Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretien

Le Moyen Âge et les boucles du temps. Entretien avec Étienne Anheim

The Middle Ages and time loops. An interview with Étienne Anheim
Étienne Anheim, Thomas Angeletti, Quentin Deluermoz et Juliette Galonnier
p. 227-248

Résumés

Dans le travail scientifique de l’histoire, la périodisation produit des effets qui ne sont pas toujours suffisamment interrogés. Le Moyen Âge en fournit un exemple paradigmatique. Notion longtemps péjorative, inconnue des médiévaux eux-mêmes et formulée a posteriori, cette époque sédimentée au cours des siècles structure l’imaginaire politique européen, les cadres de connaissance des sciences sociales ainsi que l’organisation de la discipline historienne. Dans cet entretien accordé à la revue Tracés, l’historien médiéviste Étienne Anheim revient sur les problèmes et défis que pose la notion de Moyen Âge et, plus généralement, sur ce que celle-ci nous dit des opérations de périodisation et des pratiques historiographiques.

Haut de page

Texte intégral

1On assiste depuis quelques années à un retour du Moyen Âge dans le débat public. Nombreuses en effet sont les initiatives visant à actualiser cette période et à en souligner l’intérêt pour le présent, comme en témoigne l’activité du blog et du compte Twitter Actuel Moyen Âge (@AgeMoyen). Que faire de cette époque, centrale en histoire comme dans la structuration des représentations du temps, et quelles difficultés spécifiques soulève-t-elle dans la pratique historienne ? Pour répondre à ces questions, nous avons souhaité interroger l’historien médiéviste Étienne Anheim, directeur d’études à l’EHESS et spécialiste de l’histoire sociale, intellectuelle et artistique du Moyen Âge. Il revient pour Tracés sur la conception historienne de cette période, sur les opérations de périodisation en histoire, et sur ce qu’implique le fait de travailler sur une époque héritée.

Tracés : La question de la périodisation peut paraître classique et ancienne. Quels en sont les enjeux actuels pour les historiens ?

Étienne Anheim : Je pense que c’est un sujet qui mérite encore d’être discuté et qui offre de nouveaux angles d’attaque pour aborder la construction des objets historiques et historiographiques. Ce n’est pas simplement un sujet de dissertation d’historiographie de première année universitaire : en fait, beaucoup de questions de méthodologie en sciences sociales peuvent être reformulées à l’aune de la périodisation. Si l’on considère les grandes transformations à l’œuvre dans les années 1990-2000 – à la suite du « tournant critique » des Annales et des évolutions des formes d’écriture de l’histoire au niveau international –, il est peut-être intéressant de revenir à des interrogations classiques pour voir de quelle façon on les traiterait aujourd’hui, avec des outils qui sont par exemple ceux de la sociologie pragmatique, du tournant matériel et archivistique ou encore de l’histoire connectée. De nouvelles perspectives ont émergé, à travers lesquelles on peut reformuler ce problème ancien. Or, cela n’a pas vraiment été fait : les travaux les plus importants sur ces problèmes de périodisation sont plutôt antérieurs à ce dernier moment de transformation, dont je pense que nous sommes collectivement les héritiers.

Tracés : En quoi le Moyen Âge constitue-t-il selon vous un cas exemplaire des enjeux et des défis que pose la mise en époques dans le travail historien ?

É. Anheim : Évidemment, dans la mesure où je suis médiéviste, je pourrais être tenté de trouver que le Moyen Âge est un moment où l’on peut poser de façon paradigmatique toutes les grandes questions des sciences sociales. Mais en réalité, je suis agnostique sur la question de fond : de mon point de vue, on peut poser des questions majeures pour les sciences sociales à partir de n’importe quel objet historiographique, de n’importe quel terrain ou de n’importe quel découpage chronologique. J’essaie de réfléchir à la façon dont le Moyen Âge, vis-à-vis du questionnement général sur la définition d’une époque, permet de mettre au jour certains problèmes et en dissimule d’autres, comme tout concept. La notion de Moyen Âge a l’intérêt de faire apparaître le problème consistant à travailler sur une époque dont la dénomination est, premièrement, dès le départ péjorative et, deuxièmement, n’a pas été utilisée par les acteurs et les actrices de leur temps. C’est peut-être le problème le plus intéressant que pose le Moyen Âge, par rapport à d’autres catégories temporelles. Bien sûr, si l’on voulait considérer l’époque dite « moderne », ou la catégorie de « Renaissance » qui m’intéresse aussi, on verrait apparaître d’autres difficultés, par exemple ce qu’implique le fait de travailler sur une époque qui se pense elle-même comme méliorative, ou au moins qu’une certaine partie de la société considère ainsi.

Tracés : Si l’un des avantages de la périodisation est de fixer des bornes chronologiques, une dimension importante de l’opération est aussi qu’elle invisibilise beaucoup de phénomènes, de dynamiques, de discontinuités. Pourriez-vous revenir sur ce que la notion de Moyen Âge a rendu invisible, et que l’on redécouvre par exemple aujourd’hui ?

É. Anheim : Le problème de la notion de Moyen Âge, c’est qu’elle constitue un carcan chronologique d’une grande rigidité, parce qu’elle a été pensée bien avant l’existence de constructions historiographiques universitaires. La difficulté posée par cette notion est donc qu’il ne suffit pas de faire bouger l’historiographie des trente ou cinquante dernières années pour lui substituer une autre désignation – ce que l’on peut faire avec des notions plus jeunes, qui ont davantage de souplesse. Une notion qui a six cents ans est plus difficile à faire évoluer, car son degré de fossilisation et d’emprise sur la culture et les structures du savoir dans la très longue durée est tellement élevé que la force de déconstruction nécessaire pour cela est extrêmement difficile à atteindre. Ou disons que le niveau d’énergie qu’il faudrait pour détruire la notion est tel que l’on peut penser qu’il risquerait de casser toute l’architecture des savoirs en même temps (par exemple, un événement catastrophique qui produirait un bouleversement radical et donnerait naissance à une société qui réorganiserait profondément sa perception du passé). Donc, au fond, je pense qu’en l’état de notre histoire, on ne peut pas vraiment se passer de la notion de Moyen Âge si l’on veut désigner cette période, ou alors il faut se contenter de la désigner strictement chronologiquement, par un découpage en siècles. Car ce que le Moyen Âge rend invisible, c’est finalement la possibilité d’avoir une autre forme de connaissance du passé. Je pense qu’aucun historien, aucune historienne, ne peut travailler aujourd’hui sur cette période sans une préconception liée à ce qu’est le Moyen Âge et à sa transmission culturelle. Bien sûr, toute opération de sciences sociales engage des préconceptions. Mais dans le cas du Moyen Âge, celles-ci sont souvent très fournies et conditionnent fortement la connaissance. C’est un premier obstacle épistémologique, ou une première donnée de la recherche sur le Moyen Âge, qu’il est très difficile de dépasser. Le deuxième aspect, c’est que la notion de Moyen Âge est conditionnée par les deux moments forts entre lesquels elle représente traditionnellement une sorte de temps faible : d’un côté l’Empire romain du temps de sa grandeur, voire des quelques siècles du Bas-Empire, et de l’autre côté ce que quelques hommes italiens du xve siècle ont commencé à considérer comme étant la Renaissance, et qui marque le début de l’entrée de l’Europe dans ce qui serait une forme de modernité aboutissant aux Lumières. En adoptant le terme Moyen Âge, on adopte donc aussi un système surdéterminé d’une part par un rapport à l’Antiquité classique et, d’autre part, par un rapport à la Renaissance ou aux Lumières, qui sont deux grands moments de construction du discours de la modernité européenne. Toutes les alternatives à cette histoire sont alors rendues invisibles. Cette idée qu’il y aurait des temps forts et des temps faibles de l’histoire – alors qu’en réalité il s’agit davantage d’une identité culturelle et imaginaire de l’Europe qui détermine en retour la construction savante – pose problème. Ensuite, le troisième point concerne la chronologie. Cela fait longtemps que les gens qui travaillent sur l’Antiquité tardive ou sur le Moyen Âge ont fait remarquer à quel point, par exemple, la chute de l’Empire romain (476) était une rupture politique dramatisée par les auteurs de l’époque, puis par toute une série de textes, alors que l’essentiel des structures sociopolitiques et des formes de circulation économiques n’avait pas été notablement modifié avant le viie ou le viiisiècle. À l’autre bout de la chronologie médiévale, les chercheurs qui essaient de penser l’histoire économique ou l’histoire sociale dans la longue durée de la croissance européenne ne peuvent pas accorder une importance particulière aux seuls xve et xvie siècles. C’est-à-dire que l’histoire de la croissance et de la construction d’une société d’économie d’Ancien Régime, pour parler comme Jean-Yves Grenier (1996), nécessite forcément de penser ensemble la fin du Moyen Âge et toute l’époque moderne jusqu’au xviiie siècle. Sinon on ne comprend pas les formes d’occupation et de mise en valeur du sol, de circulation des valeurs, de prélèvement, etc. Il y a de ce point de vue une cohérence qui commence aux xie et xiie siècles et qui s’étend jusqu’au xviiie siècle. Or c’est extrêmement important parce que l’on ne peut pas vraiment comprendre la dynamique de l’Occident sous son angle socioéconomique sans faire cette histoire-là : comprendre la révolution industrielle sans comprendre la révolution industrieuse, et sans comprendre que cette révolution industrieuse elle-même est appuyée sur une très ancienne croissance rurale, obère l’ensemble de la lecture. Les préconceptions héritées de notre propre culture, le caractère arbitraire de la périodisation, l’existence de continuités de longue durée : voilà au moins trois exemples de difficultés que dissimule le terme Moyen Âge. Bien sûr, cela peut être mis à distance par les opérations de critique méthodologique ; ce n’est pas une fatalité, mais il faut pour cela produire un sérieux effort scientifique, toujours à recommencer.

Tracés : Une spécificité de la notion de Moyen Âge est donc que les médiévaux ne le désignaient pas comme tel. Mais si la dénomination n’a pas de fondements subjectifs, comment les hommes et les femmes de cette période historique la qualifiaient-ils ? Quelle forme pouvait alors recouvrir leur conscience historique ? Quelles sont les sources et les archives sur lesquelles l’historien peut s’appuyer pour reconstituer et décrire cette conscience de l’époque ?

É. Anheim : Effectivement, un aspect très important et tout à fait évident – que la recherche oublie pourtant parfois – est que les médiévaux ne se sont jamais pensés comme médiévaux. En revanche, il existe des données, textuelles, visuelles, pour approcher la perception du temps et la perception de l’historicité chez les hommes et les femmes du Moyen Âge, et on dispose de plusieurs travaux sur cette question (Le Goff, 1977, 2014 ; Schmitt, 2016). Paradoxalement, on voit bien dans ces travaux que si les médiévaux ont été inscrits a posteriori dans un temps de déchéance entre deux moments forts, comme je l’ai dit, eux-mêmes se sont pensés comme la continuation de l’histoire antique – et en particulier de l’Empire romain. Ainsi, les Carolingiens (751-987) ou les Ottoniens (962-1024) se pensent dans le prolongement de l’Empire. Cette idéologie impériale se retrouve aussi bien dans l’histoire politique que culturelle : Jean de Salisbury, dans son traité d’éducation, le Metalogicon (1929, p. 136), rapporte le propos de Bernard de Chartres selon lequel les savants du xiie siècle seraient comme des « nains sur des épaules de géants », une expression qui renvoie aux illustres anciens qui les ont précédés. Quand on construit les églises à Rome au haut Moyen Âge et au Moyen Âge central, on réemploie les colonnes romaines. Pour ses acteurs, le Moyen Âge n’est pas du tout un temps de rupture avec l’Antiquité. Au contraire, ceux-ci perçoivent leur temps comme un temps héritier, en prise directe avec ce qui a précédé : le latin est pour eux une langue véhiculaire. Et, second paradoxe, les gens qui inventent la Renaissance vont, eux, produire une rupture historique beaucoup plus forte avec l’Antiquité : le souci des acteurs du xve siècle de « revenir à l’Antique », au sens de rétablir le latin cicéronien, de restaurer les formes, les coupoles, les proportions, disons la grammaire visuelle de l’Empire romain classique, va en réalité achever de tuer ce qu’il y avait de vivant dans le rapport à l’Antiquité au sein de la société médiévale. La Renaissance reconstruit une Antiquité qui sera sans doute philologiquement et historiographiquement plus vraie, mais qui sera en même temps infiniment moins vivante, car coupée de la transmission et de la tradition. S’invente un néolatin qui n’est plus parlé par personne. Si les clercs du xiie siècle étaient capables d’utiliser le latin comme une langue véhiculaire, ceux du xvie siècle peuvent le faire à condition de développer des capacités scolaires et mentales spécifiques : ce n’est plus aussi naturel que quelques siècles plus tôt. Cet engendrement continu du Moyen Âge par l’Antiquité cesse donc et un autre rapport à la temporalité se crée.

Tracés : Le Moyen Âge, ainsi que vous l’expliquez, est indissociable de la Renaissance, qui « invente » en quelque sorte le Moyen Âge pour mieux s’autodéfinir comme temps nouveau, temps de progrès. Dans ce numéro, nous proposons une traduction inédite en français d’un texte de Joan Kelly datant de 1977, « Les femmes ont-elles connu une Renaissance ? » (Kelly, 2019), qui revient précisément sur ce découpage en montrant que les femmes de la noblesse ont connu une perte significative de pouvoir et d’autonomie à la Renaissance par rapport à leurs prédécesseures du Moyen Âge. La perspective du genre revient donc à remettre en cause la périodisation admise en montrant qu’elle découle d’une conception masculine de l’histoire. Ce texte a fait date, même s’il a été critiqué. Par ailleurs, bien qu’il inverse la signification de l’un et de l’autre, le texte de Joan Kelly ne peut s’empêcher de reproduire la vision du Moyen Âge et de la Renaissance comme un « couple » historiographique. Est-il possible de se défaire de ce couple ?

É. Anheim : Il y a plusieurs niveaux de pièges historiographiques. Le premier niveau, c’est de considérer la Renaissance comme ce que les gens qui ont voulu la promouvoir ont dit qu’elle était : un temps de redécouverte extraordinaire. Or il est évident – et je pense à l’article de Clémence Revest (2013) sur l’humanisme qui montre cela avec beaucoup de finesse – que la Renaissance est d’abord une extraordinaire opération de communication menée par un petit groupe d’hommes, clercs ou cléricalisés, d’une toute petite province de l’Europe occidentale, qui à eux seuls ont engendré une « révolution symbolique », au sens de Pierre Bourdieu. Il faut donc en faire la critique et affirmer que c’est une construction, que les choses pourraient être racontées autrement, que par ailleurs il existe des pans entiers de l’Occident à qui ce discours n’a fait ni chaud ni froid pendant plusieurs siècles, et qu’il y a évidemment un monde, ou plutôt des mondes, en dehors de l’Occident. Le problème, c’est qu’une fois que l’on a dit ça, on revient à la question de ces notions fossilisées par les siècles : on a beau déconstruire la Renaissance, dès lors que l’on utilise le mot – de même que lorsque l’on utilise celui de Moyen Âge –, on bute sur le fait que, malgré tout, le terme empêche parfois de décrire les phénomènes. On peut en effet se demander quelle description on donnerait de la Renaissance du point de vue du genre. Mais quand on aura dit que la Renaissance était d’abord un phénomène d’hommes, on n’aura encore fait que la moitié du chemin. Une fois la part déconstructrice réalisée, il s’agit d’engager la part reconstructrice, qui consiste à proposer d’autres chronologies, plus réflexives, ou du moins plus réfléchies. Beaucoup de travaux sur l’histoire du genre au Moyen Âge (Klapisch-Zuber, 1991 ; Le Jan, 2001 ; Bührer-Thierry, 2004 ; Lett, 2013 ; Le Jan et Joye, 2018) ont depuis longtemps mis en évidence le fait que la relation de genre, en particulier chez les élites, était plus équilibrée au Moyen Âge qu’à la Renaissance, et ce jusqu’au Moyen Âge central. De ce point de vue, la Renaissance marque le début d’une forme de domination masculine plus accentuée, au niveau symbolique, socioéconomique, juridique, en termes de transmission de patrimoine, etc. Et encore, cette vision concerne ce qui est bien documenté : on parle là des élites sociales. La question de savoir quelle était exactement la relation de genre dans les groupes sociaux populaires du haut Moyen Âge est à peu près insoluble ou, disons, pour laquelle on dispose de très peu d’éléments empiriques. Mais sur le statut social et juridique des femmes, si l’on considère cet observatoire que sont les élites aristocratiques, il est clair que l’on va tout à fait à rebours d’une histoire linéaire du progrès, de l’Occident, de la civilisation des mœurs et de l’émancipation du début du Moyen Âge jusqu’aux Lumières. Cela ne fonctionne pas ainsi. Ce qui est intéressant, c’est donc de faire le chemin tout entier, en réfléchissant à la dialectique de la continuité et de la discontinuité.

Tracés : Vous avez indiqué que le Moyen Âge était avant tout une notion européenne, une époque spatialisée : pourriez-vous revenir sur les tentatives pour l’étendre à d’autres régions du monde et sur les critiques qui les ont accompagnées ?

É. Anheim : Il y a eu un certain nombre de tentatives visant à utiliser le Moyen Âge pour d’autres régions du monde et on pourrait dire qu’il existe, en termes de méthode, au moins trois grandes possibilités. Premièrement, il y a un comparatisme de proximité spatiale, concernant les zones qui sont connectées directement à l’Europe médiévale, c’est-à-dire par exemple le monde islamique, une partie du monde africain, une partie du monde proche-oriental. Pour ces zones-là, la catégorie de Moyen Âge a été assez facilement transposable, en particulier pour le monde islamique : son degré d’interconnexion avec l’Europe est tellement grand qu’il est possible de faire coïncider en partie l’ensemble sociopolitique ainsi formé, dès lors en plus que l’on considère que les débuts de l’islam sont l’un des éléments clés de l’histoire du Moyen Âge. On se souvient de la thèse de Henri Pirenne (1937), par exemple, selon qui le véritable début du Moyen Âge correspond justement à l’expansion de l’islam au viie siècle. On pourrait de cette façon faire entrer facilement toute une partie du bassin méditerranéen dans une histoire « médiévale » partagée, simplement en déplaçant la chronologie de 476 à 632 en amont, et, en aval, en remplaçant 1492 par la chute de Constantinople (1453) : il y a une écriture possible d’une histoire connectée du bassin méditerranéen. C’est un premier degré d’utilisation de la notion, qui fonctionne plutôt bien mais qui ramène aux problèmes posés par le terme appliqué à l’Europe.

Il y a ensuite une deuxième approche qui consiste à engager un comparatisme de proximité chronologique : par exemple au xiiie siècle, on peut se demander comment les choses se passent dans le monde africain, comment elles se passent dans le monde indien, ou chinois, en Europe, etc., en partant du principe que cette simultanéité peut être pertinente. Une expérience de ce genre, réussie, est par exemple l’ouvrage Histoire du monde au xve siècle (Boucheron, 2009) qui, à la différence du monde au xixsiècle, va moins de soi, parce que l’on est face à des parties du monde qui s’ignorent encore assez largement, même s’il y a des signes de circulation.

Et puis, troisièmement, il y a un niveau de comparatisme plus conceptuel, ou plus sociologique, qui considère que la catégorie « Moyen Âge » est une forme de description. Elle permettrait de caractériser des sociétés dans lesquelles on a affaire à des formes étatiques faibles, voire absentes, à des formes impériales héritées et marginalisées, et à une combinaison entre des systèmes culturels et symboliques religieux dominants, des modes d’exploitation de la terre avec des paysanneries très développées et souvent exploitées, et des systèmes sociopolitiques dans lesquels la catégorie guerrière exerce une forme de prépondérance. Dans ce cas, on entre vraiment dans une sorte de modélisation sociologique, presque idéal-typique. Il s’agit alors de penser des sociétés plus éloignées à partir des capacités descriptives de la notion de Moyen Âge, un peu comme le fait François-Xavier Fauvelle-Aymar (2013) à propos de l’Afrique. En effet, il est intéressant de savoir s’il peut y avoir des affinités théoriques, conceptuelles et sociologiques entre d’une part des époques très anciennes et d’autre part la généralisation du cadre moderne qui va toucher toutes les parties du monde à partir du xviiie siècle, qui pourraient par exemple rapprocher le Japon du xie au xvie siècle de l’Europe à la même époque. Et derrière cette question, il y a un enjeu central pour l’ensemble des sciences sociales : sur un continuum qui va de la société la plus élémentaire au sens des évolutionnistes (les sociétés élémentaires de Durkheim, etc.) à des sociétés qui se sont précisément pensées elles-mêmes à travers les sciences sociales comme les sociétés modernes, ce qu’il y a entre les deux, c’est aussi ça qu’a souvent et confusément cherché à désigner l’emploi du terme Moyen Âge au xixe et au xxe siècle. La notion de Moyen Âge, en réalité, désigne cet entre-deux pour l’Europe, mais elle peut le désigner pour beaucoup d’autres espaces, c’est-à-dire toutes ces sociétés dans lesquelles on a une littératie restreinte, dans lesquelles on a des documents écrits qui ne relèvent plus des connaissances archéologiques ou protohistoriques, mais qui ne correspondent pas encore aux formes contemporaines de diffusion imprimée. C’est en ce sens que l’utilisation comparative de la notion de Moyen Âge a pu produire des effets intéressants. Mais sur le fond, à titre personnel, je reste plutôt réservé sur l’efficacité de ces exportations. J’ai décrit un monde méthodologiquement idéal, mais je ne suis pas certain qu’utiliser le Moyen Âge pour penser la Chine ou le Japon ait fait beaucoup avancer la connaissance de la Chine ou du Japon.

Tracés : Malgré les tentatives de repériodiser le Moyen Âge selon des critères positifs et objectifs (féodalité, christianisme), pour l’étendre par exemple du ive au xviiie siècle (Le Goff, 2014), la périodisation traditionnelle du Moyen Âge (500-1500) résiste en raison notamment d’habitudes scolaires, universitaires et corporatistes. Quel rôle joue l’institution scolaire – et les manuels scolaires en particulier – dans la permanence de certains schémas et représentations de l’époque ? Pourrait-on envisager d’autres formes d’enseignement de l’histoire et de la périodisation à l’école ?

É. Anheim : Je pense effectivement que si le Moyen Âge a atteint un tel degré de pétrification, c’est qu’il est très fortement soutenu par l’institution scolaire. À travers l’enseignement de l’histoire et celui de la littérature (Cerquiglini-Toulet, 2018), tout un inconscient scolaire et universitaire s’est structuré. Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, cet inconscient a connu une cristallisation encore renforcée au cours du dernier siècle. C’est-à-dire que la catégorie « Moyen Âge » était moins constituée au xviiie siècle, ou même au milieu du xixe siècle, qu’elle ne l’a été dans les années 1950 ou qu’elle ne l’est aujourd’hui, parce que la généralisation de l’école et la crispation des cadres de l’enseignement historique sur des périodes arrêtées ont essentiellement eu lieu à la fin du xixsiècle. Et quand on regarde des manuels scolaires de cette époque, on constate que la notion de Moyen Âge existe, mais que les frontières chronologiques se déplacent encore un peu. La quadripartition presque intangible que l’on connaît aujourd’hui (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne, Époque contemporaine) se fige à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Paradoxalement, la construction des sciences sociales et de l’histoire universitaire et scolaire, qui aurait éventuellement pu ouvrir un temps de réflexivité, a plutôt été un temps de reconfirmation de ces cadres hérités. Aujourd’hui, nous nous trouvons dans une situation scolaire caricaturale du point de vue chronologique. Et pas seulement du point de vue de l’enseignement primaire et secondaire, mais aussi dans l’enseignement supérieur, qui est entièrement structuré par ces quatre périodes. Or là encore, on a affaire à quelque chose d’extrêmement pétrifié. Ce n’est pas un problème intellectuel, c’est d’abord un problème sociologique : l’organisation des concours de recrutement, des manuels, des départements, des services, etc., tout cela résiste beaucoup plus fortement que toutes les critiques intellectuelles que vous pouvez publier dans des revues savantes. L’idée qu’il faut diviser l’histoire en quatre, et qu’il y a un intérêt et une efficacité sociale à cette division, est très fortement enracinée. En théorie, ce serait possible de la modifier, mais comme tous les problèmes de construction sociale, une fois que l’on a dit « c’est une construction sociale », on n’a pas dit grand-chose. Le coût d’une modification de cette division n’est pas du tout impossible à assumer, mais il est très élevé, parce qu’il y aura des formes de résistance, sociales plus qu’intellectuelles, dont certaines bien intentionnées. Je prends un exemple : beaucoup de spécialistes de l’Antiquité, du Moyen Âge ou de l’époque moderne, pensent qu’une disparition des périodes au profit d’une organisation plus souple des parcours d’enseignement dans le supérieur et des formes de recrutement aurait pour effet d’accroître encore le poids de l’histoire contemporaine – xixe et xxe siècles – sur les cursus. Il est vrai que cela pourrait arriver et que cela représenterait un problème. Si l’on remettait tous les postes universitaires dans un pot commun pour les définir uniquement en fonction d’un caractère chronologique, le poids de la période allant du xviiie au xxie siècle pourrait très fortement se renforcer, en vertu d’une idée commune – mais néanmoins absurde – selon laquelle l’histoire récente serait plus importante à connaître et à transmettre et qu’elle répondrait à un besoin social plus grand. Dès lors, affirmer que « l’Antiquité existe » ou que « le Moyen Âge existe », c’est aussi, pour un certain nombre de collègues, dire qu’il est important d’enseigner ces périodes. On voit ainsi comment une bonne volonté historiographique peut venir s’articuler à des cadres qui, pour autant, sont problématiques du point de vue de la méthode.

Tracés : La catégorie « Moyen Âge » – et la périodisation en général – ne possède-t-elle pas au fond une vertu pédagogique ? N’y a-t-il pas aussi dans ces découpages classiques un moyen de situer facilement, pour les élèves, des éléments dans le passé ?

É. Anheim : Je ne pense pas qu’il faille faire disparaître systématiquement toutes les notions qui posent problème, comme les périodes, parce que, de toute façon, il faudra toujours les remplacer par d’autres, qui en poseront de nouveaux. Chaque élément conceptuel est un choix qui fait apparaître certaines réalités et en fait disparaître d’autres. On pourrait décrire l’ensemble des opérations de sciences sociales comme des formes de stylisation du réel qui, systématiquement, vont entraîner un gain et une perte. Au fond, la vraie question est de multiplier les gains à partir d’outils conceptuels différents. Parce qu’il n’y aura jamais un seul outil conceptuel, une seule périodisation idéale, qui résoudra tous les problèmes que pourront se poser les chercheurs en sciences sociales. De ce point de vue, j’ai une optique strictement nominaliste : je pense que les périodisations sont des outils. Parmi ces outils, on peut en proposer de nouveaux, mais il y en a qui sont hérités. Et parmi ces outils hérités, se trouve le Moyen Âge. Je me sers de la notion de Moyen Âge et je n’essaie pas de l’éliminer de tous mes textes, car cela n’aurait pas de sens de vouloir forger une sorte de langage idéal à la Leibniz. L’idée que l’on pourrait arriver à un langage descriptif parfait, qui serait strictement neutre et non équivoque du point de vue épistémologique, n’a pas de sens. Ce qui a un sens, en revanche, c’est d’utiliser des notions qui sont héritées pour transmettre, exactement en même temps, d’un côté un savoir qui participe du savoir hérité, et d’un autre un retour critique ou réflexif sur ce savoir et ces notions. Ce qui m’ennuie souvent dans la vision scolaire traditionnelle de l’histoire, c’est qu’elle repose sur l’idée qu’il faut apprendre aux gens des faits, pendant très longtemps, avant de leur apprendre à les critiquer. Comme si l’on pouvait savoir des « choses » en histoire, des « faits », en dehors de tout cadre de connaissance : il est préférable d’assumer ces cadres de connaissance. On peut apprendre aux enfants ce qu’est le Moyen Âge européen dans ses traits classiques et historiographiques, et simultanément les faire réfléchir sur le fait que ces traits-là se sont constitués à un moment donné et qu’ils ont aussi été l’objet d’une histoire longue, et que l’on ne verrait pas le Moyen Âge de la même manière si l’on n’avait pas en tête aussi la Renaissance, les Lumières, le xixe siècle. L’essentiel de ce que les gens imaginent être le Moyen Âge est en réalité hérité du xixe siècle : c’est Walter Scott, c’est Victor Hugo, etc. Donc on peut très bien s’appuyer sur des notions comme celle de Moyen Âge, y compris dans l’enseignement scolaire, mais à condition d’expliquer tout de suite la question posée par la notion, de ne pas faire comme si « le Moyen Âge » existait, et de ne pas faire comme s’il y avait une connaissance objective de ce Moyen Âge que l’on pourrait transmettre. Il ne s’agit pas de vouloir apprendre des choses trop complexes à des enfants en bas âge, mais seulement de leur faire comprendre que le Moyen Âge, tel qu’il est enseigné, est l’objet d’un processus de connaissance scientifique. À l’école primaire ou au collège, en sciences du vivant, cela ne choque personne que l’on fasse faire des expériences pour expliquer la photosynthèse : on n’apprend pas aux enfants les vérités de la biologie et de la chimie comme si elles étaient héritées, de toute éternité, on les inscrit dans un processus d’éveil à la connaissance. De la même façon, on peut expliquer aux enfants que connaître le Moyen Âge, cela signifie étudier des parchemins ou des bâtiments et comprendre que cette période a été vue ensuite par d’autres gens comme un « âge moyen », c’est-à-dire comme un moment déprécié de l’histoire, et pour quelles raisons. Les enfants ne sont pas bêtes, on peut le leur expliquer !

Tracés : Quels sont les risques de la périodisation en termes de connaissance ? Ne risque-t-elle pas de gêner la saisie des phénomènes de discontinuité ou l’existence d’une pluralité d’expériences du temps, parfois conflictuelles, à un même moment ?

É. Anheim : Effectivement, pour chaque notion, je disais qu’il y avait un gain mais aussi une perte. Alors, où se situe la perte ? Pas forcément du côté de la discontinuité, dans le sens où il est très possible de penser la périodisation sur un modèle discontinu. Un des grands modèles discontinuistes, comme celui de Foucault, a des effets de périodisation forts, alors qu’il flotte un peu chronologiquement. En revanche, la perte se situe plutôt dans la pluralité des expériences synchroniques. Périodiser, cela veut dire faire apparaître des phénomènes, sur la base d’une hiérarchie implicite : on considère qu’ils sont plus important que les autres phénomènes qui pourraient être décrits à la même époque. La périodisation, ce n’est pas simplement une caractérisation neutre. C’est aussi la production d’un choix axiologique, qui conduit à privilégier une partie de l’expérience sociale d’une époque par rapport aux autres. Je travaille beaucoup sur les phénomènes artistiques de la fin du Moyen Âge, dans le domaine de la musique ou de la peinture. J’utilise pour cela des découpages chronologiques (« ars nova » pour parler de la musique polyphonique du xive siècle, « gothique international » pour parler de l’art entre le milieu du xive siècle et le milieu du xve siècle) qui ont un sens pour l’histoire de la culture et de l’art, mais n’en ont aucun – même en essayant de les transposer dans les catégories de l’époque – pour l’expérience de plus de 95 % des hommes et des femmes qui ont vécu dans les espaces sur lesquels je travaille. Le petit pourcentage qui reste a participé à l’essor des formes symboliques qui m’intéressent, parce qu’elles ont été canonisées par l’expérience sociale et culturelle, qu’elles sont arrivées jusqu’à nous et participent de notre expérience. Ainsi, il y a davantage de gens qui savent qui sont Giotto et Simone Martini aujourd’hui qu’il n’y en avait au xive siècle. Donc quand je décide qu’une certaine période est pertinente, je fais un choix qui est lié, sinon à un jugement de valeur, du moins à une hiérarchie d’intérêt. Et cela est vrai de toutes les formes de périodisation. Chaque périodisation est, sinon une histoire des vainqueurs, au moins une histoire qui décide qu’il y a des sujets qui prennent le pas sur d’autres quand il s’agit de créer des cadres d’interprétation. On peut résister à ce problème en disant que c’est un modèle nominaliste et expérimental : en d’autres termes, je ne présuppose pas que mes cadres chronologiques sont plus vrais que d’autres ; il s’agit simplement de ceux dont j’ai besoin pour mener mes recherches. Je sais qu’ils sont pertinents dans des conditions de température et de pression données, que c’est expérimental. Mais sur ce sujet, il y a discussion entre les historiens : je pense que beaucoup d’entre eux, implicitement voire explicitement, ont une vision plus réaliste de la périodisation, c’est-à-dire qu’ils considèrent qu’objectivement, il y a une hiérarchie des phénomènes sociaux et historiques. Bien sûr, cette hiérarchie n’est pas forcément toujours la même : certains privilégieront plutôt les structures d’échange et économiques, d’autres considéreront d’abord l’histoire institutionnelle et politique. Mais tous auront tendance à réifier certaines chronologies en leur attribuant une une pertinence plus « forte » ou plus « vraie » et en affirmant qu’elles sont plus efficaces pour décrire le passé, en général. Pour ma part, je suis un peu dubitatif. Ce doute est ma manière de me protéger contre une réduction trop forte de la pluralité possible des descriptions d’un moment historique. Mon idée est qu’il faut toujours essayer de s’inscrire dans une perspective réflexive lorsque l’on décrit un moment d’une certaine manière, en se demandant si l’on pourrait le décrire d’une autre manière et si cela ne donnerait pas une autre histoire. C’est en partie ce que j’essaie de faire, par exemple, quand je travaille sur des objets très consacrés. Au lieu de décrire la peinture italienne de la fin du Moyen Âge dans une logique de construction des beaux-arts, qui serait celle inspirée par la tradition issue de l’historien de l’art du xvie siècle Giorgio Vasari (2005), j’essaie de la décrire comme une histoire du travail artisanal, appliquée à un domaine particulier. Si l’on décide de considérer les peintres du xive siècle comme un corps de métier équivalent à celui des tailleurs ou des tisserands, que voit-on, d’un seul coup, que l’on ne voyait pas auparavant ? Mais, ce faisant, on les inscrit quand même dans une autre histoire, par exemple celle de la révolution industrieuse européenne ou de la genèse de l’économie marchande. On ne peut jamais sortir complètement un objet de sa détermination périodique.

Tracés : Pour poursuivre sur ce partage entre une conception réaliste et une conception nominaliste de l’époque, dans quelle mesure le tournant critique des années 1990 a-t-il contribué à rebattre les cartes sur cette pensée par époques ?

É. Anheim : Il est clair que le tournant des années 1990 a poussé beaucoup de praticiens des sciences sociales à des modes de description plus critiques et donc plus réflexifs de leurs propres activités (Revel, 2006). Je pense que c’est la plus grande transformation qui a été à l’œuvre dans cette chronologie (Anheim, 2015, 2018). Si je devais décrire la période qui va du tournant des années 1990 jusqu’à aujourd’hui, je dirais qu’il ne faut pas y chercher un paradigme unificateur à la façon du structuralisme ou de l’utilitarisme. Mais cela ne signifie pas non plus simplement pluralisme ou éclectisme méthodologique. On est plutôt dans un autre système de repères, où c’est moins l’idée d’avoir un paradigme commun aux sciences sociales qui compte que l’idée que toutes les sciences sociales partagent un présupposé de recherche et d’écriture qui relève de la réflexivité. C’est là, à mon avis, que se situe l’enjeu central des dernières décennies pour les sciences sociales. On ne décrète pas une révolution épistémologique. En revanche, on peut essayer de la voir s’opérer. Et celle qui s’est opérée collectivement n’a pas été entièrement thématisée, ni aujourd’hui ni à l’époque, car je ne suis pas sûr que les gens qui ont écrit les textes autour du tournant critique, autour de la crise de l’histoire, etc., pensaient forcément à cette issue-là. J’ai le sentiment que l’on a vu apparaître une nouvelle conscience critique méthodologique, qui paraît aujourd’hui être la meilleure manière de décrire la sortie de l’alternative impossible des années 1970-1980 entre un positivisme scientiste et une forme de radicalité postmoderne relativiste. Entre les deux, il y a quelque chose qui se joue, qui est de l’ordre de la critique et de la réflexivité (Anheim, 2012 ; Lilti, 2012). C’est un geste à la fois très ancien – qui consiste en partie à rejouer le geste du kantisme dans la philosophie de la deuxième moitié du xviiie siècle – et nouveau – et peut-être l’un des seuls éléments vraiment nouveaux dans les sciences sociales depuis un demi-siècle, parce qu’il inaugure une nouvelle position épistémologique. On peut corréler cette nouvelle position au tournant critique, mais aussi à d’autres éléments contemporains, par exemple aux sciences studies (Romano, 2015), aux cultural studies et à beaucoup d’autres éléments qui ont contribué à façonner une nouvelle conscience des phénomènes sociaux chez celles et ceux qui devaient les décrire – en particulier un nouveau rapport entre le sujet connaissant et l’objet connu, qui est désormais conçu comme relevant plus de la circularité que du surplomb. C’est un vrai problème théorique. C’est même à mon avis l’un des rares véritables problèmes théoriques des sciences humaines et sociales d’aujourd’hui.

Tracés : Toujours sur ce point, dans quelle mesure la critique du fait que la catégorie « Moyen Âge » n’ait pas été partagée par les médiévaux a-t-elle augmenté avec ce tournant ?

É. Anheim : Curieusement, c’est une critique qui est rarement utilisée au sujet du Moyen Âge. La question met un peu mal à l’aise et a été sous-théorisée, parce que précisément, comme on l’a vu, la notion de Moyen Âge n’est ni une catégorie des acteurs de l’époque ni une catégorie inventée par les chercheurs contemporains. Il s’agit là d’un des points qui me semblent les plus intéressants sur cette période. À partir du moment où le binôme émique-étique a été mis en circulation par Kenneth Pike (1967), il est devenu progressivement commun et a servi à reformuler toute une série de problèmes des sciences humaines et sociales dans les dernières décennies du xxe siècle, ce qui représente un gain. Et la perte, en l’occurrence, c’est tout ce qui ne relève pas de cette bipartition. Le Moyen Âge montre que beaucoup de concepts de sciences sociales ne sont ni émiques ni étiques. Cet outil qui a été pris pour une bipartition réaliste – les concepts des acteurs et les concepts des chercheurs – a fini par rendre invisible le fait le plus intéressant, à savoir les formes de négociation, de transmission, de circularité ou de traduction entre les concepts des acteurs étudiés et les concepts des chercheurs qui les étudient. Et le Moyen Âge est caractéristique de cela : ce n’est pas un concept médiéval mais ce n’est pas non plus un concept des savants du xixe et du xxe siècle. C’est un concept qui s’est construit dans l’entre-deux, et qui oblige donc à penser l’entre-deux, et à le penser sur le mode de la liaison, en envisageant le fait que le point commun entre les acteurs et les chercheurs est d’être réunis par une histoire commune au cours de laquelle s’est forgée une notion qui les englobe tous les deux. C’est en cela que la critique de la catégorie « Moyen Âge » offre des ressources théoriques pour repenser les catégories en général. D’un côté, on voit bien qu’une approche à travers les seuls concepts des chercheurs est impossible parce que les chercheurs et les chercheuses ont hérité d’un certain nombre de concepts et que, par ailleurs, même quand ils sont sur le terrain, en anthropologie et en sociologie, ils partagent une langue commune avec les gens qu’ils interrogent et donc un échange conceptuel avec eux qui fait que leurs mots ne sont jamais radicalement séparés de ceux des acteurs et actrices, qu’il y a toujours de la traduction. De l’autre côté, écrire un travail de sciences sociales dans la langue des acteurs et des actrices est évidemment une impossibilité : on ne peut pas écrire un livre d’histoire en latin du xiie siècle pour écrire sur Chartres au xiie siècle.

Tracés : À l’inverse, est-ce satisfaisant de ne constater que partout émiettement des expériences ou pluralité des temporalités ? En d’autres termes, est-il possible de se passer totalement de périodisation et de parler uniquement de chronologie ? Quelle est la pertinence de la fameuse critique de Jacques Rancière (1996) selon laquelle la définition d’une époque risque d’induire une « homogénéité des temps » marquée par le fameux péché d’anachronisme ?

É. Anheim : D’abord, revenons à l’anachronisme. Certes, on peut songer à Rancière, mais je penserais plutôt à l’article de Nicole Loraux (2005), « Éloge de l’anachronisme en histoire », qui me paraît extrêmement clair et qui revient sur cette question de l’émique poussé à l’extrême, et donc à l’absurde. La critique de l’anachronisme finit par faire perdre son sens à toute démarche scientifique. Le geste même de l’historien est anachronique. C’est-à-dire que dès lors que l’on s’arrête et que l’on se retourne vers le passé, on produit de l’anachronisme. Que ce soit il y a mille ans ou il y a six mois, de toute façon ce passé n’est plus aujourd’hui. Il y a nécessairement un écart de temporalité dans lequel on s’installe pour penser. Et dès lors que l’on accepte que l’anachronisme est fondateur de la démarche historique, le problème se pose un peu différemment. Parce que cela n’empêche pas du tout de penser des cohérences et des régularités. On n’est pas obligé de choisir le point de vue d’un émiettement radical du passé dès lors que l’on accepterait cette dimension anachronique. Comme je le disais au début, la périodisation est un instrument de connaissance, et il faut donc l’utiliser. Simplement, il faut se rappeler que c’est un instrument. Comme en sociologie des sciences, il faut mesurer ce que produisent les instruments sur l’expérience et sur l’interaction entre l’observateur et l’observation.

Tracés : Il est courant aujourd’hui pour les médiévistes d’insister sur l’actualité du Moyen Âge. Qu’est-ce que cela signifie et de quelle actualité s’agit-il ? Quelles sont les conséquences de ce rappel ?

É. Anheim : C’est une question très importante, qui effectivement a une apparence médiatique et rhétorique, mais sous laquelle, à mon avis, se dissimule un problème majeur d’histoire des savoirs, et même d’histoire sociale. Il me semble que c’est le revers du problème de la modernité. À partir des Lumières, l’Europe s’est pensée globalement comme un monde si ce n’est moderne, du moins en cours de modernisation. Et cette croyance a duré – c’est ce qu’avance François Hartog (2003) sur les régimes d’historicité – au moins jusqu’aux années 1960, 1970, 1980 – en réalité, il est difficile de déterminer à quel moment cette croyance au progrès et à la modernité s’est arrêtée. Il y a toujours eu des formes de crise de la pensée de la temporalité, mais je pense que celle que nous vivons est relativement significative, pour beaucoup de raisons (la périphérisation progressive de l’Occident dans le monde, la confiance moindre dans l’efficacité de ses systèmes sociaux, économiques, politiques, etc.). Or la question de la modernité en Europe s’est très largement construite à partir d’un retour critique et d’une perspective en miroir inversé par rapport au Moyen Âge, conçu comme la matrice de l’Ancien Régime. Dès lors que l’histoire triomphante de la modernité est remise en cause, alors tous ses éléments, qui ont été définis à partir de ce qu’avait pu être le Moyen Âge, se mettent à jouer en sens inverse. Et on redécouvre quelque chose : la modernité est moins assurée, moins construite, moins solide qu’elle n’en a l’air et, en dessous de cette modernité, il y a un socle, qui est constitué d’éléments qui appartiennent au Moyen Âge. On touche ici à un problème très intéressant, à la croisée des formes de conscience collective et des formes de pratique des sciences sociales. Je prends un exemple : le problème de la figure de l’auteur. Il s’agit d’une grande question, très travaillée depuis que Foucault (2001) s’est interrogé sur la construction des dispositifs juridiques d’auctorialité depuis les xviie et xviiie siècles, en passant par l’âge d’or de l’auteur du xixe et du xxe siècles pour arriver aux formes de modernité critique, littéraire, musicale, esthétique, etc. qui ont déconstruit la figure de l’auctorialité. Cette déconstruction de la figure de l’auteur dans la postmodernité, après Joyce, après Duchamp ou après Schoenberg, a fait réémerger des conceptions de ce qu’était le geste d’auteur, sa pluralité, sa collectivité, qui sont extrêmement proches des formes de description de ce qu’est l’auctorialité médiévale pour les historiens de la musique, de l’art ou de la littérature. On peut lire certains textes de la critique littéraire postmoderne avec les lunettes de celui qui connaît la littérature du xiie ou xiiie siècle, les romans de chevalerie, la chanson de geste (Uhlig, 2014). En somme, quand on parle d’actualité du Moyen Âge, on peut dire quelque chose d’assez superficiel ou d’assez profond, selon les formes d’interrogation. La modernité a recouvert d’une pellicule certes assez résistante mais somme toute assez mince une série de cadres de la vie sociale européenne, et cette pellicule est aujourd’hui en train de partir en lambeaux. Il y a donc une persistance du Moyen Âge dans la modernité. Et même dans la contemporanéité. Et cette persistance a des effets, d’autant plus forts qu’elle est très largement invisibilisée, socioculturellement. C’est-à-dire que l’on ne se rend même pas compte de tous les mécanismes par lesquels ces formes de structures anciennes continuent à agir. Il est donc nécessaire pour les historiens de décrire des formes de rejeu du Moyen Âge dans la modernité ou la contemporanéité.

