Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traduction

Prendre soin des infrastructures. Introduction à la traduction de « L’ethnographie des infrastructures » de Susan Leigh Star

Taking care of infrastructures. Introduction to the French translation of Susan Leigh Star’s « The Ethnography of Infrastructure »
Tiziana Beltrame et Ashveen Peerbaye
p. 179-186

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Camille Paloque-Bergès, Natalia La Valle, Christelle Rabier et Francis Chateaurayn (...)

1Figure éminente des Science and Technology Studies (STS), Susan Leigh Star (1954-2010) fait partie de la génération des disciples d’Anselm Strauss qui investissent au début des années 1980 l’étude sociologique des sciences biomédicales. De son appartenance à la tradition de l’École de Chicago et de l’interactionnisme symbolique, Star hérite de questionnements, de modes d’analyse, et d’une sensibilité ethnographique qui portent la marque de la théorie des mondes sociaux (Strauss, 1978) et de la Grounded Theory (Glaser et Strauss, 1967), cette forme de systématisation des données empiriques qui produit des concepts à partir du terrain. À l’instar de l’approche écologique développée dans la sociologie urbaine d’un Robert Park, Star aborde d’emblée l’activité scientifique comme impliquant des acteurs issus de mondes sociaux hétérogènes, porteurs de perspectives distinctes, et qui doivent négocier des manières de cohabiter et de coopérer afin de « faire des choses ensemble » (Becker, 1986 ; Cefaï, 2015). Elle s’intéresse pour ce faire à l’organisation du travail, aux tâches concrètes (y compris les plus rébarbatives et les moins nobles), ainsi qu’aux ressources matérielles et symboliques qui soutiennent les pratiques des sciences et permettent la production des faits scientifiques. Cette attention à l’articulation entre travail et technologie se retrouve dans la conception relationnelle de l’infrastructure que développe Star dans l’article que nous présentons ici, fortement inspirée par la définition de l’infrastructure chez Marx en termes de rapports et conditions de production, et par la vision chez ce dernier de la technologie comme « travail figé » (Bowker et Star, 1997a) – un des enjeux pour Star étant justement de « dégeler » les processus sociaux qui s’y sont solidifiés1.

2En proposant des concepts « sensibilisateurs » (Blumer, 1954) comme celui d’objet-frontière (Star et Griesemer, 1989 ; Bowker et Star, 1999) ou encore d’infrastructure (Star et Ruhleder, 1996) pour décrire et analyser certains aspects du fonctionnement des mondes sociaux de la science, Susan Leigh Star et ses collaborateurs ont étendu la boîte à outils initialement forgée par Everett Hughes, Howard Becker et Anselm Strauss à travers des notions comme « engagement », « entrepreneur », « convention » ou « travail d’articulation » (Clarke et Star, 2008). Accorder son attention aux objets-frontière est en particulier bien utile pour comprendre les appuis qui rendent possible la coopération dans le travail scientifique, en l’absence de consensus. En effet, coopérer ne requiert pas forcément un accord préalable, mais peut se réaliser en ayant recours à une gamme d’« objets » partagés, dotés d’une flexibilité interprétative, qui équipent et orientent l’action au gré de leurs allers-retours entre différentes communautés de pratique ou mondes sociaux.

3La sociologie des sciences et des techniques que développe Star n’est pas uniquement inscrite dans la tradition de l’interactionnisme symbolique. Elle entretient en particulier, dès l’origine, un dialogue étroit avec la théorie de l’acteur-réseau qui émerge durant cette même période. Avec le concept d’objet-frontière, par exemple, Star et Griesemer (1989) discutent les notions d’« intéressement » et de « point de passage obligé » que Callon (1986) place au cœur de son modèle de la traduction, et proposent une conception alternative des « mobiles immuables » de Latour (1987). De même, Bowker et Star (1997b) ont à cœur de relier le concept d’infrastructure et celui d’acteur-réseau, en faisant du premier la condition de possibilité du second. L’histoire sociale des statistiques et des classifications étudiée par Boltanski, Thévenot et Desrosières fournit un autre point d’ancrage fort (Boltanski et Thévenot, 1987 ; Desrosières et Thévenot, 1988). Enfin, la sociologie de Susan Leigh Star porte la marque de l’engagement féministe d’une chercheuse qui traque l’ordre hétéro-normatif bourgeois jusque dans ses recoins les plus inattendus, dans la case d’un formulaire ou une ligne de code.

4Dans ses travaux, Susan Leigh Star privilégie volontiers l’étude d’infrastructures où les ordinateurs, les bases de données et les réseaux informatiques ont la part belle. À une période où l’usage des ordinateurs personnels est loin d’être répandu et où le Web existe à peine, elle s’attache à pister les conséquences du recours croissant aux nouvelles technologies de l’information dans le travail scientifique, mais également dans d’autres mondes professionnels et d’autres pans de la vie sociale. La terminologie qu’elle emploie, à travers par exemple des références aux « terminaux » ou au « code électronique », tranche par bien des aspects avec le vocabulaire contemporain des études d’internet et des médias sociaux. Cette terminologie, malgré son apparente obsolescence, porte la trace de questionnements qui continuent à animer plusieurs communautés de recherche. Cette analyse des cultures informatiques (Star, 1995) et du travail aux prises avec les systèmes informatisés (Bowker et al., 1997) s’effectue dans le cadre d’une participation active à une communauté scientifique inédite : le Computer-Supported Cooperative Work ou CSCW (Travail coopératif assisté par ordinateur – TCAO, en français), dont Star contribue à fonder en 1992 la revue éponyme. Le CSCW rassemble une étonnante diversité d’industriels, chercheurs en sciences humaines et sociales, ingénieurs et chercheurs en informatique, autour de projets visant à co-concevoir, analyser et promouvoir des « machines à coopérer » (Cardon, 1997).

5La multiplicité des collaborations interdisciplinaires (avec des chercheurs en sociologie, histoire, philosophie, sciences de l’information et de la documentation, etc.) et la très grande variété des terrains d’enquête transparaissent à la lecture de l’article dont nous fournissons ici une traduction inédite en français. Susan Star mobilise en effet les travaux précédents qu’elle a conduits avec ses collègues : on y retrouve l’enquête sur la communauté des biologistes travaillant sur le nématode C. elegans (Worms Community Study), réalisée en collaboration avec une dizaine de laboratoires et un informaticien engagé dans la construction d’une plate-forme virtuelle de partage et d’édition (Star et Ruhleder, 1996) ; l’enquête sur la catégorisation du travail infirmier et ses conséquences organisationnelles (Bowker et al., 1995) ; l’étude sur la conception d’une bibliothèque numérique dans l’Illinois (Bishop et al., 2000) ; ainsi que l’analyse magistrale d’une variété de systèmes de classification, dont la Classification internationale des maladies (CIM) et la catégorisation raciale sous l’apartheid en Afrique du Sud. Cette dernière analyse est développée dans l’ouvrage Sorting Things Out, sous presse au moment de la parution de l’article dont il est question ici (Bowker et Star, 1999).

6Une sensibilité ethnographique accrue pour « l’étrangeté encastrée, de ce qui demeure oublié » permet d’appréhender un système de câblages, un annuaire téléphonique ou une base de données comme des infrastructures tout aussi problématiques qu’en apparence ennuyeuses. Star nous invite avec cet article à étudier justement des choses qu’elle qualifie, ironiquement, d’ennuyeuses, car sonder empiriquement leur conception fait surgir de passionnantes, et parfois violentes, histoires de dissonances et d’attachements. Les infrastructures ne sont pas des choses séparées de leurs usages (Star et Ruhleder, 1996, p. 113). Elles sont imbriquées avec les modes d’organisation humaine dans des pratiques qui matérialisent leur dimension relationnelle et qui montrent que, d’un point de vue écologique, « ce qui est infrastructure pour l’un est enjeu ou obstacle pour l’autre ».

7Encastrées, transparentes, étendues dans le temps et l’espace, apprises par socialisation, intégrant des conventions pratiques, des normes et des standards, construites sur un socle préexistant, rendues visibles au moment d’une défaillance et réparées de manière incrémentale, les infrastructures ne cessent de questionner. Leurs propriétés ont des implications méthodologiques pour la recherche, implications que Susan Leigh Star nous présente sous la forme de « ficelles du métier » des chercheuses et des chercheurs en sciences sociales (Becker, 2002). En dépassant le cadre de l’analyse des pratiques scientifiques, ces ficelles permettent de combiner des astuces pour pouvoir lire et raconter les infrastructures : l’identification des grands récits – tel celui de l’hétérosexualité traditionnelle monogame inscrite dans un formulaire d’antécédents médicaux – qui réduisent au silence toutes celles et ceux qui sont à leurs marges ; la mise en lumière du travail invisible, en allant dans les coulisses pour interroger les professionnels et observer leurs pratiques ordinaires ou ignorées, comme celles des secrétaires, des infirmières, des assistants ou des réparateurs ; la prise en compte des paradoxes de l’infrastructure, car une simple anomalie au sein d’un dispositif informationnel peut s’amplifier et désarticuler le délicat équilibre entre conception et usage.

8Tout en proposant des manières d’enquêter, Star relie les ficelles à l’« épineux problème des indicateurs », que le chercheur laisse souvent dans l’ombre de l’enquête, et qui se transforme en casse-tête lors de l’analyse. Star encourage l’ethnographe à expliciter le statut des indicateurs choisis pour l’étude, car les infrastructures informationnelles sont analysables à plusieurs niveaux de référence. Il convient ainsi de préciser si elles sont lues comme des artefacts, des traces ou des représentations.

9De derrière la scène, une fois l’analyse située, Susan Leigh Star nous invite à aller en profondeur jusqu’à faire émerger les significations incorporées dans les classifications, les normes et standards, les dispositifs techniques qui constituent et encadrent le travail observé. Mais, jusqu’où aller dans l’analyse ? La question reste ouverte et ne trouvera de réponse que dans les sensibilités, les situations et les pratiques spécifiques des entités impliquées dans l’enquête, car l’infrastructure, on l’a dit, ne peut exister qu’au sein de relations. Se rendre dans les coulisses et aller en profondeur constituent donc deux « mouvements » méthodologiques et épistémologiques qui permettent un « renversement infrastructurel » (Bowker, 1994). Il s’agit de faire passer au premier plan, d’un côté, les invisibles – tâches et travailleurs – et la matérialité du travail d’adéquation entre tâches et outils concrets (Clarke et Fujimura, 1996) et, de l’autre, les « autruis », c’est-à-dire tous ceux qui restent aux marges, dont la place n’est pas prédéfinie mais résulte d’arrangements sociotechniques et matériels qui créent de nouvelles formes fluides d’exclusion (Timmermans, 2015). Star est donc attentive à rendre visibles les ajustements mutuels entre gestes ordinaires, matériaux, technologies et significations tout en étant scrupuleusement fidèle à la portée critique de son travail grâce à une attention aiguë portée aux discriminations, comme le montre son étude sur le travail invisible des standards lorsqu’elle commande un burger en étant allergique aux oignons (Star, 1991). Parfois, elle est allée jusqu’à s’« épuiser » sur le terrain, pour mettre en évidence le caractère vivant et conflictuel inscrit dans le travail de formalisation des infrastructures et de la standardisation. En suivant son enseignement, descendre en profondeur permet alors de voir où se situent les conflits et comment ils prennent forme avec les infrastructures.

