Navigation – Plan du site

AccueilNuméros216RétrospectiveRétrospective n°13

Rétrospective

Rétrospective n°13

Maurice Voituriez
p. 92-94

Texte intégral

1C’est par une citation de Goethe que débute le numéro 133 de notre revue. Savourons-la :

Les traducteurs peuvent être considérés comme des entremetteurs qui nous vantent les charmes d’une beauté à demi-voilée ; ils éveillent en nous le désir irrésistible de connaître l’Original.

2Le terme d’entremetteur peut sembler péjoratif. Nous ne savons pas à quel mot allemand il correspond. En tout cas, si nous parvenons à éveiller chez le lecteur un « désir irrésistible » de connaître l’original, c’est un résultat ! Il faut peut-être ajouter que la meilleure des traductions ne peut rendre attrayant un texte par lui-même rébarbatif, tout au plus l’améliorer.

3Les personnes demi-voilées ne sont pas toujours des beautés !

4Huguette Brusick et Jean Maillot font l’éloge funèbre d’Elisabeth Lisiak. Nous-même avons bien connu cette consœur d’origine allemande, disparue à l’âge de 44 ans.

5C’est au XIe congrès de la FIT, tenu en 1987 à Maastricht qu’est en grande partie consacré le numéro en question.

6Florence Herbulot émet quelques réserves sur le système de téléconférence (Philips, évidemment !) inauguré pour la circonstance.

7Maurice Voituriez, membre à l’époque, y fait écho et, plus retors que Florence, cite la presse néerlandaise, notamment le quotidien Volkskrant, plus critique que les congressistes français.

8C’est surtout le ministre néerlandais de l’éducation nationale, M. Deetman, qui semble assez mal vu, pour avoir déclaré en discours d’ouverture :

« Dans d’autres pays, le traducteur est considéré comme un magicien, mais pas chez nous. »

9Magicien, c’est déjà mieux qu’entremetteur… mais c’est plus rare !

10Quoi qu’il en soit, l’affirmation du ministre peut paraître simpliste mais dans un pays où les jeunes ont presque tous appris à l’école plusieurs langues étrangères, ils se sentent tous plus ou moins traducteurs et le traducteur professionnel leur semble être un personnage prétentieux et exigeant en matière de salaire.

11Trop souvent, dans les affaires, la traduction est « bricolée » par une secrétaire plus ou moins compétente avec pour résultat des affaires manquées, tout simplement parce que l’industriel n’a pas su présenter en un langage correct les produits qu’il souhaite vendre à l’étranger.

12Pareilles considérations s’appliquent a fortiori à d’autres pays.

13C’est en raison de la situation néerlandaise que la NGV (association néerlandaise des traducteurs) s’est adressée au ministre Deetman, lui demandant que notre profession soit reconnue et protégée par un statut. Sans succès. Son gouvernement ne souhaite pas restreindre l’espace de liberté d’exercice des professions, en général car, dit-il, « ce serait aller à l’encontre de la nature ouverte de la société néerlandaise ainsi que de la Recommandation de l’UNESCO rejetant les privilèges des membres d’associations ou de syndicats professionnels. À long terme, un système « fermé » de reconnaissance officiel ne ferait qu’aggraver la situation du traducteur néerlandais. Le marché de la traduction est international et rien ne peut empêcher un donneur d’ordre de s’adresser pour ses traductions à des pays où la profession de traducteur n’est pas « protégée ».

14Vraiment on ne saurait mieux dire et, vingt ans après, les propos du ministre n’ont rien perdu de leur pertinence !

15Bien au contraire car depuis 1987, le Rideau de fer a disparu et la mondialisation a – si on peut dire – progressé, en même temps que se généralisaient le fax et le courriel, abolissant les frontières… et les protections nationales.

16Pour revenir à l’échelle européenne, mentionnons qu’à Maastricht un de nos compatriotes, ancien membre du Comité de la SFT, Raymond Albeck, reçut le Prix Nathorst-FIT.

17Ce compatriote – qui nous honorait de son amitié – était bien Français mais aussi Européen. Né en France d’un père danois et d’une mère française, il possédait plusieurs langues étrangères, dont le danois, l’allemand, l’anglais et l’espagnol et avait traduit plus de 125 ouvrages.

18À titre anecdotique, nous avions découvert accidentellement que nous étions, tous deux passés par les Pères Eudistes à Versailles… à des périodes différentes ! Autre point commun : nous n’étions, ni l’un ni l’autre, des universitaires. Là s’arrête la ressemblance car votre serviteur n’a jamais traduit que trois ouvrages !

19Quels sont les champions du monde de la traduction ? Trois noms se détachaient dans le dernier recensement effectué par l’UNESCO : Lénine, traduit 370 fois en un an, Agatha Christie, 216 fois et… les éditions Walt Disney Productions 203 fois.

20La Bible venait immédiatement après, avec 202 traductions !

21Il se peut que la situation ait évolué depuis lors.

22À l’époque, il existait un « Carnet de Traduire », modeste équivalent du « Carnet du jour » d’un grand quotidien national. La rubrique a disparu mais en l’an de grâce 1987 on annonçait le mariage d’une charmante consœur. Les années ont passé et l’existence des uns et des autres a évolué. Que cette consœur, que nous voyons encore de temps à autre, trouve ici le témoignage de notre fidèle amitié !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Voituriez, « Rétrospective n°13 »Traduire, 216 | 2008, 92-94.

Référence électronique

Maurice Voituriez, « Rétrospective n°13 »Traduire [En ligne], 216 | 2008, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/traduire/998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.998

Haut de page

Auteur

Maurice Voituriez

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search