. Sur le site de Kalundborg, tandis que les granulés de bois proviennent des pays de la mer baltique, du Canada, de l’Afrique du Sud et du Ghana, Dong Energy a contractualisé avec les agriculteurs danois pour qu’ils fournissent la paille nécessaire. Néanmoins, face à la cherté de cette matière première sur le marché domestique, il existe un intérêt à moyen terme à diversifier les sources d’approvisionnement.

26Ainsi, derrière les discours d’ancrage et d’encastrement territorial et bien qu’une grande diversité de situations existe à cet égard, l’enjeu du développement local que l’infrastructure bioraffinerie pourrait permettre est moindre, face à la volonté de maîtriser les filières et d’avoir un approvisionnement de qualité à moindre coût. Les bioraffineries – leurs nouvelles demandes en qualité, voire en type de biomasse – ne révolutionnent donc pas les principes à l’œuvre dans le monde agro-industriel et approfondissent les sillages déjà présents. Cela n’émane pas seulement de la volonté des acteurs, mais aussi des systèmes dans lesquels ils s’inscrivent. La structure organisationnelle d’une filière peut constituer un verrou, quand elle réduit la capacité d’innovation des acteurs et de reterritorialisation des activités. Elle réduit l’infrastructure à n’être qu’un outil servant les intérêts de certains, en général groupes agro-industriels, sans rencontrer l’adhésion d’autres acteurs. En outre, par ricochet, elle peut réduire la capacité de l’amont agricole à s’engager dans la transition agro-écologique et donc vers des pratiques plus durables. Car comme l’ont soulevé Fares et ses coauteurs (Fares et al. 2012), le système de production agricole dominant peut être caractérisé comme un système verrouillé (lock-in) autour d’un paradigme technologique reposant sur un usage intensif des intrants – fertilisants, herbicides, pesticides etc. Le paradigme scientifique, orienté vers l’agrochimie et l’ingénierie génétique, reste ainsi prévalent et permet à des agencements d’acteurs de se maintenir.

Les futurs désirables de la bioéconomie : un huis-clos décisionnel

27La bioraffinerie est une infrastructure qui incarne un ensemble d’ambitions environnementales et sociétales, en particulier celles de la transition énergétique – production de bio-carburant, recherche de process de production moins énergétivore, moins d’impacts… – et écologique – nouvelle inscription sur les territoires, participation de publics plus variés. Pour autant, tandis que certains auteurs de sociologie, d’anthropologie ou de sciences politiques (Dobigny, 2009 ; Rumpala, 2013) considèrent que « les énergies renouvelables sont beaucoup plus qu’une source d’énergie alternative » et qu’« elles portent [potentiellement] un projet social, économique, politique et organisationnel nouveau » (Raineau, 2010, p. 27), l’étude du système socio-technique sur lequel repose l’infrastructure bioraffinerie montre que ce n’est pas nécessairement le cas, que ce soit à l’échelle locale et régionale ou nationale voire supra-nationale. Les grands groupes, exploitants de bon nombre des bioraffineries existantes, souhaitent privilégier les représentations et les fonctionnements hérités du passé, plutôt que de restructurer ou de modifier un système de redistribution de la valeur et du pouvoir. De fait, les potentialités de réorganisation des collectifs d’acteurs humains et non humains (Labussière et Nadai, 2013) par le biais des bioraffineries restent limitées pour l’instant. Les choix qui tendent à développer la transformation de la biomasse via des bioraffineries sont souvent consécutifs de tours de table réduits. Il n’existe pas de nouvelles formes de contrôle démocratique face à ces objets techniques (Feenberg, 2004) qui ont pourtant un ensemble d’impacts qui vont au-delà du lieu où les bioraffineries sont sises et de ce fait touchent un ensemble de personnes sans qu’elles puissent intervenir sur les choix techniques. À Wanze, il existe par exemple un comité de suivi et un traitement des plaintes liées aux nuisances. Or ce dispositif se concentre sur l’infrastructure comme structure industrielle dans un espace restreint, et non comme structure dont le fonctionnement a des répercussions à différentes échelles.

  • 10 Dans la rhétorique des porteurs de projet, la création d’emplois et le développement économique so (...)

