Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Gérer les dysfonctionnements. Les ingénieurs de l’assainissement à Varanasi (Inde)

Managing underperformance. The engineers of wastewater infrastructures in Varanasi (India)
Bérénice Girard
p. 137-158

Résumés

Les infrastructures urbaines sont souvent particulièrement remarquables en Inde du fait de leurs défauts (coupure, fluctuation importante, état délabré, etc.), ainsi que de leur rythme de construction soutenu (grands projets de dépollution, métro, ponts autoroutiers, etc.). Dans cet article, je m’intéresse au réseau d’assainissement de la ville de Varanasi, devenu depuis les années 1980 un symbole de ces difficultés de gestion urbaine, notamment à cause du déversement quotidien de centaines de millions de litres d’eaux usées sans traitement dans le Gange, et ce malgré des investissements massifs (Alley, 2014). En me concentrant sur le personnel technique qui gère et entretient les stations d’épuration et de pompage désavouées, je tente d’analyser à la fois leur vision et analyse des dysfonctionnements, et le rôle des dynamiques sociales, professionnelles et institutionnelles dans la pérennité de l’échec.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier R. Lardinois, C. Gadéa, V. Caru, A. Bouzard, les relecteurs anonymes et le (...)
  • 2 L’installation de systèmes conventionnels d’assainissement est particulièrement complexe dans les (...)

1Le Gange, l’un des plus longs fleuves indiens, est aussi l’un des plus pollués du sous-continent à cause du déversement massif d’eaux usées par les municipalités riveraines1. En 1986, un premier projet de construction d’infrastructures d’interception, diversion et traitement (collecteurs, stations de pompage et d’épuration) est lancé par le gouvernement de New Delhi, mais des difficultés liées au contexte urbain et des erreurs de planification en ont rapidement compliqué la gestion et l’entretien2. Dès la première moitié des années 1990, des collectifs de résidents et des associations de défense de l’environnement dénoncent dans plusieurs villes riveraines ces nouvelles infrastructures jugées inefficaces. En 2009, le gouvernement fédéral annonce le lancement d’un nouveau programme de construction. De nombreuses stations datant des années 1980 sont ainsi vouées à tomber progressivement en désuétude ou à être entièrement rénovées.

  • 3 À l’exception notable du travail doctoral de P. Vincent (Vincent, 2013) et des travaux récents de (...)

2Plusieurs travaux académiques se sont intéressés aux réseaux urbains indiens d’approvisionnement en eau, mais, en comparaison, peu ont posé la question de la gestion et de l’entretien des équipements de traitement des eaux usées, ou celle de la sociologie de ses travailleurs (Zérah, 2003 ; Coelho, 2004 ; Bjorkman, 2015 ; Anand, 2017). Les études sur l’assainissement ont en effet été principalement consacrées aux inégalités d’accès au réseau, à la gestion des déchets solides, à la vidange et au nettoyage manuels des égouts, ou encore aux programmes de lutte contre la pollution (Alley, 2002 ; Chaplin, 2011 ; Cavé, 2015). Or les éléments mécaniques, comme les stations d’épuration et de pompage, semblent être restés les impensés de cette réflexion sur la propreté des villes indiennes3. Le fonctionnement complexe de ces infrastructures, intégrées dans un large réseau urbain, est généralement jugé à l’aune de chiffres et de mesures biologiques. Cette quantification de l’efficacité et le caractère mécanique du processus tendent dès lors à cacher le travail de gestion et d’entretien qui s’y déroule (Chay et Thoemmes, 2015). L’observation de ces infrastructures permet pourtant d’éclairer le rôle des dynamiques sociales, professionnelles et institutionnelles et des représentations des employés dans le traitement. Tandis que dans le contexte indien, la hiérarchie des castes « s’exprime de façon privilégiée en termes de pureté et d’impureté relatives », les eaux usées font partie des éléments les plus impurs, créant ainsi un risque de « pollution » par le contact (Tarabout, 2010). L’étude des interactions de travail dans les stations de pompage et d’épuration permet dès lors d’interroger la tension entre réalisation de tâches techniques complexes et proximité à la matière impure, exacerbée par le dysfonctionnement et la dégradation du réseau et des infrastructures.

  • 4 Notre terrain s’est répartit sur plusieurs grandes villes riveraines. À Varanasi, nous avons pu ré (...)
  • 5 À cela s’ajoute une longue procédure légale, engagée par l’une des ONG susmentionnées et la munici (...)
  • 6 On retrouve des témoignages de la pollution du Gange depuis l’époque coloniale, mais c’est surtout (...)
  • 7 Varanasi et Kanpur (située en amont) sont généralement considérées comme les deux villes où la sit (...)

3En nous appuyant sur trois terrains de plusieurs mois, réalisés entre 2012 et 2014 (sur quatre, six et trois mois respectivement), plus de 130 entretiens4 et une étude systématique de la presse locale anglophone ainsi que des rapports techniques publiés par les experts du gouvernement central et les bailleurs de fonds internationaux, nous tenterons d’éclairer la manière dont les ingénieurs, techniciens et agents techniques et d’entretien conçoivent leur objet et lieu de travail. Nous analyserons aussi la place qu’occupent ces infrastructures construites dans les années 1980 dans la géographie urbaine, tandis que les chantiers de rénovation et de construction de nouvelles stations de pompage et d’épuration tardent à être lancés du fait d’une réforme des modes de planification et de la difficulté à trouver des espaces constructibles en ville5. Nous nous intéresserons plus particulièrement au cas de Varanasi (anciennement Bénarès) dont les spécificités architecturales et religieuses rendent particulièrement sensibles les pratiques d’assainissement dans l’espace urbain. La ville est en effet un des plus grands centres de pèlerinage au monde, considéré par des centaines de millions d’hindous comme un lieu sacré de jonction entre le monde terrestre et le monde des dieux. La baignade dans le Gange à Varanasi apporterait purification et libérerait les âmes. Elle attire chaque jour des dizaines de milliers de pèlerins et de croyants. Les ghāṭ, escaliers qui permettent l’accès au fleuve pour les bains rituels et qui forment l’une des artères principales de la ville, sont entrecoupés d’imposantes stations de pompage et de ruisselets d’eaux usées. Par-delà la question évidente de la santé publique, la pollution du Gange est devenue, depuis les années 1980, un enjeu de politique nationale6, et Varanasi son symbole7. À intervalles réguliers, des hommes politiques de premier plan, comme l’actuel chef de gouvernement Narendra Modi, demandent ainsi le lancement de nouveaux programmes de construction et la mise en place de réformes des modes de gestion des équipements urbains dans les villes riveraines, en prenant pour exemple cette cité. Ces appels au changement, qui saturent le discours politique sur la pollution du Gange, participent à y rendre particulièrement visible le dysfonctionnement du système d’assainissement, favorisant une importante couverture médiatique et la multiplication des rapports d’expertise.

4Le cas de Varanasi permet dès lors d’aborder de manière précise la triple tension qui existe entre tâches techniques complexes, impureté de l’objet et dysfonctionnement des équipements. En étudiant à la fois ce que les ingénieurs, les techniciens et les agents techniques et d’entretien font à l’infrastructure, et ce que l’infrastructure fait à leur égard, nous tenterons d’éclairer les conséquences de l’échec de la gestion des eaux usées sur la représentation du travail et de son objet. Nous verrons comment la défaillance des infrastructures est causée, tout en les mettant à jour, par des logiques de domination internes aux départements techniques. Les stations d’épuration étant des lieux très hiérarchisés, on observe une forte différenciation entre les ingénieurs et les techniciens supérieurs d’un côté et les agents techniques et d’entretien de l’autre. Dans un contexte politique où la priorité est donnée à l’innovation et à la construction massive, chaque échelon lutte pour donner du sens à ses tâches quotidiennes, ce qui entraîne une certaine dévalorisation du travail et une désaffection professionnelle dans les échelons supérieurs.

Un travail dévalorisé

  • 8 Jal Nigam peut être traduit par Agence (« Nigam ») de l’Eau (« Jal »).
  • 9 Dans le cadre d’un montage spécifique à l’État d’Uttar Pradesh et afin de pallier la faiblesse des (...)
  • 10 Pour une étude plus détaillée du parcours socio-professionnel des ingénieurs voir Girard (à paraît (...)
  • 11 Entretien avec un ingénieur, octobre 2012, traduit de l’anglais.
  • 12 Au moment de notre terrain, l’unité se composait, selon nos informations, d’un ingénieur en chef ( (...)
  • 13 Nous n’avons cependant pas pu accéder au nombre exact d’employés réguliers de l’agence, l’ingénieu (...)
  • 14 Vincent (2013) a en particulier démontré dans son étude sur Kanpur la forte corrélation entre les (...)
  • 15 Une troisième station d’épuration est gérée par la société des chemins de fer et traite les eaux u (...)

5L’entretien du réseau d’assainissement de Varanasi est réparti entre l’agence municipale (qui s’occupe des canalisations), la municipalité (qui gère les déchets solides) et l’agence régionale de l’eau (la Jal Nigam8 qui s’occupe des stations d’épuration, de pompage et des projets de construction, et fait l’objet de cet article)9. En Inde, les départements techniques de gestion de l’eau sont des administrations particulièrement hiérarchisées (Zérah, 2003). On distingue quatre principaux types de postes au sein de l’unité : les ingénieurs, les techniciens supérieurs, les agents techniques et d’entretien et le personnel comptable et administratif. Très majoritairement issus de hautes castes, les ingénieurs, qui occupent les positions les plus élevées au sein de l’agence, sont des fonctionnaires de catégorie A ou B10. Titulaires d’une licence en ingénierie civile ou mécanique, soit quatre années d’études supérieures, ils ont passé un concours spécifique mais n’ont pas été formés à l’ingénierie sanitaire. Comme le signale l’un d’entre eux, « nous ne connaissions rien à la gestion et au traitement des eaux usées, nous avons appris sur le tas »11. Ils s’occupent principalement des projets de construction et coordonnent la gestion des infrastructures. Les techniciens supérieurs forment quant à eux un groupe plus important numériquement, aussi bien à l’échelle régionale que locale12. Ils sont titulaires d’un diplôme de trois ans d’un institut polytechnique que l’on peut rejoindre deux ans avant la fin du lycée. À la manière des ingénieurs, les techniciens supérieurs ont leur propre concours de recrutement, mais intègrent l’agence avec un statut de catégorie C. Au sein de l’unité, ils gèrent le personnel technique et les activités d’entretien, et participent au processus de planification des nouveaux projets. Le personnel administratif et comptable, ainsi que les agents techniques et d’entretien, forment quant à eux la grande majorité de la masse salariale au niveau local et leurs statuts divergent : certains sont fonctionnaires, d’autres sont recrutés via des intermédiaires (Contractors) 13. À l’exception de quelques ouvriers qualifiés, la plupart du personnel technique et d’entretien n’a pas reçu de formation particulière, mais ils surveillent et font fonctionner les pompes et les différentes machines du processus de traitement, et pour les employés les plus subalternes, s’occupent de leur nettoyage14. L’agence compte quatre principaux espaces de travail dans la ville : l’unité centrale, située sur le site de la station d’épuration de Bhagwanpur, et trois unités secondaires, la première située sur la station de Dinapur, la deuxième au niveau de la station principale de pompage à Konia et la dernière à proximité des stations secondaires de pompage, directement sur les ghāṭ (voir figure 1). Les échelons supérieurs de la hiérarchie travaillent exclusivement depuis les deux stations d’épuration gérées par l’agence, et surtout depuis Bhagwanpur15, tandis que les agents techniques et les techniciens supérieurs sont distribués sur les différentes infrastructures. En fonction de leur position dans la hiérarchie et de leur lieu de travail, les agents de l’unité ont à gérer différents types de dysfonctionnements et de critiques. Ils mettent alors en œuvre, comme nous allons le voir, une diversité de stratégies d’adaptation.

Figure 1. Cartes des infrastructures gérées par la Jal Nigam.

Figure 1. Cartes des infrastructures gérées par la Jal Nigam.

Sources : OpenStreetMap, UPJN et Alley (2014).

S’accommoder du dysfonctionnement

  • 16 K. Alley signale que la très large majorité de son panel de résidents savait où se trouvaient les (...)

6Alors que la plupart des employés travaillent dans des stations situées à la périphérie et à l’abri des regards des résidents de la vieille ville16, la poignée de techniciens supérieurs et d’agents techniques en charge des stations de pompage des ghāṭ travaillent au plus près du public (voir figure 2). Les études consacrées aux travailleurs des déchets signalent généralement les dispositifs spatiaux d’invisibilisation du « sale boulot », et les réactions diverses chez les employés, allant du rejet de cette invisibilité à sa recherche (Jeanjean, 2011). Dans le cas des infrastructures d’assainissement, le travail des agents est fréquemment rendu invisible par l’installation souterraine des réseaux et des équipements (Barles et Guillermes, 1995), et le travail de nettoyage et d’entretien aurait dès lors pour particularité de n’être souvent remarquable « qu’à partir du moment où il n’est pas exécuté » (Lhuilier, 2005).

Figure 2. Les stations de pompage des ghāṭ dans l’espace urbain.

Figure 2. Les stations de pompage des ghāṭ dans l’espace urbain.

Cliché : Bérénice Girard.

  • 17 Ces stations de pompage, construites au début des années 1970, ont pour objectif de rediriger les (...)
  • 18 Lorsque nous observons l’utilisation de la même technique à Patna (capitale de la région voisine d (...)

7À l’inverse, le travail des agents des stations de pompage de Varanasi a pour particularité d’être doublement visible, du fait de la géographie urbaine et du dysfonctionnement. Comme le montrent les photos ci-dessous, les stations de pompages situées sur les ghāṭ sont des machines imposantes qui s’assimilent difficilement au paysage urbain, malgré la couleur de leur peinture et les portraits de divinités sur leurs façades (Jalais, 2013) (voir figure 3). De plus, en dépit d’une faible complexité technique, ces stations sont souvent à l’arrêt, car leur fonctionnement est soumis à la qualité du réseau électrique de la ville et à la bonne volonté du gouvernement régional17. Or ce dernier rechigne souvent à financer le diesel nécessaire aux générateurs. En cas de pannes d’électricité, les agents se retrouvent ainsi parfois obligés d’ouvrir les vannes pour laisser s’échapper les eaux usées dans le fleuve afin d’éviter tout risque d’inondation ou de détérioration des pompes (voir figure 4). Pendant la période de mousson, tandis que le volume d’eau augmente et que les ghāṭ sont inondés, les stations peuvent rester inactives des semaines durant. Bien qu’elles soient illicites, ces techniques de gestion des dysfonctionnements sont utilisées dans toutes les villes riveraines. Elles font cependant rarement l’objet d’un relevé minutieux, car elles se déroulent généralement à l’abri des regards et dans un paysage d’illégalismes18.

Figure 3. Images saintes peintes sur les stations de pompage.

Figure 3. Images saintes peintes sur les stations de pompage.

Cliché : Bérénice Girard.

Figure 4. Vannes situées sous les stations de pompage permettant le déversement des eaux usées.

Figure 4. Vannes situées sous les stations de pompage permettant le déversement des eaux usées.

Cliché : Bérénice Girard.

