Navigation – Plan du site

AccueilNuméros246Traduction automatique et édition...

Traduction automatique et édition scientifique

Susanna Fiorini
p. 36-45

Texte intégral

1À l’ère du numérique et des nouvelles technologies, l’édition scientifique fait face à un véritable changement de paradigme. Traditionnellement construit sur le modèle de l’édition papier, le système de publication des travaux de recherche évolue sous l’impulsion des innovations numériques et des changements sociétaux qui ont caractérisé les dernières décennies. Dans ce paysage radicalement transformé, l’accès aux publications devient un enjeu de taille : avec le développement de l’édition numérique et la généralisation de l’utilisation d’internet, les résultats de la recherche devraient être plus facilement accessibles, non seulement par le lectorat des spécialistes, mais également par des publics moins spécialisés, et ce dans le monde entier, y compris dans des régions moins favorisées. Or, malgré des progrès incontestables, la réalité est encore bien loin de cet idéal. C’est ainsi qu’ont vu le jour les mouvements en faveur de la science ouverte, de la bibliodiversité et du multilinguisme ; visant à favoriser un accès plus égalitaire à une information scientifique de qualité, ces mouvements convergent pour briser les barrières financières, systémiques et linguistiques à la circulation des savoirs.

2L’enjeu du multilinguisme est particulièrement significatif dans un système à dominante anglophone comme l’édition scientifique. S’il n’est pas question ici de mettre en cause la pertinence d’une lingua franca au sein d’une communauté internationale, il faut néanmoins noter que son hégémonie génère plusieurs inégalités. D’une part, le système actuel oblige souvent les chercheurs à publier en anglais pour que leurs travaux soient mieux référencés, cités et évalués (Di Bitetti et Ferreras, 2017), ce qui pénalise clairement les chercheurs ne maîtrisant pas suffisamment cette langue ou travaillant dans des disciplines qui publient traditionnellement dans des langues locales (c’est souvent le cas, par exemple, dans les sciences humaines et sociales, qui sont plus ancrées dans les territoires où les travaux de recherche sont menés). D’autre part, une communication scientifique dominée par l’anglais ne favorise pas non plus l’accès au savoir produit par la recherche (Doğan et al., 2020) : si les spécialistes sont généralement capables de lire un texte en anglais dans leur domaine, ce n’est pas forcément le cas d’un lectorat plus généraliste (citoyens, étudiants, etc.), ce qui crée également des inégalités, cette fois-ci en termes d’accès à l’information.

  • 1 Dénommés dans la suite de l’article « spécialistes de la traduction ».

3Face au défi du multilinguisme, la traduction est souvent présentée comme la solution la plus évidente. Toutefois, elle nécessite un budget dont les universités, les laboratoires de recherche ou les éditeurs ne disposent pas systématiquement. Dans d’autres cas, ce sont les ressources humaines qui font défaut : trouver des traductrices ou des traducteurs spécialisés1, capables de travailler sur des textes très pointus, peut s’avérer très compliqué. Dans ces conditions, les auteurs et les maisons d’édition souhaitant faire traduire des travaux de recherche finissent souvent par renoncer ; ce sont alors les auteurs eux-mêmes ou d’autres chercheurs de la discipline qui prennent en charge la traduction, avec des résultats très inégaux en termes de qualité.

Quel rôle pour les technologies et les spécialistes de la traduction ?

4Est-il possible d’envisager une montée en puissance des processus de traduction, afin de traduire plus de contenus tout en optimisant les coûts ? C’est la question que se sont posée des acteurs institutionnels de la recherche et de l’édition scientifique. Une piste a été immédiatement identifiée : celle de la traduction automatique, une technologie qui suscite un engouement croissant auprès du grand public et des acteurs spécialisés. C’est dans ce contexte que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) a lancé, en 2018, un appel à projets visant à améliorer la visibilité internationale des revues scientifiques françaises, notamment par des processus de traduction innovants. Deux ans plus tard, le MESRI a également constitué un groupe de travail d’experts en traduction et traitement automatique des langues, afin d’examiner les possibilités offertes par ces technologies pour favoriser le multilinguisme des publications scientifiques.

5Il est intéressant de faire une première remarque : en 2018, l’appel du ministère parlait de « projets d’expérimentation de traductions automatiques [...] portés par une ou plusieurs revues dans un ou plusieurs domaines disciplinaires »2 ; lors de la publication des résultats, en 2019, le document évoquait plutôt « les possibilités offertes par la traduction assistée par ordinateur (TAO) dans le domaine de l’édition scientifique » ou encore « les avancées réalisées dans le traitement automatisé des langues »3 ; pour finir, en 2020, le rapport du groupe de travail « Traductions et science ouverte » a introduit la notion, plus large, de technologies de la traduction (Fiorini et al., 2020). Ces variations terminologiques suggèrent un premier rôle que les spécialistes du métier pourraient jouer dans ce nouveau paysage éditorial : contribuer à clarifier les usages professionnels des outils technologiques d’aide à la traduction. En effet, la traduction automatique, sans doute la technologie linguistique la plus connue des non-spécialistes, n’est qu’un outil parmi d’autres. Dans un cadre professionnel, son utilisation trouve son sens au sein d’une interface de travail plus complexe, composée de mémoires de traduction, de bases terminologiques, de corpus disciplinaires, d’outils d’aide à la rédaction et de contrôle de la qualité. La traduction automatique seule n’est donc pas LA solution miraculeuse pour un multilinguisme de qualité, mais une technologie à maîtriser et à mettre en œuvre de manière critique et complémentaire à d’autres fonctionnalités de TAO.

6Certes, force est de constater qu’une telle configuration technique et technologique ne correspond pas pleinement aux pratiques de traduction de l’édition scientifique : en partant du constat que la traduction est parfois réalisée par des chercheurs et que ce mode de fonctionnement est bien ancré dans certaines disciplines, il semble peu réaliste de demander à ces profils une maîtrise avancée des outils d’aide à la traduction. Sans vouloir imposer l’adoption de technologies trop pointues, la mise à disposition de ressources linguistiques disciplinaires, mutualisables et interopérables présente pourtant un intérêt indéniable. Des référentiels terminologiques et des corpus disciplinaires existent déjà, mais ils sont très fragmentés et pas toujours accessibles. Or, ces ressources seraient d’une grande utilité pour tous les profils d’acteurs intervenant dans un processus de traduction scientifique, qu’il s’agisse de chercheurs ou de spécialistes de la traduction.

7Ces ressources mutualisées favoriseraient tout d’abord une dynamique de travail collaboratif, particulièrement bénéfique pour la communauté scientifique. Par ailleurs, l’utilisation généralisée de bases terminologiques, mémoires de traduction et corpus disciplinaires permettrait d’améliorer la qualité et la cohérence des traductions, dans le respect des standards académiques. La productivité en serait également accrue car les recherches terminologiques et documentaires, parfois très chronophages, pourraient être optimisées. Intégrées dans un logiciel de TAO, ces ressources pourraient être complétées par un moteur de traduction automatique, de préférence spécialisé, afin d’offrir une fonctionnalité d’aide à la frappe, voire de pré-traduction sur la base des évaluations menées. L’idée serait donc de mettre à disposition tous les éléments d’un environnement de traduction augmentée, modulable selon les besoins et les usages de chaque intervenant dans le processus de traduction, afin de favoriser une collaboration entre l’humain et la technologie telle qu’évoquée par Iulia Mihalache (2021) dans sa vision de l’augmented translation.

8Les technologies actuelles permettent en effet une mise à disposition facilitée des données linguistiques sous plusieurs formats, exploitables dans différents contextes. Dans un tel scénario, la mutualisation et l’interopérabilité des ressources linguistiques deviennent donc des aspects cruciaux : chaque acteur pourrait librement les intégrer à son niveau, quels que soient le processus et les outils de travail adoptés. En allant plus loin, ces mêmes ressources pourraient également être utilisées pour entraîner des moteurs de traduction automatique afin d’en corriger les biais ainsi que les problèmes terminologiques et phraséologiques. Enfin, ces ressources pourraient permettre aux spécialistes de la traduction de se former dans les domaines disciplinaires actuellement marqués par une pénurie de profils compétents.

9La création de ressources mutualisées serait donc un investissement plus que rentable, qui pourrait, encore une fois, impliquer des spécialistes de la traduction.

Une approche disciplinaire et documentaire indispensable

10Si les technologies occupent une place de plus en plus stratégique en traduction, il est aujourd’hui impossible d’imaginer une approche universelle, notamment en matière de traduction automatique et de post-édition.

11Un premier critère discriminant est la combinaison linguistique. Si, pour certaines paires de langues particulièrement riches en ressources d’apprentissage, les traductions automatiques constituent une base de travail satisfaisante pour la post-édition, ce n’est pas le cas des langues minoritaires ou minorisées, ou tout simplement des langues dans lesquelles les données sont plus rares ou moins fiables. En ce sens, au lieu d’être une solution, la traduction automatique risquerait de devenir un facteur d’inégalité supplémentaire ; c’est pourquoi de nombreuses initiatives sont prises, par des institutions de recherche du monde entier, afin de combler les écarts de disponibilité et de performance de la traduction automatique.

12Dans l’édition scientifique, cependant, la combinaison linguistique n’est pas le seul critère permettant de juger de la pertinence des processus de traduction automatique et de post-édition. Sans surprise, certaines disciplines s’y prêtent mieux que d’autres et, au sein des domaines disciplinaires, les différents types de textes sont plus ou moins adaptés. Par ailleurs, il faut également tenir compte de l’attitude que les acteurs chargés de la traduction dans les différentes disciplines ont vis-à-vis de l’activité de post-édition.

  • 4 Voir, par exemple, les résultats du projet CybergeoNet, lauréat de l’appel « Traductions scientifiq (...)
  • 5 Voir le rapport final (à paraître) du projet « Tester la traduction automatique dans les revues de (...)

13Le nombre de projets et d’expérimentations portant sur les applications de la traduction automatique dans l’édition scientifique commence à être assez significatif pour dresser un premier bilan. Les disciplines concernées sont de plus en plus nombreuses, tant dans les sciences humaines et sociales (histoire, archéologie, géographie, sociologie, anthropologie, didactique, etc.) que dans les sciences techniques et médicales (médecine, mathématiques, biologie, chimie, géosciences, etc.). En général, les expérimentations semblent confirmer que l’utilisation de la traduction automatique peut être pertinente dans des disciplines employant un langage plus factuel, comme la médecine ou la géographie4. Au contraire, dans des disciplines nécessitant un niveau d’interprétation plus profond, comme l’anthropologie ou la sociologie5, la traduction automatique ne semble pas apporter l’aide espérée.

14Le paysage éditorial s’enrichit par ailleurs de formes de publication diverses, propres à chaque discipline : livres et articles de revues, mais aussi actes de colloques, carnets de recherche et comptes rendus, auxquels sont toujours associées des métadonnées (titres, résumés et mots clés) permettant d’identifier et de valoriser chaque publication. La qualité de la traduction automatique étant très variable selon la longueur et la complexité du texte, il est logiquement plus probable d’obtenir des résultats exploitables sur un résumé ou un compte rendu que sur un article ou un chapitre d’ouvrage dans son intégralité.

15Ces écarts en termes de qualité sont, en partie, à l’origine de la mauvaise réputation de la traduction automatique auprès des spécialistes de certaines disciplines. Dans d’autres cas, l’aversion est plutôt de nature idéologique, ce qui se manifeste parfois par un refus a priori de l’outil et des pratiques professionnelles associées. Mais nombreux sont également les adeptes de la traduction automatique, qui l’utilisent avec satisfaction et à plus ou moins bon escient dans des domaines disciplinaires variés. Entre sceptiques et enthousiastes, il devient donc difficile de dresser un état des lieux objectif.

Les spécialistes de la traduction au cœur des processus d’évaluation

16Face à ce dilemme, les spécialistes de la traduction sont à nouveau les mieux placés pour apporter des réponses. Des études scientifiques (Castilho et al., 2020) confirment en effet que des évaluateurs non spécialistes ont tendance à noter plus favorablement la traduction automatique car certains problèmes leur échappent. Néanmoins, il ne s’agit pas uniquement de mener des évaluations sur la base de grilles préétablies ; des tests de productivité en conditions de travail réelles (Mhedhbi et Scansani, 2020) sont également nécessaires afin de mesurer les gains éventuellement apportés par la post-édition par rapport à la traduction classique. Dans cette optique, faire appel à des spécialistes de la traduction apparaît comme un choix évident, mais à deux conditions : que les personnes retenues soient formées aux technologies de la traduction, et plus particulièrement aux techniques professionnelles de la post-édition, et que des outils de mesure fiables et objectifs soient mis en place.

17S’agissant du premier point, il a déjà été évoqué que l’activité de post-édition demande une certaine préparation : il est fondamental non seulement de maîtriser l’environnement technologique au sein duquel elle est effectuée, mais aussi de développer des réflexes stratégiques grâce à la pratique – ce qui laisse supposer qu’un ou une spécialiste de la traduction n’ayant jamais pratiqué la post-édition ne constatera pas immédiatement un gain de productivité. Il est donc important de se former et de s’entraîner à la post-édition avant de tirer des conclusions sur son utilité. Certains membres de la profession refusent a priori cette pratique, perçue comme dégradante pour des profils hautement spécialisés. Or, si l’outil employé est adéquat, la traduction automatique peut valoriser ces compétences, car elle permet de traiter rapidement des passages qui ne posent pas de difficultés particulières afin de se concentrer sur des éléments demandant une expertise pointue : création terminologique pour de nouveaux concepts, restitution des « intraduisibles », compréhension des mécanismes d’argumentation des auteurs, etc.

  • 6 Un traducteur spécialisé peut généralement traduire de manière classique environ 2 000 mots par jou (...)

18Quant à l’appréciation des éventuels gains de productivité, il est important de pouvoir analyser des données aussi objectives et exhaustives que possible. Pour ce faire, des outils de suivi, généralement intégrables dans les interfaces de TAO, permettent d’avoir une vue d’ensemble du temps passé et des modifications apportées lors du travail de post-édition. À une époque où les spécialistes de la traduction subissent de fortes pressions pour répondre à des attentes de productivité de plus en plus irréalistes, il faut néanmoins préciser que ces outils ne doivent pas être assimilés à des formes de contrôle du travail des post-éditeurs, mais tout simplement à des instruments fournissant des données pour faire des choix avisés quant à l’emploi de la traduction automatique et, surtout, quant aux tarifs de post-édition à appliquer. Sans cela, les tarifs de la post-édition, qui devraient toujours refléter les gains de productivité objectivement constatés6, risquent d’être fixés de manière complètement arbitraire, comme c’est malheureusement déjà le cas dans d’autres champs de la traduction technique ou pragmatique.

Conclusion

19La révolution numérique a changé les paradigmes de l’édition scientifique, mais aussi ceux des métiers de la traduction. L’importance croissante du multilinguisme et les avancées des technologies linguistiques invitent les spécialistes de la traduction à acquérir de nouvelles compétences afin de pouvoir conseiller les acteurs de la recherche et de l’édition scientifiques sur les possibilités offertes par ces technologies. Il est donc fondamental que ces spécialistes participent aux débats et aux expérimentations, sans quoi le changement risque d’être éphémère et contreproductif.

Haut de page

Bibliographie

DI BITETTI Mario et FERRERAS Julián, « Publish (in English) or perish: The effect on citation rate of using languages other than English in scientific publications », in Ambio, 46(1), 2017, p. 121-127.

DOĞAN Güleda et al., Science needs to inform the public. That can’t be done solely in English, London, London School of Economics and Political Science, 2020, https://blogs.lse.ac.uk/covid19/2020/06/18/long-read-science-needs-to-inform-the-public-that-cant-be-done-solely-in-english/, consulté le 22/02/2022.

FIORINI Susanna et al. (dir.), Rapport du groupe de travail « Traductions et science ouverte », Paris, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2020, https://www.ouvrirlascience.fr/wp-content/uploads/2021/02/Rapport-final_groupe-de-travail-traductions.pdf, consulté le 22/02/2020.

MIHALACHE Iulia, « Human and Non-Human Crossover: Translators Partnering with Digital Tools », in DESJARDINS Renée (dir.), When Translation Goes Digital, Basingstoke (Royaume-Uni), Palgrave Macmillan, Palgrave Studies in Translating and Interpreting, 2021, p. 19-43.

CASTILHO Sheila et al., « A Set of Recommendations for Assessing Human-Machine Parity in Language Translation », in Journal of Artificial Intelligence Research, 67, 2020, p. 653-672.

MHEDHBI Lamis et SCANSANI Randy, « How do LSPs compute MT discounts? Presenting a company’s pipeline and its use », Proceedings of the 22nd Annual Conference of the European Association for Machine Translation, Lisboa, European Association for Machine Translation, 2020, https://aclanthology.org/2020.eamt-1.42, consulté le 22/02/2020.

Haut de page

Notes

1 Dénommés dans la suite de l’article « spécialistes de la traduction ».

2 Appel à projets « Traductions scientifiques », 2018, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (consulté le 25 février 2022).

3 Résultats de l’appel à projet « Traductions scientifiques », 2019, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr (consulté le 25 février 2022).

4 Voir, par exemple, les résultats du projet CybergeoNet, lauréat de l’appel « Traductions scientifiques » du MESRI : https://journals.openedition.org/cybergeo/38309, consulté en février 2022.

5 Voir le rapport final (à paraître) du projet « Tester la traduction automatique dans les revues de Sciences humaines et sociales » (TesTradSHS), lauréat du même appel.

6 Un traducteur spécialisé peut généralement traduire de manière classique environ 2 000 mots par jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susanna Fiorini, « Traduction automatique et édition scientifique »Traduire, 246 | 2022, 36-45.

Référence électronique

Susanna Fiorini, « Traduction automatique et édition scientifique »Traduire [En ligne], 246 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traduire/2805 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.2805

Haut de page

Auteur

Susanna Fiorini

Susanna FIORINI est traductrice et consultante en communication multilingue. Après avoir occupé plusieurs postes de traductrice et de cheffe de projets en traduction, en agence comme chez l’annonceur, elle démarre son activité indépendante en 2018. Depuis 2019, elle enseigne également dans le cadre du master en traduction de l’École supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT). Spécialiste de la communication scientifique, elle a piloté en 2020 le groupe de travail « Traductions et science ouverte », constitué par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search