28La structuration des projets se fait indépendamment des populations locales, qui ne sont pas intégrées dans des dispositifs de régulation ou de partage des bénéfices10, car les enjeux sous-jacents sont considérés comme devant être traités par des experts. La société civile n’est ni consultée ni concertée sur le choix de développer la valorisation de la biomasse, ou à l’échelle des projets (Kern et Smith, 2008). Les choix industriels et technologiques ne font pas l’objet d’une réflexion collective, malgré leurs incidences sociales et environnementales sur le territoire. Les procédures usuelles d’études d’impact ou d’évaluation environnementale nécessaires à l’acceptation d’un projet restent cloisonnées et ne permettent pas de discuter de leur opportunité ou de choix sociétaux sous-jacents (Gobert, 2016). Ce déficit démocratique est problématique (Hendriks, 2009) parce qu’il obère l’un des principes de développement durable sur lequel la transition environnementale est basée, celui de la participation.

29En outre, les industriels pensent le plus souvent en termes de zone d’approvisionnement, de prix des matières premières et de leur transport (la logistique joue un rôle très important) ; parfois, ils cherchent à maîtriser la filière par son intégration (prise de participation dans des coopératives, rachat…). Au demeurant, les changements induits pour les agriculteurs en termes de pratiques, d’autonomie, de capacité à co-élaborer les décisions concernant leur activité, sont occultés. Ces derniers sont considérés comme adaptables à de nouveaux impératifs et non comme parties prenantes d’un processus décisionnel. Les études que nous avons réalisées, particulièrement celle qui concerne le colza érucique, montrent les rapports de domination et la manière dont le futur jugé désirable (le développement vers lequel un ou plusieurs acteurs souhaitent aller) (Borup et al., 2006) est dessiné par certains preneurs de décision, en général les agro-industriels, sans partage avec ceux qui approvisionnent la bioraffinerie comme les coopératives ou les agriculteurs ou bien encore les consommateurs des produits. Les attentes envers le futur sont déterminées par les industriels ou agro-industriels en bout de chaîne de valorisation ; les fournisseurs de biomasse se plient bon gré mal gré à ces volontés, à la conjoncture, à la performance des semences qui leur sont mises à disposition sans connaître la manière dont leur fruit sera ensuite transformé. Cette capacité de vision et d’interaction aux échelles méso (connaissance des enjeux locaux et maîtrise des cahiers des charges en fonction des exigences du produit final) et macro-territoriales (connaissance des marchés, des institutions nationales et européennes leur permettant d’agir, de demander des aides…) participe du pouvoir des industriels sur la filière amont.

Conclusion

30La mise en récit de la bioraffinerie comme infrastructure de transition constitue un mythe. En effet, la bioraffinerie apparaît comme un parangon de la bioéconomie, plébiscitée par les pouvoirs publics et de nombreux secteurs économiques comme « nouvelle prophétie technologique » (Jarrige, 2015) : celle-ci permettrait d’assurer la transition écologique et énergétique, en recourant à l’utilisation de la biomasse, considérée comme renouvelable. Aussi étudier l’infrastructure bioraffinerie permet-il de regarder comment les agencements d’acteurs dans le monde agro-industriel se (ré-)organisent pour répondre aux contraintes actuelles d’une prise en compte des impacts environnementaux et d’une diminution du recours aux énergies fossiles. Au demeurant, même si elle se structure au travers d’un certain nombre d’évolutions techniques et organisationnelles, l’infrastructure de la bioraffinerie s’inscrit dans une histoire territoriale et dans des rapports de pouvoir pré-existants, que son fonctionnement cherche à maintenir. En ce sens, elle pérennise des systèmes établis, où le secteur agro-industriel met en forme les futurs désirables, se conformant à certains impératifs de durabilité, tout en en écartant d’autres – recours à une agriculture intensive, pas de renouvellement des collectifs prenant les décisions. La demande sociale d’ancrage territorial des activités économiques afin de répondre aux attendus d’une économie plus circulaire et du maintien d’emplois sur les territoires ruraux, n’induit pas de renouvellement des collectifs territoriaux dans le cas des bioraffineries. Elle est en fait détournée par les acteurs agro-industriels pour maîtriser les circuits d’approvisionnement et s’en affranchir si tant est que les marchés le permettent.

31La rhétorique de l’évolution technologique capable de résoudre les problèmes les uns après les autres – comme celui de la compétition entre production agricole alimentaire et production énergétique – masque un certain nombre d’incertitudes. Ces dernières fragilisent les promesses futures de la bioéconomie qui cherchent pourtant à satisfaire aux principes de durabilité à toutes les échelles et relocalisation d’activités industrielles. Les infrastructures nommées bioraffineries illustrent les ambiguïtés d’un discours qui tend à montrer la capacité de l’industrie et des pouvoirs publics à (ré)agir face aux impératifs environnementaux, mais qui ne prend pas en compte toutes les dimensions économiques, sociales et environnementales de l’infrastructure.