  • 19 Les eaux de pluie se mêlant aux eaux usées, les volumes à gérer sont démultipliés.

8La situation est cependant différente à Varanasi où le dysfonctionnement des pompes est régulièrement dénoncé par des associations de résidents qui surveillent la qualité de l’eau du fleuve en zone urbaine, ainsi que par les prêtres et bateliers qui travaillent eux-mêmes sur les ghāṭ (Alley, 1994). La visibilité du dysfonctionnement a alors trois dimensions : amour et respect pour le fleuve ; perception du dysfonctionnement par plusieurs sens : l’ouïe (silence des stations), la vue (eaux de couleur sombre) et l’odorat ; et enfin, sensibilité accrue aux questions de pollution. En effet, tandis que les ghāṭ ne font historiquement l’objet d’aucune limitation légale d’accès, les différents programmes de protection du fleuve ont mis en place des systèmes de contrôle plus ou moins efficaces. Les activités polluantes comme le lavage de vêtements ou l’utilisation de bateaux à moteur sont ainsi régulées (Ahmed, 1994). La vigilance à laquelle sont soumises ces pratiques populaires éclaire l’impunité dont semblent bénéficier les agents publics. Les employés de la Jal Nigam tentent dès lors de gérer au mieux cette visibilité et développent des stratégies d’accommodement. D’après un ingénieur cité par Jalais (2013), des diversions ont par exemple été créées qui permettent, lorsque les pompes sont à l’arrêt, de déverser les égouts en aval des ghāṭ les plus fréquentés ou, selon un militant, directement dans le lit du fleuve. Ces techniques de bricolage ont pour objectif de rendre le dysfonctionnement plus acceptable pour les employés de l’agence comme pour le public, en réduisant leur visibilité ainsi que les risques pour les baigneurs. Mais cacher le déversement n’est pas toujours possible, en particulier pendant la mousson19. Les ingénieurs justifient alors l’arrêt des pompes par la forte capacité de dilution du fleuve nourri par les eaux de pluie.

9Les employés qui travaillent hors de la vue, dans les bureaux et sur les stations d’épuration, ne se sentent pas pour autant à l’abri des regards. Ils se plaignent de la surveillance politique et symbolique dont ils font l’objet, surveillance qu’ils jugent injuste car liée au dysfonctionnement des autres infrastructures. Le système en réseau signifie en effet que les problèmes des canalisations et des pompes et la suspicion qui les accompagne se répercutent sur la station principale de pompage et les stations d’épuration (Alley, 2014). Cette visibilité n’inclut pas d’interaction directe avec le public, mais joue tout autant sur la capacité des employés à valoriser leurs tâches quotidiennes. Ainsi, la petite station de Bhagwanpur, généralement jugée fonctionnelle, est singulièrement scrutée par les experts, ce que les ingénieurs favorisent en la citant systématiquement comme un exemple de réussite de leur gestion (Alley, 2014). Les stations de Konia et de Dinapur, plus ou moins fonctionnelles selon les périodes de l’année, reçoivent quant à elles des volumes d’eaux usées bien supérieurs à leur capacité de pompage ou de traitement. Les employés sont alors obligés d’en détourner une large partie directement vers le fleuve. Il arrive à l’inverse que les deux stations fonctionnent à sous-régime lorsqu’un dysfonctionnement dans le réseau empêche les eaux usées d’arriver jusqu’à elles. Par ailleurs, les coupures d’électricité peuvent avoir des conséquences néfastes sur le processus biologique de traitement et causer des dégradations durables (Alley, 2014). Ainsi, les eaux effectivement traitées par la station de Dinapur sont évacuées via un canal qui devait servir, selon les plans de conception, à irriguer les champs voisins, mais leur utilisation a entraîné la pollution des sols et plusieurs cas de maladies hydriques. Le dysfonctionnement met ici en lumière la nature impure et dangereuse de l’objet travaillé (Jeanjean, 1999), mais n’entraîne pour autant pas les mêmes tentatives d’accommodements que pour les stations de pompage situées en centre-ville.

Des tâches ingrates pas si discrètes

  • 20 Le chiffrage devient ici un médium qui permet d’aborder la question des eaux usées et du dysfoncti (...)

10Moins connus du grand public, la dégradation et le dysfonctionnement des stations d’épuration sont en effet principalement dénoncés par les ONG environnementales et certains experts du gouvernement central et des bailleurs de fonds. Le pointage des dysfonctionnements est une question de mesures contradictoires, et les ingénieurs et les techniciens tentent de défendre leur position en s’appuyant sur leurs propres dénombrements et statistiques. Ils cherchent ainsi à démontrer l’efficacité des stations qui, disent-ils, « répondent au cahier des charges » des différents programmes de construction. Ils rejettent les accusations d’échec en multipliant les données d’études divergentes, et cultivent un certain flou sur la situation réelle. Le principal problème, signalent-ils, est la faible capacité du système d’assainissement qui ne permet de traiter qu’environ un tiers des eaux usées produites par la ville. Ces chiffres sont un enjeu de pouvoir pour l’agence, comme pour les différentes institutions concernées, car ils sont au cœur du processus de décision qui validera le lancement de nouvelles constructions ou le transfert de la gestion à des acteurs privés (Bjorkman, 2015 ; Alley, 2016). Les ingénieurs développent ainsi une triple stratégie discursive : éloigner l’objet impur par une rationalisation technique spécifique à leur profession20, défendre l’efficacité des infrastructures et la valeur du travail entrepris, et enfin maintenir leur pouvoir institutionnel par la connaissance du terrain.

Aujourd’hui une ONG […] a publié un communiqué. Il y aurait trop de métaux lourds dans l’eau… Comment peuvent-ils savoir qu’il y a des métaux lourds alors qu’on ne fait pas le test !? On ne vérifie pas les métaux lourds, nous n’avons pas assez de personnel pour ça.
(Entretien avec un ingénieur de l’unité, novembre 2012, traduit de l’anglais)

11Tandis que plusieurs experts et consultants se font l’écho d’un manque d’informations fiables et disponibles, ce qui les amène à effectuer leurs propres mesures, de leur côté les ingénieurs et les techniciens soulignent l’absence d’instruments efficaces et d’un personnel en nombre suffisant qui leur permettraient de tenir des registres précis. Comme le montre la citation ci-dessus, les ingénieurs se retrouvent parfois dans des situations paradoxales de concurrence avec des acteurs non-gouvernementaux sur la définition d’éléments centraux de leur gestion. Au cours de ce même entretien, l’ingénieur, de plus en plus agacé, répond à l’appel d’un journaliste local qui l’interroge sur la présence de métaux lourds dans les effluents de la station, information dont il ne dispose pas et qu’il juge dès lors fausse. Le dysfonctionnement des infrastructures rend ainsi très visible les limites du travail des ingénieurs et les tâches qu’ils apprécient le moins (Wade, 1982). La gestion des infrastructures existantes est en effet jugée ennuyeuse, dévalorisante et mal rémunérée, et l’exposition permanente à la critique ne fait qu’amplifier ce sentiment. Tandis que dans les autres villes de notre étude, ces tâches sont largement reléguées aux techniciens, à Varanasi, la visibilité de la gestion rend difficile ce transfert le long de la hiérarchie, les ingénieurs étant les interlocuteurs privilégiés de la presse, des militants de la cause environnementale et des décideurs politiques. L’ingénieur en chef de l’unité est ainsi un personnage récurrent, bien que réticent, des pages locales des journaux, qu’il s’agisse de dénoncer une étude sur les risques de cancers liés à la pollution de l’eau ou de réagir aux critiques du maire ou de ses services. Ces interactions sont d’autant plus mal vécues par les ingénieurs de la Jal Nigam, que ces derniers ne se considèrent responsables que de la qualité des effluents des stations d’épuration et jugent injustes les critiques qui leur sont adressées concernant la qualité de l’eau du fleuve. En acceptant de gérer les stations d’épuration et de pompage, l’agence a de facto exposé ses employés et leur travail aux critiques des résidents et de la municipalité dans un contexte très chargé symboliquement.

Un désintérêt institutionnel

  • 21 La crise économique de 1990 en Inde entraîne la mise en œuvre de réformes de libéralisation avec l (...)

12La dévalorisation du travail est aussi liée à un sentiment d’abandon institutionnel que partage l’ensemble du personnel de l’agence. Les gels drastiques de recrutement qu’a subi tout le secteur public indien au cours des années 1990 ont en effet eu des conséquences lourdes21. Au niveau régional, l’agence endure une pénurie de près de 200 ingénieurs et 600 techniciens supérieurs, ce qui renforce l’affaiblissement des capacités de supervision au niveau local. À cela s’ajoutent des retards dans le versement des salaires, un rythme très lent d’avancement de carrière et un manque de formation continue. L’âge moyen des employés de l’agence est aujourd’hui de près de cinquante ans, tandis qu’au niveau régional les techniciens organisent à intervalles réguliers des actions de contestation (grèves, procès contre l’agence, etc.) pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail.

Quand c’est pour construire, ils sont tous là. On a des financements de partout, la Banque mondiale, les Japonais. Mais (rires) pour la gestion quotidienne, il n’y a plus personne ! Même pas le gouvernement central !
(Entretien avec l’ingénieur en chef de l’unité, octobre 2012, traduit de l’anglais)

  • 22 La rentabilisation des stations d’épuration par la vente de leurs produits (boues, effluent, etc.) (...)
  • 23 Entretien avec un ingénieur, novembre 2012, traduit de l’anglais.

13Cet entretien rend compte du fait que les employés de l’agence doivent gérer une absence chronique de fonds et un désintérêt politique pour la gestion des infrastructures existantes. Depuis trente ans, la répartition du financement entre le centre et le gouvernement régional a été modifiée à plusieurs reprises, alors que toutes les tentatives pour rentabiliser les stations d’épuration ont échoué22. L’ingénieur en chef estime ainsi le coût de l’entretien et de la gestion de la plus petite station d’épuration de Varanasi à environ 30 millions de roupies par an, mais il est rare que l’intégralité du budget soit versée. Les fonds disponibles sont souvent alloués en priorité aux projets de construction, déjà favorisés par les opportunités de financements internationaux, ce qui fait dire à un ingénieur que les décideurs politiques, locaux, régionaux et nationaux, préfèrent les « cérémonies d’inauguration » et « ne veulent pas résoudre le problème (car) ils s’en servent pour se taper les uns sur les autres »23.

  • 24 Centre for Science and Environment, 2014, The river, its pollution and what we can do to clean it (...)

Tout le monde a oublié que la ville n’avait déjà pas assez de sous pour gérer les infrastructures actuelles.
(Rapport préparé par une ONG, 2014, traduit de l’anglais)24

14La faible disponibilité des fonds force les différents employés de l’agence à « s’arranger », en transférant par exemple des fonds alloués à la réparation des équipements vers la gestion quotidienne ou en accumulant les retards dans les paiements des factures (Vincent, 2013 ; Zühlke, 2013). Un rapport d’expertise signale la dégradation générale et la vétusté des équipements mécaniques et électriques et des fissures dans le mortier et le béton des bassins de traitement. Ainsi, alors que certains chantiers peuvent mettre dix ou quinze ans à se concrétiser, leur planification, qui concentre les investissements, favorise le désintérêt institutionnel pour les infrastructures en place. L’agence et ses employés semblent dès lors coincés dans un entre-deux où des réformes sont régulièrement annoncées, mais rarement mises en œuvre (Bjorkman, 2015).

Redonner du sens au travail

15La visibilité du dysfonctionnement, les accommodements qui l’accompagnent et le désintérêt institutionnel entraînent une dévalorisation du travail, si bien que les ingénieurs et employés de l’agence tentent souvent, au cours des entretiens, de redonner du sens à leurs tâches quotidiennes. De ce point de vue, la proximité plus ou moins forte à l’infrastructure joue sur la capacité des agents à se distancier des objets impurs que sont les eaux usées et les machines dégradées et dysfonctionnelles. On retrouve ainsi au sein de la station et de l’unité une division morale et spatiale du travail (Hughes, 1958). Ce sont les employés subalternes qui s’occupent manuellement des infrastructures et sont le plus proches des eaux usées. À l’autre bout de l’échelle, les ingénieurs participent de la gestion par l’organisation des équipes et la relecture des dossiers, mais restent le plus souvent protégés de l’impur dans les bureaux.

L’impossible valeur du travail

  • 25 Au-delà du cas des agents de la station d’épuration, la question du travail manuel d’assainissemen (...)
  • 26 Comme évoqué ci-dessus, la vidange manuelle des canalisations et fosses septiques, bien qu’interdi (...)

16Malgré la complexité technique et biologique du système de traitement, l’entretien de ce dernier requiert parfois des tâches manuelles qui mettent les employés les plus subalternes en contact direct avec les eaux usées25. Dans un contexte où l’emploi non-qualifié est très peu onéreux, il semble en effet que certains éléments techniques, qui réduiraient les tâches manuelles d’entretien, n’ont pas été installés ou se sont détériorés et n’ont pas été remplacés (Vincent, 2013). Ces tâches sont dès lors réalisées par les agents les moins qualifiés. Contrairement à ce qui a pu être analysé dans d’autres contextes, la mécanisation croissante des processus de traitement ne mène ainsi pas ici vers « des métiers plus valorisants », même si les tâches d’entretien que nous avons pu observer ne sont pas aussi dangereuses que celles des vidangeurs manuels dont le travail continue à jouer un rôle central dans le processus d’assainissement des villes indiennes (Lhuilier, 2005 ; Jeanjean, 2015 ; Vincent, 2013)26. Sur la photo ci-dessous, par exemple, un agent d’entretien nettoie à l’aide d’un morceau de bois l’un des systèmes de traitement, tandis que celui-ci est en train de tourner (voir figure 5). La présence de très nombreux détritus solides dans les eaux usées oblige les agents à réaliser régulièrement cette tâche, car le processus de filtration en amont est peu efficace et la machine se bloque. Ces tâches manuelles sont généralement réalisées sans les équipements de protection de base, souvent en sandales et sans gants ni masques, dans des conditions parfois très dangereuses (Vincent, 2013).

Figure 5. Entretien manuel des machines.

Figure 5. Entretien manuel des machines.

Cliché : Bérénice Girard.

17Les agents en poste depuis très longtemps peuvent quant à eux souffrir d’une difficulté à faire sens de leur rôle, a fortiori quand on sait que les connaissances qu’ils ont acquises au cours d’années de travail peuvent devenir obsolètes. La plupart ont en effet accumulé auprès de leurs collègues et « sur le tas » des savoirs précis sur les machines dont ils ont la charge. Alors que les ingénieurs et les techniciens supérieurs sont régulièrement mutés, les agents techniques, qualifiés ou non, sont ainsi devenus les gardiens du savoir accumulé sur les infrastructures et des acteurs essentiels de leur entretien quotidien, dans un contexte où les savoirs des départements techniques sont souvent largement oraux (Jeanjean, 1999 ; Bjorkman, 2015). Ils ont par ailleurs développé de nombreuses techniques de bricolage pour pallier l’absence de fonds disponibles pour la réparation des machines (Vincent, 2013). Dès lors, lorsque les infrastructures sont remises en cause et que l’on prévoit de les rénover ou de les remplacer par des technologies demandant moins d’entretien, les agents peuvent voir une partie de leur valeur professionnelle et institutionnelle condamnée. En effet, contrairement aux trieurs de déchets étudiés par Chay et Thoemmes, l’apprentissage sur le tas de techniques et d’astuces ne leur permet plus de « réhabiliter leur travail » (Chay et Thoemmes, 2015). À l’inverse, l’obsolescence programmée des infrastructures et le transfert de la gestion des futures stations à des acteurs privés tend à diminuer la valeur des connaissances qu’ils ont acquises sur le terrain.

Transférer le blâme

18Parmi les échelons supérieurs, les ingénieurs tendent à opposer leur silence à la parole prolixe des militants, représentants politiques et résidents. Il est ainsi relativement difficile d’aborder avec eux la question du dysfonctionnement des infrastructures ou de la pollution du Gange, et, lorsque le sujet est mentionné, leur irritation est palpable. J’ai eu beaucoup de mal à les convaincre de me parler, ce qui ne fut pas le cas dans d’autres villes le long du Gange où les infrastructures sont généralement moins scrutées. Sans que les entretiens soient formellement refusés, ceux-ci ont souvent été annulés ou déplacés. Lorsque ceux-ci avaient lieu, la prise de parole était souvent particulièrement contrôlée. L’ingénieur en chef a ainsi voulu s’assurer que je n’étais pas une émissaire de la Banque mondiale et a limité mon accès au reste de l’équipe. Une fois cette étape passée, les ingénieurs et les techniciens tentent systématiquement de « garder la face », en donnant au cours de l’entretien une image valorisante de leur travail quotidien et en transférant le blâme de l’échec du programme vers d’autres groupes (Goffman, 1974). Ils développent ainsi un discours technocratique qui oppose l’inaction des représentants politiques et des militants aux tâches quotidiennes et aux compétences des employés de la Jal Nigam. Ceux-ci font « plus pour le Gange » que « tous ces militants qui ne font que parler » et retardent leur travail.

Lorsque j’étais en poste à Varanasi, il y a une dizaine d’années maintenant, un article est sorti, très critique. La seule chose que j’ai dite… Au moins, je réduis la pollution un peu. Ce ne sera pas zéro. Aucune rivière au monde n’est à zéro pollution. Ça ne peut pas exister ! Tout ça, ça leur paraît fascinant, mais ils utilisent de fausses idées et nous accusent à tort.
(Entretien avec un ingénieur précédemment en poste à Varanasi, mars 2013, traduit de l’anglais)

19Les ingénieurs retournent ainsi le stigmate de l’échec vers ceux qui les critiquent depuis « Delhi, avec leurs diplômes prestigieux » et dénoncent leur méconnaissance du terrain. Le rapport à la saleté et à la machine devient une source de fierté, une compétence que n’ont pas les experts et les militants. À la manière des infirmières étudiées par Hughes, les ingénieurs et techniciens transforment ainsi la proximité à l’objet impur en élément de distinction : ils sont sur le terrain et connaissent les problèmes quotidiens des infrastructures, puisqu’ils sont en contact permanent avec les agents techniques et d’entretien (Hughes, 1958). Cette distinction trouve une expression matérielle dans le lieu de travail : la station d’épuration de Bhagwanpur où se situent les bureaux de l’unité traite, entre autres, les eaux usées de l’université hindoue de Bénarès dont sont issus plusieurs des militants les plus virulents. Ainsi, à la manière du flux des critiques, le flux des eaux usées part du campus pour se déverser à quelques mètres des bureaux de l’agence. À la matière impure s’ajoute plus encore l’infrastructure dégradée, planifiée et construite par d’autres, et que les ingénieurs et techniciens gèrent au quotidien malgré le désintérêt dont elles font l’objet.

  • 27 Entretien avec un ingénieur, novembre 2012, traduit de l’anglais.

20Les ingénieurs n’épargnent pas non plus la municipalité. Celle-ci serait en effet l’une des principales responsables de la pollution du fleuve, car elle échoue à transporter efficacement les eaux usées jusqu’aux stations d’épuration. Ils défendent ainsi une position « médiane », signalant qu’ils subissent les critiques alors qu’ils ne sont que des intermédiaires dans le processus de gestion (Dubar et al., 2011). Face aux plaintes qui émanent du pouvoir politique local, les ingénieurs se désengagent, indiquant qu’ils seraient prêts à les laisser gérer, mais qu’ils « n’en sont pas capables, ils ne savent pas faire. Ils n’ont pas les compétences ni le personnel nécessaire »27. Les experts et les agents municipaux ne sont pas les seules cibles de ces discours : les résidents sont également visés. Pour les ingénieurs, la mauvaise qualité de l’eau du Gange n’est en effet pas uniquement liée aux infrastructures mais aussi à des pratiques « non modernes » et, dès lors, condamnables. Cela inclut des activités rituelles jugées inutiles (offrandes de fleurs, etc.) et certaines pratiques urbaines des populations les plus pauvres (défécation en plein air, lavage des vêtements dans le fleuve, etc.). Accusés de toutes parts, les ingénieurs tentent ainsi de redistribuer les fautes et vont jusqu’à proposer parfois, comme dans la citation ci-dessous, de mieux répartir le contrôle social à travers la mise en place d’une police ou de milices citoyennes qui ne se contenteraient pas de vérifier l’entretien et le bon fonctionnement des infrastructures, mais s’attaqueraient aussi aux autres acteurs de la pollution.

Ceux qui accusent les ingénieurs ou le gouvernement, si on leur demande qui pollue le Gange, ils se taisent. Parce qu’ils polluent eux-mêmes. Ils utilisent le fleuve comme des toilettes… Si on les empêche de polluer le Gange, alors le problème est résolu. Pour ça, il nous faut une police du Gange. Tous les 100 mètres, cinq policiers.
(Entretien avec un ingénieur précédemment en poste à Varanasi, avril 2013, traduit de l’anglais)

Un certain désaveu

  • 28 Des années 1990 au début des années 2010, on peut en effet considérer les postes d’ingénieurs à Va (...)

21La dévalorisation du travail et les critiques mènent à une désaffection professionnelle et à un désaveu des infrastructures, en particulier dans les échelons supérieurs de la hiérarchie. Celles-ci sont en partie renforcées par les faibles avantages financiers des postes à dominante de gestion, contrairement à la construction28. Ils sont en effet peu propices à l’enrichissement personnel et aux promotions, puisqu’ils offrent moins de contacts avec des agents extérieurs (entrepreneurs, agriculteurs, résidents), et donc moins d’opportunités de monétiser son pouvoir. Or, comme l’a montré Wade, les postes et les transferts dans les agences publiques techniques en Inde font l’objet d’intenses tractations et d’une économie interne où jouent corruption, influence politique et réseaux personnels (Wade, 1982). On peut ainsi supposer que ce ne sont pas les ingénieurs les plus influents ni les plus chevronnés qui se retrouvent en poste à Varanasi, et que ceux qui y sont nommés cherchent souvent à en partir.

Maintenant, il y a de nouveaux processus de traitement. On n’a plus besoin de beaucoup d’espace. Avec les nouvelles technologies, on peut traiter 100 millions de litres d’eau sur 2,5 hectares seulement. Les coûts de maintenance sont beaucoup plus bas aussi.
(Entretien avec l’ingénieur en chef de l’unité, octobre 2012, traduit de l’anglais)

  • 29 Entretien avec l’ingénieur en chef de l’unité, octobre 2012, traduit de l’anglais.
  • 30 Ibid.

