Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Transverses

Les revues et les images

Journals and images
Sophie Cras et Constance Moreteau
p. 101-114

Résumés

Cet article synthétise les principales conclusions d’une étude menée en 2017 sur les pratiques éditoriales et la diffusion numérique des revues d’histoire de l’art publiées en France. Il propose l’hypothèse selon laquelle le manque de visibilité dont souffrent souvent ces revues serait à mettre en lien avec une autre invisibilité : celle des images, qui peinent à être reproduites (en particulier en ligne) du fait des droits afférents.

Haut de page

Texte intégral

Figure 1. Capture d'écran d'une page de l’article d’André Chastel, 1987, « L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, vol. 75, no 1, p. 9-16.

Figure 1. Capture d'écran d'une page de l’article d’André Chastel, 1987, « L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, vol. 75, no 1, p. 9-16.
  • 1 André Gunthert (2007) prenait déjà un exemple similaire pour l’ouverture de son article de blog «  (...)

1Une page criblée de rectangles vides : voilà ce qu’il reste de l’article d’André Chastel, « L’art du geste à la Renaissance », paru dans la Revue de l’art en 1987, une fois numérisé et mis en ligne sur la plateforme en accès libre Persée. Les images en ont été systématiquement exclues faute d’autorisation à la diffusion, quoiqu’il s’agisse de tableaux anciens, libres de tout droit d’auteur. Le texte, qui propose une analyse critique des transformations des codes de la gestualité à la Renaissance, s’appuie essentiellement sur des arguments visuels, ancrés dans l’observation attentive d’œuvres reproduites en nombre. Dépouillé de celles-ci, il devient proprement illisible, au point que le lecteur devra s’en remettre à l’exemplaire imprimé de la revue conservé en bibliothèque. Les efforts financiers et humains investis dans la numérisation et l’open access l’auront ici été à fonds perdu1.

2L’absence criante des images est un phénomène qui, dans des modalités différentes, affecte toutes les revues et nuit particulièrement à celles qui en auraient le plus besoin, comme les revues d’histoire de l’art. Tel est l’un des constats centraux du rapport que nous avons rendu en 2017 sous le titre « Des revues pour l’histoire de l’art. Pratiques éditoriales et diffusion numérique » (Cras et Moreteau, 2017), et dont nous nous proposons ici de reprendre les principales conclusions. Notre espoir est, en effet, qu’à l’heure où nombre de disciplines de sciences humaines et sociales (SHS) se saisissent de la question de l’image, des solutions pourront être trouvées pour lui donner une place équivalente à celle du texte, dans nos efforts de diffusion et de valorisation de la production intellectuelle.

Un panorama des revues françaises d’histoire de l’art

  • 2 Les participants de ces ateliers sont : Philippe Babo (adjoint au chef du département de la Créati (...)

3Le rapport « Des revues pour l’histoire de l’art. Pratiques éditoriales et diffusion numérique » est issu d’un travail d’équipe mené pendant deux ans sous l’égide du département des Études et de la Recherche de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) au sein du domaine « Pratiques de l’histoire de l’art » animé par Frédérique Desbuissons, avec l’aide d’Emmanuel Ussel et Katia Schaal. À cette équipe ont été associés des participants extérieurs (chercheurs, éditeurs, diffuseurs, acteurs du financement des revues, des bibliothèques, spécialistes des outils numériques, etc.), qui se sont réunis lors de six ateliers thématiques en 2015 et en 20162. L’objet de ce travail était de présenter un état des lieux des revues scientifiques françaises publiant de l’histoire de l’art, en mettant l’accent sur deux mutations en cours : celle des processus éditoriaux et celle de la diffusion numérique (et des changements économiques et juridiques qui l’accompagnent). Si les revues en SHS ont fait l’objet de nombreuses études ces dernières années, l’histoire de l’art n’y occupe jamais qu’une place très marginale. Il s’agissait donc pour notre équipe de faire, pour la première fois, un panorama des revues françaises actives dans ce champ disciplinaire, pour cerner les contraintes plus spécifiques auxquels elles font face, et identifier, peut-être, les facteurs expliquant leur marginalisation relative, voire leur invisibilité.

4De fait, le premier défi que nous avons rencontré tint à la définition de notre corpus d’étude, en l’absence de tout référencement existant des revues françaises d’histoire de l’art. Cette absence reflète en premier lieu l’histoire complexe du référencement des revues scientifiques en France, intimement liée à celle de leur évaluation, et de l’évaluation individuelle des chercheurs par leurs publications (Fridenson, 2009). Lorsqu’en 2008, l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) mit en place un classement des revues par discipline (sur le modèle de l’Erih – European Reference Index for the Humanities –, né en 2000), le sort réservé à l’histoire de l’art fut particulièrement révélateur des failles du système. On se souvient de la tribune de Didier Rykner « L’histoire de l’art n’existe pas (mais est-ce si grave ?) » parue début 2009 : l’auteur montrait que le classement avait totalement évincé l’histoire de l’art, qui n’apparaissait pas en tant que discipline (Rykner, 2009). La liste des quelques revues sélectionnées dans la catégorie « Histoire, histoire de l’art, archéologie », émaillée d’erreurs et de lacunes évidentes (on n’y trouvait ni la Revue de l’art, ni Histoire de l’art, ni Studiolo par exemple), reflétait le manque de discernement dans la sélection. La mobilisation des chercheurs contre ces listes fut massive, et aboutit à la marche arrière de l’AERES, qui ouvrit la possibilité aux différentes disciplines de les amender, et de leur ôter tout caractère hiérarchisant pour n’établir qu’une « liste de périmètre » référençant les revues reconnues par la discipline (Galvez-Behar, 2011). Certaines, comme l’histoire de l’art, ont tout simplement choisi de ne pas établir de liste.

5La contrepartie de ce louable rejet de listes évaluatives, nécessairement insatisfaisantes et potentiellement néfastes, est le manque de visibilité des revues françaises publiant de l’histoire de l’art. Aucun référencement satisfaisant n’existe en effet pour les revues de ce champ. Erih PLUS, le successeur d’Erih, qui a renoncé également à son classement évaluatif, propose une catégorie de revues « Art and Art History », qui recense 724 entrées, dont 32 pour la France, mais avec des problèmes de référencement évidents (informations fausses ou manquantes, revues ayant cessé de paraître comme La revue du musée d’Orsay ou le Journal de la Renaissance) et des lacunes (Histoire de l’art, par exemple, n’y apparaît pas). La discipline peine à être identifiée, comme en témoigne l’annuaire des revues publié par l’association Ent’revues (qui organise le Salon de la revue, réalise des études et enquêtes sur les revues, publie La Revue des revues et propose des formations). Une catégorie « Histoire de l’art », ajoutée récemment, ne compte que 3 titres ; d’autres revues sont éclatées entre les catégories « Histoire » et « Arts plastiques » ; la plupart des revues scientifiques utilisées par la communauté de recherche n’y sont pas référencées.

  • 3 Cette tâche aurait largement outrepassé le mandat donné à notre groupe de travail, qui ne prétenda (...)

6Or, ce défaut de visibilité est un problème important pour les chercheurs, qu’ils soient lecteurs ou publiants. Il touche principalement ceux qui ont le moins accès à l’information (les jeunes chercheurs, les étrangers, les chercheurs issus de disciplines connexes). Les chances de diffusion en-dehors du champ de la recherche au sens strict, vers les étudiants, les amateurs ou les curieux, paraissent d’autant plus compromises. Notre groupe de travail s’est donc chargé d’établir un recensement des revues scientifiques françaises publiant de l’histoire de l’art, pour mieux les connaître et les faire connaître. D’emblée, nous avons renoncé à définir un périmètre de scientificité, qui aurait fixé des critères à partir desquels inclure ou exclure des revues de notre champ3. Notre choix a été de mener l’enquête en incluant, sans sélection, toute revue se présentant comme scientifique et affichant son souhait de publier des articles académiques en histoire de l’art. Nous sommes ainsi parvenus à une liste (nécessairement non exhaustive) de 74 revues, dont près de la moitié (34) sont des revues dont l’histoire de l’art ne représente pas la discipline centrale (et qui se rattachent plus volontiers à l’esthétique ou la philosophie de l’art, à la sociologie, l’anthropologie, aux études culturelles ou littéraires, etc.), mais qui publient, ponctuellement ou de manière récurrente, des articles scientifiques d’histoire de l’art.

