Navigation – Plan du site

AccueilNuméros214Rétrospective n°12

Rétrospective n°12

Maurice Voituriez
p. 105-106

Texte intégral

1« Connaissez-vous votre patron ? »

2C’est la question que pose une lectrice. Elle y répond elle-même partiellement en citant un ouvrage intitulé Les Pères latins, de Hans van Campenhousen, qui lui consacre une centaine de pages. La même lectrice a noté que Saint Jérôme (puisque c’est de lui qu’il s’agit) semblait avoir eu un mauvais caractère.

  • 1 Anne Bernet, Saint Jérôme, Étampes, Clovis, 2002.

3Dans feu la Lettre d’Information de la SFT (N° 3/2002), nous avions rendu compte d’un autre livre consacré à notre saint patron, celui d’Anne Bernet, paru aussi en 20021. L’auteur confirme le caractère affirmé du personnage ainsi que son goût de la polémique. Hélas, certains milieux catholiques n’ont pas toujours été épargnés par ce fléau !

4Par contre, nous nous demandions sur quoi pouvait se baser Anne Bernet pour prétendre qu’avancé en âge « il lui arrivait de s’émouvoir au passage d’une jolie fille et qu’il enrageait d’être poursuivi par les souvenirs de sa joyeuse jeunesse. »

5Si c’est vrai, c’est quand même mieux que la polémique !

  • 2 Il ne se doutait pas que, sept ans plus tard, il travaillerait pour cet éditeur !

6Sous le titre « Classique et dynamique République » , c’est votre serviteur qui s’en prend à un article paru dans le périodique néerlandais Elseviers Magazine2, et intitulé « Frans offensief ». Il est dénué de sympathie envers notre pays. Qu’on en juge par les citations suivantes :

À l’étranger le livre français est en déclin, tant sur le plan économique que sur le plan littéraire. Exemple littéraire : parmi les dix écrivains les plus traduits, un seul est en vie (Sagan), les autres sont classiques, tels que Balzac, Dumas, Verne, etc. Exemple économique : parmi les pays exportant des livres, la France occupait la quatrième place (après l’Angleterre, l’URSS et les États-Unis). Elle a dû céder à l’Espagne, ce qui est dur pour un pays qui se considère comme un héraut de la culture.
Malgré la dureté des temps, le gouvernement Mitterrand a estimé qu’il y avait quelque chose à faire. Il existe actuellement un fonds bien alimenté pour encourager la traduction de la littérature française mais nous avons l’impression que ce sont les auteurs classiques qui en bénéficieront et qu’on en stimulera l’exportation. Ce n’est pas si simple car 17 (sic) ministères touchent de près ou de loin au
marché du livre… Jack Lang, ministre de la culture, suit cette affaire de près et envoie fin 1982 environ dix mille livres au Liban (aux frais de l’État) pour remercier ses habitants d’avoir si bien défendu le livre français en des temps difficiles.

7N’en déplaise au journaliste, le Liban avait – et a encore en effet, plus de vingt ans après cet article – quelque mérite à défendre notre langue. Notre République se doit de lui apporter un soutien affectueux et efficace.

8Nous faisions remarquer que l’argument des œuvres traduites était peu convaincant car nombreux étaient les Néerlandais et les Flamands cultivés – il n’en manque pas ! – qui lisaient nos écrivains dans la langue originale et qui achetaient souvent nos livres à l’occasion de voyages en France.

9Dans le même numéro de Traduire, il est question du Prix de la traduction Pierre-François Caillé, conféré alternativement, d’une année sur l’autre, à une traduction technique et à une traduction littéraire. Créé en 1980, il est devenu une manifestation reconnue et appréciée.

10Martine Lahache rend compte d’un Colloque tenu à Bruxelles sur le statut du traducteur dans ce qu’on appelait alors le Marché commun. En 2007, le sujet n’est pas encore épuisé.

11Il en va de même de la « condition du traducteur salarié », objet d’une enquête de la SFT ; comme on le voit, ce numéro avait un caractère plutôt austère !

12Signalons, pour finir, qu’y est annoncé le décès de Marcelle Auclair, membre de la SFT depuis sa fondation. Hispanisante, elle avait traduit, entre autres, Federico Garcia Lorca.

Haut de page

Notes

1 Anne Bernet, Saint Jérôme, Étampes, Clovis, 2002.

2 Il ne se doutait pas que, sept ans plus tard, il travaillerait pour cet éditeur !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Voituriez, « Rétrospective n°12 »Traduire, 214 | 2007, 105-106.

Référence électronique

Maurice Voituriez, « Rétrospective n°12 »Traduire [En ligne], 214 | 2007, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/traduire/1433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.1433

Haut de page

Auteur

Maurice Voituriez

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search