Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
En revue(s)

La revue généraliste : une institution fragile. Le cas d’Esprit

Non-specialist magazines as fragile institutions; the case of Esprit
Alice Béja
p. 27-33

Résumés

Les revues généralistes comme Esprit souffrent aujourd’hui de la polarisation du débat public comme de la spécialisation du monde de l’université et de la recherche ; leur ambition d’offrir des analyses approfondies de questions contemporaines semble étouffée par l’abondance de l’offre numérique et par les normes toujours plus contraignantes qui encadrent les productions académiques. Le cas d’Esprit est représentatif de cette situation paradoxale : dans une période où la complexité grandissante du monde requiert une perspective qui aille au-delà des slogans, où l’expertise semble souvent inaccessible à un public généraliste, comment assurer la survie de ces lieux de sociabilité intellectuelle et d’interdisciplinarité ?

Haut de page

Texte intégral

1Les revues généralistes occupent aujourd’hui une place fragile dans le paysage intellectuel français, dont elles sont pourtant l’une des originalités. À mi-chemin entre les médias et les revues universitaires, elles sont dans une situation de grande précarité, en termes de moyens économiques, de moyens humains et de statut. Leur volonté de proposer une réflexion sur le monde contemporain, nourrie des apports de la recherche et d’un désir d’intervention dans le débat public, se heurte à la spécialisation grandissante du monde académique, au poids croissant de l’évaluation dans la carrière des enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, à la polarisation des opinions dans les médias destinés au grand public, alimentée par les réseaux sociaux, ainsi qu’à la multiplication des pure players de l’Internet qui offrent la possibilité de lire des articles d’analyse et de réflexion approfondis (par exemple Mediapart ou AOC).

2Pourtant, les revues généralistes sont des lieux de rencontre, en dehors des institutions du savoir et de la politique, des lieux de réflexion sur le monde contemporain et sur les manières de le dire et de l’analyser. Il ne s’agit pas ici de faire de la revue généraliste l’alpha et l’oméga de l’entreprise intellectuelle, mais de décrire quelques-uns des mécanismes de fonctionnement de cet objet que je qualifierai d’institution fragile, pour ne pas céder jusqu’au bout à un pessimisme qui la condamnerait à n’être qu’une institution en voie de disparition.

3La revue Esprit, fondée en 1932 par Emmanuel Mounier, est l’une de ces institutions invisibles, pour laquelle j’ai travaillé, en tant que secrétaire de rédaction puis rédactrice en chef, de 2011 à 2015. Avec d’autres (Les Temps modernes, la NRF, Le Débat, Commentaire), elle a une réputation de sérieux, de modération politique et aussi, avouons-le, une image de revue ancienne, voire âgée, que l’on pense à ses contributeurs et contributrices, à ses lecteurs et lectrices, et ce malgré le renouvellement régulier de l’équipe de rédaction (la revue est animée depuis 2015 par Anne-Lorraine Bujon et Jonathan Chalier). Emmanuel Mounier, penseur du personnalisme, voulait dans les années 1930 sortir du matérialisme capitaliste tout en refusant le scientisme communiste, et conjuguer, comme naguère Lamennais, catholicisme et révolution. Associée au catholicisme de gauche, la revue a longtemps été portée par des combats – l’anti-totalitarisme, la lutte contre la colonisation –, de grandes figures – Emmanuel Mounier, Hannah Arendt, Paul Ricœur – et un positionnement politique qui s’est traduit à partir des années 1980 par des orientations proches de celles de la deuxième gauche de Michel Rocard. Revue mensuelle et indépendante (non adossée à une maison d’édition ou à un‑e mécène), elle se caractérise également par son influence sur ce que l’on qualifiera ici rapidement d’élite politique française : présente dans de nombreuses bibliographies pour les étudiants de Sciences Po et de l’ENA, elle accueille dans son comité de rédaction, en dehors de nombreux et nombreuses universitaires, des hauts fonctionnaires et, plus rarement, des hommes et femmes politiques.

La place des revues généralistes

4L’évolution des champs politique, intellectuel et universitaire ces dernières années a mis les revues généralistes dans une position paradoxale. Le remplacement progressif de la figure de l’intellectuel par celle de l’expert a déplacé le rôle de réflexion et de conseil que pouvaient avoir certaines revues vers les think tanks. Les partis politiques, bien que l’on assiste peut-être à une transformation sur ce plan depuis la dernière campagne présidentielle et la remise en question de la forme parti, ne se nourrissent plus guère de la production intellectuelle et ont presque totalement abandonné leur mission de formation des militant-e-s ; les fondations (Jean Jaurès, Fondapol, Fondation pour l’écologie politique), si elles existent, sont loin d’avoir le même poids que dans d’autres pays européens, comme l’Allemagne. Le monde universitaire s’est internationalisé et repose de plus en plus sur des principes d’évaluation liés à des normes strictes qui s’incarnent dans les revues scientifiques, ce qui induit un certain nombre d’évolutions, dans les modalités de circulation de la connaissance (révolution numérique, prégnance de l’anglais, quasi-monopole d’éditeurs comme Springer ou Elsevier), les processus de validation (double aveugle, peer review, classement des revues), les modes d’écriture et la nature des travaux produits (l’article publié dans une revue universitaire devenant plus rentable que le livre ou le texte paru dans une revue non classée).

5Les revues généralistes sont affectées par ces évolutions : le style des chercheurs et chercheuses se transforme pour se conformer aux attentes des revues scientifiques, la valorisation des publications dans ces revues spécialisées leur laisse moins de temps à consacrer à d’autres types d’articles, et le lectorat peut se détourner d’une écriture, de sujets perçus comme trop spécialisés pour intéresser un large public. À Esprit, nous nous sommes penchés sur ces évolutions, pour envisager l’avenir de la revue. Ne bénéficiant pas, comme des revues plus récentes (citons par exemple Le Crieur, la revue Z ou la nouvelle revue de la droite décomplexée, Limite), de l’euphorie des commencements, et s’appuyant sur une longue tradition, des collaborateurs ou collaboratrices et lecteurs ou lectrices fidèles, il s’agissait de réfléchir aux changements à envisager sans perdre ce qui faisait, à nos yeux comme à ceux de notre public, l’identité de la revue. Fallait-il adopter une ligne politique plus affirmée, au risque de fracturer un comité de rédaction caractérisé par sa diversité d’opinions politiques (du centre droit à la gauche de la gauche) ? Sur le plan économique, la structure étant presque par définition fragile, fallait-il partir en quête de nouveaux financements, d’un‑e mécène, avec le risque de perdre notre indépendance ? Le virage du numérique avait été pris à travers la création d’un site et la numérisation des archives dès le début des années 2000, mais se posait la question de savoir comment construire une véritable stratégie numérique, si nous devions ou pas intégrer des portails comme Cairn et Jstor, indispensables pour toucher les étudiant-e‑s qui représentent une part importante du lectorat, mais qui en favorisant la lecture à l’article défont la revue en tant qu’objet, et une partie du travail de la rédaction, qui consiste précisément à faire d’un numéro un tout cohérent.

6Certaines de ces questions ont été tranchées : la revue est aujourd’hui présente sur les principaux portails de revues accessibles aux bibliothèques universitaires, la nouvelle équipe a lancé une stratégie numérique ambitieuse, avec la refonte du site Internet et une présence accrue sur les réseaux sociaux. D’autres, en particulier la question de l’orientation politique, demeurent des débats récurrents au sein du comité de rédaction.

Les transformations de l’écriture

7La position d’Esprit et des autres revues généralistes dans le champ universitaire est également une source d’interrogations, et a des conséquences sur le fonctionnement du collectif comme sur les textes qu’il produit. Esprit n’est pas une revue classée, bien qu’un article publié dans la revue soit encore une forme de reconnaissance pour un chercheur ou une chercheuse en sciences humaines et sociales (SHS). Les articles ne sont pas évalués en double aveugle, ni nécessairement par des universitaires. Les sujets des dossiers sont définis en concertation avec le comité de rédaction, ou bien avec des groupes de réflexion plus restreints ; les propositions peuvent venir de membres du comité, de la rédaction elle-même, ou de personnes extérieures. Il ne s’agit pas de faire des dossiers panoramiques mais d’orienter le propos selon un angle, qui amène parfois à laisser de côté tout un pan de la question (ainsi, dans le numéro de mars-avril 2015, « Aux bords de la folie », la question des neurosciences était peu ou pas abordée) ; le calendrier des dossiers est fixé avec une certaine avance, mais se laisse aussi la possibilité d’être bousculé par des événements exceptionnels (la revue a ainsi produit un dossier spécial en février 2015, à la suite des attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, intitulé « Après l’union sacrée »). Trouver un rythme qui se défasse de l’urgence de l’actualité et permette néanmoins de traiter de sujets importants dans un délai plus bref que celui des travaux de recherche est l’une des tâches de l’équipe de rédaction.

  • 1 Les traducteurs et traductrices sont rémunéré-e-s, tout comme les journalistes pigistes avec lesqu (...)
  • 2 Étant moi-même universitaire, je ne m’exempte absolument pas des travers de l’écriture scientifiqu (...)

8La revue étant mensuelle, il est impossible de faire relire tous les textes par les membres du comité (qui sont une quarantaine…) ; les textes sont en général lus par les membres de l’équipe de rédaction et des personnes spécialistes du domaine, sollicitées ponctuellement, ou qui contribuent régulièrement à la revue. Au cours des dernières décennies, la revue s’est progressivement « universitarisée » ; parce qu’elle n’est pas en mesure de rémunérer les articles1, elle doit s’appuyer sur des personnes qui disposent d’autres sources de revenus. Par ailleurs, nous avons constaté qu’un certain nombre de professions – de la santé, de la justice – qui historiquement avaient été des sources de lecteurs et lectrices, mais aussi de contributeurs et contributrices, ne l’étaient plus ; en tout cas qu’il était bien plus rare aujourd’hui de voir des contributions rédigées par des médecins, juges, avocat-e-s, comme si l’écriture ne faisait plus partie de leur pratique, comme si (mais ce n’est pas surprenant si l’on observe l’évolution des conditions de travail) il n’y avait plus, ou moins, de temps pour la réflexion sur des pratiques professionnelles. Du côté des universitaires, là aussi, les transformations sont profondes, et notamment dans le style, la manière d’écrire. Pour de jeunes chercheurs ou chercheuses aujourd’hui, s’ils ou elles songent à leur carrière dans un contexte de compétition exacerbée, il vaut mieux publier un article dans une revue scientifique classée que dans Esprit. La spécialisation intervient de plus en plus tôt, et les normes des articles universitaires, qui se caractérisent par un certain vocabulaire, un rapport que l’on qualifiera d’exhaustif aux références et aux notes de bas de page, un style neutre ne devant pas laisser place à la subjectivité, sont de plus en plus distantes de ce qui traditionnellement caractérise une revue généraliste : la possibilité de sortir de son champ d’expertise, la solidité des arguments qui ne repose pas nécessairement sur un récapitulatif de la littérature existante sur le sujet, une certaine liberté de style qui permet de prendre position, en somme un style plus proche de celui de l’essai que de l’article scientifique2.

9Le travail du ou de la secrétaire de rédaction, sans qu’il s’agisse d’obliger les auteur-e‑s à se conformer à un style Esprit – dont on peut douter qu’il existe – consiste donc en partie à « désuniversitariser » les textes qui lui parviennent, parfois aussi à discuter avec l’auteur‑e pour qu’il ou elle se sente autorisé‑e à se défaire de certaines contraintes auxquelles il ou elle a été habitué‑e, sans renoncer bien sûr à la rigueur ni à l’honnêteté intellectuelle. Ce travail sur le style n’est pas nouveau – sans doute que dans les années 1970 il s’agissait de débarrasser certains articles du jargon marxisant ou foucaldien – mais il est intimement lié à la transformation des pratiques académiques et à la volonté de la revue de recruter de nouveaux contributeurs et de nouvelles contributrices.

Comment diversifier les auteur-e-s ?

10Esprit, comme de nombreuses revues, repose sur des réseaux ; ces derniers étaient au départ – et pour certains sujets, par exemple la Syrie, le sont encore – des réseaux militants, puis sont devenus principalement des réseaux d’affinités intellectuelles, des compagnonnages au long cours de certain-e-s avec la revue. Ce fonctionnement est indispensable pour une revue qui veut porter des idées, incarnées par des personnes, et définit son identité également à travers les noms de celles et ceux qui y contribuent. Il produit néanmoins d’inévitables effets pervers, en particulier s’agissant d’une revue ancienne et installée comme Esprit : manque de renouvellement, surreprésentation de certaines populations (hommes, blancs, âgés) parmi les contributeurs et contributrices, difficulté à intégrer de nouvelles personnes…

  • 3 Les remarques que je fais ici découlent de ma propre expérience et ne prétendent pas à une quelcon (...)

11Esprit a toujours renouvelé régulièrement son équipe de rédaction ; la revue n’est pas identifiée, comme d’autres (Les Temps modernes avec Jean-Paul Sartre et Claude Lanzmann, Commentaire avec Jean-Claude Casanova, Le Débat avec Pierre Nora et Marcel Gauchet), à une personnalité de fondateur ou directeur, malgré l’importance de la figure fondatrice d’Emmanuel Mounier, malgré l’empreinte laissée par les différents directeurs de la rédaction. La question du renouvellement s’est toujours posée. Pendant la période où j’y ai travaillé, nous avons essayé, avec Marc-Olivier Padis (devenu directeur de la rédaction à la suite d’Olivier Mongin en 2013), de diversifier les contributeurs et contributrices de la revue et les membres du comité de rédaction, en sollicitant en particulier davantage de femmes, largement sous-représentées. Un principe d’entrées paritaires au comité a été mis en place (une femme peut y entrer seule, mais si un homme l’intègre, il faut qu’une femme l’intègre également). Pour ce qui est des auteur-e-s, j’ai systématiquement cherché à solliciter davantage de femmes, non sans me heurter à certains obstacles3. Tout d’abord, Esprit fait souvent peur aux jeunes auteur-e‑s, qu’il s’agisse d’ailleurs d’hommes ou de femmes ; la réputation de la revue, le comité de rédaction, sans doute, leur fait dire que « c’est très bien mais ça n’est pas pour moi ». Le travail de la rédaction consiste alors à briser cette image, et éventuellement à accompagner le nouvel auteur ou la nouvelle auteure, en proposant par exemple d’abord des contributions plus courtes, dans la partie « À plusieurs voix », ou des comptes rendus de lecture.

12Les réseaux de la revue se sont constitués au fil du temps, sédimentés, et sont très majoritairement masculins (jusqu’à mon arrivée en 2011, l’équipe de rédaction avait toujours été composée exclusivement d’hommes), ce qui rend parfois difficile de sortir de ces réseaux, en particulier dans le cadre d’un calendrier contraint (si l’on sollicite untel, on sait que le texte sera satisfaisant et rendu à temps, etc.). Certains domaines des SHS sont plus féminisés que d’autres : selon les thématiques des dossiers, il s’avérait ainsi plus ou moins difficile de solliciter des spécialistes femmes ; les dossiers philosophie, à cet égard, étaient parmi les plus problématiques.

  • 4 Il faudrait bien entendu parler d’autres formes de diversité, mais là encore, dans une revue aux m (...)

13Enfin, mais cela mériterait d’être étudié, et mis en lien avec des données sociologiques précises, les hommes étaient en général beaucoup plus disponibles que les femmes, dans plusieurs sens du terme. Ils se disaient plus souvent prêts à rendre un article pour telle date, quand les femmes avaient tendance à craindre le manque de temps ; ils étaient également plus susceptibles de sortir des limites strictes de leur champ d’expertise pour proposer une réflexion plus générale, les auteures mettant en avant leur manque de légitimité à parler de tel ou tel sujet. Rien de bien surprenant, si l’on songe aux processus de socialisation différenciés selon le genre, à la répartition des tâches ménagères, etc. Le résultat concret, que je livre ici sans prétention à la représentativité, était que dans le cas où notre plan A pour l’écriture d’un article était un homme, il n’y avait souvent pas besoin de prévoir de plan B. Si la première personne sollicitée était une femme, il fallait plus fréquemment envisager d’autres contributrices potentielles : les refus étaient plus nombreux. Cette expérience, pour moi qui viens d’un domaine (les lettres et langues) très féminisé, m’a permis de mieux comprendre les obstacles qui existent pour les femmes4 qui cherchent à intégrer le monde de certaines revues, et plus largement le milieu intellectuel, et donc la nécessité, au-delà des pétitions de principe, de mettre en œuvre une stratégie assumée, volontariste, qui demande certes du temps dans un contexte de travail (l’édition d’une revue tous les mois) où celui-ci est précieux, mais qui est indispensable.

 

14Je dirais pour conclure que l’évolution du monde universitaire, du monde médiatique, les transformations liées au numérique ont des conséquences importantes sur les institutions fragiles que sont les revues généralistes. Je ne m’aventurerai pas à prédire si oui ou non elles survivront à ce maelström. Je souhaite qu’elles y survivent, car, pour moi, il s’agit de lieux qui peuvent permettre de combattre les tendances de la recherche à la surspécialisation, à l’entre-soi disciplinaire et à l’abandon de l’écriture comme vecteur de transmission, de combattre aussi les simplifications et les oppositions commodes qui transforment le débat public en simple joute oratoire.

Haut de page

Notes

1 Les traducteurs et traductrices sont rémunéré-e-s, tout comme les journalistes pigistes avec lesquel-le‑s nous avons l’occasion de travailler, ainsi que le personnel de la rédaction (de deux à quatre personnes, selon les périodes).

2 Étant moi-même universitaire, je ne m’exempte absolument pas des travers de l’écriture scientifique que je dénonce, et dont la responsabilité n’est pas à imputer aux jeunes chercheurs et chercheuses, qui essayent simplement de trouver leur place.

3 Les remarques que je fais ici découlent de ma propre expérience et ne prétendent pas à une quelconque représentativité.

4 Il faudrait bien entendu parler d’autres formes de diversité, mais là encore, dans une revue aux moyens humains limités, les chantiers ne peuvent être ouverts tous en même temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Béja, « La revue généraliste : une institution fragile. Le cas d’Esprit », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/8842 ; DOI : 10.4000/traces.8842

Haut de page

Auteur

Alice Béja

maîtresse de conférences en études anglophones, Institut d’études politiques de Lille

Articles du même auteur

Haut de page