Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Les prophètes de la finance. Contester et refaire l’époque

The prophets of finance. Contesting and remaking financial markets
Pierre Pénet
p. 59-79

Résumés

Cet article interroge la notion de prophétisme financier d’un point de vue sociologique. Le cas empirique retenu est celui de la crise de 2008. Trois enjeux sont traités. Premièrement, le prophétisme est analysé comme une représentation minoritaire et contestataire de l’époque qui contraste avec le rapport au temps optimiste des prévisionnistes établis. Ces deux pôles prophétique et prévisionniste traduisent des éléments de différenciation sociale entre experts et des enjeux de pouvoir liés à la « bonne » représentation du temps et de l’époque. Ensuite, cette étude suggère que les crises génèrent des faits confirmatifs qui peuvent sembler confirmer tout ou partie du discours prophétique. De ce point de vue, les prophéties ne sont pas toujours condamnées à être désavouées par la réalité car elles peuvent trouver dans les crises un puissant mécanisme de félicité. Plusieurs analogies avec l’eschatologie religieuse sont proposées en mobilisant les travaux de Max Weber ainsi que les récentes études sociohistoriques du prophétisme biblique. Enfin, cet article envisage les modalités d’institutionnalisation des prophéties pour comprendre leur rôle éventuel dans la réforme des pratiques financières.

Haut de page

Texte intégral

Crises et savoirs de crise : l’apport de la sociohistoire des religions

1Si l’on en croit certains acteurs, la crise de 2008 signe la fin d’un temps, d’une époque, celle de la « Grande Modération » (Bernanke, 2004) marquée par la croyance dans les marchés autorégulateurs. Avec l’entrée dans la « Grande Récession », les acteurs économiques réalisent que leurs représentations des risques étaient erronées. Dans l’optimisme qui règne avant 2008, la possibilité de survenue d’une crise était écartée des modèles. « Ce temps est différent » : c’est par cette maxime que les économistes Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff (2009) résument la confiance inébranlable dans l’époque avant la crise. Les fondamentaux sont bons, la régulation est optimale, les risques sont bien calibrés. De nombreux travaux en sciences sociales se sont intéressés à ce déficit d’anticipation pour ce qu’il révèle des dysfonctionnements cognitifs et institutionnels des marchés financiers (Lebaron, 2010 ; MacKenzie, 2011 ; Pénet et Mallard, 2014). Mais cette absence de précognition n’épuise pas la diversité des rapports à l’époque avant 2008.

2L’effondrement de 2008 révèle en effet un petit groupe d’experts ayant annoncé la crise. Dès l’automne 2008, ces individus sont conviés à s’exprimer dans les médias ou à partager leurs diagnostics dans des manifestations scientifiques. Aujourd’hui encore, ils continuent d’être présentés comme les « prophètes de 2008 ». Ces experts dont le ressenti contredisait la représentation modale de l’époque sont intéressants pour ce qu’ils révèlent des tensions autour des façons de dire l’époque. Là où les représentations majoritaires d’avant 2008 écartaient la possibilité d’une crise, ces individus prophétisaient le désastre à venir en insistant sur l’insoutenabilité du régime en vigueur. Cet article se propose d’étudier ces prophètes de la crise : Qui sont-ils ? Qu’ont-ils vu ? Quels supports ont-ils utilisés pour fixer et diffuser leur message eschatologique ? Et quelles ont été leurs trajectoires institutionnelles après 2008 ?

3Pour caractériser les savoirs et l’action de ces individus, cet article emprunte le modèle du prophétisme aux études de sociohistoire des religions. Les prophètes religieux et financiers présentent de nombreuses analogies tant au niveau de leur profil sociologique que du type de discours mobilisé et des conditions de félicité du message eschatologique. Ce projet s’inscrit dans le prolongement d’une nouvelle vague de travaux développés en France et aux États-Unis montrant que l’action et les savoirs prophétiques n’ont pas disparu à mesure que les sociétés se sont sécularisées (Friedman, 2013 ; Vauchez et al., 2012). On retrouve ainsi des postures prophétiques dans des contextes politiques révolutionnaires (Boutry, 2012 ; Cohn, 2011 ; Slezkine, 2017) et dans les savoirs économiques modernes, pourtant fortement marquées par la rationalité technique (Angeletti et al., 2012 ; Colonomos, 2014). Et comment ne pas voir que la question environnementale elle aussi mobilise des discours empruntant à l’eschatologie prophétique (Cronon, 1990) ? Plus généralement, cet article s’associe aux travaux interdisciplinaires visant à comprendre l’économie au moyen d’outils empruntés à l’analyse des faits religieux (Fourcade et Healy, 2007 ; Lebaron, 2000).

4Le modèle du prophétisme permet de rendre compte des enjeux d’époque qui structurent l’action et les savoirs de ces individus autour de trois questions complémentaires. Pour commencer, il permet de restituer les rapports différenciés à l’époque. Le propre de l’activité prophétique est de se développer dans un rapport de contradiction avec les acteurs – ministères, régulateurs, agences de notation, grandes banques – qui élaborent la représentation modale de l’époque. Aussi, le prophétisme offre un cadre heuristique permettant de saisir l’époque comme une représentation non pas totalisante mais hétérogène, faite de conflits d’interprétation autour du rapport à l’avenir. Ensuite, le cadre du prophétisme permet de mieux comprendre ce que le changement d’époque fait à la prophétie. Si les prophètes ne prédisent jamais la survenue des crises, celles-ci peuvent générer des faits confirmatifs qui peuvent sembler valider l’annonce de la fin des temps. L’eschatologie validée par les faits est un puissant marqueur symbolique pour celui qui l’énonce. Enfin, si comme suggéré par Max Weber, le prophétisme est un outil de contestation de l’époque (Weber, 2003a, p. 73), la question est de savoir si les prophètes financiers ont effectivement contribué à la réforme des croyances économiques depuis 2008. Ces trois questionnements organisent la progression de l’analyse.

5Empiriquement, cet article s’appuie sur une collecte de données biographiques et de textes prophétiques. L’échantillon comporte dix-huit individus ayant prophétisé la crise financière américaine de 2008. Dans un premier temps, tous les individus autodéclarés prophètes ou reconnus comme tels par des tiers ont été identifiés. L’échantillon initial comprenait cinquante-deux individus identifiés au moyen de deux sources principales. Premièrement, des sources universitaires établies par des économistes : la liste compilée par un économiste hollandais, Dirk Bezemer (2009), et le classement publié par un économiste américain, Edward Fullbrook (2010), l’éditeur de la Real-World Economics Review. Deuxièmement, des sources journalistiques dont la liste préparée par Jessica Silver-Greenberg (2010) pour Bloomberg. Tandis que les sources universitaires listent principalement des économistes, les sources journalistiques permettent de diversifier les profils socioprofessionnels de l’échantillon au-delà des seuls économistes en incluant des investisseurs, des consultants et des analystes financiers qui occupent une place importante dans le monde de la prédiction financière.

6Un deuxième temps a été consacré à la phase de réduction de l’échantillon au moyen de quatre critères excluant les individus dont l’activité ne correspond pas à l’eschatologie prophétique. Le premier critère concerne la présence d’une activité publique. Le prophétisme implique un effort visant à répandre le message de la fin des temps auprès du grand public. Les investisseurs (comme John Paulson) ayant parié sur l’effondrement du marché immobilier américain mais qui ont gardé privée leur opinion contracyclique de la crise imminente ont donc été écartés de l’échantillon. Le deuxième critère élimine les annonces de la crise survenues après le 1er août 2007 (par exemple celle de Meredith Whitney), soit après le début de la tendance baissière des marchés qui se poursuit jusqu’à la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008, date qui marque traditionnellement l’entrée dans la crise. À partir de l’été 2007, les signes annonciateurs se multiplient et il faut donc distinguer les prophètes qui ont devancé le retournement financier des autres qui ont suivi le mouvement à partir de l’été 2007. Le troisième critère écarte les individus (à l’instar de Paul Krugman) ayant simplement prédit un renversement du cycle économique. L’échantillon n’inclut que les individus ayant envisagé la survenue d’une crise. Le quatrième critère écarte les individus qui sont restés à un trop grand degré de généralité (tel Nassim Taleb), se contentant d’identifier des logiques d’incertitude sans appliquer ce diagnostic à un scénario concret de crise.

Dire et contester l’époque

  • 1 Les extraits de discours qui ne figurent pas dans le corps du texte sont reproduits et référencés (...)
  • 2 « It’s going to be bad whether it is going to start in 07 or 08. […] The disease is all this debt- (...)
  • 3 Laffer est l’auteur de la fameuse courbe éponyme modélisant l’idée que « trop d’impôt tue l’impôt  (...)
  • 4 « The economy has never been in a better shape […] monetary policy is spectacular, we have freer t (...)

7En 2002, Robert Prechter, un consultant américain, annonce une récession aux États-Unis qui va mettre fin à deux siècles de développement économique1. En 1997, Fred Foldvary (universitaire) et Fred Harrison (consultant) anticipent déjà une crise mondiale pour 2007. À mesure qu’elles se multiplient, ces annonces eschatologiques, d’abord ignorées, font ensuite l’objet de virulentes critiques. Lorsque Peter Schiff, un investisseur habitué des plateaux télévisés, proclame en août 2006 l’éclatement prochain de la bulle immobilière aux États-Unis sur le plateau de la chaîne CNBC2, Arthur Laffer3, un économiste bien connu du public, lui répond sèchement : « L’économie n’a jamais été en meilleure santé […] la politique monétaire est magnifique, le commerce est plus libre que jamais […]. Je crois que Peter est complètement à côté de la plaque […]. Je ne sais pas où il trouve toutes ces choses »4. Cet échange fonctionne comme une caisse de résonance d’un désaccord profond sur la représentation de l’époque. Tandis que Schiff fait l’expérience d’un temps eschatologique, c’est-à-dire d’une époque en sursis, menacée par un événement de clôture, Laffer exprime sa confiance absolue dans l’avenir qu’il n’envisage pas autrement qu’en continuité avec le temps présent. Au travers de ce débat sur l’époque financière, on retrouve la distinction opérée par Thomas Angeletti, Arnaud Esquerre et Jeanne Lazarus (2012, p. 9) entre un « futur avec événement » et un « futur sans événement ». Le premier registre correspond au registre prophétique représenté ici par Robert Prechter tandis que le second décrit bien le registre de la prévision économique incarné par Peter Schiff.

L’espace différencié des rapports au temps : l’apport de la sociologie wébérienne de la religion

  • 5 Pierre Bourdieu (1987, p. 33) s’appuiera sur ce modèle pour élaborer sa notion de champ.

8Pour comprendre ces rapports concurrents à l’époque avant 2008, cette étude s’appuie sur le modèle prêtre – prophète tiré de la sociologie wébérienne de la religion (Weber, 2003b, p. 190-204). Ce modèle qui restitue la position singulière du prophétisme dans le champ religieux peut être adapté à peu de frais à la finance. Pour résumer schématiquement, Weber distingue, d’un côté, l’activité religieuse institutionnalisée autour d’une tradition établie d’enseignement et d’interprétation des écritures et dont la figure centrale est le prêtre et, de l’autre, le prophétisme qui se développe aux marges des centres du pouvoir et autour d’un message de réforme des écritures. La figure du prophète est décrite autour de plusieurs propriétés saillantes : marginalité, vocation et itinérance. Ce modèle qui lie position sociale et prise de position publique5 permet de comprendre la singularité du rapport à l’époque qui caractérise l’activité prophétique dans le champ religieux : tandis que les prêtres pensent l’avenir dans un rapport de continuité avec le contenu des écritures, les prophètes développent un discours de contestation des écritures et proclament la fin des temps. En définitive, la position dans le champ du pouvoir (centralité contre marginalité) génère un rapport différencié aux écritures (fidélité contre contestation) et une représentation contrastée de l’époque (continuité contre fin des temps).

  • 6 Pour une analyse sociologique des prévisionnistes et de la genèse de cette profession, on se rappo (...)
  • 7 Ainsi du directeur de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke (2006-2014), dont les prévisions (...)

9Le contexte qui précède 2008 présente des éléments comparables de différenciation sociale dans le monde de la finance. Les experts et décideurs dont la parole est autorisée et accréditée forment le pôle institutionnalisé de la prévision économique6. Directeurs des principales agences de régulation ou gestionnaires des grandes banques d’investissement, ces individus ont la légitimité de dire les risques financiers et de constituer la représentation modale de l’époque7. Les prophètes, quant à eux, n’ont pas l’aval des centres de pouvoir : ils évoluent aux marges du monde de la prévision officielle, ne s’autorisent que d’eux-mêmes selon le modèle de la vocation et le message eschatologique de la crise imminente, qu’ils s’efforcent de diffuser en multipliant les interventions publiques, est globalement ignoré, souvent moqué. Certes, les prophètes ne sont pas des marginaux au sens où ils seraient dépourvus de tout capital économique ou social. Les titulaires d’un doctorat (PhD) ou d’un MBA sont en effet majoritaires dans l’échantillon (voir tableau 1). Ici, le critère de marginalité s’applique non pas tant aux individus qu’à leurs discours dont le contenu et le format se différencient nettement du savoir généré par le pôle prévisionniste.

Contenus et matériels prophétiques

  • 8 Ce groupe inclut les économistes de la tendance centriste dite postkeynésienne et les disciples, c (...)

10Le contenu de la parole prophétique se caractérise principalement par l’expression d’une insatisfaction par rapport aux pratiques financières en vigueur. Cette insatisfaction partagée par l’ensemble des prophètes provient cependant de diagnostics différents, souvent concurrents, dont il convient de faire la brève cartographie pour établir une typologie préliminaire des prophètes. Un premier ensemble est constitué d’économistes évoluant en marge des représentations modales du fonctionnement de l’économie. Ainsi des keynésiens (Baker, Hudson, Jorion, Keen, Pettifor, Rajan, Roubini, Shiller)8 et des monétaristes de l’école hayékienne proche du mouvement libertarien (Faber, Foldvary, Panzner, Richebächer, Schiff). Ces deux groupes formulent des hypothèses contradictoires sur le rôle de la régulation dans la crise imminente : les premiers incriminent la dérégulation de la finance depuis les années 1990 tandis que les seconds dénoncent la trop grande intervention de l’État dans l’économie. Ces deux camps forment les deux premiers pôles du champ prophétique. Un troisième pôle de prophètes « praticiens » formule un diagnostic de crise sur la base d’une expérience accumulée dans le secteur de l’investissement et du conseil (Grantham, Harrison, Prechter, Rosner, Talbott). Ce dernier groupe conteste la soutenabilité de l’époque sur la base de constatations pratiques plutôt qu’à partir de modèles théoriques.

  • 9 « The US economy is like the Titanic and I’m here with the lifeboat trying to get people to leave (...)
  • 10 « Whatever policy is followed, the next recession will be will be known as “the recession we can’t (...)
  • 11 « There is no pessimistic scenario that will adequately depict the ensuing disaster. […] We are re (...)
  • 12 Pettifor (2003), Panzner (2005), Faber (2005), Hudson (2006).
  • 13 « The system will break down. […] Smart hedge fund managers will all […] have left the US to live (...)

11À partir de leurs hypothèses théoriques ou de leurs raisonnements pratiques, les prophètes multiplient les prises de position publiques à tonalité alarmiste en insistant sur l’insoutenabilité du régime en vigueur. Cette expérience de l’époque contraste radicalement avec celle qui transparaît dans le savoir financier institutionnalisé : tandis que les prévisionnistes se conforment au temps linéaire et continu du marché, c’est-à-dire au temps découpé selon le calendrier financier ordinaire (semestre, année comptable, maturité d’un titre), les prophètes mobilisent un registre discontinu de l’époque en faisant référence à un événement de clôture. Ce discours de crise, qui est propre aux prophètes des trois groupes, restitue au public l’expérience d’un temps contracté par un effondrement « imminent » (Prechter, voir aussi Richebächer et Shiller). L’imminence est assortie du critère d’inévitabilité qui dramatise l’eschatologie, comme chez Schiff avec la métaphore du Titanic : « L’économie américaine est en train de plonger comme le Titanic et je suis là avec le canot de sauvetage en train d’aider les gens à quitter le navire »9. Pour Steve Keen, plus aucune décision ne peut désormais plus empêcher la survenue de la crise : quelle que soit la politique suivie, la prochaine récession sera connue comme « la récession qu’on ne peut pas éviter »10. Certains donnent des conseils pour survivre au crash : « Le désastre qui vient dépasse les scénarios les plus pessimistes. […] On approche de la fin de la fête. […] Si vous avez un emprunt à taux ajustable, refinancez à taux fixes immédiatement ! » (Talbott, 2003, p. 127, 156, 159)11. D’autres insistent sur les conséquences « effrayantes » (Pettifor) de la crise à venir sur les investisseurs qui vont « tout perdre » (Panzner) et sur les populations qui vont « s’appauvrir » (Faber) et devenir « esclave » de leur dette (Hudson)12. Le discours eschatologique mobilise enfin un aspect de revanche sociale contre les coupables de la crise. C’est le cas de Marc Faber qui évoque la fuite à l’étranger des investisseurs et l’emprisonnement des membres de la Réserve fédérale : « Le système va s’effondrer. […] Les gestionnaires de fonds spéculatifs […] auront tous quitté les États-Unis pour les Caraïbes, le Brésil, Singapour ou la Thaïlande, pendant que les membres du conseil de la Réserve fédérale seront en prison où devant les tribunaux »13.

12Au-delà des contenus, les matériels prophétiques se démarquent aussi grandement des formes standards utilisées par les ministères, régulateurs, agences de notation et grandes banques pour disséminer l’expertise financière. Là où les supports du savoir institutionnel servent le plus souvent de relais à l’expression d’une opinion collective (les auteurs de rapports de notation ou de communiqués ministériels sont souvent maintenus dans l’anonymat), le discours prophétique est individualisé, relayé dans des formats souples permettant de faire circuler efficacement le message eschatologique. Les lettres aux investisseurs et les prises de parole dans une arène publique (conférences, débats télévisés, etc.) sont les deux supports privilégiés de l’activité prophétique. Concernant les premières, le cas le plus emblématique est sans doute Marc Faber, un ancien employé de la banque Drexel qui s’installe en Thaïlande en 1990 et commence à publier ses Gloom, Doom and Boom Reports. À partir du milieu des années 2000, ces rapports gagnent en notoriété auprès des investisseurs internationaux. Ce succès ne tient pas à l’originalité des données brutes fournies – les nombreux graphiques et tableaux de chiffres contenus dans ces rapports proviennent du Fonds monétaire international (FMI) ou de la Réserve fédérale américaine et sont donc dans le domaine public – mais à l’interprétation catastrophiste qui en est donnée par Faber. Ici le propre du prophète est d’inférer à partir d’une courbe qui s’infléchit ou d’une donnée aberrante dans un tableau un constat global et définitif sur l’inéluctabilité de l’effondrement des marchés. La conception même de ces rapports alimente l’annonce eschatologique : chaque rapport est introduit au moyen d’une série de citations provenant alternativement du Nouveau Testament (par exemple les épîtres de Paul), d’économistes (John Maynard Keynes, John Kenneth Galbraith), d’hommes politiques (Lénine, Franklin Delano Roosevelt, Fidel Castro), d’écrivains (George Orwell, Anatole France) ou de philosophes (Bertrand Russell), des citations soigneusement choisies pour préparer le lecteur au diagnostic de la crise imminente qui va prendre corps au fil de l’analyse. Pour renforcer plus encore la tonalité alarmiste du message, certains de ces rapports sont décorés de reproductions de toiles de Kaspar Meglinger, un peintre suisse du xviie siècle réputé pour ses danses macabres. Les deux autres producteurs de missives envoyées aux investisseurs sont Kurt Richebächer qui inaugure ses Richebächer letters en 2006 et Steve Keen qui lance la même année ses Steve Keen’s Debt Reports pour avertir de l’imminence de l’éclatement de la bulle spéculative dans le marché immobilier américain.

13Même lorsque les prophètes recourent à des supports plus conventionnels, c’est encore en rupture avec les usages en vigueur au sein de l’expertise officielle. Plusieurs articles écrits par des prophètes sont publiés dans des revues confidentielles (Whiskey & Gunpowder), dans des blogs, ou sous forme de working papers, c’est-à-dire en dehors des canaux de publication de l’expertise légitime, même si des exceptions sont à noter (Revue du Mauss, American Journal of Economics and Sociology). Quant aux livres servant de support à la parole prophétique, aucun d’entre eux n’a été publié par les grandes presses universitaires internationales.

  • 14 Daniel Akst, « If the roof falls in », The Wall Street Journal, 4 juin 2003.

14Le contenu eschatologique de la prophétie et ses formats d’énonciation ne favorisent pas sa diffusion auprès des experts autorisés. Méprisées ou moquées, les prophéties financières connaissent peu ou prou la même réception sociale que les prophéties religieuses. Comme l’indique Sylvain Piron (2014), la prophétie est jugée en fonction de sa « recevabilité » bien plus que de sa « crédibilité ». Cette observation s’applique uniformément aux trois groupes de prophètes identifiés plus haut. Lorsqu’en novembre 2005 Raghuram Rajan, un économiste keynésien, évoque la possibilité d’un effondrement des marchés à la conférence annuelle de la Réserve fédérale de Kansas City, il s’attire les moqueries de l’ancien directeur du Trésor américain Lawrence Summers qui le qualifie de technophobe (luddite) pour avoir critiqué les risques associés aux nouvelles technologies d’investissement dans le secteur immobilier, en particulier la titrisation. En 2003, la publication de l’ouvrage de l’investisseur John Talbott The Coming Crash in the Housing Market : 10 Things You Can Do Now to Protect Your Most Valuable Investments s’accompagne de critiques virulentes dans la presse spécialisée14. D’autres rencontrent d’énormes difficultés à publier, comme Paul Jorion qui propose en 2005 son manuscrit Vers la crise du capitalisme américain ? à plusieurs éditeurs, en vain. Seule l’introduction de l’ouvrage sera publiée par Alain Caillé dans la Revue du Mauss (Jorion, 2005). Ce n’est qu’en 2007, grâce à l’entremise de Jacques Attali, que le livre sera finalement publié (Jorion, 2007).

Conditions de félicité de l’eschatologie prophétique : vérité, incidence ou coïncidence ?

15La crise de 2008 opère un renversement radical dans le monde de l’expertise : les prévisionnistes sont disqualifiés pour avoir échoué à prédire l’effondrement des marchés (Pénet, 2015). En octobre 2008, Alan Greenspan fait acte de contrition devant le Congrès américain pour n’avoir pas su anticiper les déséquilibres occasionnés par sa politique monétaire accommodante au début des années 2000. Les agences de notation sont poursuivies en justice par le gouvernement américain pour avoir noté AAA des produits financiers dangereux et avoir ainsi contribué à la crise des subprimes. Les prophètes, autrefois décriés, font désormais l’objet de toutes les attentions. Quel rapport la prophétie entretient-elle avec la crise ? Autrement dit, y a-t-il une relation entre l’annonce de la crise et sa survenue, et si oui quelle est la nature de cette relation ?

16Pour répondre à cette question, trois hypothèses peuvent être passées en revue, chacune correspondant à un rapport possible de la prophétie avec la crise. Première hypothèse : rapport de vérité. Deuxième hypothèse : rapport d’incidence. Troisième hypothèse : rapport de coïncidence. La première hypothèse (rapport de vérité) correspond au modèle traditionnel de la « bonne » description qui suppose qu’il existe des déterminants objectifs qui régissent les marchés et qu’il est possible de les détecter. Le prophète se distinguerait donc des prévisionnistes par une capacité supérieure à modéliser l’époque et à en identifier les contradictions et les insuffisances. Ce modèle n’est pas satisfaisant pour plusieurs raisons. Comme le suggère la typologie proposée plus haut, les prophètes formulent des diagnostics concurrents et souvent irréconciliables sur les mécanismes de survenue de la crise et ses conséquences. Les prophètes d’obédience keynésienne mettent l’accent sur le retour des risques financiers à la suite de la dérégulation des marchés financiers des années 1990 alors que les hayékiens voient dans la création monétaire la principale source de la crise imminente. Ces façons de représenter l’insoutenabilité de l’époque sont tellement différentes qu’il est impossible de prétendre que les prophètes ont collectivement raison. Du reste, une inspection fine du contenu des savoirs prophétiques (qu’ont-ils annoncé ? quel type de crise ?) révèle de grands décalages avec ce qui s’est véritablement produit. Alors que la crise des subprimes est une crise de la dette privée, certains prédisent une crise de la dette publique qui va forcer les États-Unis à faire défaut sur sa dette souveraine et à réintroduire le gold standard (Faber). Pour d’autres, la crise va prendre la forme d’un effondrement du dollar, là encore en raison du niveau d’endettement externe des États-Unis (Schiff), ou d’une fuite des capitaux hors des États-Unis (Pettifor). Ce qui frappe, c’est le peu de place occupée dans les prophéties par le marché immobilier américain qui pourtant joue un rôle décisif dans la séquence qui mène à la crise (Fligstein et al., 2017). En règle générale, l’instabilité financière interne aux États-Unis résultant de la titrisation n’est identifiée que tardivement, à partir de 2006. Et même les prophètes qui identifient correctement la composante immobilière de la crise finissent toujours par se tromper, comme Grantham qui prédit que les titres bien notés par les agences de notation seront épargnés par la crise, ce qui ne fut pas le cas.

17Un autre décalage concerne l’espérance eschatologique. La fin est-elle proche ou éloignée ? À part quelques exceptions notables (Foldvary, Harrison, Schiff), les prophètes font preuve d’une grande ambiguïté dans la datation de la crise. Rajan déclare que la probabilité de survenue de la crise s’accroît « bien que demeurant faible ». Certains annoncent que « l’heure de vérité a déjà sonné » (Pettifor), que la crise « a déjà commencé » (Keen) et que ses effets « se font déjà ressentir » (Prechter). Les autres ne fournissent tout simplement pas de calendrier des événements eschatologiques, tout en exploitant cette imprécision qui renforce encore la dramaturgie prophétique, la crise restant un horizon ambigu qui peut survenir à tout moment sans qu’on sache véritablement quand.

  • 15 « Yeah, well I realize I wasn’t very successful in getting my warnings across, but I sure did try  (...)

18Si les savoirs prophétiques ne se distinguent donc pas des savoirs institutionnalisés par leur plus grande vérité, ils ne correspondent pas non plus au second modèle (hypothèse de l’incidence). Depuis Merton (1968) jusqu’aux récents travaux sur la performativité (Callon, 1998), la thèse de l’autoréalisation suggère qu’une prédiction peut se réaliser par le simple fait d’être énoncée. Au cœur du modèle de la prophétie autoréalisatrice, il y a la notion d’incidence : le savoir agit sur les comportements pour finir par modeler la réalité à son image. Cette seconde hypothèse semble s’appliquer bien mieux aux dirigeants d’agences de régulation et aux banquiers centraux qu’aux prophètes. Aux premiers on reconnaît la légitimité de dire l’époque dans des discours scrutés par les investisseurs qui s’en inspirent pour ajuster leurs décisions d’investissement. Dévalorisés ou ignorés, les prophètes ne disposent pas de l’autorité suffisante pour avoir un effet d’entraînement sur les marchés financiers. En 2017, Dean Baker regrettait : « Oui, bon, je sais que je n’ai pas vraiment réussi à me faire entendre mais j’ai essayé »15. Si les prophètes ne ménagent pas leurs efforts pour alerter les acteurs de la finance devant de ce qu’ils considèrent comme un danger imminent, leurs discours restent bien souvent lettre morte.

19Pour résumer, la relation que le prophétisme entretient avec le changement d’époque ne s’énonce donc pas dans le registre de la vérité (le prophète ne prédit pas la crise) ou de l’incidence (il ne participe à sa survenue). L’analyse du rapport entre le prophétisme et le changement d’époque doit bien plutôt s’appréhender au moyen du registre de la coïncidence – la troisième hypothèse. Le prophétisme peut en effet trouver sa félicité au cours d’événements soudains qui vont sembler valider le message eschatologique : le prophétisme est dans l’attente continuelle d’une confirmation. Si les prophéties financières n’ont pas été vraies (au sens où elles ont prédit la fin de l’époque), l’effondrement des marchés génère néanmoins un ensemble de faisceaux confirmatifs qui peuvent sembler valider l’eschatologie. Pour comprendre comment une espérance eschatologique en vient à coïncider avec un brusque changement d’époque, on puisera ici encore dans l’apport des sciences sociales de la religion.

  • 16 À propos du Temple de Jérusalem, Jésus annonce : « Il n’en restera pas pierre sur pierre qui ne so (...)
  • 17 Au milieu du iie siècle, Justin de Naplouse écrit aux premières communautés chrétiennes : « Jérusa (...)

20Depuis les années 1980, des travaux novateurs en sociohistoire du prophétisme biblique ont profondément renouvelé notre compréhension de la diffusion du christianisme primitif (Marguerat, 1999 ; Sanders, 1985). Ces travaux revalorisent la judaïté de Jésus en inscrivant son message eschatologique dans le contexte troublé du judaïsme palestinien du ier siècle marqué par de fortes dissensions au sein du judaïsme et les conflits avec l’occupant romain. En sécularisant ainsi l’eschatologie chrétienne, en l’ancrant dans la conflictualité de son époque, on se donne les moyens de comprendre comment elle s’est nourrie des événements violents qui vont bouleverser le judaïsme. Ces historiens insistent sur la démolition du Second Temple en 70 par les Romains, suivie par la destruction totale de Jérusalem en 135 qui marque le début de l’Exode. Si la fin du Temple a été prophétisée par Jésus16, la première génération chrétienne n’anticipait pas le rôle des légions romaines dans la crise puisque le Temple devait être détruit par intervention divine. Qu’importe, ces deux événements d’une portée considérable qui semblent coïncider avec la fin des temps annoncée par Jésus vont jouer une grande part dans l’affirmation et la diffusion du christianisme primitif17.

21La comparaison entre prophétismes religieux et financier est pertinente pour l’examen du « devenir vrai » de l’espérance eschatologique au travers de la survenue d’événements soudains que le prophète financier n’a pas prévus ni même provoqués mais qui vont sembler la confirmer. Si, donc, les prophètes financiers ne prévoient jamais les crises, leurs modalités de survenue, leurs causes et leurs effets, leurs prophéties peuvent néanmoins être « factualisées » au moyen d’un faisceau de faits confirmatifs concourant à valider le message prophétique. La façon dont la prophétie en vient à coïncider avec un événement de crise n’est pas spontanée, mais résulte d’un processus de construction sociale. Les historiens de la religion parlent de « rétroprojection » pour décrire les efforts visant à assortir l’eschatologie avec les événements produits (Meier, 1991). De la même façon, les prophètes de la finance interviennent dans leur propre prophétie pour la rendre concordante avec les nouveaux développements financiers.

22Le cas de Roubini est à cet égard instructif : en 2004, il prédit une récession causée par les déficits commerciaux, l’augmentation des taux d’intérêt et la montée des prix du pétrole. Cette prophétie attrape-tout sera ultérieurement précisée dans son intervention de 2006 au FMI dans laquelle il insiste cette fois sur la bulle immobilière, dont il estime qu’elle peut à elle seule déclencher une récession. De la même façon, dans un livre publié en 2005, Harrison consacre de nombreux développements aux produits dérivés qui n’étaient pas traités dans son ouvrage de 1997. Ces exemples dénotent un pattern commun : les prophètes commencent leur activité publique avec des constats très macro portant sur les équilibres internationaux et une dénonciation générale sur les méfaits de la dette avant de se recentrer sur le terrain spécifique où ces tensions vont s’exprimer (dans le cas de 2008 : le marché immobilier). Ce n’est donc que progressivement que l’eschatologie gagne en granularité pour coïncider avec ce qui est en train de se produire. Grâce à ces modifications apportées en cours de route, les prophètes gagnent également en prestige en pouvant annoncer triomphalement avoir prédit la crise précocement (Harrison en 1997 et Roubini en 2004), quand bien même leur eschatologie s’est stabilisée tardivement (respectivement en 2005 et 2006).

Refaire l’époque : la prophétie institutionnalisée ?

23Cette dernière partie interroge brièvement le devenir du prophétisme financier après 2008. Les crises financières ne sont pas simplement des événements qui défont des croyances ; elles marquent souvent le point de départ d’un processus de réinterprétation des écritures économiques. Comme le suggèrent Emma Aubin-Boltanski et Claudine Gauthier (2014, p. 10), on aurait tort de réduire l’eschatologie à un phénomène relevant de la marge alors que « son essence réside dans le domaine de l’agir ». On retrouve ici la thèse wébérienne de la prophétie comme « force d’institution » de nouveaux règlements (Weber, 2003a, p. 73). Ici, la question centrale est de savoir si les hypothèses sous-jacentes à la prophétie ont servi de base au « refaire époque », c’est-à-dire à la constitution d’un nouveau corpus d’hypothèses sur le fonctionnement de l’économie. Disons-le d’emblée, cette thèse ne semble pas validée dans le cas des prophètes de 2008. C’est ce que cette section suggère en esquissant brièvement les trajectoires professionnelles des prophètes financiers après 2008.

24Les données biographiques collectées suggèrent que l’eschatologie factualisée par la crise confère une grande légitimité à son auteur. On reconnaît aux prophètes une légitimité particulière à intervenir dans le débat public et à clôturer des conférences universitaires. Pour les prophètes évoluant dans le monde académique, le fait d’avoir prédit la crise devient un titre de noblesse, un indicateur incontournable de la valeur scientifique d’un économiste et un mécanisme d’avancement de carrière. Ici, la typologie proposée plus haut est précieuse pour identifier des contrastes importants affectant la réception du discours prophétique. En effet, les gratifications symboliques semblent surtout avoir été captées par les prophètes keynésiens. Shiller reçoit ainsi en 2013 prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, appelé aussi prix Nobel d’économie, pour son travail sur les bulles financières synthétisé dans son ouvrage Irrational Exuberance, dont la seconde édition (2005) annonce la crise des subprimes. Après 2008, Roubini devient une figure publique incontournable qui apparaît régulièrement dans les listes des Global Thinkers de la revue Foreign Policy. En 2009, Rajan, un autre prophète keynésien, intègre l’American Academy of Arts and Sciences et devient président de l’American Finance Association en 2011.

25Par contre, le prestige conféré au prophète ne semble pas être proportionnel à la précocité de la prophétie, qu’on mesure au moyen d’un « intervalle d’attente » (Esquerre, 2012, p. 36), quantifié ici en fonction du nombre de mois écoulés entre la date de primo-énonciation (le début de l’activité prophétique) et la survenue de la crise (la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008). Dans l’échantillon (voir tableau 1), l’intervalle d’attente moyen est de cinquante mois, avec de grandes disparités entre les précurseurs des années 1990, Foldvary (cent trente-deux mois) et Harrison (cent trente), et les prophètes plus tardifs dont la date de primo-énonciation s’établit entre 2001 et 2007, soit entre soixante-treize et quinze mois avant la crise. On aurait pu penser que les précurseurs feraient l’objet de gratifications particulières et d’un intérêt plus vif que les prophètes plus tardifs mais cela ne semble pas être le cas. On nuancera ce constat en rappelant qu’ont été éliminées de l’échantillon les annonces de la crise survenues après le 1er août 2007, qui marque le début de la tendance baissière des marchés. Ces individus (comme Meredith Whitney) qui entament une activité prophétique au moment où les signes annonciateurs de la crise se multiplient ne semblent pas avoir bénéficié d’un quelconque prestige. Pour résumer, on dira que les annonces de la crise émises avant le 1er août 2007 ont été catégorisées comme prophétiques et leurs auteurs consacrés mais qu’au-delà de ce seuil temporel, la précocité de l’annonce de la crise ne compte plus.

26Au-delà des gratifications symboliques, la capacité des prophètes à refaire l’époque reste cependant ambivalente. En 2013, Rajan est nommé vingt-troisième gouverneur de la banque centrale indienne. Sa première décision est d’augmenter le taux d’intérêt afin de décourager les pratiques financières spéculatives. Il quitte la banque centrale en 2016 après avoir initié une importante réforme du secteur financier indien. Mais, à part le cas isolé de Rajan, les prophéties de la crise de 2008 ne semblent pas avoir été source d’institution de nouvelles pratiques financières. Rares, en effet, sont les prophètes financiers qui sont parvenus à accéder à des postes de pouvoir pour faire évoluer les pratiques financières autour des instructions réformistes contenues dans la prophétie. En 2010, Schiff est candidat malheureux aux primaires républicaines dans le Connecticut. Depuis 2015, Pettifor a également investi l’arène publique en tant que conseillère économique auprès de Jeremy Corbyn. Mais l’application de son programme articulé autour de la fin de l’austérité et d’un Green New Deal dépend du résultat des prochaines élections générales britanniques.

27Il faut sans doute tempérer ce pessimisme en disant que refaire l’époque implique une longue période de gestation durant laquelle l’orthodoxie est discréditée mais où de nouveaux savoirs tardent à s’institutionnaliser. Ce décalage gramscien marqué d’un côté par la délégitimation des vieilles croyances économiques et de l’autre par des nouveaux savoirs économiques qui tardent à s’institutionnaliser caractérise la période actuelle, près de dix ans après la crise de 2008.

 

28Pour la sociologie, le prophétisme est d’une grande utilité heuristique si on veut bien l’appréhender comme autre chose qu’un savoir ésotérique forcément moins scientifique que les savoirs produits par les institutions économiques – régulateurs, agences de notation, grandes banques. En s’appuyant sur la sociologie wébérienne de la religion, il est possible de normaliser le prophétisme en l’appréhendant comme un modèle minoritaire et contracyclique de l’époque en concurrence avec les modèles économiques dominants. À partir de leurs hypothèses théoriques ou de leurs raisonnements pratiques, les prophètes multiplient les prises de position publiques à tonalité alarmiste en insistant sur l’insoutenabilité du régime en vigueur. En accord avec la thèse wébérienne qui confère à l’eschatologie prophétique un rôle primordial de rationalisation des écritures religieuses, cet article voudrait suggérer que le prophétisme financier se rattache pleinement à l’histoire des idées économiques, à laquelle les prophètes participent activement en proposant des modèles alternatifs de compréhension du fonctionnement des marchés.

29Les résultats de cette étude sont triples. Premièrement, le modèle du prophétisme permet d’identifier des formes de différenciation sociale et des enjeux de pouvoir liés à la « bonne » représentation de l’époque. On a suggéré que le propre de l’activité prophétique est d’envisager l’époque financière au travers d’un temps événementiel qui contraste avec la représentation lisse de l’époque des prévisionnistes. Deuxièmement, nous avons montré que les crises financières génèrent des faits confirmatifs qui peuvent sembler coïncider avec l’eschatologie prophétique. Aussi, les prophéties ne sont pas toujours condamnées à être désavouées par la réalité car elles peuvent trouver dans les crises un puissant mécanisme de félicité. Troisièmement, si l’eschatologie factualisée par la crise confère une grande légitimité à son auteur, l’analyse des trajectoires professionnelles des prophètes après 2008 semble invalider la thèse wébérienne de la prophétie comme « force d’institution » de nouveaux règlements. Dans leur grande majorité, les prophètes de 2008 ont en effet été tenus à l’écart des postes de pouvoir, si bien que leurs instructions réformistes ne semblent pas avoir été suivies d’effets dans les pratiques financières, et ce près de dix ans après la crise des subprimes.

30Ces résultats ouvrent une piste de travail féconde pour les travaux sur la fabrique et l’usage des savoirs d’anticipation en économie. Dans un ouvrage très suggestif et qui capture l’état d’esprit de bien des travaux actuels en sociologie de l’économie, Jens Beckert (2016) relève le rôle primordial des anticipations et de l’imaginaire dans la prise de décisions économiques. Le prophétisme financier offre un cas d’étude pertinent pour ces travaux car il suggère que toutes les représentations futures des marchés ne trouvent pas le même écho chez les acteurs économiques. Si les savoirs prophétiques ne semblent pas moins rationnels que ceux produits par les prévisionnistes, on a montré qu’ils restent assez globalement inaudibles, en raison notamment de leur représentation alarmiste des futurs financiers qui fait référence à un événement de clôture. Ce résultat permet d’avancer vers une meilleure compréhension de la profonde tension qui structure le capitalisme contemporain entre recours intensif aux savoirs d’anticipation et déficit de réactivité des acteurs économiques face aux événements de crise.

Tableau 1. Les dix-huit prophètes de la crise des subprimes

Prophètes Diplôme/ Profession Attentea Extraits de la prophétie
Dean Baker, É.-U PhD/Think tank (dir.) 72 « L’effondrement de la bulle détruira entre 1.3 trillion et 2.6 trillions de dollars de richesse immobilière » (08-2002, CEPR).
Marc Faber, Suisse PhD/Consultant 32 Voir note 12.
Fred Foldvary, Israël PhD/Prof. San Jose U. 130 « La prochaine récession aura lieu 18 ans après la crise de 1990, autour de 2008 » (10-1997, American Journal of Economics and Sociology).
Jeremy Grantham, R.-U. MBA/Investisseur 16 « L’éclatement de la bulle affectera tous les pays et toutes les classes d’investissement, à l’exception probablement des titres de première qualité » (04-2007, GMO Quarterly Letter).
Fred Harrison, R.-U. -/Consultant 132 « D’ici à 2007, l’Angleterre et la plupart des pays industrialisés seront […] au bord de l’effondrement » (08-1997, The Chaos Makers, p. 27).
Michael Hudson, É.-U PhD/Prof. U. Missouri 27 « La bulle va éclater et l’endettement va réduire à la servitude [ceux] qui pensaient vivre une vie facile de propriétaire » (04-2006, Harper’s).
Paul Jorion, Belgique PhD/Prof. U. de Lille 42 « L’état actuel […] du marché financier américain […], représent[e] une situation extrêmement dangereuse. […] Des risques sérieux existent d’une explosion en plein vol » (02-2005, Revue du Mauss).
Steve Keen, Australie PhD/Prof. Sydney U. 32 « Quand commencera la récession ? […] Il est probable qu’elle a déjà commencé. […] Que peut-on faire pour l’éviter ? Malheureusement, presque rien » (12-2006, evatt.org.au). Voir aussi note 9.
Michael Panzner, É.-U -/Investisseur 33 « Peu de gens sont préparés pour, ni même comprennent le désastre qui semble déjà avoir commencé. […] Les marchés vont s’effondrer et beaucoup d’investisseurs vont tout perdre » (11-2005, financialsense.com).
Ann Pettifor, Afr. du Sud -/Think tank (dir.) 59 « Pour certains […] le jour du jugement a déjà sonné. Il infligera d’énormes souffrances et beaucoup d’angoisse dans la population. […] Les conséquences […] sont effrayantes » (09-2003, opendemocracy.net).
Robert Prechter, É.-U -/Consultant 73 « Le cycle des marchés haussiers se termine et sa fin pourrait bien marquer le retournement d’une tendance haussière […] qui remonte à la fondation de la République [en 1776]. […] La récession […] est imminente sinon déjà là » (06-2002, Conquer the Crash, p. 34, 111).
Raghuram Rajan, Inde PhD/Prof. U. Chicago 35 « Les liens entre marchés et entre les marchés et les institutions se sont renforcés. […] Ils occasionnent […] une probabilité plus grande (quoique que toujours modeste) d’un effondrement catastrophique » (08-2005, communication à la Fed).
Kurt Richebächer, Allemagne PhD/Consultant 25 « Il y aura des ventes massives de maisons avec un effondrement des prix, faute d’acheteurs » (07-2006, Richebächer letter). « La bulle immobilière est terminée. Reste à savoir la vitesse à laquelle l’économie va entrer en récession, sa durée et son intensité » (09-2006, Richebächer letter).
Joshua Rosner, É.-U -/Consultant 15 « Ce qui se joue n’est rien de moins qu’une panique bancaire, provenant cette fois non des déposants mais des investisseurs dans les CDO » (05-2007, SSRN).
Nouriel Roubini, É.-U PhD/Prof. NYU 48 « Si les déficits commerciaux continuent, un ajustement brutal est inévitable » (08-2004, working paper). « Une récession va se produire […] d’ici au début de l’année prochaine. […] La récession va se produire en dépit de la politique accommodante de la Fed » (08-2006, communication au FMI).
Peter Schiff, É.-U -/Investisseur 24 Voir notes 2 et 8.
Robert Shiller, É.-U PhD/Prof. Yale 37 « Il y a un risque élevé d’une période très mauvaise avec […] des banqueroutes et des saisies immobilières en hausse […] et une récession plus tôt que beaucoup ne l’avaient anticipé » (08-2006, Wall Street Journal).
John Talbott, É.-U MBA/Investisseur 63 Voir note 10.

a L’attente eschatologique correspond au nombre de mois séparant le début de l’activité prophétique et le 15 septembre 2008, date généralement considérée comme le début « officiel » de la crise des subprimes.

Haut de page

Bibliographie

Angeletti Thomas, 2012, « La prévision économique et ses “erreurs” », Raisons politiques, vol. 48, no 4, p. 85-101.

Angeletti Thomas, Esquerre Arnaud et Lazarus Jeanne éd., 2012, dossier « Prédictions apocalyptiques et prévisions économiques », Raisons politiques, vol. 48, no 4.

Aubin-Boltanski Emma et Gauthier Claudine éd., 2014, Penser la fin du monde, Paris, CNRS Éditions.

Beckert Jens, 2016, Imagined Futures : Fictional Expectations and Capitalist Dynamics, Cambridge, Harvard University Press.

Bernanke Ben., 2004, « The great moderation », Remarks at the meetings of the Eastern Economic Association, Washington DC, 20 février.

Bezemer Dirk J., 2009, « “No one saw this coming” : understanding financial crisis through accounting models », MPRA Paper, no 15892.

Bourdieu Pierre, 1987, « Fieldwork in philosophy », Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, p. 13-46.

Boutry Philippe, 2012, « Le prophétisme de la Révolution à la Grande Guerre (1789-1914) », Prophètes et prophétisme, A. Vauchez éd., Paris, Le Seuil, p. 205-285.

Callon Michel, 1998, « The embededdness of economic markets in economics », The Laws of the Markets, M. Callon éd., Oxford, Wiley-Blackwell, p. 1-57.

Carruthers Bruce, 2013, « From uncertainty toward risk : the case of credit ratings », Socio-Economic Review, vol. 11, no 3, p. 1-27.

Cohn Norman, 2011 [1957], The Pursuit of the Millennium : Revolutionary Millenarians and Mystical Anarchists of the Middle Ages, Oxford, Oxford University Press.

Colonomos Ariel, 2014, La politique des oracles, Paris, Albin Michel.

Cronon William, 1990, « Modes of prophecy and production : placing nature in history », The Journal of American History, vol. 76, no 4, p. 1122-1131.

Engelen Ewald, Ertürk Ismail, Froud Julie, Johal Sukhdev, Leaver Adam, Moran Mick, Nilsson Adriana et Williams Karel éd, 2011, After the Great Complacence : Financial Crisis and the Politics of Reform, Oxford, Oxford University Press.

Esquerre Arnaud, 2012, « L’inconsistante prédiction selon laquelle le mont Bugarach sera sauvé de la fin du monde », Raisons politiques, vol. 48, no 4, p. 33-49.

Fligstein Neil, Stuart Brundage Jonah et Schultz Michael, 2017, « Seeing like the Fed : culture, cognition, and framing in the failure to anticipate the financial crisis of 2008 », American Sociological Review, vol. 82, no 5, p. 879-909.

Fourcade Marion et Healy Kieran, 2007, « Moral views of market society », Annual Review of Sociology, no 33, p. 285-311.

Friedman Walter, 2013, Fortune Tellers : The Story of America’s First Economic Forecasters, Princeton, Princeton University Press.

Fullbrook Edward, 2010, « Keen, Roubini and Baker win revere award for economics » [en ligne], Real World Economics Review Blog, 13 mai, [URL : https://rwer.wordpress.com/2010/05/13/keen-roubini-and-baker-win-revere-award-for-economics-2/], consulté le 14 avril 2019.

Lebaron Frédéric, 2000, La croyance économique. Les économistes entre science et politique, Paris, Le Seuil.

Lebaron Frédéric, 2010, La crise de la croyance économique, Paris, Éditions du Croquant.

MacKenzie Donald, 2011, « The credit crisis as a problem in the sociology of knowledge », American Journal of Sociology, vol. 116, no 6, p. 1778-1841.

Marguerat Daniel, 1999, « La “troisième quête” du Jésus de l’histoire », Recherches de science religieuse, vol. 87, no 3, p. 397-421.

Meier John P., 1991, A Marginal Jew : Rethinking the Historical Jesus, vol. 1, The Roots of the Problem and the Person, New Haven, Yale University Press.

Merton Robert K., 1968, Social Theory and Social Structure, New York, Free Press.

Pénet Pierre, 2015, « Rating reports as figuring documents : how CRAs build scenarios of the future », Making Things Valuable, M. Kornberger, L. Jusesen, J. Moursitsen et A. K. Madsen éd, Oxford, Oxford University Press, p. 62-88.

Pénet Pierre et Mallard Grégoire, 2014, « From risk models to risk contracts : austerity as the continuation of calculation by other means », Journal of Critical Globalisation Studies, no 7, p. 4-47.

Pilmis Olivier, 2018, « Un futur antérieur. Le rapport aux données dans le travail de prévision macroéconomique », Revue française de socio-économie, vol. 21, no 2, p. 59-76.

Piron Sylvain, 2014, « La parole prophétique », Le pouvoir des mots au Moyen Âge, N. Bériou, J.-P. Boudet et I. Rosier-Catach éd., Turnhout, Brepols, p. 255-286.

Pouderon Bernard, Salamito Jean-Marie et Zarini Vincent, 2016, Premiers écrits chrétiens, Paris, Gallimard.

Reinhart Carmen M. et Rogoff Kenneth S., 2009, This Time is Different : Eight Centuries of Financial Folly, Princeton, Princeton University Press.

Sanders Ed Parish, 1985, Jesus and Judaism, Londres, Fortress Press.

Silver-Greenberg Jessica, 2010, « Time to slip into something less comfortable » [en ligne], Bloomberg, 10 juin, [URL : https://www.bloomberg.com/news/articles/2010-06-10/time-to-slip-into-something-less-comfortable], consulté le 14 avril 2019.

Slezkine Yuri, 2017, The House of Government : A Saga of the Russian Revolution, Princeton, Princeton University Press.

Vauchez André éd, 2012, Prophètes et prophétisme, Paris, Le Seuil.

Weber Max, 2003a [1922], Économie et société, t. 1, Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket.

Weber Max, 2003b [1922], Économie et société, t. 2, L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l’économie, Paris, Pocket.

Matériels prophétiques

Baker Dean, 2002, « The run-up in home prices : is it real or is it another bubble ? », Center for Economic and Policy Research, working paper, août.

Baker Dean, 2017, « Predicting the collapse of the housing bubble : just call me “no one” » [en ligne], Center for Economic and Policy Research, Beat the Press, 15 décembre, [URL : http://cepr.net/blogs/beat-the-press/predicting-the-collapse-of-the-housing-bubble-just-call-me-no-one], consulté le 14 avril 2019.

Faber Marc, 2005, « Fed rate hikes : a roadmap to financial ruin », Whiskey & Gunpowder, 23 novembre, [URL : https://dailyreckoning.com/fed-rate-hikes-a-roadmap-to-financial-ruin], consulté le 14 avril 2019.

Foldvary Fred E., 1997, « The business cycle : a Georgist-Austrian synthesis », American Journal of Economics and Sociology, vol. 56, no 4, p. 521-541.

Grantham Jeremy, 2007, « It’s everywhere, in everything : the first truly global bubble » [en ligne], Grantham Mayo and Van Otterloo (GMO) Quarterly Letter, avril, [URL: https://www.gmo.com/north-america/research-library/its-everywhere-in-everything-the-first-truly-global-bubble/], consulté le 14 avril 2019 .

Harrison Fred, 2005, Boom Bust : House Prices, Banking and the Depression of 2010, Londres, Shepheard-Walwyn.

Harrison Fred et Jones Frederic J., 1997, The Chaos Makers, Londres, Othila Press.

Hudson Michael, 2006, « The new road to serfdom : an illustrated guide to the coming real estate collapse », Harper’s Magazine, mai.

Jorion Paul, 2005, « La crise du capitalisme américain », Revue du Mauss, vol. 26, no 2, p. 271-278.

Jorion Paul, 2007, Vers la crise du capitalisme américain ?, Paris, La Découverte.

Keen Steve, 2006a, « The recession we can’t avoid ? », Steve Keen’s Debt Report, novembre.

Keen Steve, 2006b, « The lily & the pond » [en ligne], Evatt Foundation, 12 décembre, [URL: https://evatt.org.au/news/lily-pond.html], consulté le 14 avril 2019.

Panzner Michael, 2005, « The coming disaster in the derivatives market » [en ligne], 9 novembre, [URL: financialsense.com], consulté 14 avril 2019.

Pettifor Ann, 2003, « The coming first world debt crisis » [en ligne], 31 août, [URL: https://www.opendemocracy.net/en/article_1463jsp/], consulté le 14 avril 2019.

Prechter Robert, 2002, Conquer the Crash, Southern Gate, Wiley & Sons.

Rajan Raghuram, 2005, « The Greenspan era : lessons for the Future ? » conférence annuelle de la Réserve fédérale de Kansas City, Jackson Hole, 27 août.

Richebächer Kurt, 2006a, « Monthly analysis of currencies and credit markets », The Richebächer Letter, juillet.

Richebächer Kurt, 2006b, « Monthly analysis of currencies and credit markets », The Richebächer Letter, septembre.

Rosner Joshua et Mason Joseph R., 2007, « Where did the risk go ? How misapplied bond ratings cause mortgage backed securities and collateralized debt obligation market disruptions », SSRN, 3 mai.

Roubini Nouriel, 2006, « The risk of a U.S. hard landing and implications for the global economy and financial markets », communication au FMI, 7 septembre 2006.

Roubini Nouriel et Setser Brad, 2004, « The US as a net debtor : the sustainability of the US external imbalances », working paper, août 2004.

Schiff Peter, 2006a, Euro Pacific Capital Inc Newsletter, 6 août.

Schiff Peter, 2006b, débat télévisé avec Arthur Laffer, CNBC, Kudlow & Company, 28 août.

Shiller Robert J., 2005, Irrational Exuberance, Princeton, Princeton University Press.

Shiller Robert J. et Case Karl E., 2006, « Full house », Wall Street Journal, 30 août.

Talbott John R., 2003, The Coming Crash in the Housing Market : 10 Things You Can Do Now to Protect Your Most Valuable Investments, New York, McGraw-Hill.

Talbott John R., 2011, How I Predicted the Global Economic Crisis : The Most Amazing Book You’ll Never Read, CreateSpace Independent Publishing Platform.

Haut de page

Notes

1 Les extraits de discours qui ne figurent pas dans le corps du texte sont reproduits et référencés dans le tableau 1 qui renseigne également le profil sociologique des prophètes autour de quelques variables clés. Tous les extraits ont été traduits de l’anglais par l’auteur, hormis ceux de Paul Jorion, le seul prophète francophone de l’échantillon.

2 « It’s going to be bad whether it is going to start in 07 or 08. […] The disease is all this debt-financed consumption. […] When […] the real estate bubble burst all that phony wealth is going to evaporate » (Schiff, 2006b).

3 Laffer est l’auteur de la fameuse courbe éponyme modélisant l’idée que « trop d’impôt tue l’impôt ».

4 « The economy has never been in a better shape […] monetary policy is spectacular, we have freer trade than never before […]. I think Peter is totally off-base. […] I don’t know where he’s getting his stuff » (Arthur Laffer, CNBC, Kudlow & Company, 28 août 2006).

5 Pierre Bourdieu (1987, p. 33) s’appuiera sur ce modèle pour élaborer sa notion de champ.

6 Pour une analyse sociologique des prévisionnistes et de la genèse de cette profession, on se rapportera aux travaux de Thomas Angeletti (2012) et d’Olivier Pilmis (2018).

7 Ainsi du directeur de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke (2006-2014), dont les prévisions financières avant 2008 traduisaient une confiance absolue dans les fondamentaux de l’économie et dans l’avenir (Engelen et al., 2011, p. 15-21). Cette représentation continue et rassurante de l’époque était aussi partagée par les agences de notation qui contribuèrent grandement à la crise en notant AAA des milliers d’obligations adossées à des actifs immobiliers pour le moins fragiles (Carruthers, 2013).

8 Ce groupe inclut les économistes de la tendance centriste dite postkeynésienne et les disciples, ceux-là plus radicaux, de l’économiste de l’instabilité financière Hyman Minsky.

9 « The US economy is like the Titanic and I’m here with the lifeboat trying to get people to leave the ship » (Schiff, 2006a).

10 « Whatever policy is followed, the next recession will be will be known as “the recession we can’t avoid” » (Keen, 2006a).

11 « There is no pessimistic scenario that will adequately depict the ensuing disaster. […] We are reaching the end of the party. […] If you are an ARM (adjustable rate mortgage) borrower, refinance into fixed rate immediately! » (Talbott, 2003, p. 127, 156, 159).

12 Pettifor (2003), Panzner (2005), Faber (2005), Hudson (2006).

13 « The system will break down. […] Smart hedge fund managers will all […] have left the US to live in the Caribbean, Brazil, Singapore, or Thailand, while members of the Federal Reserve Board will either be in jail or defending themselves [...] in courts of law » (Faber, 2005).

14 Daniel Akst, « If the roof falls in », The Wall Street Journal, 4 juin 2003.

15 « Yeah, well I realize I wasn’t very successful in getting my warnings across, but I sure did try » (Baker, 2017).

16 À propos du Temple de Jérusalem, Jésus annonce : « Il n’en restera pas pierre sur pierre qui ne soit jetée bas » (Marc 13, 2).

17 Au milieu du iie siècle, Justin de Naplouse écrit aux premières communautés chrétiennes : « Jérusalem est devenue comme un désert [...] et sa gloire que nos pères avaient célébrée, sont devenus la proie des flammes. [...] Or que Jérusalem se soit trouvée transformée en désert, ainsi que cela avait été annoncé [...] vous le savez » (Pouderon et al., 2016, p. 364).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Pénet, « Les prophètes de la finance. Contester et refaire l’époque », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9452 ; DOI : 10.4000/traces.9452

Haut de page

Auteur

Pierre Pénet

université de Genève

Haut de page