Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Personnifier l’époque, vilipender le temps présent. Comment dire l’époque dans le théâtre satirique français (milieu xve siècle-fin xvie siècle)

Personifying one’s own epoch, vilifying the present: how “our own times” were expressed in French satirical theatre (mid-15th to late 16th century)
Francesca Canadé Sautman
p. 81-97

Résumés

Pouvait-on conceptualiser « l’époque » durant une période historique où elle n’était pas encore nommée ? En exprimant leur désaffection à l’égard du temps qu’ils vivaient, les contemporains pouvaient la faire apparaître par ses contours négatifs, ainsi, dans un corpus d’une vingtaine de textes de théâtre d’intention satirique ou moraliste s’échelonnant du milieu du xve siècle à la fin du xvie siècle. Les pièces étudiées ici placent de diverses façons la notion de temps présent au centre de l’action par le biais de la personnification, satirisant des phénomènes sociaux et parfois même des évènements politiques ou religieux contemporains mais, surtout, caractérisant leur « époque » comme corrompue, souffrant de guerres, d’instabilité, de pénurie, et de cherté. Les conflits entre personnages allégoriques tels que Temps Présent, le Monde, Les Gens, ou l’utopie de la venue de Bon Temps servent de cadre pour exprimer une colère sociale souvent très forte.

Haut de page

Texte intégral

Le Premier
Bien peu prennent en gré le temps :
Forces Plainctes, forces clameurs
Le Second
Quand l’on se voit au bout du pain,
Grand despence et bien petit gain,
Il est bien force de gémir.
Dictons, 1574

  • 1 Voir en annexe le relevé chronologique et les fiches signalétiques des pièces du corpus. Elles comp (...)

1Comment « l’époque » pouvait être conceptualisée à une période où elle n’était pas encore nommée en tant que telle ? Cet article propose de réfléchir aux modes et registres de contestation des acteurs sociaux envers leur propre époque, à une période (milieu xve siècle-fin xvie siècle) où individus et collectivités ne disposaient d’aucune institution – telles la scolarisation obligatoire ou la presse à grand tirage – qui eût permis la diffusion généralisée d’une représentation unifiée de l’époque, susceptible d’être remise en cause. En France, les centres de pouvoir, tels que l’Église et la monarchie, ne délivraient pas de message uniforme à cet égard : pour l’une, il s’agissait de promouvoir une vision eschatologique du temps ; pour l’autre, la nécessité politique de glorifier, stabiliser et perpétuer le règne. À ces messages indubitablement publics, la population ajoutait des enjeux liés à ses propres pratiques autour de la marche du temps, composantes d’un environnement rituel collectif, certes, mais aussi expressions distinctes et fragmentées d’identités locales, régionales, professionnelles et autres. Ces pratiques révéleraient des relations au temps particulières aux cultures populaires (Gaignebet et Lajoux, 1985 ; Canadé Sautman, 1995), dans lesquelles primerait la reproduction des cycles plutôt que toute notion de temps collectif défini par les évènements ou les années. Et pourtant certains acteurs sociaux, réagissant au temps qu’ils vivaient à travers divers genres théâtraux, depuis le milieu du xve siècle jusque vers la fin du xvie siècle, articulèrent une ébauche de la notion d’époque pertinente du point de vue historique. Sans véritable accès aux arènes du pouvoir, exprimant une forte désaffection à l’égard de leur époque, ils étaient ainsi susceptibles de la faire apparaître en creux, par ses contours négatifs, dans leurs supports textuels. C’est en tout cas l’hypothèse que nous permet un corpus d’une vingtaine de textes produits entre 1450 et 15941.

LE CORPUS

Répertoire :
Théâtre comique produit entre 1450 et 1594. Ubiquité et place dominante de la farce dans le théâtre au xvie siècle (Rousse, 2005).

Genres :
Sotties, farces, moralités, bergeries et monologues.

Auteurs :
Certains auteurs littéraires connus, des anonymes, des collectivités telles que les basoches urbaines et des troupes théâtrales dès le milieu du xve siècle (Aubailly, 1975 ; Bouhaik-Gironès, 2007).

Types de supports textuels :
1. Impressions dites gothiques (de la toute première époque de l’imprimerie).
2. xvie siècle : impressions bon marché, formats de poche, utilisés pour la performance (Bouhaik-Gironès et al., 2014, p. 33-35).
3. Fac-similés publiés à l’époque moderne.
4. Éditions du xixe siècle, pas toujours rigoureuses mais parfois seules sources d’un texte.
5. Rééditions modernes avec appareil critique conséquent (Cohen, 1949 ; Helmich, 1980 ; Tissier, 1987 ; Bouhaik-Gironès et al., 2014).

  • 2 Ces textes sont datés avec imprécision. Il est donc difficile de mesurer comment les évènements ou (...)

2La période examinée va du règne de Charles VII (1422-1461) à 1550 (« ce fameux siècle qui n’en est pas un : 1450-1550 », Bouhaik-Gironès et al., 2014, p. 14), puis s’étend aux guerres de Religion (1562-1598). Ces pièces satirisent des phénomènes sociaux, politiques, ou religieux contemporains. Des situations, des moments, des concepts, des normes morales, des institutions sont personnifiés sur scène, composant des allégories parfois complexes, mais suivant encore souvent la tradition théâtrale médiévale du combat de l’âme humaine entre péché et vertu. Divers, ce corpus transmet des messages communs quant à l’expérience du temps vécu au moment de ces prises de parole, et sur la façon dont on peut – ou on doit – l’appréhender. Ce temps charnière, en mutation, oscille entre un passé idéalisé et une utopie d’avenir abolissant les déboires de tous les temps précédents. Famines, cherté, banditisme, vénalité des offices séculiers et religieux, mais aussi injustices fondamentales et faisant partie intégrante du système social connu de ces auteurs, fondent l’iniquité du temps présent2. Il s’agit d’un corpus de théâtre, mais plus largement encore, de performance, qui comprend des textes aux thèmes similaires tels que monologues et sermons joyeux (Freeman, 1975, p. LIII, LVII). Ce type de théâtre appartiendrait à une « littérature à destination performantielle, [une] littérature de la voix comme opposée à celle de la lettre » (Koopmans, 2008, p. 98). Sa vocation de performance publique se manifeste par des didascalies signalant les jeux de scène (Knight, 2005) ou des indications implicites (didascalies indirectes) à l’intérieur du texte soulignant une gestuelle ou des actions indispensables à la compréhension de la partie verbale, instruments que les travaux consacrés au théâtre du Moyen Âge ont bien mis en évidence (Le Hir, 1984). D’autre part, des improvisateurs, comme le Fol à qui revient souvent « l’entrée de jeu », maintiennent le contact avec le public durant la performance et s’adressent parfois directement aux spectateurs (Newels, 1985, p. 35).

Parler du temps – mais comment dire l’époque ?

  • 3 Le terme est absent dans le Dictionnaire de l’ancienne langue française de Godefroy (t. 3, p. 323, (...)

3Avant que le terme époque ne commence à être couramment utilisé en français à la fin du xviie siècle3, on a conceptualisé le moment présent, le vécu, comme inséré dans des temps révolus ou à venir et dans la longue durée historique. Depuis le milieu du Moyen Âge, siècle ne désigne pas une tranche de cent ans, mais le temps dans lequel vivent les locuteurs, ce qui est séculier, non du ressort du sacré et, par extension, ce qui est dans le moment présent. Dans la période de notre corpus, on emploie le mot temps suivi de qualificatifs pour évoquer divers moments du passé ou du présent, par exemple on dit « le vieux temps » ou « Je suys des vieulx, / Je parle de long temps » (L’Official, #10, v. 168-169).

4Le mot saison identifie aussi des moments marquants, et constitue alors une mini-époque, ainsi de « chère saison » (saison de la cherté, de la hausse des prix), trope fréquent de cette période. Dans l’un des textes célébrant la venue de Bon Temps qui doit abolir une famine de cinq ans [#25], Chère Saison, l’ennemie mortelle des souffreteux, est une vieille hybride et monstrueuse, qui emprunte ses traits aux géantes de la chanson de geste médiévale (p. 127, 131).

5« L’époque » vécue se disait par périphrases, par une liste d’incidents, de problèmes, de manques ou avec les termes aujourd’hui, maintenant, de nos jours. Dans notre corpus, le temps vécu par les acteurs sociaux est singularisé et encadré par la voix des personnages qui critiquent ouvertement le temps en le contrastant avec un passé rhétoriquement construit comme idéal [voir #18], passé qu’un Sot évoque poétiquement au sein de son déballage des maux du temps actuel dans la pièce Sermon nouveau, [#22, v. 237-239] : « Je suis entré en fantaisie / pourquoi la fontaine est tarie d’onneur / et pourquoy plus ne vient ».

6Le cadre temporel choisi peut être chargé de significations sacrées, folkloriques, ou polémiques, tel que le retour du personnage allégorique Bon Temps. De ces interventions se dégage la perception d’une plage de temps qu’on a sciemment isolée au sein d’un tout informe, pour définir un présent néfaste, corrompu, injuste, ou oppressif. Ces textes établissent une distinction nette entre, d’une part, ce vaste présent pressenti collectivement et qu’ils vilipendent et, d’autre part, l’immédiat ou l’incident limité qui survient dans les péripéties de l’intrigue : il s’agit bien du Temps, avec une majuscule, qui élargit et transcende l’espace temporel restreint.

7La vingtaine de pièces étudiées ici a été choisie parce qu’elle donne une place de choix à des variantes de cette notion de temps présent. Ce corpus promeut une conceptualisation du temps opposée à celle du pouvoir en place – loin d’être l’expression temporelle d’une gloire séculière visible dans les arts, l’architecture, les victoires militaires et les progrès techniques, le temps présent est cible de dérision, de regret, de colère, et le discours contestataire va de la satire légère (Doudet, 2008) au rejet de ce qui constitue, de fait, « l’époque ».

  • 4 Au théâtre, pièce se déroulant dans un cadre pastoral avec des personnages de bergers, dont les amo (...)
  • 5 Sur la sottie, sa représentation et sa matérialité, voir Duhl [Dull sic], 1994, p. 181-202.

8Dans quelques textes plus ouvertement politisés, mais aussi plus rares, on abandonne un passé vicié pour saluer la venue d’un temps nouveau, qui constituerait une césure entre une ancienne et une nouvelle époque. La bergerie4 de Mieulx que Devant [#5] exprime par exemple un imaginaire militant pour un futur meilleur, mais ce « Devant » n’est pas le passé : on l’amalgame en fait avec un présent haï pour ses méfaits (peut-être en référence à la grande famine de 1481 pour ce texte qui date de 1485) et aboli par l’espoir d’un futur proche transformateur – la nouvelle époque est dans ce cas une utopie libératrice. Un auteur bénéficiant des grâces d’un mécène royal peut louer le présent en le contrastant au passé désastreux d’avant son règne : ainsi la Sottie des chroniques5 de Pierre Gringore (Picot, 1904, t. 2) loue le présent sous François Ier, tandis que les Plaisants Devis de 1594 saluent le règne naissant de Henri IV et vouent les évènements précédents aux gémonies [#21].

  • 6 Sur la répression du théâtre, toile de fond utile pour notre propos mais qui ne lui est pas central (...)

9Nonobstant sa flagornerie, la Sottie de Gringore, entre autres, reste assez hardie envers des cibles institutionnelles permises. Notre corpus du théâtre satirique datant de cette époque n’est pas nécessairement le plus radicalement critique envers le tissu social et la politique monarchique car des pièces plus fortes auraient été interdites alors à la représentation et retirées ou supprimées (Lysyk, 1999 ; Bouhaik-Gironès, 2007). On en retrouve, rarement, la trace dans des archives judiciaires où le caractère suspect d’une représentation était attesté par l’interrogatoire de témoins (Lavéant, 2008). Il faut donc envisager l’hypothèse d’un corpus disparu qui aurait été plus acerbe et virulent. Néanmoins, dans un environnement de liberté très restreinte, ce type de performance, auquel s’ajoute un langage corporel fait de gestuelle et de grimaces pour souligner ou corriger un propos, reflète à la fois l’appareil social et ses tensions, et peut être une forme d’opposition détournée aux structures de pouvoir (Duvignaud, 1970, p. 17, 19, 21, 26).6

Personnifier l’époque : avatars du temps dans le théâtre satirique

10Le « temps présent » dans la période étudiée est marqué par des guerres continuelles dont les conséquences sont endurées par la population au quotidien – guerre de Cent Ans cessant en 1453, voire en 1475 lorsque Louis XI réussit à négocier le départ final des Anglais ; guerres d’Italie entre 1490 et 1559, qui se terminent mal pour la France sous François Ier ; guerres de Religion de 1562 à 1598. Il est rare que nos textes mentionnent directement ces évènements historiques marquants ; Eugénie Droz, éditrice d’un corpus de sotties, avait émis l’hypothèse que les gens de théâtre leur restaient indifférents et ne prêtaient attention qu’au prix des denrées, aux prêts à usure, aux scandales locaux (1966, p. 11). Pourtant, nos textes ne se privent pas de faire allusion de manière générale aux déprédations par les troupes, aux opérations militaires et à l’indigence du commun ; ils se font aussi l’écho de famines traversant ces moments déjà mortifères, et la cherté fréquente rappelle à toutes les petites gens l’inégalité dans la misère et le risque de malnutrition endémique.

