Navigation – Plan du site
Cahier « La traduction sportive »

Traduire pour la presse sportive : l’exemple de la course à pied

Laura Orsal
p. 75-80

Texte intégral

Introduction

1La course à pied est le sport le plus simple à pratiquer : une paire de baskets (ou pas) et c’est parti. Véritable phénomène mondial, elle se décline en différentes disciplines plus courues les unes que les autres, allant de l’athlétisme sur piste à l’ultrafond, en passant par le kilomètre vertical, et chacune a ses stars. Il existe de nombreux magazines de running dont la structure est similaire d’une discipline à l’autre et d’un pays à l’autre : plans et conseils d’entraînement, conseils nutritionnels, portraits de coureurs, partage d’expérience, récentes découvertes scientifiques et équipements.

2Les États-Unis exercent une grande influence dans ce sport. Pour commencer, on leur doit la démocratisation de la course à pied – réservée jusque dans les années 1960 à une élite qui s’entraînait en club – avec le jogging, qui fit son apparition en France dans les années 1970. Ils sont aussi une source d’inspiration avant-gardiste en termes d’entraînement et de technique de course. Le livre culte Born to run, de Christopher McDougall, indissociable du minimalisme, est un exemple remarquable. La presse spécialisée s’inspire donc souvent d’articles de course à pied américains et fait appel à des traducteurs pour en adapter le contenu. Le traducteur prend alors la plume d’un journaliste et enfile les chaussures d’un coureur. Ne dit-on pas « Pour les coureurs, par des coureurs » ?

Un travail à la croisée de la traduction et du journalisme

3D’après une étude réalisée par la Fédération Française d’Athlétisme, en 2014 un Français sur cinq déclarait pratiquer la course à pied, soit environ 9,5 millions de personnes. Selon cette même étude, 25 % des pratiquants réguliers de course à pied consultent les magazines spécialisés. Lorsque l’on traduit des articles sur la course à pied, on traduit donc pour un public averti qui a des attentes précises : les coureurs recherchent souvent des conseils d’entraînement, d’alimentation et de matériel, et de belles histoires pour les inspirer et les motiver. La traduction sportive s’apparente alors à un travail de journalisme, par la nature des contenus à traduire, mais aussi et surtout parce que les coureurs souhaitent s’informer (plus de 70 % des pratiquants courent seuls et ne bénéficient pas des connaissances ou conseils d’un entraîneur). Le traducteur sportif adopte ainsi une démarche journalistique et suit les tendances du sport qu’il traduit. Quelles sont les grandes marques ? Qui sont les grands coureurs ? Quelles sont les dernières technologies (chaussures, objets connectés, applications…) ? Quelles sont les récentes découvertes scientifiques ? Les nouvelles techniques d’entraînement ? Sans oublier les tendances linguistiques, qui sont le nerf de la guerre de tout traducteur, quelle que soit sa spécialisation.

4En surfant sur internet ou en feuilletant quelques magazines, une première question s’impose : dit-on encore « course à pied » ? Un grand nombre de noms de blogs et magazines français comprennent le mot run (Runners.fr, Runner’s World, Running Attitude, VO2Run…) ou d’autres mots à forte sonorité anglophone comme trail (Trails Endurance Mag, Esprit Trail…). En comparant l’évolution de l’intérêt porté aux termes course à pied et running dans Google Tendances de 2004 à 2015 en France, on remarque que le terme running est depuis quelques années plus recherché sur le web que « course à pied ».

Source : Google Tendances

5Cette première évolution linguistique illustre en fait l’influence qu’ont les États-Unis dans la course à pied. Cette influence est multiple. Elle est tout d’abord culturelle. Le jogging, pratiqué par les Américains, a débarqué en France à la fin des années 1970 ; le premier marathon créé pour les coureurs amateurs fut celui de New York, en 1970 ; et le marathon le plus prestigieux au monde est celui de Boston. Autre exemple symbolique : McDougall, avec son ouvrage précédemment évoqué, a engendré un véritable engouement pour le barefoot running (course pieds nus) aux États-Unis et en Europe. Les équipementiers se sont emparés de cette mode et ont développé les chaussures dites minimalistes, les chercheurs ont étudié les bienfaits de cette nouvelle pratique pour le corps, la foulée des coureurs ainsi que les risques de blessure, et des entraîneurs se sont spécialisés dans cette nouvelle façon de courir, favorisant la création de communautés de coureurs pieds nus. Cette influence culturelle américaine sur la course à pied, associée à la nature très internationale de ce sport – les plus grandes marques d’équipementiers sont américaines, allemandes, japonaises – et à (l’omni)présence de la science, débouche sur une forte anglicisation et pose question au traducteur lorsqu’il traduit la presse spécialisée dans la course à pied. À quel point doit-il adapter le contenu ? Quand peut-il créer de nouveaux mots ? L’emploi de l’anglais est-il préférable ? Ces questions sont d’autant plus pertinentes que les progrès scientifiques et techniques dans le milieu de la course à pied sont constants et permettent de développer de nouvelles méthodes d’entraînement, qui nous viennent souvent d’outre-Atlantique.

Un domaine en perpétuelle évolution : défis terminologiques

6Les chercheurs s’intéressent de plus en plus à la course à pied et abordent régulièrement de nouveaux sujets d’étude pour mieux comprendre et améliorer les performances des coureurs. Le traducteur sportif doit alors faire face à l’apparition de nouveaux concepts, et donc de mots nouveaux. C’est le cas par exemple d’une récente approche nommée priming en anglais, qui consiste à courir intensément quelques secondes pendant un échauffement afin de lutter contre le manque d’oxygène lors d’une course. Ces quelques secondes de course intensive permettent d’activer les enzymes nécessaires à l’activité et de dilater les vaisseaux sanguins. Le terme priming est traduit en français par l’idée nouvelle d’amorce.

  • 1 Empeigne : structure supérieure de la chaussure qui enveloppe le pied.

7Les découvertes et avancées scientifiques permettent aux équipementiers de proposer des produits toujours plus innovants aux coureurs, quel que soit leur niveau. Les marques s’alignent les unes sur les autres, et dotent leurs vêtements et chaussures de technologies brevetées aux noms intraduisibles. La fameuse technologie GEL des chaussures de running de la marque Asics en est un exemple. De même, le terme anglais mesh – matière qui compose la plupart des empeignes1 et qui permet de transférer l’humidité et la chaleur vers l’extérieur – est entré dans le langage courant du coureur français, tout comme le drop, qui renvoie à la différence de hauteur de semelle entre le talon et les orteils.

  • 2 Technique d’entraînement en musculation qui met l’accent sur la tonicité et l’explosivité des muscl (...)
  • 3 Flexion de jambes.
  • 4 Exercice très intense inventé par le médecin en physiologie sportive Royal H. Burpee, qui consiste (...)
  • 5 Apprentissage des techniques d’entraînement.
  • 6 De Metabolic Conditioning : exécuter une série d’exercices (Workout of the Day) en intensité maxima (...)

8De nouvelles techniques d’entraînement sont régulièrement développées, notamment aux États-Unis, grâce à une meilleure compréhension des phénomènes physiologiques et psychologiques liés à la course à pied. On conseille désormais aux coureurs d’effectuer des exercices de pliométrie2 au début de leurs séances de course à pied. Certains de ces exercices, tels que les squats3 ou les burpees4, n’ont pas été adaptés en français. Depuis quelques années, les spécialistes recommandent également aux coureurs d’intégrer d’autres sports à leur entraînement, comme le yoga, la natation ou le vélo, afin d’éviter de se blesser. Un sport, qui a été fondé aux États-Unis dans les années 1970, fait son apparition en France : le CrossFit. Cette méthode de conditionnement physique utilise beaucoup d’anglicismes en français, allant du matériel à utiliser (kettlebell) aux types de séances (skills5, metcons6), en passant par les exercices (squats).

9Les recherches documentaires ne suffisent pas toujours au traducteur pour déterminer s’il doit adapter ou conserver les termes ou expressions de ce genre. Une parfaite connaissance du sport sera une aide essentielle, et cette connaissance passe souvent par la pratique du sport qu’il traduit.

La pratique du sport : une aide précieuse

10En pratiquant le sport qu’il traduit, le traducteur-runner apprend à en connaître le jargon, ce qui lui permet de mieux appréhender un texte, surtout lorsqu’il s’agit de plans d’entraînement. Prenons l’exemple des types de séance, aussi bien sur piste que hors piste. En anglais, les programmes d’entraînement comportent souvent deux types de séance, tempo run et interval workouts ou speedwork. Tempo run se définit en anglais comme suit : « Sustaining a faster-than-usual pace without breaking into an all-out sprint. » Il ne serait pas faux de traduire l’idée de tempo par « allure soutenue ». Mais en pratique, la notion d’allure soutenue s’applique plutôt à la natation. Sur la piste (ou ailleurs), on parlera de travail « au seuil » (« séance au seuil », « travail au seuil »). Pour interval workouts, employé au même titre que speedwork, il s’agit de « Sessions where you’re alternating between bouts of very hard running (at 95 percent of your maximum effort) and easy recovery. » Là encore, traduire speedwork par « travail de vitesse » ou « séance de vitesse » pourrait se comprendre, mais cela ne correspondrait pas à l’idiome des coureurs. En combinant les mots interval et speed, on comprend très bien qu’il s’agit d’exercices où l’on travaille la vitesse par intervalles, c’est-à-dire que, contrairement à une séance au seuil, on court plus vite, mais pas tout le temps. En français, ce type de séance est dit « fractionné ». Il existe de nombreux autres exemples qui concernent plus d’un terme. Les coureurs ont leur propre langage qu’il est nécessaire de connaître au risque de traduire de façon maladroite. Par exemple, l’expression 5k pace se traduira par « allure 5k », tout simplement. En course à pied, on parle de « l’allure marathon », « l’allure semi », etc. Il s’agit ici de formulations propres à la course à pied qui peuvent sembler étranges, voire grammaticalement incorrectes, aux non-initiés. Bien sûr, si l’on est un traducteur consciencieux, ces informations se trouvent plus ou moins facilement sur internet, mais beaucoup moins vite que si l’on pratique soi-même la course à pied. Pratiquer le sport qu’on traduit, c’est gagner du temps – le temps étant le deuxième nerf de la guerre du traducteur aujourd’hui.

11On dit souvent que pratiquer une activité physique aide à mieux se connaître. En pratiquant la course à pied, on apprend – souvent par le biais des courbatures et des blessures – à connaître les muscles, les tendons et les articulations nécessaires à cette activité, ainsi que les phénomènes physiologiques qui en découlent. La presse spécialisée dans la course à pied publie régulièrement des articles expliquant les problèmes des coureurs par la science (par exemple, la sensation de brûlure dans les muscles due à l’accumulation d’acide lactique). La traduction des tests ou guides de chaussures, qui présentent les nouveaux modèles de chaussures de running/trail, nécessite quelques connaissances, parfois pointues, de l’anatomie du pied. Pratiquer la course à pied aide à acquérir ces connaissances, ou à bénéficier d’un réseau de coureurs et d’entraîneurs qui les possèdent. Cela permet de gagner du temps et garantit une précision terminologique et une pertinence idiomatique.

12Courir pour traduire, c’est aussi savoir de quoi on parle – ce qui vaut d’ailleurs pour tous les traducteurs et toutes les spécialisations. Les coureurs parlent souvent de sensations : « Je n’ai pas de bonnes sensations aujourd’hui », ou le contraire. Il est plus facile de s’approprier un texte, de s’identifier à un auteur, quand son message « nous parle », quand on peut facilement s’identifier. C’est grâce à ce ressenti familier que le traducteur pourra prendre du recul et adapter le texte source avec élégance et fidélité. Voici un exemple d’adaptation tiré du portait d’un coureur-youtubeur américain : « Pour l’Ironman de New York, j’étais là quand les finishers ont franchi la ligne d’arrivée après 17 h d’effort. Voir quelqu’un qui a tout donné pendant 17 h est une grande source d’inspiration. » (Traduction de l’anglais « At Ironman NYC, I was there when the 17-hour finishers came in. There is such inspiration in watching someone who’s busted their ass for 17 hours. »)

Conclusion

13La traduction sportive est avant tout un travail d’adaptation, de réécriture, qui requiert d’excellentes connaissances du sport que l’on traduit et de sa culture. En pratiquant la course à pied, le traducteur spécialisé intègre une communauté, apprend un langage et des codes qui lui apporteront le savoir nécessaire pour s’éloigner du texte source et en faire une traduction parfaitement adaptée aux coureurs français. En outre, un traducteur qui court saisira bien mieux ce qui se cache derrière les mots « effort », « objectif », « motivation » ou « inspiration ». Il saura contourner les difficultés linguistiques que posent parfois l’américain, dont la plus fréquente est sans doute l’utilisation du registre familier, surtout dans le sport, et adapter des récits imprégnés de la culture américaine pour les lecteurs français tout en gardant l’essence du texte. Alors, qu’attendez-vous pour enfiler vos baskets ?

Haut de page

Bibliographie

MCDOUGALL Christopher, 2009, Born To Run, New York, États-Unis, Alfred A. Knopf.

VAN ALLEN Jennifer, NISEVICH BEDE Pamela, 2015, Run To Lose: A Complete Guide to Weight Loss for Runners, New York, États-Unis, Rodale Press.

Fédération Française d’Athlétisme, Sportlab, 2014, « Attitudes et comportements de pratique du coureur à pied ».

DANILOFF Caleb, 2016, « Coureur créatif », in Runner’s World, 59, p. 22-23.

Haut de page

Notes

1 Empeigne : structure supérieure de la chaussure qui enveloppe le pied.

2 Technique d’entraînement en musculation qui met l’accent sur la tonicité et l’explosivité des muscles.

3 Flexion de jambes.

4 Exercice très intense inventé par le médecin en physiologie sportive Royal H. Burpee, qui consiste à commencer en position de squat en positionnant les mains devant soi au sol, à déplacer les pieds vers l’arrière pour se retrouver en position de pompe, à ramener les pieds vers l’avant pour revenir à la position de squat initiale, et à sauter le plus haut possible.

5 Apprentissage des techniques d’entraînement.

6 De Metabolic Conditioning : exécuter une série d’exercices (Workout of the Day) en intensité maximale et la finir le plus rapidement possible.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Google Tendances
URL http://journals.openedition.org/traduire/docannexe/image/810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Orsal, « Traduire pour la presse sportive : l’exemple de la course à pied », Traduire, 234 | 2016, 75-80.

Référence électronique

Laura Orsal, « Traduire pour la presse sportive : l’exemple de la course à pied », Traduire [En ligne], 234 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/traduire/810 ; DOI : 10.4000/traduire.810

Haut de page

Auteur

Laura Orsal

Laura Orsal est traductrice indépendante depuis 2010. Triathlète amateur, elle s’est spécialisée dans la traduction sportive et adapte des articles pour le magazine Runner’s World France. Elle a également traduit le livre Vélos de courseConcepteurs de génie et machines de légende (Dunod) des auteurs Richard Moore et Daniel Benson.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals