Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
En revue(s)

Reprendre Nadeau

Recovering Nadeau
Dominique Goy-Blanquet
p. 69-74

Résumés

Le journal en ligne En attendant Nadeau a été constitué en janvier 2016 par l’ancien comité de rédaction de La Quinzaine littéraire qui voulait rester fidèle à l’esprit de Maurice Nadeau et à son mode de lecture du monde par les livres. Ses collaborateurs sont bénévoles comme ils l’étaient par le passé. Le choix de publier en ligne a été dicté d’abord par les maigres ressources financières dont disposait le collectif, mais il s’est révélé très riche d’ouvertures nouvelles, d’outils et d’illustrations qui lui valent aujourd’hui un lectorat en forte croissance. La carte des livres traités dans la revue couvre aujourd’hui une grande partie du globe. Parmi les innovations qu’a entraînées le nouveau format, la fin du cloisonnement entre lettres et sciences humaines, autrefois traitées dans deux comités distincts, des échanges accrus entre disciplines, et un éditorial qui trace les contours et la cohérence de chaque numéro.

Haut de page

Texte intégral

1Notre revue, En attendant Nadeau, a fêté son deuxième anniversaire, mais elle est à la fois très jeune et ancienne, avec derrière elle toute une histoire, celle de La Quinzaine littéraire et de son créateur.

  • 1 Pour plus de précisions sur cette rupture, voir Juliette Cerf, « Reprise en main musclée à La Nouv (...)

2Comment sommes-nous passés d’un journal papier construit autour d’une personnalité hors du commun à un journal en ligne élaboré par un collectif ? Chacun des collaborateurs avait une relation personnelle avec Maurice Nadeau, écrivain, éditeur et critique, qui semblait incarner à lui seul la mémoire littéraire du xxe siècle. Le collectif a été créé après lui, par les événements. Reprise à la suite d’une liquidation judiciaire en 2013 par Patricia de Pas, alors chef de projet dans une entreprise de formation continue, La Nouvelle Quinzaine littéraire continuait à fonctionner mutatis mutandis en l’absence de sa figure tutélaire, avec comme naguère deux comités de rédaction, « sciences humaines » d’une part et « littérature » d’autre part, tous bénévoles, sous la conduite d’un conseil éditorial composé de Tiphaine Samoyault, Jean Lacoste et Pierre Pachet, universitaires, essayistes et écrivains réputés, tous trois cooptés par l’ensemble des collaborateurs du bimensuel. Patricia de Pas nous annonçait des chiffres en équilibre, prouesse inusitée dans l’histoire de La Quinzaine, en fait illusoire, on l’a su après. Cependant elle jugeait indispensable d’atteindre un plus large public étudiant. Fin septembre 2015, lors d’une réunion des comités où elle devait présenter son plan de restructuration, coup de théâtre : l’annonce qu’elle procéderait elle-même à la composition du prochain numéro en un lieu et à une date non dévoilés, hors de la présence du trio éditorial. Ce coup de force, une atteinte au sacro-saint principe de non-ingérence qu’elle s’était engagée à respecter, a provoqué la stupeur générale, puis le retrait des articles déjà soumis, et la démission des deux comités1. Dans son projet de charte, la gérante s’octroyait le droit de désigner la direction éditoriale, « comme dans toutes les entreprises ». Les protestations, les rappels que nous n’étions pas des salariés, ni la Quinzaine une entreprise comme les autres, sont restés sans effet. C’est ainsi qu’est né le collectif, et qu’il s’est soudé au fil des débats qui ont suivi. Après deux mois de vaines tentatives de médiation, d’échanges fébriles de courriels, les collaborateurs de Maurice, anciens ou récents, ont décidé avec le soutien moral de son fils Gilles de lancer un nouveau journal en ligne, sous un titre affichant leur fidélité au souvenir qui les liait et à son modèle critique. Le premier numéro d’En attendant Nadeau est paru en janvier 2016.

  • 2 « La fin de la Quinzaine littéraire ? » communiqué de presse du 5 octobre 2015, reproduit dans le (...)
  • 3 « La troisième lecture », En attendant Nadeau, numéro 51, 14 mars 2018 : [URL : https://www.en-att (...)

3Le modèle transmis ? Parler du monde actuel et de la société à travers les livres : « Parce que pour répondre à l’afflux d’information et de prises de parole directes, immédiates et souvent incontrôlées, la recension permet de tenir un discours indirect, transversal et réfléchi »2. Parce que la littérature a partie liée avec le témoignage : chez Victor Hugo, par exemple, souligne Tiphaine Samoyault, « le but est bien d’écrire l’histoire et de le faire avec son expérience, sa “réalité”. Il y a en cet écrivain une expérience qui n’est peut-être pas plus grande que celle des autres humains mais qui occupe certainement plus de place. Il va s’agir alors d’ouvrir la langue à cette occupation, adapter la langue au réel qui l’étreint, d’élargir la prose pour accueillir en elle des voies jusque-là enfouies et des significations nouvelles »3. Le rythme de parution est resté celui d’un numéro tous les quinze jours, mais le flux inauguré avec le passage à l’Internet permet de varier la une en insérant de nouveaux articles dans le sommaire au cours de la quinzaine.

4Le plus difficile a été de se mettre d’accord sur un titre : tout ce qui pouvait paraître copier ou évoquer le titre précédent nous aurait rendus passibles de poursuites. En attendant Nadeau, trouvaille de Maurice Mourier, jugée d’abord par certains trop nostalgique, trop étrange ou même pessimiste a fini par s’imposer comme une évidence après force discussions : « un nom improbable mais qui n’est pas soluble dans la langue homogène du marché et de la culture uniformisée, » écrira Jean Lacoste en tête du numéro 50, « un nom tout simplement mémorable, mais qui donne de la mémoire à l’avenir »4. Les deux comités ont fusionné, et rallié de nouveaux venus d’horizons divers : édition, journalisme, théâtre, traduction, etc. Il n’y a pas de fossé des générations, l’éventail des âges est largement ouvert, de 25 à 90 ans, de compagnons de route historiques comme Georges-Arthur Goldschmidt ou Georges Raillard aux Czarny père et fils.

5Le père fondateur de la Quinzaine ne s’en cachait pas, il préférait les écrivains aux critiques – témoin son manifeste en exergue de La Quinzaine : « L’œuvre vaut toujours plus que le bien, ou le mal, qu’on dira d’elle ». Il recrutait des spécialistes, mais attendait d’eux qu’ils mettent leurs compétences à la portée d’un lectorat généraliste. Sans être majoritaires, les enseignants-chercheurs venus de l’université ou de l’EHESS restent nombreux parmi nous. Pourtant l’objectif, la méthode et les préoccupations d’En attendant Nadeau ne l’apparentent guère aux revues de sciences sociales. Parmi toutes celles invitées à la rencontre organisée par Tracés en juin 2018, présentes aujourd’hui dans ce numéro hors série, c’est sans doute à Esprit que nous ressemblons le plus. Participons-nous à la vie intellectuelle ? Oui, bien sûr, à la fois par cette publication collective et par nos travaux individuels, mais nous n’envisageons pas de prise de pouvoir dans un champ disciplinaire, ni ne parlons en réunion de faire avancer la recherche ou les carrières de chercheurs. Parce que nous ne voulons nous interdire aucun livre, il nous arrive à chacun de nous aventurer aux limites de nos domaines d’étude et parfois au-delà, pour rendre compte d’un ouvrage en amateurs cultivés s’il nous paraît susceptible d’intéresser des non-spécialistes. Le style universitaire s’infiltre-t-il dans nos articles ? Plutôt que d’influencer notre mode d’écriture journalistique, me semble-t-il, c’est l’inverse qui se produit parfois dans nos travaux de recherche, un souci d’allier rigueur et légèreté, de tenir la main du lecteur. Pour ma part, mes articles dans des revues scientifiques sont plus fournis en notes de bas de page que dans EaN, mais je m’applique autant à les rendre lisibles et rythmés, dans l’esprit du gueuloir de Flaubert. Les livres dont nous parlons ne doivent pas être réservés à un cercle restreint d’experts. Cette volonté de vulgarisation reflète elle aussi les leçons de Maurice Nadeau qui n’appréciait pas le jargon : s’il ne donnait pas de consignes, ni n’émettait de commentaires sur les articles soumis, il disposait d’une arme redoutable, un grand tiroir où les textes qui l’ennuyaient pouvaient dormir des semaines ou des mois avant d’être publiés, qu’il appelait pince-sans-rire « le marbre ».

6Concernant le format, la parution en ligne s’est imposée d’elle-même, nous n’avions pas les moyens de faire imprimer un journal. Parce que la revue est en accès libre, donc classée comme gratuite, nous ne remplissons pas les critères d’une subvention par le CNL. Nos ressources sont principalement constituées par les dons de lecteurs, les achats réguliers de Mediapart qui publie en avant-première des articles sur des points que ses propres rédacteurs ont peu l’occasion d’aborder, et un don de la Société des amis de Maurice-Edgar Coindreau. Les fonds que l’assemblée des Amis de La Quinzaine nous a transmis par un vote nous parviendront peut-être un jour, quand les conflits juridiques avec la directrice de La Nouvelle Quinzaine auront été réglés. Grâce à ces ressources, le secrétaire de rédaction, le graphiste et le correcteur d’EaN reçoivent de modestes honoraires. Tous les autres collaborateurs sont bénévoles.

7Pour ceux qui n’aiment pas lire sur écran, une version au format PDF facile à imprimer est proposée chaque fois après la parution du numéro en ligne. La principale contrainte du format, c’est la bande-titre, qui impose une division des champs, mais en pratique nous n’hésitons pas à croiser les disciplines et les genres, processus accentué par la fusion des comités qui facilite les échanges, débats et projets. La publication en ligne permet de varier les approches, de proposer d’autres articles de la revue en cliquant sur un mot, mais aussi des illustrations ou des documents issus d’autres sources. La une évolutive met en relief davantage de titres. À la suite des recensions sont rassemblés des articles traitant de sujets proches, par exemple, récemment, la mode du Freud-bashing 5. On peut les trouver aussi regroupés par thèmes ou par auteurs à la rubrique « Dossiers ». Contrairement à la pratique d’autres revues, ces dossiers n’ont pas fait l’objet d’un appel à communiquer, ils sont constitués après coup par affinités. Il arrive que la rédaction propose de marquer certains anniversaires, la Grande Guerre, Mai 68, les quarante ans de L’Infini, la mort de Gérard Genette, les deux bougies d’En attendant Nadeau, ou la réédition des Misérables, l’actualité de la Russie, en invitant une variété de contributions. Les initiatives viennent aussi de collaborateurs qui proposent à l’envi de nouvelles rubriques, entretiens, visites au tribunal6, promenades dans Paris de Jean Lacoste, réunies aujourd’hui dans Paris philosophe (2018, Éditions Bertillat7), chronique « Désoccupé » du très regretté Pierre Pachet8, sélection de disques, revues, romans policiers, expositions, spectacles, etc. Lors d’une rencontre à la Maison de la poésie, les critiques d’EaN dialoguaient tour à tour sur le plateau avec un écrivain dont ils avaient rendu compte dans nos colonnes. Depuis l’été 2017, nous avons renoué avec une pratique de longue date de La Quinzaine, celle du numéro de vacances. Celui de 2018 explore toutes les facettes de la bêtise, 2019 aura pour titre l’enquête. Le premier, sur le thème de la traduction, a fait monter en flèche notre lectorat, indicateur de popularité que suit très attentivement un des membres du comité – nombre de visites, nombre de pages lues, et autres courbes graphiques que nous pouvons suivre grâce à l’outil Google Analytics et prenons tous plaisir à voir grimper. Notre principale fierté : la carte mondiale des livres traités dans la revue. Elle comporte encore des îlots rose pâle, Kazakhstan, Paraguay, Tchad, Philippines, mais nous comptons bien les colorer, tout en souhaitant maintenir l’équilibre entre les livres dont toute la presse va s’emparer et ceux dont personne peut-être ne parlera parce qu’ils risquent d’être jugés trop peu vendeurs.

8Sans doute parce qu’il est né d’un conflit violent, le comité est très peu, voire pas du tout conflictuel. Maurice était trotskiste, c’était bien connu, mais on ne discutait pas politique pendant les réunions. À En attendant Nadeau, les intégrismes sont exclus, et les opinions tranchées restent au vestiaire, ce qui n’empêche pas les débats entre écoles de pensée, ni les remarques cinglantes sur un ouvrage jugé médiocre ou produit par tel ou tel ennemi intime d’un chroniqueur. Ceux qui ont un avis sur un livre ou un auteur le donnent, et s’ils estiment qu’il convient d’en rendre compte nous cherchons ensemble à qui le confier. Si l’ouvrage ne trouve pas preneur sur-le-champ, il revient en deuxième, parfois en troisième quinzaine. Il n’y a pas eu jusqu’ici de fortes divergences, pas de grandes controverses idéologiques lors de nos rencontres. La discussion la plus animée a eu lieu lors des élections présidentielles, où nous nous sommes découverts fort peu représentatifs de l’électorat français, répartis presque moitié-moitié entre partisans de Hamon et de Mélenchon, plus deux solitaires macronistes. Les désaccords, lorsqu’il y en a, s’expriment sans véhémence, par une recherche de consensus, l’ambiance est chaleureuse, encouragée par un pot mensuel convivial, et personne n’a envie que ça change. Il n’y a pas de réécriture des articles, chacun conserve une grande autonomie dans son domaine de spécialité. Les corrections, en cas d’appétits excessifs, de déséquilibres, d’erreurs, sont suggérées avec tact, les goûts et manies de chacun traités avec une indulgence souriante, voire un brin d’ironie amicale. Reste un furieux point de discorde, le traitement du féminin dans les articles, mais où les pratiques flottent selon les convictions des auteurs, auteures ou autrices, et où la tolérance s’étend même à l’écriture inclusive.

9Autre innovation, l’éditorial. Parce que la parution sur Internet offre une grande liberté de lecture, il joue un rôle particulièrement significatif en dessinant les contours d’un numéro qui peuvent sembler moins clairs que dans un format papier. Le format en ligne comporte un risque, ne plus prendre le temps de faire court. La Quinzaine imposait une discipline rigoureuse, cinq feuillets maximum, sauf cas exceptionnel où un article portant sur plusieurs ouvrages ou sur une œuvre majeure pouvait paraître en deux fois dans deux numéros consécutifs. Sans cette contrainte, la tentation est grande de s’étendre sur la qualité et le contenu d’un livre qui nous tient particulièrement à cœur. L’équipe des correcteurs nous rappelle de temps en temps que nous avons tendance à nous allonger, et qu’il n’est pas indispensable d’être verbeux pour convaincre. Parce que nous critiquons dans nos articles les éditeurs qui oublient leur métier et publient des textes passés au correcteur automatique sans avoir été sérieusement relus, il nous paraît souhaitable d’appliquer à nos propres ouvrages la même exigence, même si elle reste parfois un horizon idéal.

10L’avenir ? Augmenter la visibilité du journal et son ouverture à l’étranger. Un partenariat vient d’être conclu avec l’Institut français, par lequel nous allons fournir régulièrement des titres d’ouvrages avec chapô pour la plateforme IF livres9, et figurer avec un lien sur leur réseau. Bientôt grâce à Culturethèque10, les numéros d’EaN seront accessibles en format PDF dans la centaine de centres de l’Institut à travers le monde. Un nouveau projet de partenariat, avec Public Books, prévoit un échange d’articles traduits de part et d’autre, traductions pour lesquelles il faudra trouver un financement. La première préoccupation reste la recherche de fonds dont dépend notre survie, le remplacement d’un ordinateur à bout de souffle dernièrement nous a fait mesurer à quel point elle était précaire. Divers dossiers sont en cours. Notre demande de bourse d’émergence auprès du ministère de la Culture, destinée à l’indexation du site et au développement de notre moteur de recherche, a été acceptée. Prochaine avancée technologique, si nous trouvons un mécène, nous voulons créer une application qui permettra à nos abonnés toujours plus nombreux de lire confortablement En attendant Nadeau sur leur tablette ou leur smartphone.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de précisions sur cette rupture, voir Juliette Cerf, « Reprise en main musclée à La Nouvelle Quinzaine littéraire », Télérama, 6 octobre 2015. Nicolas Dutent, « Qui veut tuer l'esprit de Maurice Nadeau ? », L’Humanité, 12 octobre 2015. [URL : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/la-nouvelle-quinzaine-litteraire-dans-la-tourmente/60937]. Et l’éditorial de Patricia de Pas, [URL : https://www.nouvelle-quinzaine-litteraire.fr/mode-lecture/edito-1158].

2 « La fin de la Quinzaine littéraire ? » communiqué de presse du 5 octobre 2015, reproduit dans le numéro 1 d’En attendant Nadeau, 13 janvier 2016 : [URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/une-un-foucault/].

3 « La troisième lecture », En attendant Nadeau, numéro 51, 14 mars 2018 : [URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2018/03/13/troisieme-lecture-miserables/].

4 Voir [URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/numero-50-nadeau/].

5 Voir [URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2018/03/27/contre-freud-bashing-leze/].

6 Par exemple [URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2016/11/08/palais-justice-1/].

7 Voir aussi [URL :https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/09/26/vincennes-paris-philosophes-25/].

8 Voir [URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/dossier-desoccupe/].

9 Voir [URL : http://www.institutfrancais.com/fr/livre].

10 Voir [URL : http://www.culturetheque.com/EXPLOITATION/Default/accueil-portal.aspx].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Goy-Blanquet, « Reprendre Nadeau », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/8926 ; DOI : 10.4000/traces.8926

Haut de page

Auteur

Dominique Goy-Blanquet

université de Picardie, En attendant Nadeau

Haut de page