Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

L’époque capitaliste

The capitalist epoch
William H. Sewell Jr
Traduction de Thomas Angeletti
p. 169-182

Résumés

Cet article défend l’idée que le capitalisme doit être compris comme un phénomène d’époque, c’est-à-dire comme une forme de vie spécifique, historiquement et temporellement limitée, avec des dynamiques sociales et temporelles qui la démarquent d’ères passées de l’histoire, et qui n’est pas destinée à durer indéfiniment. La caractéristique la plus typique du capitalisme – une croissance économique séculaire soutenue en termes de capitaux par tête – a amené des bénéfices importants à l’espèce humaine, non seulement à travers l’augmentation du bien-être économique mais aussi en allouant aux individus des corps plus grands, plus forts, plus résistants, et par l’augmentation radicale de l’espérance de vie. Il a également rendu possible une remarquable hausse des pouvoirs techniques, éducatifs et scientifiques de la société. L’expérience de la croissance économique soutenue a suscité l’émergence d’un sens particulier du temps comme progressif et ouvert – rendant possible la conscience historique moderne. Dans le même temps, la marchandisation incessante des relations sociales dans le capitalisme a tendu à libérer les individus de la domination basée sur le statut personnel, mais aussi à les soumettre à des formes plus abstraites de domination. La destruction créatrice, mécanisme clé du capitalisme pour produire une croissance économique soutenue, a également produit un cycle impossible à maîtriser, fait de booms et de crises, créant de nouvelles formes d’insécurité tout en ayant tendance à faire sortir les gens de la pauvreté absolue. Le développement capitaliste a toujours été spatialement inégal. La forme de l’ère postcapitaliste dépendra de la manière dont nous utiliserons collectivement les pouvoirs que l’ère capitaliste a produits – la science et la technique, évidemment, mais aussi la conscience historique critique qui réside au cœur des sciences sociales historiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 * NDT : ce texte a été initialement publié en 2014 dans Social Science History, no 38, p. 1-11 (cop (...)

1Ce n’est qu’assez récemment que je me suis sérieusement attelé au problème du capitalisme1. Durant la plus grande partie de ma carrière intellectuelle, j’ai étudié l’histoire des révolutions, particulièrement les révolutions françaises de 1789, 1830 et 1848 (Sewell, 1983, 1994). Travailler sur ces événements à la fois si contingents et si fondamentaux que sont les révolutions m’a amené à être assez critique à l’égard des explications déterministes et structurales – des révolutions comme, plus largement, de l’histoire. En réalité, en dehors du petit cercle des historiens de la France, je suis probablement plus connu pour mes efforts visant à introduire une sensibilité historienne de la temporalité au sein de la théorie sociale. La temporalité sociale, comme je me suis évertué à le montrer dans mes écrits, est contingente, lourde de conséquences, complexe, évènementielle, et hétérogène – et certainement pas téléologique (Sewell, 2005).

  • 2 Mes efforts pour donner un sens aux temporalités du capitalisme peuvent être trouvés notamment dan (...)

2Mais le capitalisme, en tant qu’objet d’étude historique, pose de sérieux problèmes vis-à-vis des arguments que j’ai avancés par le passé. Il est en réalité caractérisé par certaines formes de temporalités que j’avais écartées dans mes travaux précédents. Le capitalisme a en effet des dynamiques temporelles de long terme qui sont fortement orientées dans la même direction. Ces dynamiques complexes, présentes dans le capitalisme depuis au moins trois siècles, se sont manifestées par une croissance économique soutenue, une expansion géographique constante et une marchandisation continue des relations sociales. Le capitalisme est également marqué par un rythme temporel étrange et répétitif connu sous le nom de cycle économique2. En résumé, le capitalisme semble être une exception majeure à ce que j’avais hâtivement déclaré être la « contingence globale » de la temporalité sociale (Sewell, 2005, p. 120). C’est évidemment ce qui en fait un objet d’étude absolument fascinant à mes yeux.

  • 3 La littérature sur les origines du capitalisme est vaste. Parmi les travaux qui m’ont particulière (...)

3Au final, je continue de croire à la contingence globale de la temporalité sociale et des formes sociales. Le capitalisme, tel que je le conçois, repose sur des dynamiques temporelles de long terme hautement contraignantes, mais il n’est certainement pas le produit de quelque loi transhistorique et téléologique du développement social. Je dirais plutôt que le capitalisme est un produit contingent – et temporaire – de l’histoire. Il apparaît dans un coin bien particulier du monde et dans des circonstances historiques bien spécifiques : dans l’Europe du Nord-Ouest, à une époque où les Européens viennent d’établir une domination, à la fois commerciale et militaire, sur les mers. Son émergence en tant que système fut le produit d’une conjonction, qui n’était absolument pas donnée d’avance, entre des développements dans l’agriculture, le commerce, l’industrie, la politique et la culture au cours des xvie, xviie et xviie siècles3. Cependant, une fois qu’il fut établi de façon contingente en tant que système, le capitalisme a généré une dynamique sociale unique du point de vue historique, agissant comme une loi particulièrement puissante et expansive, et qui a progressivement englobé et transformé le monde entier avec ce qui semble avoir été une sorte de fatalité. Du point de vue du long cours de l’histoire mondiale et de celui de la plupart des processus historiques, y compris au sein de l’ère capitaliste, cette dynamique expansionniste et supposément irrésistible du capitalisme apparaît presque mystérieuse.

Le capitalisme en tant que phénomène d’époque

4Le fait que l’émergence du capitalisme ait introduit une nouvelle forme de temporalité dans l’histoire implique que nous devrions appréhender le capitalisme en tant qu’il inaugure une nouvelle époque dans l’aventure humaine. Cette forme de vie historique qui façonne l’époque que l’on appelle capitalisme est centrée, comme cela avait jusqu’alors peu été le cas, sur la production, sur l’échange et sur la consommation de biens. Mais le capitalisme n’est pas réductible à un système économique ; c’est un tout social complexe, avec ses formes politiques spécifiques, ses psychologies, ses relations sociales, ses traits culturels. Il a jusqu’ici eu une trajectoire historique de trois à quatre siècles, mais il est peu probable qu’il continue indéfiniment. En effet, il y a des raisons de penser que la vie sociale, politique et économique de la planète sera tellement transformée au cours du prochain siècle que notre progéniture ne vivra plus dans un monde reconnaissable comme capitaliste.

5Un élément crucial pour comprendre l’histoire du capitalisme en tant que phénomène d’époque est que nous avons tous le privilège – ou la malédiction – de vivre dans sa vaste, quoique limitée, emprise temporelle et géographique. En écrivant son histoire, nous sommes confrontés à un phénomène qui s’infuse en nous et qui nous définit en tant que personnes, en tant qu’intellectuels, dans des proportions qu’il nous est difficile de saisir pleinement. On ne peut se tenir hors du monde que le capitalisme a créé. Écrire à propos du capitalisme en visant d’une manière ou d’une autre l’objectivité requiert une prise de conscience critique et réflexive vis-à-vis de notre inévitable participation à l’objet même que l’on étudie.

6Cette façon de concevoir le capitalisme en tant que phénomène d’époque est, je crois, très différente de la manière dont les économistes et les historiens économiques l’ont pensé – tout du moins dans la manière dont le discours économique apparaît à un outsider relatif comme moi. En économie, le terme capitalisme, quand il est utilisé, est généralement employé de façon descriptive pour désigner un système économique caractérisé par l’omniprésence des échanges de marché et la prédominance de l’entreprise privée. En histoire économique, l’histoire du capitalisme est essentiellement celle de la croissance économique moderne. Elle est centrée sur le récit du mouvement progressif des mauvaises aux bonnes institutions, celles-ci étant, selon la définition de Douglass North, celles qui réduisent les coûts de transactions, maximisant par là les incitations à l’échange, à l’innovation technologique et organisationnelle, lesquelles sont, évidemment, les sources de la croissance (North, 1981, 1990). L’histoire du capitalisme, conçue dans cette perspective, est fondamentalement celle de la suppression successive des obstacles à une croissance économique appuyée sur le marché. La croissance, dans le discours économique, est posée comme un objectif naturalisé de la vie économique et le capitalisme comme la structure économique tout aussi naturalisée permettant le mieux d’atteindre cet objectif. L’histoire économique tend ainsi à être celle de la façon dont cet objectif préétabli s’est réalisé.

La croissance et ses limites

  • 4 L’énonciation classique de cet argument nous vient de Le Roy Ladurie (1974).

7Quelles sont, par conséquent, les dynamiques temporelles uniques ou remarquables de l’époque capitaliste ? La croissance économique soutenue indéfiniment – ce que Karl Marx a appelé l’accumulation illimitée du capital – est certainement la caractéristique de l’ère capitaliste la plus unique dès le premier abord. Il est nécessaire de reconnaître à quel point ce type de croissance économique est nouveau dans l’histoire mondiale. L’histoire fournit de nombreux exemples de ce que l’on peut appeler la prospérité économique, à diverses époques et dans une large variété de lieux autour du globe. Par prospérité économique, j’entends des épisodes, quelquefois prolongés sur un siècle ou deux, de commerce croissant, avec des produits manufacturés de plus en plus sophistiqués, une agriculture de plus en plus intense et une croissance de la population. Mais jusqu’au xviiie siècle, les augmentations de la population caractéristiques de ces périodes ont finalement égalé ou dépassé toutes les hausses de la productivité, ce qui a entraîné une stagnation ou une diminution du revenu par personne4. Ces épisodes de prospérité économique doivent être distingués clairement de la croissance économique moderne au sens strict – c’est-à-dire de la croissance du revenu réel par personne qui, elle, est indéfiniment soutenue. La croissance économique au sens strict, qui a débuté dans l’économie atlantique au xviiie siècle et s’est répandue (très inégalement) à travers le monde au cours des trois siècles passés, est sans précédent historique. Cette absence de précédent est confirmée par le fait que, bien que la population mondiale ait été presque multipliée par dix depuis le début du xviiie siècle, le revenu mondial par personne a continué de croître. Les mécanismes malthusiens qui ont toujours limité la croissance de la population ont été rendus inopérants par la croissance économique capitaliste moderne.

8La croissance économique a été, à bien des égards, la véritable aubaine du capitalisme. Elle a très amplement amélioré la vie humaine, de manière particulièrement spectaculaire au cours du xxe siècle. Les historiens en sciences sociales comme Robert Fogel ont montré que les individus qui vivent aujourd’hui dans des pays prospères sont mieux nourris, plus grands, plus lourds, plus robustes physiquement, moins malades, capables de plus de travail et qu’ils vivent bien plus longtemps que leurs ancêtres des xviiie et xixe siècles. En d’autres mots, l’être physique même des humains a été profondément transformé par l’expansion du capitalisme (Floud et al., 2011 ; Fogel, 2004). Et cette transformation n’a pas été limitée aux seuls pays riches ; même les citoyens de Haïti, un pays particulièrement pauvre, ont actuellement une espérance de vie de soixante ans. De plus, dans le capitalisme mondial contemporain, les taux d’alphabétisation et les niveaux d’éducation sont montés en flèche et les pouvoirs humains ont été largement multipliés par les avancées technologiques et l’extraction d’énergie. Assurément, cette amélioration fantastique des conditions de vie pour la majorité des êtres humains doit être considérée en soi comme une véritable amélioration.

9Mais il est approprié ici de faire entendre la voix sceptique de Marx. Marx a également célébré l’extraordinaire déchaînement de productivité du capitalisme : dès 1848, il indique avec Engels dans le Manifeste du Parti communiste qu’« au pouvoir depuis un siècle à peine, la bourgeoisie a créé des forces productives plus nombreuses et plus gigantesques que ne l’avaient fait toutes les générations passées prises ensemble » (Marx et Engels, 1972, p. 45). Mais Marx était aussi profondément conscient de la face cachée et perverse de la prodigieuse création de richesse matérielle du capitalisme. Comme Max Weber (2000), il considérait la machine de création dynamique de richesses du capitalisme comme irrationnelle en dernière analyse, et comme guidée par l’accumulation pour l’accumulation sans considération pour ses conséquences sur les humains. Marx argumentait que l’incapacité constitutive du capitalisme à prendre en compte la santé et le bien-être de sa force de travail en viendrait à saper le système capitaliste, à le conduire à une crise monumentale et à entraîner son démantèlement par la révolution prolétarienne.

10Bien entendu, cette prédiction ne s’est pas réalisée. Mais l’argumentation de Marx, indiquant comment la logique même de la concurrence capitaliste allait conduire les capitalistes à exploiter les travailleurs si impitoyablement qu’ils en détruiraient la base du système capitaliste, semble particulièrement pertinente dans l’ère actuelle de catastrophe environnementale imminente. Il est désormais parfaitement clair que la poursuite et la reproduction autour du globe d’une croissance économique fondée sur la consommation intensive d’énergie, une croissance qui a produit le boom capitaliste des trois derniers siècles, a conduit à un rapide et sévère réchauffement climatique, à l’élévation du niveau des mers, à la disparition massive des espèces et à une pénurie d’eau paralysante pour la consommation comme pour l’agriculture – en résumé, à une incalculable et potentiellement drastique détérioration de la vie pour nos petits et arrières-petits-enfants. Pourtant les sociétés capitalistes contemporaines ont été complètement incapables d’affronter cette menace existentielle. Les capitalistes résistent généralement aux politiques publiques qui pourraient limiter ces menaces environnementales car elles augmenteraient les coûts et limiteraient les profits. Les consommateurs, qu’ils soient habitués à une surabondance de biens et de services attractifs ou qu’ils espèrent atteindre une telle abondance, refusent d’envisager les réductions de consommation que le sauvetage du monde pour leurs petits-enfants requerrait. Et les politiciens, dépendant des capitalistes comme des consommateurs pour rester en fonction, préfèrent soit temporiser soit nier ouvertement l’évidente vérité scientifique du changement climatique global.

  • 5 Sur le défi que le changement climatique global pose à la recherche historique, voir Chakrabarty ( (...)

