Navigation – Plan du site

La traduction, les NTIC et l’échelle de Richter

Dominique Jonkers
p. 5-15

Texte intégral

Préambule

1Le sismologue américain Charles Francis Richter (1900-1985) aurait probablement été surpris qu’on associe un jour l’échelle logarithmique qui porte son nom à un métier aussi peu… sismique que la traduction.

2Pourtant, au moment de réfléchir à mes dix années de pratique de traducteur indépendant et à l’évolution de ce métier, c’est l’association d’idées qui me vient immédiatement à l’esprit.

3Cet article fait suite au dossier que vient d’ouvrir la Fédération internationale des traducteurs (FIT) sur les besoins et préoccupations actuels des traducteurs, et sur l’évolution de ces besoins et préoccupations à l’horizon de cinq ans.

4Économiste de formation, cadre dans le secteur bancaire pendant quinze ans, je suis devenu traducteur en 1997, par accident, par la toute petite porte. Je n’étais pas titulaire d’un diplôme de traduction, je ne connaissais strictement personne dans la profession. Ce métier, sa structure, ses rouages m’étaient totalement inconnus.

5J’ai donc l’avantage paradoxal de vivre depuis dix ans, de l’intérieur, ce métier que j’ai abordé comme l’abordent probablement bon nombre de nos clients : sans rien y connaître.

6C’est la coïncidence entre mes 10 années de pratique de la traduction en libéral, le 60e anniversaire de la SFT et le dossier récemment ouvert par la FIT sur l’avenir de la profession qui m’ont amené à rédiger ces quelques réflexions.

Les 60 ans de la SFT

7De 1947 à 1992, soit pendant les trois quarts de l’existence de la SFT, aucune avancée technologique majeure n’est venue bousculer la pratique quotidienne des traducteurs, à part peut-être l’apparition de la machine à écrire électrique.

Le séisme se prépare

8Vous souvenez-vous de l’état de la technologie à l’aube des années 1990 ?

9Les téléphones portent non pas un clavier mais un cadran, signe qu’ils envoient un signal analogique et non numérique.

10Le télécopieur se répand à partir de la fin des années 1980 (à peine 7,5 millions de télécopieurs dans le monde en 1988).

11L’ordinateur individuel (IBM PC) n’a pas encore 10 ans, et exécute un système d’exploitation appelé MS-DOS. Il est monotâche, c’est-à-dire qu’il faut arrêter le programme en cours pour pouvoir en exécuter un autre.

12Al Gore, vice-président des États-Unis, popularise au début des années 1990 l’expression « autoroutes de l’information », et contribue à l’ouverture d’Internet, réseau initialement réservé aux scientifiques et aux applications commerciales.

500 ans après Christophe Colomb, la charnière

13C’est au cours des 15 années suivantes, 1992 à 2007, que se produit le séisme, d’une magnitude inouïe. Les progrès technologiques explosent tous azimuts dans ce qu’on désigne aujourd’hui par l’acronyme NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication).

Rappelez-vous…

1992

Lancement du premier réseau GSM européen en Finlande.

1992

Après l’échec commercial de Windows® 1.0 et 2.0, Microsoft lance Windows® 3.1.

1994

On compte environ dix millions (!) de connexions Internet à l’échelle mondiale.

1996

Deux jeunes étudiants créent, presque par inadvertance, un moteur de recherche qu’ils intégreront deux ans plus tard dans une petite start-up baptisée Google, Inc.

1998

Il y a désormais plus de 100 millions de connexions Internet dans le monde.

1999

Lancement commercial de l’ADSL en France, par France Télécom.

2001

La bulle financière des dot-com éclate – mais sans sonner le glas d’Internet, loin de là.

14Je l’avoue, l’image de l’échelle de Richter est imparfaite : les séismes qui durent dix ans sont rares. Mais je tiens à cette image parce que ce séisme-ci, pourtant annoncé, a pris les professionnels de la traduction par surprise, et plus encore le monde de l’enseignement.

15C’est tout le débat sur la professionnalisation de la profession de traducteur qui est relancé.

16Isolé, voire solitaire, sans grands moyens, le traducteur indépendant est mal armé devant des progrès techniques d’une telle ampleur et devant leurs effets.

17Il m’a paru intéressant de réfléchir à ce qui a changé et à ce qui n’a pas changé dans notre métier.

Ce qui a changé

Les distances ont été abolies

18Pendant des décennies, la zone de chalandise naturelle du traducteur était nécessairement limitée à son environnement immédiat. Un traducteur ne pouvait espérer vendre ses services qu’à des entreprises situées dans un rayon géographique limité.

19Corollaire : le « vivier » de prestataires étant limité, le principal critère de sélection d’un traducteur était celui de la combinaison linguistique, et le principal outil, le bottin téléphonique.

20Après tout, en 1992, quel donneur d’ordre, à Paris, aurait pu envi-sager de confier une traduction à un prestataire bruxellois, londonien ou new-yorkais ? Les moyens de communication de l’époque ne le permettaient pas.

21Aujourd’hui, un traducteur peut se faire connaître dans le monde entier et travailler pour des clients situés aux antipodes.

22À l’inverse, un donneur d’ordre n’est plus contraint de chercher son prestataire à proximité et peut donc se permettre de choisir n’importe où dans le monde le prestataire qui lui convient, selon le critère qui lui convient : prix, délai, compétence linguistique, compétence technique, etc.

Le marché (la demande) s’est considérablement élargi

23La mondialisation, la multiplication des échanges internationaux, la démocratisation des voyages, mais aussi la renaissance du sentiment d’appartenance linguistique et régionale des populations, etc. ont fait exploser le volume de la communication multilingue, et donc la demande de traduction.

Le nombre de traducteurs (l’offre) a sensiblement progressé

24Phénomène nouveau, les métiers de la traduction se sont largement ouverts à des praticiens issus d’autres horizons professionnels, souvent mieux à même que des généralistes de satisfaire certains besoins « pointus » caractérisés par une terminologie, mais surtout une logique, un ton et un registre propres, que la seule compétence linguistique n’arrive pas à satisfaire.

La productivité du traducteur a explosé

25En 15 ans à peine, la machine à écrire à boule, le Tipp-ex® et le papier carbone ont fait place à des outils nouveaux, extrêmement puissants : logiciels de traitement de texte, mémoires de traduction, dictionnaires électroniques, logiciels de dictée (reconnaissance vocale), logiciels d’aide à la rédaction, recherche documentaire en ligne, outils d’alignement, forums d’entraide en ligne, etc.

26Aucun outil ne permet cependant de déterminer avec exactitude si le solde net de l’augmentation de l’offre et de la demande, ajusté de la variation de productivité, traduit une contraction nette ou une progression nette « du marché » de la traduction considéré dans son ensemble.

De nouveaux modèles économiques sont nés

27Jusqu’au début des années 1990, l’idée même de l’émergence d’agences de traduction de taille mondiale, présentes dans toutes les grandes capitales et parfois même cotées en bourse ( !) aurait fait ricaner.

28Et pourtant…

29L’agence de traduction joue un rôle économique non négligeable dans la mécanique du marché de la traduction. Elle a toutes les caractéristiques du grossiste, du négociant : elle ne produit rien, mais organise la rencontre entre une offre compétente et une demande solvable.

30Théoriquement, elle libère le donneur d’ordre du souci de la logistique de la traduction (sélection du ou des prestataires, gestion de projet, etc.), et elle libère le prestataire du volet commercial de son activité : prospection, relation avec le client final.

31Certains poussent très loin cette logique d’intermédiation entre l’offre et la demande, comme le montre l’émergence de plates-formes commerciales qui sont devenues de véritables « marchés » en ligne (ProZ, etc.).

32L’étape suivante pourrait bien être la création d’une chambre de compensation qui garantirait aux traducteurs un règlement certain après livraison.

De nouvelles problématiques ont éclos

33Qui est propriétaire d’une mémoire de traduction ?

34Faut-il considérer qu’une mémoire de traduction est soumise au droit d’auteur ? Toujours et en toutes circonstances ? À qui revient ce droit d’auteur ? Au traducteur, au réviseur, à l’agence de traduction ? On trouve déjà sur Internet des entreprises qui vendent des mémoires de traduction. Ont-elles le droit de le faire ? Comment garantir que ce sont bien les propriétaires légitimes qui touchent leur dû ?

Ce qui n’a PAS changé

Le conflit d’intérêts : le triangle « traducteur – agence de traduction – client final »

35Les agences de traduction canalisent des volumes importants, et jouent donc un rôle considérable sur le marché de la traduction.

36Or le traducteur vend une pure prestation de services qu’il ne peut produire qu’au prorata du temps qu’il y consacre. L’effet de levier est nul. Sauf gain de productivité, une heure de travail du traducteur produira une rentabilité relativement constante.

37Voilà pourquoi il est contraire aux intérêts du traducteur d’octroyer des ristournes pour quantité.

38L’agence de traduction, elle, grossiste ou négociant en services, vend essentiellement une prestation commerciale, parfois doublée de services annexes. L’effet de levier est important. Une heure de travail de l’agence produit une rentabilité croissante au prorata du volume vendu.

39Voilà pourquoi il est conforme aux intérêts de l’agence d’octroyer des ristournes pour quantité.

40Ces différences fondamentales jouent un rôle important sur l’évolution de la perception des marchés par les traducteurs.

41Malheureusement, les agences de traduction – et les traducteurs eux-mêmes – contribuent à engendrer chez le donneur d’ordre non averti des idées fausses sur le métier.

42En particulier, privilégier le prix comme critère ultime de choix d’une traduction fait naître l’illusion que la traduction est un produit (!) normalisé, parfaitement interchangeable, fongible… ce que les anglophones appellent « a commodity ».

Les jours du traducteur « dilettante » sont comptés

43La traduction n’est pas un marché monolithique, mais une juxtaposition de micromarchés obéissant à des règles distinctes.

44Malgré la mondialisation, les divers segments du marché continuent à se côtoyer : traduction d’édition, traduction technique, traduction médicale, traduction financière, traduction gastronomique, traduction juridique…

45Dans certains segments de marché, les clients deviennent de plus en plus exigeants, difficulté pour les uns, opportunité pour les autres. À preuve, un contrat soumis à un collègue, dont voici un extrait (c’est nous qui soulignons) :

« Le contrat étant conclu par le Client avec le Prestataire en considération de son expérience dans le métier de la traduction, le Prestataire s’engage à assurer lui-même l’exécution des Prestations décrites à l’article 2 du présent contrat et à ne pas les sous-traiter.

Cet engagement pris par le Prestataire constitue pour le Client une condition essentielle et déterminante sans laquelle il n’aurait pas conclu le présent contrat.

Ce contrat est conclu intuitu personae, et n’est ni cessible ni transférable »

46Dans de telles conditions, le traducteur bénéficie d’une véritable reconnaissance personnelle de la part de son client.

Le traducteur indépendant est un entrepreneur, soumis aux lois de l’économie

47Comment se constituer une clientèle ? Quel profil marketing adopter ? À quel segment de marché s’adresser ? Comment calculer son prix de vente ? Quel statut (social, fiscal) adopter, quel modèle d’entreprise ? Comment créer des réseaux ?

48Voilà des matières qui, sauf erreur, sont trop peu présentes dans le programme des écoles de traduction.

49Il est pourtant bien loin le temps où la prospérité d’un traducteur se mesurait à la taille de son annonce dans le bottin.

Le séisme est-il terminé ?

50Faudra-t-il continuer de s’adapter ? Quels nouveaux modèles économiques ou progrès technologiques vont apparaître demain ? Faut-il imposer un accès à la profession ? Faut-il agir à l’échelle européenne pour imposer une protection du métier – ou au moins du titre – à l’instar d’autres professions libérales ?

51Logiquement, ces questions ont de quoi inquiéter les traducteurs.

Osons ce poncif : la seule constante, c’est le changement

52Soyons réalistes : il serait surprenant que le mouvement enclenché il y a quinze ans s’arrête en si bon chemin.

53Dans la traduction comme dans l’agriculture ou la sidérurgie, seules les tâches à haute valeur ajoutée resteront l’apanage de l’humain.

54Simple raisonnement économique : si la valeur ajoutée produite est faible, l’intervention d’humains hautement qualifiés est trop onéreuse.

55La traduction automatique progresse tous les jours, et réalise déjà des choses remarquables.

56À terme, toute activité automatisable sera automatisée. Certains traducteurs deviendront relecteurs et contrôleront le travail de la machine. Cette activité est désignée par l’anglicisme « post-édition ».

Une seule solution : sortir du lot

57Je me suis récemment imposé un jeu de rôle que je vous recommande.

58Je me suis mis dans la peau d’un donneur d’ordre qui a besoin d’un traducteur de qualité pour un texte « sensible ». J’ai choisi une combinaison de langues que je ne pratique pas. J’ai considéré que je ne connaissais personne dans cette combinaison, et je suis parti en chasse.

59J’ai revécu ce que j’ai ressenti en 1997, lorsque j’ai fait connaissance avec ce marché : comment diable trouver le traducteur qui a les compétences qu’il me faut ? Faites l’essai sur la page http://www.proz.com/​directory, et voyez les accroches : c’est affligeant de banalité…

60Faites valoir votre unicité !

61Mettez en lumière LA raison qui doit pousser le client à s’adresser à vous et pas au voisin !

62Partez du principe qu’être bon traducteur, rapide et efficace, est une évidence qui ne mérite même pas d’être mentionnée.

63Partez du principe qu’afficher un tarif « raisonnable » est souvent un facteur d’exclusion, parce qu’en dépit de votre compétence, votre tarif vous oblige à bâcler votre traduction pour boucler votre budget.

64Et si vous n’avez rien d’unique, si vous n’êtes qu’un traducteur parmi d’autres dans la masse, réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour que ça change – voire même, pourquoi pas, une réorientation de carrière ?

Les prix baissent-ils ?

65La rumeur de dégradation des prix de la traduction « généraliste » est aussi omniprésente qu’invérifiable. En effet, aucune étude statistique sérieuse ne permet de vérifier si cette prétendue dégradation des tarifs est ou non compensée par les gains de productivité qu’apportent les nouveaux outils de traduction.

66En revanche, cette rumeur arrange bien certaines agences (généralement les plus mal gérées), et ce, pour deux raisons :

  • Il est bien plus facile de faire pression sur un fournisseur que de négocier pied à pied avec un client ;

  • Chaque centime prélevé sur le fournisseur alimente la marge de l’agence.

67Or il existe des clients solvables, prêts à payer des tarifs corrects, voire élevés, pour des traductions bien faites. Des clients prêts à payer une « prime » pour couvrir le risque de mauvaises traductions.

Et la déontologie ?

68Voici effectivement un défi planétaire pour les traducteurs professionnels. Les pratiques, les normes de qualité et la vision des marchés peuvent différer d’un pays à l’autre.

69Le risque de voir certains traducteurs se contenter de niveaux d’exigence moins élevés pourrait porter atteinte à la déontologie et donc, à la perception de la profession par le marché.

70Les associations de traducteurs professionnels ont donc un grand rôle à jouer pour harmoniser les bonnes pratiques au niveau international et pour veiller à la mise en œuvre d’une charte de déontologie.

Conclusion

71Comme tous les traducteurs, j’ai le nez dans le guidon, et je manque donc de recul.

72Ces quelques idées décousues, parfois provocatrices, ont pour seule ambition d’alimenter la réflexion du lecteur, et de le pousser, si ce n’est déjà fait, à rejoindre les rangs d’un syndicat comme la SFT (www.sft.fr) ou une de ses associations sœurs (voir le site www.fit-ift.org), pour y poursuivre le débat.

73Toute situation empreinte de risques recèle des opportunités.

74Certains traducteurs ont été ensevelis par le séisme, d’autres ont su s’en faire un tremplin. Chacun d’entre nous a son destin professionnel en mains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Jonkers, « La traduction, les NTIC et l’échelle de Richter »Traduire, 216 | 2008, 5-15.

Référence électronique

Dominique Jonkers, « La traduction, les NTIC et l’échelle de Richter »Traduire [En ligne], 216 | 2008, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/traduire/971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.971

Haut de page

Auteur

Dominique Jonkers

Dominique Jonkers est traducteur financier, membre de la SFT et de son Comité directeur. Il s’exprime toutefois ici en son nom personnel.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals