Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretiens

Politiser les infrastructures nucléaires : les résistances au projet Cigéo à Bure. Entretien avec Gaspard D’Allens et Andrea Fuori, auteurs militants de Bure, la bataille du nucléaire

Politicizing nuclear infrastructures: resistance to the Cigéo project in Bure. Interview with Gaspard D’Allens and Andrea Fuori, authors activists of “Bure, battle against the nuclear power”
Gaspard D’Allens, Andrea Fuori et François Jarrige
p. 229-249

Résumés

Alors que le secteur nucléaire connaît d’importantes évolutions, les luttes nucléaires anciennes se transforment et certains enjeux nouveaux émergent. La question de la gestion des déchets nucléaires devient de plus en plus un décisive pour l’avenir de la filière. Pour gérer le problème, d’immenses projets associés à d’importantes infrastructures se mettent en place, en provoquant des oppositions parfois vives. Nous avons rencontré deux militants ayant abondamment réfléchi à ces questions et nous les avons interrogés sur ces nouvelles infrastructures nucléaires, sur leur impact, et les multiples résistances qu’elles provoquent.

Haut de page

Texte intégral

1Le choix massif en faveur de l’électricité d’origine nucléaire dans les années 1970 a été fait sans réelle prise en charge ni anticipation de la question des déchets. Dès la fin des années 1970, l’État a certes créé au sein du Comité à l’énergie atomique (CEA) un organisme chargé de gérer le problème, mais aucune solution satisfaisante n’a été trouvée. Or, selon les prévisions de l’actuelle agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), les volumes à traiter pourraient atteindre plus de 2 millions de m3 dans la prochaine décennie. Même si la plupart de ces déchets sont dits de « faible activité », il existe aussi des dizaines de milliers de tonnes de déchets de très haute activité dont la toxicité subsistera des dizaines voire des centaines de milliers d’années. La gestion au quotidien, comme la construction et le démantèlement des centrales et de toutes les infrastructures du nucléaire produit des quantités importantes de déchets. En retour, leur gestion conduit à l’élaboration d’importantes infrastructures pour leur transport comme leur entreposage, à l’origine de nombreux risques et controverses. Pendant près de vingt ans, les habitants des territoires envisagés pour accueillir des sites de stockage se sont opposés avec force à ces projets, aboutissant à une politisation progressive du dossier qui sort peu à peu de son confinement dans la seule sphère de l’expertise pour entrer dans le débat public. Finalement, en 1999, le site isolé de Bure dans le sud de la Meuse, est retenu pour accueillir un « laboratoire » souterrain censé préfigurer le futur centre de stockage géologique des déchets les plus radioactifs du parc nucléaire français. Il s’agit aujourd’hui d’un des plus gros chantiers européens, estimé à 25-35 milliards d’euros, qui vise à construire d’immenses infrastructures composées de 260 km de galeries souterraines afin d’enfouir à 500 m sous terre, et pour des milliers d’années, les déchets les plus dangereux de l’industrie nucléaire. Les sciences sociales ne sont pas restées étrangères à ce grand projet technique, et très tôt des enquêtes ont été menées auprès des populations, dans de nombreuses disciplines. Bure est ainsi devenu un véritable laboratoire à ciel ouvert pour penser le champ des possibles d’une démocratie participative que beaucoup attendent et promeuvent. Une concertation sera d’ailleurs organisée à l’automne 2018 sous l’égide de la Commission nationale du débat public, associée à la mise en place d’un centre de ressources en ligne ouvert au public et d’une « instance de dialogue » d’experts. Pour les opposants, il s’agit surtout de stratégies d’acceptabilité qui dissimulent un déni de démocratie. Dans le petit village de Bure une résistance vive se déploie désormais, alors que la confrontation entre l’État, ses agents et les militants anti-nucléaires se durcit. Nous avons rencontré et interrogé les auteurs militants du récent livre Bure « la bataille du nucléaire », sur le sens de leur combat et les enjeux que soulèvent selon eux ces immenses infrastructures du nucléaire.

Tracés : Depuis cinquante ans, le développement de l’industrie nucléaire a accompagné l’installation d’infrastructures gigantesques, la production d’électricité et sa distribution ont été rendues possibles par l’édification de lignes à haute tension, d’immenses usines. Mais les infrastructures pour gérer les déchets et sous-produits de l’activité nucléaire ont longtemps été comme oubliées ou négligées. Pouvez-vous nous rappeler l’origine du projet de Centre industriel de stockage géologique (CIGEO) porté par l’Andra et comment il s’intègre dans l’édification des infrastructures nucléaires ?

G. D’Allens et A. Fuori : La question des déchets radioactifs a toujours été la grande inconnue de la filière atomique. Depuis son lancement, elle reste insoluble et volontairement laissée de côté par les nucléocrates car, sans réponse réelle, cette question remet en cause le discours de propagande qui vante cette énergie comme propre, abondante et peu chère. L’histoire de CIGEO est intrinsèquement liée à cette stratégie d’évitement. L’idée n’est pas tant d’enfouir les déchets mais plutôt d’enfouir le problème sous des tonnes de déni, à 500 mètres de profondeur, loin des yeux loin du cœur dans une région reculée et délaissée.

CIGEO n’est pas seulement un projet de stockage, il cristallise énormément d’enjeux. De lui, dépend la pérennité de la filière nucléaire à une époque où celle-ci est fragile tant économiquement que moralement après Fukushima. Cette année, l’État a dû réinjecter 5 milliards d’euros pour recapitaliser AREVA, exsangue, face au bourbier des chantiers des EPR qui cumulent défaillances techniques, surcoûts et retards. EDF est également à la peine, endettée de plus de 37 milliards d’euros, alors même que l’entreprise doit lancer un plan d’investissement massif pour prolonger la durée de vie des centrales ou préparer leurs démantèlements… Les centrales arrivent d’ailleurs en fin de course. À l’hiver 2016, pour la première fois en quarante ans, une vingtaine de réacteurs étaient à l’arrêt pour défaillance de sécurité.

Dans ce jeu destructeur, CIGEO est un atout commercial, un grand projet fédérateur qui mobilise les acteurs du nucléaire, les projette dans l’avenir et surtout donne l’illusion d’une maîtrise totale du cycle. Sans cette vitrine, le nucléaire s’écroule.

  • 1 H. Guillaume, R. Pellat, P. Rouvillois, mai 1989, « Rapport sur le bilan et les perspectives du se (...)

Mais pour bien comprendre, CIGEO, il faut remonter il y a plus de 40 ans, dans une histoire marquée moins par les avancées techniques et scientifiques que par la fabrique incessante du consentement. C’est en 1972 que la Convention internationale de Londres interdit l’immersion des déchets radioactifs en haute mer suite à une forte mobilisation de l’opinion publique et des écologistes. La filière nucléaire doit donc trouver d’autres solutions. En 1979, l’Andra – l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs – est créée en France, sous la tutelle du CEA. Elle va commencer à chercher des sites où enfouir à terre, au sec, ses rebuts toxiques. Dans les années 1980, elle va faire face à une levée de boucliers et à une fronde importante, partout en France, contre ses projets d’enfouissement. C’est toute une population plutôt d’origine rurale où se mêlent paysans, écologistes, chasseurs, qui se rebelle contre les « poubelles radioactives » Au bourg d’Iré, à Neuvy Bouin dans l’ouest du pays, de véritables batailles rangées avec les forces de l’ordre vont s’engager. Des manifestations avec des centaines de tracteurs aux vitres blindées pour résister au gaz lacrymogène, des actes de sabotage et d’occupation, des rassemblements de plusieurs dizaines de milliers de personnes vont mettre fin aux différents projets. Le premier ministre Michel Rocard décrète un moratoire. L’Andra doit revoir son dispositif. Ces mouvements mobilisent anthropologues et sociologues pour comprendre pourquoi les gens se révoltent et comment imposer un projet si nécessaire à la perpétuation de la filière nucléaire. De multiples thèses sont financées et de jeunes chercheurs appelés à réfléchir à de nouveaux moyens d’implantation, d’outils de communication et de démocratie locale, à même de renverser l’hostilité première des populations. En 1989, dans le rapport Rouvillois resté célèbre pour son cynisme, les auteurs écrivent, « il apparaît de plus en plus que pour un projet de site d’enfouissement la contrainte principale est la capacité de la population à accepter le principe de stockage, beaucoup plus que les avantages techniques relatifs des différents types de sols »1. La question n’est plus tellement où et comment creuser un trou mais comment le faire accepter. CIGEO à Bure en sera la réponse. Elle se fait en plusieurs étapes.

Premier acte : une réforme sémantique, le terme « laboratoire » remplace l’expression anxiogène de « site d’enfouissement ». Le gouvernement fait voter une loi, la loi Bataille en décembre 1991 ; c’est la première fois que le Parlement est appelé à se prononcer sur des enjeux nucléaires : la filière s’offre ainsi un vernis démocratique. Elle cherche par ailleurs à rompre avec l’autoritarisme passé et demande aux territoires de se porter eux-mêmes candidats par l’intermédiaire de leurs conseils généraux. Deuxième acte : on fait croire à l’alternative, trois options de recherche sont listées, le stockage souterrain, l’entreposage de surface et la transmutation. En réalité les deux dernières idées ne seront pas étudiées. Enfin, troisième acte : l’incitation financière. La région est arrosée. Depuis 1994, elle a reçu plus de 1 milliard d’euros, de quoi acheter les consciences, refaire les trottoirs des villages impactés, créer des salles de fête la plupart du temps inutilisées, construire des lampadaires flambant neufs, financer des festivals du rire à Bar le duc, des fêtes du beignet de la choucroute dans des petits villages, etc.

  • 2 À l’occasion de la grève des mineurs de Decazeville, Serge Mallet publie dans l’hebdomadaire Franc (...)

Telle est l’origine de CIGEO, un doux mélange de real politik, de mensonge et de corruption banalisée, sournoise où les petits élus pris la main dans le pot de confiture ont dû mal à dénoncer un projet si important pour la fiscalité locale. Une forme de clientélisme institutionnalisé. C’est aussi une violence de classe. Le choix de ce territoire rural, marqué par l’exode, le vieillissement et la crise agricole n’est pas anodin. On compte six habitants au kilomètre carré. On impose ce projet d’envergure nationale à « des colonisés de l’intérieur » pour reprendre l’expression de Serge Mallet2. Une population qui n’est que quantité négligeable, une population déjà considérée comme déchet, oubliée de tous, aux confins de la Meuse.

Tracés : Pouvez-vous décrire les infrastructures en cours de construction sur le site de Bure, comment elles s’inscrivent ou non dans les paysages ? À quoi doit ressembler le site d’enfouissement prévu par l’État ?

G. D’Allens et A. Fuori : Le laboratoire a été construit à partir de 1999, date à laquelle le gouvernement de Lionel Jospin et l’écologiste Dominique Voynet ont signé par décret sa validation. Le laboratoire ressemble à une construction smart et high tech, au milieu d’un désert rural et agricole. Les bâtiments sont HQE, Haute Qualité Environnementale, avec un design moderne, complétement hors-sol. Comme une soucoupe volante posée en rase campagne, avec des barbelés en plus, des grillages et des rondes de vigiles. La nuit, ses lampadaires et ses lumières éclairent toute la région : on dirait un immense centre commercial, sans vie, ou un aéroport. Cela contraste avec les villages aux lumières éteintes. C’est comme si l’Andra voulait imposer visuellement sa présence et son pouvoir. Des forages parsèment les champs, des voitures de gendarmes patrouillent aux alentours, sans cesse. On compte en ce moment plus de militaires que d’habitants. Le paysage est proprement post-apocalyptique. Dans les environs, l’agence s’est construit un empire foncier, soit 3 000 hectares : 2 000 hectares de forêt, 1 000 hectares de terre agricole. Elles servent de monnaie d’échange pour éviter de pousser les riverains à l’expropriation. L’agence continue de louer en bail précaire d’un an la terre agricole. Les prix du foncier ont doublé depuis son arrivée.

À côté du laboratoire, l’agence a construit tout un complexe industriel. Il comprend un hôtel restaurant qui accueille les ingénieurs en mission, les gendarmes et les multiples délégations étrangères – car n’oublions pas que l’objectif de ce projet, c’est aussi de vendre une technologie à l’international. À quelques centaines de mètres du laboratoire, un espace technologique sert de lieu de conférence, un bâtiment pour les archives d’EDF et une « écothèque » ont également été érigés. Cette « écothèque » est un élément de greenwashing. Elle vise à stocker des milliers d’échantillons de fleurs, de graines d’arbres, d’animaux pour préserver la mémoire de l’environnement pré-nucléaire, l’enjeu est de « définir l’état de référence initial du site où sera implanté Cigéo ». Les enfants des environs se déplacent avec leur école régulièrement pour assister à des expositions, tous frais payés par l’agence qui se présente comme un « organisme culturel ». À proximité du laboratoire, l’agence est en train de construire une boulangerie et une épicerie. L’objectif est de se rendre indispensable aux yeux de la population, de créer, alors même qu’elle va saccager leur espace de vie, une identification positive à l’infrastructure. Ce n’est pas tant dans les paysages que l’Andra souhaite s’inscrire que dans la tête des gens, être partout avec son logo et ses couleurs, coloniser le territoire mais aussi l’imaginaire.

Pour l’instant il n’y a toujours pas de déchets sur place, seul un kilomètre de galeries a été creusé à titre expérimental. Mais on compte déjà deux morts dans des éboulements liés notamment à la qualité friable de l’argile. Qu’est-ce que ce sera lorsqu’ils devront bâtir les 260 kilomètres de galeries, soit l’équivalent de la surface du métro parisien ? 80 000 m2 de déchets radioactifs vont être enfouis à 500 mètres sous terre, le chantier va durer 130 ans. L’emprise du projet en surface sera d’environ 600 hectares, avec deux zones en surface distantes de quelques kilomètres : la zone de descenderie (l’actuel site du laboratoire) et la zone des puits (le bois Lejuc). Une voie ferroviaire va également être réhabilitée pour amener les déchets en Meuse. Un immense transformateur électrique (15 hectares) reliera la ligne à très haute tension au site. Les installations de la première zone de surface serviront à la réception, au contrôle et à la préparation des colis de déchets avant leur transfert dans l’installation souterraine par une descenderie. Le Bois Lejuc, la seconde zone, sera placée juste au-dessus du lieu de stockage des déchets, et plusieurs puits seront construits pour ventiler les galeries. Les déblais issus du creusement y seront déposés, soit plus de 10 millions de m2. C’est tout un territoire, avec sa mémoire et ses usages, qui va ainsi être transformé.

Tracés : Ces infrastructures sont présentées par les autorités et les experts de l’Andra comme très solides et sécurisées, permettant d’attendre une gestion optimale du risque. Pourtant, d’autres rapports d’experts soulignent les fragilités et incertitudes du site en matière de sécurité ? Quelles sont selon vous les principales limites à ces immenses infrastructures d’enfouissement des déchets les plus dangereux ?

G. D’Allens et A. Fuori : Depuis de longues années, plusieurs experts indépendants, dont Bertrand Thuillier docteur ès sciences et habitant de la région qui a proposé une contre-analyse des documents officiels de l’Andra, relèvent les risques techniques et les défaillances intrinsèques à CIGEO. Ils parlent de « Tchernobyl souterrain ». Même les autorités publiques ne peuvent rationnellement défendre le projet que du bout des lèvres. Nicolas Hulot, après avoir dit non à CIGEO avant d’être ministre, explique désormais, comme lors d’un débat au Sénat en novembre 2017, qu’il s’agit de la « moins mauvaise solution ».

On peut énumérer plusieurs dangers. Certains sont également pointés par l’ASN (Autorité de sureté nucléaire) que l’on ne peut taxer de défendre des positions « baba cool » ou de partager des positions antinucléaires radicales. Le choix d’un stockage géologique dans des couches argileuses, friables et saturées d’eau, est un facteur de risque dès la conception du projet. CIGEO va être une usine de production d’hydrogène. Le rayonnement généré par la radioactivité provoque en effet une radiolyse : une cassure dans la molécule d’eau, H2O, et une recombinaison qui fabrique de l’oxygène et de l’hydrogène. Au-delà d’une concentration de 4 % de l’hydrogène dans l’espace, c’est le risque d’explosion qui exige un système de ventilation pendant toute la durée de l’exploitation. Par ailleurs, 18 % des colis que les nucléocrates ont l’intention de stocker dans CIGEO – soit 40 000 colis – sont enrobés dans du bitume et hautement inflammables. L’argile nécessite aussi des structures métalliques qui seront corrodées par la présence de l’eau, et des structures en béton qui disparaîtront à long terme avant l’élimination des éléments dangereux.

  • 3 Pierre Le Hir, « Centre d’enfouissement de Bure : l’impossible preuve scientifique de la sûreté », (...)

L’option de l’enfouissement en profondeur est un choix irréversible qui condamne les générations futures. Comment pourrons-nous récupérer des déchets défectueux à 500 mètres sous terre ? Sur un chantier aussi long et une durée de vie des déchets dépassant les 100 000 ans, on ne peut tabler sur aucun accident : panne d’électricité, inondation, fuite radioactive. Aucun modèle scientifique ne peut simuler l’évolution du site sur cette échelle de temps. C’est ce que prouve la thèse de Lény Patinaux, révélée récemment par le journal Le Monde3. Le chercheur montre comment l’agence, faute de pouvoir démontrer de façon formelle la sûreté de cette installation pendant des centaines de milliers d’années, consacre ses efforts à convaincre les instances de contrôle du nucléaire de la faisabilité d’un tel stockage. Quitte à présenter certains de ses résultats de façon orientée ou lacunaire.

Tracés : Des chantiers du même type sont en cours ailleurs ou ont été abandonnés. Pourquoi, selon vous, ces immenses infrastructures souterraines censées accueillir des déchets très radioactifs pour des dizaines de milliers d’années sont-ils une folie ?

G. D’Allens et A. Fuori : Il y a à ce jour deux principaux projets du même type en activité dans le monde, qui concernent des déchets dont la radioactivité et la radiotoxicité est bien moindre. Le premier est situé dans une ancienne mine de sel à Asse, en Allemagne – en Basse-Saxe, où des luttes populaires massives contre un autre projet de centre d’enfouissement à Gorleben rythment la région depuis 40 ans. Dans les galeries, 126 000 barils faiblement et moyennement radioactifs ont pris place à cette époque. Sauf que très rapidement, des infiltrations massives d’eau ont transformé le site d’enfouissement en véritable saumure radioactive. Le gouvernement allemand parle maintenant d’un « désenfouissement » et a commencé les premières opérations, de « sécurisation », en 2010, et estime que les premiers barils pourront être extraits d’ici à 2033 pour être stockés « temporairement » sur un autre site à quelques kilomètres. Des milliards ont déjà été dépensés.

Le deuxième projet qui était en activité offre des résultats tout aussi catastrophiques. Le site du Waste Isolation Pilot Plant, situé aux USA, proche de Carlsbad, au Nouveau-Mexique, accueille depuis 1999 des déchets nucléaires de faible activité et à vie longue issus du programme militaire américain, pour 19 milliards de dollars. Situé à 640 mètres dans une roche saline, il est censé pouvoir accueillir 173 600 m3 de déchets. Lors de sa conception les ingénieurs estimaient qu’un tel accident ne pourrait se produire qu’une fois tous les 200 000 ans. Ce centre pilote, présenté comme une vitrine et co-géré par Areva, a accueilli notamment les petits élus de Meuse et Haute-Marne pour montrer en quoi l’enfouissement des déchets était parfaitement maîtrisé. En 2014, soit 15 ans après l’ouverture, ce qui n’aurait jamais dû se produire se produisit et ce qui aurait dû fonctionner ne fonctionna pas : un fût éclate dans une des galeries, libérant en surface via le système de ventilation des gaz contenant de l’américium et du plutonium, contaminant 21 employés. Pendant 3 ans, le site est à l’arrêt, les coûts de remise en état sont de 2 milliards de dollars et les opérations d’enfouissement ne pourront pas reprendre avant 2021.

À côté de ces deux projets déjà catastrophiques après quelques décennies d’existence, de nombreuses grosses poubelles nucléaires sont en construction ou en projet dans différents États mondiaux. En Finlande, à Onkalo, une poubelle se construit (voir le documentaire Into eternity). En Australie, les citoyens de l’État d’Australie-Méridionale se sont massivement opposés à la construction d’une telle poubelle lors d’une consultation en 2016. En Belgique, au Japon, aux USA, des projets de « laboratoire de recherche » visent à s’installer, pour adopter la même stratégie de cheval de Troie qu’à Bure. Ne pas lutter à Bure c’est donner un blanc-seing pour que cette fausse solution, la pire d’entre toutes, creuse son trou partout dans le monde.

Au-delà des risques techniques, la principale folie de ce projet réside dans sa démesure anthropologique et philosophique principale : l’hybris prométhéen de la promesse des 100 000 ans de sécurité ! Cette folie résume tout le naufrage d’une civilisation industrielle et consumériste fondée sur le profit, le pouvoir et l’extraction ininterrompue de toutes les ressources valorisables : 70 ans de confort énergétique et d’armement, laissent 100 000 ans ou plus de polluants ingérables. C’est une radicalisation sans précédent de la question de fond de la « gestion des déchets », qui est chaque année plus lancinante depuis les premières époques du développement industriel.

Comment être sûr que personne n’ira, d’ici à quelques siècles ou millénaires, fouiner là où il ne faudrait pas ? Il n’existe aucun moyen de prétendre transmettre la mémoire de la localisation d’un tel site d’enfouissement sur une telle durée. Rien, aucun discours, aucun message, aucune projection ne peut s’ancrer dans une telle durée. Les premières peintures pariétales remontent à -35 000 ans, l’écriture est apparue à environ -3 000 avant J.-C., les premiers monothéismes également à cette période-là. Cela donne le vertige : c’est un bouleversement sans précédent des repères et cadres spatio-temporels de l’existence humaine et biologique. Un massacre anthropologique. Personne ne sait comment faire, et surtout pas l’Andra.

  • 4 Isabelle Masson-Loodts, Paysages en bataille. Les séquelles environnementales de la Grande Guerre, (...)

Les obligations légales de l’Andra, pour l’instant, à Bure comme sur les autres sites de stockage de déchets de faibles et moyennes activités à vie courte qu’elle gère (à Soulaines, à Morvilliers, à Diguleville et à La Hague) sont de transmettre la mémoire et les archives entre 300 et 600 ans. Elle archive les informations sur du papier permanent. Elle consulte des artistes, sémioticiens, anthropologues pour élaborer un cocktail de rites, de mythes, de messages. À l’Andra comme ailleurs les spécialistes sont forcés d’admettre que la meilleure manière de transmettre un message sur des milliers d’années, en prenant en compte la variabilité des langues, des cultures, etc., est sous la forme de rites mythologiques. Avant même de se projeter sur 100 000 ans, transmettre une mémoire de sites de pollution industrielle sur 100 ans est déjà complexe. C’est ce que raconte Isabelle Masson, historienne et archéologue, dans sa passionnante enquête Paysages en bataille, sur les conséquences environnementales de la Grande Guerre4. En 2015 à Muzeray, juste à côté de Verdun, à 80 km de Bure, les services de l’État ont retiré des centaines d’hectares de terres aux agriculteurs pour les décontaminer. On a alors découvert un secret enfoui pendant un siècle : la présence entre 1919 et 1929 d’une usine de destruction des obus chimiques surnuméraires de la Grande Guerre… oubliée rapidement quelques décennies plus tard ! On prétend transmettre sur des milliers d’années une mémoire qu’on n’est pas capable de conserver sur 100 ans. Des déchets de 14-18 à ceux de Bure aujourd’hui : la Meuse est bien le cimetière refoulé des armes de destruction massive du xxe siècle.

Tracés : Depuis deux ans, la bataille autour du site de Bure – par ailleurs déjà ancienne – tend à se durcir sous l’action répressive de l’État. Pouvez-vous nous présenter brièvement les principales étapes et objectifs de la lutte de Bure ?

G. D’Allens et A. Fuori : Le durcissement répressif de la lutte à Bure, qui est la seule réponse que l’État apporte à l’enracinement et l’intensification d’une lutte populaire entraîne un surcroît de visibilité. Mais cette lutte ne date pas d’hier, elle a plus de 25 ans. Il faut imaginer que des personnes issues de milieux sociaux divers : paysans, forestiers, élus mais aussi urbains des petites villes alentours, sensibles aux questions liées à l’environnement et au nucléaire, y consacrent presque toute leur vie depuis un quart de siècle, avec tous les sacrifices que cela implique. L’histoire de la lutte à Bure donne un aperçu de l’évolution des pratiques des luttes étiquetées « écologistes » en France. On peut rapidement résumer plusieurs étapes.

De 1994 à 1999 : l’Andra commence à s’implanter entre la Meuse et la Haute-Marne après la proposition de candidature à l’accueil d’un laboratoire par les présidents du Conseil Général. En face, la résistance populaire s’organise, dans le creuset du mouvement antinucléaire national de l’époque, avec tout un réseau d’associations départementales, elles-mêmes diffractées en multiples collectifs de vigilance locaux. La lutte est très active pendant ces cinq premières années où rien n’est joué, le labo n’est pas autorisé, l’Andra est à peine implantée : grandes manifs populaires, blocage de la gare de Bar-le-Duc, die-in devant les Préfectures, pétitions agrégeant 60 000 signatures, rendez-vous innombrables avec les autorités à toutes les échelles. La stratégie est celle d’une massification pour convaincre l’opinion publique et les décideurs de l’absurdité d’un tel choix.

En 1999, Dominique Voynet, ministre de l’Écologie issue des Verts, dont une partie des opposants pensait avoir l’oreille, signe le décret d’autorisation du labo. Le mouvement d’opposition est sacrifié sur l’autel de la « gauche plurielle », qui rejoue en beaucoup plus petit la même trahison que Mitterrand sur la construction des centrales après 1981 (à l’exception du projet de central de Plogoff effectivement abandonné) – on se souvient des « chars socialistes » envoyés à Chooz. Cela décourage ou dégoûte une bonne partie des forces vives des associations, qui plaçaient pas mal d’espoir dans ce relais politicien. Le labo se construit. À côté, en 1999, la Mission Granite, qui cherchait un deuxième site où construire un deuxième labo, est efficacement repoussée dans tous les départements où elle prospecte.

De 2000 à 2006, le mouvement est dans une sorte de creux même si beaucoup de gens ne lâchent rien. C’est le temps des premiers camps d’été devant le labo en construction, des caravanes venues de partout en France. Mais le labo se construit et l’Andra pose ses bases. La lutte va durer longtemps : pour l’habiter dans la durée une ruine agricole est rachetée à Bure et transformée en « Maison de la résistance » (voir ci-dessous). En 2006, le premier débat public se lance, qui doit informer la loi de 2006 prévue à l’issue d’une « période de recherche de 15 ans ». Les opposants y participent sans trop croire au dialogue et le résultat sera celui prévu : la loi 2006 confirme que l’enfouissement se fera à Bure.

De 2006 à 2013 : les activités au « laboratoire » battent leur plein, les collectifs de lutte continuent leurs activités, les travaux et chantiers se succèdent à la Maison de la résistance de Bure. Des premiers blocages de forages sismiques se déroulent localement. Bonnet, une commune située dans le rayon de 10 km, prend une délibération contre le projet d’enfouissement : elle restera la seule et ne sera pas suivie, son maire sera soumis à une pression énorme de l’Andra.

2013-2016 : les premières victoires et le renouveau. En 2013, le deuxième Débat Public se tient pour préciser les contours de CIGEO, cette fois la quasi-intégralité des associations d’opposants refuse de jouer le jeu du « dialogue », de la « démocratie cause toujours, démocratie ferme ta gueule », de « négocier la couleur du papier peint et la longueur des galeries », et boycotte les deux sessions de débat à grands cris et concerts de casseroles en mai 2013. Les nucléocrates repartent avec une petite mine et fabriquent par défaut une consultation complétement artificielle et abstraite : une dizaine de « débats contradictoires » sur Internet, avec des groupes diversifiés d’experts français et étrangers. Une « conférence de citoyens », avec un panel d’habitants de la Meuse et de la Haute-Marne qui seront formés au sujet pendant plusieurs semaines et qui rendront un avis. Il faut noter que c’est là une première victoire symbolique pour enrayer le rouleau compresseur de l’Andra en vingt ans, qui trouve un fort écho médiatique et raffermit cette lutte. En 2013 et 2014, des assemblées de coordination se relancent, une campagne d’action décentralisée fleurit en France. En 2015, une première manifestation en dix ans, les « 100 000 pas », se tient sur place, et un camp anticapitaliste accueille 1 000 personnes pendant dix jours en août 2015, à l’issue de quoi des nouvelles personnes restent vivre sur place pour renforcer la lutte. En 2016, la lutte s’enrichit de nouveaux lieux, des actions d’occupation agricole des terres sont lancées pour réinventer un imaginaire d’action directe contre les premiers travaux préparatoires de la poubelle nucléaire.

De l’été 2016 à aujourd’hui domine le temps des victoires concrètes et des échos nationaux. À partir de juin 2016 le bois Lejuc est occupé, les travaux de l’Andra bloqués, de premières victoires juridiques sont acquises ; en février 2017, une grande manifestation sabote les grilles du laboratoire dans une joie partagée entre toutes les générations et composantes de la lutte. Cela donne une prise et un souffle gigantesque au mouvement d’opposition qui n’est jamais aussi fort et ancré que depuis lors. Des dizaines de personnes s’installent. Localement, depuis le printemps 2017, une stratégie d’asphyxie et de répression systématique se met en place pour affaiblir et diviser la lutte, qui résiste. En France, depuis l’automne 2017, plus d’une quarantaine de comités de soutien se constituent : la lutte renoue avec un écho et une ampleur nationale.

Les objectifs de base ont toujours été clairs : dire NON à la poubelle nucléaire, ici et ailleurs. Dire NON à la poursuite du nucléaire, demander de couper le robinet dès maintenant. Avec les dernières années d’intensification du combat, de nombreuses autres luttes ont profité de la dynamique impulsée par Notre-Dame-des-Landes, à Valognes, des mouvements sociaux urbains comme Nuit Debout, etc. On parle de lutter contre le nucléaire « et son monde », on est « antinucléaire mais pas que », on y lutte aussi contre ce qui permet le nucléaire : toute forme d’autorité, d’asservissement à l’État, à l’économie, au profit, au pouvoir. On cherche à s’y réapproprier des manières de vivre, produire, penser par soi-même, à questionner comment vivre collectivement sans rapports de domination et hiérarchies et habiter des territoires en lutte. Une radicalité s’y réinvente – au sens premier de radical, questionner un problème à sa racine, ce qui fait voler en éclat son caractère sectoriel. Cela enrichit et complexifie considérablement l’espace de la lutte. Ce n’est pas toujours de tout repos mais c’est très vivant, et c’est dans ces joies, ces difficultés, ces questionnements et ces épreuves vécues ensemble que se constituent des communautés de lutte réelles autour de Bure.

Tracés : À côté des immenses infrastructures du nucléaire s’élaborent aussi des infrastructures de lutte avec une maison de la résistance située à Bure, ou encore un réseau de comité de soutien qui se construit peu à peu. Comment s’élaborent ces infrastructures de la résistance ?

G. D’Allens et A. Fuori : Le terme « infrastructure de la résistance » peut laisser sous-entendre que celle-ci se positionne de manière presque symétrique à l’avancée du monde nucléaire, ses ingénieurs, sa rationalité calculatrice, ses plans et projets prévisionnels. Il n’en est rien. Ce que « nous » construisons à Bure et autour depuis près de vingt ans de lutte n’obéit pas à la mentalité rationnelle des ingénieurs, mais à une détermination et une dignité farouche ne pas se laisser marcher sur les pieds malgré le déséquilibre apparent des forces, convaincues viscéralement que nous sommes de la justesse de notre combat.

En 2004, dans un moment de creux de la lutte où le laboratoire se construisait et où les grandes manifestations populaires devenaient plus rares à l’exception de quelques camps d’été, des dizaines de personnes ont choisi de racheter une vieille ruine à Bure : il fallait pouvoir habiter la lutte dans le long terme sans s’essouffler. Dix ans de chantiers collectifs plus tard, elle est devenue la « Maison de résistance à la poubelle nucléaire », un lieu d’information, d’accueil et d’organisation où des milliers de gens sont déjà passés, des centaines ont maintenant vécu. Le pari de cette maison s’est clairement inscrit dans une temporalité longue, et il paie aujourd’hui. Dans la continuité de cette maison, les « infrastructures » de la résistance, ce sont des lieux, des espaces, des moments, où des liens se tissent, des rencontres entre différentes personnes, différents mondes peuvent advenir, dans le creuset d’une lutte contre un projet monstrueux, dans le partage d’un « NON » en commun qui, par la suite, s’avère contenir plein de « OUI » à découvrir.

Il y a eu la Maison en 2004 et, quelques années plus tard, un nouveau terrain situé sur le tracé de la voie ferrée reprise par l’Andra. Dans les années 2010, une première génération d’habitants de la Maison de résistance s’est installée – en maraîchage, pour faire du cirque, des activités culturelles, contribuer à la lutte d’une autre manière – à une trentaine de kilomètres. Et, depuis 2016, autour de l’occupation du bois Lejuc, la vague d’installations a passé un seuil avec près d’une dizaine ou quinzaine de lieux (maisons rachetées, appartements loués, caravanes, cabanes, différentes formes d’habitats) tout autour en plus des lieux collectifs historiques. Le pari de pouvoir habiter la lutte localement a gagné : Bure n’est plus seulement le nom d’un projet horrible, d’une promesse de destruction totale, mais aussi celui d’un lieu de lutte, de rencontres, un endroit désirable et qui peut changer le cours d’une vie – comme ça a été le cas pour des dizaines d’entre nous depuis que nous avons fait le choix, n’obéissant à aucune rationalité ingénieuriale, d’emmêler nos vies à ce bout de Meuse.

Depuis près d’un an une nouvelle vague de comités de soutien se forme en solidarité avec l’occupation du bois Lejuc, en réaction à une vague de perquisitions contre différents lieux d’accueil et privés de la lutte en septembre 2017, enfin en réaction à l’opération policière et médiatique massive de l’expulsion du bois Lejuc le 22 février 2018. Ces comités formalisent une situation de fait : depuis deux ans, suite au renouveau de la lutte, des centaines, des milliers de personnes sont passées par Bure et en ont emporté un morceau au cœur de leurs tripes, l’ont rapporté chez eux, leurs ami-e-s, leurs réseaux, les luttes auxquels ils participent. Cette consistance des résistances, cette contagion affective nourrie par une prise réelle sur le terrain – des lieux à occuper, où se rencontrer, bref une lutte à habiter – se structure progressivement sur tout le territoire en se rendant plus accueillante et plus visible.

Cette structuration nationale, voire européenne (des comités et des liens sont très anciens avec l’Allemagne) est fondamentale : plus encore que Notre-Dame-des-Landes, les projets à Bure ont une ampleur et des impacts internationaux et exigent une réaction à cette échelle. La faible densité démographique et militante à l’échelle du Grand Est plaide également pour le renforcement de la caisse de résonance nationale. La création et l’autonomisation progressive de ces comités est une nouvelle qui fait chaud au cœur et qui s’inscrit dans l’histoire du mouvement antinucléaire : d’abord, à Bure, dans les années 1990, la structuration au sein de Coordination nationale contre l’enfouissement, très liée au mouvement associatif de l’époque, et qui s’est épuisée dans les années 2000. Mais aussi dans les années 1970 les premiers CAN (Comités antinucléaires) qui fleurissaient partout où des projets voulaient s’implanter, et regroupaient dans un joyeux mélange riverain-e-s, écolos, libertaires, etc. Ou, plus près de nous, les centaines de comités de Notre-Dame-des-Landes, actifs depuis 2012 et où le même brassage fécond et électrique est à l’œuvre – et qui constituent, en partie, un socle fort sur lequel la lutte à Bure s’appuie et qu’elle contribue à transformer.

Haut de page

Notes

1 H. Guillaume, R. Pellat, P. Rouvillois, mai 1989, « Rapport sur le bilan et les perspectives du secteur nucléaire civil en France », ministères de l’Industrie et de la Recherche ; Philippe Rouvillois, haut fonctionnaire, président de la SNCF dans les années 1980, devient ensuite administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique de 1989 à 1995 et à partir de 1993, président de CEA-Industrie.

2 À l’occasion de la grève des mineurs de Decazeville, Serge Mallet publie dans l’hebdomadaire France Observateur du 11 janvier 1962, un reportage intitulé « la révolte des colonisés de l’intérieur ».

3 Pierre Le Hir, « Centre d’enfouissement de Bure : l’impossible preuve scientifique de la sûreté », Le Monde, 7 février 2018 ; cf. Leny Patinaux, « Enfouir des déchets nucléaires dans un monde conflictuel. Une histoire de la démonstration de sûreté de projets de stockage géologique, en France (1982-2013) », Thèse en histoire des sciences, EHESS, 2017.

4 Isabelle Masson-Loodts, Paysages en bataille. Les séquelles environnementales de la Grande Guerre, Editions Nevicata, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaspard D’Allens, Andrea Fuori et François Jarrige, « Politiser les infrastructures nucléaires : les résistances au projet Cigéo à Bure. Entretien avec Gaspard D’Allens et Andrea Fuori, auteurs militants de Bure, la bataille du nucléaire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/8527 ; DOI : 10.4000/traces.8527

Haut de page

Auteurs

Gaspard D’Allens

Andrea Fuori

François Jarrige

HIstorien, McF Université de Bourgogne – IUF

Articles du même auteur

Haut de page