Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
En revue(s)

Un parcours éditorial au service des sciences humaines

An editorial path at the service of the human sciences
Marie-Luce Rauzy
p. 75-87

Résumés

L’auteure revient sur un parcours professionnel au service de l’édition des sciences humaines et sociales, depuis l’édition de dictionnaire jusqu’à celle d’une revue scientifique en format papier et numérique. Ce parcours s’inscrit dans un contexte technique et économique en profonde mutation : alors que l’édition scolaire reste florissante, portée par les besoins définis par le ministère de l’Éducation nationale, l’édition universitaire se fragilise dès la fin des années 1990 dans un contexte d’accroissement exponentiel des coûts d’abonnements pratiqués par les éditeurs commerciaux, induisant une réduction progressive des acquisitions institutionnelles. Cela met en cause notamment la publication de petites revues scientifiques. Des initiatives voient alors le jour pour développer l’édition numérique, d’abord de façon non concertée. Le parcours de l’auteure permet de retracer au singulier l’histoire de la transformation des modèles éditoriaux et du rôle qu’y jouent les divers acteurs de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte a été présentée lors de la journée d’étude « Ce que la revue fait (...)

1J’ai le souvenir d’un petit carnet que je tenais, enfant, indexant des mots du vocabulaire, dans lequel j’avais fixé comme une épigraphe « J’aime les mots », sur un bout de Canson coloré. J’aimais donc les mots mais aussi les livres dont la fabrication m’a toujours fascinée1.

  • 2 Éditions de l’Escampette, Carrefour des littératures, Éditions Privat, Musées de Strasbourg, Casto (...)

2Je ne suis pas venue immédiatement à l’édition universitaire. Formée à l’histoire puis aux lettres modernes, je me suis orientée vers les métiers du livre en 1998. Spécialisée dans l’édition lexicographique, j’ai très vite eu l’opportunité – en 1999 – de travailler avec Alain Rey et Gonzague Raynaud. Même si j’ai eu le sentiment d’être jetée dans la fosse aux lions, après un bref enseignement de trois jours dispensé par le chef de fabrication, qui partait trois semaines en congés, j’ai pu obtenir un premier contrat de deux mois aux Éditions Le Robert et enchaîner au secrétariat du service iconographique, sept mois durant aux Éditions Nathan, auprès de Bernadette de Beaupuis. Je découvrais de nombreuses facettes du métier sans être au cœur même de l’activité éditoriale tandis que de jeunes diplômés de Sciences Po ou de Sup de Co étaient promus « éditeurs juniors » et animaient les couloirs de la grande maison. La dimension à la fois à part et essentielle du service iconographique offrait un excellent poste d’observation. Enfin, en 2000, je renouais durant les vacances d’été avec l’équipe des Éditions du Rouergue où j’avais obtenu mon stage diplômant de fin d’année. J’apprends que le poste d’éditrice se libère, on m’encourage à poser ma candidature, je suis retenue. Cette expérience fondatrice a duré un an. En 2003, après d’autres découvertes tout aussi constructives auprès d’éditeurs, plus confidentiels mais passionnants2, j’intègre l’université de Nice Sophia-Antipolis (UNSA).

  • 3 Sur Techniques & Culture, voir la Lettre de l’InSHS-CNRS, no 47, mai 2017 : [URL : www.cnrs.fr/ins (...)

3Après plusieurs renouvellements de courts contrats et l’exercice des concours, l’UNSA vote la création d’un poste d’ingénieur d’études sur les fonctions que j’occupais. C’est ainsi que je suis devenue titulaire, exerçant depuis 2006 en tant que coordinatrice éditoriale à l’université. Les formations professionnelles évoquent rarement les perspectives d’emploi offertes par la fonction publique. Pour ma part, j’ai sauté le pas, changé de statut. Actuellement je m’occupe de la revue Techniques & Culture3, publiée par les Éditions de l’EHESS.

  • 4 Sur Revel, revues électroniques de l’université de Nice (concept, crédits, accueil) voir : [URL : (...)

4Les mutations de la publication scientifique en sciences humaines et sociales sont nombreuses et parfois profondes. Je me fais une joie de partager ici mon expérience singulière en décrivant trois jalons dans mon parcours : la création de la plateforme Revel@nice4, une pépinière de revues ; la revue Techniques & Culture, un « modèle d’expérimentation pour la socialisation des connaissances » ; le projet « Revues 2.0 : repenser les revues savantes à l’ère du numérique ».

La création de la plateforme Revel@nice

5À une période où les sciences humaines et sociales s’essaient encore timidement à la publication électronique, l’UNSA crée Revel@nice, plateforme de publication en ligne pour les revues en sciences humaines et sociales (SHS). Elle recherche une personne pour assurer la coordination éditoriale, qui serait en charge des relations avec les chercheurs et chercheuses, leur formation et l’aide à la mise en ligne. Si ma candidature retient leur attention, en raison de ma formation initiale et professionnelle attractive, c’est aussi parce que les aspects plus technologiques liés à la publication sur le web ne me sont pas totalement inconnus. HTML et XHTML m’étaient presque familiers, encodage et Dublin Core ne me rebutent pas.

  • 5 En 2009, le consortium Couperin mène une étude sur les établissements innovants en termes de publi (...)
  • 6 Centre interinstitutionnel pour la diffusion de publications en sciences humaines.
  • 7 Content management system (système de gestion de contenu) est la catégorie de logiciels permettant (...)

6À sa création, en 2003, Revel@nice est un des rares outils de ce type à avoir été développé par une université, en l’espèce par son service commun de la Documentation (SCD)5 sous la direction de Louis Klee, et dont Michel Roland, conservateur des bibliothèques, a été le maître d’œuvre (Sophie Rappetti, son adjointe administrative, et Ghislain Chave, ingénieur de recherche, responsable informatique, en appui). C’est une situation de crise en 2001, due à l’abandon par le CID6 de la diffusion des revues de la faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines, qui décide le SCD à lancer un appel d’offres. La petite cellule en charge du projet découvre ensuite, grâce à l’ingénieur d’études en CDD recruté pour l’occasion, l’existence d’un CMS7 devenu fameux : Lodel, système de gestion de contenu dont on connaît la réussite depuis, notamment avec le succès d’OpenEdition. Charge à l’équipe de Revel d’assurer versionnage et évolution technologique tout en assistant et formant les équipes niçoises dans leur prise en main de leurs interfaces de publication ainsi qu’aux rudiments d’utilisation de la feuille de style adaptée et aux normes en vigueur de l’édition scientifique numérique.

  • 8 NdE : Pour plus d’information sur Revel@nice et ses développements, voir : [URL : http://revel.uni (...)

7Revel@nice et la plateforme Revues.org nouent un échange de réciprocité qui permet à la première de s’appuyer sur la technologie développée par la seconde (devenue OpenEdition Journals). La plupart des équipes de publication de l’université sont séduites par le projet, qui devient progressivement une pépinière de revues et permet à l’UNSA d’entrer dans le classement de Shanghai8. L’exercice de mes responsabilités de coordinatrice de la plateforme, rendu possible par une étroite collaboration avec chacun des informaticiens successivement en charge du développement du portail entre 2004 et 2010 (Khatir Aïb, Djalel Messaoudi, Richard Marsot), la découverte des arcanes universitaires, la rencontre et l’animation des équipes de chercheurs et chercheuses porteuses des publications, enfin la conduite d’études préalables nécessaires à la mise en place d’archives ouvertes institutionnelles, tout cela a représenté une période d’épanouissement professionnel particulièrement fructueuse et exaltante.

La revue Techniques & Culture

8En 2010 j’ai rejoint l’équipe de Techniques & Culture à Marseille. Cette décision était motivée par l’opportunité que représentait pour moi un poste de secrétaire de rédaction d’une revue électronique et, surtout, papier, afin de renouer avec ma vocation initiale (attachée aux métiers du livre). Sans doute la question de la mise en cohérence du fond et de la forme était pour moi importante.

9À cette date, la revue est au mitan de la vie de sa deuxième formule. Fondée en 1976 par Robert Cresswell sous le patronage d’André-Georges Haudricourt, André Leroi-Gourhan, Lucien Bernot et André Steensberg, c’est une revue d’anthropologie pluridisciplinaire, internationale et de rang A, centrée sur les cultures matérielles. En 2007 Frédéric Joulian, nouvellement rédacteur en chef, opère une refonte spectaculaire et emménage à Marseille dans les locaux de l’EHESS, à la Vieille Charité, accueilli par le Centre Norbert Elias. Le numéro 50, publié il y a dix ans autour des « Natures de l’homme », est le premier opus d’une longue série semestrielle en quadrichromie.

  • 9 Le premier numéro de Techniques & Culture est issu des actes de la table ronde « Technologie cultu (...)

10À mon arrivée, nous sommes deux secrétaires de rédaction alternant chacune la coordination éditoriale d’un numéro tous les six mois. En 2015, l’équipe est renouvelée, la revue change d’éditeur, se dote d’une nouvelle maquette et d’une nouvelle ligne éditoriale. Elle s’oriente vers un format qui lui est conseillé par ses interlocuteurs à l’Institut des sciences humaines et sociales (Odile Contat et Didier Torny), celui de la revue-livre. Elle élargit encore davantage ses échanges disciplinaires (par l’organisation de journées d’étude dont découlent ses numéros thématiques) et tente de s’adresser à des lecteurs plus divers tout en nouant des relations plus étroites avec les libraires et ses proches partenaires culturels (le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – Mucem, notamment). Le site Internet de la revue existe depuis 2008. Sa création a permis la publication numérique rétrospective de plus d’une quinzaine de numéros et l’édition de tous les sommaires depuis le tout premier9.

Figure 1. Extrait double page d’information sur la diffusion de la revue dans sa nouvelle formule 2015. a. Collection antérieure. b. Actuelle collection.

Figure 1. Extrait double page d’information sur la diffusion de la revue dans sa nouvelle formule 2015. a. Collection antérieure. b. Actuelle collection.
  • 10 Collection des POM de Techniques & Culture : sur Canal U-EHESS : [URL : https://www.canal-u.tv/pro (...)
  • 11 Ces formats sont diffusés sur la chaîne Canal U de l’EHESS, la chaîne YouTube des Éditions de l’EH (...)

11Les dernières mutations opérées au sein de la politique éditoriale de Techniques & Culture par Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin (corédacteurs en chef depuis 2013 et 2016) affichent l’ambition de deux formats distincts mais simultanés, chacun étant la vitrine respectivement sur papier et sur Internet de l’autre. En résumé, une édition commercialisable qui s’adresse au plus grand nombre, une édition numérique (pour partie en accès libre simultané à parution papier du numéro et de ses synthèses) hypertextualisée et publicisée par le développement d’un carnet de recherches et d’objets multimédias sur le modèle des POM10 (petits objets multimédia), tels que des capsules vidéo au format court et attractif, qui doivent décrire d’une manière succincte un propos, un article, édité sur papier et/ou exclusivement en ligne11. Les trois formats d’écriture de Techniques & Culture – analytique, hypertextuel ou portfolio – sont laissés au libre choix des contributeurs tout en conservant une double exigence de scientificité et de lisibilité, avec des images de qualité, et continuent grâce au format document, appelé aussi portfolio, d’ouvrir la voie en termes d’écriture visuelle avec le carnet de terrain, la photographie, la bande dessinée, etc. Préalable indispensable à la transformation de nos projets de publication en numéros : l’appel à contributions qui, après sélection des propositions transmises sous la forme de résumés, aboutit aux Rencontres de Techniques & Culture organisées en collaboration avec le Mucem. Ces journées d’étude se tiennent deux fois par an à l’Institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP), à Marseille, et font désormais partie intégrante du circuit éditorial de la revue.

  • 12 Selon les termes de Referens III, le référentiel 2016 des emplois-types de la recherche et de l’en (...)

12En tant qu’éditrice12 de Techniques & Culture, mon travail consiste notamment en la coordination éditoriale des opérations nécessaires à la parution des numéros : supervision de l’organisation des journées d’étude, mise en place des circuits d’évaluation, relecture (préparation de copie et réécriture des manuscrits), traitement des images voire recherche iconographique et crédit associé, mise en page, stylage en vue de l’édition électronique et de la commercialisation multisupport, remise du bon à tirer à l’imprimeur.

13Je dois également veiller à la bonne marche des activités autour de la revue qui viendront faciliter les échanges entre tous ses interlocuteurs (auteur-e-s, rédacteurs et rédactrices, membres de la rédaction ou du comité de lecture, évaluateurs et évaluatrices, traducteurs et traductrices, coordinateurs et coordinatrices scientifiques, fournisseurs divers, services iconographiques, fabricant, éditeur commercial, partenaires financiers et institutions, etc.).

  • 13 Il s’agit d’une technologie développée par l’équipe dite de La chaîne de Caen. Les presses de l’un (...)

14Parallèlement, tous les outils de traitement éditorial les plus récents sont en place, avec l’intégration dans notre circuit de la feuille de style Métopes13 en faveur d’un double voire d’un triple débouché : papier, électronique et ePub. Nous n’avons pas retenu la possibilité d’utiliser une plateforme de gestion des flux (type Open Journal System développé par Public Knowledge Project), car notre rythme de parution ne le justifie pas.

Figure 2. Frise du circuit éditorial de Techniques & Culture.

Figure 2. Frise du circuit éditorial de Techniques & Culture.

15La dimension prospective très prégnante chez Techniques & Culture est tout en même temps un élément stimulant et un exercice périlleux qui réclame un ajustement constant du circuit éditorial, de la répartition des rôles et responsabilités de chacun des membres au sein de la rédaction.

16Comme il est dit plus haut, ce sont les aspects les plus caractéristiques du métier d’éditeur qui sont ceux qui m’importent le plus : veiller à la lisibilité de l’écriture et à l’équilibre fond et forme. Dans ce contexte propice à l’expérimentation, nous recevons à l’automne 2017, par l’entremise d’OpenEdition, une offre de contribution à un projet canadien dont l’objectif est de « produire un modèle épistémologique pour les revues à l’époque du numérique ».

Le projet canadien francophone « Revues 2.0 »

Figure 3. Capture d’écran représentant une des étapes de l’édition pour le numéro 69 de Techniques & Culture, « Le temps des aliments », 2018.

Figure 3. Capture d’écran représentant une des étapes de l’édition pour le numéro 69 de Techniques & Culture, « Le temps des aliments », 2018.

L’édition est structurée sur le modèle du single source publishing avec un fichier XML balisé sous Métopes. La version électronique du numéro en format court est consultable sur Cairn.info : [URL : https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2018-1-page-34.htm], et le format long est en accès libre sur OpenEdition Journals : [URL : https://journals.openedition.org/​tc/​8850].

  • 14 Érudit est un consortium réunissant les universités de Montréal, Laval et du Québec à travers une (...)
  • 15 Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) française visant à faciliter le to (...)

17Ce projet, dont le nom affiche un postulat ambitieux, « Revues 2.0 : repenser les revues savantes à l’ère du numérique », propose un nouveau modèle éditorial pour les revues de sciences humaines. Le projet est motivé par plusieurs questions : Quelle est la mission actuelle des revues scientifiques, dans l’environnement numérique ? À quels besoins pourraient-elles répondre, sur le plan de la recherche ? Dans cette optique, « faire communauté », ou « l’enjeu conversationnel », trop minoré dans la transition numérique des revues, balise l’approche théorique du projet. Celui-ci associe pour la première fois trois acteurs majeurs : les deux principaux diffuseurs numériques francophones, Érudit14 et OpenEdition ; Huma-Num15 ; une dizaine de revues, dont Techniques & Culture, sollicitées pour se prêter à des essais.

18Le projet cherche à faire converger les aspects théoriques et épistémologiques de l’édition numérique savante avec les pratiques des divers acteurs en présence, ancrant la réflexion dans la réalité complexe des activités éditoriales et prenant pour modèle l’article. L’objectif final est la production d’un cahier des charges à destination des éditeurs, diffuseurs, agrégateurs, en vue de la création d’outils et de protocoles mieux adaptés aux besoins de la recherche, selon trois axes classiques : production, validation et diffusion des contenus. Il s’agit de développer un modèle de production de contenus s’adressant aussi bien aux auteurs d’articles « dont les compétences sont plus sémantiques que grahiques » qu’aux éditeurs de revues.

  • 16 Sur Revues 2.0 et Stylo (la philosophie, les principes de Stylo, les démonstrations, le balisage i (...)
  • 17 Lévy est connu dans le champ de l’information éthique appliquée aux NTIC (nouvelles technologies d (...)

19À l’appui, l’amélioration du prototype Stylo16, éditeur de texte Wysiwym (what you see is what you mean) développé par la chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques et dont l’objectif est d’aboutir à une « chaîne éditoriale pleinement adaptée aux caractéristiques des environnements numériques, facilitant, in fine, des pratiques de partage et de discussion qui forment le ciment des communautés », selon les mots de Marcello Vitali-Rosati qui dirige la chaire susmentionnée et sous les bons auspices de Pierre Lévy – philosophe, sociologue et chercheur en sciences de l’information et de la communication (SIC) français qui étudie l’impact d’Internet sur la société, les humanités numériques et le virtuel17.

20L’intelligence artificielle n’est pas loin, avec le « langage artificiel dont le sens devient calculable par une machine » (extrait du programme provisoire du projet soumis à l’automne 2017 à la rédaction).

  • 18 Médici est le réseau des métiers de l’édition scientifique publique. Le programme des journées 201 (...)

21De mon point de vue, la présentation du projet en septembre 2018 à l’occasion des VIIIe journées Médici18 éclaire à nouveaux frais les développements portés par d’autres outils, souvent antérieurs, et dotés d’une ambition idoine (un balisage sémantique riche adapté à l’édition savante papier et électronique, notamment), mais avec une approche pratique plus aboutie (méthodes et outils pour l’édition structurée permettant d’organiser la production scientifique et sa diffusion papier et numérique sur le modèle du single source publishing).

  • 19 Le contrat indiquait par la suite : « Cette participation peut être quantifiée à hauteur de (…) », (...)

22Les raisons qui ont présidé au fait que nous n’avons pas donné suite sont multiples. Les développements de la revue, récents et un peu tous azimuts, ainsi que les forces en présence ne permettaient pas à la revue de sacrifier trop d’énergie à un projet, à l’automne 2017, encore à l’état d’ébauche et fondé sur une approche simultanément trop théorique et circonstanciée. Les termes du contrat transmis de manière subsidiaire au secrétariat de rédaction de la revue Techniques & Culture, pourtant censée « s’engage[r] à mettre son équipe de rédaction à la disposition du projet ; concrètement, [à] faire profiter les membres du partenariat de [sa] structure éditoriale et mettre à disposition le temps de travail de [son/sa] coordinateur/coordinatrice pour les discussions avec les chercheurs du projet »19, ont fini de nous donner une telle impression de désinvolture et d’utilitarisme que nous ne pouvions guère croire au sérieux du propos, ni à une approche efficiente des réalités du métier. On ne peut aujourd’hui encore qu’espérer une prise en compte authentique des pratiques scientifiques et d’édition, qui propose un bon contrepoint à ce type de nouvelle approche trop souvent présentée comme principale défenseuse de la science citoyenne et ouverte.

  • 20 Voir Mandeep R. Mehra, Hillary R. Campbell, « The Mona Lisa decrypted : Allure of an imperfect rea (...)

23Pour le pire comme pour le meilleur, l’édition (scientifique) à l’ère des humanités numériques n’a pas fini d’alimenter expérimentations, débats et prospectives, à l’instar d’une autre figure emblématique de son temps, légendairement énigmatique : le sourire de la Joconde20.

*

24À dire vrai, depuis mon entrée au service du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en 2003, quinze années se sont écoulées qui m’ont permis d’assister voire de participer à de nombreuses mutations du métier de l’édition scientifique publique. J’apprécie certaines évolutions qui me semblent aller dans le bon sens, en particulier tout ce qui permet d’asseoir de manière pérenne et sereine le libre accès aux résultats de la recherche dans le respect de tous les acteurs du domaine, qu’ils soient publics ou privés, et d’œuvrer à une collaboration équilibrée et ouverte entre tous ces partenaires. Cependant malgré les efforts constants de nombre d’entre eux, singulièrement de la part des professionnels en position de responsabilité, le métier d’éditeur me paraît en peine, tributaire des principes de l’économie nouvelle qui l’assujettissent tantôt aux rigueurs de l’austérité, tantôt aux injonctions de rentabilité.

25Je suis donc observatrice et actrice, parfois contre mon gré, des mutations effrénées souvent opérées au détriment de la qualité des tâches dévolues au métier d’éditeur et d’éditrice : réduction du temps de préparation de copie et de relecture au bénéfice d’activités redondantes et répétitives – dues, par exemple, à l’absence de rétroconversion des corrections pour l’édition en ligne à partir de la version papier –, en faveur de la simultanéité des parutions papier et électronique ; réduction du nombre des postes voire non-renouvellement des postes affectés par des départs en retraite, dans un contexte de diminution des coûts, à partir de directives ministérielles plus ou moins bien pensées et de politiques contreproductives des tutelles… Autant de prescriptions souvent contradictoires dont souffrent le métier d’éditeur et ses acteurs, comme sous le poids d’une épaisse chape de plomb.

26Les modèles prédominants et les principaux débats qui fondent le discours ambiant occupent les esprits, en majeure partie autour des enjeux de l’économie de la recherche, troublant trop souvent la donne, masquant ou étouffant dans leur gangue, voire tuant dans l’œuf, tout à la fois réalités du métier et velléités de coconstruction des savoirs. C’est l’artisanat propre à notre travail qui est en danger, ce dont les gens du métier, depuis l’éditeur jusqu’à l’opérateur ou opératrice lambda, sont les détenteurs et, par leur savoir-faire, uniques gages de maintien d’un service de qualité, à l’aune de toutes les mises (pour pari-enjeu) et à l’aube d’une nouvelle ère.

27Lors de la journée d’étude du 30 mars 2018, Tracés posait une question centrale : « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales », avec cette généreuse possibilité de l’aborder largement par la description de métiers associés, de leurs contraintes, de leurs paris, exposant la diversité des productions existantes et faisant office d’état des lieux. Elle tentait une belle aventure. L’entreprise a, de mon point de vue, consisté à mettre au jour et à remettre au goût du jour les conceptions variées et l’amour, au sens de communion, qui sont souvent les raisons d’être fondatrices, fédératrices, agissantes, d’équipes en charge de la transmission d’un savoir, en faveur de sa recréation et de son partage le plus large.

28Pour ma part, j’en conclus qu’il me faut rester extrêmement vigilante en veillant à la libre expression de toutes les facettes de mon métier à travers la multitude de ses formes, de ses contraintes, à l’écoute de mes collègues et de mes partenaires. C’est pour moi une nécessité absolue pour bien œuvrer à ce commun, continuer à faire vivre et prospérer la diversité de l’édition scientifique publique : c’est ma vocation, mon métier.

  • 21 Extrait du document de travail des États généraux de l’édition en sciences humaines et sociales (É (...)
  • 22 Lire Roland Gori, Bernard Lubat et Charles Silvestre, 2017, Manifeste des œuvriers, Arles-Paris, A (...)