22Cette situation conduit les ingénieurs à compenser en privilégiant sans cesse l’innovation et les projets de nouvelles infrastructures, plus valorisants et susceptibles de leur apporter des gratifications symboliques. Il est ainsi fréquent que, lors des entretiens, à mesure que la discussion se prolonge, les ingénieurs de la Jal Nigam déploient des stratégies discursives visant à désavouer les infrastructures en place, en signalant les erreurs de planification de leurs prédécesseurs. Ils soulignent le manque de vision de leurs collègues désormais partis à la retraite et qui ont à l’époque préféré des technologies conventionnelles, très gourmandes en électricité et demandant un travail complexe et coûteux d’entretien. Conçues dans un contexte où l’emploi public était abondant, l’ingénieur en chef affirme ainsi que le coût de leur gestion est « trop élevé, car l’entretien de la station demande beaucoup trop de personnel »29. Il signale d’autre part que la station de Bhagwanpur utilise « une vieille technologie, la technologie conventionnelle (d’) il y a vingt ans »30, peu adaptée au contexte urbain indien du fait de sa forte demande en électricité et de son faible volume de traitement. Dans leur plan préparé « à la va-vite », les ingénieurs de l’époque ont aussi mésestimé la production d’eaux usées et la croissance démographique de la ville.

  • 31 Un ingénieur retraité justifie ces erreurs par la faible expertise institutionnelle qui existait e (...)
  • 32 Lors de notre entretien en 2014, le haut fonctionnaire en charge du nouveau programme à New Delhi (...)

23Les ingénieurs contribuent de la sorte à diffuser la conception des stations d’épuration actuelles comme « ingérables ». Cette vision, qui se nourrit par ailleurs de la politique de désengagement de l’État menée depuis les années 1990 (gel des recrutements, détérioration des conditions de travail, etc.), justifie alors l’innovation technique comme solution aux problèmes de gestion et au manque de personnel (Bjorkman, 2015). Dans un cercle vertueux, de nouvelles stations nécessiteraient des tâches d’entretien moins complexes et moins nombreuses, moins d’électricité et moins d’espace urbain du fait de l’avancée des technologies de traitement. On retrouve ici un discours classique sur le développement urbain indien qui tend à montrer du doigt l’incompétence des planificateurs (Roy, 2009), et, dès lors, à favoriser le lancement régulier de nouveaux projets pour pallier les erreurs du passé31. Les ingénieurs deviennent ainsi les « alliés structurels » des pouvoirs politiques régionaux et centraux qui voient dans les projets d’infrastructures une manière d’attirer des financements internationaux32 (Alley, 2002). Il est parfois difficile de compter précisément les plans de construction à l’étude : au moment de notre terrain en 2012, nous comptabilisions sept projets différents de stations d’épuration ou de pompage. Cette course à la construction est aussi visible dans l’espace urbain : une station de pompage, construite en 2010 avant l’acquisition du terrain nécessaire à la nouvelle station d’épuration, n’avait toujours pas été mise en service en 2018.

  • 33 Centre for Science and Environment, 2014, The River, its Pollution and What We Can Do to Clean It (...)
  • 34 Entretien avec un expert, avril 2013, traduit de l’anglais.

24Ainsi, alors que les fonds manquent pour l’entretien des stations actuelles, le lancement d’un nouveau programme de gestion du Gange en 2009 a permis l’allocation de plus de 5 milliards de roupies à la seule ville de Varanasi pour la construction d’infrastructures d’assainissement et pour la rénovation des ghāṭ33. Ces projets s’accompagnent d’une réflexion menée par les experts du gouvernement central sur une réforme des modes de gestion. Ces derniers proposent en effet que, dans le cadre d’un partenariat public-privé, l’entreprise en charge de la construction des nouvelles infrastructures s’occupe désormais de la gestion et de l’entretien des stations pour des mandats de cinq, dix ou quinze ans. Les experts du gouvernement central espèrent ainsi pouvoir rompre le contrat si des dysfonctionnements sont observés, et laisser aux municipalités le temps de former une main-d’œuvre locale si elles souhaitent maintenir une gestion publique. Comme l’explique un expert, « [l]es agences régionales ont échoué, il faut tenter autre chose »34. Cette évolution est ainsi justifiée par les échecs des infrastructures actuelles, mais n’est pas nécessairement dénoncée par tous les ingénieurs, dont certains ne voient pas d’un mauvais œil le recentrage de leur activité sur la construction.

Conclusion

25Dans cet article, je me suis intéressée au personnel technique qui gère des infrastructures jugées défaillantes, pour comprendre à la fois leur vision de ces dysfonctionnements et le rôle des dynamiques sociales, professionnelles et institutionnelles dans la pérennité de l’échec. Dans un mouvement de balancier, les perceptions et représentations du personnel technique sur leur propre travail influent sur le processus technique, tandis que la critique des infrastructures agit par capillarité sur la perception de soi des ingénieurs et techniciens, qui allient avec difficulté la valeur sociale de leur diplôme et/ou emploi avec les accusations d’échec. Alors que le désintérêt pour l’entretien et la gestion est inscrit dans le processus institutionnel et politique, cette situation tendue, ainsi que le désaveu généralisé des infrastructures en place, nourrissent plus encore leur dysfonctionnement, en favorisant le transfert d’un personnel souvent moins qualifié ou sans réseau politique, la réduction des fonds alloués et la disparition des savoirs oraux.

26Je cherche ainsi à apporter des éléments sur la capacité de la sociologie et de l’ethnographie du travail technique à dépasser les arguments pratiques, souvent mis en avant par les ingénieurs, pour complexifier l’analyse des dysfonctionnements des infrastructures et des réseaux urbains. En regardant de près ce qui se passe sur le lieu de travail, on peut éclairer les dynamiques sous-jacentes au « cycle de finance et d’endettement » qui amènent les infrastructures construites à se déliter, tandis que les projets de construction se multiplient (Bear, 2015 ; Alley, 2016). J’espère avoir pu montrer comment dégradation des conditions de travail et condamnation des infrastructures s’alimentent mutuellement.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed Sara, 1994, « The rhetoric of participation re-examined: The State, NGOs and water users at Varanasi, Uttar Pradesh, India », The Environmentalist, vol. 14, no 1, p. 3-16.

Alley Kelly, 1994, « Ganga and gandagi: Interpretations of pollution and waste in Benaras », Ethnology, vol. 33, no 2, p. 127-145.

— 2002, On the Banks of the Ganga. When the Wastewater Meets a Sacred River, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

— 2014, « Ganga and Varanasi’s waste-water management: Why has it remained such an intractable problem ? », [en ligne], SANDRP [URL : https://sandrp.wordpress.com/], consulté le 5 mai 2018.

— 2016, « Rejuvenating Ganga: Challenges in institutions, technologies and governance », Tekton, vol. 3, no 1, p. 8-23.

Anand Nikhil, 2017, Hydraulic City: Water and the Infrastructures of Citizenship in Mumbai, Durham, Duke University Press.

Barles Sabine et Guillerme André, 1995, L’urbanisme souterrain, Paris, Presses universitaires de France.

Bear Laura, 2015, Navigating Austerity. Currents of Debts along a South Asian River, Stanford, Stanford University Press.

Bjorkman Lisa, 2015, Pipe Politics, Contested Waters: Embedded Infrastructures of Millenial Mumbai, Durham, Duke University Press.

Cavé Jérémie, 2015, La ruée vers l’ordure : conflits dans les mines urbaines de déchets, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chaplin Susan, 2011, « Indian cities, sanitation and the state: The politics of the failure to provide », Environment and Urbanization, vol. 3, no 1, p. 57-70.

Chay Claire et Thoemmes Jens, 2015, « Le tri sélectif des déchets : entre difficultés et potentialités d’une nouvelle profession industrielle », [en ligne], SociologieS. [URL : https://journals.openedition.org/sociologies/5026], consulté le 5 mai 2018.

