Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Transverses

La place paradoxale de la traduction dans les revues françaises en sciences humaines et sociales

The paradoxical place of translation in human and social sciences journals in France
Anne Madelain
p. 115-125

Résumés

Lieu par excellence de la diffusion de la recherche en train de se faire, et donc de textes originaux, les revues de sciences humaines et sociales offrent une place paradoxale à l’activité de traduction, en particulier dans les pays de langues de grande circulation ou langues dites centrales comme la France. En effet, alors que la circulation internationale des chercheurs n’a cessé de s’intensifier, que traduire des textes courts pour les faire circuler est a priori une façon simple et efficace d’introduire dans un champ linguistique et géographique des auteurs étrangers, force est de constater que la traduction occupe encore une place marginale dans les revues et surtout que son apport scientifique potentiel reste peu mis en valeur. C’est ce paradoxe que l’on se propose ici d’exposer, en se demandant s’il n’est pas au cœur des contradictions qui animent la circulation internationale des textes, avec des différences fortes selon les disciplines et les aires géographiques concernées par la publication.

Haut de page

Texte intégral

1La plupart des études consacrées aujourd’hui à la circulation internationale des sciences humaines et sociales et aux questions de traduction concernent les livres et laissent de côté les revues scientifiques1. Au sujet de celles-ci, les débats récents se sont focalisés sur les modalités de la diffusion numérique et les modèles économiques, en particulier depuis que l’injonction à favoriser le libre accès à la production scientifique s’est inscrite dans les politiques publiques. En France, ils ont été particulièrement vifs autour de la préparation de la loi pour une République numérique adoptée en 20162.

  • 3 « Le système international des traductions est avant tout une structure hiérarchisée avec des grou (...)

2Quand la question de la traduction est posée à propos des revues scientifiques, c’est le plus souvent sous l’angle des stratégies d’internationalisation. Bien que toujours présente dans les revues de sciences humaines et sociales, la traduction y occupe une place paradoxale, en particulier dans les pays de langues de grande circulation ou langues centrales (Heilbron, 2009, p. 261)3, comme la France. En effet, la fonction première d’une revue scientifique étant de publier la recherche en train de se faire et de la diffuser dans une communauté de recherche, elle est par excellence le lieu où publier des textes originaux, des recherches de première main. Dans les pays de langues dites périphériques ou semi-périphériques, les revues scientifiques publient traditionnellement en langues étrangères sans pour autant nécessairement mener une activité de traduction, les chercheurs ayant l’habitude de proposer des textes dans des langues centrales, en français ou en allemand par exemple et désormais majoritairement en anglais, que l’on peut qualifier de langue hypercentrale (ibid., p. 262).

3Pour mieux cerner la place de la traduction dans les revues à l’aune des transformations contemporaines, il paraît pertinent de distinguer des pratiques qui répondent à des fonctions et usages différents. L’usage de la traduction qui se développe le plus visiblement depuis une quinzaine d’années est celui qui consiste à traduire afin de diffuser les travaux de la revue à l’extérieur de la communauté linguistique d’origine et que l’on peut qualifier de traduction d’exportation. Il ne faut pas pour autant négliger la présence fréquente de traductions effectuées par les auteurs avant soumission de leur texte. Il convient en outre de mesurer l’apport des traductions occasionnelles et de celles qui portent sur des objets périphériques comme les métadonnées, et enfin l’activité de traduction relevant de manière assumée du projet scientifique de la revue.

4Alors que la circulation internationale des chercheurs en sciences sociales n’a cessé de s’intensifier, que traduire des textes courts pour les faire circuler est a priori une façon simple et efficace d’introduire dans un champ linguistique et géographique des auteurs étrangers, force est de constater que la traduction occupe encore une place marginale dans les revues et surtout que son apport scientifique potentiel reste peu mis en valeur. C’est ce paradoxe que l’on se propose ici d’exposer, en se demandant s’il n’est pas au cœur des contradictions qui animent la circulation internationale des textes, avec des différences fortes selon les disciplines et les aires géographiques concernées par la publication.

Stratégies d’internationalisation et traductions d’exportation

  • 4 Ces débats ont eu lieu par exemple lors de salons spécialisés, comme le Salon de la revue (organis (...)

5Les débuts de la diffusion électronique des revues et la création des plateformes numériques dédiées aux sciences humaines et sociales à la fin des années 1990 ont renforcé l’idée que la circulation internationale des textes allait de plus en plus passer par les revues. Traduire des articles serait une façon de pallier la difficulté – perçue comme grandissante par les éditeurs de savoir – de traduire et de faire traduire des livres de sciences humaines et sociales alors que le lectorat se rétrécit. François Gèze, fondateur et directeur des éditions La Découverte de 1982 à 2014, président de la plateforme Cairn.info, a souvent défendu cette position lors des nombreux débats sur les transformations de l’édition de sciences humaines qui ont animé la profession durant la décennie 20004.

6Depuis une quinzaine d’années, c’est sur la traduction de contenus vers l’anglais que se concentre l’attention des chercheurs et des pouvoirs publics, guidés par des impératifs de visibilité internationale et de diffusion, voire d’exportation d’auteurs et de textes. En sciences dures et en sciences de la nature, de nombreuses revues ont fait le choix de l’anglais dès la seconde moitié des années 1980. Par contraste, les projets pionniers d’édition en anglais dans les revues de sciences humaines et sociales à partir de la fin des années 1990 n’ont pas marqué la fin de la version française de ces revues, qu’ils aient concerné une partie ou l’ensemble des textes. À partir des années 2000, l’incitation à l’internationalisation des revues a pris la forme de subventions spécifiques à la traduction vers l’anglais. Certaines ont été proposées par le CNRS, d’autres dans le cadre de projets lancés sous injonction politique comme celui mis en place par le Conseil de la création artistique en 2009 qui a abouti à la création de l’interface anglophone Cairn international, portée par le portail de revues de sciences humaines et sociales Cairn.info et destinée à toucher de nouveaux publics hors de la sphère francophone5.

  • 6 Le nombre d’articles écrits en anglais par des sociologues français aurait presque doublé entre 19 (...)

7La stratégie d’internationalisation pensée en termes d’importation et surtout d’exportation de textes, d’auteurs ou de concepts a fait l’objet de débats et de controverses. La traduction d’exportation a été critiquée pour son manque d’efficacité et ses effets pervers potentiels, comme l’effacement de la version originale, quand, comme dans le cas de la revue de démographie Population, la version anglaise a eu tendance à devenir la version de référence (Gingras et Mosbah-Natanson, 2010 p. 15). Cette stratégie minimiserait les transformations des habitudes des chercheurs qui écrivent de plus en plus en anglais ainsi que l’importance des objets d’étude dans les motivations des circulations internationales6. S’il s’agit de mieux diffuser une revue ou des auteurs français à l’étranger, il convient de s’interroger sur le type de travaux d’une discipline donnée le plus enclin à être cité dans les articles de tel ou tel pays, en particulier anglophone (ibid., p. 29). Dans cette critique, l’absence de champ d’accueil et de lecteurs précis visés est sans conteste un argument de poids.

8À la même période sont nés des projets ambitieux visant à faire circuler les textes d’une langue à l’autre en développant une réflexion sur la traduction et la circulation des concepts. C’est le cas de la revue Trivium présentée comme « un instrument d’échanges, de coopération entre les communautés de recherche francophone et germanophone et de communication en sciences sociales et humaines »7. Revue pluridisciplinaire numérique éditée par les Éditions de la FMSH et entièrement en accès libre sur le portail OpenEdition, elle publie depuis 2007 deux à trois numéros thématiques par an, alternativement en français et en allemand, composés de traductions d’articles ayant marqué la réflexion conceptuelle et déjà publiés dans l’autre pays. Cependant, en perdant la fonction principale d’une revue de publier des textes originaux, elle n’est pas évaluée comme une revue scientifique et s’apparente plutôt à une métarevue, un type de publication qui a fait ses preuves dans d’autres domaines comme la presse et les revues culturelles8 mais peine à s’installer dans les sciences humaines et sociales. D’abord financée en grande partie grâce à un projet de recherche, la revue a vu ses ressources baisser drastiquement en 2017 et son avenir est menacé9. Trivium est pourtant une publication ancrée institutionnellement dans deux paysages intellectuels nationaux, portée par des réseaux scientifiques travaillant sur la question des transferts culturels franco-allemands10.

Traductions d’objets périphériques, traductions cachées et occasionnelles

9Pour avoir une vision plus complète de la place de la traduction dans les revues, il est indispensable de mettre en lumière les pratiques de traduction souvent diluées dans le processus éditorial : en effet, de nombreux textes proposés aux revues ont été d’abord écrits dans une langue autre que la langue d’écriture de leur auteur. Cette situation a tendance à s’étendre aujourd’hui du fait de l’hypercentralité de l’anglais comme langue de diffusion de la recherche et de la mobilité internationale croissante des chercheurs, y compris des plus jeunes, doctorants et postdoctorants. Elle concerne autant les revues des pays de langues centrales comme la France, où les auteurs étrangers sont nombreux à proposer leurs textes soit dans la langue principale de publication soit en anglais, que les revues des pays de langues périphériques auxquelles les auteurs locaux eux-mêmes soumettent souvent des textes en anglais, incités parfois directement par le système d’évaluation mis en place par leurs institutions de recherche.

10Dans ces cas, il y a donc bien une première activité de traduction, soit d’une auto-traduction par l’auteur, soit d’une traduction effectuée par un traducteur engagé par l’auteur en amont de la soumission et qui reste souvent anonyme. En ce sens, on peut parler de traduction cachée ou invisible. En France, ces formes de traduction sont assez fréquentes dans les revues dévolues aux aires culturelles devenues au fil des années des publications de référence dans leur domaine, souvent bilingues et même trilingues, comme les Cahiers d’études africaines (français, anglais), la Revue d’études comparatives Est-Ouest (français, anglais), les Cahiers du monde russe (français, anglais, russe) ou encore Brésil(s). Sciences humaines et sociales (français, anglais, portugais). Les chercheurs provenant des régions étudiées sont nombreux à proposer leurs contributions dans ces langues, indépendamment de leurs langues habituelles d’écriture. De telles revues sont, de fait, multilingues sans pour autant pratiquer la traduction. Mais cette forme de traduction n’est pas non plus absente des revues disciplinaires généralistes françaises qui sont nombreuses à ne pas préciser les langues dans lesquelles un texte peut être soumis, à l’instar de la Revue d’histoire moderne & contemporaine, de Genèses ou encore de Vingtième siècle.

11Qu’elles acceptent d’évaluer des textes arrivant dans des langues étrangères ou qu’elles portent occasionnellement sur des terrains étrangers, certaines revues ont l’habitude de traduire une petite partie des textes reçus pour les publier vers leur langue principale de publication. C’est le cas des Annales. Histoire, sciences sociales, qui acceptent traditionnellement les articles reçus dans plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol, italien)11. Une autre opportunité de traduction occasionnelle, y compris dans cette revue de référence, est donnée par la constitution de dossiers thématiques concernant une ou plusieurs régions spécifiques et qui requièrent de traduire de telle ou telle langue parfois plus rare. La revue Ethnologie française est exemplaire de cette préoccupation puisqu’elle consacre depuis 1994 une de ses quatre livraisons annuelles à présenter un aspect des questions qui animent l’anthropologie d’un pays d’Europe, procédant pour se faire à la traduction de plusieurs articles à partir de langues à faible circulation : slovène, hongrois, grec, etc. Dans ces contextes, l’article est, sauf exception, un texte original publié pour la première fois en traduction. Dans les revues dédiées aux aires culturelles, on trouve aussi des traductions vers le français à partir de langues périphériques effectuées à l’initiative de la rédaction de la revue ou des coordinateurs des dossiers thématiques. Cet usage de la traduction est aussi la conséquence de l’obligation faite aux revues soutenues par le CNRS de publier au moins la moitié de leurs articles en français.

12Enfin, les résumés sont depuis toujours les premiers textes traduits pour faire circuler les informations sur le numéro au-delà des locuteurs de la langue de publication. La diffusion numérique des revues depuis les années 1990 a généralisé le procédé à toutes les métadonnées : résumés, mots-clés et même tables des matières. Hier traduits souvent en plusieurs langues, les résumés circulent aujourd’hui, outre la langue de publication d’origine, le plus souvent uniquement en anglais.

13Le contrôle de la qualité de ces textes, en particulier quand ils ont été écrits dans une autre langue que celle des éditeurs de la revue, par exemple en anglais dans les revues francophones, a mis du temps à s’imposer comme une nécessité, principalement pour des raisons de coûts. Ainsi, le processus d’évaluation linguistique des contenus en anglais proposé par le portail Cairn.info aux revues désireuses de profiter de son interface en anglais Cairn international, mise en place à partir de 2013, a-t-il eu pour effet de prendre la mesure du besoin de relecture et de correction linguistiques, en particulier des résumés en anglais mais aussi de nombreux textes qui, souvent faute de compétences adéquates au sein de la revue, n’avaient pu bénéficier du même niveau de correction que les textes rédigés en français.

  • 12 Voir par exemple l’intervention de Lysa Hochroth, éditrice anglophone des Cahiers d’études africai (...)

14Cependant, ce souci légitime de correction a aussi pour conséquence de renforcer le traitement des traces de ces textes premiers comme des écarts par rapport à une norme linguistique mais aussi langagière et parfois conceptuelle, qu’il convient dans la phase de relecture et d’édition d’effacer et d’acculturer. Le potentiel heuristique de traductions effectuées en amont de la soumission des textes et les questionnements conceptuels qu’ils pourraient susciter sont encore peu explorés. Ainsi, rares sont les revues qui, comme les Cahiers d’études africaines12, revendiquent l’intérêt de garder le grain, la saveur et les particularités de textes écrits en anglais ou en français par des auteurs qui ne sont pas des locuteurs natifs de ces langues, ou en utilisent des formes moins canoniques pour l’écriture scientifique.

Traditions nationales versus revue internationale en anglais

  • 13 Le rapport du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de la Cultu (...)

15Cette distinction des pratiques et usages de la traduction dans les revues aujourd’hui invite à déconstruire quelques évidences sur les circulations internationales de la connaissance. Tout d’abord, l’idée très répandue que l’internationalisation de la recherche a été fortement accélérée par les transformations numériques13 tend à masquer le fait que les échanges scientifiques se réalisent depuis longtemps dans un champ assez internationalisé et qu’avant l’ère Internet, les revues y jouaient un rôle déterminant en publiant bulletins bibliographiques et comptes rendus. Ces outils aujourd’hui marginalisés étaient alors indispensables à la connaissance de la vie scientifique d’autres aires linguistiques et à la circulation des œuvres.

16La complexité des circulations conceptuelles d’un champ national à un autre, des processus d’appropriation et la fonction créative des écarts, des déplacements et des malentendus ont été bien étudiées (Bourdieu, 2002; Espagne et Werner, 1994 ; Kalinowski, 2001 ; Cusset, 2003 ; Popa et Sapiro, 2008). Pourtant aujourd’hui les débats sur l’internationalisation et la diffusion numérique des revues viennent souvent alimenter l’illusion de la transparence des circulations dans un champ scientifique international et gommer la perception des dominations symboliques des langues et traditions scientifiques.

17Publier en anglais serait pour une revue française un moyen de rester ou de s’insérer dans un champ disciplinaire international, alors que le français décline comme langue de circulation. Les critiques des stratégies d’exportation déjà évoquées plus haut ont fait remarquer combien était erronée l’idée d’une circulation internationale des connaissances sans égard à leur caractère plus ou moins local, posant in fine la question du rôle d’une revue disciplinaire : doit-elle être un véhicule privilégié des travaux nationaux (français en l’occurrence) ou une revue internationale ne privilégiant aucune production locale particulière (Gingras et Mosbah-Natanson, 2010, p. 32) ?

  • 14 Voir les interventions de Nicolas Barreyre et Chloe Morgan, Séminaire Penser en plusieurs langues. (...)

18Sans minimiser ce dilemme qui rappelle la position encore récemment dominante des sciences sociales françaises, il faut remarquer que les traductions d’exportation ont souvent aussi une dimension réflexive, comme en témoigne la réalisation depuis 2013 de la version anglaise des Annales, où les processus de traduction font l’objet d’un travail collectif du comité de rédaction en collaboration avec les traducteurs, les relecteurs scientifiques et les auteurs, la revue se gardant in fine le soin de trancher sur certains enjeux conceptuels, avec l’idée que la notion d’écart entre des traditions historiographiques nationales et des formulations conceptuelles ne doit pas être réduite14. Les tensions linguistiques de la traduction – les incertitudes du traduire (Leclerc-Olive, 2016) – semblent inhérentes à l’idée d’être aujourd’hui une revue française internationale.

19Certaines jeunes revues ayant l’ambition de circuler dans un espace d’emblée international choisissent de publier une double voire une triple version des textes, c’est le cas par exemple de Biens symboliques/Symbolic Goods15 et de Justice spatiale/Spatial Justice16. Mais, outre le fait que les coûts en sont importants, intégrer la traduction à la réflexion scientifique de la revue doit s’appuyer sur une réflexion concernant l’introduction d’auteurs et de pensées étrangères sans minimiser l’importance du « franchissement de frontières » ni « l’ampleur de notre méconnaissance des savoirs, comme de leurs configurations institutionnelles » (Rabier, 2017, p. 17-18), ainsi que le soulignent les responsables de Tracés au fil des numéros spéciaux « Traduire et introduire » qui visent à présenter des travaux étrangers en discutant leurs conditions de circulation et de réception, dont la traduction.

Transformations des formats des revues et migration des textes

20Le fait de traduire paraît entrer en tension avec la fonction première d’une revue de publier des textes originaux. D’un côté, publier plusieurs versions d’un même texte remet en question le format de la revue et les textes traduits sont presque toujours publiés sur un autre support que la revue initiale. De l’autre, le format métarevue a aujourd’hui des difficultés à trouver un modèle économique et un ancrage institutionnel. Dans les grands projets de traductions vers l’anglais, on a d’abord vu l’apparition de special issues périodiques, de sélections d’articles sur des portails numériques anglophones (Cairn international, mais aussi Jstor ou Muse) et désormais de numéros entièrement rédigés en anglais doublant la revue en français, comme c’est le cas aujourd’hui des Annales, de Population ou de la Revue française de sociologie. De leur côté, les revues plurilingues, telles que celles consacrées aux aires culturelles, et les portails de revues, au contenu toujours plus fourni et à la diversité des langues toujours plus grande, loin d’être uniquement des lieux de juxtaposition de langues, sont aussi des espaces de traduction, même si ces processus sont souvent invisibles et leur apport en connaissance minoré.

21Le format et la temporalité d’une revue conçue à l’origine dans l’univers papier rentrent en tension avec les modes de lecture de l’univers numérique (Hayles, 2016). Puisque les textes sont aujourd’hui massivement lus sous format numérique, un texte publié dans un autre environnement textuel, qu’il soit linguistique, thématique ou même tout simplement graphique, change fondamentalement de contexte. Sa lecture et son interprétation ont de fortes chances de se distinguer de celles qui en auraient été faites dans le cadre d’un autre regroupement de textes. Il est susceptible de toucher d’autres publics et d’être lu différemment, comme en témoignent les récentes enquêtes sur les usages inattendus de textes publiés sur la plateforme OpenEdition17. Alors que les revues scientifiques se sont normalisées et éloignées des publics non académiques au fil des années, les potentialités de la circulation internationale virtuelle ont peut-être tendance à être survalorisées. La réflexion sur la traduction aurait tout à gagner à intégrer ces données et traduire pourrait être plus systématiquement un moyen d’explorer de nouveaux formats. C’est pourtant une gageure pour de nombreuses revues travaillant à flux tendus dans des conditions matérielles de plus en plus difficiles.

  • 18 Hypothèse émise par Marc Aymes et discutée dans plusieurs séances du séminaire Penser en plusieurs (...)

22En matière de traduction, les revues de sciences humaines et sociales françaises sont passées en une dizaine d’années de solutions institutionnelles à une évolution des pratiques par le bas – projets de traductions localisés, multilinguisme, réflexion sur l’asymétrie des relations –, mais dans un contexte de domination de l’anglais et de fragilité économique accrues. Dans les pratiques de traductions, les fractures disciplinaires persistent et ont même tendance à se renforcer : alors que les sociologues, les économistes, les politistes, parfois les anthropologues, acceptent plus facilement le passage à l’écriture en anglais ou la traduction de leurs articles vers une langue véhiculaire, historiens, philosophes et littéraires sont plus réticents à abandonner leur langue d’écriture. Il semble bien que notre conception de la traduction des écrits scientifiques nous renseigne sur notre façon de concevoir les sciences humaines et sociales18. La façon dont s’organisent encore aujourd’hui en France les pratiques de traduction dans les revues et la réflexion sur les circulations internationales des idées témoignent de la place centrale que ce pays occupait dans les sciences sociales mondiales, conditionnant à la fois l’espace d’expérience des universitaires et les habitudes de l’édition scientifique. Leur accorder plus d’attention permet de sortir de quelques dilemmes obsolètes et de considérer la valeur potentielle de la migration des textes.

Haut de page

Bibliographie

Barbe Aurélie éd., 2012, numéro thématique « Traduire les sciences sociales », Éco, socio, philo… & co, no 227.

Bourdieu Pierre, 2002, « Les conditions sociales de la circulation des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, no 145, p. 3-8.

Carbone Pierre, Delpech de Saint-Guilhem Jean, Gloanec-Maurin Karine, North Xavier et Rolland Marc, 2017, Rapport de la Mission de suivi du plan d’accompagnement du passage au numérique de l’édition scientifique, [URL : http://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/Mission-de-suivi-du-plan-d-accompagnement-du-passage-au-numerique-de-l-edition-scientifique], consulté le 14 janvier 2019.

Casanova Pascale, 2015, La langue mondiale. Traduction et domination, Paris, Le Seuil.

Cassin Barbara, 2016, Éloge de la traduction. Compliquer l’universel, Paris, Fayard.

Cusset François, 2003, French Theory : Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Espagne Michel et Werner Michael éd., 1994, Philologiques, t. 3, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Paris, Éditions de la MSH.

Gèze François, 2016, « Quelle politique numérique pour l’édition de savoir ? Les enseignements de la “loi Lemaire” », Le débat, vol. 188, no 1, p. 30-41.

Gingras Yves et Mosbah-Natanson Sébastien, 2010, La question de la traduction en sciences sociales. Les revues françaises entre visibilité internationale et ancrage national, Montréal, CIRST.

Hayles Katherine, 2016, Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse, Grenoble, ELLUG.

Heilbron Johan, 2009, « Le système mondial des traductions », Les contradictions de la globalisation éditoriale, G. Sapiro éd., Paris, Nouveau monde, p. 253-274.

Kalinowski Isabelle, 2001,
« Traduction n’est pas médiation », Études de lettres, no 2, p. 29-49.

Leclerc-Olive Michèle, 2016, « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes », Meta, vol. 61, no 1, p. 42-59.

Minard Philippe éd., 2015, numéro thématique « Économie et politique de l’accès libre. Les revues à l’âge numérique », Revue d’histoire moderne & contemporaine, no 62-4 bis.

Mounier Pierre, 2015, « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? », Socio, no 4, p. 97-112.

Popa Ioana et Sapiro Gisèle, 2008, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques », Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Sapiro Gisèle éd., Paris, CNRS Éditions, p. 107-138.

Rabier Christelle, 2017, « Traduire et introduire les sciences sociales d’Asie orientale », Tracés, hors-série no 17, p. 11-25.

Sapiro Gisèle éd., 2008, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions.

— 2009, Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Éditions du Nouveau Monde.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas des enquêtes généralistes sur les flux de traductions du français vers les langues étrangères menées par le Syndicat national de l’édition et l’Institut français. Différents ouvrages ou articles parus récemment sur la question traitent aussi exclusivement de la circulation internationale des ouvrages : Sapiro éd. (2008, 2009), Barbe éd. (2012), Casanova (2015), Cassin (2016).

2 La loi pour une République numérique (7 octobre 2016) [URL : https://www.economie.gouv.fr/republique-numerique]. Sur les enjeux de l’open access pour les revues de sciences humaines et sociales, voir en particulier Minard éd. (2015), Mounier (2015), Gèze (2016).

3 « Le système international des traductions est avant tout une structure hiérarchisée avec des groupes linguistiques centraux, semi-périphériques et périphériques » (Heilbron, 2009, p. 261).

4 Ces débats ont eu lieu par exemple lors de salons spécialisés, comme le Salon de la revue (organisé par l’association Entrevues à Paris depuis 1990), le Salon du livre de sciences humaines (organisé par la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) entre 2006 et 2012 à Paris), au sein du cycle « Éditer des sciences humaines aujourd'hui » organisé par les Éditions de l’EHESS depuis 2009.

5 Site Internet : [URL : https://www.cairn-int.info/].

6 Le nombre d’articles écrits en anglais par des sociologues français aurait presque doublé entre 1980 et 2005 (ibid., p. 10).

7 Site Internet : [URL : https://journals.openedition.org/trivium/].

8 Comme en témoignent les expériences durables de l’hebdomadaire français Courrier international pour la presse et le magazine en ligne Eurozine pour les revues culturelles. Ce dernier s'appuie sur la collaboration de 90 revues européennes avec l’ambition de construire un espace de débat transnational (site Internet : [URL : https://www.eurozine.com/]).

9 Site Internet : [URL : https://journals.openedition.org/trivium/492].

10 En particulier le Centre Georg Simmel (UMR 8131 EHESS-CNRS), la FMSH (Paris), l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales (Francfort-sur-le-Main).

11 Les consignes aux auteurs le précisent à l’adresse suivante : [URL : http://annales.ehess.fr/index.php?179].

12 Voir par exemple l’intervention de Lysa Hochroth, éditrice anglophone des Cahiers d’études africaines, au cours du séminaire Penser en plusieurs langues. Éditer des traductions en sciences humaines et sociales aujourd’hui, EHESS, 8 mars 2018, [URL : https://penserenlangues.com/seminaire-ehess/ehess/seminaire-2017-18/08-03-2018/].

13 Le rapport du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de la Culture et de la Communication consacré aux conséquences de la loi pour une République numérique rappelle dès l'introduction le lien étroit entre internationalisation de la recherche et essor des moyens de communication dématérialisée (Carbone et al., 2017, p. 6).

14 Voir les interventions de Nicolas Barreyre et Chloe Morgan, Séminaire Penser en plusieurs langues. Éditer des traductions en sciences sociales aujourd’hui, EHESS, 8 juin 2017, [URL : https://penserenlangues.com/seminaire-ehess/ehess/seminaire-ehess/1642-2/].

15 Site Internet : [URL : https://revue.biens-symboliques.net]. Publiée en français et en anglais, la revue avait initialement envisagé la traduction dans d’autres langues, en particulier l’espagnol.

16 Site Internet : [URL : https://www.jssj.org/]. Publiée en français et en anglais depuis 2008].

17 Site Internet : [URL : https://lab.hypotheses.org/1808].

18 Hypothèse émise par Marc Aymes et discutée dans plusieurs séances du séminaire Penser en plusieurs langues. Éditer des traductions en sciences humaines et sociales aujourd’hui, EHESS, 2017-2018, [URL : https://penserenlangues.com/seminaire-ehess/ehess/seminaire-2017-18/11-01-2018/].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Madelain, « La place paradoxale de la traduction dans les revues françaises en sciences humaines et sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9109 ; DOI : 10.4000/traces.9109

Haut de page

Auteur

Anne Madelain

Éditions de l’EHESS et Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, (CERCEC, UMR 8083, CNRS-EHESS)

Haut de page