7L’invisibilité des revues d’histoire de l’art tiendrait-elle seulement à une absence de référencement ? Sur le plan de la structure éditoriale et du modèle économique, les revues d’histoire de l’art semblent particulièrement sujettes à la précarité et à l’éclatement constatés dans les revues de SHS en général. Pour mémoire, un rapport de 2005 estimait le nombre de ces dernières à 2 000, dont 500 jugées importantes (Minon et Chartron, 2005, p. 68-69). Cette vitalité s’accompagne toutefois d’un phénomène de morcellement : un rapport de 2009 dénombrait « en France 1,34 revue de recherche en SHS par unité de recherche », avec un nombre médian d’abonnements payants pour chaque revue considéré comme faible (Groupement français de l’industrie de l’information, 2009, p. 8 et p. 28 ; Barluet, 2006, p. 82). Ces caractéristiques se retrouvent dans le champ de l’histoire de l’art : les initiatives sont nombreuses et souvent de réelle qualité intellectuelle, mais le professionnalisme de l’édition et de la diffusion fait parfois défaut, comme le souligne le Centre national du livre (CNL), qui soutient entre 6 et 8 revues et magazines dans la catégorie « Art », en se fondant prioritairement sur des critères liés à la périodicité, à la longévité, à la diffusion (plus de 300 exemplaires) ainsi qu’à la qualité de la mise en page et de la relecture.

8Du point de vue de la structure éditoriale et du modèle économique, là encore, les revues publiant de l’histoire de l’art semblent partager (et même amplifier) la fragilité qui touche les revues de SHS en général – le caractère non directement applicable des résultats et la moindre dimension des communautés scientifiques amenuisant les perspectives de rentabilité (Pérès, 2014). Sur les 74 revues françaises que nous avons répertoriées, seules 16 (environ 1 sur 5) sont adossées à un éditeur privé, qu’il soit universitaire (Presses universitaires de France), spécialisé (comme Macula) ou généraliste (L’Harmattan, La Découverte, Actes Sud). S’y ajoutent 11 revues associées à des éditeurs professionnels universitaires ou de recherche (par exemple les Presses universitaires de Vincennes, les Publications de la Sorbonne ou les Éditions de la Maison des sciences de l’homme) et 12 qui s’appuient sur l’équipe éditoriale d’un musée (comme le musée du quai Branly), d’un ministère, d’une institution française à l’étranger (comme l’Académie de France à Rome) ou de la Réunion des musées nationaux. Restent 35 revues, soit la moitié, qui sont éditées par un centre de recherche ou un laboratoire (15), par une association ou une société savante (17) ou autoéditées (3).

Figure 2. Structure éditoriale des 74 revues françaises publiant de l’histoire de l’art recensées par l’étude Cras et Moreteau (2017)

Figure 2. Structure éditoriale des 74 revues françaises publiant de l’histoire de l’art recensées par l’étude Cras et Moreteau (2017)

9Dans ce paysage fragile, la place du financement et des acteurs publics est majoritaire et indispensable. Certes, dans le cas des associations et des sociétés savantes ou d’amis, les cotisations des membres sont des sources de financement, mais elles sont généralement insuffisantes pour atteindre une certaine taille critique. On peut prendre l’exemple des Nouvelles de l’estampe, éditées par le Comité national de l’estampe (une société savante) mais qui bénéficie du soutien, outre du CNL, de la Bibliothèque nationale de France, qui met à sa disposition des locaux et un rédacteur en chef. Comme montré dans l’étude BSN 7, le statut du secrétariat de rédaction est un indicateur parlant (Contat et Gremillet, 2015, p. 6 et suivantes). La revue Arts asiatiques, éditée par l’École française d’Extrême-Orient, bénéficie ainsi d’un secrétariat de rédaction au musée Guimet. La Revue de l’art (éditions Ophrys, adossée au centre Chastel) bénéficie d’un poste de secrétariat de rédaction financé par le CNRS. A contrario, pour la revue Mise au point (de l’Association française des enseignants-chercheurs en cinéma et audiovisuel), le secrétariat de rédaction est assuré par une enseignante-chercheuse en sus de son travail (Gwénaëlle Le Gras, MCF à l’université Bordeaux Montaigne). Les revues de musées ou traitant de questions patrimoniales ou muséographiques bénéficient souvent du soutien (direct ou indirect) du ministère de la Culture. Ainsi, la revue Culture & Musées est publiée grâce au soutien de la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

10En ce qui concerne la diffusion, le premier constat est celui de la persistance du papier. Sur 74 revues répertoriées, seules 14 (moins de 20 %) ne proposent pas de format imprimé. Il s’agit pour la grande majorité de jeunes revues fondées directement et uniquement en ligne (comme la revue Regards croisés, née en 2013). Dans l’ensemble couvert par l’étude, seules 2 revues ont abandonné leur version papier pour être publiées uniquement en ligne : Bucema, le Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, passé au tout numérique en 2012, et [Plastik], lors de sa refondation en 2010. Dans un paysage où l’intérêt pour la qualité des reproductions, de la mise en page et du graphisme reste central, l’attachement au papier demeure très vif. C’est ce que montre la création en 2017 de la revue d’histoire de la photographie Transbordeur, éditée par Macula et diffusée uniquement sous forme imprimée.

11Pour autant, le numérique a gagné du terrain. Seules 24 revues (un tiers) n’ont aucune diffusion des articles en ligne (parmi elles, 3 nous ont signalé un développement en cours). Ces revues sont pour beaucoup issues d’organes de sociétés savantes ou d’amis de musées (comme le Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, Le musée Condé ou encore Versalia, revue de la Société des amis de Versailles). Toutefois, certaines revues majeures de la discipline n’offrent aucun accès en ligne à leurs numéros, comme Les cahiers du Musée national d’art moderne, dont seuls les sommaires sont partiellement accessibles, ou encore la revue Histoire de l’art, éditée par l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités, qui a pourtant pour vocation de valoriser et diffuser le plus largement possible les travaux de jeunes chercheurs. Une revue aussi importante que La revue de l’art, fondée en 1965 n’offre en ligne qu’une partie limitée de ses anciens numéros numérisés (sur Persée, de 1985 à 1999). Aucun numéro depuis les années 2000 n’est accessible en ligne.

Figure 3. Choix de diffusion des 74 revues françaises publiant de l’histoire de l’art recensées par l’étude Cras et Moreteau (2017)

Figure 3. Choix de diffusion des 74 revues françaises publiant de l’histoire de l’art recensées par l’étude Cras et Moreteau (2017)

Une histoire de l’art sans images

12Au cœur des enjeux matériels des revues d’histoire de l’art, et récurrente dès qu’il s’agit d’interroger leur fragilité économique et leur faible visibilité, se loge la question des images, de la reproduction des œuvres. Jamais mentionnée dans les études consacrées aux revues de SHS, cette question nous est apparue comme structurante, expliquant à elle seule de nombreux choix de diffusion, de modèle économique, voire de positionnement éditorial ou disciplinaire.

13Pour mémoire, les droits afférants aux images sont constitués de plusieurs couches, cumulatives : le droit patrimonial de ce qui est représenté (l’œuvre originale), qui appartient à l’artiste ou ses ayants droit jusqu’à 70 ans après sa mort, puis passe dans le domaine public ; le droit de celui ou celle qui a réalisé le cliché (la prise de vue), qui appartient au photographe ou ses ayants droit jusqu’à 70 ans après sa mort ; le droit de celui ou celle qui a fait réaliser ce cliché (et en détient l’image haute définition), qui peut appartenir à une institution (bibliothèque, musée, archive, agence de photo).

14Chacune de ces couches peut donner lieu à une rétribution (les montants varient considérablement, mais on atteint facilement 100 à 150 euros par image). Outre le coût financier, la charge de travail consacrée à ces démarches est lourde : il faut rechercher tous les bénéficiaires et les payer, ou engager une négociation avec eux. La grande majorité des revues ne peut prendre en charge l’investissement en temps et en argent que représente l’acquisition des droits de reproduction des images, qui est donc laissée aux auteurs, selon un modèle non dit d’auteur-payeur, conduisant de fait à des articles souvent mal illustrés. « Pour information, nous avons la possibilité de publier un ou plusieurs visuels, si et seulement si vous disposez des droits », nous a ainsi signalé la revue Tracés, lorsqu’elle nous a invitées à soumettre le présent article.

15Les problèmes s’aggravent dans les cas de diffusion en ligne. En effet, les droits ne sont cédés, en général, que pour un type de support, un format et une durée (par exemple, pour un article en ligne, pour une durée de 5 ans seulement). Ces dispositions excluent complètement le dépôt d’articles illustrés dans des archives comme HAL, qui supposent la permanence du dépôt, et dissuadent la diffusion en ligne, particulièrement en open access. Plusieurs revues, comme Dix-septième siècle, préfèrent ainsi ne publier les images que dans leur version papier, et les expurger de la version en ligne.

16Dans ce cadre, la publication de revues d’histoire de l’art correctement illustrées en open access devient une prise de risque engagée. La revue Études photographiques en est un exemple. En juin 2006, André Gunthert annonce le retrait de la revue du portail Revues.org, où elle faisait pourtant figure de pionnière depuis 2002, après avoir mis ses articles en ligne sur son site dès 1997 (Gunthert, 2006). Le choix intervient en protestation face au durcissement des conditions de publication des images initié par la loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (loi DADVSI, 2006). Comme l’explique l’auteur :

Alors que n’importe quel éditeur est libre de réimprimer sans bourse délier un roman de Victor Hugo ou un recueil de poèmes de Charles Baudelaire, à quelques exceptions près, le domaine public n’existe pas réellement pour les images. Une œuvre ne quitte le territoire du droit d’auteur que pour entrer dans celui du droit patrimonial : elle appartient toujours à une collection ou un ayant-droit qui en octroie les reproductions selon son bon vouloir. (Gunthert, 2006)

17Il chiffre entre 2 000 et 4 000 euros par an le budget consacré aux images par la revue papier Études photographiques. Mais, poursuit-il, cette situation prend une tournure particulière dans le cas de l’édition en ligne :

En l’état actuel des usages, la plupart des collections lient la publication en ligne au paiement d’une redevance annuelle. Ce qui signifie que, pour une publication électronique illustrée, chaque nouvelle édition alourdit une ardoise qui ne s’efface jamais. Aujourd’hui, aucune revue illustrée en ligne ne satisfait entièrement aux conditions draconiennes requises par le droit. (Ibid.)

  • 4 Notons que la revue a cessé d’exister depuis le no 35 de 2017, en partie pour des raisons budgétai (...)

18Refusant de poursuivre plus longtemps l’édition en ligne d’une revue d’études visuelles sans image, et constatant que les évolutions législatives s’éloignent de la possibilité d’une exception pour l’usage des images dans un cadre scientifique, la revue fait donc le choix de se retirer. Il faut attendre 2008 pour qu’Études photographiques revienne en ligne, s’appuyant sur les recommandations de l’Institut Max-Planck pour publier des illustrations relevant du domaine public – un choix qui, comme André Gunthert le reconnaissait lui-même lors d’un de nos ateliers, est de l’ordre du « bricolage militant » (voir Gunthert, 2008a et 2008b)4.

19Reste enfin un enjeu scientifique de taille : le droit patrimonial permet aujourd’hui à un artiste (ou son ayant-droit, situation la plus courante) de s’opposer totalement à la publication d’une reproduction lorsque le contenu de l’article ne lui convient pas. Cette situation entrave la liberté et l’indépendance de la recherche : face à des œuvres trop coûteuses, voire impossibles à reproduire, des terrains sont abandonnés par les chercheurs.

20Cette situation reflète deux problèmes. Premièrement, la difficile reconnaissance du fait que la reproduction d’une image puisse être, au même titre que la citation d’un texte par exemple, indissociable de l’argument scientifique, et donc vouée à bénéficier d’une protection particulière. Deuxièmement, la précarité de l’ensemble des acteurs de l’art et de la culture (artistes, photographes, institutions muséales et d’archives, etc.) qui les conduit à faire des chercheurs une source de financement, au lieu d’être soutenus autrement et directement par les pouvoirs publics.

21Selon Lionel Maurel, juriste et conservateur de bibliothèque, militant pour une nouvelle conception du droit d’auteur à l’ère numérique, les changements législatifs récents ne sont pas allés dans le sens d’une évolution favorable aux chercheurs faisant usage d’images. La loi Valter de juillet 2015 a entériné la possibilité pour les institutions de prélever des redevances sur la mise à la disposition des œuvres du domaine public, ce qui, dans les faits, revient à réduire à néant la notion même de domaine public (Maurel, 2016a). Cette tendance s’est encore durcie avec l’apparition du droit à l’image des biens (loi « création », juillet 2016) qui permet aux domaines nationaux de faire payer les réutilisations commerciales de leur image. Un arrêt du Conseil d’État (du 26 décembre 2016) a poursuivi cette tendance en autorisant le Musée des beaux-arts de la ville de Tours à interdire à des photographes professionnels de produire des images à usage commercial des œuvres de sa collection, allant dans le sens inverse de l’injonction à la diffusion par la photographie proposée par la charte « Tous photographes » publiée par le ministère de la Culture en 2014 (Maurel, 2016b ; Noual, 2018).

22Pour espérer avancer sur ce sujet, il faudra donc se mobiliser et faire valoir des possibilités d’évolution. Deux types d’exception existent déjà dans le droit français, qui pourraient être étendues. L’exception de citation, d’abord, qui est au fondement du fair use aux États-Unis par exemple, et qui permettrait, sur le modèle d’une citation de texte, de citer une image dès lors qu’il s’agit de la critiquer, de la commenter. En France, toutefois, la Cour de cassation est pour l’instant restée inflexible sur ce sujet : la citation ne peut concerner une image (ni même un détail, ou une version minimale de l’image). L’exception pédagogique et de recherche (qui permet d’inclure librement des images lors de cours, colloques, thèses), ensuite, qui s’applique dans un cadre strictement non commercial. L’exception pédagogique et de recherche est régie par des accords sectoriels (et fait l’objet de contreparties financières de la part de l’État) mais ces accords n’incluent pas, à ce jour, les articles de recherche, même publiés à titre gratuit en open access.

23C’est par le biais de l’exception de citation qu’un certain nombre de pays ont récemment fait évoluer leurs pratiques concernant la publication d’images dans le cadre scientifique (comme en Allemagne, ou aux États-Unis avec la publication du Code of Best Practices in Fair Use for the Visual Arts en février 2015). Juridiquement, cette voie serait certainement la plus cohérente pour l’évolution du droit français. La décision d’Eva Maria Painer prise par la Cour de justice de l’Union européenne (1er décembre 2011) ouvre, de fait, une brèche dans la reconnaissance d’un droit de citation audiovisuelle ; or, la décision de la Cour de Justice de l’UE s’applique à tous les États membres. Cependant, ce qui est juridiquement possible n’est pas nécessairement possible politiquement : en France, le ministère de la Culture s’oppose fermement à toute évolution en ce sens.

24Selon Lionel Maurel, il paraît donc plus porteur de concentrer ses efforts sur l’exception pédagogique et de recherche, dont les accords sectoriels sont renouvelés régulièrement. Ces accords, autrefois très restrictifs, ont commencé à évoluer dans le sens des usages, ce qui laisse de l’espoir pour l’avenir. Ils restent néanmoins encore frileux envers l’Internet. Il serait donc possible d’exercer un lobby auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, partie prenante de ces accords, pour lui demander de défendre une extension de l’exception pédagogique et de recherche aux articles de recherches publiés dans un cadre non commercial.

  • 5 Le site Iconautes, associé au projet, recense les actualités liées à cette question en France et à (...)

25Parallèlement, les pratiques évoluent, notamment grâce aux initiatives volontaristes d’un certain nombre d’institutions, convaincues que la diffusion et la mise à disposition des images sont un meilleur pari (y compris économique) que leur restriction. Pour exemple, le musée de Bretagne a mis en ligne une grande partie des reproductions d’œuvres et artefacts de ses collections, sous une licence très ouverte du type « Creative Commons/Domaine public », permettant les usages les plus larges. Le programme « Images/Usages », dirigé par Martine Denoyelle et porté par la Fondation de France et par l’Institut national d’histoire de l’art, a récemment réalisé un état des lieux très complet des pratiques dans les sphères professionnelles concernées par l’usage des images, bien au-delà des seules revues scientifiques, proposant un point sur la situation légale et ses interprétations par les différents acteurs. Son rapport, un livre blanc paru en octobre 2018, affiche des propositions ambitieuses adressées au ministère de la Culture, aux musées et institutions culturelles mais aussi aux établissements d’enseignement et de recherche, afin d’accompagner une diffusion plus ouverte des images (notamment numérique), de s’adapter aux pratiques et aux valeurs de la communauté et de ne pas laisser les auteurs assumer seuls le poids financier associé aux images (Denoyelle et al., 2018)5.

26On peut formuler l’espoir que la conjonction de ces efforts permettra de faire évoluer une situation qui aujourd’hui nuit très fortement aux revues françaises d’histoire de l’art, et plus généralement à la discipline dans son ensemble. Mais cette évolution ne se fera que si le statut de l’image évolue : si l’ensemble des SHS reconnaît à l’image la possibilité de porter des arguments visuels, d’être partie intégrante d’un discours scientifique ; si, en somme, l’étude de l’image échappe à la chasse gardée de l’histoire de l’art pour enrichir l’éventail des outils méthodologiques de tous les chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

Barluet Sophie, 2006, Les revues françaises aujourd’hui : entre désir et dérives, une identité à retrouver, Rapport pour le Centre national du livre.

Contat Odile et Gremillet Anne-Solveig, 2015, « Publier, à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 7, p. 2-18.

Cras Sophie et Moreteau Constance, 2017, Des revues pour l’histoire de l’art. Pratiques éditoriales et diffusion numérique, Rapport de synthèse sous l’égide de l’Institut national d’histoire de l’art.

Denoyelle Martine, Durand Katie, Daniel Johanna et Doulkaridou-Ramantani Elli, 2018, Droits des images, histoire de l’art et société, Rapport présenté à la Fondation de France.

Fridenson Patrick, 2009, « La multiplication des classements de revues de sciences sociales », Le mouvement social, no 226, p. 5-14.

Galvez-Behar Gabriel, 2011, « Faut-il classer les revues en sciences humaines et sociales ? Dix années de controverses françaises (1999-2009) », L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards de chercheurs, P. Servais éd., Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 7-12.

Groupement français de l’industrie de l’information, 2009, L’édition scientifique française en sciences sociales et humaines, Rapport de synthèse.

Gunthert André, 2006, « Études photographiques renonce à l’édition en ligne » [en ligne], Actualités de la Recherche en histoire visuelle, [URL : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2006/06/30/198-etudes-photographiques-renonce-a-ledition-en-ligne], consulté le 12 juin 2018.

— 2007, « Le droit aux images à l’ère de la publication électronique » [en ligne], Actualités de la Recherche en histoire visuelle, [URL : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2007/01/17/272-le-droit-aux-images-a-l-ere-de-la-publication-electronique], consulté le 12 juin 2018.

— 2008a, « Études photographiques revient en ligne avec ses images » [en ligne], Actualités de la Recherche en histoire visuelle, [URL : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/17/808-etudes-photographiques-revient-en-ligne-avec-ses-images], consulté le 12 juin 2018.

— 2008b, « La publication scientifique en ligne face aux lacunes du droit français » [en ligne], Actualités de la recherche en histoire visuelle, [URL : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/08/22/789-la-publication-scientifique-en-ligne-face-aux-lacunes-du-droit-francais], consulté le 12 juin 2018.

Lemercier Claire, 2009, « Classer les revues de sciences humaines et sociales : comment ? pour quoi ? », La valeur de la science. Pourquoi évaluer la recherche ?, Liège, [URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521517/fr/], consulté le 12 juin 2018.

Maurel Lionel, 2016a, « Une énorme faille dans la loi Valter sur les données culturelles ? » [en ligne], S.I.Lex, [URL : https://scinfolex.com/2016/12/13/une-enorme-faille-dans-la-loi-valter-sur-les-donnees-culturelles/], consulté le 12 juin 2018.

— 2016b, « Photographie dans les musées : un domaine public peut en cacher un autre… » [en ligne], S.I.Lex, [URL : https://scinfolex.com/2016/12/29/photographie-dans-les-musees-un-domaine-public-peut-en-cacher-un-autre/], consulté le 12 juin 2018.

Minon Marc et Chartron Ghislaine, 2005, État des lieux comparatif de l’offre de revues SHS France-Espagne-Italie, Étude réalisée pour le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Noual Pierre, 2018, « Droit à l’image des biens publics : une révolution juridique », Le quotidien de l’art, no 1482, p. 15.

Pérès Jean, 2014, « L’édition en sciences humaines et sociales (1) : crise ou pas crise ? » [en ligne], Acrimed, [URL : http://www.acrimed.org/L-edition-en-sciences-humaines-et-sociales-1-crise-ou-pas-crise], consulté le 12 juin 2018.

Rykner Didier, 2009, « L’histoire de l’art n’existe pas (mais est-ce si grave ?) » [en ligne], La tribune de l’art, [URL : http://www.latribunedelart.com/l-histoire-de-l-art-n-existe-pas-mais-est-ce-si-grave], consulté le 12 juin 2018.

Haut de page

Notes

1 André Gunthert (2007) prenait déjà un exemple similaire pour l’ouverture de son article de blog « Le droit aux images à l’ère de la publication électronique ».

2 Les participants de ces ateliers sont : Philippe Babo (adjoint au chef du département de la Création au CNL) ; Nathalie Boulouch (MCF en histoire de l’art contemporain et de la photographie à l’université Rennes 2, membre du comité de rédaction de la revue Critique d’Art et de la revue Etudes photographiques) ; Anne-Laure Brisac-Chraïbi (responsable éditoriale, adjointe du chef de service de la Diffusion scientifique et de la Communication à l’INHA) ; Odile Contat (responsable d’études documentaires à l’Institut des sciences humaines et sociales au CNRS) ; Antoine Courtin (responsable de la cellule d’ingénierie documentaire du département des Études et de la Recherche à l’INHA) ; Hélène Desmasures (responsable de la commission Arts du département de la Création au CNL) ; Delphine Desveaux (directrice des collections Roger-Viollet à la Parisienne de Photographie) ; Christine Ferret (responsable du service de Développement des collections à la bibliothèque de l’INHA) ; Dominique Filippi (chef de service de l’Information documentaire à l’INHA) ; André Gunthert (directeur d’études à l’EHESS, directeur de la revue Études Photographiques) ; Jérôme Glicenstein (professeur d’esthétique à l’université Paris 8 et rédacteur en chef de la revue Marges) ; Juliette Hueber (chargée de ressources documentaires numériques au laboratoire de recherche InVisu USR 3103 (INHA-CNRS) ; Christian Joschke (MCF en histoire de l’art contemporain à l’université Paris Nanterre, directeur de publication de la revue Transbordeur) ; Yaël Kreplak (membre du comité de rédaction de la revue Tracés) ; Anne Lafont (directrice d’études à l’EHESS, et rédactrice en chef de la revue Perspective) ; Vincent Macabrey (chargé de diffusion, Presses universitaires de Vincennes) ; Annaig Mahé (MCF à l’Urfist de Paris-École nationale des chartes) ; Chloé Maillet (membre du comité de rédaction d’Images Re-Vues – CRH-GAHOM) ; Lionel Maurel (chargé de valorisation de l’information scientifique et technique – IST – à l’Université Paris Lumières) ; Maïra Muchnik (chargée de l’édition scientifique et secrétaire de rédaction de la revue Gradhiva au musée du quai Branly) ; Laura Olber (assistante d’édition au laboratoire InVisu, secrétaire de rédaction pour la France de la revue ABE Journal) ; Sylvain Piron (directeur d’études à l’EHESS, rédacteur de la microrevue électronique Oliviana, membre du conseil scientifique du CLEO) ; Francesca Rose (directrice des programmes de publication à la Terra Foundation for American Art) ; Barbara Turquier (responsable de la recherche à La Fémis, membre du comité de rédaction de la revue Tracés).

3 Cette tâche aurait largement outrepassé le mandat donné à notre groupe de travail, qui ne prétendait en rien être représentatif de la discipline dans son ensemble, ni être légitime pour statuer sur les questions de scientificité. Voir Lemercier (2009).

4 Notons que la revue a cessé d’exister depuis le no 35 de 2017, en partie pour des raisons budgétaires.

5 Le site Iconautes, associé au projet, recense les actualités liées à cette question en France et à l’étranger, voir [URL : https://iconautes.inha.fr/fr/index.html].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Capture d'écran d'une page de l’article d’André Chastel, 1987, « L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, vol. 75, no 1, p. 9-16.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9076/img-1.jpg
Fichier image/, 519k
Titre Figure 2. Structure éditoriale des 74 revues françaises publiant de l’histoire de l’art recensées par l’étude Cras et Moreteau (2017)
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9076/img-2.jpg
Fichier image/, 94k
Titre Figure 3. Choix de diffusion des 74 revues françaises publiant de l’histoire de l’art recensées par l’étude Cras et Moreteau (2017)
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9076/img-3.jpg
Fichier image/, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Cras et Constance Moreteau, « Les revues et les images », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9076 ; DOI : 10.4000/traces.9076

Haut de page

Auteurs

Sophie Cras

université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Constance Moreteau

fondation A*midex (initiative d’excellence du site Aix-Marseille)

Haut de page