11Le système capitaliste, qui doit s’étendre pour survivre, est désormais manifestement en contradiction – économiquement, politiquement et culturellement – avec les conditions du développement futur de l’espèce humaine. C’est pour cette raison que j’affirme que l’époque capitaliste de l’histoire humaine ne continuera pas indéfiniment. Dans le meilleur des scénarios futurs, les outils remarquables que l’époque capitaliste nous a fournis (la science et la technologie, l’alphabétisation universelle, l’égalité civique, un nouveau corps humain vigoureux et sain) pourront être utilisés pour créer une maison terrestre stable et vivable (quoique certainement plus chaude) pour des humains considérablement plus nombreux. L’anthropocène, que le capitalisme a généré, doit encore s’avérer compatible avec une société humaine décente5. Mais le temps est compté et il est difficile actuellement de discerner les forces sociales qui seraient capables d’amener l’espèce humaine à faire face aux tâches colossales qui sont aujourd’hui nécessaires. Pour moi, la seule posture politiquement et intellectuellement plausible semble être une version de la phrase d’Antonio Gramsci, « pessimisme de l’intelligence, optimisme de la volonté » (Gramsci, 1983, p. 441).

La marchandisation et la domination abstraite

12Avec la croissance économique prolongée, l’ère capitaliste a également amené une progressive et profonde marchandisation des relations sociales. Il est évident qu’une proportion croissante des biens et services consommés par la population des sociétés capitalistes en est venue à être médiée par les échanges de marché. Dans les sociétés pleinement capitalistes, il est rare que les individus cultivent leur propre nourriture, tissent leur propre tissu, fabriquent leurs propres outils ou qu’ils obtiennent des biens ou des services à partir du troc ou d’une redistribution ritualisée. Et au-delà de cette marchandisation de toutes sortes de choses, le capitalisme a également marchandisé le travail humain. Le salariat a été essentiellement universalisé ; le travail, de quelque sorte qu’il soit, est échangé contre un moyen de paiement, et les biens et services sont acquis à travers l’achat sur le marché. Le travail, la forme d’activité sensible qui occupe la plus grande partie de notre vie adulte éveillée, est donc une marchandise. Et comme d’autres marchandises, le travail est rendu équivalent à travers l’échange monétaire universel à d’autres quantités fluctuantes de marchandises de toutes sortes, produites et échangées partout dans le monde. Cela signifie que notre activité vitale même est soumise à ces forces anonymes et abstraites qui gouvernent la production et l’échange dans le capitalisme, des forces que les économistes et autres chercheurs en sciences sociales essaient depuis longtemps de maîtriser – jusqu’ici avec un succès très partiel, il faut bien le reconnaître. L’humanité, sous le capitalisme, est soumise de manière croissante à ce que Moishe Postone (2009) a appelé la « domination sociale abstraite » : notre bien-être, nos routines quotidiennes, nos trajectoires de vie ou la valeur de nos compétences et atouts sont largement déterminés par des forces « économiques » abstraites, anonymes et apparemment objectives et hors de notre contrôle – y compris celles qui nous amènent vers l’insoutenabilité environnementale.

13Si la domination abstraite agit sur nous par des forces qui semblent muettes et aveugles, elle nous amène toujours plus loin au moyen d’attraits visuels et verbaux déclarés et loquaces, vers une sorte d’autoabstraction désirée qui prend la forme d’identités marchandisées. En effet, on parle de plus en plus de se marketer soi-même. La dynamique de la mode, entretenue par la publicité, transforme la recherche universelle de statut et de reconnaissance en un désir insatiable de marchandises de définition de soi toujours renouvelées. Sur la base de mes propres recherches, je peux affirmer que la dynamique capitaliste de la mode remonte très loin dans l’histoire du capitalisme, au moins au début du xviiie siècle, quand les tisserands de soie lyonnais ont commencé à systématiquement changer leur design de tissu chaque année (Sewell, 2010). De nos jours, nous vivons dans un monde absolument saturé de publicités, de marchandises et de marques.

14Cette qualité abstraite des relations sociales capitalistes a aussi été profitable en nous libérant progressivement des formes préétablies de domination personnelle, hiérarchique et communautaire, caractéristiques des sociétés précapitalistes. Ce n’est pas que les individus vivant dans les sociétés capitalistes sont davantage dominés que ceux des sociétés précapitalistes, mais ils le sont d’une manière bien différente. En fait, le processus capitaliste d’abstraction a façonné notre personnalité en tant qu’individus apparemment indépendants et autodéterminés, capables en principe d’adopter une certaine distance critique vis-à-vis des forces et des institutions qui nous dominent. Dans le même mouvement, cela a rendu la nature de ces forces et de ces institutions toujours plus difficile à saisir, et plus encore à contester. C’est pourquoi l’ascension du capitalisme correspond temporellement à celle des sciences sociales qui, depuis leur apparition, tentent d’expliquer les formes et les processus de la vie sociale en termes de forces et de structures sociales et abstraites plutôt qu’en termes de manifestation de la volonté humaine ou divine.

15L’ascension du capitalisme a également correspondu temporellement à celle de l’égalité civique, qui établit une équivalence formelle entre les citoyens, au-delà des différences accidentelles qui pourraient exister entre eux en termes de capacités, de santé ou de prestige social. Une telle formulation est parfaitement sensée dans un monde social où les individus en viennent à être définis non par des formes intrinsèques d’honneur mais par l’échange de marchandises au sein d’un marché anonyme, incluant de manière décisive leur travail. En résumé, si le capitalisme a développé de nouvelles formes abstraites de domination, ce processus d’abstraction sociale a aussi contribué au développement de formes culturelles – telles que les sciences sociales et l’idée d’égalité – qui servent de base à une critique de cette même domination.

L’expérience temporelle capitaliste

16La société capitaliste se distingue également des précédentes formations sociales par ses formes et expériences spécifiques du temps. Aussi bien les rythmes réels de la vie sociale que la façon dont le passage du temps est expérimenté et conceptualisé sont qualitativement différents à l’ère capitaliste par rapport aux périodes précédentes.

17L’omniprésente tendance expansionniste du capitalisme a été une source majeure de modes de raisonnement temporel nouveaux. Reinhart Koselleck (2002) note que c’est au xviiie siècle, quand la croissance économique capitaliste a débuté, que les intellectuels ont commencé à se penser comme vivant dans un « nouveau temps », ce que nous avons couramment été amenés à appeler la modernité, et ce qui en allemand est appelé de manière plus éloquente, justement, Neuzeit. Cette conception émergente de la temporalité a été marquée par le sentiment d’une accélération du temps historique et de l’ouverture du futur – c’est-à-dire l’idée que le futur serait qualitativement différent du présent plutôt qu’une répétition, une réitération ou une recombinaison de ce qui avait déjà eu lieu. Le temps, plutôt que d’être conçu comme une pure succession, a été vu comme incorporant une dynamique intrinsèque. Selon une formulation particulièrement courante, le temps a été considéré comme progressif. Ainsi, par exemple, le philosophe français du xviiie siècle Diderot décida de ne pas publier de nombreux travaux littéraires et philosophiques dont il savait qu’ils auraient scandalisé ses contemporains, mais il continua à les écrire car il était pleinement confiant dans le fait qu’ils seraient appréciés après sa mort, dans une société future et éclairée (Wilson, 2013).

18Cette appréhension du temps comme progressif et ouvert, dont nous partageons les principaux traits avec les penseurs du xviiie siècle, reposait sur l’expérience de la croissance économique capitaliste précoce. Même si Diderot ne vécut pas suffisamment longtemps pour voir les changements technologiques colossaux forgés par la révolution industrielle, il vécut dans une ère où la croissance économique était palpable. Habitant Paris entre les années 1720 et 1780, il expérimenta une prolifération croissante de nouveaux biens de consommation, un commerce en forte augmentation entre l’Europe et le reste du monde, une prolifération de cafés et autres lieux de commercialisation des loisirs, et des ventes accrues d’imprimés – y compris celles de sa fameuse Encyclopédie, que Diderot dirigea et dont il écrivit de nombreux articles. Le but de l’Encyclopédie était de propager la pensée des Lumières, notamment l’amélioration des techniques, outils et pratiques que Diderot appelait les arts mécaniques, et que nous appellerions industrie. Diderot expérimentait et aidait à promouvoir les tendances du capitalisme naissant et la nouvelle appréhension de la temporalité qu’il entretenait.

La création destructrice et les temporalités cycliques

19La croissance économique et l’appréhension correspondante du temps comme progressif n’expriment, cependant, qu’un seul aspect de la temporalité spécifique au capitalisme. Le cycle économique, qui reste non maîtrisable malgré les efforts de générations d’économistes et de banquiers centraux, est une caractéristique temporelle aussi propre à la société capitaliste que ne l’est la croissance économique indéfiniment soutenue. C’est tout aussi vrai aujourd’hui que ça l’était quand Schumpeter (1990) inventa le terme destruction créatrice, pour indiquer que l’économie capitaliste s’appuie sur celle-ci pour croître, la création prenant place principalement dans les périodes de reprise des cycles économiques et la destruction plutôt durant celles de crashs. La croissance capitaliste est intrinsèquement intermittente et en crise. Le phénomène de destruction créatrice, qui implique que les entreprises, les industries et les économies locales et nationales ne soient jamais libérées d’une menace de dévastation de la part de leurs concurrents, s’accompagne d’un sentiment puissant d’insécurité, d’impermanence, de l’omniprésence d’une crise potentielle qui tempère et contredit partiellement la conscience temporelle progressive si caractéristique des sociétés capitalistes. Nous sommes continuellement au moins à demi conscients, pour paraphraser Marx et Engels (1972) et Marshall Berman (2018), qu’au sein des sociétés capitalistes « tout ce qui est solide » peut facilement « se volatiliser ».

  • 6 L’analyse la plus pertinente de l’inégalité du développement spatial est celle avancée par Harvey (...)

20Un autre rythme temporel caractéristique du capitalisme réside dans l’inégalité de son développement spatial. Les poussées créatives qui nourrissent la croissance sont nécessairement situées dans des industries et des lieux spécifiques – tels que Lancashire, la région de la Ruhr, Détroit, la Silicon Valley ou Shenzhen – tandis que d’autres lieux stagnent ou même déclinent. Ce processus inégal de développement opère à toutes les échelles : au sein des villes, entre les villes et les régions, entre les pays, entre les continents6. Les effets cumulatifs de ce développement inégal ont rendu des régions variées du monde bien moins égales aujourd’hui qu’elles ne l’étaient en 1700, au temps où les revenus par tête en Chine, en Inde et dans le Moyen-Orient semblent avoir été presque équivalents à ceux de l’Europe (Bourguignon et Morrison, 2002 ; Pomeranz, 2010). Cependant, les lieux avantagés ou désavantagés se déplacent également dans l’espace et le temps aux rythmes imprévisibles de la destruction créatrice. Ainsi les régions du Lancashire, de la Ruhr et de Détroit, qui avaient connu un boom exceptionnel, font désormais partie de la Rust Belt globale tandis que la Chine concurrence de manière croissante la domination économique occidentale. Ce développement spatial fort inégal, avec ses mouvements imprévisibles vers le haut ou vers le bas, est un rythme spatio-temporel essentiel et constitutif du capitalisme.

21Ce développement spatial inégal possède également une dimension politico-militaire cruciale. Le capitalisme, depuis ses origines, est basé non seulement sur un commerce d’envergure mondiale, mais sur des projections mondiales du pouvoir des États – depuis les voiliers armés et les postes de commerce lointains de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales jusqu’à l’Amérique contemporaine avec sa marine mondiale, sa puissance aérienne, ses forces mobiles terrestres, son réseau mondial de bases et d’aérodromes, complétés par le soft power de l’aide internationale, les traités internationaux et les organisations intergouvernementales. Ce pouvoir militaire et politique a été, depuis les débuts du capitalisme, constamment utilisé pour créer des avantages économiques pour les États puissants – à travers toutes sortes de moyens, de la saisie pure et simple de territoire à l’imposition de relations de commerce inégales ou encore à la manipulation de taux de change et de dettes internationales. Réciproquement, les pays obtenant un avantage économique utilisent leur richesse supérieure pour améliorer leur pouvoir politique et militaire. L’Europe occidentale, qui formait le cœur initial de la société capitaliste mondiale, a été de longue date divisée entre des États rivaux belliqueux ; le développement du commerce à l’échelle mondiale depuis le xvie siècle a étendu ces hostilités sur les océans et jusqu’aux rivages lointains.

22Giovanni Arrighi (1994) a montré que les phases de conflits entre grandes puissances correspondent à des phases dans l’évolution et la gouvernance de l’économie capitaliste – c’est-à-dire que les guerres et les politiques internationales ne peuvent être considérées comme externes au capitalisme en tant que système économique global. Les périodes d’hégémonie dans la politique des grandes puissances correspondent à des périodes de consolidation de modèles économiques particulièrement prospères et productifs – le modèle néerlandais qui combine une liberté économique domestique avec un commerce mondial strictement contrôlé et lourdement armé au milieu du xviie siècle ; le modèle anglais d’industrialisation domestique et de commerce international libre du milieu du xixe siècle ; le modèle américain des multinationales, de la production de masse et du management économique keynésien durant les décennies suivant la Seconde Guerre mondiale. En revanche, les périodes où le pays économiquement dominant perd son avantage, en large partie car ses techniques ont été copiées avec succès par les puissances émergentes, sont marquées par des rivalités internationales intenses et croissantes – entre les Pays-Bas, l’Angleterre et la France à la fin des xviie et xviiie siècles ; entre l’Angleterre, l’Allemagne, la France et les États-Unis à la fin du xixe et au début du xxe siècle, et entre les États-Unis et la Chine au début du xxie siècle –, rivalités qui ont historiquement éclaté en accès de guerre destructrice. Arrighi (1994) a montré, en somme, que l’expansion de long terme du capitalisme sur la surface du globe, tout autant que le développement économique de court ou de moyen terme, procède de manière fondamentalement cyclique.

Histoires du capitalisme

23Je n’ai esquissé ici que certaines des dynamiques historiques spécifiques qui définissent le capitalisme – dynamiques qui ont produit de façon contingente un système étrangement robuste et puissant de relations sociales dans lequel nous sommes tous engloutis. Il ne me reste que quelques lignes pour dire ce que ces dynamiques impliquent pour l’écriture des histoires du capitalisme.

24Premièrement, nous devons réaliser que « l’histoire » – au sens d’une discipline intellectuelle qui tente d’expliquer comment des événements passés ont contribué à des transformations significatives des sociétés humaines – est l’un des aspects du nouveau sens dynamique de la temporalité que le développement capitaliste a engendré. La tentative même d’écrire des histoires du capitalisme s’effectue à l’ombre de ses effets temporels.

25Deuxièmement, l’histoire du capitalisme ne peut être confinée à l’histoire économique ou même à l’économie politique. La dynamique intrinsèque du capitalisme n’est pas seulement une affaire économique : elle repose, parmi de très nombreuses autres dimensions, sur des formes d’hégémonie politico-militaire, sur les sphères culturelles et psychologiques complexes du désir du consommateur et de l’avidité capitaliste sans limites, ou sur des institutions de formation scientifique. Et les dynamiques intrinsèques du capitalisme se manifestent en pratique dans chaque aspect de la vie sociale : dans la littérature, dans le comportement démographique, dans les formes urbaines, dans les relations entre les colonies et les métropoles, dans la spéculation philosophique, dans les formes de sexualité, dans les relations de travail, dans les performances musicales, etc. Les histoires du capitalisme sont et doivent rester multiples et hétérogènes.

26Troisièmement, accepter une approche du capitalisme en tant qu’époque n’implique pas de retomber dans les temporalités téléologiques des théories de la modernisation, ou dans un déterminisme marxiste sommaire. Le système de production et d’échange capitaliste possède en son sein une dynamique d’accumulation illimitée du capital. C’est ce qui le rend si remarquable. Mais cette dynamique ne doit pas être entendue comme téléologique, car elle n’a aucun but substantiel au-delà de celui, dénué de contenu et finalement autodestructeur, de l’accumulation pour l’accumulation. De plus, la dynamique directionnelle du capitalisme doit être comprise comme un produit historique : s’il correspond certainement à une époque, il n’est aussi rien de plus qu’une époque, destinée à disparaître.

27Quatrièmement, le fait que le capitalisme intègre une orientation n’implique pas que la temporalité ordinaire, contingente, événementielle cesse d’opérer dans l’ère capitaliste. Les temporalités de la politique, de la pensée, de la guerre, de la vie familiale, de la diplomatie, des mouvements sociaux ou de l’existence quotidienne sont plus que jamais faites d’événements contingents et lourds de conséquences. La dynamique spécifique du capitalisme exerce des pressions et des contraintes directionnelles sur le flux d’événements dans toutes les sphères sociales. Ce que ces pressions et ces contraintes peuvent être ou les effets qu’elles peuvent avoir ne peut être déduit simplement de quelque théorie antérieure du capitalisme ; elles doivent être découvertes et minutieusement étudiées par une science historique digne de ce nom.

28Enfin, cinquième et dernier point, le fait que le capitalisme intègre une orientation n’implique pas non plus que le cœur économique du capitalisme soit libéré de toute contingence ou de tout caractère événementiel. En effet, on peut penser que le capitalisme agit comme une machine spécialement élaborée pour la production frénétique d’événements – inventions, rachats d’entreprises agressifs, lancements de produits, campagnes de publicités, introductions en Bourse, mais également faillites, bulles, crises et luttes ouvrières. Les événements caractéristiques du cœur économique du capitalisme tendent à être plus immédiatement absorbés dans le métabolisme expansionniste du capital que les évènements qui en sont plus éloignés. Pourtant rien ne garantit qu’une telle absorption marchera automatiquement ou indéfiniment. Il y a des contingences produites par le capitalisme lui-même, des contingences d’autres aspects de la vie moderne et de nouvelles contingences qui surviennent des contradictions entre l’expansion infinie du capitalisme et les limites strictes imposées par les systèmes environnementaux de la Terre. Ces contingences combinées contiennent des possibilités pour une éventuelle transformation du capitalisme vers un futur postcapitaliste. Avec un peu de chance, de courage politique, de vigilance, et de travail acharné – par les historiens nourris de sciences sociales notamment –, les ressources critiques et scientifiques dont le capitalisme nous a dotées pourraient nous permettre de bâtir un futur postcapitaliste meilleur que notre présent capitaliste.

Haut de page

Bibliographie

Arrighi Giovanni, 1994, The Long Twentieth Century : Money, Power, and the Origins of Our Times, Londres, Verso.

Aston Trevor H. et Philpin Charles H. E. éd., 1985, The Brenner Debate : Agrarian Class Structure and Economic Development in Pre-Industrial Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

Berman Marshall, 2018 [1982], Tout ce qui est solide se volatilise. L’expérience de la modernité, Genève, Entremonde.

Bourguignon François et Morrison Christian, 2002, « Inequality among world citizens : 1820-1992 », The American Economic Review, vol. 92, no 4, p. 727-744.

Chakrabarty Dipesh, 2009, « The climate of history : four theses », Critical Inquiry, no 35, p. 197-222.

De Vries Jan, 2008, The Industrious Revolution : Consumer Behavior and the Household Economy, 1650 to the Present, Cambridge, Cambridge University Press.

Floud Roderick, Fogel Robert William, Harris Bernard et Hong Sok Chul, 2011, The Changing Body : Health, Nutrition, and Human Development in the Western World since 1700, Cambridge, Cambridge University Press.

Fogel Robert William, 2004, The Escape from Hunger and Premature Death, 1700-2100 : Europe, America, and the Third World, Cambridge, Cambridge University Press.

Gramsci Antonio, 1983, Cahiers de prison, t. 2, Cahiers 6, 7, 8 et 9, Paris, Gallimard.

Harvey David, 1999 [1982], The Limits to Capital, Londres, Verso.

Koselleck Reinhart, 2002, « The eighteenth century as the beginning of modernity », The Practice of Conceptual History : Timing History, Spacing Concepts, Stanford, Stanford University Press, p. 154-169.

Le Roy Ladurie Emmanuel, 1974, « L’histoire immobile », Annales ESC, vol. 29, no 3, p. 673-692.

Marx Karl, 1993 [1867], Le Capital. Livre 1, Paris, Presses universitaires de France.

Marx Karl et Friedrich Engels, 1972 [1848], Manifeste du Parti communiste, Paris, Éditions sociales.

North Douglass C., 1981, Structure and Change in Economic History, New York, W. W. Norton.

North Douglass C., 1990, Institutions, Institutional Change, and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

North Douglass C. et Robert Paul Thomas, 1973, The Rise of the Western World : A New Economic History, Cambridge, Cambridge University Press.

Pomeranz Kenneth, 2010 [2000], Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel.

Postone Moishe, 2009 [1993], Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille et une nuits.

Schumpeter Joseph A., 1990 [1942], Capitalisme, socialisme, et démocratie, Paris, Payot.

Sewell William H., Jr., 1983 [1980], Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier.

Sewell William H., Jr., 1994, A Rhetoric of Bourgeois Revolution : The Abbé Sieyès and « What Is the Third Estate ? », Durham, Duke University Press.

Sewell William H., Jr., 2005, Logics of History : Social Theory and Social Transformation, Chicago, University of Chicago Press.

Sewell William H., Jr., 2008, « The temporalities of capitalism », Socio-Economic Review, vol. 6, no 3, p. 517-537.

Sewell William H., Jr., 2010, « The empire of fashion and the rise of capitalism in eighteenth-century France », Past and Present, vol. 206, no 1, p. 81-120.

Sewell William H., Jr., 2012, « Economic crises and the shape of modern history », Public Culture, vol. 24, no 2, p. 303-327.

Wallerstein Immanuel, 1974, The Modern World-System, vol. 1, Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, Berkeley-New York, University of California Press-Academic Press.

Weber Max, 2000 [1904-1905], L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Flammarion.

Wilson Arthur M., 2013 [1972], Diderot. Sa vie et son œuvre, Paris, Robert Laffont.

Haut de page

Notes

1 * NDT : ce texte a été initialement publié en 2014 dans Social Science History, no 38, p. 1-11 (copyright de la Social Science History Association), que nous remercions. Les coordinateurs remercient également l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales de l’université Paris Dauphine pour le soutien apporté à cette traduction. Je remercie Quentin Deluermoz, Juliette Galonnier et Samuel Hayat pour leur relecture. Mes remerciements vont enfin à William H. Sewell Jr. pour avoir donné son accord à cette traduction et pour sa relecture attentive.

2 Mes efforts pour donner un sens aux temporalités du capitalisme peuvent être trouvés notamment dans Sewell (2008, 2012).

3 La littérature sur les origines du capitalisme est vaste. Parmi les travaux qui m’ont particulièrement influencé, citons Arrighi (1994), Aston et Philpin (1985), de Vries (2008), Marx (1993), North et Thomas (1973), Wallerstein (1974) et Weber (2000).

4 L’énonciation classique de cet argument nous vient de Le Roy Ladurie (1974).

5 Sur le défi que le changement climatique global pose à la recherche historique, voir Chakrabarty (2009).

6 L’analyse la plus pertinente de l’inégalité du développement spatial est celle avancée par Harvey (1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William H. Sewell Jr, « L’époque capitaliste », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9648 ; DOI : 10.4000/traces.9648

Haut de page

Auteur

William H. Sewell Jr

université de Chicago

Haut de page