Coelho Karen, 2004, Of Engineers, Rationalities and Rule: An Ethnography of Neoliberal Reform in an Urban Water Utility in South India, thèse de doctorat en anthropologie, University of Arizona (Tucson).

Dubar Claude, Tripier Pierre et Boussard Valérie, 2011, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin.

Girard Bérénice, à paraître, « Public civil engineering, an expertise from the past? Insights from a contested public utility in a time of reforms », Engineers and Society in Colonial and Postcolonial India, V. Caru éd., New Delhi, Oxford University Press.

Goffman Erving, 1974, Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Hughes Everett, 1958, Men and Their Work, Westport, Greenwood Press.

Jalais Savitri, 2008, « The river front of Benares: between “Sacred” waters and sewage water », 8th World Wide Workshop for Young Environmental Scientists, Actes de la conférence de Créteil, 13-16 mai 2008.

— 2013, Développement des ghāt à Bénarès. Dispositif architectural et espace urbain, thèse de doctorat d’architecture, université Paris-Est.

Jeanjean Agnès, 1999, « Les égouts de Montpellier : mots crus et mots propres », Ethnologie française, vol. 29, no 4, p. 607-615.

— 2011, « Travailler à la morgue ou dans les égouts », Ethnologie française, vol. 1, no 41, p. 59-66.

— 2015, « Le management du résidu. Les déchets vingt ans après », Ethnologie française, vol. 3, no 153, p. 477-485.

Lhuilier Dominique, 2005, « Le sale boulot », Travailler, vol. 2, no 14, p. 73-98.

Roy Ananya, 2009, « Why India cannot plan its cities: Informality, insurgence and the idiom of urbanization », Planning Theory, vol. 8, no 1, p. 76-87.

Tarabout Gilles, 2010, « Caste », Dictionnaire de l’Inde contemporaine, F. Landy éd., Paris, Armand Colin, p. 102-104.

Vincent Perrine, 2013, Modalités d’existence de dispositifs urbains. Le cas de l’assainissement à Kanpur et Varanasi, Inde, thèse de doctorat en sociologie, INSA Lyon.

Vincent Perrine et Forest Joëlle, 2010, « Eau des villes : repenser des services en mutation. Réformes des services urbains en Inde. Le cas du dispositif technique et spatial d’assainissement de Varanasi », Tiers monde, vol. 3, no 203, p. 81-102.

Wade Robert, 1982, « The system of administrative and political corruption: Canal irrigation in South India », The Journal of Development Studies, vol. 18, no 3, p. 287-328.

Zérah Marie-Hélène, 2003, « Dix ans de libéralisation de l’économie indienne : les effets limités de la gouvernance dans le secteur de l’eau et de l’assainissement en ville », Autrepart, vol. 3, no 27, p. 91-106.

Zühlke Lena, 2013, Verehrung and verschmutzung des Ganges : Zusammenhang des ökologischen Probleme und der religiösen Bedeutung des heiligen Flusses, Berlin, Regiospectra Verlag.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier R. Lardinois, C. Gadéa, V. Caru, A. Bouzard, les relecteurs anonymes et les coordinateurs du numéro pour leur lecture et leurs conseils.

2 L’installation de systèmes conventionnels d’assainissement est particulièrement complexe dans les villes dites du « Sud » pour un faisceau de raisons : réseaux d’égouts souterrains incomplets, forte croissance urbaine, habitat informel, etc. Dans le cas des stations d’épuration construites dans les années 1980 le long du Gange, les ingénieurs ont par ailleurs mésestimé le mauvais état des canalisations, les volumes d’eaux usées et les besoins en électricité.

3 À l’exception notable du travail doctoral de P. Vincent (Vincent, 2013) et des travaux récents de K. Alley (2014 ; 2016)

4 Notre terrain s’est répartit sur plusieurs grandes villes riveraines. À Varanasi, nous avons pu réaliser 36 entretiens auprès d’ingénieurs, techniciens, experts et militants. Nous avons par ailleurs pu mener des entretiens avec des ingénieurs précédemment en poste dans la ville. Varanasi comprend quelques organisations non-gouvernementales (ONG) qui dénoncent régulièrement les échecs des infrastructures d’assainissement. Ces ONG ont fait l’objet de plusieurs études détaillées (Alley, 2002 ; Vincent, 2013) : nous ne reviendrons donc pas ici sur leur cas.

5 À cela s’ajoute une longue procédure légale, engagée par l’une des ONG susmentionnées et la municipalité de Varanasi contre l’agence régionale dans les années 1990. Ce procès a contribué à de nombreux retards dans les investissements entrepris (Vincent et Forest, 2010). Les chantiers de deux nouvelles stations d’épuration ont finalement été lancés en 2015, mais ont pris du retard du fait de manifestations et d’oppositions locales à leur construction (entretien de suivi réalisé par téléphone, mai 2018).

6 On retrouve des témoignages de la pollution du Gange depuis l’époque coloniale, mais c’est surtout dans les années 1980, à la suite de l’intervention d’Indira Gandhi à la conférence des Nations Unies sur l’Environnement (1972, Stockholm), de l’adoption du Water (Prevention and Control of Pollution) Act en 1974 et du lancement de plusieurs études sur la qualité des eaux de surface que cette pollution fait l’objet d’un intérêt politique.

7 Varanasi et Kanpur (située en amont) sont généralement considérées comme les deux villes où la situation du Gange est la plus critique. Le travail des employés de l’agence régionale opérant depuis Kanpur est cependant moins scruté du fait de la très forte pollution industrielle des tanneries. Ces dernières, souvent de petite taille et gérées par des familles musulmanes, sont régulièrement présentées comme les principales responsables de la pollution industrielle du fleuve, malgré la présence d’autres industries aux effluents très nocifs dans la région (distilleries, usines de papier, etc.). La situation du système de traitement de Varanasi est par ailleurs particulièrement complexe du fait du gel des projets de construction par la procédure légale qui a longtemps opposé la municipalité à l’agence régionale (voir la note de bas de page no 5).

8 Jal Nigam peut être traduit par Agence (« Nigam ») de l’Eau (« Jal »).

9 Dans le cadre d’un montage spécifique à l’État d’Uttar Pradesh et afin de pallier la faiblesse des départements municipaux, c’est l’agence régionale qui gère les stations d’épuration. À Varanasi, cette dernière a en outre accepté de gérer les stations de pompage. L’organisation institutionnelle de l’assainissement y est ainsi particulièrement complexe, avec plusieurs agences impliquées de différentes manières dans la gestion d’un même réseau.

10 Pour une étude plus détaillée du parcours socio-professionnel des ingénieurs voir Girard (à paraître). Dans l’administration régionale indienne il existe quatre catégories (A, B, C, D) correspondant à divers statuts, niveaux de responsabilité et salaires. La catégorie A est la plus élevée et correspond aux positions de direction. Bien que les ingénieurs rejoignent l’agence en catégorie B, ils accèdent à la catégorie A après quelques années d’ancienneté.

11 Entretien avec un ingénieur, octobre 2012, traduit de l’anglais.

12 Au moment de notre terrain, l’unité se composait, selon nos informations, d’un ingénieur en chef (general manager), de trois ingénieurs exécutifs (project managers), de dix ingénieurs assistants (assistant engineers), d’une vingtaine à trentaine de techniciens supérieurs (junior engineers) et d’environ une centaine d’agents techniques et d’entretien.