29Alors que « les évolutions techniques et économiques du secteur mettent en question le métier même d’éditeur et toute forme de travail éditorial accompli sur les textes, de même que toute forme de validation de leur qualité scientifique. Le nouveau système d’opportunités et de contraintes qui s’est mis en place doit donc [non seulement] faire l’objet d’une description précise pour qu’on parvienne à en maîtriser les effets de manière collective »21, mais aussi et principalement nourrir débats et réflexions sur le métier et ses nouvelles contingences, menés par les professionnels et les amateurs du domaine. Ceux-ci doivent prioritairement s’emparer de ces enjeux pour se réapproprier les outils premiers d’un métier qui constitue l’essence de leur matière à penser22.

Haut de page

Notes

1 Une première version de ce texte a été présentée lors de la journée d’étude « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » à l’invitation de Tracés, le 30 mars 2018. Je tiens ici à remercier chaleureusement Natalia La Valle et Christelle Rabier pour leurs relectures industrieuses et attentives, salutaires à son achèvement.

2 Éditions de l’Escampette, Carrefour des littératures, Éditions Privat, Musées de Strasbourg, Castor & Pollux éditeur, etc.

3 Sur Techniques & Culture, voir la Lettre de l’InSHS-CNRS, no 47, mai 2017 : [URL : www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs47hd.pdf]; le site de Techniques & Culture : [URL : https://journals.openedition.org/tc/]; le carnet de Techniques & Culture : [URL : https://tc.hypotheses.org/].

4 Sur Revel, revues électroniques de l’université de Nice (concept, crédits, accueil) voir : [URL : http://revel.unice.fr/#].

5 En 2009, le consortium Couperin mène une étude sur les établissements innovants en termes de publication et de valorisation des données de la recherche, étude qui montre cette spécificité. Sa restitution a fait l’objet d’une journée d’étude tenue les 2 et 3 avril 2009 à l’université Paris Descartes, suivie de débats avec Silvio Carella, Jean-Marie Le Béchec et Jean-Claude Guédon, qui ont été pour moi très instructifs et profondément marquants. Sur Couperin, voir GTAO, le « Zoom établissements », table ronde, sous la direction de Marie-Luce Rauzy, Silvio Carella, Jean-Marie Le Béchec : [URL : https://journeesao.wordpress.com/2009/04/19/gtao-le-zoom-etablissements-table-ronde-marie-luce-rauzy-silvio-carella-jean-marie-le-bechec/].

6 Centre interinstitutionnel pour la diffusion de publications en sciences humaines.

7 Content management system (système de gestion de contenu) est la catégorie de logiciels permettant de concevoir, gérer et mettre à jour des sites Web ou applications mobiles.

8 NdE : Pour plus d’information sur Revel@nice et ses développements, voir : [URL : http://revel.unice.fr/#section1].

9 Le premier numéro de Techniques & Culture est issu des actes de la table ronde « Technologie culturelle » qui a eu lieu en 1982, à Ivry.

10 Collection des POM de Techniques & Culture : sur Canal U-EHESS : [URL : https://www.canal-u.tv/producteurs/ehess/editions_de_l_ehess/revues/techniques_culture]; sur YouTube-Éditions de l’EHESS : [URL : https://www.youtube.com/results?search_query=techniques+et+culture+%C3%A9ditions+de+l%27ehess].

11 Ces formats sont diffusés sur la chaîne Canal U de l’EHESS, la chaîne YouTube des Éditions de l’EHESS et sont également consultables dans le carnet Hypothèses de la revue.

12 Selon les termes de Referens III, le référentiel 2016 des emplois-types de la recherche et de l’enseignement supérieur.

13 Il s’agit d’une technologie développée par l’équipe dite de La chaîne de Caen. Les presses de l’université de Caen sont à l’origine, dans les années 2000, d’une cellule édition liée au développement spécifique d’une méthode pour l’édition scientifique multisupport appelée Métopes (dirigée par Dominique Roux, copilote avec Odile Contat de BSN 7 : segment « édition scientifique publique » de la Bibliothèque scientifique numérique). Celle-ci est accueillie depuis par une structure spécifique, le pôle Document numérique (PDN) : pôle pluridisciplinaire et plateforme d’ingénierie de la Maison de la recherche en sciences humaines (MRSH, CNRS-université de Caen Normandie). L’infrastructure de recherche Numedif, elle-même portée par la MRSH et par la Fondation Maison des sciences de l’homme, héberge les services-supports (pôle Document numérique, Caen, et FMSH-Diffusion, Paris).

14 Érudit est un consortium réunissant les universités de Montréal, Laval et du Québec à travers une plateforme canadienne de publications francophones qui centralise l’accès aux contenus scientifiques en SHS, développe de nouveaux outils de recherche et d’exploitation de données, favorise la diffusion en libre accès et valorise les publications à l’international. Le portail de ressources francophones Persée est, en France, l’un des partenaires principaux d’Érudit.

15 Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) française visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences sociales : stocker, traiter, diffuser, archiver, signaler, exposer. Ses deux principaux partenaires sont le Centre informatique national pour l’enseignement supérieur (Cines) et le Centre de calcul de l’IN2P3 (spécialisé dans la fourniture de services informatiques), qui contribuent aux travaux de la TGIR autour de l’archivage pérenne des données numériques.

16 Sur Revues 2.0 et Stylo (la philosophie, les principes de Stylo, les démonstrations, le balisage intratextuel et la création de concept), voir : [URL : https://co-shs.ca/fr/recherche/produire/stylo/] ; [URL : http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/stylo/]; [URL : https://stylo.ecrituresnumeriques.ca/] ; [URL : https://www.youtube.com/watch?v=qcwEqbcxBF8].

17 Lévy est connu dans le champ de l’information éthique appliquée aux NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) pour sa théorisation de l’intelligence collective et de la création de la langue de celle-ci, ou « surlangue » : l’IEML (Information Economy Meta Language), un langage lancé en 2006.

18 Médici est le réseau des métiers de l’édition scientifique publique. Le programme des journées 2018 est consultable en ligne : [URL : https://medici2018.sciencesconf.org/].

19 Le contrat indiquait par la suite : « Cette participation peut être quantifiée à hauteur de (…) », charge à l’interlocuteur en question de préciser la valeur adéquate.

20 Voir Mandeep R. Mehra, Hillary R. Campbell, « The Mona Lisa decrypted : Allure of an imperfect reality », Mayo Clinic Proceedings, vol. 93, no 9, 2018, p. 1325-1327.

21 Extrait du document de travail des États généraux de l’édition en sciences humaines et sociales (É. Anheim et L. Foraison éd., novembre 2018).

22 Lire Roland Gori, Bernard Lubat et Charles Silvestre, 2017, Manifeste des œuvriers, Arles-Paris, Actes Sud-Les Liens qui libèrent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Extrait double page d’information sur la diffusion de la revue dans sa nouvelle formule 2015. a. Collection antérieure. b. Actuelle collection.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8947/img-1.jpg
Fichier image/, 612k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8947/img-2.jpg
Fichier image/, 445k
Titre Figure 2. Frise du circuit éditorial de Techniques & Culture.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8947/img-3.jpg
Fichier image/, 267k
Titre Figure 3. Capture d’écran représentant une des étapes de l’édition pour le numéro 69 de Techniques & Culture, « Le temps des aliments », 2018.
Légende L’édition est structurée sur le modèle du single source publishing avec un fichier XML balisé sous Métopes. La version électronique du numéro en format court est consultable sur Cairn.info : [URL : https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2018-1-page-34.htm], et le format long est en accès libre sur OpenEdition Journals : [URL : https://journals.openedition.org/​tc/​8850].
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/8947/img-4.jpg
Fichier image/, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Luce Rauzy, « Un parcours éditorial au service des sciences humaines », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/8947 ; DOI : 10.4000/traces.8947

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Rauzy

éditrice de Techniques & Culture, Centre Norbert Elias, EHESS

Haut de page