Tracés : Nous publions dans ce numéro un article de Pierre-Antoine Marti traitant de la périodisation en science-fiction. Il montre que les auteurs de science-fiction reproduisent le geste historien en définissant des époques, souvent postcatastrophes. Êtes-vous vous-même un lecteur de science-fiction, et comment approchez-vous le cas échéant les relations entre les formes d’écriture propres à ces deux univers ?

É. Anheim : C’est drôle que vous posiez la question parce que je lis beaucoup de science-fiction et que dans le petit livre que j’ai publié récemment (Anheim, 2018), j’en parle à plusieurs reprises. D’abord, j’adore la science-fiction, sous sa forme écrite ou visuelle. C’est un mode d’appréhension du monde, à l’intérieur de la fiction, qui me plaît énormément. D’autre part, je pense qu’il y a dans la science-fiction des outils très riches pour penser le lien entre les formes sociologiques et la temporalité, les formes d’expériences. Au fond, la vraie forme du contrefactuel (Deluermoz et Singaravélou, 2016), c’est la science-fiction – et plus largement la fiction comme création. Ce peut être sous une forme radicale – l’uchronie, comme dans Le maître du Haut Château (Dick, 2013), ou la dystopie, comme La servante écarlate (Atwood, 1987) – mais plus généralement, il me semble que les expériences contrefactuelles les plus significatives ont moins été produites par des praticiens des sciences sociales que par des auteurs qui sont en grande partie des auteurs de science-fiction. La science-fiction constitue une matrice très puissante pour penser les phénomènes sociaux et leur historicité, en particulier à travers les jeux de temporalité ou les paradoxes temporels. Quand j’essaie de décrire ce phénomène de circularité entre le passé et le présent, le mode de description qui me vient le plus naturellement à l’esprit, c’est l’écriture de science-fiction, quand elle aborde par exemple le voyage dans le temps. Elle permet de comprendre le problème qui fait qu’un présent détermine le passé qui redétermine le présent et que cette boucle temporelle est celle que parcourt mentalement l’historien qui est déterminé par un passé donné, qui construit ses cadres de connaissance en fonction de cette détermination, qui ensuite applique ces cadres au passé et qui, ce faisant, va transformer la connaissance et le discours sur le passé, ce qui va avoir d’autres effets sur le présent, etc. Cet effet de rétroaction, qui n’est pas propre à l’histoire d’ailleurs, constitue l’une des grandes questions des sciences sociales : l’effet de boucle des sciences sociales comme forme de pratique là aussi invisibilisée. Les gens pensent souvent aux effets de boucle des sciences de la nature sur l’environnement. En réalité, dans toutes les sciences sociales, il y a de tels effets, extrêmement puissants, mais moins théorisés. La science-fiction peut y aider, selon moi. J’ai été très frappé par un livre pour enfants extraordinaire, qui s’appelle La civilisation perdue. Naissance d’une archéologie (Macaulay, 1982) et qui se déroule au xxiie siècle. Des archéologues fouillent l’Amérique du Nord après une grande catastrophe. Il s’agit d’un livre anticonsumériste : la grande catastrophe, c’est la livraison d’un grand nombre de dépliants publicitaires. Des mètres de brochures, un peu comme une coulée de lave, se sont déversés sur les grandes villes nord-américaines. La société d’Amérique du Nord est entièrement éradiquée du jour au lendemain. Et elle est conservée en l’état. Arrivent les fouilleurs qui creusent à l’intérieur de cette couche de papier et tombent sur un motel, dont ils réinterprètent les vestiges. Le modèle est celui de l’archéologie : qu’est-ce que cela donne quand on fouille un lieu dont on ne connaît pas le fonctionnement ? On décide d’un seul coup de penser que la télévision est un dieu sur un autel, que la baignoire dans lequel un homme est mort est une chambre funéraire… Tout est écrit sur le mode du contresens et du paralogisme. On pourrait donner beaucoup d’autres exemples, comme le dessin animé Les maîtres du temps de René Laloux (1982), un film d’animation très frappant pour les enfants, construit sur un paradoxe temporel.

Tracés : La périodisation est-elle selon vous une spécialité strictement historienne ? Que penser des découpages temporels ou des conceptions implicites du temps portés par les autres disciplines ? Quel dialogue l’histoire peut-elle entretenir avec les autres disciplines pour construire cette question ?

É. Anheim : J’ai déjà en partie répondu à cette question dans le fil de l’entretien parce que j’ai souvent évoqué la sociologie ou l’anthropologie. Je ne pense pas qu’il y ait une distinction intellectuelle forte entre ces disciplines : ce sont des démarches convergentes. Bien sûr, il existe des habitudes disciplinaires et des organisations institutionnelles particulières, donc je ne prétends pas non plus qu’il n’y a pas de différences. Mais celles-ci sont secondaires d’un point de vue théorique. Et justement, la question de la périodisation, à mon sens, n’est pas du tout strictement historienne. C’est une question historique, certes, mais qui engage toutes les sciences sociales, dès lors qu’elles choisissent de prendre en charge des formes de temporalité. Les chercheurs et les chercheuses qui font aujourd’hui de l’anthropologie coloniale par exemple, en tentant de coudre ensemble des données de terrain et des données d’archives, comme Michel Naepels (2013) ou Alban Bensa (Bensa et al., 2015), sont obligés de construire des discours prenant en compte un découpage de la temporalité. Quant aux sociologues, la sociologie historique, dès Max Weber et Norbert Elias, a tout autant fait appel à la périodisation que l’histoire.

Pour être plus explicite, je pense que l’idée qu’il y aurait un art de faire historien, adapté à cette question de la périodisation, est un mythe que les historiens se racontent à eux-mêmes. Cette idée selon laquelle la spécificité de l’historien serait sa compétence sur les phénomènes de temporalité, selon moi, ne tient pas. Je pense même qu’à force de croire qu’il est spécialiste du temps, l’historien tombe parfois dans une naïveté par rapport au cadre de la temporalité. Dans les enquêtes de terrain, les sociologues et les anthropologues sont souvent beaucoup plus attentifs aux marqueurs temporels dans les formes d’interaction et de construction que les historiens, qui pensent qu’il suffit d’avoir une chronologie pour penser la temporalité. Le nombre de travaux historiques qui reposent en fait sur des catégories a priori qui ne sont jamais réinterrogées tout en pensant de bonne foi réfléchir à la temporalité est surprenant. Le constructivisme social a eu en réalité relativement peu d’impact sur la question de la temporalité. Depuis le début de l’entretien, nous parlons de questions assez théoriques. Mais quels en ont été les effets pratiques concrets ? Combien de travaux d’histoire incluent une réflexion sur les cadres de perception historiques des acteurs qu’ils analysent (Spiegel, 2016) ? C’est assez rare. Par contraste, il y a eu une révolution complète sur la spatialité : dans les années 1950-1960, on faisait des thèses en prenant le cadre de la ville, du département, de la région, en considérant que ce cadre spatial était un cadre fixe à l’intérieur duquel on pouvait voir bouger les gens et observer la société. Autant cette approche-là a été complètement déconstruite à partir des travaux de Jean-Claude Perrot (1975) et Bernard Lepetit (1988) sur les villes, par exemple – avec aujourd’hui des travaux qui, dès lors qu’ils choisissent un cadre spatial, vont au contraire montrer comment les pratiques sociales construisent cet espace (Theis, 2012) –, autant des travaux d’historiens qui réfléchissent à la manière dont les pratiques sociales construisent de la temporalité restent peu nombreux. Donc, non, je pense que les historiens n’ont aucun savoir-faire prééminent dans le domaine. Bien sûr, la réflexivité temporelle est sans doute plus difficile à mettre en œuvre que la réflexivité spatiale. Il est très difficile de penser les acteurs à travers leur perception des cadres de la temporalité. On risque presque toujours de prêter aux acteurs nos propres perceptions, comme si la temporalité était un a priori kantien. C’est un réel obstacle. L’un des paradoxes les plus frappants de la discipline historique est donc que la saisie de la temporalité reste souvent un point aveugle.

Haut de page

Bibliographie

Anheim Étienne, 2012, « L’historiographie est-elle une forme d’histoire intellectuelle ? La controverse de 1934 entre Lucien Febvre et Jean Jassemin », Revue d’histoire moderne & contemporaine, no 59-4bis, p. 105-130.

AnheimÉtienne, 2015 « La lumière des étoiles lointaines. Réflexivité et science de l’homme au xxie siècle », Actes du premier congrès du réseau national des MSH. Quel avenir pour les sciences humaines et sociales au xxie siècle ?, Caen, 6-7 décembre 2012, P. Vendrix et P. Buléon éd., Paris, Réseau des MSH, p. 75-82.

AnheimÉtienne, 2018, Le travail de l’histoire, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Atwood Margaret, 1987, La servante écarlate, Paris, Robert Laffont.

Bensa Alban, Goromoedo Kacué Yvon et Muckle Adrian, 2015, Les sanglots de l’aigle pêcheur. Nouvelle-Calédonie : la guerre kanak de 1917, Toulouse, Anacharsis.

Boucheron Patrick éd., 2009, Histoire du monde au xve siècle, Paris, Fayard.

Bührer-Thierry Geneviève, 2004, « Les femmes et la terre. Transmission des patrimoines et stratégies sociales des familles dans l’aristocratie du monde carolingien (viie-xe s.) » [en ligne], Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, no 8, [URL : https://journals.openedition.org/cem/858], consulté le 23 mai 2019.

Cerquiglini-Toulet Jacqueline, 2018, « Les études médiévales dans les enseignements en France. Une rétrospective » [en ligne], Perspectives médiévales. Revue d’épistémologie des langues et littératures du Moyen Âge, no 39, [URL : https://journals.openedition.org/peme/13785], consulté le 23 mai 2019.

Deluermoz Quentin et Singaravélou Pierre, 2016, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Le Seuil.

Dick Philip K., 2013 [1962], Le maître du Haut Château, Paris, J’ai lu.

Fauvelle-Aymar François-Xavier, 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Alma.

Foucault Michel, 2001 [1969], « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits, t. 1, Paris, Gallimard, p. 817-849.

Grenier Jean-Yves, 1996, L’économie d’Ancien Régime, Paris, Albin Michel.

Hartog François, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil.

Kelly Joan, 2019 [1977], « Les femmes ont-elles connu une Renaissance ? », trad. J. Galonnier en collaboration avec P. Ferrier-Viaud, Tracés, no 36, p. 191-224.

Klapisch-Zuber Christiane éd., 1991, Histoire des femmes en Occident, t. 2, Le Moyen Âge, Paris, Plon.

Le Goff Jacques, 1977, Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard.

Le Goff Jacques, 2014, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Le Seuil.

Le Jan Régine, 2001, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard.

Le Jan Régine et Joye Sylvie, 2018, Genre et compétition dans les sociétés occidentales du haut Moyen Âge, iv-xis., Turnhout, Brepols.

Lepetit Bernard, 1988, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel.

Lett Didier, 2013, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre (xiie-xve siècle), Paris, Armand Colin.

Loraux Nicole, 2005, « Éloge de l’anachronisme en histoire », Espace temps, no 87-88, p. 127-139.

Lilti Antoine, 2012, « Rabelais est-il notre contemporain ? Histoire intellectuelle et herméneutique critique », Revue d’histoire moderne & contemporaine, no 59-4bis, p. 65-84.

Macaulay David, 1982, La civilisation perdue. Naissance d’une archéologie, Paris, L’École des Loisirs.

Naepels Michel, 2013, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie), Paris, Éditions de l’EHESS.

Perrot Jean-Claude, 1975, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, La Haye-Paris, Mouton.

Pike Kenneth L., 1967 [1954], Language in Relation to a Unified Theory of Human Behaviour, La Haye-Paris, Mouton.

Pirenne Henri, 1937, Mahomet et Charlemagne, Paris-Bruxelles, Alcan-Nouvelle Société d’éditions.

Rancière Jacques, 1996, « Le concept d’anachronisme et la vérité de l’historien », L’inactuel, no 6, p. 53-68.

Revel Jacques, 2006, Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Paris, Galaade.

Revest Clémence, 2013, « La naissance de l’humanisme comme mouvement au tournant du xve siècle », Annales HSS, vol. 68, no 3, p. 665-696.

Romano Antonella, 2015, « Fabriquer l’histoire des sciences modernes. Réflexions sur une discipline à l’ère de la mondialisation », Annales HSS, vol. 70, no 2, p. 381-408.

Salisbury Jean (de), 1929 [1159], Ioannis Saresberiensis episcopi carnotensis Metalogicon libri III, Oxford, Clarendonian, édition de C. I. Webb.

Schmitt Jean-Claude, 2016, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gallimard.

Spiegel Gabrielle M., 2016, « Structures of time in medieval historiography », The Medieval History Journal, vol. 19, no 1, p. 21-33.

Theis Valérie, 2012, Le gouvernement pontifical du Comtat venaissin (vers 1270-vers 1350), Rome, École française de Rome.

Uhlig Marion, 2014, « Quand “Postcolonial” et “Global” riment avec “Médiéval” : sur quelques approches théoriques anglo-saxonnes » [en ligne], Perspectives médiévales. Revue d’épistémologie des langues et littératures du Moyen Âge, no 35, [URL : https://journals.openedition.org/peme/4400], consulté le 23 mai 2019.

Vasari Giorgio, 2005 [1568], Les vies des meilleurs peintres, architectes et sculpteurs, trad. sous la dir. d’A. Chastel, Arles, Actes Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Anheim, Thomas Angeletti, Quentin Deluermoz et Juliette Galonnier, « Le Moyen Âge et les boucles du temps. Entretien avec Étienne Anheim », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/9712 ; DOI : 10.4000/traces.9712

Haut de page

Auteurs

Étienne Anheim

EHESS, CRH

Articles du même auteur

Thomas Angeletti

CNRS, Irisso

Articles du même auteur

Quentin Deluermoz

université Paris 13, Pléiade

Articles du même auteur

Juliette Galonnier

INED, IC Migrations

Articles du même auteur

Haut de page