Navigation – Plan du site
Compte rendu d’ouvrage

Les mots disparus de Pierre Larousse

Marie-Céline Georg
p. 95-96
Référence(s) :

Les mots disparus de Pierre Larousse – Avec une introduction de Bernard Cerquiglini et une présentation de Pierre Larousse par Jean Pruvost ; Larousse, Paris 2017.

ISBN 978-2-03-593837-4

Texte intégral

1Le père Noël connaît mes goûts, il sait que je collectionne les dictionnaires comme d’autres les timbres. L’année dernière, il a donc eu la riche idée de déposer sous le sapin Les mots disparus de Pierre Larousse. Grosso modo, un dictionnaire des mots qui ont été supprimés du Larousse.

2Il y a d’abord l’intérêt anecdotique de la lecture – oui, je lis le dictionnaire – pour se payer un petit plongeon nostalgique dans la langue du xixe siècle au gré de mots tombés en désuétude, métiers disparus (feu le meulier) ou variétés abandonnées (mais quel goût avait la cuisse-madame ?). Je regrette néanmoins la brièveté de certaines définitions et surtout l’absence totale d’explications étymologiques. En voyant par comparaison la typographie microscopique du Petit Larousse illustré 2018 (plus de 2 000 pages, « plus de 63 200 mots […], 28 000 noms propres » en caractères de un millimètre de haut), je me dis que la présentation plus qu’aérée de ces Mots disparus (environ 200 pages en gros caractères illustrés par de magnifiques lettrines tirées du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, l’œuvre maîtresse de Larousse) aurait supporté, sans devenir indigeste, quelques informations supplémentaires sur ces oubliés de la langue française.

3Mais cet ouvrage a essentiellement le mérite de présenter la vie et le travail de Pierre Larousse, lexicologue, lexicographe, qui a révolutionné l’approche de l’enseignement du français et des outils utilisés à cet effet. Sa clairvoyance pédagogique mérite qu’on s’attarde sur la biographie d’un bourreau de travail au moins autant que sur le reste de l’ouvrage. Son ambition,
« daguerréotyper la langue », l’a conduit à recenser un grand nombre de mots qui révèlent non seulement sa vision de la langue à long terme, mais aussi la souplesse évolutive et la vivacité du français.

4Avec mon œil de traductrice, j’ai apprécié ces mots en « -able »/« -ible », ces verbes en « dé- » (dépersuader, défâcher) qui mériteraient parfois d’être réhabilités pour éviter de fastidieuses circonvolutions sous prétexte que les correcteurs d’orthographe, les dictionnaires modernes et peut-être les rédacteurs que nous sommes, ne les connaissent plus. D’autres, il faut bien l’admettre, ne me manquaient pas – avais-je seulement eu vent de leur « disparition » ? – comme certains interminables adverbes en « -ment ».

5Loin d’être figée dans les couloirs de l’Académie, la langue est vivante. Ne l’oublions pas, nous qui passons nos journées à la manier, la bousculer, l’interroger, mais aussi à la forger. Cet ouvrage est peut-être vite parcouru, mais il me donne une furieuse envie de caser l’adverbe fiablement la prochaine fois que j’aurai besoin de décrire un instrument qui fonctionne de manière fiable. Parce que l’essentiel, c’est de pratiquer « l’art de bien rendre ses pensées », comme disait Larousse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Céline Georg, « Les mots disparus de Pierre Larousse »Traduire, 239 | 2018, 95-96.

Référence électronique

Marie-Céline Georg, « Les mots disparus de Pierre Larousse »Traduire [En ligne], 239 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/traduire/1605

Haut de page

Auteur

Marie-Céline Georg

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals