Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247Le quechua, langue d’une culture ...

Le quechua, langue d’une culture et d’une civilisation ancestrales

Krisztina Marádi
p. 59-69

Texte intégral

1Avec quelque dix millions de locuteurs, le quechua est aujourd’hui la langue amérindienne la plus parlée ; elle présente tout à la fois un intérêt historique, en raison de son passé glorieux, et linguistique, de par sa structure complexe et inhabituelle. Il existe différentes théories quant à son origine (voir, par exemple, Itier, 2013), mais notre objectif par le présent article n’est pas de clarifier cette question, mais de donner une présentation succincte de sa structuration et de sa situation actuelle.

Précision terminologique

2Le quechua est une langue agglutinante synthétique dans laquelle les fonctions grammaticales, les rapports syntaxiques et sémantiques sont majoritairement exprimés par des désinences et des suffixes. Il faut cependant préciser qu’il n’est pas possible de décrire complètement la structure de la langue et sa vision du monde avec les catégories grammaticales habituelles, à commencer par la distinction classique entre désinences et suffixes ou, dans une terminologie différente, entre suffixes flexionnels et dérivationnels. Comme nous allons le voir, les désinences utilisées pour la conjugaison des verbes expriment non seulement le temps, la personne et le nombre, mais comportent également un aspect sémantique, indiquant la présence ou l’absence du locuteur au moment des événements rapportés. En raison de cette complexité et de cette multiplicité du contenu des éléments ajoutés au radical, il nous a paru préférable d’opter pour l’utilisation globale du terme suffixe.

Caractère agglutinant

3La langue quechua est donc une langue agglutinante qui se caractérise par une extrême richesse, une variété surprenante de suffixes ajoutés au radical. Ces suffixes restent, dans la majorité des cas, inchangés et ont des fonctions grammaticales, syntaxiques et sémantiques très précises. Ils sont en général monofonctionnels et ne montrent pas de fusion ni d’amalgame. Cette richesse morphologique est la caractéristique la plus intéressante et la plus complexe du quechua ; certains mots peuvent comporter cinq ou six suffixes ou, dans des cas plus rares, jusqu’à dix, mais leur ordre est bien défini et obligatoire. Voici un exemple :

wasi – maison
wasikuna – maisons
wasiykuna – mes maisons
wasiykunapidans mes maisons

4La majorité des suffixes correspond à des catégories grammaticales sémantiques habituelles – pluriel, accusatif, datif, génitif, etc. –, mais ils peuvent parfois comporter des informations plus abstraites ou même subjectives, comme la relation du locuteur avec le contenu de l’énoncé : il en est sûr, il a des doutes, il considère que c’est un mensonge, etc.

5Les exemples suivants, choisis parmi des centaines, illustrent l’énorme champ d’utilisation des suffixes, cette énumération restant non exhaustive, bien entendu.

6Les suffixes nominaux sont utilisés pour la formation de substantifs, la précision ou la modification du sens de substantifs :

-yuq : suffixe exprimant le possessif concret ou abstrait

wasi – maison

wasiyuq – le propriétaire de la maison

qullqi – argent

qullqiyuq – celui qui a de l’argent, un homme riche

qusa – mari

qusayuq – une femme mariée

ñawi – œil

ñawiyuq – celui qui sait lire et écrire

-cha : suffixe diminutif

allqu – chien

allqucha – petit chien, chiot

chaska – étoile

chaskacha – petite étoile

7Suffixes utilisés pour la formation de différentes parties de discours :

Formation du participe passé : -sqa

wañuy – mourir

wañusqa – mort

wañusqa rimay – langue morte

Formation du participe présent : -q

mikhuy – manger

mikhuq – mangeant

aycha mikhuq – mangeant de la viande (carnivore)

Formation du gérondif : -spa

pukllay – jouer

pukllaspa – en jouant

pukllaspa yachay – apprendre en jouant

Formation d’un verbe à partir d’un substantif ou d’un adjectif : -cha(y)

sumaq – beau

sumaqchay – embellir

8Suffixes remplissant la fonction de préposition :

-wan : avec

warmi - épouse

warmiywan – avec ma femme

-manta : à partir de

kunan – maintenant

kunanmanta – à partir de maintenant

-kama : jusqu’à

paqarin – demain

paqarinkama – jusqu’à demain

-pi : dans (spatial) ou pendant (temporel)

llaqta – ville

llaqtapi – dans la ville

tuta – soir

tutapi – pendant la soirée

9Suffixes marquant l’interrogation ou la négation :

10Dans le cas d’une interrogation totale, il convient d’ajouter le suffixe -chu à l’élément sur lequel porte la question, que ce soit le verbe, le sujet ou autre.

Wasiyki karuchu? – Ta maison est loin ?
Ñuqawanchu rinki? – Tu viens avec moi ?
Runtu kanchu? – Est-ce qu’il y a des œufs ?

11L’expression de la négation se fait également avec la particule négative mana(m) et le suffixe -chu :

Runasimita rimankichu? – Tu parles quechua ?
Manam, rimanichu. – Non, je ne parle pas.

12Les suffixes peuvent également être utilisés pour assurer la liaison entre deux propositions indépendantes :

- taq : correspondant à peu près à « et »
Warmi mayupi taqsan, qusantaq chakrapi llamkan. – La femme lave les vêtements dans la rivière, tandis que son mari travaille aux champs.

-pas : ajouté à un verbe conjugué, ce suffixe exprime qu’une personne réalise deux actions en même temps.
Andrea takinpas tusunpas. – Andrea danse et chante.
Chay wawacha mikunpas pukllanpas. – Le bébé mange et joue en même temps.

13Suffixes thématisants :

-qa : le suffixe s’ajoute à l’élément constituant le thème de la phrase :
Chay ñanqa Qusquman rin. – Cette route va à Cuzco.
Sutiyqa Pedron. – Son nom est Pedro.

- rí : suffixe thématisant des questions et emphtisant l’élément sur lequel porte l’interrogation :
Pay maymantam hamushkan? – Et lui, il vient d’où ?

14Voilà enfin un exemple illustrant la multiplicité des suffixes ajoutés au radical :

allqu

chien

allqupaq

pour le chien

allquchapaq

pour le petit chien

allquchakunapaq

pour les petits chiens

allquchaykunapaq

pour mes petits chiens

allquchaykunapaqpas

pour mes petits chiens aussi

15Deux suffixes peuvent parfois être utilisés pour une même fonction grammaticale ; le choix dépend alors d’une différence sémantique inhérente aux suffixes. Par exemple, les suffixes -ta et -man sont utilisés avec des verbes de mouvement pour exprimer la direction, mais le premier souligne l’importance du point de destination, tandis que l’autre accentue l’action de mouvement et non le point d’arrivée concret.

Limata rini. – Je vais à Lima.
Sapa p’unchaychu hatunyachaywas
ta rinki? – Tu vas tous les jours à l’université ?
Limaman rishanki. – Je vais (je suis en train d’aller) à Lima.
Hatun yachaywasimanchu rinki? – Tu vas à l’université ?

16Avec le verbe hamuy (arriver, aller voir, venir), le suffixe -ta exprime que le locuteur est effectivement entré dans le lieu indiqué, tandis que le suffixe -man signifie qu’il ne l’a pas fait.

Wasiykita hamuni. – Je te rends visite (et j’entre dans ta maison).
Wasiykiman hamuni. – Je te rends visite (mais je n’entre pas dans ta maison).

17Quant aux suffixes -m/mi, -s/si ou -chá, ils ont tous une fonction thématisante. Selon le degré de certitude dont il dispose, le locuteur choisit un suffixe qu’il ajoute à l’élément sur lequel porte le questionnement.

Pedrom wañurun raymipi. – C’est Pedro qui est mort à la fête.
Pedros wañurun raymipi. – On dit que c’était Pedro qui est mort à la fête.
Pedroqa wañurunmi raymipi. – Pedro est mort à la fête.
Pedro wañurunsi raymipi. – On dit que Pedro est mort à la fête.
Pedroqa wañurun raymipim. – C’est à la fête que Pedro est mort.
Pedro wañurun raymipis. – On dit que c’était à la fête que Pedro est mort.

Lantichumpip qusanmi – Il est le mari de Lantichumpi, sans aucun doute.
Lantichumpip qusanchá – Peut-être qu’il est le mari de Lantichumpi, mais ce n’est pas sûr.
Lantichumpip qusansi – On dit qu’il est le mari de Lantichumpi, mais je ne sais pas.

18Les suffixes peuvent s’ajouter non seulement à des noms, pronoms ou verbes, mais également à l’infinitif ; si celui-ci remplit, par exemple, la fonction d’objet direct dans la phrase, il reçoit le suffixe -ta :

Qanwanmi rimayta munani. – Je veux parler avec toi.
Munankichu mikhuyta? – Tu veux manger ?
Qanwan kayta munani. – Je veux être avec toi.

19Si l’infinitif a un objet direct à son tour, les deux comportent le suffixe :

Runasimita yachayta munanim. – Je veux apprendre le quechua.
ñ
uqayku p’achata rantiyta munayku. – Nous voulons acheter des vêtements.

20Concernant la conjugaison des verbes, là aussi, la différence sémantique entre les formes du passé ne se base pas uniquement sur l’aspect chronologique, l’antériorité ou la postériorité des événements, mais sur le degré de certitude ou d’incertitude perçu par le locuteur par rapport aux événements.

21Ainsi, le passé formé par l’insertion de -rqa entre le radical et le suffixe exprimant la personne et le nombre, suggère que le locuteur était présent aux événements racontés :

Chay llaqtam sumaq karqa. – Cette ville était belle.
Inti Raymiraykun Quscuman hamurqani. – Je suis venu à Cuzco pour la fête du soleil.

22En revanche, le passé formé avec -sqa suggère soit que le locuteur n’assistait pas personnellement aux événements et en a seulement entendu parler, soit que les événements se produisaient dans un passé si lointain que le locuteur ne pouvait pas y assister.

Sumaqmi kasqa. – Il était beau (mais je ne l’ai pas vu).
Huk runas ancha kallpasapa kasqa. – (Il était une fois) un homme très fort.

23Ce même passé est utilisé pour indiquer que le locuteur s’est informé d’un événement a posteriori, après qu’il s’est produit ou a pris fin.

Marya unkuchkasqa. – (J’ai appris que) María était malade.

24Certains suffixes peuvent exprimer un aspect temporel.

25Le suffixe -ña est utilisé pour exprimer le passé récent :

Mikuniñam. – Je viens de manger.

26Le suffixe -rqa /rqu, combiné avec une conjugaison future, se réfère au futur proche :

Qullqita maskarqamusaq. – Je vais chercher l’argent.
Chayllam kutirqamusaq. – J’arrive tout de suite.

27Le cas accusatif des pronoms personnels est également exprimé par des suffixes, ajoutés aux formes conjuguées des verbes, mais le choix du suffixe correct dépend également du sujet. La construction est relativement compliquée – voici une petite illustration avec le verbe kuyay (aimer) :

SUJET

OBJET

SUFFIXE

EXEMPLE

moi

toi

y-ki

Kuyayki. – Je t’aime.

toi

moi

wan-ki

Kuyawanki. – Tu m’aimes.

lui

moi

wan

Kuyawan. – Il m’aime.

lui

toi

sun-ki

Kuyasunki. – Il t’aime.

moi

vous

y-kichik

Kuyaykichik. – Je vous aime.

toi

nous

wan-kiku

Kuyawankiku. – Tu nous aimes.

lui

nous

wan-chik

Kuyawanchik. – Il nous aime.

lui

vous

sunki-chik

Kuyasunkichik. – Il vous aime.

nous

toi

y-kiku

Kuyaykiku. – Nous t’aimons.

vous

moi

wan-kichik

Kuyawankichik. – Vous m’aimez.

ils

moi

wan-ku

Kuyawanku. – Ils m’aiment.

28Cependant, il n’y a pas de suffixe spécifique pour le cas où l’objet direct est à la troisième personne, mais il faut ajouter le suffixe -ta au pronom personnel, exprimant la troisième personne (pay, paykuna) :

Payta kuyani. – Je l’aime.
Paykunata kuyanki. – Tu les aimes.

29Il n’y a pas non plus de suffixe spécifique pour le cas où le sujet et l’objet direct sont au pluriel, il faut utiliser le pronom personnel au pluriel avec le suffixe -ta :

Qamkunata kuyaykiku. – Nous vous aimons.
Ňuqaykuta kuyawankichik. – Ils nous aiment.

Caractère « dense »

30À part l’utilisation extrêmement fréquente des suffixes et les informations très variées qu’ils peuvent comporter, une autre particularité intéressante de la langue est son caractère dense, dans le sens où le quechua se sert des mêmes éléments pour différentes fonctions. Nous pouvons mentionner, à titre d’exemple, le verbe kay qui exprime aussi bien l’existence que la possession et correspond, par conséquent, aux verbes français « être », « avoir » et « il y a ». Il est à noter que, de ce point de vue, l’utilisation du verbe kay est identique à celle du verbe hongrois lenni.

31Kay dans le sens d’« être » :

Yachaywasipi kachkani. – Je suis à l’école.
Mana unqusqachu kanki. – Tu n’es pas malade.
Imaynallam kashkanki? – Comment vas-tu ?
Qan sumaq runa kanki. – Tu es un homme gentil.

32Kay dans le sens d’« il y a » :

Kay llaqtapi achka urqukunan kanku. – Dans
cette ville, il y a beaucoup de montagnes.
Kaypi unu kanchu? – Est-ce qu’il y a de l’eau ici ?

33Kay utilisé dans le sens d’« avoir ». Il faut préciser que le substantif prend le suffixe du possessif, tandis que le possesseur – s’il est exprimé, soit sous forme de substantif, soit sous forme de pronom – est indiqué par le suffixe -q ou -pa. Ce qui signifie que, dans une phrase, la possession peut être indiquée par trois éléments.

Achka qullqiymi kan. – J’ai beaucoup d’argent.
Kanchu wawayki? – Tu as des enfants ?
Hatun wasiyki kanchu? – Tu as une grande maison ?
Inkakunaq rimaynin – la langue des Incas

34Comme nous l’avons déjà précisé, les suffixes ne se fusionnent pas mais, avec leur accumulation, il est possible d’inclure de nombreuses informations dans une seule forme. Par exemple, le participe passé, utilisé comme substantif, peut prendre les suffixes nominaux :

rimay – parler          rimasqa – les paroles de quelqu’un
Rimasqanta yachanki. – Tu sais ce qu’il a dit.
[-sqa (participe passé) + -n (possessif 3e personne de singulier) + -ta (objet direct)]

ruray – faire          rurasqa – les actes de quelqu’un
Rurasqaykita yachani. – Je sais ce que tu as fait.
[-sqa (participe passé) + -yki (possessif 2e personne de singulier) + -ta (objet direct)]

Situation actuelle

35Le quechua est une langue comptant près de dix millions de locuteurs. Il a le statut de langue officielle au Pérou, où il est le plus répandu, mais la langue est également présente dans le sud de la Colombie, dans le nord de l’Argentine, en Bolivie et en Équateur. Elle comprend une multitude de dialectes. Cet article se base essentiellement sur le dialecte parlé dans la capitale de l’ancien empire Inca, Cuzco. Le statut de langue officielle, acquis en 1975, ne lui assurait pas de traitement égalitaire avec le castillan : il était considéré comme une langue inférieure, ses locuteurs avaient souvent honte de l’utiliser et il risquait de disparaître peu à peu.

36De nos jours, la situation change progressivement, bien que dans l’enseignement, le castillan ait toujours la priorité. Des institutions ont été fondées pour la promotion et la protection de la langue, comme par exemple, en 1990, l’Academia Mayor de la Lengua Quechua (site officiel : https://amlq.org.pe/​) pour développer la langue au niveau national, promouvoir et effectuer des recherches linguistiques, établir des bases de données, mettre en place des normes grammaticales et des dictionnaires normatifs du quechua, promouvoir son apprentissage et publier des manuels. Il est à noter que l’activité de l’Academia ne se limite pas à la protection de la langue, elle vise aussi la propagation de la culture andine. Ainsi, ceux qui s’intéressent à cette culture ancestrale peuvent visiter la page Facebook de l’établissement et voir des vidéos sur le passé du peuple quechua, la reproduction de certaines cérémonies de l’époque inca, etc.

37Il faut mentionner la fête du soleil – Inti Raymi –, la cérémonie religieuse la plus importante de l’année, pour célébrer le solstice d’hiver, le 24 juin. Elle avait été interdite en 1572 par le vice-roi Francisco de Tolède qui la considérait comme un sacrilège païen, en opposition à la foi catholique, mais aujourd’hui on assiste à une résurgence de ce grand festival. La fête n’a plus la même charge rituelle qu’auparavant, elle ressemble davantage à une énorme représentation théâtrale, renforçant l’unité de la nation péruvienne et représentant la revalorisation de son passé.

38Quant aux médias, on peut évoquer le premier programme d’information diffusé au Pérou en langue quechua, Ñuqanchik [Nous], qui existe depuis 2016 et traduit la volonté de lutter contre la discrimination et de revaloriser cette culture ancestrale.

39Une toute nouvelle initiative a en outre été lancée cette année : le concours Pukllaspa Yachay [Apprends en jouant], une émission spéciale dédiée à la présentation ludique de la langue quechua.

40Il existe également des associations et des organismes étrangers ayant pour objectif la promotion de la langue et de la culture andine, comme par exemple Quechua Alliance, installée aux États-Unis, qui organise différents événements et entend créer une véritable communauté des locuteurs de quechua (https://thequechua.org/​). Ils ont par exemple lancé le prix « Premios al activismo quechua en redes sociales e internet » [Prix de l’activisme quechua sur les réseaux sociaux et internet] afin de promouvoir la présence de la langue sur les réseaux sociaux et la création de nouveaux contenus ciblés sur la revitalisation de la culture andine.

Conclusion

41Bien que le quechua reste la langue amérindienne la plus parlée, certains de ses dialectes sont menacés d’extinction. La variété parlée à Cuzco jouit d’un certain prestige grâce à son passé glorieux, puisqu’elle a été la langue de l’empire inca, et fait l’objet, ces derniers temps, d’initiatives de préservation et de promotion importantes. En effet, les langues constituent un héritage précieux et un patrimoine culturel inestimable, elles véhiculent de nombreuses connaissances sur l’univers et le monde qui nous entoure. La façon dont les locuteurs de ces langues rares perçoivent le monde et transmettent ces perceptions dans leur langue peut être extrêmement intéressante et enrichissante pour l’humanité. Une langue comme le quechua fait partie du patrimoine de l’humanité, sa complexité structurelle et ses particularités linguistiques méritent d’être analysées de manière plus approfondie et connues pour un public intéressé par les subtilités des langues.

Haut de page

Bibliographie

CLODOALDO SOTO Ruiz, Quechua, manual de enseñanza, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 4e éd., 2021.

CLODOALDO SOTO Ruiz, ¿Chaymantaqá?¿Y después? Quechua avanzado. Quechua, manual de enseñanza, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 4e éd., 2016.

ITIER César, Les Incas, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Guide Belles Lettres des civilisations », 2e éd., 2019.

ITIER César, « Las bases geográficas de la lengua vehicular del imperio inca », Bulletin de l’Institut français d’études andines, 42(2), 2013, p. 237-260, https://doi.org/10.4000/bifea.8030.

ITIER César, Parlons quechua. La langue du Cuzco, Paris, L’Harmattan, 1997.

ITIER César et ORTIZ CÁRDENAS Zenobio, Runasimita Yachasun. Método de quechua, Lima, Insituto Francés de Estudios Andinos, 2019.

JONES David M., The Inca World, London, Lorenz Books, Annes Publishing Ltd, 2010.

MEJÍA HUAMÁN Mario, Curso de Quechua 40 lecciones, Lima, Universidad Ricardo Palma, Editorial Universitaria, 2014.

MEJÍA HUAMÁN Mario, Quechua avanzado, Lima, Universidad Ricardo Palma, Editorial Universitaria, 2014.

TUNQUE CHOQUE Daniel, Antología Quechua, Idioma de los inkas. Método práctico para el aprendizaje de la lengua quechua, Cusco, Editor: Tunque Choque Daniel, 2020.

TUNQUE CHOQUE Daniel, Manual para el aprendizaje del quechua, Cusco, Editor: Tunque Choque Daniel, 2018.

ZEA Javier, Az inkák visszatérnek. Élet az Andokban, Budapest, Open Books, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Krisztina Marádi, « Le quechua, langue d’une culture et d’une civilisation ancestrales »Traduire, 247 | 2022, 59-69.

Référence électronique

Krisztina Marádi, « Le quechua, langue d’une culture et d’une civilisation ancestrales »Traduire [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/traduire/3234 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.3234

Haut de page

Auteur

Krisztina Marádi

Krisztina MARÁDI est docteure et maître assistante à l’Université de Debrecen (Hongrie). Ses recherches relèvent du domaine de la linguistique historique, de la traduction spécialisée et littéraire et portent sur le français, l’espagnol, l’italien et le portugais. En parallèle de son travail universitaire, elle travaille comme traductrice et interprète agréée. Elle est co-auteure de deux manuels électroniques de perfectionnement linguistique en français (2006, 2014) et traductrice en langue hongroise de plusieurs romans français. Elle étudie également des langues dites « exotiques », comme le turc, le russe, le japonais et le quechua.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search