Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretiens

Étudier les infrastructures pour ouvrir les boîtes noires politiques. Entretien avec Timothy Mitchell

Studying infrastructures to open up the black boxes of politics. Interview with Timothy Mitchell
Timothy Mitchell, Pierre Charbonnier et Julien Vincent
p. 209-228

Résumés

Cet entretien avec l’historien et spécialiste de sciences politiques Timothy Mitchell, mené par le philosophe Pierre Charbonnier et l’historien Julien Vincent, revient sur les enjeux d’une œuvre intellectuelle où les rapports entre politique et infrastructures sont omniprésents. L’interlocuteur revient sur le contexte dans lequel il a d’abord élaboré son cadre théorique, entre études postcoloniales et Science and Technology Studies (STS). Il discute ensuite la portée de ses travaux sur les concepts de modernité, d’État, de technologie, d’énergie fossile. Enfin, il développe les implications politiques de ses travaux, notamment à partir d’une réflexion sur l’élection de Donald Trump à la présidence américaine.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Timothy Mitchell enseigne l’histoire et les sciences politiques à l’université de Columbia, à New York. Depuis le début des années 1990, il consacre son travail à l’histoire de la modernisation du Moyen-Orient, et en particulier de l’Égypte, sous la tutelle coloniale occidentale. Il a ainsi décrit les formes de savoir et les dispositifs techniques sur lesquels se sont appuyées les puissances coloniales pour diffuser la modernité, et dans le même temps asseoir leur domination. Ses travaux sur les conséquences politiques des énergies fossiles ont élargi son audience, et ont fait l’objet de traductions en français. Nous avons souhaité l’interroger sur la question des infrastructures pour mettre en lumière l’approche singulière de ces questions qu’il déploie, au croisement des études postcoloniales et de l’histoire des techniques.

2Les notes et références ont été ajoutées par les traducteurs.

Tracés : Si nous avons voulu vous donner la parole dans ce numéro sur les infrastructures, c’est parce que celles-ci prennent une importance centrale dans votre œuvre, et notamment dans votre dernier livre en date, Carbon Democracy (2013). Avez-vous consciemment suivi le fil conducteur des infrastructures technologiques et politiques pour déployer vos recherches, depuis vos études sur l’Égypte coloniale ? Dans quelle mesure cette question structure-t-elle votre pensée ? Et pensez-vous que les dispositifs techniques ont joué un rôle central dans la construction de la « modernité » occidentale dans l’Orient colonial ?

T. Mitchell : Dans mes premiers travaux, j’ai d’abord voulu retourner l’analyse anthropologique sur les Européens. Pour comprendre les pratiques tout à fait singulières des modernes, j’étais donc parti, dans Colonising Egypt, des récits qu’avaient donnés certains Égyptiens lettrés lors de leur visite des expositions universelles de Paris et de Londres au xixe siècle. Ce qui caractérise pour moi les modernes est qu’ils pensent le monde sous une forme dédoublée, avec d’un côté les représentations, les idées, et de l’autre la réalité extérieure à laquelle renvoient ces représentations. Or, lorsque les Européens voyageaient dans des pays étrangers comme l’Égypte munis de ce schéma binaire, ils se trouvaient fort désorientés. Mais au lieu d’admettre les limites de leur façon de comprendre l’ordre des choses et leur signification, au lieu de se rendre compte qu’ils n’avaient peut-être eux-mêmes « jamais été modernes », comme le dit Bruno Latour (1991), ils ont eu recours aux pouvoirs du colonialisme pour construire un monde conforme à ce schéma. Selon eux, la modernité telle que la représentaient les expositions internationales était une expérience qui pouvait être fabriquée de toutes pièces et généralisée par les moyens du colonialisme.

J’ai donc développé une réflexion sur la représentation comme pratique politique, et cela entrait à l’époque en résonance avec le travail d’Edward Saïd, qui analysait la façon dont l’Occident se représentait l’autre, l’Orient (Saïd, 2005). À cette différence près que je ne travaillais pas pour ma part sur le discours orientaliste, mais sur des agencements techniques. Je n’étais pas tant intéressé par la façon dont les Européens représentaient le monde non-européen, que par la construction du monde comme espace ordonné à cet étrange principe de représentation. J’ai donc écrit sur les expositions internationales, sur la reconstruction des villes, sur la mise au point des systèmes d’irrigation et sur la transformation des campagnes. À ce moment-là, les débats sur l’orientalisme étaient dominés par les études littéraires et les Cultural Studies. J’ai donc voulu introduire dans ces discussions la question des dispositifs techniques et du monde bâti. Il s’agissait de passer de la représentation comme dimension culturelle de la domination, à la représentation comme technologie particulière des modernes qui ne parvenait jamais vraiment à stabiliser les dichotomies sur lesquelles elle pensait pourtant reposer.

Dans mes travaux ultérieurs, notamment dans Carbon Democracy, je poursuis ces questionnements autour de la notion de représentation. Je me suis par exemple intéressé aux tentatives, propres au milieu du xxe siècle, pour construire l’économie comme un objet de connaissance (Mitchell, 1998). Il s’agit alors d’étudier comment des instruments techniques et des dispositifs sociotechniques créent des objets typiques de la modernité, comme c’est le cas par exemple de l’économie.

Tracés : La signification politique des infrastructures techniques a donné lieu dans un passé récent à des études devenues classiques. Il existe par exemple un courant de pensée pour lequel le transfert des technologies occidentales vers l’Orient et l’Asie apparaît comme un phénomène majeur. On trouve cette idée chez Karl Wittfogel (1964), qui s’est intéressé aux liens entre les infrastructures hydrauliques et les systèmes politiques, ou encore chez Daniel Headrick (1988) qui évoque un « impérialisme hydraulique ». Comment situez-vous votre travail par rapport à ces travaux ?

T. Mitchell : Je n’ai jamais été très friand des grandes théories sur l’État, parce qu’elles nous demandent souvent de croire dans l’existence d’un système politique abstrait et surplombant, au lieu de s’intéresser aux pratiques et aux techniques à travers lesquelles celui-ci se manifeste concrètement. J’ai abordé ces questions dans mon livre Rule of Experts (Mitchell, 2002, chapitre 2 en particulier), ainsi que dans un certain nombre d’articles sur ce que j’appelle le State Effect (Mitchell, 1999). Or on retrouve ce biais même dans les histoires qui relient le pouvoir étatique aux infrastructures techniques, par exemple dans les travaux de Karl Wittfogel sur l’État hydraulique, ou dans la thèse de Daniel Headrick selon laquelle il existe une « relation symbiotique » entre les États forts et les grands projets d’irrigation. En général, je ne pense pas que nous devrions présupposer que les structures techniques complexes nécessitent un grand appareil d’État – pas plus qu’elles ne nécessitent de grandes entreprises multinationales, si l’on pense à l’industrie du pétrole. Il faudrait plutôt renverser la question : comment la mise en place d’un dispositif technique facilite-t-elle la naissance de créances financières, de relations d’endettement, de régimes de protection et de pouvoirs juridiques qui deviennent de plus en plus stables, de plus en plus étendus et interconnectés ?

En renversant ainsi la perspective, on peut développer une interprétation des « sociétés hydrauliques » très différente de celle que propose Wittfogel. Dans les régions arides dans lesquelles les rivières sont soumises à des rythmes saisonniers importants, la construction d’infrastructures d’irrigation a créé de nouvelles possibilités, pour les communautés agraires, d’engendrer des surplus et d’accumuler des réserves. Celles-ci ont favorisé à leur tour l’émergence de toute une série de techniques de mesure, de stockage, d’enregistrement, de distribution et de justification. Plutôt qu’un pouvoir particulièrement despotique, il faudrait plutôt parler d’un pouvoir qui s’est élaboré à partir de cet ensemble complexe d’opérations, et dont la complexité reflète la fragilité des structures techniques sur lesquelles il a pris appui. Rien de tout ceci n’est saisi dans le concept de « despotisme oriental » de Wittfogel, qui reflète le contexte de la guerre froide.

Tracés : Les composantes théoriques de votre travail ne sont pas toujours explicitées dans vos livres et articles, mais en vous lisant, on décèle l’influence croisée de Foucault et des Sciences and Technology Studies (STS). Comment s’est construit votre cadre d’analyse, et comment en êtes-vous venu à mettre au cœur de vos travaux la question de l’enchâssement des infrastructures techniques dans le politique ? Y a-t-il eu d’autres influences, notamment théoriques, déterminantes pour vous ?

T. Mitchell : C’est le contraire ! Je ne m’intéresse pas à l’enchâssement des infrastructures techniques dans la politique, mais à l’enchâssement de la politique dans des infrastructures techniques. J’ai en fait découvert l’histoire et la sociologie des sciences et des techniques assez tard, bien après avoir lu Foucault. Mais Foucault n’était pas non plus ma référence première. Ce qui m’intéressait avant tout était la façon dont les mondes techniques sont assemblés, qu’il s’agisse de partir d’un système d’irrigation ou d’un modèle économique. Lorsque je suis arrivé aux États-Unis pour faire ma thèse, mes moyens étaient très limités. Je vivais en travaillant le bois, en construisant des bibliothèques en aidant les professeurs à rénover leurs maisons. Dix ans plus tard, lorsque Colonising Egypt a été publié (Mitchell, 1991), j’étais en train de faire des travaux dans la petite maison que j’avais achetée avec ma compagne : construction d’une extension et remplacement complet de l’électricité et de la plomberie. J’ai appris à construire une toiture, à faire un réseau électrique et à mettre en place l’arrivée et l’évacuation d’eau. Depuis, je suis incapable de vivre dans une maison sans connaitre exactement tous les fils, les câbles et la tuyauterie et sans avoir envie de les bricoler. Mon approche de la politique reflète cet état d’esprit. Pour reprendre une formule souvent utilisée en sociologie des sciences, je cherche à ré-ouvrir des « boîtes noires ». J’ai tendance à me représenter la communauté universitaire comme vivant à l’intérieur de boîtes – des boîtes disciplinaires auxquelles on donne le nom d’« État », d’« économie », ou d’« histoire », qui sont aussi les boîtes de nos mondes sociotechniques – et n’osant pas faire tomber le plâtre des murs.

Pour en venir aux influences théoriques, même si le poststructuralisme de Foucault a durablement informé mon travail, l’école parisienne de STS lancée par Bruno Latour et Michel Callon s’est avérée beaucoup plus féconde dans mes travaux plus récents. C’est sous cette influence que j’ai poursuivi mes recherches sur la modernité, sur le colonialisme et sur les origines d’un monde défini par ses profondes inégalités comme par son incapacité à penser un avenir collectif. Celles-ci sont en dialogue avec les études postcoloniales et avec les travaux récents (ou classiques) des historiens du capitalisme. Mais c’est le domaine des STS qui me fournit les méthodes les plus fructueuses pour réfléchir aux maux du monde contemporain et à leurs racines historiques.

Tracés : Parmi les courants intellectuels qui ont beaucoup réfléchi à la question des infrastructures, on trouve aussi une tradition marxiste foisonnante. Certains auteurs s’en servent pour désigner les conditions de possibilité matérielles et économiques des superstructures institutionnelles et idéologiques. D’autres (par exemple à partir de Maurice Godelier) pensent que l’idée d’infrastructure doit être élargie pour y intégrer des institutions sociales ou culturelles (Godelier, 1984). Quelle lecture faites-vous de ce type de travaux ?

T. Mitchell : Selon moi, c’est dans les travaux récents d’anthropologues tels que Julia Elyachar et Brian Larkin qu’on trouve les analyses les plus intéressantes sur les infrastructures. Elyachar est partie du concept de « communion phatique » de Malinowski pour élaborer la notion de « travail phatique », un travail de communication assumé principalement par les femmes dans la région du Caire (Elyachar, 2010). Selon elle, les pratiques de la sociabilité féminine produisent une infrastructure sociale faite de canaux de communication. Cette infrastructure sert de point d’appui à une diversité de projets économiques, à la fois personnels et collectifs. Elle interprète les projets d’empowerment de ces femmes au sein de l’industrie du développement international, comme une tentative pour rendre visible cette infrastructure collective, et pouvoir ainsi la monétiser pour en faire une source de revenus.

