Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Maquette(s)

(Re)faire Tracés

(Re)making the Tracés journal
Sophie Pierret et Florence Jamet-Pinkiewicz
p. 239-254

Résumés

L’identité actuelle de Tracés présente peu d’homogénéité du fait des contraintes inhérentes à chacun de ses supports (forme papier, site Internet, blog) : cela concerne les couleurs, la composition graphique et la typographie, qui diffèrent d’un support à l’autre. Chacun-e des étudiant-e-s du diplôme des métiers d’art « Typographisme » de l’école Estienne présente ainsi dans ce numéro une proposition d’identité visuelle harmonisée sur les différents supports de la revue. Pour cela, certains d’entre eux ont choisi de créer une police de caractères spécifique pour la revue ou d’accompagner ces créations avec les polices libres de droit, disponibles en ligne, et d’« outils graphiques contributifs », utilisables sans la médiation d’un designer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est devenu, au sein des nouveaux diplômes des métiers d’art et design qui remplacent les DMA de (...)

1Le diplôme des métiers d’art « Typographisme »1 offre une formation aux métiers de la typographie, qui comprennent aussi bien la création de polices de caractères ou l’apprentissage de la calligraphie que la mise en page et la conception d’identité visuelle à destination de supports papier et numériques. Cette formation que nous encadrons à l’école Estienne, unique en France, repose en partie sur des projets à la fois fictifs et réels. C’est dans cette perspective pédagogique que nous avons noué un partenariat avec la revue Tracés, celle-ci nous ayant proposé de penser la refonte de son identité visuelle. Le projet présentait à nos yeux un double intérêt pour les étudiant-e-s : il s’agissait d’offrir à de jeunes designers la possibilité de repenser la forme de la revue, son et ses espaces, tout en prenant en compte son histoire et ses acteurs ; il s’agissait, d’autre part, de se demander comment faire aujourd’hui une revue, qui plus est une revue de recherche en sciences humaines et sociales, car elle doit respecter les normes de présentation d’une édition savante, qu’il n’est pas simple de faire migrer sur des supports numériques, d’autant plus que les outils de publication de contenus (CMS) présentent eux aussi de fortes contraintes éditoriales. Nous avons ainsi rencontré au printemps 2017 deux membres du comité de rédaction qui nous ont présenté la revue et les enjeux d’une refonte graphique.

2À l’issue de nos échanges avec les représentants de l’équipe de Tracés, nous avons analysé en classe les versions actuelles papier et web. Plusieurs questions se sont ainsi posées : si la revue a fait le choix de conserver une édition papier, comment actualiser sa présentation ? Comment ce nouveau design peut-il préserver une ligne éditoriale à travers des éléments présentés sur différents sites de publications, et ce malgré une lecture fragmentée, voire très fragmentaire, des numéros mis en ligne ? Cela nous a conduits à opérer une synthèse de la commande qui nous a été faite et de notre propre compréhension-ressenti de l’identité actuelle de la revue. Nous avons particulièrement relevé que le comité de rédaction était très attaché à préserver l’existence du support papier et qu’il s’emparait de questions actuelles, en conciliant parité hommes-femmes et pluralité disciplinaire au sein de numéros thématiques.

3L’identité actuelle de Tracés présente peu d’homogénéité du fait des contraintes inhérentes à chacun de ses supports (forme papier, site Internet, blog) : cela concerne les couleurs, la composition graphique et la typographie, qui diffèrent d’un support à l’autre. Tous les projets des étudiant-e‑s cherchent à harmoniser visuellement ces supports. Pour cela, certains d’entre eux ont choisi de créer une police de caractères spécifique pour la revue et d’utiliser ou d’accompagner ces créations avec les polices libres de droit, disponibles en ligne.

4L’austérité graphique de la revue papier a été le point de départ de nos interrogations : si cette sobriété peut exprimer le sérieux scientifique du contenu, elle nous a paru datée d’un point de vue typographique (évoquant plutôt un manuel de jeu vidéo des années 1980) et peu adaptée aux sciences dites humaines, d’autant que la revue explore des thématiques très actuelles et que son public nous a semblé plutôt jeune. Il nous a donc paru important d’animer graphiquement la couverture, a fortiori sachant que les numéros thématiques offrent sur ce point de nombreuses possibilités.

  • 2 Vitali-Rosati Marcello, 2014, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? » [en ligne], site Culture numé (...)

5Les propositions de forme engagent ainsi la question du faire au sein de la revue. Nous avons pour cela imaginé des systèmes graphiques et typographiques simples qui peuvent aisément être déclinés en interne, en mettant à disposition des outils graphiques adaptés et adaptables aux structures et normes de publication existantes (CMS, formats des fontes publiables, formats standards d’impression, etc.), voire utilisables sans la médiation du designer. Pour répondre à la création d’une revue aujourd’hui, les étudiants ont conçu des « outils graphiques contributifs », au service de ceux qui font la revue. Leurs projets vont ainsi du redesign éditorial de la revue à une réflexion d’éditorialisation ouverte2.

Présentation des projets

Les textes et leurs tracés. Projet d’Antoine Saunier

6Le titre Tracés est interprété par les filets surlignant les mots composés en couverture.

7Dans les logiciels de mise en page, il est aisé de faire varier la graisse, la couleur et le style de surlignement en fonction des variations de la typographie et de l’importance des textes. Certaines polices de caractères comprennent également des variantes déjà surlignées, ce qui produit, lettre par lettre, un filet en pointillés. L’utilisation de ce système permet de structurer la couverture en fonction de son contenu textuel, et ainsi d’obtenir une composition différente pour chaque numéro. Une photographie tramée à choisir selon la thématique est disposée dans l’espace restant et complète la première de couverture.

8Le même principe de têtière est également décliné en investissant un angle du format.

9La hiérarchie des informations de couverture donne une place plus importante à la têtière et au titre du numéro, afin que ceux-ci soient immédiatement lisibles de loin. En quatrième de couverture, un système similaire ordonne clairement les titres et auteurs des articles par rubrique.

De l’humain dans l’édition scientifique. Projet de Clara Hinoveanu

10C’est pour insister sur l’humain en tant que sujet des sciences humaines qu’un lettrage réalisé à la main dessine la têtière qui occupe tout le format de la première de couverture. Les informations qui sont à modifier de numéro en numéro se calent sur ce fond, dont les verticales et horizontales sont marquées pour les structurer, tout en laissant entrevoir en arrière-plan les imperfections du geste. La revue papier arbore une couleur jaune très reconnaissable et le hors-série se détache des numéros classiques par son fond blanc.

11La revue en ligne et le blog respectent les couleurs de l’édition papier. Sur le blog, le lettrage fait office de motif en fond et l’ambiance visuelle est plus détendue.

Démultiplications. Projet d’Emma Sizun

12Tracés est l’espace éditorial d’un dialogue interdisciplinaire fécond. Ces croisements d’idées sont représentés ici d’abord par la profondeur créée par la superposition de deux niveaux de lecture : la têtière, et les informations de contenu.

  • 3 On nomme fûts les parties verticales qui composent un caractère romain. Les fûts sont obliques dan (...)

13La typographie de la têtière évoque la démultiplication des points de vue et leur lien : plusieurs fûts3 forment un caractère, comme plusieurs points de vue forment la revue. Leur dessin humaniste fait écho à l’écrit et au caractère de tradition des sciences humaines, dans une forme plus moderne. Cette typographie spécialement conçue pour la revue se décline en trois variantes à deux, trois ou quatre fûts, capables de faire évoluer la têtière au fil des numéros. Elle est associée au Bluu Next, une typographie aux formes singulières dessinée par Jean-Baptiste Morizot pour Velvetyne Type Foundry. Les hors-séries sont envisagés en négatif.

Échelles et points de vue. Projet de Maëlle Tuféry

14Le jeu de lecture mis en place dans cette proposition fait ressortir de loin le nom de la revue. Si l’on s’approche, ce nom devient moins lisible par l’effet des trames ; en revanche apparaissent alors le thème du numéro et le sous-titre Revue de sciences humaines. Un code coloré est utilisé pour différencier les numéros et indiquer les hors-séries.

15La typographie utilisée est la Merriweaver d’Eben Sorkin aux nombreuses déclinaisons.

16Les visuels qui viennent animer l’ensemble évoquent les codes de la société humaine (marquages routiers, feux de signalisation, panneaux). Ces codes renvoient à la civilisation et à son fonctionnement, aux sciences humaines : comment s’organise une société ? Comment l’expliquer ?

Sobriété, continuité. Projet de Manuel Ranson

17Le thème du numéro est l’élément principal de la couverture puisqu’il définit le contenu de la revue. Graphiquement, il est donc l’élément principal qui structure la couverture : sa composition détermine le volume qu’occupent l’aplat coloré, l’emplacement de la têtière et des éléments qui l’accompagnent.

18La têtière est composée en Sarina d’Eben Sorkin. Cette police cursive évoque une écriture tracée, régulière, claire et assurée. Le restant du rédactionnel de couverture et de quatrième de couverture est en IBM Plex de Mike Abbink, une linéale aux accents humanistes.

19Par l’effet d’une grille aérée, d’une structure minimale et de la sobriété de l’ensemble, le graphisme laisse toute sa place au texte, au cœur des sciences humaines, et propose une évolution douce de l’identité de la revue.

La forme des sciences humaines. Projet de Maureen Sauvat

20Cette proposition se construit sur un accident, une très légère transformation du T de Tracés, composé en Lack, une police de caractère choisie pour la grande ouverture de ses contreformes. Incisive et ouverte, cette têtière singulière veut évoquer à la fois la rigueur scientifique et la curiosité pour l’humain. Une couleur forte et vivante permet d’harmoniser les différents supports, papier et numériques, de Tracés et d’affirmer encore l’identité. Le texte d’accompagnement est en Montserrat, une fonte qui propose de nombreuses variations en harmonie avec la typographie de la têtière, afin de hiérarchiser de manière efficace les différents niveaux d’information.

21Chaque couverture est animée d’une forme en noir et blanc issue d’un cadrage resserré sur une grande composition graphique, abstraite et curieuse, tout à la fois définie, en mouvement et en construction. Tout en préservant l’unité de la couverture, ce principe permet une variété visuelle pour chaque numéro par un simple changement de cadrage sur cette composition.

Flux. Projet de Nicolas Dupuis

22Des formes simples, composées de traits qui se croisent, se relient et s’éloignent, à l’image des flux scientifiques dont traite la revue. Les couleurs n’obéissent pas à un parti pris particulier, aucune couleur spécifique n’est accordée au domaine scientifique. La têtière est une création typographique qui recherche à la fois l’impact et l’harmonie avec les éléments graphiques. Pour les mentions, et textes courants, la Fira Sans s’associe au caractère de la têtière. L’esthétique générale reste proche de l’ancien graphisme de la revue, le but recherché étant non pas de révolutionner son graphisme mais de le rendre actuel et moins austère.

Relief. Projet de Pablo Moreno

23La têtière en relief surplombe et réunit les points de vue rassemblés et les thèmes abordés par la revue. Le jeu avec la profondeur et les dégradés de couleur veut indiquer un contenu actuel et solide dans le milieu des revues de sciences humaines.

24Une typographie fine évoque la rédaction pointue des articles et leur caractère scientifique.

Un monde tracé. Projet de Temenuzhka Lozanova

25La têtière à la verticale structure la couverture et permet à l’œil du lecteur de s’acheminer naturellement jusqu’au titre du numéro.

26Le domaine très large des sciences humaines est représenté par un visuel abstrait et polysémique, laissant libre cours à l’imagination. L’idée est venue du mot tracé, interprété comme un chemin. Selon qu’on regarde le visuel de près ou de loin, il peut évoquer les réseaux des sociétés humaines, à diverses échelles.

Titres dessinés. Projet d’Olivier Querné

27La revue Tracés se concentre sur une thématique par numéro. Chaque numéro est donc unique, pour cela les thèmes sont mis beaucoup plus en avant que le nom de la revue. Jusqu’à quatre lignes variables permettent d’inscrire ces titres en tête du format.

28Le sérieux de la revue qui a gagné sa place de référence dans les sciences humaines est traduit par l’utilisation du noir et blanc et de la typographie Helvetica Neue, très populaire et très simple. Cependant cette police, qui est de ce fait perçue généralement comme neutre et formatée, a été revisitée puisqu’elle est redessinée à la main pour les grands corps de texte, afin de faire percevoir que le sujet des sciences humaines est bien l’humain, dans sa complexité et sa diversité.

Haut de page

Notes

1 Il est devenu, au sein des nouveaux diplômes des métiers d’art et design qui remplacent les DMA depuis septembre 2018, le « Parcours designer typographe » sous la mention graphisme.

2 Vitali-Rosati Marcello, 2014, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? » [en ligne], site Culture numérique, 10 juin, [http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/quest-ce-que-leditorialisation/], consulté le 13 octobre 2018.

3 On nomme fûts les parties verticales qui composent un caractère romain. Les fûts sont obliques dans le cas des caractères italiques.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 975k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/9289/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Pierret et Florence Jamet-Pinkiewicz, « (Re)faire Tracés  », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #18 | 2018, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9289 ; DOI : 10.4000/traces.9289

Haut de page

Auteurs

Sophie Pierret

école Estienne

Florence Jamet-Pinkiewicz

école Estienne

Haut de page