Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Transverses

Accès ouvert et bibliodiversité

Open access and bibliodiversity
François Théron
p. 139-147

Résumés

Les conditions économiques et de production matérielle de la forme revue sont désormais bien connues. Dans un double contexte d’hégémonie des oligopoles éditoriaux scientifiques internationaux et du développement, au début de notre nouveau siècle, des réflexions politiques et des possibilités techniques autour de l’accès ouvert, les revues de sciences sociales ont été invitées à objectiver leurs conditions de production pour justifier, non tant leur existence, que les moyens nécessaires par lesquels les scientifiques entendent défendre leur autonomie, toujours à conquérir, et reprendre des formes de contrôle sur les moyens de diffusion de la science qu’ils produisent.
L’objet de ce texte est donc de revenir brièvement, d’une part, sur l’initiative, en 2013, de deux revues visant à mettre au clair leur fonctionnement matériel, leur économie et, d’autre part, sur le résultat auquel elles étaient parvenues. Depuis, une étude plus globale à l’échelle du périmètre SHS français a été réalisée, confirmant ces résultats. Aujourd’hui, c’est sur le front des APC (article processing charges) que l’enquête est menée. On peut s’attendre à ce que les problèmes identifiés alors soient confirmés. C’est en ce sens, sans doute, qu’il faut comprendre les initiatives récentes, dont l’Appel de Jussieu est le dernier exemple français d’envergure. En effet, cette question de la bibliodiversité est sans doute la manière dont se formule aujourd’hui la nécessité d’un énième (re)nouage entre sciences et revue(s).

Haut de page

Texte intégral

Une schizophrénie française

  • 1 Je laisserai aux historiens, aux sociologues, aux épistémologues, etc. le soin de préciser les rap (...)
  • 2 Sur les rapports complexes entre science et industrie et dans une perspective historique, on lira (...)
  • 3 On ne rentrera pas ici dans le détail terminologique (lequel a pourtant une importance considérabl (...)
  • 4 Voir notamment la tribune « Qui a peur de l’open access ? », Le Monde, 15 mars 2013.

1En 2013, deux revues (dont une que je connais bien, puisque j’en assure le secrétariat de rédaction depuis 2008 : Temporalités) essayaient de mettre au clair leur fonctionnement matériel, leur économie1, en la confrontant à ce qui apparaissait, depuis de nombreuses années déjà, comme un processus de privatisation de la diffusion de la science (Moulia et al., 2013)2. La revue Tracés avait commencé à le faire, sous la forme d’un billet de blog intitulé « Open access : la schizophrénie française » (Monnet, 2013) : ce billet mettait en lumière, à partir du cas concret que constituait la revue Tracés elle-même, une tension entre une tendance systémique à la privatisation de l’accès aux résultats de la recherche, d’une part, et une volonté de promouvoir l’accès ouvert à ces mêmes résultats, d’autre part. Cette tension, largement entretenue par la puissance publique à l’époque, du fait des modèles très différents de financement des revues, de l’inégalité de leurs ressources et de leurs histoires, se sentait, se pressentait, mais se devait d’être objectivée au niveau de chaque revue. C’est ce sur quoi se basait Tracés dans ce billet, préparant sa transition vers un modèle d’accès ouvert qu’on qualifiera d’institutionnel3 (Suber, 2016 ; Fuchs et Sandoval, 2013 ; Caraco, 2014), et ce dans un contexte polémique autour de Refdoc (Mathis, 2012), de la publicisation des profits d’Elsevier et al. (Fuchs et Sandoval, 2013), des tribunes de Cairn et de celle de ce qui s’appelait encore, en 2012-2013, Revues.org4.

2Les acteurs, majoritairement publics, avaient la solution pour soigner la « schizophrénie française » : il suffisait, comme l’écrivait l’économiste Éric Monnet, de « simplement faire le total des dépenses des bibliothèques françaises pour l’accès aux portails numériques de revues et de réfléchir aux solutions possibles d’une meilleure répartition de ces sommes, y compris en tant que subvention directe aux revues. L’argent économisé par les bibliothèques permettrait de financer l’open access des revues » (2013). Cette solution, qui était une cure ou un remède (pour filer la métaphore de la schizophrénie comme maladie), avait au reste déjà été proposée de façon pionnière quelques mois plus tôt par l’éditrice Michèle Ballinger qui, à l’occasion des IVe journées du réseau Médici (réseau interorganisme des métiers de l’édition scientifique publique), en 2013, avait essayé d’évaluer « les risques encourus pour le fonctionnement même de la recherche si jamais les institutions publiques de tutelle ne soutiennent pas et se désengagent de l’édition scientifique publique au profit des éditeurs commerciaux ». Elle expliquait ainsi la situation :

L’équilibre de la recherche s’organise selon un cycle de vie bien connu : on a tout d’abord la recherche, qui produit des résultats, qui sont eux-mêmes validés (par le processus de peer review), une fois validés, les résultats (au sens large, article, corpus iconographique, etc.) sont publiés, puis diffusés et viennent nourrir et faire avancer la recherche. Ce cycle de vie tient compte de n’importe quel support qu’il soit papier ou électronique. (Ballinger, 2013)

3C’est sur la base de ce cercle éditorial de la science que se construisait la proposition d’un modèle alternatif à celui qui avait prévalu, largement « schizophrénique » en ce qu’il aboutissait pour la puissance publique à payer au moins deux fois pour la science (pour sa production et pour l’accès à ses résultats), tout en subventionnant souvent elle-même le processus éditorial.

4Michèle Ballinger envisageait deux scenarii. L’un impliquait une coupure entre diffusion et recherche (du fait de la hausse sans précédent des coûts d’abonnement) dans le cas d’une avalisation par les pouvoirs publics de la situation existante ; l’autre, faisait reposer « la diffusion de la recherche sur un modèle économique non-profit basé sur la diffusion des connaissances et des savoirs », afin de contrôler le bouclage du cercle modélisé ci-dessous dans son maillon diffusion-recherche (c’est-à-dire garantissant la possibilité pour les chercheurs d’avoir accès aux résultats édités de la recherche).

  • 5 À mon avis, et selon mon expérience, il faudrait ajouter à ce modèle un stade entre peer review et (...)

5Reprenons le modèle proposé tel que son auteure le dessinait (figure 1)5 :

Figure 1. Édition scientifique : qui paye quoi ? IVe journées du réseau Médici, « La diffusion au cœur de l’édition scientifique », Oléron, [9]-10 avril 2013.

Figure 1. Édition scientifique : qui paye quoi ? IVe journées du réseau Médici, « La diffusion au cœur de l’édition scientifique », Oléron, [9]-10 avril 2013.

Schéma gracieusement communiqué par son auteure © Michèle Ballinger 2013

6Sa proposition, qui permettait tout à la fois de pérenniser l’écosystème de la publication scientifique, d’une part, et de garantir l’autonomie de celle-là, d’autre part, était donc de financer les coûts de publication (editing plus publishing) par le transfert, en amont du cercle, des coûts d’abonnement.

  • 6 On pourra se faire une idée des montants en jeu en se reportant aux derniers chiffres publiés sur (...)

7Notons d’ailleurs, à toutes fins utiles, que dans ce modèle, les APC (article processing charges), dont on parle tant aujourd’hui6, ne sont que le remplacement du modèle lecteur-payeur par celui d’auteur-payeur, la logique d’ensemble demeurant identique. Or il est important, notamment dans une perspective économique, de réfléchir à ces questions à l’échelle du cercle de la recherche modélisé ci-dessus. L’enjeu n’est donc pas, en soi, celui de l’open access ou non, du point de vue de l’édition scientifique, mais bien celui, du point de vue d’une politique de la science, du bouclage du cercle de la recherche et, du point de vue moral ou citoyen, celui du bien-fondé de la captation des profits en regard du caractère souvent discutable des prestations rendues par les acteurs de l’édition scientifique, à l’échelle désormais globale.

8Pour que le « modèle Ballinger » soit crédible et réalisable, il fallait donc s’assurer d’une chose et d’une chose seulement : les coûts de publication (editing plus publishing) sont-ils réellement assurés à 80 % par le privé ?

Coûts de publication : tentatives d’objectivation

9Deux éléments de réponse permettant de valider ou d’invalider le modèle ont été apportés à cette question. Le premier, à un niveau très micro, fut celui du billet de 2013 « Combien coûte un article de revue scientifique en sciences humaines ? » (Cibois et Théron, 2013). Il démontrait à l’échelle de deux revues électroniques, Temporalités et Socio-logos, comparées à une troisième, électronique et papier, la Revue française de sociologie7, que le coût par article était imputable à 95 % au maillon editing et publishing et qu’il était, en l’espèce, financé par le public sous la forme de postes de secrétaire d’édition ou de rédaction. Les variations observées (le coût minimal par article le plus bas étant obtenu par Socio-logos – 244 euros – et le coût maximal par article le plus haut étant obtenu par la Revue française de sociologie – 2 367 euros) étaient certes dues au modèle de diffusion et de distribution de ces publications (électronique et/ou papier). Mais pour partie seulement ; les vraies variables apparaissant surtout être celle du temps passé par article (nombre des soumissions, cycles d’expertises, travail d’établissement éditorial du texte, etc.), et celle des ressources qui sont allouées à ce travail (présence ou non de personnels dédiés au travail d’édition). Le vrai coût d’une revue, c’était donc surtout le poste budgétaire alloué au secrétariat de rédaction ou d’édition (intégralement financé par le public dans nos trois exemples). On se reportera pour les détails au billet, qui invitait au reste les autres revues à faire ce travail d’objectivation avec les données dont elles disposent et à explorer les pistes d’impression à la demande permises par la chaîne XML Métopes développée à Caen8, mais notons tout de même que ces résultats jetaient une lumière crue sur les disparités de fait entre les rédactions, suivant la présence ou non de secrétaire de rédaction ou d’édition au sein de chaque revue. La conclusion, à ce niveau micro, était donc claire et le billet plaidait pour une généralisation de l’accès ouvert, accompagnée du recrutement d’éditeurs publics, généralisation et recrutements qui étaient souhaitables d’un point de vue financier mais également du point de vue de la diffusion de la science elle-même.

10Le deuxième élément de réponse est intervenu deux ans plus tard, au niveau méso, par la publication décisive de l’article « Publier, à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS » dans la Revue française des sciences de l’information et de la communication (Contat et Gremillet, 2015). Cet article rendait compte de « l’enquête sur les coûts éditoriaux des revues scientifiques menée par le collège édition de la Bibliothèque scientifique numérique (BSN) de mars 2014 à janvier 2015 avec pour objectif de collecter une information récente et représentative de la diversité des situations, au sujet des coûts éditoriaux des revues de recherche, afin de faire un état des lieux complet et à jour » (ibid.). Pour ce qui nous concerne ici, les conclusions de l’enquête pour le domaine français des sciences humaines et sociales (SHS) sont sans appel (je ne cite que les conclusions intéressant le propos direct de cette contribution) :

– tous les contenus scientifiques des articles de revues sont produits et expertisés par des chercheurs. Ceux-ci, dans leur écrasante majorité, sont payés par la puissance publique ;
– dans 9 cas sur 10, l’ensemble du travail éditorial de production d’une revue en SHS (travail sur le texte, depuis l’appel à contribution jusqu’au bon à composer, et dans près de 6 cas sur 10 jusqu’au bon à tirer) est assuré par la puissance publique au sein des institutions et des unités de recherche productrices de revues. L’éditeur privé prend en charge, le plus souvent, l’impression, la diffusion et la distribution et en tire un revenu commercial pas toujours partagé avec l’institution publique ;
– la partie la plus importante du coût éditorial d’un article publié dans une revue SHS française est bien celui du salaire du travail de secrétariat de rédaction ;
– la part des coûts nécessaires à l’impression, la diffusion et la distribution n’est pas prédominante par rapport aux coûts éditoriaux du salaire du secrétariat de rédaction ;
– le rôle de l’éditeur privé en SHS recouvre le plus souvent des prestations d’impression, de diffusion et de distribution. […] nous savons désormais que le coût massif de la production se situe en amont du processus, et que ce coût, trop souvent caché ou ignoré, montre que l’État investit fortement dans la publication des revues. Par ailleurs ce coût est augmenté depuis l’émergence de la production et de la diffusion numériques. Cet investissement doit être reconnu et rendu visible et la puissance publique doit pouvoir le valoriser. (Ibid.)

11L’enquête confirme donc le modèle Ballinger et va au-delà : dans le cas d’une publication numérique en libre accès, comme dans celui d’une revue hybride, électronique et papier, les véritables coûts se trouvent en amont, au stade de la validation et de l’éditorialisation, et les coûts d’abonnement, à l’échelle méso, sont donc aisément transférables à la production à coût zéro.

Vers la bibliodiversité ?

  • 9 Pour une sociologie fine des rédactions de revue, nuançant singulièrement le découpage habituel (v (...)

12La question des conditions matérielles et économiques de production des revues SHS dans le champ français est désormais plus claire. Il revient à une politique publique de la recherche de définir la manière dont doit se boucler – entre publication et lectorat – le cercle éditorial de la recherche mis en lumière dans le modèle Ballinger. Ce bouclage, qui est sans doute le nœud économique contemporain entre revue et science, se joue dans les modalités concrètes du processus consistant à établir les textes d’un point de vue scientifico-éditorial (editing)9 puis à les publier et les diffuser (publishing). Comme chaque rédaction de revue le sait, il s’agit de trouver un équilibre entre gestion des flux éditoriaux et maintien d’un établissement humain du texte (quand bien même celui-ci aurait vocation à être lu par des machines, dans une exigence d’accessibilité par exemple).

  • 10 Pour des exemples récents d’un tel transfert impliquant un nouveau rapport entre bibiothèques et é (...)
  • 11 Pour une estimation récente des coûts d’APC au niveau mondial, voir Schimmer et al. (2015).

13C’est en tout cas la thèse défendue par celles et ceux qui se réclament de la voie institutionnelle de l’accès ouvert et qui est défendue ici10. Face aux oligopoles désormais massivement promoteurs de l’open science (for profit) basée sur les APC (article processing charges)11, c’est-à-dire qui entendent transférer les anciens coûts d’abonnement devenus insoutenables pour les bibliothèques (modèle lecteur-payeur) aux auteurs ou à leurs institutions (modèle auteur-payeur), l’existence même d’une bibliodiversité, telle qu’elle est défendue par le récent Appel de Jussieu, ne peut qu’être le fruit d’une politique de la recherche volontariste. C’est ainsi que les signataires de cet appel appellent à « accompagner [l’accès ouvert] d’un soutien à la diversité des acteurs de la publication scientifique – la bibliodiversité », à revoir les systèmes d’évaluation de la recherche, à mettre à disposition des communautés scientifiques des « infrastructures nationales et internationales qui garantissent la préservation et la circulation des connaissances contre toute privatisation des contenus », et enfin à donner la « priorité […] aux modèles économiques de publication qui n’impliquent le paiement ni par les auteurs pour publier, ni par les lecteurs pour accéder aux textes » (Collectif, 2017). Face au risque de privatisation des résultats de la recherche, du fait de la hausse vertigineuse des coûts d’abonnement à l’origine du mouvement pour l’édition en libre accès mais, surtout, désormais, face à l’open washing et aux promoteurs d’une science dont le support technico-matériel et les fins pratiques sont ceux du « capitalisme de plateforme » et du « capitalisme des données » (Mirowski, 2018 ; Hagner, 2018), l’enjeu de la bibliodiversité devient donc celui du maintien de la possibilité d’une édition académique non-profit, d’une diversité des modèles de publication mettant au centre de ses préoccupations ce principe du cercle éditorial de la recherche et de son équilibre. Il s’agit de permettre au modèle le bouclage de ses maillons final et initial, ceux qui relient le résultat de la recherche édité et publié à celui de sa possible lecture par les acteurs de la recherche elle-même, en retour. Et ceci dans le cadre d’une économie devenue largement attentionnelle (Citton éd., 2014) et réputationnelle (Van Noorden, 2013).

  • 12 Voir le récent plan national « Pour la science ouverte » annoncé par la ministre de l’Enseignement (...)

14Si, en 2013, l’enjeu était celui de la schizophrénie française, que le scandale était celui de payer deux fois, au moins, le prix de la recherche (pour la faire et pour la lire), c’est désormais à un nouveau défi que la communauté scientifique est confronté : celui de l’ambivalence constitutive du libre accès, au regard de l’autonomie de la recherche, dans le contexte de l’open society. En effet, l’open science, qui entend « rend[re] obligatoire l’accès ouvert pour les publications et pour les données issues de recherches financées sur projets »12, est-elle toujours cette garantie et cet effort en vue d’un bouclage renouvelé du cercle (éditorial) de la science, au sens de Ballinger, bouclage qui renforce l’autonomie de la recherche à travers une réappropriation des canaux de diffusion par les acteurs de la recherche eux-mêmes ? Ou bien est-ce la nouvelle pièce maîtresse d’un capitalisme numérique et d’un management 2.0 de la recherche ? Nous laissons aux sciences de l’homme et de la société le soin de trancher et de juger si une telle évolution, celle d’une personnalité dédoublée vers une personnalité réunifiée, mais fondamentalement ambivalente, est un progrès.

Haut de page

Bibliographie

Ballinger Michelle, 2013, « Dématérialisation et e-diffusion des publications des résultats de la recherche scientifique : enjeux et impacts », IVe journées du réseau Médici des métiers de l’édition scientifique publique, Oléron, 9-10 avril.

Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2018, « Courant d’air : science ouverte, accès ouvert, données ouvertes » [en ligne], Préfixes, [URL : https://prefixesmom.hypotheses.org/2907], consulté le 27 novembre 2018.

Buranyi Stephen, 2017, « Is the staggeringly profitable business of scientific publishing bad for science? » [en ligne], The Guardian, 27 juin, [URL : https://www.theguardian.com/science/2017/jun/27/profitable-business-scientific-publishing-bad-for-science], consulté le 27 novembre 2018.

Caraco Benjamin, 2014, « La voie diamantée du libre accès » [en ligne], Le comptoir de l’accès ouvert, [URL : https://oadesk.hypotheses.org/298], consulté le 27 novembre 2018.

Cibois Philippe et Théron François, 2013, « Combien coûte un article de revue scientifique en SHS ? » [en ligne], Carnet de Printemps, [URL : http://printemps.hypotheses.org/1527], consulté le 27 novembre 2018.

Citton Yves éd., 2014, L’économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ? Paris, La Découverte.

Collectif, 2017, Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité [en ligne], [URL : http://jussieucall.org/], consulté le 27 novembre 2018.

Contat Odile et Gremillet Anne-Solveig, 2015, « Publier, à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS » [en ligne], Revue française des sciences de l’information et de la communication, [URL : https://journals.openedition.org/rfsic/1716], consulté le 27 novembre 2018.

Fuchs Christian et Sandoval Marisol, 2013, « The diamond model of open access publishing : why policy makers, scholars, universities, libraries, labour unions and the publishing world need to take non-commercial, non-profit open access serious », TripleC, vol. 13, no 2, p. 428-443.

Gouzi Françoise, 2018 « Comment financer l’open access, un exemple local » [en ligne], Toulouse Archive ouverte, [URL : https://openarchiv.hypotheses.org/4461], consulté le 27 novembre 2018.

Hagner Michael, 2018, « Open access, data capitalism and academic publishing » [en ligne], Swiss Medical Weekly, [URL : https://smw.ch/article/doi/smw.2018.14600/], consulté le 27 novembre 2018.

Le Lay Stéphane, 2014, « La “production scientifique” au prisme du travail des secrétaires de rédaction des revues académiques. Quelques remarques à propos de la division du travail dans la recherche » [en ligne], ¿ Interrogations ?, no 18, [URL : http://www.revue-interrogations.org/La-production-scientifique-au], consulté le 27 novembre 2018.

Mathis Rémi, 2012, « Le scandale de l’INIST/CNRS » [en ligne], Droits d’auteur, [URL :

https://droitsdauteur.wordpress.com/2012/10/15/le-scandale-de-linistcnrs/

], consulté le 27 novembre 2018.

Mirowski Philip, 2018, « The future(s) of open science » [en ligne], Social Studies of Sciences, [URL : http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0306312718772086], consulté le 27 novembre 2018.

Monnet Éric, 2013, « L’open access : la schizophrénie française » [en ligne], Carnet de Tracés, [URL : http://traces.hypotheses.org/805], consulté le 27 novembre 2018.

Moulia Bruno, Chilliard Yves, Forterre Yoël, Cochard Hervé, Fournier Meriem, Fontaine Sébastien, Girousse Christine, Badel Eric, Pouliquen Olivier et Durand Jean-Louis, 2013, « Main basse sur la science publique : le “coût de génie” de l’édition scientifique privée » [en ligne], Cortecs, [URL : https://cortecs.org/cours/journalisme-et-publications-main-basse-sur-la-science-publique-le-cout-de-genie-de-l-edition-scientifique-privee/], consulté le 27 novembre 2018.

Schimmer Ralf, Geschuhn Kai Karin et Vogler Andreas, 2015, « Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access : a Max Planck Digital Library Open Access Policy White Paper » [en ligne], [URL : https://pure.mpg.de/rest/items/item_2148961_7/component/file_2149096/content], consulté le 27 novembre 2018 (« Démanteler le modèle économique de l’abonnement, pour opérer à grande échelle la nécessaire transition vers le Libre accès. Livre blanc de la Bibliothèque numérique Max Planck pour une politique du Libre accès » [en ligne], [URL : https://alambic.hypotheses.org/5662], consulté le 27 novembre 2018).

Suber Peter, 2016, Qu’est-ce que l’accès ouvert ? [en ligne], Marseille, OpenEdition Press, [URL : http://books.openedition.org/oep/1600], consulté le 27 novembre 2018.

— 2018, « Elaborating on a tweet » [en ligne], [URL : https://plus.google.com/u/0/+PeterSuber/posts/jVNiu9V4Xmj], consulté le 27 novembre 2018.

Université de Lorraine, 2018, « L’Université de Lorraine s’engage en faveur de la science ouverte » [en ligne], [URL : https://factuel.univ-lorraine.fr/node/8472], consulté le 27 novembre 2018.

Van Noorden Richard, 2013, « Open access : the true cost of science publishing », Nature, no 495, p. 426-429.

Vesper Inga, 2018, « Peer reviewers unmasked : largest global survey reveals trends » [en ligne], Nature News, 7 septembre, [URL : https://www.nature.com/articles/d41586-018-06602-y], consulté le 27 novembre 2018.

Haut de page

Notes

1 Je laisserai aux historiens, aux sociologues, aux épistémologues, etc. le soin de préciser les rapports tout à la fois changeants et majeurs entre la forme socioculturelle revue et la fabrique de la science. Je remercie les organisateurs et organisatrices pour leur invitation à la journée d’étude « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018), ainsi que Céline Barthonnat, éditrice au Centre Alexandre Koyré, pour sa précieuse lecture d’une première version de cette modeste contribution.

2 Sur les rapports complexes entre science et industrie et dans une perspective historique, on lira avec intérêt la saga de Robert Maxwell, racontée par Stephen Buranyi dans un long read du Guardian en 2017, dont le titre en français pourrait être « Les profits faramineux de l’industrie éditoriale scientifique ne nuisent-ils pas à la science ? » (Buranyi, 2017).

3 On ne rentrera pas ici dans le détail terminologique (lequel a pourtant une importance considérable) relatif aux différentes voies vers l’accès ouvert : verte, dorée, platinium, institutionnelle ou diamantée, etc. Contentons-nous de souligner que le sujet ici est celui de l’édition en libre accès (nativement) et non celui de l’archivage ou de l’autoarchivage (libre accès à une version antérieure à celle publiée, ou pre-print, traditionnellement associée à la voie verte).

4 Voir notamment la tribune « Qui a peur de l’open access ? », Le Monde, 15 mars 2013.

5 À mon avis, et selon mon expérience, il faudrait ajouter à ce modèle un stade entre peer review et publication. L’emploi de l’anglais, qui distingue bien editing et publishing, s’avère ici, pour une fois, éclairant. Ainsi, la séquence que je proposerais pour ma part serait : recherche > résultats > validation [peer review + édition/editing] > publication/édition [publishing] > diffusion > recherche. Sur la dimension éditoriale du peer review et, à l’inverse, sur la dimension de validation scientifique du processus éditorial, voir Le Lay (2014).

6 On pourra se faire une idée des montants en jeu en se reportant aux derniers chiffres publiés sur OpenAPC concernant le CNRS en 2015 : [URL : https://treemaps.intact-project.org/apcdata/cnrs/#publisher/period=].

7 Laquelle avait fait le choix d’une transparence certaine en la matière, rare à l’époque, en publiant sur quatre années consécutives un compte rendu financier de son activité, que nous avions pu comparer à nos propres données (Cibois et Théron, 2013).

8 Voir : [URL : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique/projets/metopes].

9 Pour une sociologie fine des rédactions de revue, nuançant singulièrement le découpage habituel (validation scientifique-corrections formelles), lui-même basé sur les distinctions statutaires au principe de la division du travail scientifique et éditorial, voir Le Lay (2014). Pour un chiffrage des coûts du peer reviewing, voir Vesper (2018) et Suber (2018).

10 Pour des exemples récents d’un tel transfert impliquant un nouveau rapport entre bibiothèques et éditeurs académiques, c’est-à-dire un transfert des coûts d’abonnement ou des APC vers la production éditoriale elle-même, voir par exemple université de Lorraine (2018) et Gouzi (2018).

11 Pour une estimation récente des coûts d’APC au niveau mondial, voir Schimmer et al. (2015).

12 Voir le récent plan national « Pour la science ouverte » annoncé par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, le 4 juillet 2018 : [URL :http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid132529/le-plan-national-pour-la-science-ouverte-les-resultats-de-la-recherche-scientifique-ouverts-a-tous-sans-entrave-sans-delai-sans-paiement.html]. Voir bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (2018) pour une synthèse récente.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Édition scientifique : qui paye quoi ? IVe journées du réseau Médici, « La diffusion au cœur de l’édition scientifique », Oléron, [9]-10 avril 2013.
Légende Schéma gracieusement communiqué par son auteure © Michèle Ballinger 2013
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9181/img-1.jpg
Fichier image/, 235k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Théron, « Accès ouvert et bibliodiversité », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9181 ; DOI : 10.4000/traces.9181

Haut de page

Auteur

François Théron

éditeur, laboratoire Professions, Institutions, Temporalités (Printemps, UMR 8085), université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page