Haut de page

Bibliographie

Allaire Gilles et Daviron Benoît éd., 2017, Transformations agricoles et agro-alimentaires, Versailles, QUAE.

Arbuthnott Andrew, Eriksson Jessica et Wincent Joakim, 2010, « When a new industry meets traditional and declining ones: An integrative approach towards dialectics and social movement theory in a model of regional industry emergence processes », Scandinavian Journal of Management, vol. 26, no 3, p. 290-308.

Barthes Roland, 1957, Mythologies, Paris, Le Seuil.

Béfort Nicolas et Nieddu Martino, 2017, « De la variété des ancrages territoriaux des firmes en Chimie Doublement Verte », Géographie, économie, société, no 1, p. 133-152.

Berkhout Frans, Smith Andrian et Stirling Adrian, 2004, « Socio-technological regimes and transition contexts », System Innovation and the Transition to Sustainability: Theory, Evidence and Policy, E. Boelie, F. Geels et K. Green éd., Camberley, Elgar, p. 48-75.

Boons Franck et Howard-Grenville Jennifer éd., 2009, The Social Embeddedness of Industrial Ecology, Cheltenham, Edward Edgar.

Borup Mads, Brown Nik, Konrad Kornelia et Van Lente Harro, 2006, « The sociology of expectations in science and technology », Technology Analysis & Strategic Management, vol. 18, nos 3/4, p. 285-298.

Callon Michel, 1994, « L’innovation technologique et ses mythes », Les Annales des Mines, no 34, p. 5-17.

Cherubini Francesco, Bird D. Neil, Cowie Annette, Jungmeier Gerfried, Schlamadinger Bernhard et Woess-Gallasch Susanne, 2009, « Energy- and greenhouse gas-based LCA of biofuel and bioenergy systems: Key issues, ranges and recommendations », Resources, Conservation and Recycling, vol. 53, no 8, p. 434-447.

Colonna Paul et Valceschini Egizo, 2017, « La bioéconomie : vers une nouvelle organisation des systèmes agricoles et industriels », Transformations agricoles et agro-alimentaires, G. Allaire, B. Daviron éd., Versailles, QUAE, p. 153-165.

Dobigny Laure, 2009, « Changement énergétique et rapport au monde », Énergie et société : sciences, gouvernances et usages, M.-J. Menozzi, F. Flipo et D. Pecaud éd., Aix-en-Provence, Édisud, p. 215-224.

Fares M’hand, Magrini Marie-Benoit et Triboulet Pierre, 2012, « Transition agroécologique, innovation et effets de verrouillage : le rôle de la structure organisationnelle des filières. Le cas de la filière blé », Cahiers agricultures, vol. 21, no 1, p. 34-45.

Faure Alain et Négrier Emmanuel, 2013, Croyances politiques et territoires, rapport de recherche.

Feenberg Andrew, 2004, (Re)penser la technique. Vers une technologie démocratique, Paris, La Découverte/MAUSS.

Fevolden Arne Martin, Coenen Lars, Hansen Teis et Klitkou Antje, 2017, « The role of trials and demonstration projects in the development of a sustainable bioeconomy », Sustainability, vol. 9, p. 419-434.

Fritsche Uwe, Sims Ralph et Monti Andrea, 2010, « Direct and indirect land use competition issues for energy crops and their sustainable production – an overview », Biofuels, Bioproducts and Biorefining, vol. 4, no 6, p. 692-704.

Garnier Estelle, 2012, Une approche socio-économique de l’orientation des projets de recherche en chimie doublement verte, thèse soutenue le 30 mai, université de Reims.

Geels Frank, 2004, « From sectoral systems of innovation to socio-technical systems: Insights about dynamics and change from sociology and institutional theory », Research Policy, vol. 33, no 6/7, p. 897-920.

Giampietro Mario et Mayumi Kozo, 2009, The Biofuel Delusion: the Fallacy of Large Scale Agro-Biofuels Production, Londres, Routledge.

Gobert Julie, 2016, « D’une acceptabilité “end of pipe” à une réflexion multiscalaire sur les systèmes socio-techniques : exemple des bioraffineries », VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], vol. 16, no 1, [URL : http://vertigo.revues.org/16930].

