Navigation – Plan du site

Éditorial

Françoise Wirth
p. 3-4

Texte intégral

1Anticipant sur le choix de la Fédération internationale des traducteurs (FIT) qui a décidé de placer la Journée mondiale de la traduction 2008 sous le signe de la terminologie (avec le beau titre « Terminologie : des mots qui parlent »), nous avons, nous aussi, décidé d’entraîner nos lecteurs « en territoire terminologique ». Comment serait-il, en effet, possible de traduire sans – d’une manière ou d’une autre – se préoccuper de terminologie ? De même que le Bourgeois gentilhomme faisait de la prose sans le savoir, tout traducteur, quel que soit son domaine d’activité, qu’il le veuille ou non, ne fait-il pas de la terminologie ?

2C’est ce qui apparaît très clairement à la lecture des propos de Natacha Dalügge-Momme qui s’intéresse aux aspects culturels de la traduction technique. Alors que chacun comprend aisément l’importance du contexte culturel pour la traduction juridique, c’est peut-être moins évident pour la traduction technique ; l’auteur nous démontre pourtant, en s’appuyant sur des exemples, que le choix d’un terme technique dépend souvent de la bonne connaissance des contextes culturels nationaux et régionaux, ou encore d’une culture d’entreprise.

3Ce dernier point est aussi souligné par Bernhard Lorenz, qui convaincra certainement ceux qui en doutaient peut-être que le monde des trois grands B (bourse, banque, business) n’est pas dénué de poésie : preuve en est le nombre impressionnant de métaphores qu’il a extrait des écrits d’investisseurs. On ne s’attendrait pas nécessairement à y trouver matière à sourire, voire à rire, et pourtant c’est bien l’effet que provoquent certains des exemples cités. Alice Martorell aborde, quant à elle, la terminologie du point de vue des sciences humaines et nous explique combien il est important, dans ce cadre, de réaliser un travail terminologique fouillé en amont de la traduction, afin d’adopter une approche qui « favorise la compréhension globale de la pensée » et s’imprègne de l’idiolecte de l’auteur. Pour y parvenir, le traducteur dispose désormais d’un foisonnement de sources. L’époque où il travaillait avec des fiches cartonnées et quelques dictionnaires papier est bien révolue !

4La terminologie, comme la traduction, peut aussi se pratiquer en équipe. Natalie Garde nous dépeint avec humour les problèmes posés par la mise en place d’un programme terminologique dans le service de traduction du CERN. Un tel travail est-il vraiment nécessaire ? Quelle méthode faut-il adopter ? Quels aspects privilégier ? Il s’agit, en tout cas, d’un travail considérable qui s’inscrit dans la durée ; il sera particulièrement utile s’il se plie à une certaine normalisation, à des « règles du jeu » claires et aboutit à la création d’une base terminologique qui apporte aux traducteurs « un plus » : des informations supplémentaires précises et fiables que ne fournissent pas les simples correspondances d’une mémoire de traduction.

5Avec Michel Rochard, nous restons dans le cadre d’un service ou « unité structurée de traduction ». La terminologie doit y jouer un rôle charnière entre le traducteur-terminologue et l’expert chargé de la rédaction de textes spécialisés. Elle contribuera ainsi à faire sortir le traducteur de sa « bulle ». Le rôle de charnière du travail terminologique ne s’arrête pas là puisqu’il est aussi vecteur de pérennité en permettant la transmission du savoir d’une génération de traducteurs à l’autre. Chacun se reconnaîtra sans doute dans son évocation des situations de crise dans lesquelles le traducteur se transforme en « enquêteur », fait « flèche de tout bois » pour trouver les indices qui l’aideront à résoudre la difficulté rencontrée, adopte une démarche hypertextuelle et recourt à toutes sortes de moyens, parmi lesquels les outils terminologiques.

6C’est justement un nouvel outil terminologique que nous présente Marie-Claude L’Homme. Le DiCoInfo est, en effet, un dictionnaire d’une nouvelle génération. Si les dictionnaires spécialisés s’attachent généralement à donner des définitions explicatives et à fournir des termes équivalents, ils ne se préoccupent pas d’aspects linguistiques tels que les combinaisons lexicales et les structures actancielles. Conscient de cette lacune, l’Observatoire de linguistique de l’Université de Montréal s’est employé à la combler avec ce dictionnaire spécialisé en informatique. Les versions anglaise, coréenne et espagnole sont encore en préparation mais nul doute que la version française, déjà accessible en ligne, recevra de nombreuses visites des lecteurs de Traduire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Wirth, « Éditorial »Traduire, 217 | 2008, 3-4.

Référence électronique

Françoise Wirth, « Éditorial »Traduire [En ligne], 217 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/traduire/958

Haut de page

Auteur

Françoise Wirth

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals