Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretiens

Quand les graphistes produisent du savoir : revues Vacarme, Zilsel et Sensibilités. Entretien avec Mélie Giusiano, Christophe Le Drean, Sébastien Marchal et Antoine Perrot

When graphic designers produce knowledge. Vacarme, Zilsel and Sensibilités journals. An interview with Mélie Giusiano, Christophe Le Drean, Sébastien Marchal and Antoine Perrot
Amina Damerdji et Natalia La Valle
p. 209-236

Texte intégral

1Le 30 mars 2018, Tracés a organisé une journée d’études pour questionner le rôle des revues dans la production du savoir en sciences humaines et sociales. Des discussions tenues entre les tables et le public a émergé une question éludée dans le programme de la journée d’études : le rôle spécifique des graphistes dans la production de ce savoir. Tracés a voulu se pencher pleinement sur la question et, quelques mois plus tard, a mené un entretien avec Christophe Le Drean, le graphiste de Vacarme, Antoine Perrot, plasticien et illustrateur de Vacarme, et Sébastien Marchal, graphiste de la revue Zilsel. Mélie Giusiano, graphiste et directrice artistique de Sensibilités, n’avait pu être présente le jour de l’entretien et a répondu à nos questions par écrit.

Tracés : Quand on compare un numéro de Vacarme et un numéro de Tracés, les différences de proportion entre le texte et l’image sautent aux yeux. À Tracés on a beaucoup de textes, vous moins, c’est peut-être parce que votre revue ne se situe pas seulement dans le champ académique.

Antoine Perrot : En effet, (ironique) c’est un peu plus aéré que Tracés.

Christophe Le Drean : On a aussi cette difficulté, même si elle n’est pas perceptible au premier abord. Le dernier numéro de Vacarme, « La démocratie prise en étau » (numéro 84, été 2018), n’a pas vraiment évité cet écueil. J’essaie de trouver des solutions avec la maquette, mais quand on regarde dans le détail, il y a trop de texte.

Tracés : Comment définit-on ce « trop de texte » ?

C. Le Drean : Je parle du rapport entre le texte et l’image. En fait, il n’y a pas de numéro de Vacarme sans images ou sans photos. Mais le plus souvent, les images viennent dans un deuxième temps dans la construction de chaque numéro.

  • 1 Gérard Fromanger, série « Bastilles », pastels, Vacarme, numéro 44, 2008, p. 17. L’introduction d’ (...)

A. Perrot : Cela dit, il y a eu des périodes plus florissantes où l’on demandait systématiquement à un artiste d’intervenir. Par exemple, dans un des numéros qu’on vous a apportés, il y a une intervention graphique de Gérard Fromanger1.

C. Le Drean : Nous avons des images sur la couverture et à l’intérieur aussi. La première de couverture, pendant longtemps, a été faite par Carole Peclers, une graphiste membre du comité de rédaction et qui était chargée des couvertures, tandis que moi je me chargeais des pages intérieures. Depuis qu’elle a arrêté, cela fait une dizaine de numéros, je suis en charge des couvertures et de l’intérieur.

  • 2 Il s’agit du numéro 82, hiver 2018, dont le sommaire est consultable ici : [URL :
  • 3 L’entretien a été publié le 7 octobre 2017 par Le Point rubrique « Afrique » ; consultable ici : [ (...)
  • 4 Cette série est consultable sur le site personnel de l’artiste : [URL : http://www.hichambenohoud. (...)

A. Perrot : Récemment, pour un numéro portant sur l’école2, nous avons demandé à Hicham Benohoud, photographe et plasticien marocain, de nous confier des photos issues de sa série « Salle de classe ». Il était enseignant d’arts plastiques au Maroc et s’ennuyait, comme il le dit dans une interview3 ; il avait installé un studio de fortune pour photographier ses élèves dans des situations inhabituelles qu’il imaginait, mettait en scène et photographiait. C’était une sorte de jeu très intéressant où le cours d’arts plastiques devenait lui-même lieu de création avec la complicité des élèves4.

Tracés : Ces photos vous ont été données ? Comment la revue assume-t-elle, économiquement, les publications d’images ?

A. Perrot : C’est une participation bénévole à chaque fois. Comme c’était moi qui m’en occupais, cela passait souvent par des liens personnels avec des artistes. Je ne connaissais pas Hicham Benohoud, mais les demandes sont toujours faites simplement. On explique que nos auteurs ne sont pas rémunérés. Je suis pour les droits de reproduction et le paiement de ces droits, mais on est face à un problème financier. Étonnamment je n’ai pas le souvenir d’avoir reçu de refus. Il y a toujours un accueil bienveillant. On ne se sert pas du tout du critère qu’utilisent en général les institutions : « On ne vous paie pas car ça va vous faire de la pub » ! C’est lamentable comme explication. Pour nous c’est d’abord un engagement. Les gens connaissent et aiment la revue, ou la découvrent, ils s’y engagent et c’est heureux, en général.

2Sébastien Marchal arrive.

De la sphère militante à celle des sciences humaines et sociales

Tracés : Merci d’être là, Sébastien. Pourriez-vous, les uns et les autres désormais nous raconter votre parcours, votre place au sein de la revue ainsi que votre lien avec les sciences sociales ? Comment vous êtes-vous retrouvés à travailler avec des chercheurs en sciences sociales ?

  • 5 Vincent Perrottet, graphiste, a participé au collectif Grapus (1970-1991) et, à la suite de celui- (...)
  • 6 Gérard Paris-Clavel, graphiste, cofondateur du collectif Grapus puis des Graphistes associés et de (...)
  • 7 Avec Jérôme Lamy, A. Saint-Martin est cofondateur et codirecteur de publication de la revue Zilsel(...)
  • 8 Jean-Pierre Tremblay [pseudonyme], 2014, « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sens (...)
  • 9 Voir : [URL : https://zilsel.hypotheses.org/].

Sébastien Marchal : Moi, je suis venu au graphisme en grande partie par le biais de la politique. Je suis monté au départ à Paris, il y a vingt ans, pour une école de design (l’Ensci), et en même temps j’ai commencé à militer à Attac et dans le mouvement altermondialiste, qui était dans sa phase ascendante. Il y a eu des rencontres importantes, notamment avec Vincent Perrottet5 puis avec Gérard Paris-Clavel6. Et j’ai commencé à faire des images sur le terrain politique, ce qui m’a fait dévier peu à peu vers le graphisme. Parallèlement, l’engagement politique m’a mené à m’intéresser beaucoup à la sociologie. C’est quelque chose qui me passionne depuis longtemps, et qui parfois fait rire mes amis : ils me voient toujours en train de lire le dernier bouquin qui sort de Bourdieu, toujours avec une citation à sortir… Un peu monomaniaque ! Et il y a deux ans, j’ai pris contact avec Arnaud Saint-Martin7. J’ai d’abord entendu parler de lui par le canular qu’il avait fait avec Manuel Quinon à la revue de Maffesoli8. J’avais trouvé ça assez chouette donc je l’ai demandé comme ami Facebook. J’ai eu d’abord quelques interactions assez distantes. Puis quand j’ai appris l’existence de la Marche pour les sciences et son implication dans ce mouvement, j’ai envoyé un petit message privé disant que s’ils avaient besoin d’un graphiste j’étais prêt à les aider. Ma première collaboration avec Arnaud, ça a donc été l’affiche pour la Marche. Ensuite il est revenu me voir à propos de la revue Zilsel, qui peu avant n’était encore qu’un carnet de recherche en ligne9. Pour le deuxième numéro de la revue [en version papier], il m’a demandé de faire la couverture, puis pour le troisième j’ai travaillé complètement la maquette en partant de principes que j’avais élaborés pour la couverture du deuxième numéro. Puisque c’est une revue qui a des thématiques diverses, sans dossier central, je lui ai donné un côté bric-à-brac. Et sinon, pour conclure sur mon parcours, j’ai fait aussi un postdiplôme en typographie en 2008, donc je crée souvent mes propres typographies. Ceci dit, le travail de maquettiste, ce n’est pas ce que je fais le plus : mon travail de graphiste est plus centré sur l’affiche.

C. Le Drean : La revue Vacarme existe depuis 1997. Elle a été créée par d’anciens étudiants de l’ENS qui étaient aussi militants à Act Up-Paris. J’ai également milité dans cette association dès 1998, mais si je connaissais la revue, je n’en faisais pas partie. En 2004, Philippe Mangeot, le rédacteur en chef, cherchait quelqu’un pour l’aider à la réalisation de la maquette. Or, je venais de m’installer comme graphiste indépendant et une amie d’Act Up et membre de la revue m’a parlé des intentions de Philippe Mangeot. Et c’est ainsi que je suis devenu membre de la revue et son maquettiste. Je précise que je suis autodidacte : j’ai une formation universitaire en histoire de l’art, mais pas en graphisme. C’est par le militantisme, moi qui n’avais pas étudié le graphisme, que je suis arrivé à Vacarme, pour réaliser la maquette de chaque numéro, et aussi la conception du site Internet. Le site de la revue occupe une place importante et depuis longtemps : il a été créé très tôt, dès 2001, pour y publier une partie des numéros grâce à l’un des premiers outils de gestion de contenus développé en libre, SPIP, un outil équivalent à WordPress et qui existe toujours même s’il est moins connu que son alter ego. Vacarme s’est toujours souciée de mettre ses articles et ses textes à disposition gratuitement. Tout en sachant pertinemment qu’elle a besoin d’être achetée pour exister. La nécessité de cet équilibre est un débat ouvert à Vacarme depuis de longues années et il est lié au désir de gratuité et d’accès rapide à la revue. Cependant, créer cet objet papier est toujours un moment fort ; il n’est pas certain qu’une revue seulement en ligne offre le même sentiment d’accomplissement et, pour les membres du comité de rédaction, le sentiment d’appartenance à Vacarme. Le site d’un autre côté permet de publier quelques articles en lien avec l’actualité ou de redonner une visibilité à des articles publiés auparavant : c’est la mémoire vivante de Vacarme puisque tous les numéros y sont publiés et en accès libre deux ans après leur parution.

A. Perrot : Mon parcours est un peu différent. Je suis plasticien mais je n’ai pas fait, moi non plus, d’école d’art. J’étais militant aussi mais du côté des plasticiens puisque j’étais président d’une nouvelle organisation professionnelle, le Comité des artistes auteurs plasticiens (CAAP), et, également, le premier président de la Fédération des réseaux et associations d’artistes plasticiens (Fraap) dont j’étais un des cofondateurs. J’avais cette militance-là pendant que Christophe était à Act Up. Et mon entrée dans Vacarme a été plus tardive. D’abord parce que j’avais ces responsabilités et qu’être président d’une fédération prend un temps fou. Mais, pour des raisons de proximité affective et d’espace disponible, les bouclages de Vacarme se faisaient chez moi. Vacarme était chez moi sans que je sois dans Vacarme. Les bouclages se passent sur trois week-ends : chaque trimestre mon atelier-logement se remplissait et voyait défiler constamment des rédacteurs en chef, des correcteurs et Christophe… Un jour, alors que je me libérais progressivement de ma présidence d’associations professionnelles, ils désespéraient de trouver des photographies pour illustrer un numéro. C’est alors que, très simplement, j’ai commencé à proposer deux sortes d’interventions à la revue : des travaux personnels, des photographies, et des interventions d’artistes liés aux thèmes des chantiers de numéros. Il y a eu Gérard Fromanger, le sculpteur Jacques Julien mais aussi Vincent Perrottet, et beaucoup d’autres. Puis j’ai commencé à faire des illustrations pour la revue, qui sont très éloignées de mon travail personnel de plasticien.

S. Marchal : J’ai vu un numéro avec une intervention de Loulou Picasso.

  • 10 Vacarme, numéro 43, 2008 (printemps), p. 15. L’introduction d’A. Perrot à cette intervention graph (...)

A. Perrot : Loulou et Kiki Picasso sont intervenus deux fois10. D’abord parce que Loulou est un ami, et que j’ai toujours admiré leur travail. À vrai dire, je suis fier de les avoir fait intervenir car c’était la première fois qu’ils refaisaient une image ensemble. Et cela a donné naissance à un nouvel album, Engin explosif improvisé, qui inclut la première image réalisée pour Vacarme et c’est à cette occasion qu’ils sont intervenus une deuxième fois. Cette requête a ainsi été génératrice d’un renouveau pour eux. Plus généralement, il s’agit de rechercher un rapport d’équivalence, et non pas de sujétion, entre les images et la thématique du numéro. Les artistes contactés proposent librement soit des images déjà existantes, soit des créations faites pour Vacarme.

La production graphique et visuelle du savoir : écarts, blancs, jeux

Tracés : Comment définirais-tu ton travail ?

3A. Perrot : Ce sont des illustrations, qui, comme je le disais précédemment, n’ont pas grand-chose à voir avec mon travail de plasticien. Mais j’y prends plaisir. Et avec un peu de recul, je constate une évolution. D’illustrations un peu timides au début, elles sont devenues de plus en plus violentes, comme si elles étaient marquées par l’atmosphère actuelle.

Figure 1. Qui se soumet ?, illustration d’Antoine Perrot, série « Sinistres desseins », Vacarme no 85, automne 2018

Figure 1. Qui se soumet ?, illustration d’Antoine Perrot, série « Sinistres desseins », Vacarme no 85, automne 2018

Figure 2. Qui en tire profit ?, illustration d’Antoine Perrot, série « Sinistres desseins », Vacarme no 85, automne 2018

Figure 2. Qui en tire profit ?, illustration d’Antoine Perrot, série « Sinistres desseins », Vacarme no 85, automne 2018

Tracés : Et que faites-vous des textes au regard de votre travail ? Les lisez-vous ? Les illustrations et la maquette sont-elles en lien avec les textes ?

A. Perrot : Pour ma part, je ne lis pas les articles car ils ne sont pas reçus quand je commence. Je lis l’argumentaire global qui a été discuté en réunion, puis je n’en fais qu’à ma tête. C’est une proposition d’auteur au même titre qu’un texte. Cela peut coller ou pas, mais en général je crois que cela ne colle pas vraiment, c’est comme une parallèle. Ce ne sont pas des illustrations du texte. On pourrait même l’envisager comme un autre discours, un peu ironique ou violent, sur les textes. Mon souci est principalement d’arriver à faire surgir le sens qui peut être donné à la question posée. Quitte à ce que ce sens ne soit pas nécessairement dans la ligne des textes. Une fois les textes lus, je ne reviens pas sur les dessins par exemple.

Tracés : Vous ne faites pas d’appel à contributions ?

C. Le Drean : Le fonctionnement de Vacarme n’est pas celui utilisé par la plupart des revues, il est plus improvisé et fonctionne en réseaux. Nous décidons en réunion d’un sujet (le vote, l’impuissance politique, la démocratie, etc.) puis nous pensons à des personnes susceptibles d’y contribuer. Nous assumons de ne pas envisager un sujet dans toute sa dimension. Le côté invisible de Vacarme, ce sont les discussions et les informations quotidiennes, souvent envahissantes, qui circulent sur la liste interne du comité de rédaction. Cela influe, bien sûr, sur les orientations et les choix du numéro en cours puisqu’un certain nombre de décisions sont prises sur cette liste. Avec les changements de format, qui sont une manière de marquer à chaque fois un renouveau, on avait mis en place un système dit « de textes en écriture collective » qui fait écho le plus souvent au sujet du dossier, mais pas toujours. La répartition des textes est globalement semblable : un chantier thématique, un cahier qui réunit des textes littéraires et d’autres textes qui ne correspondent pas au chantier, un grand entretien avec un portrait photographique réalisé toujours par le même photographe, Sébastien Dolidon. Nos numéros sont fabriqués à peu près en trois semaines en comptant la réception des textes, leur lecture et les demandes de modification faites aux auteurs, la mise en page, les corrections… Les personnes en charge du numéro – la rédaction en chef est tournante – font bien sûr un travail en amont. Puis il y a une prise en charge collective pendant trois semaines. Nous n’avons pas de secrétaire de rédaction.

S. Marchal : Pour Zilsel je n’ai pour l’instant que l’expérience d’un numéro (le numéro 3), donc c’est compliqué à dire : il n’y a pas encore de routine établie. J’ai conçu entièrement la maquette pour le numéro 3, en gardant le format, le nombre de pages, la typo de texte (la Kepler), choisis par l’équipe et le graphiste qui a conçu la maquette du premier numéro, Alain Oriot ; ensuite j’y ai ajouté une autre typo (l’Infini). Et dans cette question du rapport entre images et textes, j’ai essayé de trouver une formule qui découle de ce que j’avais élaboré pour les couvertures. Je suis dans une logique où je ne crée pas véritablement une image que je dessine, comme ferait un illustrateur : je prélève un élément visuel, comme un ready-made pris dans le flux des images qu’on peut trouver sur le Net, et qui va faire sens au regard du texte. C’est ce que j’avais choisi pour illustrer la couverture du numéro 2 : des petites images qui venaient questionner le titre ou le contenu de chaque article.

Figure 3. Couvertures de Zilsel, 2018/1, numéro 3 (gauche) et 2018/2, numéro 4 (droite), réalisées par Sébastien Marchal

Figure 3. Couvertures de Zilsel, 2018/1, numéro 3 (gauche) et 2018/2, numéro 4 (droite), réalisées par Sébastien Marchal

Avec l’aimable autorisation des éditions du Croquant

J’ai donc étendu ça. Pour donner une idée, là [il montre le numéro] il y a un dossier sur le néolibéralisme. Je savais en gros de quoi il s’agissait et j’ai choisi des images de panneaux de signalisation qui vont produire un discours qui n’est pas une simple répétition du texte. Par exemple, le panneau impasse avec écrit « demi-tour difficile », il y a aussi « one way », « impropre à la consommation », en rapport avec le discours néolibéral. Tout cela vient apporter une couche de sens supplémentaire et une dimension humoristique, décalée. J’ai choisi aussi de ne jamais légender les illustrations donc parfois ça peut être un peu mystérieux. C’est le cas pour l’article d’Edgar Zilsel sur l’histoire des sciences, qui considère que le monde scientifique tel qu’on le connaît est né à la Renaissance, de la convergence entre les savants, humanistes, lettrés, qui étaient dans un travail théorique détaché de l’expérience, et ceux qui étaient dans un savoir pratique, qui faisaient des inventions, de pré-ingénierie en quelque sorte. Et donc j’ai récupéré et détouré des photos d’instruments de mesure et de navigation qui apparaissent à la Renaissance comme autant d’éléments graphiques qui mettent en image cette convergence.

Tracés : C’est quasi documentaire.

S. Marchal : C’est documentaire et en même temps sans légende ça reste un peu mystérieux. Dans certains cas j’avais envie de mettre une légende mais je trouvais plus intéressant d’en rester là, de garder l’idée du flux et de la possibilité de prélever des images dans ce flux d’images, si facile d’accès. Dans le texte il y a déjà beaucoup de données, de savoir. Je voulais ajouter une dimension autre, même si elle peut relever du savoir, mais préserver la centralité du visuel. C’est le principe du ready-made inauguré par Duchamp : en isolant un objet de son contexte, en le plaçant dans un espace où il devient œuvre, on fait voir avant tout ses aspects plastiques, et on laisse faire l’imaginaire. Il y a des clins d’œil, aussi. Pour un article qui fait la recension d’un livre sur la sociologie des enfants, j’ai mis un jeune garçon qui en fait est… Bourdieu enfant [rires]. Ce n’est pas légendé donc il n’y a que ceux qui savent qui comprennent.

Figure 4. Pages intérieures de Zilsel, 2018/1, numéro 3, illustrées et mises en page par Sébastien Marchal

Figure 4. Pages intérieures de Zilsel, 2018/1, numéro 3, illustrées et mises en page par Sébastien Marchal

Avec l’aimable autorisation des éditions du Croquant

Tracés : Et, par ailleurs, le choix des emplacements est-il en lien avec le paragraphe ?

  • 11 Dans la rubrique « Classiques » la revue publie « Michel Foucault défenseur de l’ethnologie », de  (...)

S. Marchal : Parfois c’est lié à quelque chose de très situé au sein du texte, parfois à quelque chose de plus continu. Il y a par exemple un travail différent avec le dossier sur Foucault, publié dans le numéro 2 (2017)11, au regard de sa notion d’archéologie du savoir. J’ai essayé d’entrer en résonance avec ça dans un métadiscours où je fais une sorte d’archéologie graphique du travail de Foucault et de sa diffusion. Je suis allé chercher des couvertures de livres de Foucault, à différentes périodes et dans différents pays, puis j’ai prélevé des éléments sur ces couvertures et les ai placés au fur et à mesure en relation avec le texte. Il y a quand même une clé à la fin : une double page avec toutes les couvertures d’origine. Mais sans expliquer. À chacun d’interpréter pourquoi ça s’organise comme ça.

Tracés : Il y a un côté jeu…

  • 12 Guillaume Carnino et Clément Marquet, « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et (...)

S. Marchal : Oui, il y a un côté jeu, je laisse faire le lecteur. C’est une couche de sens supplémentaire qui lui laisse une liberté de regard, une interrogation. Peut-être que le lecteur aura la clé plus tard, ou qu’il fera une interprétation différente. Dans le dernier numéro on a un article sur les data centers12 qui fait le lien entre toutes ces technologies qu’on dit dématérialisées, virtuelles, alors qu’elles consomment énormément d’énergie, tout à fait matérielle. J’y ai associé des images telles que le bouton « Power » de l’ordinateur, puis le signe du wifi… On poursuit la lecture du texte et on voit le câble électrique, la prise, le pylône de haute tension et puis la centrale nucléaire et le minerai d’uranium. Et tout à la fin la touche « Escape », qui envisage la possibilité d’une sortie de tout ça.

Tracés : Donc toi tu lis tous les textes.

S. Marchal : C’est justement l’enjeu ; oui, je lis au moins en diagonale. J’ai fait ce dernier numéro (le numéro 4) de cette manière-là mais pour le prochain l’idée c’est de commencer à chercher les images en relation avec les textes plus en amont, en n’ayant au départ que le titre et l’abstract général. Je peux affiner ensuite. J’ai accès au dossier en ligne sur lequel les auteurs ajoutent leurs textes au fur et à mesure qu’ils finissent.

Tracés : Vous utilisez une plateforme de travail collaboratif ?

S. Marchal : Voilà, et il y a des gens qui relisent, on marque « version relue par Machin », et ça va dans un autre dossier. Donc je vois le numéro en train de se faire. Sur les 450 pages de la revue il n’y a pas d’illustration sur chacune, mais en tout il y a une centaine d’éléments graphiques qui viennent ponctuer la lecture. Certains articles ou dossiers entiers n’ont pas d’illustration, ou juste une image au début : je choisis en fonction de l’inspiration. Et de toutes les images que j’ai utilisées, je vais en choisir certaines pour la couverture, celles qui vont faire sens à cet endroit.

Tracés : La couverture vient toujours après, finalement.

S. Marchal : C’est l’idée. Au début j’avais composé juste la couverture pour le numéro 2, mais pour le numéro 3 j’ai décidé que la couverture serait issue du travail de l’intérieur, en serait la conséquence, le condensé.

Tracés : Et à Vacarme vous avez aussi une plateforme où les gens déposent les textes ?

C. Le Drean : Non, chez nous les textes arrivent par mail et circulent entre nous sur des listes de diffusion interne. Nous publions très rarement des textes qui n’ont pas fait l’objet d’une commande préalable de notre part. Le comité de rédaction de Vacarme réunit entre vingt et trente personnes avec des profils différents selon les moments, ce qui fait que les propositions de textes sont suffisamment nombreuses.

Tracés : Cela pourrait avoir une influence sur la question de la création graphique ? Par exemple, par rapport à ce que dit Sébastien sur le fait d’accéder aux textes au fur et à mesure et de travailler en fonction ? C’est assez différent de ce que vous faites à Vacarme.

C. Le Drean : Oui, les temps de réalisation sont relativement courts, sur un nombre important de pages et il faut aller vite. Mais je m’efforce de prendre en compte le contenu : je lis les textes et je travaille en fonction d’eux. J’essaie de garder la primauté du texte, d’avoir un geste graphique qui, je l’espère, peut marquer sans escamoter les textes. Je reconnais que j’ai tendance à privilégier des principes graphiques très orthonormés : vertical/horizontal… Du coup, il n’y a pas assez de choses qui débordent ! Je suis toujours dans cet écart : j’ai envie que les choses débordent, mais je n’arrive pas toujours à le faire !

S. Marchal : De mon côté j’ai choisi de faire quelque chose de très simple, fonctionnel et systématique au niveau de la maquette. Il y a aussi peu de variations typographiques, le moins possible : seulement deux typos, une pour le texte et une pour le reste – les notes, titres et intertitres. Il y a aussi un système d’éléments qu’on voit sur la tranche, une manière d’indexer les différentes parties, comme des onglets, avec à chaque fois le titre de l’article en cours qu’on peut lire à 90 degrés, donc c’est très facile de s’y retrouver. Et dans cette mise en page très propre et fonctionnelle, ce qui va apporter du dynamisme et de la surprise, ce sont les images dont j’ai parlé qui viennent perturber la lecture, se plaçant à l’intérieur du texte, le découpant d’un côté ou de l’autre. Mais la maquette est en soi minimaliste : toujours justifiée, sur une seule colonne…

Tracés : Et à Vacarme ?

C. Le Drean : Cela dépend, une, deux ou trois, mais ce qui prédomine, ce sont les deux colonnes. Mais oui, il y a cette idée de caler des repères, des choses simples, comme tu le dis Sébastien ; en même temps j’essaie de jouer sur des ruptures également, soit visuelles, soit dans le texte. Pas tant avec la typographie qu’avec les exergues par exemple, ou avec les titres. Il y a aussi la première page qui, depuis quelques numéros, a pris un aspect différent, comme un cri ou un manifeste : c’est la reprise d’une citation d’un texte du numéro typographié dans un corps beaucoup plus grand. Le numéro s’ouvre ainsi sur un appel, un courant d’air, ce qui fait que l’éditorial peut se retrouver à la dernière page. C’est une liberté que Vacarme peut s’offrir pour casser les codes.

Tracés : Et vous travaillez ensemble, illustrateur et graphiste ?

C. Le Drean : Antoine produit ses images, on en discute, on échange. Très souvent, quand je travaille sur la couverture je lui demande son avis.

Tracés : Vous publiez aussi des textes littéraires. Dans mon souvenir, il y a des auteurs qui jouent aussi sur la dimension graphique.

C. Le Drean : Oui, de temps en temps des auteurs proposent des textes et des visuels, par exemple François Matton et Suzanne Doppelt. Suzanne, qui fait partie du comité de rédaction, propose aussi pour chaque numéro des textes littéraires et souvent des traductions inédites de poètes américains. C’est une particularité de Vacarme qui lui donne un autre ton, une ouverture, une respiration. Il y a une autre différence quand on regarde Tracés, Zilsel… c’est que Vacarme est plus aéré. Le fait d’avoir moins de signes s’explique par la nature ni trop scientifique ni trop universitaire de la revue. Et c’est ce qu’on rappelle aux auteurs : « Vous n’êtes pas dans une revue universitaire donc prenez du champ ». On ne veut pas de notes, ou le moins possible ; cependant il y en a et cela nous embarrasse beaucoup d’ailleurs. On les encourage à sortir de ce format universitaire, mais on n’y arrive pas toujours.

  • 13 Ce format a été abandonné depuis quelques années au profit d’un format médian (différent aussi des (...)

A. Perrot : Cela se joue aussi dans le blanc de Vacarme. Par rapport à d’autres revues, pour un lecteur, il y a quand même quelque chose d’assez satisfaisant d’avoir son blanc à soi. Et les illustrations participent aussi de cette satisfaction. C’est une caractéristique de Vacarme qui a été résolue, je crois, quoique moins lorsqu’on sortait la revue en petit format13 car on avait des problèmes de place. L’idée de ce petit format était de revenir au livre de poche que tout le monde pouvait avoir avec soi, dans le métro. Globalement, le fait de ne pas tasser fait partie de l’économie graphique de la revue. Mais en fait il faut se battre avec les auteurs : les textes sont trop longs, il y a trop de notes, ils ne pensent jamais aux images… même dans notre collectif, puisque les images viennent toujours en dernier.

  • 14 NdR : c’était « Renaître », « Jouir » a paru ensuite.

C. Le Drean : Le cas de la revue Terrain est à ce propos très intéressant : ils sont pile dans un champ scientifique et avec un vrai travail de graphisme. C’est une très jolie revue, avec un tirage assez important et une vraie notoriété. La revue s’était arrêtée et s’est relancée avec leur numéro sur la jouissance14 qui a très bien marché.

Tracés : En fait Tracés est un contre-exemple extrême : quand il y a des images, ce qui est rare, elles sont regroupées dans un cahier central détaché des textes auquel les articles font référence [on montre le hors-série 2017 « Traduire et introduire les sciences sociales d’Asie Orientale » qui comporte un cahier central dédié aux images].

A. Perrot : C’est purement universitaire, une sorte d’annexe de thèse avec les images à la fin !

Tracés : En tout cas, en ce qui vous concerne, on voit que vous coproduisez le savoir dans la revue, en travaillant les décalages, l’ironie, humour, la lacune ou le mystère.

S. Marchal : De mon côté j’assume le fait d’ajouter une couche de sens différent, qui vient questionner et dialoguer avec le contenu du texte ; à son tour le contenu du texte peut interpeller les images. Habituellement, je fais plutôt des affiches, je suis plutôt du côté de l’image, mais pas du dessin : je travaille rarement par le biais du dessin. Comme graphiste, mon travail consistera souvent à faire de l’assemblage : prendre un élément, puis un second et produire du sens par l’association des deux. Avec ce travail d’illustration, l’assemblage se fait entre un texte et une image : une image qui hors contexte n’aura pas grand sens, et que je n’ai pas créée, générera du sens par son association au texte. Je dialogue ainsi avec les universitaires qui écrivent. En général il s’agit de thèmes et de travaux que j’apprécie beaucoup, mais j’apporte un savoir qui m’est propre, une création de sens supplémentaire par juxtaposition. C’est du collage en fait.

  • 15 Marion Lata, « Erreur numéro bleu », Vacarme, numéro 84, été 2018, et « L’un code, l’autre pas », (...)

C. Le Drean : La forme littéraire qu’on évoquait tout à l’heure, elle permet d’avoir une liberté plus grande comme dans les textes de Marion Lata, publiés récemment15. C’est un texte poétique où l’auteure a introduit du code informatique. Les codes, quand elle les a envoyés, étaient en bleu. Sauf que nous sommes en noir et blanc ! J’ai juste demandé à l’auteure si elle pouvait changer sa note et elle a proposé ceci : « Sur l’écran, c’est écrit en bleu mais Vacarme n’étant pas encore en technicolor, l’auteure de ces lignes vous invite à plonger votre exemplaire dans la piscine de votre choix. Laissez détendre puis encadrer, en attendant l’effet Klein ». Pour le deuxième texte sur les écrans noirs, le fond de page est passé en noir et la typographie, que j’ai également changée pour lui donner un caractère plus numérique par rapport au reste de la revue, est en blanc.

Tracés : Tu te souviens de textes littéraires qui t’ont posé des difficultés ?

  • 16 Emmanuel Pinto, « Nota bene, le sourire de Jean Genet », Vacarme, numéro 37, automne 2006, [URL : (...)
  • 17 Frédéric Léal, « Princesse Edulis », Vacarme, numéro 32, été 2005, [URL : https://vacarme.org/arti (...)

C. Le Drean : Oui, dans les grands formats, un auteur avait pensé son texte avec le système des marginalia, les notes dans les marges16 : il y a eu un travail préalable avec l’auteur. Ou encore ce poème de Fréderic Léal, pour lequel l’auteur avait des demandes très précises de mise en page17. Pour la mise en page, j’ai plus de contacts et d’échanges avec les auteurs de textes littéraires qu’avec ceux des textes courants. Aussitôt qu’il s’agit de littérature, il y a échange. Et on peut constater que ce sont les pages où le blanc s’insinue plus, comme si l’écriture poétique ou littéraire ouvrait une autre respiration, un autre rythme de lecture. Pour les autres textes, il y a moins de discussion, hors de la lutte contre les défauts universitaires : les notes, les grand un, petit un. Je fais des bonds quand je vois cela. À Vacarme, on est dans un entre-deux : ni revue universitaire ni magazine non plus. Du coup, le travail d’éditorialisation est important. Ce qui parfois pose des problèmes avec les auteurs.

S. Marchal : Dans Zilsel je trouve qu’ils font un bon travail d’édition tout en respectant un certain nombre de principes académiques : les références, l’appareil de notes, etc. Mon rôle concerne deux choses : d’une part mon travail sur la maquette, pour privilégier la clarté, la maniabilité, permettre un confort de lecture, et d’autre part, ce travail de l’image qui permet un autre type d’entrée. Ce dernier représente un travail moins rigoureux, qui peut aussi être plus grinçant, plus sarcastique, chose que le texte universitaire ne peut se permettre.

Figures 5 et 6. Pages intérieures de Zilsel 2018/2, numéro 4, illustrées et mises en page par Sébastien Marchal

Figures 5 et 6. Pages intérieures de Zilsel 2018/2, numéro 4, illustrées et mises en page par Sébastien Marchal

Avec l’aimable autorisation des éditions du Croquant

  • 18 Laurent Dartigues, « Une irrésistible ascension ? Le neurodroit face à ses critiques », Zilsel, nu (...)

Et il y a aussi un autre aspect à mon intervention : celui qui concerne les données, les tableaux, les cartes, etc. Je les ai tous redessinés parce que souvent ils arrivent illisibles, dans de mauvais formats ou de mauvaises définitions. Il faut parfois échanger avec l’auteur – je l’ai fait avec l’auteur de l’article sur le neurodroit, par exemple18, pour affiner la mise au point de ces schémas sans faire de contresens. Ça fait partie du travail du graphiste que de rendre lisibles ces données.

Tracés : Au sujet de la lisibilité et de l’accessibilité, Mélie Giusiano, quand elle présente son travail graphique au sein de Sensibilités, explique que faire une belle revue, au sens plastique du terme, est une manière pour elle de désenclaver ce savoir considéré comme sacré, qui a du mal à sortir du champ universitaire. On peut entendre de cette manière ce que vous dites : il faut que ce soit plus lisible, plus aéré pour rendre le savoir plus accessible, pour le démocratiser. Par ailleurs, Sébastien, quand tu dis : « C’est Pierre Bourdieu jeune mais seuls ceux qui savent le verront », tu assumes une dimension private joke adressée aux savants tout en faisant un travail graphique qui ouvre au-delà de ce clin d’œil.

S. Marchal : Oui, bien que j’essaie de ne pas ajouter d’hermétisme. Parfois ça reste un peu mystérieux mais pour moi l’illustration, c’est aussi comme une fenêtre : on voit un paysage qui n’a pas forcément de sens précis – c’est d’abord un élément plastique. Certaines personnes resteront interrogatives, mais généralement un sens émerge, même s’il y a des variations dans l’interprétation. Il y a effectivement des niveaux de lecture supplémentaires qui s’adressent aux lecteurs plus érudits. Cela dit, dans les revues de sciences sociales il y a un enjeu de partage, d’accès : Zilsel est clairement universitaire mais veut pouvoir être lue par des curieux, des amateurs, et pas uniquement par les sociologues eux-mêmes.

C. Le Drean : C’est la question du lecteur. Vacarme n’est pas une revue universitaire, mais son lecteur l’est en grande partie. Il ne faut pas se leurrer.

Tracés : Para-universitaire, en quelque sorte ?

C. Le Drean : Oui. La simplification du texte par rapport aux normes académiques permet des entrées plus faciles à la lecture. Malgré nos efforts, nous n’avons pas non plus beaucoup de retours de lecteurs. Et c’est un problème.

A. Perrot : Mais si, récemment nous avons eu un retour très enthousiaste : une artiste a repris le titre d’un chantier [dossier], donc c’est la preuve qu’on a bien d’autres publics ! Une artiste19 nous a envoyé des photos d’une installation qu’elle a faite en reprenant le titre d’un des textes collectifs de Vacarme, « Prendre des forces, sortir de l’effroi »20. Il y a des choses qui se font comme ça, sans qu’on n’y soit associés. C’est un bel écho au travail du comité de rédaction.

Conditions de travail et reconnaissance socioprofessionnelle

Tracés : Est-ce que votre travail dans le domaine des sciences humaines et sociales vous apporte quelque chose pour votre travail en général ?

S. Marchal : Chez moi cela fait sens, cela s’inscrit dans quelque chose de plus large. L’essentiel de mes commandes s’inscrit dans le terrain politique, pour des syndicats, des collectifs, des associations…

Tracés : Tu arrives à te faire payer, c’est merveilleux !

S. Marchal : En fait – il faut que j’arrive à faire un calcul sur l’année – je pense que 75 % de mon boulot n’est quasiment pas rémunéré… Je navigue entre des boulots bénévoles, des boulots payés symboliquement et quelques boulots bien payés qui arrivent à m’apporter de quoi vivre. Je précise, parce que c’est important : je n’ai pas de loyer à payer. Mes parents ont acheté il y a pas mal de temps l’appartement où je suis, où j’habite, dans le onzième arrondissement à Paris. J’ai cette chance-là et je pense que si j’avais un loyer à payer je serais obligé de faire beaucoup plus de choses plus rémunératrices, qui m’intéressent moins, et qui seraient moins en accord avec mes idées. À Zilsel je suis rémunéré, modestement.

C. Le Drean : Pour moi c’est un peu différent : j’ai un crédit à payer, un peu moins cher qu’un loyer. Mais je suis dans une économie très précaire aussi avec beaucoup de travail pour des associations, des ONG, dont les budgets sont toujours très limités. Vacarme me rémunère parce que le travail que je réalise pour elle est une priorité : il faut que chaque numéro soit prêt en temps et en heure pour que la revue existe.

S. Marchal : Mais les publications donnent de la visibilité aux auteurs [rires].

A. Perrot : Dans le champ universitaire c’est une nécessité, ça va permettre les évaluations absolument faussées, par exemple combien d’articles vous avez publiés et surtout combien de fois vos articles ont été cités, etc.

Tracés : Comment travaillez-vous ? Et est-ce que travailler avec les SHS participe à la reconnaissance de votre métier ?

  • 21 Vacarme, numéro 84, été 2018.

C. Le Drean : Contrairement à Sébastien, je ne suis pas exactement dans une démarche d’élaboration permanente, je n’ai pas beaucoup de temps pour faire mon travail, notamment pour la couverture de chaque numéro : pour cela j’ai le titre du dossier, parfois des axes. Je travaille à partir de ces quelques éléments mais je m’efforce de tenir une ligne graphique, au moins dans le cadre d’une série, pour les quatre numéros de l’année. Il s’agit de les penser dans une continuité. Hier, nous avons eu l’assemblée générale de l’Association Vacarme et nous avons décidé qu’il y aurait plus de photographies. Pour rejoindre ce que disait Antoine tout à l’heure, les photos, c’est plus rassurant. On a eu, par exemple, beaucoup de discussions au sujet de la couverture du numéro « La démocratie prise en étau »21. Ces formes verticales qui tombent, ont été vues uniquement comme des couperets, des guillotines. De mon côté, j’avais en tête cette analogie, mais aussi cette succession de plans qui créent des espaces intermédiaires, des espaces de circulation dans lesquels la démocratie existe en quelque sorte.

Figure 7. « La démocratie prise en étau », variante d’une couverture pour Vacarme no 84, octobre 2018, réalisée par Christophe Le Drean

Figure 7. « La démocratie prise en étau », variante d’une couverture pour Vacarme no 84, octobre 2018, réalisée par Christophe Le Drean

Mais certaines personnes n’ont vu dans cette couverture qu’une interprétation angoissante du sujet du dossier, ou faisaient surgir à partir des couleurs des rapprochements inattendus et négatifs. La photo, d’une certaine manière, cela bouscule moins, il y a quelque chose de plus calme.

A. Perrot : De moins polysémique, peut-être.

S. Marchal : D’une manière générale, c’est très difficile d’être reconnu aujourd’hui en tant que graphiste auteur. Le métier de graphiste est très déconsidéré, car vu comme un travail d’exécution que tout le monde peut faire facilement en utilisant des outils accessibles à tous. Sauf que tout le monde n’a pas derrière soi le travail d’élaboration et de maîtrise de ce langage spécifique qu’est le graphisme, qui charrie avec lui une histoire, des codes, des écoles, des figures. Je défends l’autonomie (au sens de Bourdieu) du graphiste. Ce qui ne veut pas dire que je suis partisan d’un travail isolé où le graphiste fait tout dans son coin ; je suis pour un dialogue, mais selon moi c’est important d’avoir ce qu’on appelle le final cut dans le monde du cinéma, c’est-à-dire qu’on ne m’impose pas de choix graphiques contraires à ce que je pense juste. La sociologie m’a donné des outils pour comprendre mon champ et pour comprendre ces problématiques. Tout le travail de Bourdieu sur la théorie des champs, notamment sur le champ artistique, avec Les règles de l’art puis les cours au Collège de France sur Manet (et ce qui aurait dû devenir un autre bouquin sur l’autonomisation des artistes), montre bien les enjeux qu’il y a, la complexité des rapports à la commande et à quel point la conquête de l’autonomie est difficile. En 2000, Gérard Paris-Clavel avait eu le premier prix du concours d’affiche de Chaumont – le principal festival de graphisme en France, qui existe depuis vingt-cinq ans. L’année suivante il y avait une rétrospective sur l’intégralité de son travail à Chaumont, et cette année-là le festival avait pour thème la commande. Paris-Clavel avait invité Bourdieu, qui s’est beaucoup posé la question du commanditaire, public ou privé, en sociologie. Les héritiers de Bourdieu ne souhaitent pas que la retranscription de cette intervention soit diffusée car ils ne la jugent pas d’assez bon niveau, mais j’aimerais beaucoup pouvoir simplement la lire, voir les rapprochements concrets qu’il opère sur la problématique de la commande, entre sociologie et graphisme. Je l’ai entendu dire qu’avec son laboratoire, il avait pour principe de ne se faire payer que des études déjà réalisées. Ça leur permettait d’avoir une vraie liberté : la rémunération servait à financer l’étude suivante. C’est un peu comme ça que Gérard [Paris-Clavel] fonctionne et que je fonctionne : quand on vient me passer commande, mon travail de recherche permanent me permet d’avoir déjà la réponse ou au moins des éléments de réponse, ce qui me donne une plus grande autonomie, et me permet de me libérer de l’urgence. En tant que graphiste, je suis dépositaire d’un sujet qui appartient d’abord au commanditaire, je me mets au service d’un sujet que je dois m’approprier ; mais je défends l’idée que j’ai un savoir-faire, une subjectivité propre sur le terrain de l’image, du graphisme, et le commanditaire doit avoir une écoute vis-à-vis de ça. Il doit être prêt à être surpris, à se laisser embarquer dans quelque chose qu’il ne maîtrise pas d’emblée. Avec Zilsel j’ai la chance d’avoir un commanditaire tout à fait à l’écoute. Ce n’est pas toujours le cas, y compris du côté des militants qui peuvent se comporter comme les pires des patrons, capables de rayer d’un trait de plume des mois de travail !

Tracés : Faites-vous partie d’organisations professionnelles ?

S. Marchal : Je suis membre du SNAP-CGT, le Syndicat national des artistes plasticiens. D’ailleurs il y avait une manifestation jeudi dernier [21 juin 2018] devant le ministère de la Culture, car notre régime de sécurité sociale est en train d’être remis en cause : on va perdre un certain nombre de droits, notamment la possibilité d’avoir des représentants démocratiquement élus. C’est la première fois que je voyais une telle mobilisation (presque trois cents personnes) alors que je suis membre du SNAP depuis un certain temps. La question syndicale n’est pas évidente car nous exerçons un métier très individualisé, la lutte collective ne va pas du tout de soi. Dans le graphisme, comme dans toutes les professions artistiques, il y a par définition une forme de concurrence, on se juge les uns les autres, donc ce n’est pas évident de se dire : « On va ensemble défendre et gagner des droits communs ».

C. Le Drean : L’épisode de la contribution sociale généralisée (CSG) l’illustre parfaitement. Le gouvernement a décidé de modifier sa composition, de la compenser pour les salariés. Le ministère de la Culture s’est aperçu, sous la pression des organisations professionnelles, au moment du vote du texte de loi, qu’ils avaient oublié les 200 000 artistes-auteurs. Comme Sébastien je suis adhérent d’une organisation professionnelle, le CAAP en l’occurrence.

Tracés : Claude Baillargeon écrit : « Dans un monde dominé par la publicité, l’affiche est une image dissidente. Le temps est déterminant. Il importe de voir comment les images tiennent la route avec le temps ».

S. Marchal : En fait c’est moi qui ai fait l’entretien dans lequel il dit cela, quelques mois avant son décès22. Ce n’était pas évident, il habitait dans un coin complètement paumé, à deux heures et demie de voiture de Paris… C’est quelqu’un qui, à la fin des années 1990, a perdu son atelier et, tout à coup, s’est exilé dans ce village, et n’a quasiment plus rien fait en termes d’affiches, alors qu’il avait produit plusieurs campagnes pour le Parti socialiste, des choses qui ont eu une grande visibilité, une grande audience, dans les années 1975-1995. Après, ça a été un peu la traversée du désert et il n’en est jamais complètement sorti. Ça montre la grande fragilité des artistes. Il dit des choses très lucides sur le rapport aux commanditaires, il voit très bien l’évolution : le Parti socialiste pour lequel il a travaillé avant 1981, une fois arrivé au pouvoir, a complètement mis de côté les graphistes, et n’a plus fait appel qu’à des boîtes de pub.

C. Le Drean : C’est la même chose quand on regarde toutes les affiches de la Ville d’Aubervilliers depuis quatre ou cinq ans. Ils faisaient auparavant appel systématiquement à des graphistes, comme Michel Quarez ou l’atelier Nous travaillons ensemble, et ils ne le font plus.

A. Perrot : Beaucoup de Villes communistes étaient des commanditaires réguliers des graphistes, notamment dans la banlieue de Paris. Cela devient de plus en plus rare. Dans la tête des gens, et cela contamine même le monde militant, le modèle du travail professionnel est devenu celui du travail publicitaire, le modèle des agences de communication. Pour eux, cela semble une légitimation du travail graphique.

S. Marchal : Parce que les agences de communication ne vendent pas des affiches : elles vendent du discours, des éléments de langage qui vont être repris systématiquement, sur divers supports, et là-dessus ils rajouteront peut-être une image pour faire une affiche, mais ce qu’elles vendent, c’est du conseil en langage. Ou en image, mais au sens d’image de marque. Le graphiste travaille sur autre chose.

Tracés : Est-ce qu’il n’y a pas une méconnaissance du métier lui-même ?

S. Marchal : C’est certain. C’est pour ça que je me suis mis à faire de la pédagogie auprès de mes commanditaires militants, de mes camarades. J’ai construit tout un diaporama sur l’affiche politique à travers le thème de la main, que j’ai régulièrement repris, enrichi. Il y a une vidéo en ligne où je le montre, à Chaumont23. Du côté des agences de communication, elles aiment bien faire leur B.A. avec une campagne gratuite ou à prix cassés pour une grande organisation, ou un parti politique. Elles blanchissent comme ça leur image. Pensons à Amnesty International, qui a fait des tas d’affiches superbes, en faisant appel aux plus grands graphistes : Roman Cieslewicz, Roland Topor, Alain Le Quernec, etc. Aujourd’hui cette organisation ne fait plus que des campagnes réalisées par des agences de communication, et ça n’a plus rien à voir.

Tracés : Vous avez travaillé pour la publicité ?

S. Marchal : Non. Mais je regrette, au début de mon parcours, de n’avoir pas expérimenté de travailler pour une grosse boîte de pub, juste pour comprendre de l’intérieur comment ça fonctionne.

Tracés : Au sujet des liens entre publicité, pouvoir à gauche et graphistes, il y a un livre d’un graphiste qui a collecté des affiches cubaines, Cuba Gráfica. Histoire de l’histoire de l’affiche cubaine. On voit comment tout le savoir-faire des agences de publicité américaines a été récupéré par la révolution. Ils en ont fait des affiches de film magnifiques.

S. Marchal : Tu parles de Régis Léger ? C’est un copain. À Cuba, mais aussi en Pologne, en Tchéquie, pendant plusieurs décennies, toutes les affiches de cinéma avaient leur version locale faite par des artistes locaux. En général elles sont mille fois plus intéressantes que les originales. J’aimerais bien que des sociologues se penchent sur ces histoires-là pour voir en détail comment tout ça s’est produit. Je pense que c’est le résultat d’une sorte de compromis car a contrario les artistes d’art pur, les plasticiens, avaient beaucoup moins de possibilités. Ils se sont réfugiés dans ce qui apparaissait, en tant qu’art appliqué, plus légitime du point de vue d’un pouvoir qui privilégiait l’utile, le fonctionnel ; et en même temps ils ont dû se battre, selon les moments, contre l’hétéronomie complète qu’était le réalisme socialiste. En URSS, le passage des premiers temps de la révolution à la prise de pouvoir de Staline a pour conséquence une transformation complète de l’esthétique. On a d’abord une esthétique totalement avant-gardiste, donc totalement autonome, le constructivisme, qui est produite par des peintres ou des artistes déjà très reconnus, comme Rodchenko, Lissitzky, Maïakovski, qui ont investi ce terrain du graphisme et des arts appliqués plus généralement (design, architecture…). Et avec le réalisme socialiste – qui devient officiel en 1934 au congrès des écrivains mais qui commence avant –, on est dans la perte complète d’autonomie : c’est le pouvoir politique qui décide de l’esthétique. Je fais le parallèle avec ce qui s’est passé dans la publicité : pendant plusieurs décennies, dans la publicité commerciale il y avait des graphistes qui signaient de leur nom : Cassandre, Savignac, Villemot, etc. Ils avaient une vraie liberté dans leur création, mais avec le passage au néolibéralisme, au tournant des années 1970, le modèle de l’agence de publicité – qui naît aux États-Unis, avec les commerciaux au sommet, toujours d’accord avec le client – met complètement fin à l’expression des auteurs. Cette hétéronomie créée par le marché et non plus par l’État aboutit à ce que j’appelle le réalisme capitaliste. On le voit dans l’affiche depuis plusieurs décennies, on est dans du photomontage photoréaliste, on a des assemblages d’éléments photographiques qui produisent une apparence de réalité, et abolissent la distance critique du spectateur ; une réalité glorifiée, fantasmée, illusoire, comme dans le réalisme socialiste : des produits avec un beau soleil, un camembert sur un fond d’herbe, une voiture qui brille avec une jolie jeune femme complètement irréelle tellement elle a été retouchée sur Photoshop…

***

Contribution de Mélie Giusano, qui n’avait pas pu être présente lors de l’entretien, pour la revue Sensibilités.

4Mon travail pour la revue Sensibilités a commencé par une envie partagée avec Chloé Pathé des éditions Anamosa24 et avec l’équipe du comité éditorial de la revue, de questionner les codes des publications de sciences humaines dites classiques.

5Sensibilités se devait d’être différente, voilà l’envie commune : un brin impertinente et provocatrice, en raison des choix de sujets et de la façon de les aborder, mais aussi de la place donnée au graphisme.

6D’un point de vue purement graphique, l’idée principale était de chambouler quelque peu les habitudes préétablies du lectorat de sciences humaines, dans le but de s’ouvrir à un public plus large et moins habitué aux conventions académiques. C’est, par exemple, ce qu’offre la rubrique « Expérience », qui propose à des chercheurs ou à des auteurs d’écritures non universitaires (artistes, photographes, illustrateurs, écrivains, etc.) d’aborder le thème du numéro à travers un mode narratif différent et de façon très libre.

7En ce qui concerne la mise en page des articles, je joue avec les codes des revues universitaires : le placement très hiérarchisé des titres, les notes de bas de page, les exergues ou encore les citations intégrées au texte. Je les détourne, les mets en avant – alors que ces éléments sont habituellement destinés à rester discrets – et génère un décalage. Pour cela j’ai défini quelques principes systématiques : (1) la déconstruction des mots, notamment par la découpe des syllabes dans les titres des articles de la rubrique « Recherche », qui vient perturber une lecture linéaire mais qui peut aussi questionner le sens profond des mots ; (2) la mise en place d’une trame de fond et de certains caractères graphiques qui font écho au monde du fanzine et au graphisme underground des années 1980-1990, ce qui incite le lecteur à se repositionner par rapport au genre de la revue ; (3) l’utilisation littérale de l’expression sortir des cadres : je place souvent les titres à gauche, les introductions avant les titres, j’interviens à la main pour entourer le nom de l’auteur ou souligner un élément précis… afin d’aborder le texte d’un autre point de vue ; (4) la couleur : la revue est imprimée en noir plus une couleur différente pour chaque numéro. Cette bichromie, alors qu’elle pourrait demeurer une contrainte, est aussi l’occasion d’une recherche pour réinventer les images et la manière de les regarder, sans pour autant en changer le sens ou l’essence. La bichromie permet également de faire des liens entre le texte et l’image, par exemple en mettant en couleur (et donc en exergue) une partie du texte relative aux images, ou en faisant ressortir un détail important d’une image noir et blanc par la colorisation de celui-ci.

8Les décalages graphiques mis en place, bien qu’ils soient pour moi l’occasion d’un amusement sans limite, constituent aussi, me semble-t-il, une autre façon d’entrer dans les articles : par une certaine respiration donnée au texte, par les perspectives depuis lesquelles lire et regarder les mots sur lesquels j’interviens.

9Ces traductions graphiques sont autant d’accompagnements à la lecture de certains articles, notamment théoriques, qui pourraient décourager des lecteurs de revues grand public – dont je fais partie.

10Concernant ma méthode de travail, je lis généralement les textes dans les grandes lignes (les titres, introductions ou citations en exergue), je laisse mon œil s’accrocher à un ou deux détails importants, et cela me suffit la plupart du temps à libérer l’inspiration et à faire se dérouler le fil de la mise en page.

11J’ai pris l’habitude de toujours questionner le sens avant la forme, et de ne rien faire arbitrairement ou par pur esthétisme.

12L’idée de Sensibilités, et plus généralement des éditions Anamosa, est aussi de permettre une rencontre entre le monde de l’image et celui du texte dans un milieu éditorial peu coutumier d’un graphisme aussi présent et visible. Il me semble que c’est justement cette envie de laisser une place importante au visuel, et au graphiste, qui donne à Sensibilités son identité particulière. De ce point de vue le projet me passionne, étant moi aussi à la recherche de l’équilibre entre ces deux mondes, pour qu’ils se soutiennent l’un l’autre et forment un tout cohérent.

13Lorsque j’envoie un article mis en page à Chloé [Pathé] et au comité éditorial je suis toujours sur la corde raide. Est-ce que mon interprétation ou mon parti pris ne sera pas trop éloigné de celui de l’auteur ? Ne suis-je pas allée trop loin ? C’est la question que je me pose pour chacun des articles que j’illustre, et qui me semble fondamentale : rester consciente de mon rôle de graphiste, qui doit avant tout s’effacer au service du texte, tout en gardant sa voix, son espace d’expression. Un espace dont je ne veux négliger ni l’importance ni la portée.

Figure 8 : « À la recherche de la planche à rêve Kanak », ouverture d’article pour le numéro « La société des rêves », Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 5, août 2018, réalisée par Mélie Giusiano.

Figure 8 : « À la recherche de la planche à rêve Kanak », ouverture d’article pour le numéro « La société des rêves », Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 5, août 2018, réalisée par Mélie Giusiano.

Figure 9 : « Corps au paroxysme », couverture, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 4, novembre 2017, réalisée par Mélie Giusiano.

Figure 9 : « Corps au paroxysme », couverture, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 4, novembre 2017, réalisée par Mélie Giusiano.

Figure 10 : « Les sens de la maison », couverture, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 3, avril 2017, réalisée par Mélie Giusiano.

Figure 10 : « Les sens de la maison », couverture, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 3, avril 2017, réalisée par Mélie Giusiano.
Haut de page

Notes

1 Gérard Fromanger, série « Bastilles », pastels, Vacarme, numéro 44, 2008, p. 17. L’introduction d’A. Perrot à cette intervention graphique est consultable ici : [URL : https://vacarme.org/article1606.html].

2 Il s’agit du numéro 82, hiver 2018, dont le sommaire est consultable ici : [URL :

https://vacarme.org/rubrique510.html

].

3 L’entretien a été publié le 7 octobre 2017 par Le Point rubrique « Afrique » ; consultable ici : [URL : http://afrique.lepoint.fr/culture/hicham-benohoud-ce-n-est-pas-l-instantane-qui-m-interesse-mais-les-mises-en-scene-17-10-2017-2165158_2256.php].

4 Cette série est consultable sur le site personnel de l’artiste : [URL : http://www.hichambenohoud.com/benohoud/index.php?option=com_content&view=article&id=47&Itemid=48].

5 Vincent Perrottet, graphiste, a participé au collectif Grapus (1970-1991) et, à la suite de celui-ci, fondé le collectif des Graphistes associés (1991-2001), avec Gérard Paris-Clavel. Très actif dans le champ du graphisme français, il a été l’un des directeurs artistiques du festival d’affiches de Chaumont.

6 Gérard Paris-Clavel, graphiste, cofondateur du collectif Grapus puis des Graphistes associés et de Ne pas plier, association toujours active avec laquelle il produit et diffuse, entre autres, des images pour les luttes sociales. Il a connu Bourdieu et travaillé avec lui, et collabore désormais avec ses héritiers en tant que graphiste de la revue Actes de la recherche en sciences sociales (depuis 2004).

7 Avec Jérôme Lamy, A. Saint-Martin est cofondateur et codirecteur de publication de la revue Zilsel. Celle-ci est née en 2017 d’un carnet de recherche publié sur la plateforme Hypothèses depuis 2013. La revue sort deux numéros par an aux éditions du Croquant.

8 Jean-Pierre Tremblay [pseudonyme], 2014, « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris », Sociétés, numéro 126, p. 115-124. Sur la suite du canular voir M. Quinon et A. Saint-Martin, « Le maffesolisme, une “sociologie” en roue libre. Démonstration par l’absurde », Carnet de Zilsel, 7 mars 2015.

9 Voir : [URL : https://zilsel.hypotheses.org/].

10 Vacarme, numéro 43, 2008 (printemps), p. 15. L’introduction d’A. Perrot à cette intervention graphique est consultable ici : [URL : https://vacarme.org/article1546.html]. Vacarme, numéro 49, 2009. Il s’agit d’une série de dessins extraite du dernier ouvrage de Kiki et Loulou Picasso, Engin explosif improvisé, L’Association, 2009. L’introduction d’A. Perrot à cette intervention graphique est consultable ici : [URL : https://vacarme.org/article1816.html].

11 Dans la rubrique « Classiques » la revue publie « Michel Foucault défenseur de l’ethnologie », de Jean-François Bert (p. 281-303) et « La magie – le fait social total », de Michel Foucault, p. 305 à 326.

12 Guillaume Carnino et Clément Marquet, « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, numéro 3, 2018/1, p. 19-62.

13 Ce format a été abandonné depuis quelques années au profit d’un format médian (différent aussi des grands formats initiaux de la revue).

14 NdR : c’était « Renaître », « Jouir » a paru ensuite.

15 Marion Lata, « Erreur numéro bleu », Vacarme, numéro 84, été 2018, et « L’un code, l’autre pas », Vacarme, numéro 85, automne 2018.

16 Emmanuel Pinto, « Nota bene, le sourire de Jean Genet », Vacarme, numéro 37, automne 2006, [URL : https://vacarme.org/article1205.html].

17 Frédéric Léal, « Princesse Edulis », Vacarme, numéro 32, été 2005, [URL : https://vacarme.org/article609.html].

18 Laurent Dartigues, « Une irrésistible ascension ? Le neurodroit face à ses critiques », Zilsel, numéro 3, 2018, p. 63-105.

19 Il s’agit de l’artiste suisse Pamina de Coulon et de son installation « Printemps on recommence », visible ici : [URL : http://www.magasin-cnac.org/exposition/5ab25ee1d8ad73474a2ef07a].

20 Texte consultable ici : [URL : https://vacarme.org/article2765.html].

21 Vacarme, numéro 84, été 2018.

22 Voir [URL : https://vimeo.com/169285859].

23 Voir [URL : https://www.youtube.com/watch?v=UQowt39ytPY].

24 Voir [URL : https://anamosa.fr]. Anamosa signifie « tu marches avec moi » dans la langue des Sauks, peuple nord-amérindien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Qui se soumet ?, illustration d’Antoine Perrot, série « Sinistres desseins », Vacarme no 85, automne 2018
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-1.jpg
Fichier image/, 783k
Titre Figure 2. Qui en tire profit ?, illustration d’Antoine Perrot, série « Sinistres desseins », Vacarme no 85, automne 2018
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-2.jpg
Fichier image/, 926k
Titre Figure 3. Couvertures de Zilsel, 2018/1, numéro 3 (gauche) et 2018/2, numéro 4 (droite), réalisées par Sébastien Marchal
Légende Avec l’aimable autorisation des éditions du Croquant
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-3.jpg
Fichier image/, 899k
Titre Figure 4. Pages intérieures de Zilsel, 2018/1, numéro 3, illustrées et mises en page par Sébastien Marchal
Légende Avec l’aimable autorisation des éditions du Croquant
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-4.jpg
Fichier image/, 625k
Titre Figures 5 et 6. Pages intérieures de Zilsel 2018/2, numéro 4, illustrées et mises en page par Sébastien Marchal
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-5.jpg
Fichier image/, 436k
Légende Avec l’aimable autorisation des éditions du Croquant
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-6.jpg
Fichier image/, 413k
Titre Figure 7. « La démocratie prise en étau », variante d’une couverture pour Vacarme no 84, octobre 2018, réalisée par Christophe Le Drean
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-7.jpg
Fichier image/, 389k
Titre Figure 8 : « À la recherche de la planche à rêve Kanak », ouverture d’article pour le numéro « La société des rêves », Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 5, août 2018, réalisée par Mélie Giusiano.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-8.jpg
Fichier image/, 885k
Titre Figure 9 : « Corps au paroxysme », couverture, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 4, novembre 2017, réalisée par Mélie Giusiano.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-9.jpg
Fichier image/, 960k
Titre Figure 10 : « Les sens de la maison », couverture, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, no 3, avril 2017, réalisée par Mélie Giusiano.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9283/img-10.jpg
Fichier image/, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amina Damerdji et Natalia La Valle, « Quand les graphistes produisent du savoir : revues Vacarme, Zilsel et Sensibilités. Entretien avec Mélie Giusiano, Christophe Le Drean, Sébastien Marchal et Antoine Perrot », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9283 ; DOI : 10.4000/traces.9283

Haut de page

Auteurs

Amina Damerdji

chercheuse en littérature, université de Lorraine-CEMS (EHESS) linguiste, sociologue et traductrice SHS, chercheuse associée au laboratoire Printemps-UMR 8085 (CNRS-UVSQ)

Articles du même auteur

Natalia La Valle

linguiste, sociologue et traductrice SHS, chercheuse associée au laboratoire Printemps-UMR 8085 (CNRS-UVSQ)

Articles du même auteur

Haut de page