Gobert Julie et Brullot Sabrina, 2013, « Bioraffineries, biocarburants, produits bio-sourcés : l’écologie comme prétexte ? » Ecologie politique vs Ecologie industrielle : Quelles stratégies pour le développement durable ?, A. Diemer, C. Figuière, M. Pradel éd., Clermont-Ferrand, Éditions Oeconomia, p. 232-252.

Gobert Julie et Brullot Sabrina, 2017, « La mobilisation du capital territorial pour le développement d’une logique d’EIT », Revue d’économie régionale et urbaine, no 5, p. 881-903.

Granovetter Mark, 1973, « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, p. 1 360-1 380.

Gras Alain, 2003, Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard.

Greener Ian, 2005, « The potential of path dependence in political studies », Politics, vol. 25, no 1, p. 62-72.

Hansen Teis et Coenen Lars, 2016, « Unpacking resource mobilisation by incumbents for biorefineries: The role of micro-level factors for technological innovation system weaknesses », Technologic Analysis & Strategic Management, vol. 29, no 5, p. 500-513.

Hellsmark Hans et Söderholm Patrik, 2016, « Innovation policies for advanced biorefinery development: Key considerations and lessons from Sweden », Biofuels, Bioproducts and Biorefining, vol. 11, no 1, p. 28-40.

Hendriks Carolyn, 2009, « Policy design without democracy? Making democratic sense of transition management », Policy Science, vol. 42, p. 341-368.

Hoogma Remco, Kemp Reno, Schot Johan et Truffer Bernhard, 2002, Experimenting for Sustainable Transport Experimenting for Sustainable Transport: The Approach of Strategic Niche Management, Londres, New York, Routledge.

Jarrige François, 2015, « Révolutions industrielles : histoire d’un mythe », Revue Projet, vol. 349, n2015/6, p. 14-21.

Karlström Magnus et Sandén Björn A., 2004, « Selecting and assessing demonstration projects for technology assessment: The case of fuel cells and hydrogen systems in Sweden », Innovation: Organization & Management, vol. 6, no 2, p. 286-293.

Kern Florian et Smith Adrian, 2008, « Restructuring energy systems for sustainability? Energy transition policy in the Netherlands », Energy Policy, no 36, p. 4 093-4 103.

Kingdon John, 1984, Agendas Alternatives and Public Policies, Boston, Little Brown & Co.

Labussière Olivier et Nadai Alain, 2013, « Les nouveaux collectifs socio-techniques de la transition énergétique : analyses et perspectives de recherche », Colloque « Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne : Analyse socio-économique, synergies et divergences », Strasbourg, 21-22 octobre.

Larrère Catherine et Raphaël, 1997, Du bon usage de la nature, Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Flammarion.

Laurent Pascal, Roiz Julie, Wertz Jean-Luc, Richel Aurore et Paquot Michèle, 2011, « Le bioraffinage, une alternative prometteuse à la pétrochimie », Biotechnologie, agronomie, société et environnement, vol. 15, no 4, p. 597-610.

Lindstedt Jan, 2010, « Report on swedish experience – from demo to production scale of cellulose based ethanol », 1st International Conference on Ligno-Celluloic Ethanol, Copenhagen, October, p. 13-15.

Madelrieux Sophie, Buclet Nicolas, Lescoat Philippe et Moraine Marc, 2017, « Caractériser les formes d’interaction entre filières agricoles et territoires : quelles méthodes ? », Cahiers agricultures, vol. 26, no 2, article no 24 002.

Nesme Thomas et Withers Paul J.A., 2016, « Editorial: Sustainable strategies towards a phosphorus circular economy », Nutrient Cycling in Agroecosystems, vol. 104, no 3, p. 259-264.

Nieddu Martino et Vivien Franck-Dominique, 2015, « ‪La bioraffinerie comme objet transitionnel de la bioéconomie‪ », Économie rurale, vol. 349-350, no 2015/5, p. 7-11‬‬‬‬.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Palier Bruno et Bonoli Giuliano, 1999, « Phénomènes de Path Dependence et réformes des systèmes de protection sociale », Revue française de science politique, 49ᵉ année, no 3, p. 399-420.

Pierson Paul, 2000, « Increasing returns, path dependence and the study of politics », The American Political Science Review, vol. 94, no 2, p. 251-267.

Pithan Franck, 2013, Développement d’une méthodologie pour l’analyse d’un écosystème socioéconomique émergent et le management d’un projet complexe d’innovation – Application au projet PIVERT, Mémoire de thèse professionnelle, université de technologie de Compiègne.

Raineau Laurence, 2010, « Les énergies renouvelables : entre tradition et modernité », Multiples du social. Regards socio-anthropologiques, C. Moricot éd., Paris, L’Harmattan, p. 27-32.

Rakotovao Miravo, Gobert Julie et Brullot Sabrina, 2017, « Bioraffineries rurales : la question de l’ancrage territorial », Lucrarile seminarului seografic “Dimitrie Cantemir”, vol. 44, no 1, p. 85-100.

Rumpala Yannick, 2013, « Formes alternatives de production énergétique et reconfigurations politiques. La sociologie des énergies alternatives comme étude des potentialités de réorganisation du collectif », Flux, vol. 92, no 2013/2, p. 47-61.

Sims Ralph, Taylor Michael, Saddler Jack et Mabee Warren, 2008, From 1st to 2nd Generation Biofuel Technologies. An Overview of Current Industry and RD&D Activities, Paris, IEA Bioenergy, OECD/IEA.

Wertz Jean-Luc, 2011, « État des lieux du bioraffinage axé sur les produits non-énergétiques », Note de synthèse, Gembloux, Valbiom.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions les évaluateurs de l’article qui ont permis d’en améliorer la structuration, la SAS Pivert et l’ex-Région Champagne-Ardenne, qui ont financé les projets sur lesquels se fondent en partie ses réflexions. Cet article s’est nourri des travaux menés avec Miravo Rakotovao, Sabrina Brullot et Chaïma Ben Nasr qui a réalisé les entretiens sur le site de Pomacle en qualité de stagiaire.

2 Trois échelles y sont à l’œuvre : les échelles micro (fonctionnement interne de l’infrastructure), meso (interactions au niveau du territoire d’accueil ou d’impact) et macro (niveau où se décident les réglementations et législations qui s’appliquent et auxquelles tous les acteurs n’ont pas nécessairement accès, sauf à construire des coalitions ou lobbies) (Gobert, 2016).

3 Picardie innovations végétales, enseignements & recherches technologiques : nous avons pu au sein de cet Institut de la transition énergétique participer à de nombreuses réunions trans-projets.

4 Dans chacun des cas, une petite dizaine de personnes étaient interrogées. Ces dernières étaient principalement issues des collectivités locales (communes, régions en raison de leur compétence économique) ou bien encore des instances de la bioraffinerie en direct, par exemple des directeurs de sites ou scientifiques ayant aidé à la structuration du projet.

5 Six entretiens ont été conduits et les résultats d’une enquête préalable au sein de Pivert travaillés par Franck Pithan par entretiens ont également exploités.

6 Menées à bien au niveau méso-territorial, ces enquêtes permettent de comprendre un récit politique et industriel, sans pouvoir toutefois le mettre en résonnance avec d’autres (celui des riverains par exemple). La dernière étude sur le colza érucique a permis d’ébaucher le discours des agriculteurs, qui en l’espèce n’identifiaient pas la bioraffinerie et ses différentes unités de transformation, leur rôle se limitant à fournir la biomasse et à la transporter jusqu’aux lieux de stockage dédiés.

7 Comme c’est le cas pour Pomacle-Bazancourt où plusieurs sites de production proches les uns des autres – sucrerie, amidonnerie – interagissent, échangent et mutualisent leurs flux.

8 Rotation des cultures sur une même parcelle.

9 Règlement (CE) no 1830/2003 du Parlement européen et du Conseil du 22 septembre 2003 concernant la traçabilité et l’étiquetage des organismes génétiquement modifiés et la traçabilité des produits destinés à l’alimentation humaine ou animale produits à partir d’organismes génétiquement modifiés, et modifiant la directive 2001/18/CE.

10 Dans la rhétorique des porteurs de projet, la création d’emplois et le développement économique sont censés offrir une contrepartie aux populations locales pour les effets négatifs causés. Toutefois, dans la mesure où ces dernières ne participent pas aux choix concernant le territoire qu’elles occupent, ces justifications posent question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Gobert, « La bioraffinerie : mythe structurant d’une infrastructure clé de la transition écologique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8259 ; DOI : 10.4000/traces.8259

Haut de page

Auteur

Julie Gobert

INSA de Strasbourg et LEESU (École nationale des Ponts et Chaussées)

Haut de page