Une telle approche permet de voir l’infrastructure comme un ensemble de canaux et de connexions qui ne sont pas nécessairement visibles, sans reprendre la dichotomie un peu simple, héritée des ingénieurs français du chemin de fer, entre l’infrastructure et la superstructure – ou, pour le dire comme Ashley Carse (2016), le fondement sur lequel on pose les rails, par opposition aux équipements et aux bâtiments qui prennent place ensuite. Il ne faut pas que le terme d’« infrastructure » devienne un terme attrape-tout, un peu comme celui de « réseau », pour parler de toutes les choses qui sont reliées les unes aux autres de façon invisible. L’infrastructure a une relation spécifique aux flux, aux matériaux, à la durabilité technique, au travail, au mouvement et à l’interconnexion. Comme nous le rappelle Andrew Barry (2015), du fait que l’infrastructure est faite pour durer, il faut la soumettre à toute une série de travaux d’entretien pour réparer les pannes et prévenir l’usure, mais aussi à des pratiques d’inspection, de vérification du matériel et de surveillance. Tout ceci doit nous permettre de nous éloigner des conceptions trop simples qui identifient l’infrastructure à un réseau, ou qui l’opposent à la superstructure.

Tracés : Parmi les influences moins visibles qu’on peut identifier dans votre travail, il y a certainement celle de Thorstein Veblen, qui est un théoricien – très méconnu en France – des arrangements techniques et politiques propres au capitalisme. On peut penser notamment à ses derniers travaux sur les ingénieurs et sur l’idée de « sabotage » qu’il a contribué à théoriser. Est-ce un apport théorique important pour vous ? Pensez-vous qu’il y ait encore quelque chose à faire avec cette tradition dite « technocratique » ?

  • 1 Il s’agit principalement des deux textes publiés en 1919 et 1921, The Engineers and the Price Syst (...)

T. Mitchell : Veblen est en effet un penseur très utile. Il est regrettable qu’on ne se souvienne de lui que pour le concept de « consommation ostentatoire », plutôt que pour son analyse plus générale des milieux d’affaires et de leur influence sur l’économie1. Il a conçu la société industrielle non pas comme un ensemble d’usines, de firmes ou de branches d’activité séparées, mais comme une totalité articulée de processus mécaniques, qui exigent, pour bien fonctionner, un ajustement interstitiel continu et très précis. Son apport a été de montrer que le profit pécuniaire ne vient pas principalement de l’accroissement net de la productivité, mais de la capacité qu’ont les acteurs du marché à entraver, encombrer ou retarder le processus industriel afin d’en tirer un profit. Ce sont pour lui les perturbations apportées à la chaîne technique qui créent l’occasion de gains différentiels. Ce qui compte, pour ces acteurs, ce n’est pas que l’industrie se développe et fonctionne harmonieusement, mais les opportunités de profit fournies par l’augmentation ou la baisse momentanée des prix sur le marché. Veblen comparait cela à l’attitude d’un spéculateur, sur le marché à terme du grain par exemple : son profit n’est pas corrélé à l’augmentation de la production et à la vente de ce produit, mais aux perturbations qui interviennent dans le jeu de l’offre et de la demande, qui définissent les prix. Cette approche est très utile pour réfléchir à l’histoire des infrastructures et à la tension qui existe entre d’un côté la volonté de construire des systèmes durables et bien connectés, et de l’autre la recherche du profit à partir du sabotage, de l’interruption, de la perturbation de ces systèmes matériels.

Tracés : Plus généralement, et avant d’entrer dans le détail de votre travail sur les infrastructures énergétiques, nous voudrions savoir quelle position vous seriez tenté d’adopter sur la question technique. Elle est très clivée, entre d’un côté l’enthousiasme technophile et de l’autre les positions catastrophistes ou néo-luddites réactivées par l’horizon des risques écologiques majeurs. On comprend bien que vous n’adhérez à aucune de ces deux positions, mais s’il y a une leçon à tirer de vos recherches sur la technique, quelle serait-elle ?

T. Mitchell : Les STS ne m’ont pas attendu pour dégager un certain nombre de leçons importantes sur la technologie. Je suis pour ma part arrivé aux STS de l’extérieur, et j’ai voulu m’initier à ses méthodes afin de répondre à des questions qui venaient de la théorie politique et des études postcoloniales. En théorie postcoloniale, comme en STS, on s’était mis à critiquer les grands récits de la modernité, du capitalisme, de l’État ou de l’économie. Mais ces travaux s’étaient surtout focalisés sur des questions comme la culture, les représentations, la pensée politique, les formes de la croyance et les pratiques sociales. Quand on s’intéressait à l’histoire des sciences, c’était plus souvent d’un point de vue d’histoire des idées qu’en abordant les objets techniques et la fabrication des mondes matériels. J’ai commencé à me rendre compte qu’en étudiant les systèmes techniques on ne faisait pas seulement de l’anthropologie ou de la sociologie, mais qu’on pouvait aussi contribuer à renouveler la théorie politique et postcoloniale. S’il y a une leçon à tirer de mon travail sur les questions techniques, elle vient d’autres que moi : c’est qu’il est important d’entrer dans le détail des pratiques techniques afin d’aborder le monde, non pas comme quelque chose qui est composé de nations, d’États, d’empires, de sociétés et d’économies, mais comme un assemblage beaucoup plus composite d’objets matériels, d’agentivités et de collectifs.

Tracés : Carbon Democracy a eu une importante réception, et a soulevé de riches débats. Vous y avancez une hypothèse provocatrice sur l’affinité entre des dispositifs énergétiques, notamment ceux du charbon et du pétrole, et des modèles politiques. L’une des conséquences de cette proposition est que les transitions énergétiques sont aussi des transitions politiques, sans qu’il ne soit pourtant question de déterminisme technique. Pourriez-vous nous rappeler quels sont les arguments principaux à l’appui de cette thèse ?

T. Mitchell : Dans Carbon Democracy, j’examine principalement la transition du charbon au pétrole. Dans le nord de l’Europe, l’utilisation du charbon a créé la possibilité de la démocratie de masse, en rendant l’ordre politique vulnérable à cette nouvelle arme qu’était la grève. Pour la première fois dans l’histoire, les travailleurs ont acquis la capacité de bloquer instantanément la totalité du système énergétique. Selon moi, ces évolutions ne tiennent pas en priorité aux idéaux politiques que la classe ouvrière aurait subitement développés, à de nouvelles formes de solidarité, à des nouveaux principes démocratiques venus d’en haut ou à la plus grande considération des élites politiques pour la souffrance du peuple. On les explique beaucoup mieux si on souligne que, à partir des années 1880, la dépendance accrue du système industriel à l’égard de l’approvisionnement en charbon – pour se chauffer et faire cuire les aliments, pour alimenter les machines à vapeur utilisées dans l’industrie et les transports, pour fabriquer du gaz de houille et générer de l’électricité – conduisait à une situation où des quantités extraordinaires d’énergie devaient passer par des canaux très étroits et très fragiles. Entre le mineur et la ligne de chemin de fer, puis vers les docks, les dépôts et les sites de consommation, on trouve une série de ruptures de charge où le charbon doit être manipulé, stocké, acheminé. Or chacun de ces points stratégiques est vulnérable aux actions de blocage. L’interruption des flux au niveau de ces sites critiques par des groupes d’ouvriers relativement restreints pouvait neutraliser le système énergétique d’un pays tout entier. Les anciens systèmes énergétiques, basés sur le bois et les forêts, l’énergie hydraulique et l’énergie incorporée par les animaux et les champs cultivés, étaient plus étalés dans l’espace, se distribuaient sur des canaux de transmission beaucoup moins denses et offraient donc moins de prises au blocage.

À partir du milieu du xxe siècle, l’émergence d’une énergie fossile de substitution, le pétrole, a fragilisé le compromis politique issu de l’âge du charbon. D’une part, le système industriel est devenu moins dépendant à l’égard d’une source d’énergie unique, et d’autre part, l’approvisionnement en pétrole a été massivement délocalisé vers des sites lointains – en particulier les champs pétrolifères du Moyen-Orient. Les ouvriers arabes et iraniens du pétrole ont eux aussi tenté d’exploiter leur situation stratégique dans la chaîne d’approvisionnement pour formuler des revendications politiques et économiques, mais il était beaucoup plus difficile d’appuyer un mouvement de démocratisation sur le pétrole. D’abord du fait de la grande distance qui séparait alors les sites d’exploitation du pétrole des lieux où l’énergie fossile était utilisée – c’est-à-dire les zones déjà industrialisées par l’usage du charbon. Ensuite parce que l’extraction du pétrole créait des contraintes techniques spécifiques. Le pétrole en effet est liquide, et par un simple effet de pression négative, il remonte à la surface lorsque le sol est foré, ce qui permet d’employer beaucoup moins d’hommes et de les superviser plus facilement. Ce produit liquide peut être acheminé par des pipelines, un mode de transport beaucoup plus simple, moins exigeant en hommes que le chemin de fer, et qui se prête moins aux actions de blocage. Massivement extrait à l’écart des sites de consommation, le pétrole est transporté par des tankers sur l’océan, et là encore il est plus facile de dérouter un bateau qu’un train pour éviter une menace. Pour toutes ces raisons, l’émergence du pétrole comme ressource énergétique dominante a affaibli les possibilités de démocratisation auparavant contenues dans le système associé au charbon – que ce soit sur les lieux de production ou là où il était consommé.

Tracés : Dans un ouvrage récent, Fossil Capital (2016), Andreas Malm a tenté une opération similaire, en analysant la transition de la proto-industrie hydraulique à l’industrie fossile, en Angleterre au début du xixe siècle. Mais le charbon apparaît dans son travail comme une force aliénante plutôt qu’émancipatrice. Quelle lecture faites-vous du travail de Malm ?

T. Mitchell : Malm s’intéresse à une transition d’un siècle antérieure à celle que j’ai étudiée, le passage de l’énergie hydraulique, dans les premières décennies de la révolution industrielle, à l’énergie du charbon. Son travail est d’une grande perspicacité, et il a pointé une faiblesse dans mon analyse. Je n’ai pas appliqué ma propre méthode en abordant cette première transition, au lieu de cela j’ai accepté le malthusianisme dominant de l’historiographie, qui consiste à expliquer le passage à l’utilisation généralisée du charbon, par le manque de terres, de bois et d’énergies renouvelables. Or Malm montre bien que, plusieurs décennies après l’essor des grandes manufactures, l’énergie hydraulique, qui est une énergie renouvelable, était plus utilisée que le charbon. Sa thèse est que la préférence pour le charbon ne s’explique pas par le manque d’autres énergies, mais parce qu’il permettait de mieux réguler et discipliner des travailleurs qui commençaient alors à s’organiser.

Tracés : L’une des idées que Malm met en avant est que le choix du charbon à partir de 1825 est destiné à faciliter un meilleur contrôle de la main-d’œuvre. Vous défendez une thèse proche à propos du choix du pétrole un siècle plus tard, en insistant sur le fait qu’à la fin du xixe siècle les mineurs des mines de charbon sont devenus le fer de lance du mouvement ouvrier et du mouvement pour la limitation du temps de travail. Comment le charbon, d’aliénant qu’il était au début du siècle, est-il devenu émancipateur (au sens où il est le point d’appui d’un rapport de force favorable aux trade-unions) quelques décennies plus tard ?

T. Mitchell : Il a fallu attendre plusieurs décennies d’essor du charbon pour qu’il devienne enfin possible aux travailleurs de peser sur un dispositif énergétique devenu plus vulnérable afin d’obtenir des améliorations des conditions de vie. Dans les régions industrielles, bien sûr, il y avait déjà eu de multiples tentatives pour obtenir des droits politiques, ainsi que des protections économiques et sociales. Mais ce n’est qu’à la fin du xixe siècle que ces revendications sont portées à très grande échelle. Pour diverses raisons techniques, ce n’est qu’à partir des années 1880 environ qu’il devient possible, à partir de perturbations relativement limitées et d’interruptions localisées, de bloquer l’ensemble du système énergétique principal des pays industriels. Cela venait de la demande croissante en charbon des nouveaux secteurs industriels comme les aciéries et les usines chimiques, mais aussi du nouveau mode de vie urbain puisque c’est avec du charbon qu’on produisait le gaz et l’électricité permettant l’éclairage artificiel en ville. Du fait de ces mutations, l’extraction comme le transport du charbon par canal ou par rail ne cessaient de croître, donnant lieu à un véritable système de voies de transport, de bâtiments de stockage et lieux de transit. Du même coup, ces goulets d’étranglement hautement critiques qu’étaient les carreaux de mines, les gares de triage, les docks ou les centrales électriques rendaient les installations vulnérables à l’échelle régionale et souvent nationale. À l’inverse, les réseaux énergétiques du début du xixe siècle étaient plus divers, plus complexes et dispersés, et par conséquent plus difficiles à perturber.

Tracés : Afin de relier les reculs de la représentation démocratique des travailleurs et l’adoption du pétrole au début et au milieu du xxe siècle, vous prenez en compte à la fois les propriétés physico-chimiques du pétrole (qui, étant liquide, prive les ouvriers de leur centralité dans le procès de production) et les circonstances géopolitiques (les gisements de pétrole étant éloignés des villes ouvrières, les grandes puissances occidentales ont pu annihiler tout mouvement social dans cette industrie). Comment mesurer l’importance respective de ces deux facteurs ? Le pétrole en lui-même est-il contraignant politiquement, ou bien sa signification politique n’est-elle que le fruit de circonstances géopolitiques qui peuvent changer ?

T. Mitchell : Il me semble que l’importance relative des propriétés physico-chimiques et des circonstances géopolitiques peut varier selon les cas. Ce qui est décisif, c’est la façon dont ces deux types de variables interagissent, et la géopolitique à proprement parler réside dans cette interaction. De nombreuses matières premières sont extraites à grande échelle, et pour beaucoup d’entre elles, on considère qu’elles sont essentielles à la prospérité économique. Mais toutes n’ont pas d’effets géopolitiques aussi importants que le pétrole. Prenons l’exemple du sable ou des graviers. Ils sont utilisés dans la fabrication du béton et des matériaux de construction, qui sont indispensables à l’édification des villes, des infrastructures de transports, et donc de la vie industrielle moderne. Mais les stocks de sable et de gravier sont abondants, et surtout, on en trouve à peu près partout dans le monde. Il n’y a donc jamais eu d’intérêt à restreindre ou interrompre l’approvisionnement à un point donné, que ce soit pour mettre en avant des revendications sociales et politiques ou pour négocier des avantages financiers auprès des compagnies d’extraction. Le pétrole aussi a été abondant. Comme je le montre d’ailleurs dans le livre, cette abondance a presque toujours été conçue comme une menace – c’est évident aujourd’hui dans la perspective du changement climatique, mais dans le passé déjà, les firmes pétrolières limitaient la production pour faire monter les prix. Mais bien qu’il soit abondant, le pétrole ne se trouve qu’en des lieux relativement rares : cette distribution géographique crée une situation de rareté, qui a été exploitée par les firmes pétrolières et les États pour jouer sur l’approvisionnement et ainsi donner une dimension géopolitique aux profits générés par cette ressource. Le géologique et le géopolitique sont donc indissociables.

Tracés : Une dernière question maintenant au sujet de ce livre et de ses enjeux. Vous proposez de concevoir comme « pétro-savoir » (Petroknowledge) un certain nombre de savoirs reflétant la croyance en l’illimitation des ressources. Vous mentionnez Keynes à ce sujet, qui aurait théorisé de façon inconsciente l’illimitation de la croissance rendue possible par le passage à une économie du pétrole. Mais ne peut-on pas concevoir plus largement comme savoir fossile toute élaboration intellectuelle qui conçoit une liberté illimitée, ou sans bornes matérielles ? Comment pensez-vous que les possibilités énergétiques modernes se sont infiltrées dans les schémas de pensée, depuis le xixe siècle ?

T. Mitchell : Dans Carbon Democracy, j’ai établi un lien entre la création d’un système énergétique basé sur le pétrole, au milieu du xxe siècle, et la naissance de ce qu’on appelle « l’économie » (the Economy). Bien que le terme d’« économie » ait été utilisé depuis plusieurs siècles, il faisait référence avant cette époque à un processus, non pas à une chose. En anglais, cela se voit dans la distinction qu’on fait entre the Economy, avec l’article défini, et un usage plus ancien du terme, sans l’article défini – celui qu’on retrouve par exemple dans l’expression Political Economy. En tant que processus, l’économie renvoie à l’utilisation prudente des ressources, à la gestion efficace des affaires. À partir des années 1930, et de façon plus courante dans les années 1950, les économistes se sont mis à employer l’expression « l’économie » non plus pour parler de la gestion des affaires, mais pour désigner l’objet même qui devait être géré : une totalité susceptible d’être mesurée, régulée, et qu’on pouvait faire croître.

  • 2 On trouve cet essai en français dans Keynes, 2002, p. 103-119.

Avec le concept de pétro-savoir, j’ai voulu mettre au jour les relations entre cette nouvelle façon de penser l’expérience collective et l’augmentation rapide de la consommation de pétrole. Parmi ces liens, le plus important est que l’économie n’était plus mesurée en termes physiques – la croissance de la population, l’expansion des villes, l’amélioration du confort ou l’accroissement du bien-être matériel –, mais à travers ce nouvel instrument qu’on allait plus tard nommer le P.I.B., le produit intérieur brut. Contrairement aux méthodes plus anciennes pour mesurer la richesse ou la prospérité nationale, le P.I.B. a été décorrélé des processus physiques et a été mis au point pour mesurer une « croissance » sans aucune limite matérielle – une idée que la découverte d’immenses réserves énergétiques pouvait rendre un peu plus crédible. Pour les générations antérieures d’économistes, cela aurait semblé tout à fait absurde, car il était évident pour eux que la croissance devait être conçue comme un processus cyclique fait de phases d’expansion et de contraction, liées à la démographie, aux ressources naturelles, à l’expansion territoriale et au rythme de consommation. Une des expressions les plus spectaculaires de ce pétro-savoir est fournie par Keynes dans son fameux essai de 1930 intitulé Perspectives économiques pour nos petits-enfants2. Il y défend l’idée que, après la période de progrès technologiques révolutionnaires et de turbulences économiques à laquelle on assiste alors, ce qu’il appelle le « problème économique » serait définitivement résolu, laissant aux générations futures l’opportunité de vivre une vie de loisirs et d’abondance dans laquelle la perspective du progrès matériel deviendrait caduque, et avec elle aussi le métier d’économiste.

Il y a de nombreuses façons d’établir l’influence qu’a pu avoir, disons, le charbon, l’industrialisation, la colonisation, le chemin de fer, sur les modèles de pensée économiques antérieurs et sur les conceptions du progrès matériel, du changement technique, de l’amélioration de la condition humaine qu’ils véhiculent. Mais « l’économie », au milieu du xxe siècle, en découplant la mesure de la croissance et l’horizon des limites matérielles, a fourni un indicateur de bien-être et de progrès politique d’un genre tout à fait nouveau. Il me semble que ce pétro-savoir pèse encore très lourd sur notre façon de penser, et sur notre capacité à envisager le futur autrement.

Tracés : À partir de votre livre Carbon Democracy, on est tenté de se demander quelles seraient les possibilités politiques des autres énergies : le nucléaire, bien sûr (la question est centrale ici en France), mais aussi les énergies renouvelables. Dans quelle mesure peut-on penser que la politique va être affectée par la nécessaire transition énergétique ? Faut-il penser le changement politique comme un préalable au changement énergétique ? Que pensez-vous des propositions comme celle de Rifkin (2012), par exemple, qui voit un potentiel émancipateur dans le solaire et l’éolien ?

T. Mitchell : On peut introduire la question de l’énergie dans l’étude des démocraties sans succomber immédiatement à un déterminisme énergétique. Il n’y a pas de relation automatique entre une source d’énergie et un niveau de libertés. En discutant le travail d’Andreas Malm, j’ai noté à l’instant que le charbon pouvait permettre un contrôle plus efficace du travail au début du xixe siècle ; mais avec une autre organisation, à une autre échelle, le charbon a servi de point d’appui à la fin du siècle pour obtenir une amélioration des conditions de vie ouvrière et une société plus égalitaire. Il n’y a aucune raison de supposer que les énergies renouvelables comme le vent ou le soleil sont plus démocratiques, simplement parce qu’elles permettent une production d’énergie plus diffuse et localisée. C’est en effet une possibilité, sur laquelle Jeremy Rifkin attire l’attention avec raison. Mais ce n’est pas une conséquence nécessaire d’une production décentralisée de l’énergie. Après tout, même une énergie fossile comme le pétrole permet, à sa façon, de produire une énergie radicalement décentralisée, puisqu’elle suppose le remplacement d’énormes machines à vapeur par des millions de petits moteurs à combustion interne. Avant l’ère des énergies fossiles, presque toute l’énergie était renouvelable et provenait de sources contrôlées localement : le caractère dispersé et décentralisé de la production d’énergie n’a pourtant pas créé, à cette époque, une vie politique particulièrement démocratique.

Il faut plutôt comprendre les rapports entre énergie et politique de la façon suivante : lorsqu’on construit de nouveaux modes de production d’énergie, on ouvre ou on ferme des possibles politiques. À l’heure où nous nous préparons à une transition énergétique sans précédent, par sa vitesse et par son ampleur, nous devons savoir que nos choix auront des conséquences politiques. Bien sûr, ne pas choisir les énergies renouvelables en remplacement des énergies fossiles serait également un choix politique : nous savons que si nous échouons à décarboner les sources d’énergie d’ici le milieu du siècle, cela entraînera des conséquences catastrophiques, peut-être pour la planète, assurément pour les possibilités de l’épanouissement humain.

Est-ce que cela veut dire que la transition politique est un préalable à la transition énergétique ? Il me paraît au contraire plus facile d’utiliser la transition énergétique pour produire le changement politique. De même qu’il y a des points de basculement dans le changement climatique, de même on peut avoir des points de basculement dans la production d’énergie, où de petits changements entraînent des effets en cascade. Il y a exactement un siècle, vers 1918, on a connu une situation semblable avec la vapeur et le chemin de fer. Pendant la deuxième moitié du xixe siècle, le chemin de fer est le secteur le plus dynamique du capitalisme industriel. C’est le chemin de fer qui permet alors la naissance des grandes entreprises modernes, des marchés boursiers et des grandes fortunes. Et de façon soudaine, à partir de 1918, on s’arrête brusquement de construire des voies ferrées. Les entreprises de chemin de fer sont alors réorganisées sous la forme de monopoles régulés ou, dans la plupart des cas, sont nationalisés. On entre alors dans une dynamique d’innovations en matière sociale et de croissance des services publics qui marque une rupture profonde avec la période précédente.

Plusieurs signes nous indiquent que nous sommes en train de connaître une expérience similaire. Si l’on compare le coût actualisé de l’énergie – une unité de mesure qui permet de comparer le coût unitaire de différentes formes de production énergétique en prenant en compte la durée de vie de l’usine qui la produit –, l’énergie éolienne et les fermes photovoltaïques peuvent produire une électricité à moindre coût que les énergies fossiles ou les usines nucléaires. Évidemment les producteurs en place font tout pour retarder la transition. Il va de soi que se passer des énergies fossiles suppose de surmonter d’extraordinaires difficultés techniques et financières. Mais alors que le monde qui s’est construit sur ces énergies est en train d’entrer dans ses dernières décennies, les points de basculement techniques vont vite arriver ; le prix du changement climatique se fera alors sentir et il faudra payer de plus en plus cher pour maintenir le système ancien. La politique est inséparable des procédés techniques, et l’important est de comprendre cette interconnexion plutôt que de se convaincre que l’un doit simplement déterminer l’autre.

Tracés : Vos réflexions sur les infrastructures dérivent-elles d’une observation de la politique américaine, et peuvent-elles en éclairer les évolutions récentes ? Récemment, Bruno Latour a proposé d’interpréter l’avènement de Donald Trump comme une mainmise accrue des intérêts pétroliers sur la vie politique étasunienne, c’est-à-dire comme une stratégie d’exclusion volontaire des plus riches par rapport aux intérêts communs : voyant que la planète n’est pas assez grande pour héberger le désir d’enrichissement de tous, les élites économiques font sécession en condamnant la majorité à l’austérité pour se réserver les fruits de ce qu’il reste de croissance (Latour, 2017). Que pensez-vous de cette idée, et jusqu’où seriez-vous prêt à étendre l’influence de l’énergie sur la vie politique étasunienne actuelle ? Pensez-vous qu’un rapport de force social à l’avantage d’une sortie des fossiles soit envisageable, et à quelles conditions ?

T. Mitchell : Trump représente bien sûr, parmi d’autres choses, le pouvoir de l’industrie du pétrole sur les processus politiques américains – mais à cet égard son administration ne diffère pas beaucoup de ce que le parti républicain, voire la classe politique de Washington en général, a fait par le passé. Souvenez-vous de deux choses : les États-Unis n’ont jamais ratifié le protocole de Kyoto, et au moment des accords de Paris sur le climat en 2015, l’administration Obama est parvenue à exclure les objectifs d’émissions des parties juridiquement contraignantes de l’accord, pour éviter que ces objectifs ne soient soumis à un vote du Congrès. Mais d’autres forces politiques émergent désormais. La ville de Pittsburgh, qui est le principal centre historique de l’industrie fossile aux États-Unis, s’est ainsi engagée à utiliser 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2035. Plus d’un millier d’autres villes, des États, des entreprises, qui représentent désormais un tiers du P.I.B. américain, se sont engagées à respecter les engagements climatiques de Paris. Des villes dans l’État de New York et en Californie se sont engagées dans des procès contre Exxon Mobil, Shell, et d’autres compagnies pétrolières qui ont dissimulé la connaissance qu’elles avaient du changement climatique. Elles leur réclament des compensations pour couvrir les dommages provoqués par le changement climatique sur leurs infrastructures. Ces exemples ne suffisent pas encore à ce qu’une sortie des énergies fossiles soit imminente. Mais les manœuvres d’obstruction de Washington ont conduit les communautés locales et certaines grandes villes, des gouvernements d’États et des entreprises, à répondre en mettant en place des règles que l’industrie fossile aura beaucoup de mal à contourner.

Les élites économiques étasuniennes délaissent le reste du monde – ce qui inclut une grande partie des États-Unis – au profit d’une politique d’austérité et d’un affaiblissement des conditions de vie sur la planète. Mais ce phénomène a des origines anciennes. Ce qui a changé sous Trump est que ces élites ne font plus l’effort de s’en soucier, là où autrefois elles cherchaient à démontrer leur souci pour ces questions en parlant de « développement ». Mais le développement, tel que le définissent les économistes, n’était pas une façon d’améliorer le bien-être général du monde. C’était une façon de « gouverner les gens par le futur » (Mitchell, 2014). C’était une méthode de gouvernement dans laquelle le futur collectif – c’est mon hypothèse – connaissait un appauvrissement continuel. Si nous voulons sortir de la dépendance aux énergies fossiles, nous devons comprendre et déconstruire ce pétro-savoir, cette pétrocratie (Mitchell, 2011) des économistes.

Tracés : Un courant important d’histoire environnementale, qui inclut William Cronon ou Andreas Malm, déjà cité, insiste sur le rôle des infrastructures techniques dans la production d’une temporalité capitaliste séparée des rythmes naturels. Ces analyses entrent-elles dans vos réflexions actuelles ?

T. Mitchell : Ce qui est fascinant dans le travail de chercheurs comme William Cronon ou Andreas Malm, c’est qu’en s’intéressant aux temporalités par le prisme de la technique, qu’on prenne l’exemple de l’élévateur à grains ou du télégraphe, de la machine à vapeur ou du métier à tisser mécanique, ils montrent que le capitalisme engendre presque autant de temporalités différentes qu’il s’approprie d’objets techniques. En effet, tous n’entraînent pas une accélération du temps ou une compression des processus de production en unités de plus en plus réduites. Dans certains cas, le principal changement est l’introduction d’une technique qui rassemble plusieurs temporalités discordantes, et permet de faire un profit en exploitant l’incommensurabilité entre plusieurs façons de mesurer le temps. Ainsi Cronon montre bien que, dans le cas des marchés à terme sur les céréales, il ne s’agit pas de séparer les rythmes naturels de l’agriculture du temps artificiel du marché, mais plutôt d’imaginer de nouvelles façons d’aligner ces temporalités différentes (Cronon, 1991).

Je m’intéresse actuellement à un aspect particulier des technologies temporelles : au xixe et au début du xxe siècle, on voit naître un nouveau rapport au futur du fait de l’essor des grands dispositifs techniques comme les chemins de fer et, plus tard, la production pétrolière. À partir des années 1860, avec la généralisation de certains matériaux de plus en plus résistants, on peut construire des infrastructures capables d’engendrer des profits à une échelle nouvelle. L’exemple le plus connu est le chemin de fer à longue distance. Avec les fourneaux Bessemer, qui baissent le prix de l’acier, il n’est plus besoin d’en restreindre l’usage à la production d’outils spécialisés ou d’instruments de coutellerie. Les rails en fer forgé qu’il fallait changer au bout d’un an sont alors remplacés par des rails en acier qu’on peut conserver pendant dix ans. Grâce à ces changements techniques et à diverses évolutions politiques, le chemin de fer devient un dispositif permettant d’engendrer, pour ses propriétaires, des revenus à dix, quinze ou vingt ans.

Mais cette nouvelle durabilité pouvait aussi opérer en sens inverse – non pas seulement en pérennisant le présent dans le futur, mais de façon à transférer ce futur dans le présent. En vendant des actions aux petits investisseurs, les promoteurs du chemin de fer créent un nouveau modèle d’entreprise moderne. Auparavant, une action était un droit aux actifs physiques d’une entreprise. Désormais il s’agit d’un droit monnayable sur les revenus futurs de l’entreprise. En vendant des actions, les promoteurs vendent aujourd’hui, à un prix avantageux, des revenus futurs. La durabilité de l’infrastructure transforme ainsi les compagnies de chemin de fer en des instruments capables de transférer la richesse des futurs utilisateurs et employés du chemin de fer vers ceux qui, dans le présent, peuvent prétendre faire advenir ce futur.

En revenant vers cette histoire du futur, on peut interpréter la naissance de « l’économie » au milieu du xxe siècle comme une tentative, bien délimitée dans le temps, pour stabiliser les marchés à terme, de plus en plus spéculatifs, dont cette technique de capitalisation dépendait. Aujourd’hui nous habitons précairement une post-économie – un futur que la capitalisation a appauvri.

Tracés : Pensez-vous que les sociétés modernes pourront construire à échéance assez brève des équipements techniques et énergétiques qui ne sont pas destinés à produire l’abondance, mais au contraire à rendre possible l’autolimitation de l’économie ?

T. Mitchell : Je crois qu’il ne faut pas supposer que le système actuel est nécessairement destiné à produire l’abondance. Au contraire, si l’on suit la théorie de Veblen sur le sabotage industriel, on est conduit à penser que l’abondance n’était qu’assez rarement l’objectif principal des infrastructures techniques à l’âge du charbon. Elle était plutôt une promesse faite pour justifier l’appauvrissement de l’avenir. L’industrie pétrolière mise en place au cours de la première moitié du xxe siècle cherchait par exemple à créer des profits massifs, plutôt qu’une énergie bon marché. En monopolisant l’approvisionnement et en imposant des restrictions sur la production, les multinationales qui opéraient au Moyen-Orient ont ainsi pu vendre leur pétrole à un prix équivalent à vingt fois leurs coûts de production, voire plus. De la même manière, pour reprendre un exemple développé dans The Rule of Experts (Mitchell, 2002), lorsque la Grande-Bretagne a fait construire le barrage d’Assouan sur le Nil, en 1898-1902, son but n’était pas de garantir une meilleure production alimentaire ou d’améliorer les récoltes, mais d’étendre la production des biens d’exportation qu’étaient le coton et la canne à sucre. C’est sur ces cultures industrielles, en effet, que repose une mécanique essentiellement commerciale, dépendante du crédit, qui permet au capital de se valoriser. Une des particularités de ces cultures commerciales est qu’elles exploitent plutôt la structure cellulosique de la plante – la tige de la canne à sucre, la fibre du coton – qui se développe plus lentement, et qui nécessite plus d’eau pour se constituer, que les fruits, les graines ou les feuilles, qui fournissent la partie directement consommable de la plante. C’est en partie pour cette raison que le coton et la canne à sucre ne donnent qu’une récolte par an, alors qu’en Égypte une parcelle où l’on cultive des plantes de consommation immédiate peut donner jusqu’à trois récoltes. Après la construction du barrage, donc, la quantité et la qualité de la nourriture produite localement a beaucoup baissé. Mais les administrateurs coloniaux ne mesuraient pas le progrès en termes de bénéfices alimentaires. Ils n’étaient pas intéressés par l’incidence croissante de la malnutrition : c’est le retour sur investissement et le volume des exportations qui retenaient leur attention. Plus tard, l’invention de « l’économie » et de sa mesure par le P.I.B. a achevé ce processus. Le bien-être était désormais quantifié par une estimation (ou un calcul) de la quantité d’argent circulant de main en main au sein d’un espace circonscrit par les statistiques nationales, plutôt que par des mesures d’abondance ou de qualité effective de vie.

La question de la transition énergétique ne devrait donc pas être conçue comme un simple problème d’auto-limitation de l’économie, ou dans une perspective de fin de l’abondance. De nombreux aspects de cette transition, comme par exemple l’amélioration de l’isolation de bâtiments et des transports publics, la baisse du coût des énergies renouvelables, l’extension des espaces verts, l’effort pour une moindre pollution des villes, vont rendre la vie collective plus économique, plus agréable, plus saine. Les obstacles techniques et économiques à cette transformation sont nombreux, et ils vont sans doute s’amplifier à mesure que cette transition se déploiera. Mais d’autres obstacles, tout aussi robustes, sont créés par notre confiance à l’égard d’une forme d’expertise née à l’âge des pétro-savoirs, et qui s’arroge la capacité de mesurer ce qu’on peut se permettre économiquement, de définir ce qui est profitable, et de fixer nos orientations collectives.

Haut de page

Bibliographie

Barry Andrew, 2015, « Discussion: Infrastructural times » [en ligne], Theorizing the Contemporary, Cultural Anthropology Website [URL : https://culanth.org/fieldsights/724-discussion-infrastructural-times, consulté le 18 avril 2018].

Carse Ashley, 2016, « Keywords: Infrastructure – How a humble french engineering term shaped the modern world », Infrastructures and Social Complexity: A Companion, P. Harvey, C. Bruun Jensen et A. Morita éd., Londres, Routledge, p. 27-40.

Cronon William, 1991, Nature’s Metropolis. Chicago and the Great West, New York et Londres, W.W. Norton.

Elyachar Julia, 2010, « Phatic labor, infrastructure, and the question of empowerment in Cairo », American Ethnologist, vol. 37, no 3, p. 452-464.

Godelier Maurice, 1984, L’idéel et le matériel, Paris, Fayard.

Headrick Daniel, 1988, The Tentacles of Progress. Technology Transfer in the Age of Imperialism, 1850-1940, Oxford, Oxford University Press.

Keynes John Maynard, 2002, La pauvreté dans l’abondance, Paris, Gallimard.

Latour Bruno, 1991, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte.

— 2017, Où atterrir ?, Paris, La Découverte.

Malm Andreas, 2016, Fossil Capital. The Rise of Steam Power and the Roots of Global Warming, Londres, Verso.

Mitchell Timothy, 1991, Colonising Egypt, University of California Press.

— 1998, « Fixing the economy », Cultural Studies, vol. 12, no 1, p. 82-101.

— 1999, « Society, economy and the state effect », State/culture: State-Formation after the Cultural Turn, G. Steinmetz éd., Ithaca et Londres, Cornell University Press, p. 76-97.

— 2002, Rule of Experts: Egypt, Techno-Politics, Modernity, Berkeley, University of California Press.

— 2011, Petrocratia. La démocratie à l’âge du carbone, Alfortville, è®e.

— 2013, Carbon Democracy, Paris, La Découverte.

— 2014, « Economentality: How the future entered government », Critical Inquiry, vol. 40, no 4, p. 479-507.

Rifkin Jeremy, 2012, La troisième révolution industrielle, Paris, Les Liens qui libèrent.

Saïd Edward, 2005, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil.

Veblen Thorstein, 1994, Collected Works, Londres, Routledge/Thoemmes Press, t. 7.

Wittfogel Karl, 1964, Le despotisme oriental, Paris, Les éditions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit principalement des deux textes publiés en 1919 et 1921, The Engineers and the Price System et The Vested Interests (Veblen, 1994).

2 On trouve cet essai en français dans Keynes, 2002, p. 103-119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Timothy Mitchell, Pierre Charbonnier et Julien Vincent, « Étudier les infrastructures pour ouvrir les boîtes noires politiques. Entretien avec Timothy Mitchell », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8499 ; DOI : 10.4000/traces.8499

Haut de page

Auteurs

Timothy Mitchell

Pierre Charbonnier

Philosophe, chargé de recherches au CNRS (LIER-EHESS)

Articles du même auteur

Julien Vincent

Maître de conférences en histoire des sciences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire moderne et contemporaine UMR 8066

Haut de page