13 Nous n’avons cependant pas pu accéder au nombre exact d’employés réguliers de l’agence, l’ingénieur en chef de l’agence à Varanasi avouant qu’il faudrait qu’il « vérifie combien exactement il y a d’employés (n’ayant) pas le chiffre en tête ». Incidemment, il marquait son manque d’intérêt pour la main-d’œuvre la moins qualifiée et la précarité de leur statut. Entretien avec l’ingénieur en chef de l’unité, octobre 2012, traduit de l’anglais.

14 Vincent (2013) a en particulier démontré dans son étude sur Kanpur la forte corrélation entre les tâches réalisées, le niveau de qualification et l’appartenance de caste, les agents non qualifiés en charge du nettoyage des machines étant très largement issus des Scheduled Castes et des Other Backward Castes, tandis que le profil sociologique des autres ouvriers était plus divers. Sur les castes dans l’Inde contemporaine, voir Deshpande 2005. Par mesure de simplification, nous intégrons dans la catégorie « agents techniques et d’entretien » l’ensemble des employés et ouvriers en contact quotidien avec les machines. Il nous a en effet semblé que la principale distinction hiérarchique sur les stations opposait les ingénieurs et techniciens supérieurs en charge de la gestion de l’infrastructure et des projets de construction, très qualifiés et mutés régulièrement, et les employés en charge de leur fonctionnement et de leur entretien, peu qualifiés et qui restent à Varanasi (Bjorkman, 2015). Nous n’ignorons cependant pas les multiples et complexes distinctions hiérarchiques et de statut au sein de cette seconde catégorie (Vincent, 2013).

15 Une troisième station d’épuration est gérée par la société des chemins de fer et traite les eaux usées d’une usine de locomotives diesel.

16 K. Alley signale que la très large majorité de son panel de résidents savait où se trouvaient les collecteurs et les stations de pompage, mais seuls 3 % connaissaient la station de Dinapur (Alley, 1994).

17 Ces stations de pompage, construites au début des années 1970, ont pour objectif de rediriger les eaux usées, qui se déversaient directement dans le fleuve, vers la station d’épuration de Dinapur.

18 Lorsque nous observons l’utilisation de la même technique à Patna (capitale de la région voisine du Bihar), les eaux usées se déversent entre un ghāṭ étroit, sur lequel quelques laveurs de vêtements font sécher des draps, et l’enceinte d’un hôpital public. Quelques minutes après notre arrivée, les vannes sont fermées et la station de pompage redémarre. Face à notre étonnement, les laveurs de vêtements présents sur le quai nous expliquent que notre présence a probablement inquiété un agent technique qui a mis la station en route le temps que nous repartions. Le militant qui nous accompagne nous explique par la suite que les laveurs de vêtements, comme l’hôpital, ne peuvent rien dire : les premiers ne sont pas censés utiliser le fleuve pour leur activité professionnelle, et le second jette illégalement ses déchets, solides comme liquides, par-dessus les murs, directement dans le Gange.

19 Les eaux de pluie se mêlant aux eaux usées, les volumes à gérer sont démultipliés.

20 Le chiffrage devient ici un médium qui permet d’aborder la question des eaux usées et du dysfonctionnement comme une succession de chiffres dans un tableau. Les ingénieurs réconcilient leur appartenance de caste et de métier à la matière impure de leur travail : le caractère sacré du fleuve et l’objet discuté disparaissent derrière une vision et une analyse purement scientifique, au point qu’il est parfois difficile de se rappeler quel est le sujet réel de la discussion.

21 La crise économique de 1990 en Inde entraîne la mise en œuvre de réformes de libéralisation avec l’intervention du fonds monétaire international. De nombreuses administrations régionales connaissent alors un gel drastique des recrutements et une réduction des fonds qui leur sont alloués. La Jal Nigam cesse ainsi les campagnes de recrutement pendant près de 20 ans (Girard, à paraître).

22 La rentabilisation des stations d’épuration par la vente de leurs produits (boues, effluent, etc.) est un thème récurrent de l’ingénierie sanitaire. Le programme de 1986 prévoyait ainsi une économie circulaire permettant de dégager un profit d’environ 14 roupies par an/par habitant/par ville. Aucune des stations d’épuration n’a cependant réussi à mettre en place un tel système.

23 Entretien avec un ingénieur, novembre 2012, traduit de l’anglais.

24 Centre for Science and Environment, 2014, The river, its pollution and what we can do to clean it [en ligne] [URL: http://cdn.cseindia.org/userfiles/ganga-the-river-pollution.pdf], consulté le 5 mai 2018.

25 Au-delà du cas des agents de la station d’épuration, la question du travail manuel d’assainissement est lourde de sens en Inde car de nombreux égouts sont régulièrement nettoyés et réparés par des travailleurs manuels qui réalisent ce travail au péril de leur vie. Ces pratiques, bien qu’illégales, sont encore très largement diffusées en Inde, et influent sur le mode de fonctionnement et de gestion des réseaux.

26 Comme évoqué ci-dessus, la vidange manuelle des canalisations et fosses septiques, bien qu’interdite, continue en effet d’être une pratique récurrente en Inde. Dans son observation d’une station d’épuration à Kanpur, P. Vincent a cependant vu des méthodes d’évacuation manuelle et sans protection des boues très proches de la vidange manuelle, ce que nous n’avons pas pu observer à Varanasi (Vincent, 2013).

27 Entretien avec un ingénieur, novembre 2012, traduit de l’anglais.

28 Des années 1990 au début des années 2010, on peut en effet considérer les postes d’ingénieurs à Varanasi comme de facto des postes à dominante de gestion du fait de la suspension de plusieurs projets de construction.

29 Entretien avec l’ingénieur en chef de l’unité, octobre 2012, traduit de l’anglais.

30 Ibid.

31 Un ingénieur retraité justifie ces erreurs par la faible expertise institutionnelle qui existait en Inde dans les années 1980 en matière d’assainissement. La Jal Nigam ne gérait aucune station d’épuration avant le lancement du GAP. Il souligne cependant que les mêmes erreurs de planification ont été répétées au cours des années 1990 et 2000, alors que l’agence était devenue l’un des principaux acteurs de l’assainissement en Inde (Girard, à paraître).

32 Lors de notre entretien en 2014, le haut fonctionnaire en charge du nouveau programme à New Delhi nous dit en souriant qu’il « croule » sous les offres de partenariat et de financement des pays européens, attirés par les nouveaux projets de construction.

33 Centre for Science and Environment, 2014, The River, its Pollution and What We Can Do to Clean It [en ligne] [URL: http://cdn.cseindia.org/userfiles/ganga-the-river-pollution.pdf], consulté le 5 mai 2018. À cela s’ajoutent des fonds alloués à la construction de nouvelles infrastructures depuis le début des années 2000, mais longtemps gelés du fait de la procédure légale. Cette somme comprend pour partie des fonds alloués quelques années plus tôt par l’agence de coopération japonaise JICA à la ville pour la construction de nouvelles stations de pompage et d’épuration.

34 Entretien avec un expert, avril 2013, traduit de l’anglais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cartes des infrastructures gérées par la Jal Nigam.
Crédits Sources : OpenStreetMap, UPJN et Alley (2014).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Figure 2. Les stations de pompage des ghāṭ dans l’espace urbain.
Crédits Cliché : Bérénice Girard.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8347/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Figure 3. Images saintes peintes sur les stations de pompage.
Crédits Cliché : Bérénice Girard.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8347/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Figure 4. Vannes situées sous les stations de pompage permettant le déversement des eaux usées.
Crédits Cliché : Bérénice Girard.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8347/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 5. Entretien manuel des machines.
Crédits Cliché : Bérénice Girard.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8347/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Girard, « Gérer les dysfonctionnements. Les ingénieurs de l’assainissement à Varanasi (Inde) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8347 ; DOI : 10.4000/traces.8347

Haut de page

Auteur

Bérénice Girard

Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) – EHESS

Haut de page