Navigation – Plan du site

AccueilNuméros216Éditorial

Éditorial

Marie Gravey et Geneviève Bégou
p. 3-4

Texte intégral

1Pour ce premier Traduire de l’année 2008, nous avons souhaité proposer à nos lecteurs un petit état des lieux de la profession : la SFT a fêté ses 60 ans il y a quelques mois ; la FIT vient d’ouvrir le débat sur les besoins et préoccupations des traducteurs, et sur l’évolution de notre métier. Dans ce contexte, Dominique Jonkers dresse le tableau des mutations qu’a connues notre métier dans son ensemble, tout particulièrement ces quinze dernières années : nouveaux outils, productivité accrue, mondialisation du marché... autant de changements qui peuvent effrayer – ou apparaître comme des opportunités.

2Sylvestre Meininger se penche quant à lui sur les réalités du marché de la traduction audiovisuelle pour évoquer, au-delà de l’attrait que peut comporter ce secteur aux yeux du grand public, les difficultés d’un secteur malmené. Déséquilibre entre offre et demande, saturation du marché, « miroir aux alouettes » de formations déconnectées des difficultés effectives, situation incertaine : un état des lieux sans complaisance.

3Difficultés ou opportunités, crainte ou confiance...

4Nicolas Froeliger pose les questions à une autre échelle, examinant à la loupe un facteur psychologique essentiel dans les relations entre prestataire et donneur d’ordre : la confiance – et en premier lieu la confiance en soi du traducteur. Comment inspirer confiance, mais aussi se faire confiance pour engager une relation d’égalité, ne pas traduire servilement, oser « douter, à dose raisonnable, de soi-même et des autres », assumer pleinement son rôle dans l’exercice d’une profession dont la discrétion est, elle aussi, constitutive...

5Le paradoxe du traducteur : « se faire suffisamment confiance pour abdiquer une part de soi-même », s’effacer « pour mieux faire ressortir son texte » entraîne forcément une réflexion sur les notions complexes d’identité, de neutralité, d’originalité, de responsabilité, de critères de qualité – réflexion qui trouve un double écho dans les contributions de Ros Schwartz et Françoise Fourault-Sicars.

6Traductrice littéraire, la première rappelle que toute traduction est interprétation, « absolument unique et particulière », « réfractée par le prisme de la subjectivité du traducteur » et se demande si l’on cherchera un jour un livre traduit par tel ou tel traducteur...

7Françoise Fourault-Sicars propose un état des lieux intéressant sur la féminisation de la langue française dans les pays occidentaux francophones. Faut-il féminiser ou désexiser la langue ? Le problème déborde rapidement le cadre du sexisme purement linguistique pour aborder aux rives du politique : parité, identité, égalité ? – et du psychologique : généricité du masculin, infériorité du féminin ?

8Entre néologismes, ridicule et aberrations, comment refléter les sexes ? Vous avez dit « épicène » ?

9Nos lecteurs trouveront également dans ce numéro de Traduire quelques contributions présentées lors de la dernière Journée mondiale de la traduction : la conférence inaugurale de Pierre Janin, de la délégation générale à la langue française et aux langues de France, sous le titre optimiste de « Faire de la traduction un métier d’avenir »... Ou l’on apprend que, contrairement aux idées reçues, la traduction représente une très maigre part du budget de l’Union européenne... ou encore 365 fois moins qu’une vache européenne !

10Une facette peu évoquée du métier : le travail, généralement bénévole, pour des associations.

11Les exemples de Traduire pour Action contre la faim et Traducteurs sans frontières en éclairent les besoins, les modalités et les actions.

12Deux recensions d’ouvrages. La traduzione è servita : ovvero Food for Thought de Rosanna Masiola Rosini, par Teresa Intrieri. Pièges et délices de la thématique culinaire ou de la difficulté de passer d’un monde gastronomique à l’autre.

13La Théorie interprétative de la traduction, de F. Israël, M. Lederer (dir.), par Freddie Plassard. Cet hommage à D. Seleskovitch offre un panorama très complet de son œuvre, des sources au rayonnement et à l’évolution de cette théorie « de portée universelle et générale ».

14Le Prix Pierre-François Caillé, décerné cette année à un « ouvrage scientifique, technique ou de vulgarisation », a été accordé à Justine Landau pour sa remarquable traduction d’Écholalies. Essai sur l’oubli des langues, de Daniel Heller-Roazen, traversée des sciences et des sciences du langage.

15Si « chaque langue garde la trace de l’oubli d’autres langues », le traducteur est plus que jamais un passeur d’invisible.

16Laissons le mot de la fin à Goethe (excusez du peu) – cité par Maurice Voituriez dans sa Rétrospective :

Les traducteurs peuvent être considérés comme des entremetteurs qui nous vantent les charmes d’un beauté à demi-voilée ; ils éveillent en nous le désir irrésistible de connaître l’original.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Gravey et Geneviève Bégou, « Éditorial »Traduire, 216 | 2008, 3-4.

Référence électronique

Marie Gravey et Geneviève Bégou, « Éditorial »Traduire [En ligne], 216 | 2008, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 06 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/traduire/970 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.970

Haut de page

Auteurs

Marie Gravey

Articles du même auteur

Geneviève Bégou

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search