10Aujourd’hui, les travaux de Susan Leigh Star continuent à irriguer tout un ensemble de recherches interdisciplinaires, qu’elles s’inscrivent en STS, dans le domaine du CSCW ou au-delà. Prolongeant ses enquêtes novatrices sur les infrastructures, tout un domaine de recherches se rassemble aujourd’hui sous la bannière des Infrastructure Studies, pour s’intéresser aux formes sociotechniques qui organisent la production et la mise en société des savoirs, en explorant notamment les transformations liées au déploiement des technologies numériques dans une variété de mondes sociaux (Edwards, 2010 ; Bowker et al., 2010 ; Bowker et al., 2015). Au-delà de la postérité et de la fécondité du concept d’objet-frontière dans l’étude des sciences et de l’innovation (Trompette et Vinck, 2009 ; 2010), les travaux de Star contribuent à une sociologie attentive aux gestes de travail ignorés, afin de ramener à la surface ce qui est laissé aux marges. En articulant les dimensions du visible et de l’invisible (Star et Strauss, 1999), ces travaux invitent à regarder l’ordinaire et à en décortiquer la complexité relationnelle. Le travail des « petites mains » dans les infrastructures informationnelles (Denis et Pontille, 2012) sort ainsi de l’ombre. Parmi les travailleurs invisibles figurent souvent les réparateurs, qui permettent le maintien des infrastructures et des mondes sociaux avec lesquels elles prennent forme (Denis et al., 2015). La fragilité et la vulnérabilité de ces imbrications sociomatérielles nécessitent d’être prises en compte pour analyser la mise en ordre des mondes observés (Denis et Pontille, 2015). Des mondes « brisés », comme dirait Jackson (2014), qui ont besoin de personnes pouvant pratiquer les « arts subtils de la réparation » sur les infrastructures soutenant nos existences. Faisant écho à Star, les activités destinées à maintenir et à réparer reviennent à prendre soin des infrastructures et des entités hétérogènes avec lesquelles elles sont en relation, sans négliger celles qui sont ignorées. Cela revient aussi à apprendre à penser avec elles, parce que « rien ne vient sans son monde » (Puig de la Bellacasa, 2011 ; 2012). Star densifie les « espaces entre » les réseaux (Puig de la Bellacasa, 2016) pour donner aux trames des histoires qu’elle nous raconte une épaisseur respectueuse de leur intime articulation et de tout ce qui est généralement laissé pour compte. Et elle le fait avec le plus grand soin.

Haut de page

Bibliographie

Becker Howard S., 1986, Doing Things Together, Evanston, Northwestern University Press.

— 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte.

Bishop Ann Peterson, Neumann Laura J., Star Susan Leigh, Merkel Cecelia, Ignacio Emily et Sandusky Robert J., 2000, « Digital libraries: Situating use in changing information infrastructure », Journal of the American Society for Information Science, vol. 51, no 4, p. 394-413.

Blumer Herbert, 1954, « What is wrong with social theory ? », American Sociological Review, vol. 19, no 1, p. 3-10.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, 1987, Les économies de la grandeur, Paris, Presses universitaires de France.

Bowker Geoffrey C., 1994, « Information mythology and infrastructure », Information Acumen. The Understanding and Use of Knowledge in Modern Business, L. Bud-Frierman éd., Londres, Routledge, p. 231-247.

Bowker Geoffrey C., Baker Karen, Millerand Florence et Ribes David, 2010, « Toward information infrastructure studies: Ways of knowing in a networked environment », International Handbook of Internet Research, J. Hunsinger, L. Klastrup et M. Allen éd., Dordrecht, Springer, p. 97-117.

Bowker Geoffrey C. et Star Susan Leigh, 1997a, « Problèmes de classification et de codage dans la gestion internationale de l’information », Cognition et information en société, B. Conein et L. Thévenot éd., Paris, Éditions de l’EHESS, p. 283-309.

— 1997b, « How things (actor-net)work: Classification, magic, and the ubiquity of standards », Philosophia, vol. 25, no 3-4, p. 195-220.

— 1999, Sorting things out. Classification and its consequences, Cambridge, MIT Press.

Bowker Geoffrey, Star Susan Leigh, Turner William et Gasser Les éd., 1997, Social science, information systems and cooperative work. Beyond the great divide, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

Bowker Geoffrey C., Timmermans Stefan et Star Susan Leigh, 1995, « Infrastructure and organizational transformation: Classifying nurses’ work », Information Technology and Changes in Organizational Work, W. Orlikowski, G. Walsham, M. Jones et J. DeGross éd., Londres, Chapman and Hall, p. 344-370.

Bowker Geoffrey C., Timmermans Stefan, Clarke Adele C. et Balka Ellen éd., 2015, Boundary Objects and Beyond. Working with Leigh Star, Cambridge, MIT Press.

Callon Michel, 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la Baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, vol. 36, p. 169-208.

Cardon Dominique, 1997, « Les sciences sociales et les machines à coopérer. Une approche bibliographique du Computer-Supported Cooperative Work (CSCW) », Réseaux, vol. 85, no 5, p. 13-51.

Cefaï Daniel, 2015, « Mondes sociaux. Enquête sur un héritage de l’écologie humaine à Chicago » [en ligne], SociologieS, [URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4921], consulté le 27 février 2018.

Clarke Adele E. et Fujimura Joan H. éd., 1996, La matérialité des sciences. Savoir-faire et instruments dans les sciences de la vie, Paris, Synthélabo.

Clarke Adele et Star Susan Leigh, 2008, « The social worlds framework: A theory/methods package », The Handbook of Science and Technology Studies, E. Hackett, O. Amsterdamska, M. Lynch et J. Wajcman éd., Cambridge, MIT Press, p. 113-137.

Denis Jérôme, Mongili Alessandro et Pontille David, 2015, « Maintenance and repair in science and technology studies », Tecnoscienza – Italian Journal of Science & Technology Studies, vol. 6, no 2, p. 5-15.

Denis Jérôme et Pontille David, 2012, « Travailleurs de l’écrit, matières de l’information », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 6, no 1, p. 1-20.

— 2015, « Material ordering and the care of things », Science, Technology & Human Values, vol. 40, no 3, p. 338-367.

Desrosières Alain et Thévenot Laurent, 1988, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Edwards Paul, 2010, A Vast Machine. Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, MIT Press.

Glaser Barney G. et Strauss Anselm L., 1967, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine.

Jackson Steven, 2014, « Rethinking repair », Media Technologies: Essays on Communication, Materiality, and Society, T. Gillespie, P. Boczkowski et K. Foot éd., Cambridge, MIT Press, p. 221-239.

Latour Bruno, 1987, Science in Action. How to Follow Scientists and Engineers through Society, Milton Keynes, Open University Press (La science en action, Paris, La Découverte, 1989).

Puig de la Bellacasa Maria, 2011, « Matters of care in technoscience. Assembling neglected things », Social Studies of Science, vol. 41, no 1, p. 85-106.

— 2012, « ‘Nothing comes without its world’: Thinking with care », The Sociological Review, vol. 60, no 2, p. 197-216.

— 2016, « Ecological thinking, material spirituality, and the poetics of infrastructure », Boundary Objects and Beyond. Working with Leigh Star, G. Bowker, S. Timmermans, A. Clarke et E. Balka éd., Cambridge, MIT Press, p. 47-68.

Star Susan Leigh, 1991, « Power, technologies and the phenomenology of conventions: On being allergic to onions », A Sociology of Monsters. Essays on Power, Technology and Domination, J. Law éd., Londres, Routledge, p. 26-56.

Star Susan Leigh éd., 1995, The Cultures of Computing, Oxford, Wiley.

Star Susan Leigh et Griesemer James R., 1989, « Institutional ecology, ‘translations’ and boundary objects: Amateurs and professionals in Berkeley’s museum of vertebrate zoology, 1907-39 », Social Studies of Science, vol. 19, no 3, p. 387-420.

Star Susan Leigh et Ruhleder Karen, 1996, « Steps toward an ecology of infrastructure: Design and access for large information spaces », Information Systems Research, vol. 7, no 1, p. 111-134.

Star Susan Leigh et Strauss Anselm L., 1999, « Layers of silence, arenas of voice: The ecology of visible and invisible work », Computer Supported Cooperative Work, no 8, p. 9-30.

Strauss Anselm L., 1978, « A social world perspective », Studies in Symbolic Interaction Volume 1, N. Denzin éd., Greenwich, JAI Press, p. 119-128.

Timmermans Stefan, 2015, « Working with Leigh Star », Boundary Objects and Beyond. Working with Leigh Star, G. Bowker, S. Timmermans, A. Clarke et E. Balka éd., Cambridge, MIT Press, p. 1-9.

Trompette Pascale et Vinck Dominique, 2009, « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, no 1, p. 5-27.

— 2010, « Retour sur la notion d’objet-frontière (2). Fécondité de la notion dans l’analyse écologique des objets innovants », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 4, no 1, p. 11-15.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Camille Paloque-Bergès, Natalia La Valle, Christelle Rabier et Francis Chateauraynaud pour leurs relectures, commentaires et suggestions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiziana Beltrame et Ashveen Peerbaye, « Prendre soin des infrastructures. Introduction à la traduction de « L’ethnographie des infrastructures » de Susan Leigh Star », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8443 ; DOI : 10.4000/traces.8443

Haut de page

Auteurs

Tiziana Beltrame

Post-doctorante en anthropologie au Centre Alexandre-Koyré (CAK, IFRIS)

Ashveen Peerbaye

Maître de conférences en sociologie à l’université Paris-Est (LISIS, IFRIS)

Haut de page