Navigation – Plan du site
Perspectives

La discrimination positive des hommes dans les métiers très féminisés : l’exemple des métiers du care en Île-de-France et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Julie Sentis

Résumés

Les réformes allemandes gendermainstreaming en termes d’égalité des chances dans les métiers très féminisés du care, absentes en France, sont-elles couronnées de succès au plus près du terrain ? Cette contribution se propose de nuancer l’inversion du genre dans cette filière en s’intéressant aux formations qui, en France comme en Allemagne, y conduisent. Si les hommes y sont plus nombreux en Allemagne, elles favorisent finalement en deçà comme au-delà du Rhin la réorientation des jeunes hommes en dehors des structures censées les accueillir de manière préférentielle ou vers des métiers éducatifs plus conformes à leur identité sociale de sexe.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Genre, apprentissage, care
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La question de l’invention de l’enfance sous l’Ancien régime a été tranchée par Philippe Ariès (197 (...)

1Depuis le XVIIIème siècle, en France comme en Allemagne, le travail de care défini comme « une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre "monde", de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible » (Tronto, 1993 : 143) est l’affaire des mères1. Le développement des jardins d’enfant au XIXème siècle en Allemagne a ainsi été l’occasion de favoriser l’émancipation des femmes (Wobbe et Garcia, 2011). Les formations à ces métiers comptent d’ailleurs aujourd’hui plus d’hommes en Allemagne (21 % : BIBB, 2012) qu’en France (5 % : CEREQ, 2012) dans la mesure où la question du genre a été introduite plus tôt en Allemagne (Möser, 2007). Quels sont donc les effets de la politisation du care (Tronto, 1993) au prisme de la comparaison franco-allemande ? L’exemple donné outre Rhin devrait-il être suivi en la matière en France ?

2Cette contribution se prononce au contraire contre la notion de modèle national à suivre ou à éviter en revenant sur une enquête ethnographique conduite dans deux lieux de formation de chacune des deux régions française (Île-de-France) et allemande (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) sur un modèle multi-site (Marcuse, 1998). L’intérêt est en effet de comprendre plutôt « ce que les institutions, les actions, les images, les déclarations, les événements, les usages et tous les objets habituels d’intérêt socioscientifique, veulent dire pour ceux dont ils sont les institutions, les actions, les usages, etc. » (Geertz, 1999 : 30). 90 entretiens ethnographiques ont ainsi été menés avec les jeunes apprentis français (de 18 à 27 ans) et élèves allemands (de 17 à 36 ans) en fin de formation, les formateurs et enseignants, les maîtres d’apprentissage ainsi que les responsables de l’organisation de la formation au niveau régional et au niveau des branches sanitaires et sociales. La formation française choisie qui destine aux emplois d’Auxiliaire de Puériculture (DEAP) de deux ans trouve son origine dans la nécessité de former une main-d’œuvre qualifiée pour pallier les « insuffisances éducatives » des mères travailleuses et ainsi intervenir dans les salles d’asiles, ancêtre des crèches ou des foyers de vie (Luc, 1997). La formation allemande de Kinderpfleger (soigneur d’enfant), de deux ans également, sont quant à elles héritières d’une tradition maternaliste inscrite dans la filiation de Fröbel (1782-1852), inventeur du modèle des jardins d’enfants (Kindergarten) (Amthor, 2003).

3Pour relativiser la notion de modèle allemand en matière d’« inversion du genre » (Kergoat, 2007), j’évoquerai d’abord au prisme des valeurs et représentations qui sont associées à chacun des deux sexes (Bereni et al., 2008) la reproduction des stéréotypes de genre qui a lieu même en Allemagne dans ce secteur. Je tenterai ensuite de comprendre, au prisme de la trajectoire des jeunes hommes français et allemands qui réussissent leur formation aux métiers du care, dans quelle mesure le genre ou système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes (hommes/femmes) est reproduit par les valeurs et les représentations qui leur sont attribuées en milieu professionnel.

Une reproduction des stéréotypes de genre

4Les politiques d’activation des femmes menées par le gouvernement de Gerhard Schröder (2003-2005) accompagnées par une intervention accrue en terme d’équipement des structures d’accueil de la petite enfance notamment, a marqué les esprits. Mais les réformes allemandes gendermainstreaming en termes d’égalité des chances sont-elles couronnées de succès au plus près du terrain ? La mise en place de quotas dans les groupes professionnels très genrés trouve en effet son origine au niveau des normes juridiques d’interdiction des discriminations en Union européenne promouvant « l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes » (CEDAW) des Nations Unies (Bereni et Lepinard, 2004 : 76). Les conséquences pour la filière de la petite enfance en particulier est un effet d’aubaine pour les jeunes hommes, expliqué par la directrice du Berufskolleg privé :

« Um den Zugang von Männern zu diesen Berufen zu fördern, hat der Staat ein Quotensystem in diesem Sektor eingeführt. Da Männer hier jetzt konkrete Berufschancen haben, sind sie zahlreicher in unsere Ausbildungsgänge gekommen. »

5Pourtant, les jeunes hommes ne conçoivent pas tous cette opportunité comme une véritable chance en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Mme Köhler (65 ans), enseignante en classe de Kinderpfleger, explique : « Im Praktikum betrachten einige Schüler – oft sind es Jungen, wie ich zugeben muss – die Arbeit mit Kindern als ein Spiel. Sie haben Schwierigkeiten, eine professionelle Einstellung zu entwickeln. »

6Au Centre de Formation d’Apprentis public, la directrice définit également l’apprentissage par un accompagnement professionnel en vue d’acquérir une culture professionnelle par « immersion » dans une structure, afin d’y devenir autonome au fur et à mesure. L’acquisition d’une posture professionnelle apparaît en effet pour elle essentielle, au-delà de ce qui est prescrit :

« Il s’agit en fait de faire d’une démarche de soin, une démarche de travail. Il nous faut donc accompagner les jeunes dans la compréhension des enjeux de leur insertion professionnelle. Là on est en train d’ouvrir des portes, il faut donner les bonnes clefs. Bon, c’est exigeant… Y en a qui sont partis, tant mieux : on me donne de l’argent pour 70 places, autant que les 70 places soient bien occupées. »

7Une sélection s’opère ainsi entre ceux qui s’adaptent au milieu professionnel et ceux qui y échouent. Or, dans les métiers du care, à l’exemple de ceux de la petite enfance, si un certain niveau de mixité est considéré comme souhaitable en France, l’objectif recherché est la complémentarité des hommes et des femmes, non leur substituabilité (Hermann, 2007). Cela se traduit par un partenariat entre hommes et femmes à la manière d’une complémentarité entre leurs différentes tâches et non d’une reconnaissance de leurs différences dans la réalisation d’une même tâche : à l’homme l’éducatif, aux femmes les soins de nursing, naturalisant ainsi les compétences de chacun et chacune. Alexandre (23 ans) dont la mère est auxiliaire de puériculture, lui-même en formation à ce métier, a ainsi été encouragé en stage à évoluer professionnellement après sa formation :

« Au début, je me suis dit que j’allais faire auxiliaire et en fait au fur et à mesure des stages, j’ai trouvé que le métier d’éducateur pouvait être intéressant. Dans mes stages, plusieurs personnes m’ont incité à continuer, que si je continuais, ce serait bien. Avec la fonction d’éducateur, on a un peu plus de responsabilité, on gère un peu plus de choses : y a toutes les activités extérieures, les partenariats. L’éducateur il apporte des idées à l’équipe plus que l’auxiliaire, il essaie de voir si tout le monde est bien à sa place, enfin apporter une bonne cohésion à l’équipe. Et ça peut être une partie intéressante tant au niveau enfant qu’au niveau adulte. Parce que la relation aux adultes est plus difficile que la relation aux enfants. »

8Reconnu comme pouvant accéder à l’exercice du métier d’éducateur plus spécifiquement orienté vers les adultes, Alexandre n’en est pas moins exclu de ceux du care plus strictement tournés vers les enfants, sa maître d’apprentissage témoignant pourtant du « naturel » qui a été le sien dans leur accompagnement. Marqué pour elle par un lien père-enfant, celui-ci a d’ailleurs toujours été caractérisé par une distance adéquate. De fait, les jeunes hommes en formation de Kinderpfleger ne souhaitent pas non plus continuer à travailler en jardin d’enfant. Timo a 23 ans, son père est routier et sa mère est restée au foyer s’occuper de ses frères et sœurs. Après avoir commencé dans le secteur informatique, il préfère se réorienter dans un domaine social plus proche de ses aspirations et choisit la formation de Kinderpfleger. Mais il souhaite finalement continuer une formation d’infirmier puériculteur à l’hôpital car l’expérience en Kindergarten lui apparaît en demi-teinte :

« Am Anfang habe ich gedacht, ich werde im Kindergarten arbeiten. Aber ich habe meine Meinung geändert : Im Kindergarten kann ich mich nicht um jedes Kind kümmern, Spiele organisieren oder so. Deshalb möchte ich mit Kindern im Krankenhaus arbeiten. »

9Les conditions de travail semblent ainsi tenir à l’écart les hommes. Que révèle le parcours de ceux qui continuent dans les métiers du care ?

Les effets de la naturalisation sous-jacente des compétences

10Rester dans les métiers du care pour les jeunes hommes est en effet loin d’être simple. Alexis (23 ans) en formation d’auxiliaire de puériculture, souligne les épreuves auxquels il est soumis en milieu professionnel. Ses parents sont divorcés depuis qu’il a 4 ans. Il s’est beaucoup occupé de son frère d’un an de moins mais plus encore de ses deux demi-frères de 10 et 13 ans d’écart après le remariage de sa mère. En formation, il fait « ce qu’il faut pour y rester ». Il nuance les avantages d’être un homme dans un milieu très féminisé :

« Donc pour vous, être un homme, c’est plutôt un avantage ?

Ben pour l’instant, après y a toujours un moment où les relations avec les femmes ça peut aller et puis au bout d’un moment, ça peut faire une mauvaise ambiance. »

11Sa maître d’apprentissage, directrice de la crèche où il est employé avant son dernier stage, précise :

« Que ce soit un homme, ça fait une différence. Avec l’équipe, c’est sûr que c’est différent. Cela pourrait faire problème mais c’est quelqu’un de très ouvert. Puis il va partir dans une autre structure crèche, donc il va pouvoir être dans une structure où il va être accueilli différemment. Il va falloir aussi en tant que professionnel, qu’il prouve qu’il peut faire la même chose. Garçon/fille ici c’est pareil, mais c’est pas partout pareil. Donc je trouve que c’est bien qu’il voie la différence. »

12Ce modèle de la complémentarité hommes/femmes réifiée selon des tâches différentes naturalisées comme féminines et masculines reste prégnant. Pour Niklas, 18 ans, en formation de Kinderpfleger, c’est ainsi l’exemple de sa mère Tagesmutter (nourrice) qui lui permet d’apprécier le travail de care plus spécifiquement à domicile. Son père est négociateur immobilier et ses deux frères plus âgés travaillent dans l’industrie mécanique. Après un parcours en Gesamtschule jusqu’au niveau mittlere Reife, il souhaitait passer son Fachabitur :

« Aber die Ausbildung dauert zwei Jahre. Ich musste in den Kindergarten in der Woche und in das Berufskolleg am Montag und Dienstag gehen : Es ist mir nicht gelungen, was die Noten angeht. Deshalb bin ich in diese Klasse gekommen. Weil meine Mutter Tagesmutter ist, bin ich mit anderen Kindern aufgewachsen. Ich habe mich immer mit Kindern wohlgefühlt. Seit 13 Jahren schon. Es gefällt mir einfach, da ich sehen kann, wie Mama es macht. Und ich habe auch in der 9. Klasse ein Praktikum im Betrieb meines ältesten Bruders gemacht. Das liegt mir nicht besonders. Ich möchte lieber sehen, wie die Kinder in unterschiedlichen Situationen und je nach ihrem Alter reagieren. »

13L’exemple maternel paraît ainsi généralement comme une condition suffisante de réussite des élèves allemands et des apprentis français dans les métiers du care. Pourtant, il devient aussi motif d’éviction « par le haut » en Île-de-France comme en Rhénanie-du-Nord-Westphalie où les hommes se détournent des structures censées les accueillir de manière préférentielle, les Kindergarten en particulier. Si l’héritage parental a été mis en lumière pour expliquer la réussite des femmes ingénieures en France (Marry, 2004) et le rôle majeur du soutien du père en Allemagne à leur égard (Rudolph, 1991), cette révolution « respectueuse » selon les termes de Catherine Marry semblerait dans le cas de ces métiers fortement féminisés, respecter surtout l’ordre du genre : la transformation du système de bicatégorisation hiérarchisé entre les valeurs et des représentation des sexes confirme plus qu’il n’inverse leur hiérarchie au travail.

14Si les mesures de discrimination positive reproduisent dans leurs effets les stéréotypes de genre en deçà comme au-delà du Rhin – bien qu’elles puissent avoir pour objectif de les éviter en Allemagne –, c’est qu’élèves comme apprentis tendent à respecter l’ordre du genre pour mieux s’adapter au milieu professionnel. Parler de modèle national à suivre semble donc pour le moins présomptueux, de quelque côté de la frontière que l’on se trouve. Agir directement sur le système de bicatégorisation des sexes en mettant en œuvre des mesures de discrimination positive ne modifie ni les valeurs ni les représentations d’un milieu professionnel. En Allemagne, la mise en place de quotas ne révolutionne pas un milieu professionnel où l’idéologie de la complémentarité exclut souvent les hommes des structures censées les accueillir. Comme en France, ceux qui y restent – étant donné le respect qu’ils témoignent à ces mêmes valeurs et représentations – sont également incités à évoluer professionnellement ou exercent finalement leur métier en dehors des structures censées les accueillir de manière préférentielle. Reconnaître la diversité des pratiques professionnelles, l’existence de traductions différenciées selon les sexes d’une même pratique professionnelle, paraît à cet égard un enjeu social de première importance, faute de quoi la différence des sexes sera toujours réifiée en une complémentarité de pratiques professionnelles distinctes.

Haut de page

Bibliographie

Amthor, Ralph C. (2003) : Die Geschichte der Berufsausbildung in der Sozialen Arbeit : auf der Suche nach Professionalisierung und Identität, Weinheim (Juventa).

Arriès, Philippe (1960) : L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime (Point Seuil).

Bereni, Laure, Sébastien Chauvin , Alexandre Jaunait et Anne Revillard (2008) : Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles (de Boeck).

Bereni, Laure et Eleanor Lepinard (2004) : « "Les femmes ne sont pas une catégorie". Les stratégies de légitimation de la parité en France », Revue Française de Science Politique 54.1, p. 71-98.

Geertz, C. (1999) : Savoir local, savoir global (Presses Universitaires de France).

Guichard-Claudic, Yvonne et Danièle Kergoat (2007) : « Le corps aux prises avec l’avancée en mixité », Cahiers du Genre, 42, p. 5-18.

Herman, Elisa (2007) : « La bonne distance. L’idéologie de la complémentarité légitimée en centres de loisirs », Cahiers du Genre, 42, p. 121-139.

Herrmann, Ulrich G. (2006) : « Schulische Berufsbildung für die weibliche Jugend 1900-1938 », ZfE, Beiheft, 7.6, p. 105-125.

Kergoat, Danièle, Yvonne Guichard-Claudic et Alain Vilbrot (dir.) : L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, (Presses universitaires de Rennes), 2008

Krüger, Helga (2003) : « Berufliche Bildung. Der deutsche Sonderweg und die Geschlechterfrage », Berliner Journal für Soziologie, 13. 4, p. 497-510.

Marchenoir Sylvie (2012) : « La contribution des féministes allemandes à l’éducation des jeunes filles dans la seconde moitié du XIXème siècle », http://ciera.hypotheses.org/275.

Marcuse, George (1998) : « Ethnography in/of the World System : the emergence of Mutli-sited Ethnography », Ethnography Through Thick and Thin, Princeton University Press, p. 95-117.

Marry, Catherine (2004) : Les femmes ingénieurs : une révolution respectueuse. Paris (Belin)..

Möser, Cornelia (2007) : « Aspekte der Gender-Debatte in Frankreich und Deutschland », Trajectoires 1, http://trajectoires.revues.org/99

Luc, Jean-Noël (1997) : L’invention du jeune enfant au XIXème siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris (Belin).

Rudolph, Hedwig (1991) : « Les femmes ingénieurs et l’évolution de la profession en Allemagne », Sociétés Contemporaines, 6, p. 107-118.

Tronto, Joan (1993) : Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care, New York : Routledge.

Wobbe, Theresa et Anne-Laure Garcia (2011) : « Maternité, Mutterschaft, Mütterlichkeit : Familienpolitische Codierung im deutschen und französischen Kontext » in : Wobbe Theresa, Isabelle Berrebi-Hoffmann, Michel Lallement et al.(dir) : Die gesellschaftliche Verortung des Geschlechts, Frankfurt am Main, Campus, p. 114-141.

Haut de page

Notes

1 La question de l’invention de l’enfance sous l’Ancien régime a été tranchée par Philippe Ariès (1973), d’une manière définitive qui masque l’importance que revêt l’enfant dès le Moyen-Âge sous les traits de l’innocence. Toutefois, le contrôle des naissances et la baisse de la fécondité a considérablement accru l’attention à l’enfant et rendu tendanciellement moins légitime la mise en nourrice, courante avant le XVIIIème siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Sentis, « La discrimination positive des hommes dans les métiers très féminisés : l’exemple des métiers du care en Île-de-France et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 12 décembre 2014, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/1400

Haut de page

Auteur

Julie Sentis

Docteure en sociologie, Aix-Marseille Université

Haut de page