11Dans notre corpus, plusieurs termes identifient ce temps actuel mauvais à travers le mécanisme de la personnification. Amplement étudié et discuté sur la base de textes de l’Antiquité classique et du Moyen Âge central, il consiste d’abord simplement à doter de voix humaine une entité inanimée et, dans un contexte antique, il se manifeste par la présence du masque avatar de l’acteur. La personnification s’enrichit d’une vaste tradition textuelle et narrative qui aboutit à l’expression plus complexe de l’allégorie (Demaules, 2014 ; Wolff, 2014 ; James-Raoul, 2014) mais, comme le signale Armand Strubel (2017), spécialiste de la personnification dans le théâtre médiéval, sa transposition sur scène obéit à des contraintes bien différentes de son utilisation textuelle ; comme l’iconographie, la personnification scénique repose sur l’effet immédiatement lisible du visuel, mais elle profite aussi d’un appareil gestuel – déguiser, vêtir, dévêtir, déplacer les personnages – qui permet aux sens des personnifications dans un corpus tel que le nôtre d’essaimer dans des directions multiples, voire imprévues.

12Au cours de la première modernité, la personnification est contemporaine de l’élaboration de la notion de volonté individuelle, issue d’abord de la théologie du libre arbitre plutôt que de l’humanisme. Selon Andrew Escobedo (2017), les personnifications immobilisent d’abord la volonté à travers une généalogie allégorique ou par les interactions entre elles. Elles sont censées représenter par exemple une partie d’un être humain – ou un concept comme le temps – mais elles se conduisent comme des agents indépendants dans le récit (ou dans l’intrigue d’une pièce). La volonté individuelle ne peut exercer un vrai contrôle, et la personnification porte en elle une énergie, une force surnaturelle, ou daemon, qui agit de manière autonome : elle transmet alors cette force à un autre personnage qu’elle contrôle, ou elle agit d’elle-même. Le personnage habité de cette qualité démoniaque est désormais possédé par elle et incité à agir à travers elle, mais il est aussi déstabilisé, consumé par cette force, et en devient alors victime (Escobedo, 2017, p. 65, 75-76, 93-94) – c’est le cas de plusieurs personnifications qui contournent le concept d’époque, tels que le Temps présent ou le Monde.

13La plus forte personnification du temps mauvais est le type de « Temps présent » ou « Temps qui court ». Ce personnage, parfois une dupe ou un fol, est aussi sinistre, destructeur, fauteur de misère, et fait irruption sur scène sur le mode de la confrontation. Il apparaît sous ce vocable dans quatre textes [# 1, 6, 15, 19], et ailleurs, sous des formes apparentées, Temps Nouveau [#2] ou simplement le temps [# 12, 17, 18]. Il est aussi implicitement présent quoique non incarné dans un personnage : par exemple Monde, malade et obsessionnel [#14], ne se préoccupe pas comme il le devrait des maux du temps présent, ou bien les personnages en scène vont se plaindre des exactions du temps [#21], ou face à Bon Temps, sa présence se fait sentir par la pénurie de vignes et de pain [#8]. Dans la Moralité de Maintenant, cependant, Temps présent devient Maintenant qui est humanisé et vulnérable (il est père de deux mauvais garnements), et en même temps allégorie d’une économie criblée de ruines et de dettes [#7].

14Ces satires replacent les avanies du présent dans un contexte qui l’élargit par le contraste nostalgique avec un Temps passé auquel on assigne toutes les qualités – moralité, vertu, paix, justice, etc. – et qui prend souvent la forme du personnage Bon Temps, que les souhaits passéistes ne suffisent pas à faire revenir. Bon Temps est presque toujours mort, mourant, absent ou réticent à coopérer avec ceux qui l’attendent [# 3, 5, 8, 9, 13, 16, 23-26]. Dans un monologue particulièrement revendicatif, Les approches sont du Bon temps, dont usuriers sont malcontans [#23], on parvient à identifier un temps circonscrit, articulant une époque négative : « Le Peuple du Mal-Temps se lasse » (v. 141). Dans un monologue difficile à dater [#26], Moyens […] pour faire revenir le Bon Temps, la fantaisie du monde à l’envers se mêle à une abondante critique de la vie sociale – mais Bon Temps n’est pas près de revenir car son retour ne se fera que dans le registre de l’impossible, « nud en pourpoinct », à cheval sur « des pièges à loup » ou quand « il gellera et fera grant chaut en meme temps » (v. 134, 137, 140). Le lien entre une critique sociale, même mitigée, et l’utopie de la venue de Bon Temps est un lieu commun dans les pièces et monologues du xvie siècle (Roch, 1992).

15Le découpage social d’un temps allant vers l’époque mobilise d’autres personnages, en premier lieu le Monde, dont on souligne parfois l’ancienneté, transcendant la notion de passé rhétorique pour atteindre celle du passé historique et collectif. Monde traduit aussi le terme ancien siècle et lui imprime soit une connotation morale (mondain, plutôt que moral, juste, [#17]), soit collectivement sociale – le Monde, ce sont les gens, et même, sur un mode plus politique, le peuple. Le peuple est aussi représenté par le Peuple, comme dans Mieulx que Devant [#5], par le personnage collectif Les Gens (parfois par Plusieurs), ou par Chascun, qui sont aussi responsables de ce temps vécu haïssable : le fils de Chascun (Hindley, 2005, p. 211) évite la vertu et « veut vivre selon le temps », et dans Moral de Tout le monde [#11], le même personnage, qui incarne à la fois le monde, le temps présent et les gens, est cause des malheurs du temps. Les rapports ambigus entre Temps, Monde, Gens et Chascun, dédoublement, opposition, complicités changeantes, fragmentent ainsi le système de la personnification théâtrale, tâtonnant vers une articulation créative de la notion totalisante d’époque.

L’époque face aux États de la société

16Dans ces mises en scène de conflits collectifs, Monde et Temps sont deux faces de l’époque au sens moderne du terme, en interaction avec Les Gens [# 1, 2, 14] ou avec Chascun [# 12, 15] et Plusieurs [#15]. L’époque s’ébauche non comme un temps abstrait circonscrit en dates ou en années, mais à travers les points de vue et réactions attribués aux gens qui peuplent ce moment sur la scène et, plus spécifiquement, à travers les luttes acharnées entre les ordres ou États qui sont attachés au monde et au temps. Pas moins de cinq pièces [# 1,6, 15, 19, 20] s’échelonnant sur toute la période du corpus, mettent en scène les États de l’Ancien Régime, ou des ordres du commun – marchands, artisans, paysans. Les conflits entre groupes sociaux ne sont pas limités aux ordres supérieurs contre le commun, mais peuvent opposer des riches marchands aux autres membres du commun [#20]. Le résultat sera le même : la condition du Monde est lamentable, il est physiquement et moralement faible, malade, tarabusté, et le Temps présent est ressenti comme un pouvoir écrasant et injuste.

17Dans la Moralité a llll personnages, [#15], le Temps qui court perverti est contrasté à l’âge de Saturne, véritable âge d’or, « le vieulx doulx et humain », quand « chascun…vivoyt a son plaisir », et c’est Monde qui aspire à un retour au temps passé. Temps qui court est un personnage imprévisible et fluctuant, d’une « diversité » incontrôlable, et les autres personnages tentent de le prendre au filet, comme on le faisait alors dans certaines chasses aux oiseaux, afin de l’immobiliser et le forcer à expliquer son comportement. Être « divers » en effet signifie alors être étrange, bizarre, même fou. Temps qui court annonce qu’il pratique tous les métiers, ceux de guerre, d’Eglise ou de robe, donc ceux des deux ordres – ou États – supérieurs, noblesse ancienne et de robe et clergé, mais qu’il dédaigne celui du laboureur – qu’il méprise le commun, représenté ici par la seule classe paysanne. Dans la panoplie de son costume, les instruments du laboureur sont ainsi déclarés obsolètes et relégués à l’état de « vieulx outilz », postulat évidemment rédhibitoire pour l’économie de cette période. Temps-qui-court, secondé de Chascun et Plusieurs, domine alors le Monde et l’humilie en le contraignant à s’habiller d’un vêtement inversé, signe de folie démoniaque. Le Monde est bien « maintenant fol devenu » et l’ordre moral passéiste qu’il brandissait en idéalisant la vie rurale a été vaincu : c’est le triomphe d’un nouveau monde de la folie contre ce Monde qui se voulait pourtant sain.

18On a suggéré (Caron, 1992) que les discours passéistes des sotties, codifiés et répétitifs, masquaient une véritable colère sociale qui ne pouvait s’exprimer – à une époque où la liberté d’expression n’est même pas envisagée – qu’à travers un certain nombre de clichés sécurisants sur le monde, le temps, le présent et le passé. La perspective d’un théâtre engagé, donnant voix aux exclus, a été en effet affirmée par plusieurs spécialistes du théâtre (Aubailly, 1976 ; Koopmans, 1997, 2008). Certaines parmi les œuvres les plus performantielles semblent hausser la voix populaire au-delà des plaintes prévisibles et du fatalisme et réclamer des solutions. Ainsi dans la sottie des Gens Nouveaux [#2], les trois Nouveaux incarnent ensemble le temps présent qui, après avoir transformé le passé, s’acharne désormais sur le pauvre Monde, la nouvelle époque qu’ils ont créée étant un cauchemar de misères sociales et de pilleries du labeur des pauvres et des gens modestes.

19L’une des plus riches allégorisations qui pointe vers la notion d’époque est la farce de Mestier et Marchandise [#1], mettant en scène artisans et marchands. Temps qui court arrive sur scène vêtu d’un habit d’Arlequin, de plusieurs couleurs, dites « diverses ». Il est ainsi « estrange a congnoistre », « point estable », « variable et muable / comme une plume avant le vent ». Mais il est aussi brutal et menaçant envers Berger, Mestier et Marchandise, représentants des trois catégories sociales, travailleurs ruraux, artisans, et marchands. Chaque fois qu’ils se plaignent du visage qu’il leur présente, Temps qui court rétorque agressivement qu’il est à la fois le temps divers d’aujourd’hui et le temps inéluctable qui se meut à son gré : « Mais à quel fin esse / De parler tousiours mal contens ? / Cuydés vous gouverner le temps / Et en faire a vostre devise ? »

20La diversité inquiétante de ce Temps qui court est signalée par ses déguisements : son premier costume est un habit rouge, signifiant un temps de pluie présumé mauvais ; puis c’est un équipement de soldat avec heaume et brigandine, dont la violence implicite effraye ses interlocuteurs, et enfin une cape et un masque fantomatique, « faulx visage brouillé », à savoir noirci, enfumé. Critiqué par les trois ordres du commun, il leur demande avec impatience s’ils n’ont pas assez de blé ni de pain. Dans cette farce politiquement subtile, les trois ordres communs opposent à la matérialité paternaliste de Temps qui court une leçon d’économie politique sur le rôle social complexe de l’argent. Adouci, Temps qui court admet alors que les vrais coupables sont Les Gens, qui l’ont ainsi affublé. Les Gens sont un seul personnage marchant à reculons et portant aussi un masque, mais derrière la tête – signe transparent de sa nature sinistre. La farce se termine pourtant sur une note optimiste : la cause du désordre identifiée (Les Gens), Temps qui court s’allie avec Mestier et Marchandise, ainsi qu’avec Les Gens désormais ralliés à leur cause, pour « suvenir aux indigens ». On conclut : « Mestier ne sera plus an / en bas / Et Bergers vivront sans debas » (p. 52-53) – si les artisans voient donc leur statut relevé, l’organisation de la scène exclut Berger de toute agentivité et le confine à un rôle social passif, de celui qui ne se plaint plus. Ainsi, l’époque a bien été soumise à un procès, jugée, et améliorée vers un futur plus harmonieux, mais celui-ci est au départ miné par une structure de classe inégale.

21L’allégorisation de ces processus de dénonciation et la mobilisation des personnifications permettent à la satire de s’exercer sans nommer les personnes ou attaquer l’aristocratie, donc sans risquer de s’attirer les foudres de l’État. Cependant, la personnification remplit des fonctions multiples dans le tissu culturel de cette période, dans les arts visuels, la littérature, la performance ludique ou rituelle (Doudet, 2005) et il serait dommage d’en limiter la portée. Ainsi c’est l’extériorisation d’une volonté démoniaque dans la personnification avancée par Escobedo (supra) que nous observons lorsque Temps-qui-court, d’abord agressif, est finalement amadoué et rend Les Gens responsables de son comportement.

22Ce même processus est à l’œuvre dans la Farce nouvelle, fort jouée et morale, à quatre personnaiges, [#4], qui s’attaque violemment au haut clergé et à la façon dont les bénéfices ecclésiastiques sont attribués, créant le chaos social. Trois allégories masculines corrompues et avides de pouvoir absolu font face à une femme nommée Vertu, qui porte une hotte remplie d’oublies, ces gâteaux légers sans levure affectionnés durant toute la période, et qui vante sa marchandise en criant comme une vendeuse des rues. Ils réagissent avec hostilité, associant dans leurs injures féminité, folie et marginalité sociale : « Qui a ceste folle deslyee ? Qui la met de présent aux champs ? » s’exclament-ils. La démarcation entre le temps présent corrompu et un passé idéalisé est claire lorsque l’un des trois, dit Honneur Spirituel, jette les dés pour gagner des oublies, mais que ce sont les héros du passé qui sortent du panier : Hector, Priam, Alexandre, Samson, Charlemagne, Horace, Caton, Virgile, etc. Déçu, Honneur fait honte à son nom et exige qu’on lui donne plutôt « tromperies avec baratz, inventions », le mot barat signifiant mensonges, et dans son sens moderne populaire, baratin. Mais la hotte de Vertu ne contient que « bonne foy, bon renon, bonne gouvernance, » et elle quitte la scène, se plaignant que pour vivre bien aujourd’hui, il faut « que Vertu [soit] mise au vent », car « au temps présent, » les vices remplacent les vertus – les spectateurs peuvent alors conclure que leur époque est sans remède.

23Plus virulent encore sur le plan social est la bergerie Mieulx que Devant [#5] où la personnification temporelle dépasse son rôle de messager et se transforme en allégorie de la résistance. La dénonciation de la guerre continuelle mène à celle des « diligens » (dirigeants) qui maintiennent « folle noise » aux dépens des pauvres gens et incite à la résistance, jusque par les armes : « faisons hucquemaques / a hacques et a macques / sur eulx de plain sault », dit un personnage, Plat Pays. L’arrivée de Bon Temps est politisée car son « suivant », Mieulx que Devant, annonce que les tailles – ces impôts multiples de l’Ancien Régime levés exclusivement sur le commun, les roturiers, et qu’ils haïssaient donc particulièrement – seront abaissées et il somme Peuple et Plat Pays de résister par la force, de ne pas « etre esbahys mais fermes » (p. 224-230). Moins virulente, mais précise dans ses revendications, la pièce Moyens […] pour faire revenir le Bon Temps [#26, p. 143] attend aussi que les tailles soient mises « jus et bas », que les « meschants » qui agressent villes et maisons et torturent les habitants soient pendus et « que tout chacun ait accès à estre escouté en jugement » (p. 149-150). Dans ces textes, si l’époque n’existe pas de nom, elle est bel et bien l’objet d’une nomenclature de la dénonciation issue de la colère sociale.

 

  • 7 Un costume multiforme combinant les éléments des divers États est de même porté par Chascun, tenté (...)

24Nous avons analysé un ensemble de textes sur plus d’un siècle, de genres divers, sur des registres allant du grave au comique, de la représentation du sacré à une trivialité jubilatoire, reflétant des positions politiques ou sociales parfois conservatrices, parfois militantes. L’iniquité du temps présent ressort non seulement du contraste établi avec un passé évoqué sur le mode du « c’était mieux avant », parfois simple repoussoir sans vrai contenu, mais apparaît également au moyen de ces listes et accumulations de méfaits, grands et petits, parfois moralisatrices, parfois extrêmement concrètes, et dans lesquelles même les éléments les plus triviaux ou les propos décousus des personnages de Sots cachent des revendications et de vraies misères. Rupture, réelle ou rhétorique, avec le passé et accumulation de griefs dans le présent se rejoignent alors pour marquer la place que les acteurs sociaux ont assignée à leur époque, la définissant et la construisant à travers la critique sociale du temps présent, virulente ou irrévérencieuse, et formulée dans ce théâtre destiné à un auditoire urbain sans pouvoir politique réel (Aubailly, 1975, p. 50-54). Si l’époque restait encore innommée, elle est néanmoins à la fois floue et pesante, emboîtement de plages de temps reliées par des témoignages qui en exposent les maux. Une forme de conscience d’époque prend alors corps à travers allégories et personnifications, à travers Temps présent, le Monde, Les Gens, Chascun, et leurs incarnations fluctuantes. Cette protoconscience de l’époque est envisagée non seulement dans son anthropomorphisation, mais avec toute la force du visuel et des effets scéniques, dans la matérialité de ses attributs et de ses objets performatifs, les prix des denrées indiqués avec précision (L’Official [#10, v. 178-182]), ou les costumes d’Arlequin qui reviennent à travers les textes centrés sur le conflit entre le Temps et les ordres ou États sociaux [#11]7. Les textes de notre corpus, eux, parviennent par l’usage de la personnification de notions abstraites comme le Temps présent, et par son articulation à l’imaginaire du passé, à une vraie éloquence de l’époque avant que le terme ne soit même formulé. Ainsi ce « mal d’époque » avant la lettre aura-t-il dépassé le passé utopique pour souligner, par la force visuelle et matérielle de la performance, les manques du présent, et faire du moment immédiat et circonstanciel le noyau d’une réflexion sur la perception du temps et de son encadrement dans ce qui sera l’époque, dès cette aube de la première modernité.

Pièces, monologues et sermons du corpus

251. Date : 1440-1540 (impression 1540, mais peut-être bien plus ancienne).
Titre : Mestier et Marchandise.
Personnages : Mestier, Marchandise, Le Berger, Le Temps (Temps qui court), Les Gens.
Intrigue analysée dans la discussion.
Source : Fournier (1880, p. 44-53).

262. Date : 1461 ou 1483.
Titre : Farce nouvelle moralisée des Gens nouveaux qui mangent le monde et le logent de mal en pire.
Intrigue : Le premier nouveau, Le second nouveau et Temps Nouveau victimisent Le Monde.
Source : Picot (1904, t. 1, no 4), Fournier (1880, p. 68-73), Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 253-274).

273. Date : 1472 (date exacte de performance).
Titre : Jeu de Jehan d’Estrées, joué la Nuyt des Roys, pour la confrérie du Puy d’Amiens.
Intrigue : Les personnages, Va-Partout, Ne-Te-Bouge, Le Vaquier de Chaun, Le Gendarme, discutent de comment faire revenir Bon Temps, qui refuse de répondre à leur appel.
Source : Lecocq (1880, p. 207-219).

284. Date : 1480 (impression vers 1545 avec bois gravés par la Mayson feu Barnabé Chaussard à Lyon).
Titre : Farce nouvelle, fort jouée et morale, à quatre personnaiges.
Personnages : Bien Mondain, Honneur Spirituel, Pouvoir Temporel et la femme.
Intrigue analysée dans la discussion.
Source : Viollet Le Duc (1854, p. 187-198).

295. Date : 1485.
Titre : Mieulx que Devant. Bergerie nouvelle fort joyeuse et morale.
Intrigue : Les personnages Mieulx que Devant, Plat pays, Peuple pensif et La bergère dénoncent violemment leur condition et en appellent à Bon Temps, que Mieulx que Devant représente.
Source : Fournier (1880, p. 54-60), Viollet Le Duc (1854, p. 213-231).

306. Date : xve siècle (impression 1533-1547).
Titre : Pou d’acquest. Ou Mestier et Marchandise.
Personnages : Marchandise, Mestier, Pou d’Acquest, Le Temps qui Court, Grosse Despense.
Intrigue analysée dans la discussion.
Source : Fournier (1880, p. 62-67), Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 275-301).

317. Date : xve siècle.
Titre : Moralité nouvelle des Enfans de Maintenant […]. Est à treize personnaiges.
Intrigue : Les enfants de Maintenant sont pervertis par les péchés qui empêchent Instruction et les autres vertus de les ramener dans le bon chemin.
Source : Lewicka (1970, p. 51).

328. Date : 1492.
Titre : Sottie des sotz qui remettent en poinct Bon Temps.
Intrigue : Le temps présent est évoqué par la pénurie de pain et de vignes, que les fols (ou sots) répètent comme litanie : le Général d’Enfance impose sa loi et fait revenir Bon Temps.
Source : Droz (1966).

339. Date : xve siècle.
Titre : Farce de Faulte d’argent, Bon Temps et les troys gallans.
Intrigue : Bon Temps est prisonnier de Faulte d’argent, les trois galants se bagarrent avec elle pour le délivrer et les quatre compagnons vitupèrent l’état social, guerres, rapines, dénuement du pauvre commun.
Source : Cohen (1949, p. 379-383).

3410. Date : vers 1500.
Titre : Farce de l’Official.
Intrigue : Marion a été trompée par Colin qui lui a promis le mariage. Sa mère proteste auprès de l’Official qui, pour juger le cas, fait comparaitre le Témoin. Celui-ci, homme âgé, avant de confirmer les dires de Marion, se lance dans une longue diatribe comparant les usages du temps présent et le temps passé.
Source : Tissier (1987, p. 73-128).

3511. Date : 1535.
Titre : Moral de Tout-le-monde.
Intrigue : Trois sots recherchent Passetemps qui a disparu, mort ou caché par faute d’argent. Ils appellent Tout-le-Monde pour les aider. Il porte un costume blanc, gris et noir, représentant les divers états du monde. Il veut cumuler tous les états mais méprise les laboureurs. En conclusion, « Toult le Monde… / Est fol et plain d’abusion. / C’est luy qui malheur nous presente / D’estat jamais ne se contente… » (v. 286-289).
Source : Picot (1904, t. 3, p. 25-44).

3612. Date : 1545.
Titre : Sottie des Trompeurs.
Personnages : Teste verte, Fine mine, Chascun, Le temps.
Intrigue : Le temps est le trompeur par excellence qui « trompe » avec des instruments qui ne produisent aucun son.
Source : Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 91-123).

3713. Date : jouée en 1523.
Titre : Sottie de Genève dite La sottie des Béguins.
Intrigue : Mère Folle, veuve de Bon Temps, apprend la nouvelle qu’il n’est pas mort et revient : elle prépare sa bande à l’accueillir.
Source : Picot (1904, t. 2, no 15 et no 17), Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 309-338).

3814. Date : 1524 (interprétée en 1524 le premier dimanche de Carême, à Genève).
Titre : Sottie de Genève dite du Monde, continue celle des Béguins.
Intrigue : Le Monde est devenu fol : tout ce qu’il demande est déraisonnable, ses interlocuteurs le tancent de ne pas s’inquiéter des maux du temps présent ; il se rend malade de pronostications anciennes sur le déluge, mais ignore ce qui se passe autour de lui.
Source : Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 339-368).

3915. Date : xvie siècle, avant 1552.
Titre : Moralité a llll personnages, c’est à sçavoir Chascun, Plusieurs, le Temps qui court et le Monde.
Intrigue analysée dans la discussion.
Source : Le Roux de Lincy et Michel (1837, vol. 3, p. 6-26).

4016. Date : 1530.
Titre : Satyre pour les habitants d’Auxerre, par Roger de Collerye.
Personnages : Peuple François, Joyeuseté, Vigneron, Jenin ma Fluste, Badin, Bon Temps.
Intrigue : Les personnages célèbrent la venue longtemps attendue de Bon Temps, qui coïncide avec la paix retrouvée (en 1530, ce serait à la suite du traité de Cambrai au sein des guerres avec l’empire des Habsbourg).
Source : Picot (1904, t. 2, no 18, p. 357-372).

4117. Date : 1560-1599.
Titre : Vouloir divin, ignorance, le Temps et Vérité, par Guillaume des Autels.
Intrigue : Le temps est facilement corrompu, écoute Ignorance, puis se rapproche de Vérité : l’objectif moral est de convertir le monde entier à la chrétienté, mais la représentation détaillée de Temps est intéressante car ambiguë.
Source : Helmich (1980, t. 2).

4218. Date : 1568.
Titre : Discours du Temps passé.
Intrigue : Un groupe de compagnons de l’imprimerie commentent à bâtons rompus les bienfaits du passé comparé au temps présent.
Source : Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 427-438).

4319. Date : 1568 (récitée à Genève le 2 mai 1568).
Titre : Comédie du monde malade et mal pensé, par Jacques Bienvenu.
Intrigue : Les quatre fols, dirigés par le juge Bridoye, sont les quatre États qui écorchent leur devise sociale en latin et dépouillent le monde de ses vêtements ; celui-ci, malade, est sous les soins douteux du charlatan Aliborum. Vérité n’arrive pas à se faire entendre, et c’est Temps qui court qui donne la conclusion.
Source : Helmich (1980, t. 3).

4420. Date : 1574.
Titre : Dictons satiriques. Sottie lyonnaise.
Intrigue : On y voit Le Pauvre Monde malade des maux du temps actuel, cherté, inégalité, corruption, mal soigné par le Médecin, et moqué par les trois compagnons.
Source : Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 439-450).

4521. Date : 1594.
Titre : Plaisants devis.
Intrigue : Propos décousus critiquant les maux sociaux et célébrant l’arrivée au trône de Henri IV et la défaite de la Ligue, suivant un catholicisme modéré.
Source : Bouhaik-Gironès et al. (2014, p. 539-557).

4622. Date : 1480-1490.
Titre : Sermon nouveau d’ung fol changant divers propos.
Intrigue : Dans son monologue, le Fol se plaint du temps présent et en établit pêle-mêle la liste des maux.
Source : Droz et Lewicka (1961, p. 7-10).

4723. Date : vers 1530.
Titre : Les approches sont du Bon temps, dont usuriers sont malcontans.
Intrigue : L’auteur exhorte Bon Temps à revenir au nom du « Povre Peuple » souffrant de famine, pauvre, indigent. Pièce écrite par Jacques Dadonville [d’Adonville].
Source : Montaiglon (1877, t. 12, p. 339-346).

4824. Date : 1530.
Titre : Le bannissement de Malheur, en donnant Bon Temps faveur.
Intrigue : Dans ce monologue, un narrateur dit l’Acteur relate tous les bienfaits et actions notoires de Bon Temps au bénéfice des pauvres et du commun peuple, le présentant comme l’avocat des démunis. Pièce écrite par Jacques Dadonville [d’Adonville].
Source : Montaiglon (1878, t. 13, p. 122-127).

4925. Date : inconnue.
Titre : Venue et résurrection de Bon Temps avec le bannissement de Chiere Sayson.
Intrigue : Monologue où le narrateur vante la venue prochaine de Bon Temps, qui amènera l’abondance, causera le désespoir des usuriers, ira aux enfers combattre et enchaîner la monstrueuse et féroce Chère Saison et, instruit par Miséricorde, mettra fin à une famine de cinq ans.
Source : Montaiglon (1856, t. 4, p. 122-132).

5026. Date : 1615 ou début xvie siècle.
Titre : Moyens très utiles et necessaires pour rendre le Monde paisible et faire en brief revenir le Bon Temps.
Intrigue : En fait, la série des « impossibles » montre que Bon Temps ne reviendra jamais.
Source : Montaiglon (1856, t. 4, p. 133-150).

Haut de page

Bibliographie

Aubailly Jean-Claude, 1975, Le théâtre médiéval profane et comique, Paris, Larousse.

Aubailly Jean-Claude, 1976, Le monologue, le dialogue et la sottie. Essai sur quelques genres dramatiques de la fin du Moyen Âge, Paris, Champion.

Bouhaik-Gironès Marie, 2007, Les clercs de la Basoche et le théâtre politique (Paris 1420-1550), Paris, Champion.

Bouhaik-Gironès Marie, Koopmans Jelle et Lavéant Katell éd., 2014, Recueil des sotties françaises, t. 1, Paris, Garnier.

Bouhaik-Gironès Marie, Koopmans Jelle et Lavéant Katell éd., 2017, La Permission et la sanction. Théories légales et pratiques du théâtre (xive-xviie siècle), Paris, Garnier.

Canadé Sautman Francesca, 1995, La religion du quotidien. Rites et croyances populaires de la fin du Moyen Âge, Florence, Olschki.

Caron Elisabeth, 1992, « Des Esbahis la sottie aux Esbahis la comédie. La formation et l’usurpation d’un théâtre national populaire », The French Review, vol. 65, no 5, p. 719-732.

Cohen Gustave, 1949, Recueil de farces françaises inédites du xve siècle, Cambridge, Medieval Academy of America.

Demaules Mireille éd., 2014, La personnification du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, Garnier.

Doudet Estelle, 2005, « Finis Allegoriae : un trope problématique sur la scène profane française », Mainte belle œuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, D. Hue, M. Longtin et L. Muir éd., Orléans, Paradigme, p. 117-144.

Doudet Estelle, 2008, « Statut et figures de la voix satirique dans le théâtre polémique français (xve-xvie siècles) », Le théâtre polémique français 1450-1550, M. Bouhaik-Gironès, J. Koopmans et K. Lavéant éd., Rennes, Interférences, p. 15-31.

Droz Eugénie éd., 1966, Recueil Trepperel. Fac-similé des trente-cinq pièces de l’original, Genève, Slatkine.

Droz Eugénie et Lewicka Halina éd., 1961, Le recueil Trepperel, t. 2, Les farces, Genève, Droz.

Duhl [Dull sic] Olga Anna, 1994, Folie et rhétorique dans la sottie, Genève, Droz.

Dupuy Jacques, 1573, Dictionnaire francois-[sic]latin, auquel les mots François [sic], avec les manières d’user d’iceulx, sont tournez en latin, Paris, Gaspar de Hus.

Duvignaud Jean, 1970, Spectacle et société. Du théâtre grec au happening, la fonction de l’imaginaire dans les sociétés, Paris, Denoel-Gonthier.

Escobedo Andrew, 2017, Volition’s Face : Personification and the Will in Renaissance Literature, Notre-Dame, University of Notre Dame Press.

Fournier Édouard, 1880, Le théâtre français avant la Renaissance, 1450-1550, Paris, Laplace et Sanchez.

Freeman Michael J., 1975, Œuvres de Guillaume Coquillart, Genève, Droz.

Gaignebet Claude et Lajoux Jean-Dominique, 1985, Art profane et religion populaire au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France.

Godefroy Frederic, 1881, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, t. 3, Paris, Vieweg.

Harvey Howard Graham, 1941, The Theatre of the Basoche : The Contribution of the Law Societies to French Mediaeval Comedy, Cambridge, Cambridge University Press.

Helmich Werner, 1980, Moralités françaises. Réimpression fac-similée de vingt-deux pièces allégoriques imprimées aux xve et xvie siècles, Genève, Slatkine.

Hindley Alan, 2005, « Une moralité peu connue de Jean d’Abundance. Le Monde qui tourne le doz a Chascun », Mainte belle œuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, D. Hue, M. Longtin et L. Muir éd., Orléans, Paradigme, p. 207-221.

James-Raoul Danièle, 2014, « La personnification dans les arts poétiques médio-latins des xiie et xiiie siècles », La personnification du Moyen Âge au xviiisiècle, M. Demaules éd., Paris, Garnier, p. 35-51.

Knight Alan, 2005, « Staging the Lille plays », Mainte belle œuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, D. Hue, M. Longtin et L. Muir éd., Orléans, Paradigme, p. 239-249.

Koopmans Jelle, 1997, Le théâtre des exclus au Moyen Âge. Hérétiques, sorcières et marginaux, Paris, Imago.

Koopmans Jelle, 2008, « La parodie en situation. Approches du texte festif de la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales, no 15, p. 87-98.

Lavéant Katell, 2008, « Le théâtre et la réforme dans les villes francophones des Pays-Bas méridionaux », Le théâtre polémique français, 1450-1550, M. Bouhaik-Gironès, J. Koopmans et K. Lavéant éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 161-177.

Lecocq Georges, 1880, Histoire du théâtre en Picardie, Paris, Librarie H. Menu.

Le Hir Yves, 1984, « Indications scéniques dans la moralité : Bien Advisé et Mal Advisé », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 46, no 2, p. 399-405.

Le Roux de Lincy Antoine et Michel Francisque éd., 1837, Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, Paris, Techener.

Lewicka Halina, 1970, Le recueil du British Museum. Fac-simile des soixante-quatre pièces de l’original, Genève, Slatkine.

Lysyk Stephanie, 1999, « Love of the censor : legendre, censorship, and the theater of the Basoche », Cardozo Studies in Law and Literature, vol. 11, no 2, p. 113-133.

Montaiglon Anatole (de), 1856, 1877, 1878, Recueil de poésies françoises des xve et xvie siècles, t. 4, t. 12, t. 13, Paris, Jannet.

Newels Margarete, 1985, « Le Fol dans les moralités du Moyen Âge », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, no 37, p. 23-38.

Nicot Jean, 1606, Thresor de la langue françoyse tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur.

Picot Émile éd., 1904, Recueil général des Sotties, t. 1 à t. 3, Paris, Librairie Firmin Didot.

Roch Jean-Louis, 1992, « Le roi, le peuple et l’âge d’or : la figure de Bon Temps entre le théâtre, la fête et la politique (1450-1550) », Médiévales, no 22-23, p. 187-206.

Rousse Michel, 2005, « Comment la farce conquit le théâtre », Mainte belle œuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, D. Hue, M. Longtin et L. Muir éd., Orléans, Paradigme, p. 482-501.

Strubel Armand, 2017, « L’allégorie par personnages », Théâtre et révélation. Donner à voir et à entendre au Moyen Âge, hommage à Jean-Pierre Bordier, C. Croizy-Naquet, S. Le Briz-Orgeur, et J.-R. Valette éd., Paris, Champion, p. 168-184.

Tissier André éd., 1987, Recueil de farces, 1450-1550, t. 2, Genève, Droz.

Viollet Le Duc, 1854, Ancien théâtre françois ou Collection des ouvrages dramatiques les plus remarquables depuis les mystères jusqu’à Corneille, t. 3, Paris, P. Jannet.

Wolff Étienne 2014, « Prudence et Martianus Capellus précurseurs de la personnification médiévale », La personnification du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, Garnier.

Haut de page

Notes

1 Voir en annexe le relevé chronologique et les fiches signalétiques des pièces du corpus. Elles comprennent un bref résumé des intrigues. La numérotation renvoie aux pièces discutées ici.

2 Ces textes sont datés avec imprécision. Il est donc difficile de mesurer comment les évènements ou figures politiques contemporains les influençaient, exception faite des pièces 13, 14, 21.

3 Le terme est absent dans le Dictionnaire de l’ancienne langue française de Godefroy (t. 3, p. 323, rubrique « EP »), l’édition postume de 1573 du Dictionnaire francois-[sic]latin, auquel les mots François [sic], avec les manières d’user d’iceulx, sont tournez en latin de Robert Estienne, signée Jacques Dupuy et augmentée par Jean Nicot, le Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne de Jean Nicot (1606) et le Dictionnaire de moyen français du Centre national de ressources textuelles et lexicales [URL : http://www.cnrtl.fr/definition/dmf/epoque]. Il est employé dans son acception moderne par Bossuet dans son Histoire des variations des églises protestantes de 1688 (Littré, [URL : https://www.littre.org/definition/époque] et dans le Dictionnaire de l’Académie française, 1re édition de 1694 [URL : http://portail.atilf.fr/dictionnaires/onelook.htm].

4 Au théâtre, pièce se déroulant dans un cadre pastoral avec des personnages de bergers, dont les amours sont souvent au centre de l’intrigue.

5 Sur la sottie, sa représentation et sa matérialité, voir Duhl [Dull sic], 1994, p. 181-202.

6 Sur la répression du théâtre, toile de fond utile pour notre propos mais qui ne lui est pas centrale, voir Harvey (1941), Aubailly (1975), Bouhaik-Gironès (2007), Bouhaik-Gironès et al. (2017).

7 Un costume multiforme combinant les éléments des divers États est de même porté par Chascun, tenté et subverti par Monde dans une moralité de 1541 (Hindley, 2005, p. 209, 212).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Canadé Sautman, « Personnifier l’époque, vilipender le temps présent. Comment dire l’époque dans le théâtre satirique français (milieu xve siècle-fin xvie siècle) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9488 ; DOI : 10.4000/traces.9488

Haut de page

Auteur

Francesca Canadé Sautman

Hunter College et The Graduate Center, City University of New York (CUNY)

Haut de page