Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Les découpages temporels à l’épreuve de l’histoire des femmes

Historical periods and women’s history
Sylvie Steinberg
p. 183-190

Résumés

Publié en 1977, le texte de Joan Kelly « Did women have a Renaissance ? » proposait non seulement d’intégrer les femmes au récit historique à partir d’une relecture de sources historiques bien connues mais aussi de revoir le découpage canonique entre un Moyen Âge obscur et une lumineuse Renaissance. En s’appuyant sur un corpus d’œuvres appartenant à la littérature courtoise et aux traités de cour du xvie siècle, l’auteure avançait la thèse que la femme de cour de la Renaissance avait perdu du pouvoir et de l’autonomie par rapport à la dame du Moyen Âge. Le texte tire sa force et son charme du fait qu’il revisite les mythes de la périodisation à l’aune de l’histoire des femmes. Mais son approche foisonnante pèche aussi par son manque de rigueur et ses approximations. La remise en cause des thèses de Joan Kelly dans les décennies qui ont suivi ont donné lieu à de riches débats historiographiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Thébaud, 1998, en particulier sur la question des sources, p. 68-74.
  • 2 Le récit de son processus d’élaboration figure dans l’introduction au recueil posthume où il a été (...)

1L’anecdote est connue : en 1971, Joan Kelly fut sollicitée par sa collègue Gerda Lerner pour contribuer à la création d’un cours dans le premier programme de master consacré à l’histoire des femmes au Sarah Lawrence College de New York, qui devait ouvrir pour l’année universitaire 1972-1973. Professeure à la City University of New York, Joan Kelly était alors une spécialiste reconnue de la Renaissance artistique italienne et avait publié en 1969 un ouvrage consacré à Leon Battista Alberti auquel elle emprunta, dit-elle, la notion de point de vue qu’elle transposa à l’historiographie (Kelly, 1995). Bien qu’engagée dans le mouvement féministe depuis la fin des années 1960, ainsi que dans le mouvement des droits civiques et l’opposition à la guerre du Vietnam, Joan Kelly rapporte avoir été d’abord perplexe ; elle déclina l’invitation puis, réfléchissant à partir des sources sur lesquelles elle avait l’habitude de travailler, elle se rendit compte que les femmes y étaient bel et bien présentes et se mit à recomposer ses connaissances dans la fièvre d’une sorte de « renaissance » personnelle. Une histoire des femmes était donc « possible », comme le montraient les défrichements convergents des historiennes européennes et nord-américaines1. L’article tiré de ces premières réélaborations prit place en 1977 dans un recueil, lui aussi considéré comme inaugural, qui visait à montrer à la fois la nécessité et l’intérêt de rendre visibles les femmes dans l’histoire (Bridenthal et Koonz, 1977)2.

2Mais dans « Did women have a Renaissance ? », Joan Kelly ne se contenta pas de suggérer qu’on pouvait faire feu de tout bois pour incorporer les femmes au récit historique. Elle proposa aussi de s’attaquer à l’un des attendus les plus ancrés de la discipline : la périodisation et le découpage en « tranches » du passé, ou plutôt à ce qu’ils peuvent induire comme lecture progressiste de l’histoire. Comme la césure entre le Moyen Âge et la Renaissance constituait l’une des charnières les plus incontestables de l’histoire européenne, le retentissement fut grand et l’article ouvrit des perspectives non seulement aux historiens de la Renaissance mais à tous ceux qui s’interrogeaient sur la validité des sacro-saints découpages de l’histoire. Pouvait-on conserver le même récit historique quand on y faisait entrer une moitié de l’humanité, qui en avait quasiment été exclue jusque-là ? Les femmes avaient-elles la même histoire que les hommes, elles dont on constatait la discrétion extrême sur les scènes de la politique, de la diplomatie et de la guerre ? Cette fameuse période de la Renaissance, considérée comme une étape majeure dans le progrès de l’esprit humain, grâce à une redécouverte des monuments culturels de l’Antiquité, un élargissement sans précédent de la géographie terrestre à des mondes nouveaux, un recentrement de la connaissance sur le « petit monde » de la conscience humaine, avait-elle été aussi une épiphanie pour les femmes ?

3De manière très résolue, Joan Kelly répondit par la négative à ces questions en inversant la banale courbe de l’évolution qui relie l’obscur Moyen Âge à la lumineuse Renaissance. En prenant comme matériau de son enquête un corpus littéraire composé d’œuvres de la littérature dite courtoise des xie et xiie siècles et leurs équivalents de la Renaissance – en réalité essentiellement le Courtisan de Castiglione –, elle proposa de mesurer les possibilités d’une marche vers l’émancipation féminine à l’aune des modèles de rôles sexués et de la liberté sexuelle aménagée aux femmes dans ces œuvres littéraires. Puisque les femmes étaient d’abord liées à une sphère conjugale et domestique, c’était dans cette sphère qu’il s’agissait d’évaluer l’évolution de leurs opportunités à défier l’ordre conjugal. Mais allant au-delà de l’analyse des motifs littéraires de la chasteté, de la fidélité matrimoniale et de l’adultère, Joan Kelly se proposait également de considérer ces ensembles littéraires comme une idéologie, concept qu’elle entendait dans une acception marxiste. À ses yeux, ils avaient pris place dans une société bien précise qui avait rendu possible leur élaboration en tant qu’« idéal social ». Il y avait donc lieu de les mettre en parallèle avec les structures sociopolitiques – la féodalité médiévale, la principauté renaissante – dans lesquelles se déployaient les relations d’homme à homme et les relations amoureuses entre hommes et femmes. De manière contre-intuitive, elle en vint à défendre l’idée qu’au sein du régime féodal, la dame avait davantage de « pouvoir » que n’en aurait ensuite la femme de cour de la Renaissance, ravalée au rang d’ornement et de faire-valoir de son époux. L’amour courtois prenait place dans un arrière-plan politico-social où les femmes de l’aristocratie entraient dans le jeu de la transmission de fiefs et participaient éventuellement à l’administration des domaines, en l’absence de leur époux. Les règles de la fin’amor reprenaient celles de la relation vassalique, la dame adulée recevant l’hommage de son ami, et lui répondant par l’octroi d’une faveur sur la base d’une réciprocité et d’une élection. Par contraste, l’amour à la Renaissance décrit par Castiglione s’insérait dans une société de cour où la relation subordonnée de la dame à son époux suivait l’évolution de l’érosion de leur pouvoir économique et culturel, et mimait d’une certaine façon la réduction de la noblesse à une courtisanerie.

4Écrit dans l’enthousiasme, l’article pose une série de questions épistémologiques de grande portée. Outre la question de la périodisation, Joan Kelly propose une réflexion sur les rapports entre littérature, idéologie et réalité sociale. Elle envisage les changements humains comme « relationnels », autrement dit elle propose de considérer que l’histoire des femmes (ou de tout autre groupe, communauté ou identité) doit se faire en étudiant les relations dans lesquelles elles sont prises, à chaque époque et dans chaque situation : sociale, économique, culturelle et politique. Son attention aux rapports de pouvoir ouvre non seulement la voie à un domaine de recherche qui n’a cessé de fructifier depuis, mais aux acceptions postérieures du genre et de l’intersectionnalité.

5Mais relire Joan Kelly aujourd’hui, c’est aussi constater à quel point les bases documentaires de son argumentation sont impropres à rendre compte de questions si vastes. Le choix exclusif d’un corpus littéraire tout comme le flou qui entoure sans cesse le lien qu’elle cherche à établir entre réalité et fiction, les espaces géographiques considérés et la chronologie des événements posent bien des questions. Quoiqu’elle prenne soin de préciser qu’il ne s’agit pas de vérifier l’existence réelle des relations amoureuses décrites dans la littérature courtoise, elle fait de ces relations un indice fort de la libération des « pouvoirs sexuels et affectifs » des femmes du Moyen Âge, même si cette libération n’est qu’idéologique. Contre toute évidence historique, elle évite de poser le problème de la discordance entre la sévérité des peines visant l’adultère dans l’Europe médiévale et son exaltation littéraire. Elle met en exergue la puissance de certaines femmes dans la société féodale sans prendre garde au fait que cette situation au regard des biens et des transmissions ne change guère à l’époque de la Renaissance du moins dans les régions de production de la littérature courtoise d’oc et d’oïl. Si les usages matrimoniaux et patrimoniaux dans les principautés du centre et du nord de la péninsule italienne à la Renaissance sont pris en considération, ce n’est pas tant pour montrer le contraste avec les autres régions considérées (mis à part avec le royaume de Naples) que pour en faire le modèle des règles sociales de genre qui gouverneront désormais les nouveaux États modernes. La conclusion de Joan Kelly consacre ce glissement permanent opéré dans l’article en se plaçant finalement sur le terrain de la condition féminine quand tous les développements précédents ont été centrés sur ses représentations littéraires. Il est fort difficile aujourd’hui de souscrire à une telle approche, foisonnante certes, mais peu rigoureuse.

  • 3 Voir le bilan historiographique établi dans Cassagnes-Brouquet et al. (2010). Parmi les lectures l (...)
  • 4 Sur les femmes dans la culture à l’échelle européenne, voir les bilans historiographiques établis (...)
  • 5 Voir son article « Early feminist theory and the querelles des femmes, 1400-1789 », dans Kelly (19 (...)
  • 6 Je me permets de renvoyer à nouveau au bilan historiographique établi par Cassagnes-Brouquet et al (...)

6Ainsi, relire Joan Kelly aujourd’hui, c’est également mesurer l’accumulation des connaissances dans les différents domaines auxquels elle s’est intéressée. Qu’il s’agisse des rapports entre les sexes et de la sexualité dans la littérature courtoise, de l’inscription de ces œuvres dans la société féodale, de l’évaluation de leur caractère transgressif ou moralisateur vis-à-vis du mariage suivant les auteurs considérés, de l’élaboration de certains textes par des femmes trobairitz, de l’appréciation de leur valeur « philogyne » ou misogyne, la recherche a considérablement fait évoluer l’interprétation de la fin’amor et élargi l’éventail du débat3. Les très nombreux travaux menés sur l’éducation des femmes à la Renaissance ainsi que leur rôle dans la production et la diffusion de la culture empêchent désormais de souscrire à la thèse univoque que les filles de l’aristocratie de la Renaissance auraient été placées sous la tutelle d’« éducateurs masculins qui, en tant qu’humanistes, réprimaient la romance et la galanterie pour promouvoir la culture antique, avec tous ses penchants patriarcaux et misogynes » (infra, p. 208). La vivacité de la « querelle des femmes » à partir du xvie siècle en témoignerait4. Joan Kelly interpréta cette production littéraire qui a opposé, à la Renaissance, les défenseurs des femmes et leurs détracteurs comme le reflet du déclin du pouvoir réel des dames, sans envisager qu’il ait pu s’agir du côté des « philogynes » d’une émancipation intellectuelle nourrie par la fréquentation des auteurs antiques et des pratiques éducatives nouvelles5. La capacité politique virtuelle des grandes dames, au rang d’épouses ou bien de veuves, leur place dans les transmissions patrimoniales et dans les relations de clientèle, l’importance politique même de la représentation qu’elles donnent de leurs personnes et de leurs actes, pour être en partie différentes, ne semblent pas les reléguer à un rôle inférieur à celui des dames du xiie siècle6. De même, la prise en compte de la diversité des situations locales et de chronologies qui peuvent varier d’un espace géographique à l’autre à travers l’Europe et, pour l’Italie, d’une principauté à l’autre, fait envisager d’autres interprétations. Ainsi, pour Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur (2018), la décapitation de trois grandes dames pour adultère entre la fin du xive siècle et le début du xve siècle à Mantoue, Milan et Ferrare, témoignerait moins d’un retour à un ordre matrimonial assujettissant les grandes dames que de l’importance croissante du couple et de sa coopération dans l’affirmation d’un pouvoir seigneurial qui s’impose au détriment des régimes républicains des cités italiennes dont les femmes sont en revanche totalement exclues. Innovation de la Renaissance ? Ou bien ces régimes de type seigneurial renoueraient-ils ici avec des tendances de très longue durée observables hors de la péninsule ?

  • 7 Sur ces révisions, voir Bellavitis (2016) et Pillorget (2016).

7Mais au-delà de ce théâtre d’ombres où se profilent les dames de cour, c’est aussi sur d’autres terrains d’enquête que la question de Joan Kelly s’est trouvée relancée par ses héritières. En 1988, Margaret King confirmait le constat en élargissant l’enquête à la vie biologique des femmes, au travail, aux croyances religieuses, à l’éducation et à la vie culturelle (King, 1990). L’historienne du droit Sarah Hanley avançait quant à elle l’idée que le patriarcat s’était trouvé renforcé en France par l’adoption cumulative à partir du milieu du xvie siècle d’une législation civile défavorable aux femmes, instrument d’un « pacte État-Famille » conclu entre les officiers de justice en quête de promotion sociale et les autorités monarchiques en quête de stabilité politique, une thèse trop rarement discutée dans le détail (voir Hanley, 1995 ; et sur les mêmes bases, Viennot, 2006-2008). C’est peut-être à propos du travail féminin que le débat a été le plus vif. En la matière, la postérité de Joan Kelly devait compter avec une autre figure tutélaire de l’histoire des femmes, la Britannique Alice Clark qui, en 1919, avait avancé la thèse que les femmes avaient progressivement vu leur situation s’aggraver depuis la fin du Moyen Âge du fait de l’affaiblissement de l’économie domestique dont elles étaient partie prenante, de l’avènement du salariat et d’une dissociation croissante entre lieu de travail et lieu d’habitation : le capitalisme naissant aurait été néfaste à l’emploi des femmes et aggravé leur condition salariale (Clark, 1919). La disparition des femmes des corporations en Allemagne du Nord et en Flandres au xvie siècle, ainsi que le renforcement du rôle des corporations de métiers dans des gouvernements municipaux excluant de fait toute représentation féminine semblent confirmer l’intuition décliniste d’Alice Clark dans ces régions (Howell, 1986, 1988 ; Wiesner, 1986). Mais ni la situation anglaise ni la situation française n’obéissent à cette ligne d’évolution. La seconde parce que des corporations mixtes et des corporations féminines s’y maintiennent dans certaines villes, la première parce que la situation salariale des femmes ne semble pas avoir évolué autrement que de façon conjoncturelle7. Ce qui a fait dire à Judith Bennett, spécialiste du travail féminin en Angleterre à la fin du Moyen Âge, que l’interprétation d’Alice Clark et de Joan Kelly avait tout d’un « paradigme » : une façon de voir devenue tellement automatique et confortable qu’elle est capable d’obscurcir tout matériau empirique qui d’évidence la contredirait (Bennett, 1992).

8Sans doute peut-on en partie déplacer la question en substituant un « Early Modern Age » à la « Renaissance », comme le propose Merry Wiesner (2008) dans un article intitulé : « Do women need the Renaissance ? ». Elle y fait état des nombreux travaux récents qui se sont plutôt attachés à montrer toutes les implications qu’avaient eues pour les femmes et les relations de genre les grands bouleversements de la première modernité : réformes religieuses, révolution militaire, expansion européenne. Cette proposition ancre davantage la recherche du côté de l’histoire religieuse, sociale et politique que du côté de l’histoire culturelle telle que pratiquée par Joan Kelly. Elle met l’accent sur des bouleversements globaux dont il est difficile de nier l’évidence tout en décalant la chronologie vers le xvie siècle. Mais ce sont alors moins les évolutions entre le Moyen Âge et l’époque moderne qui sont envisagées que les effets de changements déjà constatables. Cette manière de replacer la question à l’intérieur d’une « tranche » chronologique déjà constituée sans chercher à évaluer les évolutions par rapport au Moyen Âge est-elle plus satisfaisante ? La modernité n’est-elle pas tout aussi connotée positivement que la Renaissance ? Est-il utile de continuer à traquer des changements ou bien doit-on essentiellement se focaliser sur la longue histoire d’un patriarcat dont les contours changeraient finalement peu au cours des siècles, ainsi que le pense Judith Bennett (1992) ? En tout cas, la question reste posée de savoir si l’intrusion des femmes dans le récit historique changerait la périodisation elle-même. En ce qui concerne la transition entre Moyen Âge et époque moderne, le débat reste ouvert.

9Tels sont sans doute la force et le charme des propositions transgressives du type « antimythe » que de persister longtemps après avoir été énoncées. Puisque la notion de Renaissance contient une connotation progressiste voire victorieuse que les hommes qui l’ont vécue ont eux-mêmes forgée en l’opposant aux temps obscurs et « gothiques » qui les avaient précédés, il est en quelque sorte satisfaisant pour l’esprit de mettre en cause un tel mouvement d’ampleur en en dénonçant les limites, limites qu’on peut ensuite décliner à l’envi : les paysans ou les gagne-deniers (des deux sexes) ont-ils davantage vécu une Renaissance ? Et qui, à part les gens d’esprit, les princes de l’Église et les grands de ce monde, a bien pu connaître une Renaissance ? Si on ajoute à cela les difficultés à périodiser la Renaissance elle-même, à en suivre l’extension territoriale et à en définir le terminus ad quem, il est bien probable que la question posée par Joan Kelly ne continue à susciter des questions à l’infini auxquels des générations d’historiennes et d’historiens continueront à tenter de répondre. Souhaitons seulement qu’ils le fassent en défrichant des terres encore inconnues.

Haut de page

Bibliographie

Bellavitis Anna, 2016, Il lavoro delle donne nelle città dell’Europa moderna, Rome, Viella.

Bennett Judith M., 1992, « Medieval women, modern women : accross the great divide », Culture and History. 1350-1600 : Essays on English Communities, Identities and Writing, D. Aers éd., New York-Londres, Harvester Wheatsheaf, p. 147-175.

Bridenthal Renate et Koonz Claudia éd., 1977, Becoming Visible. Women in European History, Boston, Houghton Mifflin Company.

Cassagnes-Brouquet Sophie, Klapisch-Zuber Christiane et Steinberg Sylvie, 2010, « Sur les traces de Joan Kelly. Pouvoir, amour et courtoisie (xiie-xvie siècles) », Clio FGH, no 32, p. 17-52.

Clark Alice, 1919, The Working Life of Women in the Seventeenth Century, Londres, Routledge.

Crouzet-Pavan Élisabeth et Maire Vigueur Jean-Claude, 2018, Décapitées. Trois femmes dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Albin Michel.

Dubois-Nayt Armel, Dufournaud Nicole et Paupert Anne éd., 2013, Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1400 à 1600, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

Duby Georges, 1964, « Dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle : les “jeunes” dans la société aristocratique », Annales ESC, vol. 19, no 5, p. 835-846.

DubyGeorges, 1987, Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, Flammarion.

Guerreau-Jalabert Anita, 1997, « La culture courtoise », Histoire culturelle de la France, t. 1, Le Moyen Âge, M. Sot, J.-P. Boudet et A. Guerreau-Jalabert éd., Paris, Le Seuil, p. 181-221.

Hanley Sarah, 1995, « Engendrer l’État. Formation familiale et construction de l’État moderne dans la France au début de l’époque moderne », trad. J.-P. Heurtin, Politix, vol. 32, no 4, p. 45-65, (1989, « Engendering the state : family formation and state building in early modern France », French Historical Studies, vol. 26, no 1, p. 4-27).

Howell Martha, 1986, Women, Production and Patriarchy in Late Medieval Cities, Chicago, University of Chicago Press.

Howell Martha, 1988, « Citizenship and gender : women’s political status in northern medieval cities », Women and Power in the Middle Ages, M. Erler et M. Kowaleski éd., Athens, University of Georgia Press, p. 37-60.

Kelly Joan, 1995 [1969], Leon Battista Alberti, homme universel de la Renaissance, trad. J.-P. Ricard, Paris, Éditions de la Passion.

Kelly Joan, 1984, Women, History and Theory : The Essays of Joan Kelly, Chicago, University of Chicago Press.

King Margaret, 1990, « La femme de la Renaissance », L’Homme de la Renaissance, E. Garin éd., Paris, Le Seuil, p. 189-341.

Pillorget Julie, 2016, « La fin du Moyen Âge, un moment charnière pour les femmes ? Les embarras de la périodisation », Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales, no 33, p. 95-107.

Poska Allyson M., Couchman Jane et McIver Katherine A. éd., 2013, The Ashgate Research Companion to Women and Gender in Early Modern Europe, Farnham, Ashgate, p. 361-532.

Thébaud Françoise, 1998, Écrire l’histoire des femmes, Paris, ENS Éditions.

Viennot Éliane, 2006-2008, La France, les femmes et le pouvoir, t. 1 et 2, Paris, Perrin.

Wiesner Merry, 1986, Working Women in Renaissance Germany, New Brunswick, Rutgers University Press.

Wiesner Merry, 2008, « Do women need the Renaissance ? », Gender & History, vol. 20, no 3, p. 539-557.

Zum Kolk Caroline et Wilson-Chevalier Kathleen éd., 2018, Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (xve-xixe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion.

Haut de page

Notes

1 Voir Thébaud, 1998, en particulier sur la question des sources, p. 68-74.

2 Le récit de son processus d’élaboration figure dans l’introduction au recueil posthume où il a été réédité, après la mort prématurée de Joan Kelly en 1982 à l’âge de cinquante-quatre ans. Voir Kelly (1984, p. 12-13).

3 Voir le bilan historiographique établi dans Cassagnes-Brouquet et al. (2010). Parmi les lectures les plus générales, pour une lecture sociale, se reporter à l’œuvre de Georges Duby (notamment 1964, 1987). Pour une lecture socioculturelle qui replace les spécificités aristocratiques et laïques de cette littérature dans la pensée chrétienne du Moyen Âge central, voir Guerreau-Jalabert (1997).

4 Sur les femmes dans la culture à l’échelle européenne, voir les bilans historiographiques établis dans Poska et al. (2013). Sur la « querelle des femmes », voir la bibliographie récente dans Dubois-Nayt et al. (2013).

5 Voir son article « Early feminist theory and the querelles des femmes, 1400-1789 », dans Kelly (1984, p. 65-109).

6 Je me permets de renvoyer à nouveau au bilan historiographique établi par Cassagnes-Brouquet et al. (2010). La bibliographie est à compléter notamment avec la récente parution de Zum Kolk et Wilson-Chevalier (2018).

7 Sur ces révisions, voir Bellavitis (2016) et Pillorget (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Steinberg, « Les découpages temporels à l’épreuve de l’histoire des femmes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9668 ; DOI : 10.4000/traces.9668

Haut de page

Auteur

Sylvie Steinberg

EHESS, Centre de recherches historiques (CRH)

Haut de page