Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Note

L’invisible qui façonne. Études d’infrastructure et gouvernance d’Internet

The Shaping Invisible. Infrastructure studies and Internet governance
Francesca Musiani
p. 161-176

Résumés

Cet article analyse un ensemble de travaux interdisciplinaires, dérivés notamment des Science and Technology Studies (STS) qui, suivant le travail pionnier de Geoffrey Bowker et de Susan Leigh Star, ont eu pour finalité d’étudier les infrastructures informationnelles et numériques dans leur « matérialité » en estimant qu’il faut dépasser la compréhension des infrastructures comme des systèmes seulement physiques. L’article démontre l’utilité de ces travaux pour le chercheur qui se propose de mobiliser la notion d’infrastructure comme un instrument heuristique afin de comprendre la gouvernance de l’information et des réseaux numériques, tout particulièrement de l’Internet.

Haut de page

Texte intégral

1La notion d’« infrastructure » se réfère typiquement à des systèmes physiques et matériels à large échelle nécessaires pour l’organisation et l’activité humaine, tels que les routes, les ponts, les grilles d’alimentation ou les égouts. Une quantité importante de travaux en géographie, anthropologie et en Science and Technology Studies (STS) a désormais été consacrée à explorer les dynamiques de pouvoir, les conflits et contestations, les significations et les rapports sociaux incarnés dans ces infrastructures physiques (par exemple, Harvey, 2012 ; Larkin, 2013). Pourtant, dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, notamment depuis l’introduction du numérique auprès du grand public et de l’Internet, une définition d’infrastructure exclusivement physique pourrait ne pas être la plus appropriée. Comme le font remarquer Geoffrey Bowker et ses collègues « au-delà des briques, des tuyaux ou des câbles, l’infrastructure inclut également des entités plus abstraites, telles que les protocoles (humains et informatiques), les standards et la mémoire [et des installations comme] les services de calcul, les bureaux d’aide et les répertoires de données » (Bowker et al., 2010, p. 97). Paul Edwards rappelle à cet égard que « les discussions sur la technologie tiennent rarement compte de l’ensemble des systèmes sociotechniques caractéristiques des sociétés modernes. En revanche, les discours sur la technologie portent presque systématiquement sur les hautes technologies, c’est-à-dire les technologies nouvelles ou en évolution rapide » (Edwards, 2003, p. 185). Dans le cas d’Internet, ces technologies « nouvelles » sont celles dont on peut avoir une connaissance directe : nos navigateurs Web, les interfaces de nos sites favoris, les contenus et les données qu’on partage sur les réseaux sociaux ou qu’on identifie grâce aux moteurs de recherche – les technologies d’usage quotidien qui rendent discret, voire invisible, le pourquoi du fonctionnement des choses.

2Le présent article se propose d’analyser un ensemble de travaux interdisciplinaires, notamment en STS, qui, suivant le travail pionnier de Bowker et de sa collègue Susan Leigh Star, s’est attaché à étudier les infrastructures – plus particulièrement les infrastructures informationnelles et numériques – en considérant qu’elles sont « matérielles » tout en étant numériques, et qu’il faut dépasser la compréhension des infrastructures comme des systèmes seulement physiques. Il s’agit ensuite de démontrer l’utilité de ces travaux pour les chercheurs qui se proposent de mobiliser la notion d’infrastructure comme instrument heuristique pour comprendre la gouvernance de l’information et du numérique, et en particulier de l’Internet.

3Selon ces travaux, la qualité infrastructurelle du réseau des réseaux est relationnelle et conditionnelle ; les infrastructures peuvent plus utilement être comprises en termes de fonction que de forme. Ainsi, au-delà des objets dont l’aspect infrastructurel est immédiatement évident, comme les ponts ou les tuyaux, un certain nombre d’artefacts et d’entités qui peuplent et façonnent le réseau des réseaux pourraient être qualifiés d’infrastructures parce qu’ils ont une fonction infrastructurelle – car ils contribuent à structurer, façonner, modeler, permettre ou contraindre notre « être-ensemble » sur et avec l’Internet. Dans cette acception, les infrastructures de l’Internet incluent des objets physiques – par exemple les câbles sous-marins qui acheminent les télécommunications mondiales ou les centres de données qui hébergent nos contenus numériques – et des objets a priori beaucoup moins concrets, tels que le protocole qui permet à la blockchain sous-tendant Bitcoin de fonctionner.

4Les infrastructures, pour le dire vite, se réfèrent ici beaucoup moins à une technologie ou à un ensemble de technologies particulières, qu’à ces objets et pratiques qui assument une qualité ou une fonction infrastructurelle dans des circonstances spécifiques. Cette conception implique au moins deux conséquences : d’une part, le fait d’exercer du contrôle sur ces fonctions infrastructurelles fournit à certains acteurs le pouvoir et l’opportunité d’agir à leur avantage ; d’autre part, il n’y a que très rarement une seule manière de mettre en œuvre ces fonctions ou un seul et unique acteur capable de les contrôler. Ainsi, les infrastructures de l’Internet sont politiques, contestables et contestées, cibles et instruments de gouvernance, objets d’intérêt d’une myriade d’acteurs : des plus puissants et concentrés jusqu’à l’internaute lambda. Comme on l’a souligné dans une contribution récente, les infrastructures peuvent être comprises comme des lieux fondamentaux d’exercice du pouvoir économique et politique (DeNardis et Musiani, 2016, p. 3). La mise au jour de cet exercice de pouvoir, qui est souvent implicite et tenue au second plan, est cruciale pour révéler les conflits autour de ce qu’est une infrastructure, qui peut en bénéficier ou bien la contester (Bernards et Campbell-Verduyn, à paraître 2018).

Quelle matérialité pour les infrastructures numériques ?

5Les travaux utilisant la notion d’infrastructure informationnelle et numérique, pour explorer les questions de gouvernance, partent souvent d’une question. Si l’information numérique n’est pas immatérielle, quels sont les biais qui la rendent matérielle, en dépit de la prévalence médiatique et culturelle d’un discours qui – comme le souligne Jean-François Blanchette (2011) – se fonde largement sur le virtuel et les nuages ?

  • 1 En informatique, la modularité est un regroupement de fonctions et de méthodes qui permettent de r (...)

6Pour Knoespel et Zhu, les infrastructures numériques sont dotées d’une « matérialité continue » (continuous materiality) : c’est ainsi qu’ils rendent compte de la hiérarchie des codes informatiques, qui naît des couches les plus basses pour évoluer vers des langages de programmation plus lisibles pour l’humain, et enfin vers les « codes » en général (structurels, législatifs, sociaux, culturels). Les auteurs avancent l’argument selon lequel « chaque niveau de code engage le langage naturel et le monde physique de façons différentes, qui varient du voltage inégal des circuits informatiques jusqu’à nos activités quotidiennes. Dans son ensemble, la hiérarchie du code constitue un champ de matérialité variée, qui est continu et interconnecté » (Knoespel et Zhu, 2008, p. 236). Selon ce concept de matérialité continue, le code informatique crée des relations entre plusieurs systèmes symboliques, ceux nécessaires au simple fonctionnement de la machine, et ceux nécessaires pour que ces opérations soient situées à l’intérieur du langage et donc, de l’ordre social (Blanchette, 2011). Plus concrètement, le numérique ne peut pas échapper aux contraintes matérielles des dispositifs physiques qui le manipulent, le stockent et (le) communiquent : la matérialité de l’information numérique a trait à la fois aux caractéristiques physiques des ressources computationnelles, qui ont des limites bien précises, et à l’adoption de la modularité1 comme intermédiaire entre ces ressources et les applications qui manipulent l’information (ibid.).

7Un argument semblable est exposé par Paul Leonardi (2010) quand il remarque que, bien qu’il ne soit pas doté de propriétés physiques, un logiciel existe clairement à d’autres niveaux que le conceptuel, au vu de sa fonction et des effets qu’il produit sur nos actions, « puisqu’il fournit des contraintes et des opportunités concrètes (hard) de la même façon que les artefacts physiques ». Leonardi suggère donc que, si la matérialité est utilisée pour représenter l’instanciation pratique et la signification d’un artefact, plutôt que la matière dont il est conçu, les artefacts numériques incluent bien de la matérialité. D’autres contributions soulignent que ce qui est arrivé avec la numérisation et la mise en réseau de l’information est un déplacement fondamental dans l’équilibre de pouvoir entre la matérialité physique et les idées, même si la première survit bien sûr. Selon Youngjin Yoo (2012), si cette dernière dominait les artefacts analogiques tels que les cassettes audio ou vidéo, la numérisation des artefacts informationnels ouvre la voie à de nouvelles formes de matérialité, de la représentation aux outils et aux formes d’organisation.

8Quelques tentatives de théorisation de la matérialité numérique se fondent plus spécifiquement sur une étude de cas. C’est le cas du travail de Matthew Kirschenbaum (2008), qui avec son analyse approfondie du disque dur, propose un point de vue original sur les contraintes physiques qui influencent les médias numériques, en voulant comprendre comment « les données électroniques ont pu être perçues en tant qu’évanescentes et éphémères d’un côté, et remarquablement […] stables et persistantes de l’autre » (ibid., p. 27). Tout au long de son analyse, Kirschenbaum énumère plusieurs types de matérialités numériques, tels que la capacité des ordinateurs à exécuter en continu des corrections de bugs – ce qui permet à l’environnement numérique de « propager l’illusion de l’immatérialité », ou les formats de fichiers et la structuration qu’ils imposent aux données numériques, par exemple avec différents niveaux de compression – des contraintes qui accompagnent les données lors de leur circulation dans les réseaux.

9Si ces auteurs s’attachent à comprendre et à conceptualiser la matérialité des infrastructures numériques, c’est bien parce qu’ils reconnaissent leur rôle essentiel et fondateur d’un point de vue socio-technique et socio-politique. Pour le dire avec Blanchette, « sans des modes d’analyse ancrés dans les objets (stuff) du numérique, on se trouvera dans la situation bizarre de devoir recourir à des théories qui rendent compte de sujets incarnés, situés et interagissant au sein d’environnements qui manquent curieusement de contraintes matérielles spécifiques » (2011). Les infrastructures numériques, avec leurs contraintes et opportunités matérielles, sont de plus en plus centrales à la fois pour notre « puissance d’agir » (agency) et pour le fonctionnement d’autres infrastructures critiques, comme les transports, l’énergie ou la finance ; elles ont donc une importante valeur politique et de gouvernance (Yoo et Blanchette, 2015). Dans la tradition des STS, on considère que ce rôle politique peut être observé et identifié notamment dans deux types de situation : les processus de stabilisation des standards et des normes techniques, lors de leurs rencontres avec les structures de la matérialité informatique ; et les moments de controverse et conflit, dans leur croisement avec la matérialité des techniques qui les détermine ou qu’ils déterminent en retour dans la conception et la construction des infrastructures numériques.

Standardisation

10La standardisation est de longue date un objet d’étude pour les STS. Dans un ouvrage pionnier, Bowker et Star (1999) avaient dressé un programme d’étude des normes applicables à la nomenclature et à la catégorisation. Ils y décrivent de manière remarquable la machine de classification raciale de la population durant l’Apartheid en Afrique du Sud, ainsi que les trajectoires et les contraintes qu’elle imposa à la vie personnelle et professionnelle des individus dans ce pays. Le programme élaboré par Bowker et Star est développé et élargi dans l’ouvrage de Timmermans et Berg (2003), The Gold Standard, et dans le volume collectif Standards and their Stories (Lampland et Star, 2009). D’autres travaux regroupés par Brunsson et Jacobsson (2000), Higgins et Larner (2010) et Ponte et al. (2011) présentent une perspective organisationnelle et de gouvernance sur la normalisation des processus, les publications sur les normes applicables aux technologies de l’information et de la communication, et leur utilisation dans la normalisation des comportements et de l’organisation sociale.

11Pour Schmidt et Werle (1998), la conformité des appareils de télécopie aux normes Groupe III mises au point à l’Union internationale des télécommunications dans les années 1980 donne l’occasion de déterminer l’origine des normes formelles, la manière dont elles sont négociées et les pressions politiques, économiques et techniques auxquelles elles ont été soumises. Selon les auteurs, les normes techniques sont des technologies de coordination qui ordonnent et interfacent non seulement les mécanismes d’échanges, mais aussi les parties prenantes investies dans leur développement. Pour Galloway (2004), les protocoles Internet TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol) et le DNS (Domain Name System) sont symptomatiques des formes de production culturelles distribuées et néanmoins sélectives, inhérentes au régime économique et politique actuel. Ce phénomène se reflète dans la manière théoriquement ouverte dont les protocoles sont développés et dans la logique de contrôle exercée par les protocoles eux-mêmes. La suite TCP/IP distribue la fourniture de contenu sur Internet, en spécifiant comment les données doivent être regroupées en paquets, où elles doivent se diriger, où elles seront transmises, et quel sera leur parcours et leur destinataire. Le DNS propose une grammaire à travers laquelle ce contenu est accessible, notamment en traduisant les noms de domaine qui nous sont familiers (.com, .fr et les adresses associées) en adresses entièrement numériques qui sont les identifiants uniques des ressources pour le réseau. Le protocole TCP/IP et le DNS ont donc tous deux des implications pour l’accès des internautes aux ressources en ligne, pour une variété de raisons qui vont de la capacité des paquets de données à rejoindre correctement leur destination, à la possibilité pour les internautes de rejoindre les sites Web qu’ils souhaitent sans devoir mémoriser des séquences de chiffres longues et peu intuitives. Ils peuvent donc être utilisés comme armes par des acteurs qui souhaiteraient faire obstacle à leur accès.

12Les normes qui se sont imposées sont souvent difficiles à modifier ou à remplacer. Le protocole Internet IPv4, qui livre les paquets de données d’un expéditeur à un destinataire sur la base des adresses marquées sur ces paquets, a été conçu à une époque où l’Internet était beaucoup moins peuplé qu’aujourd’hui. Ainsi, il est notamment incapable à l’heure actuelle de satisfaire la demande globale de connectivité (DeNardis, 2009), en rapide croissance. Une nouvelle norme plus robuste, IPv6, qui augmente la longueur des adresses et en décréterait l’abondance sur le long terme, a donc été créée et est en train d’être déployée. Cependant, la transition vers cette nouvelle norme est très lente, progressive et continue. C’est ainsi que sont nées des technologies de pont entre ces deux infrastructures, les mécanismes de transition IPv6, qui facilitent la transition d’une version du protocole à l’autre et pallient ainsi le manque d’interopérabilité entre les deux.

13Outre les mécanismes économiques, sociaux et techniques de normalisation, il existe des pratiques institutionnelles servant à vérifier et à certifier les normes (Loconto et Busch, 2010). Dans le cas notamment du protocole IPv4, l’adhésion à la norme s’autorégule. Un ordinateur de bureau incapable d’accéder à Internet serait quasiment inutile : IPv4 est donc indéniablement intrinsèque à tous les systèmes d’exploitation polyvalents.

14On voit comment, pour cet ensemble d’auteurs, il convient d’aborder la diversité des normes et leurs modes de propagation sur le plan de la matérialité, de l’espace et du discours. Les normes techniques s’incarnent dans l’agencement des matériaux et des significations auxquelles elles donnent lieu. Elles sont concrétisées dans un environnement construit, qui s’incarne non seulement sous certaines formes physiques, mais aussi dans les manières dont elles sont utilisées et dans les modèles sociaux et économiques associés. Parfois, ce phénomène se produit accidentellement, car certaines décisions et actions apparemment mineures conditionnent à l’avance les effets spatiaux et temporels qui en découlent.

Controverses

15Dans la tradition de la sociologie des techniques, les controverses dévoilent différentes versions de la notion d’ordre social, versions qui varient selon les acteurs. Internet présente aujourd’hui un nombre croissant d’espaces sujets à controverses, tels que les accords d’interconnexion entre fournisseurs d’accès à Internet (Meier-Hahn, 2015), le débat autour de sa neutralité (Marsden, 2017), l’inspection approfondie des paquets (deep-packet-inspection) (Mueller et al., 2012), le déploiement de technologies de filtrage de contenu (Deibert et Crete-Nishihata, 2012), les mesures de surveillance omniprésentes et l’utilisation du DNS à des fins réglementaires (DeNardis et Hackl, 2015), la régulation du cloud (Yoo et Blanchette, 2015). En outre, les contentieux politiques, l’activisme et la contestation des citoyens, ainsi que les droits de l’homme, peuvent être inscrits dans les choix de conception et design de l’infrastructure Internet elle-même (Milan et ten Oever, 2017). On peut aussi évoquer les recherches de Ksenia Ermoshina (2016) sur le modelage et l’emploi des applications mobiles et Web axées sur la citoyenneté et l’activisme : selon elle, la conception de ces outils façonne la participation des citoyens et l’interaction entre les citoyens et les États, car ils contribuent à la structuration d’un être-ensemble numérique. Les négociations et les controverses rattachées aux revendications concernant l’Internet peuvent être considérées comme performatives, dans la mesure où elles « impliquent et sont impliquées dans la création de mondes dans lesquels un certain mode de gouvernance a du sens » (Ziewitz et Pentzold, 2014, p. 20).

16Le « réseau des réseaux » est considéré comme étant particulièrement bien adapté à toutes sortes de stratégies de sortie et à l’évolution des rapports de force ; c’est ainsi que les modes de régulation fondés sur le consensus deviennent essentiels car, dans l’impossibilité d’être totalement contraignantes, les normes se négocient et se contestent constamment (Brousseau et al., 2012, p. 35). Par conséquent, les processus mêmes de l’évolution des normes, mis à l’épreuve lorsqu’ils font l’objet de conflit et de réalignement, ou de déstabilisation et de restabilisation, deviennent essentiels, car ils offrent différents types de garanties aux diverses parties prenantes.

17Les technologies numériques elles-mêmes jouent un rôle-clé dans ces processus de légitimation puisqu’elles deviennent ambassadrices et garantes d’impartialité et de neutralité dans les moments d’épreuve par lesquels passent ces processus. Ce faisant, elles performent la confiance, car elles automatisent les procédures en assurant, par la même occasion, le suivi de toutes les actions. Cet aspect a été démontré par nos recherches sur la « chaîne de blocs » ou blockchain qui sous-tend Bitcoin (Mallard et al., 2014 ; Musiani et al., 2017). Bitcoin est une monnaie virtuelle qui se fonde sur un logiciel appelé blockchain, qui constitue un registre de toutes les transactions effectuées sur un réseau distribué, en les regroupant en « blocs » qui sont chiffrés et communiqués au reste du réseau. L’unicité des transactions est donc assurée bien que celles-ci se passent de façon décentralisée. Bitcoin a été créé en 2008 dans le but affiché de ne pas être contrôlé par une autorité centrale. La quantité de monnaie disponible dans Bitcoin est façonnée et définie par le protocole homonyme, qui stipule notamment que depuis la création du système, la quantité totale de bitcoins pouvant être créé à tout jamais devait être connue et établie à l’avance (21 millions), tout comme leur taux de création au fil du temps. La création de bitcoins est fondée sur une activité appelée mining, dont le principe réside sur l’attribution des bitcoins, en tant que récompense, aux utilisateurs – les mineurs – qui prêtent leurs ressources de calcul et de stockage au système, pour des objectifs de fonctionnement et de sécurisation. Plusieurs moments d’épreuve et de controverse ont porté sur l’infrastructure de Bitcoin – notamment un événement dans son histoire qui a amené le système à effectuer involontairement une fork, c’est-à-dire une modification du code source entraînant la naissance d’une deuxième version. Or ce sont ces moments de controverse qui ont amené les développeurs et utilisateurs de Bitcoin à questionner ce qui, au-delà de la rhétorique de la décentralisation, est un écosystème complexe d’intermédiaires, de médiations et de points de contrôle, et à déstabiliser puis re-stabiliser une définition de confiance partagée dans le système, via le système.

18Contrairement à ce que certaines approches institutionnelles peuvent suggérer, la controverse, l’instabilité, la déstabilisation et la restabilisation constituent également d’importants aspects des institutions mêmes de la gouvernance d’Internet (GI). Comme le montre notamment Flyverbom (2011), le Forum sur la gouvernance d’Internet et d’autres structures organisationnelles de la GI n’auraient jamais pu voir le jour sans la vaste reconfiguration de deux entités liées à l’ONU. Examinées dans l’optique des STS, les institutions montrent leur capacité à se renégocier et à se reconfigurer dans les moments d’épreuve, pour maintenir leur élan et, au bout du compte, leur autorité. Si on ne l’analyse pas de la sorte, l’autorité des institutions de la GI « apparaîtrait autrement comme un fait accompli » (Flyverbom, 2011, p. 6). En outre, comme le souligne Julia Pohle (2016), en centrant l’analyse sur les positionnements et les négociations des acteurs et sur les processus plutôt que sur les résultats, on peut mettre en lumière la contribution des processus multipartites et la validité de leurs résultats, même en l’absence de résultats contraignants.

19La plupart du temps, ce sont les « points de contrôle » qui donnent lieu aux controverses et aux conflits qui sévissent dans l’univers de la gouvernance d’Internet, comme l’illustre Laura DeNardis (2014, p. 15). Ces points de contrôle vont des couches les plus profondes de l’infrastructure d’Internet jusqu’aux équipements de connexion des foyers, appelés le « dernier kilomètre » (ou last mile) du réseau, car le plus proche des utilisateurs. Ils incluent le blocage des flux financiers vers certains services Internet, ainsi que des réponses techniques aux violations des droits de propriété intellectuelle, telles que le dispositif de riposte graduée2 et les tentatives d’utilisation du système de noms de domaine (DNS) à des fins d’application du droit d’auteur. Enfin, des points de contrôle importants sont les intermédiaires privés de l’information, qui prennent de facto des décisions politiques dans tout l’éventail des cas où ils collectent, recueillent, regroupent, sélectionnent et présentent des données aux utilisateurs et aux autres acteurs de la chaîne de valeur d’Internet, exerçant ainsi de la gouvernance sur la liberté d’expression, la diversité culturelle et la réputation (DeNardis, ibid.). Les récents débats sur les fake news, la propagation organisée de la désinformation sur les réseaux, sont un exemple de cette privatisation de la gouvernance Internet : comme l’a récemment montré Romain Badouard, des plateformes telles que Facebook, Google et leurs homologues, puisqu’elles répondent à un souci commercial de personnalisation des informations, ont favorisé l’émergence d’une forme de propagande individualisée, qui s’incarne au cœur des architectures techniques et des algorithmes qui font circuler les informations et non plus dans les informations elles-mêmes (Badouard, 2017).

Vers une théorie de la gouvernance d’Internet basée sur l’infrastructure

20On a pu le voir dans le cas des débats et des controverses dont les protocoles sont à la fois actants et objets, ou dans les allers-retours des processus de normalisation et standardisation : faire ressortir la matérialité des infrastructures numériques et informatiques a des implications pour leur gouvernance. Comme le fait remarquer Matthew Fuller (2008), ce n’est que récemment que, grâce à cette mise en visibilité des infrastructures, les réseaux numériques ont été compris comme « quelque chose qui a une histoire [contestée], plutôt que d’être simplement dans un état d’amélioration perpétuelle ». L’allocation, la distribution et la mesure des ressources de l’Internet, ainsi que la conception des infrastructures qui les soutiennent, sont en passe de devenir de plus en plus visibles et sujettes à controverse, renchérit Blanchette (2011), en soulignant que la mise en lumière des infrastructures est une condition nécessaire pour qu’une palette d’acteurs plus vaste puisse davantage s’engager dans leur conception et leur gestion.

21Si les perspectives en STS examinant les infrastructures numériques se sont multipliées, les spécialistes de la gouvernance d’Internet y ont prêté une attention secondaire jusqu’au début des années 2010, Laura DeNardis ayant été pionnière en la matière dans son article intitulé « Hidden Levers of Internet Control » (2012b). Cependant, les ensembles de travaux discutés jusqu’ici ont progressivement ouvert la voie au développement d’une théorie de la gouvernance d’Internet basée sur l’infrastructure. Ces perspectives comptent désormais parmi les approches importantes de la gouvernance d’Internet, comme l’indiquent par exemple les contributions de Braman (2016) et Malcic (2016) sur les travaux « intrinsèquement politiques » des premiers concepteurs d’Internet, et de De Filippi et Loveluck (2016) sur la gouvernance à la fois technique et sociale sous-tendant Bitcoin. Ces contributions appréhendent la gouvernance d’Internet comme étant un ensemble de processus sociotechniques d’innovation, de numérisation, de régulation, de mobilisation, de cooptation et de contournement.

22Les objectifs des études et les politiques en matière de gouvernance d’Internet ont longtemps porté sur trois domaines : le rôle des États-nations souverains et la primauté du droit ; l’importance du Forum des Nations Unies pour la gouvernance d’Internet et les fonctions particulières des institutions traditionnelles de gouvernance d’Internet telles que l’ICANN ; des organismes de normalisation et des registres Internet régionaux (RIR). Qu’on les envisage sous l’angle de la science politique, de la jurisprudence ou de l’économie de marché, ces thèmes portent principalement sur les institutions et le rôle qu’elles jouent en matière d’établissement des politiques gouvernementales. Pour autant que celui-ci soit important, l’accent placé sur les institutions passe parfois à côté des fonctions de gouvernance élémentaires mises en œuvre au moyen des arrangements d’architecture technique et à travers les décisions politiques du secteur privé. Selon les principes des réflexions précédemment débattus sur la matérialité numérique, la théorie de la gouvernance d’Internet qui s’élabore actuellement la considère sous l’angle conceptuel principal de la politique de l’infrastructure technique, et ce à un moment critique, car les technologies de gouvernance d’Internet non seulement intègrent des valeurs politiques au niveau de leur conception et de leur fonctionnement, mais sont de plus en plus cooptées à des fins politiques n’ayant rien en commun avec leur principale fonction de GI.

23Le point de départ d’une théorie de la gouvernance d’Internet basée sur l’infrastructure repose sur l’idée que les arrangements de l’architecture technique sont intrinsèquement des rapports de force. Internet présente, sous la couche de ses applications et de ses contenus, une architecture technique complexe – qui reste généralement, comme on a pu le dire plus haut, hors de la vue du public. Cette architecture comprend un vaste écosystème de technologies de gouvernance d’Internet, autrement dit des systèmes et des processus numériques intrinsèquement conçus pour maintenir l’Internet opérationnel. Parmi ces technologies et processus figurent de nombreux protocoles et systèmes dont il a été question dans cet article : par exemple, des ressources Internet critiques telles que les adresses IP (Internet Protocol), les noms de domaine et les numéros de système autonomes (ASN), le système de noms de domaine d’Internet (DNS) et les systèmes de la couche « accès réseau ». Si cette architecture se situe bien en-dessous du niveau du contenu, elle n’est néanmoins aucunement étrangère à la politique et à la culture. La conception et l’administration des infrastructures intériorisent des valeurs politiques et économiques qui finissent par influencer le champ de la liberté et de l’innovation en ligne. Ces technologies de gouvernance d’Internet reflètent intrinsèquement les questions d’intérêt public, notamment la vie privée, l’accès au savoir et la liberté d’expression.

24Cet écosystème de technologies comprend également ces artefacts techniques, composantes essentielles d’Internet, dont la fonction infrastructurelle est plus immédiatement évidente : il s’agit des infrastructures physiques de bas niveau, qu’on a pu assimiler aux autoroutes ou aux artères de la société de l’information, et que Star (1999, p. 379) nous invite « plus sobrement » à considérer également comme des « égouts ». Ces infrastructures incluent les câbles sous-marins, des milliers et milliers de kilomètres de fibre optique, posés au fond des océans et des mers, liens indispensables entre les réseaux de télécommunication du monde entier ; les centres de données ou data centers, de grands sites physiques sur lesquels se regroupent des équipements constituant un système d’information, notamment des puissants ordinateurs appelés serveurs qui constituent les archives des grandes plateformes ; ou encore, les Internet Exchange Points ou IXPs (dont DeNardis, 2012a propose une analyse nuancée), de grands immeubles hébergeant plusieurs commutateurs de réseau, qui évitent aux opérateurs d’établir des liens directs entre eux, le raccordement au point d’échange permettant à chacun d’échanger du trafic avec tous les autres opérateurs présents. Ces infrastructures physiques posent des questions de privatisation et donc de stratégies économiques, de coûts pour l’environnement, de géographies juridiques ; elles soulèvent dès lors des problèmes de gouvernance qui rejoignent ceux soulevés par la gestion des protocoles et des ressources Internet critiques.

25De surcroît, les contributions tirées des perspectives STS ces dernières années reconnaissent non seulement que les fonctions administratives et de coordination liées à l’infrastructure d’Internet ont toujours été des instruments de pouvoir (DeNardis, 2009), mais aussi que les points de contrôle infrastructurels, quelle que soit leur fonction d’origine, peuvent servir d’intermédiaires pour reprendre (ou remporter) le contrôle ou manipuler les flux d’argent, d’informations et d’idées dans la sphère numérique. La mondialisation et l’évolution des technologies ont réduit la capacité des États-nations souverains et des producteurs de contenus médiatiques à contrôler directement le flux de l’information. Cette perte de contrôle par rapport au contenu et l’incapacité des lois et des marchés à reprendre les rênes ont réorienté les luttes politiques et économiques dans le domaine des infrastructures et, en particulier, des technologies de gouvernance d’Internet. Certaines infrastructures de l’Internet peuvent notamment être cooptées afin d’exécuter des fonctions politiques, sans aucun rapport avec leurs fonctions originelles – celles-ci ayant trait généralement au bon fonctionnement du réseau et à la gestion de ses flux. On parle alors de « passage à l’infrastructure » (turn to infrastructure) dans la gouvernance d’Internet (Musiani et al., 2016).

26Les travaux qui suivent cette approche traitent notamment de l’utilisation du DNS comme outil d’exécution des droits de propriété intellectuelle (Merrill, 2016), ou du pouvoir discrétionnaire dont jouissent les intermédiaires de l’information pour hiérarchiser leurs intérêts stratégiques par rapport à leurs engagements en matière de confidentialité (Sargsyan, 2016). Regroupées, ces contributions montrent l’évolution d’une approche basée sur les « valeurs inscrites dans la conception » (« values-in-design ») (Flanagan et al., 2008) vers une politisation des infrastructures de la gouvernance d’Internet (DeNardis, 2009). Autrement dit, si les valeurs font partie de la conception des infrastructures depuis le début du « réseau des réseaux », elles sont intégrées à l’infrastructure technologique principalement pour remplir ses fonctions essentielles ; or l’utilisation d’une infrastructure d’Internet pour remplir des fonctions autres que l’objectif pour lequel elle a été conçue peut, en réalité, entraîner d’importants « dommages collatéraux » quant à la stabilité et à la sécurité d’Internet et à la protection des libertés civiles en ligne (DeNardis et Musiani, 2016).

Conclusion

27Les analyses de la construction et de la matérialité des infrastructures numériques offrent de nouvelles perspectives sur la portée et les limites du changement technologique lié à Internet et sur son potentiel de gouvernance, pour au moins deux raisons.

28En premier lieu, la (re)découverte du caractère infrastructurel des systèmes sociotechniques permet de (re)voir comment les applications des nouvelles technologies se mêlent aux acteurs, aux objets et aux processus dominants. L’infrastructure, comme le dit Star (1999, p. 382), « ne se développe pas de toutes pièces ; elle se débat avec l’inertie de ce qui est déjà installé et hérite de ses forces et de ses limites ». Les approches axées sur l’infrastructure d’Internet et son poids politique contribuent également à mettre explicitement en avant la nature contestée et relationnelle de l’évolution technologique. Les nouvelles technologies ne changent pas les opérations d’Internet d’elles-mêmes. Au contraire, c’est le changement technologique qui fait l’objet d’une médiation à l’aide de luttes fondamentalement politiques sur le fonctionnement et la nature des systèmes requis pour exécuter ces fonctions infrastructurelles.

29En second lieu, mettre en évidence les efforts qui tendent à positionner les systèmes numériques en réseau comme matériels et infrastructurels nous invite à considérer les contradictions de l’évolution technologique. La dénaturalisation des systèmes sociotechniques, considérés comme des acquis ou « boîtes noires », attire l’attention sur la prédisposition à l’échec et la nature faillible de ces systèmes. Star (1999, p. 382) souligne comment « la qualité normalement invisible de l’infrastructure opérationnelle devient visible lorsqu’elle s’effondre ». On est, par exemple, bien plus susceptible de remarquer notre dépendance au réseau électrique à l’occasion d’une coupure d’électricité que lorsque tout fonctionne bien. On pourrait en dire autant des systèmes qui connectent les individus, qui leur permettent l’accès à Internet en haut débit ou qui convertissent des adresses purement numériques en adresses plus intelligibles pour le cerveau humain. Et c’est aussi le cas, on l’a vu, de la blockchain qui sous-tend Bitcoin.

30Comme manifestations de l’échec, les défaillances au niveau des matériaux et des processus qui sous-tendent les systèmes sociotechniques ne sont cependant pas uniquement pertinentes dans les instants d’instabilité qui le démasquent. Au contraire, elles sont toujours importantes. Les limites contribuant à « l’inégalité de l’infrastructure » (Nelms, 2016, p. 511) peuvent contribuer à mettre en avant des questions plus générales d’accès et à problématiser les informations qui peuvent être normalisées et opérationnalisées, et celles qui ne le peuvent pas.

31En un mot, c’est en analysant la politique des infrastructures technologiques et en la fondant dans leur matérialité, qu’on évite implicitement et explicitement de fétichiser la « nouveauté » des « nouvelles technologies » et qu’on développe une perspective plus nuancée pour appréhender ce qui, en dernier lieu, constitue des modèles contestables – et contestés – de continuité et de changement.

Haut de page

Bibliographie

Badouard Romain, 2017, Le désenchantement de l’Internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP Editions.

Bernards Nick et Campbell-Verduyn Malcolm, à paraître 2018, « Understanding technological change in global finance through infrastructures », introduction, Review of International Political Economy, Special Issue ‘The Changing Technological Infrastructures of Global Finance’.

Blanchette Jean-François, 2011, « A material history of bits », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 62, no 6, p. 1 042-1 057.

Bowker Geoffrey C., Baker Karen, Millerand Florence et Ribes David, 2010, « Toward information infrastructure studies: Ways of knowing in a networked environment », International Handbook of Internet research, J. Hunsinger et al. éd., Dordrecht, Springer, p. 97-117.

Bowker Geoffrey C. et Star Susan Leigh, 1999, Sorting Things Out: Classification and Its Consequences, Cambridge, MA, The MIT Press.

Braman Sandra, 2016, « Instability and internet design », Internet Policy Review, vol. 5, no 3 [DOI: 10.14763/2016.3.429].

Brousseau Eric, Marzouki Meryem et Méadel Cécile éd., 2012, Governance, Regulation and Powers on the Internet, Cambridge, Cambridge University Press.

Brunsson Nils et Jacobsson Bengt éd., 2000, A World of Standards, Oxford, Oxford University Press.

De Filippi Primavera et Loveluck Benjamin, 2016, « The invisible politics of bitcoin: governance crisis of a decentralized infrastructure », Internet Policy Review, vol. 5, no 3 [DOI: 10.14763/2016.3.427].

Deibert Ronald J. et Crete-Nishihata Masashi, 2012, « Global governance and the spread of cyberspace controls », Global Governance: A Review of Multilateralism and International Organizations, vol. 18, no 3, p. 339-361.

DeNardis Laura, 2014, The Global War for Internet Governance, New Haven, CT, Yale University Press.

— 2012a, « Governance at the Internet’s core: The geopolitics of interconnection and Internet exchange points (IXPs) in emerging markets » [en ligne], Proceedings of TPRC 2012 [URL: http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2029715].

— 2012b, « Hidden levers of Internet control: An infrastructure-based theory of Internet governance, » Journal of Information, Communication & Society, vol. 15, no 5, p. 1-19.

— 2009, Protocol Politics: The Globalization of Internet Governance, Cambridge, MA, The MIT Press.

DeNardis Laura et Hackl Andrea M., 2015, « Internet governance by social media platforms », Telecommunications Policy, vol. 39, no 9, p. 761-770.

DeNardis Laura et Musiani Francesca, 2016, « Governance by infrastructure », The Turn to Infrastructure in Internet Governance, F. Musiani, D. L. Cogburn, L. DeNardis et N. S. Levinson éd., New York, Springer, p. 3-21.

Edwards Paul, 2003, « Infrastructure and modernity: Force, time, and social organization in the history of sociotechnical systems », The History of Sociotechnical Systems: Modernity and Technology, T.J. Misa, P. Brey et A. Feenberg éd., Cambridge, The MIT Press, p. 185-226.

Ermoshina Ksenia, 2016, Au code, citoyens : mise en technologie de problèmes publics, Thèse de doctorat en socio-économie de l’innovation, MINES ParisTech.

Flanagan Mary, Howe Daniel C. et Nissenbaum Helen, 2008, « Embodying values in technology: Theory and practice », Information Technology and Moral Philosophy, J. van den Hoven et J. Weckert éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 322-353.

Flyverbom Mikkel, 2011, The Power of Networks: Organizing the Global Politics of the Internet, Cheltenham, Edward Elgar Publishing.

Fuller Matthew éd., 2008, Software Studies: A Lexicon, Cambridge, MA, The MIT Press.

Galloway Alexander R., 2004, Protocol: How Control Exists after Decentralization, Cambridge, MA, The MIT Press.

Harvey Penelope, 2012, « The topological quality of infrastructural relation: An ethnographic approach », Theory, Culture, and Society, vol. 29, no 4-5, p. 76-92.

Higgins Vaughan et Larner Wendy éd., 2010, Calculating the Social: Standards and the Reconfiguration of Governing, New York, Palgrave Macmillan.

Kirschenbaum Matthew G., 2008, Mechanisms: New Media and the Forensic Imagination, Cambridge, The MIT Press.

Knoespel Kenneth et Zhu Jichen, 2008, « Continuous materiality through a hierarchy of computational code », Théorie, littérature, épistémologie, no 25, p. 235-247.

Lampland Martha et Star Susan Leigh éd., 2009, Standards and their Stories: How Quantifying, Classifying, and Formalizing Practices Shape Everyday Life, Ithaca, Cornell University Press.

Larkin Brian, 2013, « The politics and poetics of infrastructure », Annual Review of Anthropology, no 42, p. 327-343.

Leonardi Paul M., 2010, « Digital materiality? How artifacts without matter, matter », First Monday, vol. 15, no 6-7.

Loconto Allison et Busch Lawrence, 2010, « Standards, techno-economic networks, and playing fields: Performing the global market economy », Review of International Political Economy, vol. 17, no 3, p. 507-536.

Malcic Steven, 2016, « The problem of future users: how constructing the DNS shaped internet governance », Internet Policy Review, vol. 5, no 3 [DOI: 10.14763/2016.3.434].

Mallard Alexandre, Méadel Cécile et Musiani Francesca, 2014, « The paradoxes of distributed trust: peer-to-peer architecture and user confidence in Bitcoin », Journal of Peer Production, no 4.

Marsden Christopher T., 2017, Network Neutrality: From Policy to Law to Regulation, Manchester, Manchester University Press.

Meier-Hahn Uta, 2015, « Internet interconnection: networking in uncertain terrain » [en ligne], RIPE Labs Blog [URL : https://labs.ripe.net/Members/uta_meier_hahn/internet-interconnection-networking-in-uncertain-terrain], consulté le 23 avril 2018.

Merrill Kenneth, 2016, « Domains of control: governance of and by the Domain Name System », The Turn to Infrastructure in Internet Governance, F. Musiani, D. Cogburn, L. DeNardis et N. Levinson éd., New York, Palgrave Macmillan, p. 89-106.

Milan Stefania et ten Oever Niels, 2017, « Coding and encoding rights in internet infrastructure », Internet Policy Review, vol. 6, no 1 [DOI: 10.14763/2017.1.442].

Mueller Milton L., Kuehn Andreas et Santoso Stephanie M., 2012, « Policing the network: Using DPI for copyright enforcement », Surveillance & Society, vol. 9, no 4, p. 348-364.

Musiani Francesca, Cogburn Derrick, DeNardis Laura et Levinson Nanette éd., 2016, The Turn to Infrastructure in Internet Governance, New York, Springer.

Musiani Francesca, Mallard Alexandre et Méadel Cécile, 2017, « Governing what wasn’t meant to be governed: A controversy-based approach to the study of governance in Bitcoin », Bitcoin and Beyond: Cryptocurrencies, Blockchains, and Global Governance, M. Campbell-Verduyn éd., Londres, Routledge, p. 133-156.

Nelms Taylor C., 2016, « Alt. economy: strategies, tensions, challenges », Journal of Cultural Economy, vol. 9, no 5, p. 507-512.

Pohle Julia, 2016, « Multistakeholder governance processes as production sites: enhanced cooperation in the making », Internet Policy Review, vol. 5, no 3 [DOI: 10.14763/2016.3.432].

Ponte Stefano, Gibbon Peter et Vestergaard Jakob éd., 2011, Governing through Standards: Origins, Drivers and Limitations, New York, Palgrave Macmillan.

Timmermans Stefan et Berg Marc, 2003, The Gold Standard: The Challenge of Evidence-based Medicine and Standardization in Health Care, Philadelphia, Temple University Press.

Sargsyan Tatevik, 2016, « The privacy role of information intermediaries through self-regulation », Internet Policy Review, vol. 5, no 4 [DOI: 10.14763/2016.4.438].

Schmidt Susanne K. et Werle Raymund, 1998, Coordinating Technology: Studies in the International Standardization of Telecommunications, Cambridge-Londres, The MIT Press.

Star Susan Leigh, 1999, « The ethnography of infrastructure », American Behavioral Scientist, vol. 43, no 3, p. 377-391.

Yoo Youngjin, 2012, « Digital materiality and the emergence of an evolutionary science of the artificial », Materiality and Organizing: Social Interaction in a Technological World, P. Leonardi, B. A. Nardi et J. Kallinikos éd., p. 134-154.

Yoo Christopher S. et Blanchette Jean-François éd., 2015, Regulating the Cloud: Policy for Computing Infrastructure, Cambridge, The MIT Press.

Ziewitz Malte et Pentzold Christian, 2014, « In search of Internet governance: performing order in digitally networked environments », New Media & Society, vol. 16, no 2, p. 306-322.

Haut de page

Notes

1 En informatique, la modularité est un regroupement de fonctions et de méthodes qui permettent de répartir le développement d’un logiciel sur plusieurs personnes, et de réutiliser certaines portions de code pour éviter de redévelopper entièrement des logiciels.

2 La Quadrature du Net, « Riposte graduée : vue générale », [URL : https://www.laquadrature.net/fr/riposte-graduee], consulté le 25 avril 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Musiani, « L’invisible qui façonne. Études d’infrastructure et gouvernance d’Internet », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8419 ; DOI : 10.4000/traces.8419

Haut de page

Auteur

Francesca Musiani

Chargée de recherche au CNRS, Institut des sciences de la communication (ISCC–CNRS/Sorbonne Université)

Articles du même auteur

Haut de page